lionello

Member
  • Content count

    1047
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

170 Good

About lionello

  • Rank
    Very active member

Personal Information

Recent Profile Visitors

5285 profile views
  1. Bonjour à tous, Depuis le début de l'année nous (Pascal Le Dû, Lionel Mulato, Thomas Petit) avons pris 25 spectres de candidates nébuleuses planétaires découvertes soit par des amateurs soit par des pro. Pour mémoire la liste de candidates découvertes par les amateurs est maintenue à jour ici : http://planetarynebulae.net/FR/index.php La base professionnelle HASH PN reprenant l'ensemble des NP potentielles ou confirmées est accessible ici : http://202.189.117.101:8999/gpne/index.php Parmi ces 25 candidates : - 10 objets ont été confirmés comme véritables NP par les pros grâce à nos spectres. Voir spectres ci-dessous, - 2 objets étaient en fait des galaxies actives présentant des raies en émission avec un redshift notable (Kn 134 et Hu 8), - 1 objet était une étoile à émission (nouvelle symbiotique ?) : Mul-IR 43. Les autres spectres ne permettent pas de trancher formellement sur la nature des objets. Ils restent à l'état de NP possibles (P) ou probables (Likely) dans la base HASH.
  2. Bon je galère un peu Je corrige ma RI et j'obtiens les résultats suivants. Ca me semble plus cohérent en intensité avec les 2 autres spectres réalisés par Pascal sur Aras (sp du 14 avril) et celui de C. Balcon. (sp du 9 avril) sur TNS.
  3. Super ton image. Belle illustration de cette SN qui est très lumineuse, bien plus que le noyau de sa galaxie hôte !
  4. Oui la même HD 110423, prise quasiment à la même heure les 11 et 14 avril. Je pense que c'est un problème de réponse instrumentale. Je l'ai refaite mais j'obtiens toujours les mêmes écarts entre le 11 et 14 avril. Ci-dessous les spectres sans correction de la RI. Le "continuum" est quasi similaire. Les acquisitions ont été prises quasiment aux mêmes heures. Les conditions météo étaient aussi similaires, il n'y a pas de raison que la RI soit différente.
  5. Voici l'évolution de la SN sur 3 nuits différentes, les 11, 14 et 15 avril. Soit la luminosité de la SN a évolué entre le 11 avril et 14 avril soit ma réponse instrumentale est fausse... En tout cas pas différence notable entre le 14 et 15 avril (3 poses uniquement à cause des nuages). Il me reste plus qu'à calculer la vitesse d'expansion de l'enveloppe.
  6. Merci Vincent. Les explications de la figure sont très instructives. Intéressant la spectrro des quasars, il doit y en avoir plein d'accessibles à l'alpy.
  7. Gelato indique que la SN est de type Ia, à 100% sûr. https://gelato.tng.iac.es/ Ca tombe bien elle a été classée comme telle. Mon spectre colle bien avec celui de la SN 2001ep. C'est mon premier spectre de SN, je découvre doucement. Si tu as des exemples je suis preneur. Je fouille un peu sur le forum Aras. a+
  8. Le ciel se couvre chez moi, peut être trouée mardi soir, j'espère. Oui l'objet était identifé comme PSN, avec le n° AT 2020ghk, puis il est passé SN 2020ghk. Vous savez à qui il faut envoyer les données pour qu'elles soient uploadées sur le site"transient name server" ? https://wis-tns.weizmann.ac.il/object/2020ftl Pierre je vais faire un fiche d'observation spectro avec toutes les données d'acquisitions, je peux utiliser ton image ? Avec l'Alpy, la SN est un phare
  9. Salut Vincent, Belle observation de ce quasar du fond des âges. Le N V vient bien du quasar ? Comme Jean Philippe, la raie Lyman alpha est celle juste avant le N V non ?
  10. Bonjour, La supernova a fait l'objet d'un récent communiqué. https://wis-tns.weizmann.ac.il/object/2020ftl Voici son spectre acquis cette nuit. En espérant qu'il y ait eu d'autres spectres acquis cette nuit pour confirmer mes résultats. lionel
  11. Merci Vincent. Oui tout à fait c'est d'ailleurs ce que les pros font. Avec mon spectro basse résolution je ne peux pas mesurer des vitesses inférieures à ~50km/s. Ce qui n'est pas assez fin. On peut utiliser d'autres spectro amateurs de plus haute résolution (lirhes III par exemple) mais ce sera au détriment de signal récolté. Si les amateurs pouvaient se payer des télescopes de plusieurs m de diamètre ça aiderait ! Mais des décalages spectraux de qq centaines à plusieurs millers de km/s, on en trouve régulièrement sur les candidates NP qu'on passe en spectro. Il s'agit dans ce cas non pas de nouvelles NP mais de nouvelles galaxies actives découvertes.
  12. Merci à tous pour votre passage ici. Cette technique peut ouvrir des perspectives pour les spectroscopistes amateurs vers d'éventuelles collaborations pro-am. Mais il va être très difficile d'obtenir des images peu bruitées. On peut espérer trouver des NP peu étudiées et assez lumineuses et fournir des données inédites dessus. Avant tout il faut qu'on maîtrise bien la méthode, montrer qu'on peut reproduire des résultats existants. Ca semble bien partie pour Oui c'est ça. Les nébuleuses ne sont pas "homogènes", leur spectre va dépendre de l'endroit où la mesure est effectuée. Ces images permettent d'avoir des informations spatiales sur la distribution de tel ou tel élément dans la NP, sur les variations de sa température, de sa densité... Ca permet de caler des modèles théoriques, de mieux comprendre les structures observées... Après pour le montage dont tu parles, oui ce type de système existe chez les pros mais il faudra un énorme télescope devant. Regarde sur le net en tapant "IFU image" ou "integral field spectroscopy". C'est une technologie de pointe en pleine essor.
  13. Merci Même si le contexte en ce moment contrarie le planning du projet. On attend patiemment le retour à la normale !
  14. Superbe champ que vous nous faites découvrir !
  15. Bonjour à tous, Il est possible de reconstituer l'image d'un objet en le "scannant" avec un spectrographe. Le rapport détaillé est ici. Il s'agit d'un premier essai sur ngc6720. Ci-dessous le "scan" réalisé en déplaçant la fente du spectro :. Une fois le scan effectué on peut constituer des cartes de flux pour chaque raie en émission de l'objet. On peut combiner ces cartes pour reconstituer des images couleurs . Comme on fait en SHO (souffre, hydrogène, oxygène) ou utiliser des combinaisons plus exotiques avec de l'helium, du neon, de l'argon... ou d'autres état excité de l'oxygène ou de l'azote. Bien sûr les images ne sont pas aussi bien résolues que ce qu'on obtient en astrophoto. Mais la "spectro-imagerie" est incontournable si on veut faire de la physique . En moins de 2 h de poses, on arrive à retrouver les principales caractéristiques physiques de m57 (extinction, structure d'ionisation, densité, température électronique...) et je trouve ça vraiment incroyable [NII] Ha [OIII] : [NII] Ha HeII : HeII [NeIII] [NII] : a+ lionel