vaufrègesI3

Member
  • Content count

    12476
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Everything posted by vaufrègesI3

  1. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Toujours aussi fin et délicat "Votre Sérénité"...
  2. Actualités de Curiosity - 2013

    Oui et non.. Pour être plus précis quand Scott Guzewitch parle '"d'ingrédients" il s'agit bien pour lui de rechercher - je le cite : des "composés organiques" , pouvant être représentatifs d'une vie passée (ou plus hypothétiquement d'une vie présente). Il existe en effet des biosignatures constituées par des produits dont l'origine implique la présence, actuelle ou passée, d'êtres vivants. Une fois éliminées les molécules organiques les plus simples, c’est-à-dire celle à bases azotées et une kirielle d’acides aminés dont la synthèse peut être abiotique, il reste les molécules organiques complexes dont la présence pourrait laisser entendre plus fortement la possibilité d'une vie passée. Ces molécules, composées de 10 atomes de carbone, pourraient ressembler à des blocs de construction connus de la vie tels que les 22 acides aminés qui composent les protéines que le vivant utilise, et les molécules dont la synthèse nécessite un équipement enzymatique. Par exemple, la présence d'acides carboxyliques, acides aminés ou acides nucléiques seraient des indices d'une forme de vie, et le chromatographe en phase gazeuse de SAM permet l’identification des isotopes de carbone ainsi que la chiralité de ces derniers s'ils ne sont pas trop dégradés (entre autres par le perchlorate). Le monde vivant est chiral, les bio-monomères ne présentent qu'une seule des deux conformations chirales. Les acides aminés, les sucres et les lipides sont principalement homochiraux dans tous les systèmes vivants et leur structure polymérique forme des arrangements secondaires asymétriques. D'où l'intérêt de l'analyse par voie humide à basse température. Ceci pourrait apporter un indice fort en faveur de leur origine biotique. Par ailleurs, la vie étant grégaire et symbiotique, le rover pourrait "tomber" sur des sites particulièrement riches en caractéristiques biotiques (films microbiens) même si ces caractéristiques ne pourraient être réduites visuellement à des fossiles identifiables. Mais cette accumulation faciliterait évidemment l’identification chimique. Dans ce fil j'ai parfois cité Michel Morange, professeur de Biologie à l’Ecole Normale Supérieure et Directeur du Centre Cavaillès d’histoire et de philosophie des sciences à l’ENS. Dans le "Ciel&Espace" de Mars/Avril 2017 consacré (un peu) à la vie dans l'Univers, Morange était questionné sur cette problématique avec deux autres scientifiques (Louis d'Hendecourt et Purification Lopez-Garcia). Il est intéressant de noter que ces échanges révèlent assez peu de convergences sur les questions liées à "l'émergence" de la vie, sans doute en bonne part en raison d'approches différentes. J'ai relevé cette remarque de Michel Morange qui corrobore ce que j'ai souvent tenté d'exprimer par ici : "L'exploration de Mars en revanche est très intéressante : On n'y découvrira sans doute pas la vie, mais peut-être un système prévivant, dont les traces sur Terre ont été complètement effacées [par la tectonique]. Une telle découverte nous permettrait de faire d'énormes progrès sur la compréhension des processus menant à la vie." On peut même se demander si cette découverte ne serait pas plus fondamentale que la détection d'une vie passée (ou présente). Sur Mars, le cheminement de la chimie prébiotique vers la vie a pu, ou non, franchir ce seuil. Il a pu aussi le franchir puis s’arrêter compte tenu de conditions devenues trop hostiles. Ou encore il a pu commencer en surface puis se réfugier dans le sous-sol. Là encore, il a pu s’adapter puis s’éteindre après avoir péniblement continué quelque temps sous forme ralentie puis dormante. Cette évolution avortée ou stoppée se traduirait par ce que l’absence de rejets métaboliques clairement identifiables laisse entrevoir. Le temps a pu jouer un rôle important. On ne sait pas s’il a été suffisamment long sur Mars, toutes les autres conditions étant remplies, pour que le processus prébiotique commence et aboutisse. Les conditions ayant permis l’émergence de la vie sur Terre (environnement réducteur, températures,…) n’existent plus à notre époque (peut-être à cause de la vie elle-même et de ses rejets, notamment d’oxygène) et la période pendant laquelle l’évolution prébiotique et l’évolution planétologique ont permis "l’allumage" de la vie a pu être très court. Et les modalités d’évolution des conditions environnementales ont pu également jouer.
  3. Actualités de Curiosity - 2013

    Le forage "Mary Anning 3" a été réalisé aujourd'hui ! Place à l'analyse d'échantillons dans les prochains jours !! NAVCAM - 2 SEPTEMBRE 2020 (SOL 2870) :
  4. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Je me pose les mêmes questions.. Aujourd'hui, tout laisse à penser qu'avec la Starpschiiit trop énergivore pour être rentable, Elon va droit dans le mur.. De toute façon et dans tous les cas il s'agit de marchés extrêmement limités, et je ne vois pas bien où il compte placer ses "centaines de missions".
  5. Actualités de Curiosity - 2013

    Confirmation de l'emplacement de "Mary Anning 3" par Phil Stooke. C'est bien celui déterminé par le test de charge du 30 août (sol 2867) - dernière image plus haut.
  6. Actualités de Curiosity - 2013

    Exactement. En tout cas, il est remarquable que ce soit la toute première fois depuis l'atterrissage du rover qu'on puisse voir l'équipe scientifique du rover s'avancer aussi loin et ouvertement sur un terrain aussi sensible.. Il y avait eu quelques prémices du même genre sur le site "Glen Etive" où le rover s'était attardé et avait déjà réalisé deux forages le 4 août 2019 (sol 2486) et le 15 septembre 2019 (sol 2527) et où il y a quelques semaines l’équipe avait envisagé sérieusement de revenir pour un troisième forage ! Ils ont d'ailleurs très vite trouvé des similitudes entre "Glen Etive" et "Mary Anning" et on peut parier que ce sont les résultats préliminaires d'analyse du labo SAM suite au premier forage "Mary Anning 1" qui justifient (et autorisent) leur enthousiasme. Restons prudents, mais pour une fois qu'ils "déverrouillent" un peu leur black out, on va pas faire la fine bouche !..
  7. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    J'ai toujours pensé que son vrai projet c'est le créneau "vaisseau cargo de transport intercontinental" (si rentabilité), ou/et placement de satellites/charges diverses pour l'orbite basse (combien de clients ?). Je ne crois pas que le projet de transport intercontinental de passagers soit viable économiquement, sauf ponctuellement pour des bobos friqués en mal de sensations, mais à vérifier.. Pour le reste ..
  8. Actualités de Curiosity - 2013

    Suite à la décision de mise en œuvre sur le site "Mary Anning" de la technique de prétraitement des échantillons par chimie humide à basse température (dérivatisation) pour faciliter l’extraction, la volatilisation, la préservation et l’identification de la matière organique présente dans le sol martien, voici deux déclarations édifiantes qui confirment sans ambigüité (et si besoin) l'intérêt particulier et exceptionnel de ce site : - 1) 28 août 2020 - Scott Guzewich, scientifique de l'atmosphère - je cite : "Étudier les roches riches en argile du cratère de Gale est l'une des raisons pour lesquelles il a été choisi comme site d'atterrissage pour notre rover. Curiosity a passé huit ans à rouler et à rechercher un échantillon de roche qui soit le meilleur choix pour utiliser une ressource précieuse et non renouvelable de l'instrument SAM : l'hydroxyde de tétraméthylammonium, ou TMAH en abrégé. SAM s'est envolé pour Mars avec deux de ses gobelets à échantillons contenant une quantité infime de ce composé spécial, ce qui permet à l'instrument SAM de détecter plus facilement les composés organiques (riches en carbone) des roches qui pourraient nous aider à comprendre si les ingrédients nécessaires à la vie étaient présents dans le cratère Gale alors qu'il était mieux appelé "lac Gale". "Ce week-end, nous allons effectuer un essai de l'expérience TMAH pour affiner les procédures et nous assurer que tout se passe bien lorsque nous déposerons un tout petit morceau de roche en poudre de notre prochain trou de forage (sur le même morceau de roche que le trou de forage de Mary Anning) dans l'une des deux coupelles d'échantillon contenant du TMAH. Si tout se passe bien, lorsque nous réaliserons l'expérience pour de vrai dans les sols à venir, nous aurons une vue fascinante sur la chimie du lac Gale." - 2) 31 août 2020 - Susanne Schwenzer, géologue planétaire - je cite : "Curiosity est dans la région des cibles "Mary Anning" depuis un certain temps déjà, et ce pour une très bonne raison : il est venu ici pour trouver les roches idéales pour une expérience SAM très spéciale. Tout d'abord, nous avons confirmé que nous avions le type de roche que nous souhaitions. L'apparence peut toujours tromper (et oui, ce n'est pas seulement pour les roches, nous le savons tous !) La chimie, cependant, ne ment pas, et ChemCam et APXS ont confirmé que nous avons sous la foreuse ce que nous sommes venus chercher. SAM a confirmé que toutes les procédures sont maintenant prêtes. Ainsi, le grand titre d'aujourd'hui est : Nous sommes prêts à forer la cible "Mary Anning 3" dans le cadre de ce plan et à réaliser l'expérience de chimie humide SAM dans le courant de la semaine" /../ ".. le grand moment où l'on se rongera les ongles sera lorsque nous apprendrons si l'expérience de chimie humide a réussi. Croisons les doigts pour SAM !" FIN DE CITATION Est-ce assez clair !!! Dans le texte cité ci-dessus, l'auteur indique : "Nous sommes prêts à forer la cible "Mary Anning 3" (??).. Comme souvent malheureusement, les scientifiques bâclent un peu les comptes-rendus et ont le don d'embrouiller quelque peu les lecteurs. Sachant que la cible initiale se nommait (logiquement) "Mary Anning 2" (voir l'image plus haut) et qu'elle était en attente de forage, même s'ils n'ont pas pris la peine de le préciser, on peut supposer (supputer/subodorer) qu'ils aient finalement choisi un autre emplacement nommé "Mary Anning 3" pour le deuxième forage. Sur les dernières images il semble qu'il y ait eu un test de charge du foret à cet autre emplacement : HAZCAM AVANT - 30 AOÛT 2020 (SOL 2867) : Emplacement du forage "MARY ANNING 3" ?? Affaire à suivre donc...
  9. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Ben eux, fascinés, ils écoutent religieusement les incantations de leur "Space Cowboy" interplanétaire préféré et ils regardent You Tube, c'est bon ! : Ici en 2024 une animation vidéo avec la flotte de vaisseaux spatiaux de SpaceX composée d'un vaisseau spatial d'équipage et de quatre vaisseaux cargos débarquant sur Mars. Voilà, c'est simple le voyage martien, et c'est beau ! On se fait vraiment du souci pour pas grand chose !!
  10. Actualités de Curiosity - 2013

    Ou alors chercher l'écaille de moules.. mais c'est pas gagné..
  11. Actualités de Curiosity - 2013

    Tout d'abord, des "preuves irréfutables", que ce soit avec Curiosity ou avec le rover R.F. de l'ESA, à moins de trouver un os ça peut difficilement exister. Seul le retour d'échantillons "productifs" sur Terre pourrait éventuellement permettre de trancher.. peut-être pas à 100 % . Ensuite on peut envisager que l'équipe de l'ESA ait globalement les mêmes contraintes drastiques de com' sur les données scientifiques "sensibles" de ce genre de mission et qu'elles soient respectées. C'est assez légitime. Sachant que pour Curiosity ils ont poussé ces règles assez loin, c'est un peu l'omerta. C'est assez perturbant quand ces données, ou d'autres éléments comme sans doute la (trop ?) forte sensibilité de l'armée de géologues composant l'équipe à cet aspect de la mission, influencent manifestement la stratégie et les déplacements du rover. J'ai eu personnellement beaucoup de mal, et j'en ai encore, pour en comprendre la logique, surtout en regard des objectifs. D'autant que les écrits des scientifiques dans les "updates" paraissaient, et paraissent encore parfois plus que contradictoires avec les priorités accordées aux déplacements et activités du rover. Mais je m'accroche !
  12. Actualités de Curiosity - 2013

    Et oui, cette mission depuis 2012 c'est le blackout quasi total !.. Rien ne filtre en dehors des publications, hormis les images et les communiqués laconiques et convenus de la Nasa avec le laïus habituel, style "on a un milieu favorable à la XXX.." etc... Je confirme.. Pas trouvé d'os encore . Pour les deux sites de forage qui ont permis la découverte de molécules organiques complexes ("Cumberland" et "Mojave"), j'avais "flairé" quelque chose sans pouvoir préciser quoi. Surtout à "Cumberland" en fait. Donc, je parle d'expérience ce qui n'engage que moi.. et je tiens les paris !. On est tous d'accord sur ce point (ou on devrait l'être ). Il ne sera jamais questions ici d'autres choses que "d'indices". L’équipe de Curiosity c’est de plus de 400 chercheurs et ingénieurs tenus par des règles strictes de communication. Il est interdit à l'équipe scientifique de Curiosity de partager et de discuter des données scientifiques de la mission avec qui que ce soit jusqu'à ce que les données soient accessibles au public lors de publications et/ou leur exposé lors des réunions scientifiques programmées telles que "l'American Geophysical Union" ou la Conférence "Lunar and Planetary Sciences” (LPSC). Au point qu’en avril 2014 Ciel&Espace avait titré : "CURIOSITY EST-IL PARANOÏAQUE ?" Jusqu’ici on craignait que les molécules organiques issues d’une chimie prébiotique ou de la vie il y a 3,5 milliards d’années, aient été systématiquement détruites par l’environnement martien hostile, et entre autres aussi à cause de la présence de perchlorate sur la toute la surface de Mars. Les perchlorates martiens se forment naturellement, comme les perchlorates terrestres, grâce au rayonnement solaire ultraviolet puissant qui atteint la surface et facilite l’oxydation des éléments chlorés contenus dans le sol en l’absence d’eau. L’oxydant doit provenir de l’oxygène de l’atmosphère (sur Mars, quelques molécules d’oxygène libre et l’oxygène des molécules de gaz carbonique qui est abondant, ceci sur des temps géologiques). Chauffés, les perchlorates sont extrêmement corrosifs, et on a pu constater qu’ils ont très probablement corrompu les analyses des Viking et de l’atterrisseur Phoenix en 2008. C’est d’ailleurs Phoenix qui, le premier, a déterminé l’existence de cet oxydant. Lors de l'analyse classique dite "Evolved Gas Analysis" (EGA) le labo SAM fait chauffer l’échantillon jusqu’à 900°C. Cela libère ou "évolue" les composés volatils de l'échantillon dont la composition est cataloguée, en particulier pour vérifier les traces de molécules organiques. Sauf que chauffés ainsi les perchlorates modifient les structures des composés organiques, de sorte que les identités des matières organiques martiennes dans la roche restent incertaines. Par exemple lorsque les premières molécules organiques complexes ont été découvertes par Curiosity en mai 2013 (sol 279) à "Cumberland", l’action de chauffer l’échantillon, et donc les perchlorates, a détruit les molécules organiques originelles en les transformant en chlorohydrocarbones, rendant impossible leur identification. Je cite Claire Newman, scientifique de l’atmosphère, dans le dernier compte rendu de la mission : "L’objectif principal à l’heure actuelle est de forer et d’échantillonner du matériau pour l’expérience de "chimie humide" de SAM. Il s’agit de transformer des matières organiques moins volatiles en formes qui peuvent être détectées à l’aide du spectromètre de masse du chromatographe en phase gazeuse de SAM. Il s’est avéré que nous n’étions pas parfaitement positionnés pour forer à la cible "Mary Anning 2", donc dans le prochain plan d’activités nous avons inclus un court trajet pour nous mettre au bon endroit". FIN DE CITATION Il s’agit donc ici d’utiliser l’autre technique d’analyse dite de "chimie humide" À BASSE TEMPÉRATURE. Une technique qu’il n’était possible de solliciter qu’à 9 reprises car il n’existe originellement que seulement 9 coupelles fermées par un opercule transperçable et remplies de solvants chimiques (il n'en reste plus que 6). Ces solvants sont des produits chimiques spéciaux appelés "agents de dérivatisation" conçus à l’origine pour rendre certaines molécules plus faciles à détecter et surtout pour étudier des molécules fragiles, sensibles à la chaleur (en général les molécules organiques volumineuses telles que les molécules organiques complexes). Un élément de plus qui démontre l’intérêt porté par l'équipe à ce site de forage. MOSAÏQUE MASTCAM - 28 AOÛT 2020 (SOL 2865) - Paul Hammond : J'ai précisé l'emplacement exact de la zone de forage "Mary Anning 2" PANO NAVCAM (complété) - 28 AOÛT 2020 (SOL 2865) - Jan van Driel Magnifique !
  13. Deinococcus radiodurans

    Et on dit que les marseillais exagèrent !!...
  14. Deinococcus radiodurans

    Comment dire... Non, je peux pas, c'est du lourd, du très lourd, et vous n'êtes pas préparés .. (Même Raoul, qui pourtant écrase ce forum de son esprit supérieur et de sa noblesse d'âme, c'est dire..)
  15. Deinococcus radiodurans

    C'est imminent !!!!! À ce sujet j'en connais un (un anti-XXX martienne notoire) qui va moins rigoler... Pour lui le choc sera équivalent à un pingouin d'Europa sur la cafetière ..
  16. la méteo du moment

    Et oui Alain.. dans ce monde nouveau estampillé "home moderne!" par Raoul, auto-intronisé "censeur en chef" d'Astrouf, l'Hypocrisie Totale, Exacerbée et Dévastatrice est en passe de devenir une règle d'or.. Heureusement je suis vieux malade et fatigué, donc ce sera sans moi !
  17. Deinococcus radiodurans

    Des fois, en lisant certains trucs, j'ai peur de recevoir sur la tronche un pingouin catapulté par un geyser d'Europa.. Parce que m'tnant si en plus des masques, des visières, des gants.. il faut mettre des casques lourds.. pffffff.. !!
  18. Actualités de Curiosity - 2013

    C'est totalement nécessaire vu que ces poussières venues d'ailleurs entraineraient un biais dans l'analyse chimique de la roche native, en particulier avec les analyses spectros de surface. Pour ces opérations de "nettoyage" les opérateurs utilisent parfois aussi des tirs lasers, très efficaces.
  19. la méteo du moment

    Pour régler le problème, y'a bien un proverbe breton (très fiable paraît-il), une histoire de goéland qui se gratte je crois.. Pour la France profonde faudrait juste vérifier si ça marche aussi avec d'autres volatiles..
  20. Actualités de Curiosity - 2013

    Curiosity est toujours présent sur le site de forage "Mary Anning" pour en étudier la chimie et les structures sédimentaires. Le deuxième forage est confirmé et devrait suivre après que le dernier plan d’activités (du 22 au 25 août – sols 2860 à 2863) se soit achevé. Le premier sol de ce plan (22 août) a démarré avec MastCam chargée de vérifier le niveau de poussière sur le pont du rover, puis avec la détection de changement de certaines ondulations de sable proches, et enfin avec la réalisation d’une mosaïque Mastcam pour documenter le relief et les motifs du sol autour du rover. Le deuxième sol (23 août) comprenait une observation "passive" du ciel par ChemCam pour évaluer les niveaux de vapeur d'eau et de poussière dans l'atmosphère, ainsi que plusieurs autres activités de surveillance de l'environnement pour caractériser l'opacité atmosphérique et rechercher les nuages. Le troisième sol (24 aoùt) a démarré avec une observation multi-spectrale MastCam du site prévu pour le deuxième forage à "Mary Anning 2", quelques observations différentes de détection des changements des ondulations et des creux au sol près du rover, des observations ChemCam de cibles rocheuses, et des observations environnementales supplémentaires. Ensuite, MAHLI prendra des images de quelques nodules sombres sur la cible "Falkirk Wheel" et APXS étudiera sa chimie. Tôt le matin du quatrième sol (25 août), Curiosity effectuera une surveillance atmosphérique avec Mastcam et NavCam, puis la majeure partie de la journée sera consacrée aux observations météo avec les instruments REMS. Mon humble avis, c'est que dans les mois et années à venir il est fort probable que nous entendions beaucoup parler des forages à "Glen Etive" et "Mary Anning". L'attente est quelque peu frustrante. C'est le temps de la science et, sauf rares exceptions, l'équipe est tenue à une totale confidentialité, en particulier sur d'éventuelles données biologiques, mais pas seulement. HAZCAM AVANT - 20 AOÛT 2020 (SOL 2858) : Emplacement du deuxième forage MAHLI - 20 AOÛT 2020 (SOL 2858) - Phil Stooke : Partie brossée sur la cible "Mary Anning 2". Au centre la trace d'appui du foret pour un test de charge destiné à vérifier la stabilité de la roche MASTCAM - 20 AOÛT 2020 (SOL 2858) : La brosse "DRT" (Dust Removal Tool - outil de dépoussiérage) d'un diamètre efficace de 4,5 cm. Elle permet d'enlever la couche superficielle de poussière qui recouvre la zone à examiner. PANO NAVCAM - 24 AOÛT 2020 (SOL 2862) - Jan van Driel :
  21. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Tu manques pas d'air, punaise... Me harceler pendant des mois puis finir par m’injurier gratuitement, t’appelles ça "vouloir être adulte" ??.. Quant à ta "cour de récréation", tu étais bien le seul à t’y amuser. Absolument pas, impossible pour moi, et toi non plus en fait. Tu viens de le démontrer avec ta mauvaise foi habituelle. Faire le "chacal" (justement) puis passer en mode "pucelle effarouchée" là tu sais faire. Rien de nouveau. C’est un peu comme tes multiples changements de pseudos. Un comble... Après, plus haut, le mode "maître d’école" et "père fouettard", là c’est le mode "ingénu", "l'innocence de l’enfant qui vient de naître" ... Que c’est beau !!.. Sniff…. Un vrai caméléon. Comme on a déjà essayé (vainement) de te le faire comprendre, ce forum n’est pas systématiquement constitué d’ignares incultes comme semble le suggérer ta "melonnite" aigüe. Par exemple, beaucoup ici connaissent aussi bien que toi les "deux cultures" auxquelles tu fais sans cesse allusion et n’ont aucunement besoin que tu te poses en censeur chaque fois que l’on critique tel ou tel aspect culturel des ricains. Alors une dernière fois: lâche nous un peu les baskets ! PS > Désolé de polluer les copains, mais je ne pouvais laisser passer ça, j'arrête là, promis.
  22. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Objectivité, constructivité, expertise... va falloir que t'arrête Roul de te croire autorisé à donner des leçons de morale et/ou de comportement à tous ici, j'estime que t'es assez mal placé pour ça (ou alors je vais te rafraichir la mémoire). Comme te le faisait remarquer Alain Moreau plus haut on attend toujours que "tu te fendes d'une réponse circonstanciée hautement informative"... "Nous te lirons attentivement Roul, si tu as des informations techniques factuelles à nous communiquer répondant à ces différents points".
  23. Actualités de Curiosity - 2013

    Deuxième forage prévu sur le site "Mary Anning" !! Au vu des résultats d’analyses (dont le décorticage et l’examen peut demander plusieurs mois) Il y a quelques semaines l’équipe du rover avait envisagé de rebrousser chemin pour aller forer une troisième fois sur le site de "Glen Etive" où le rover avait déjà opéré deux forages le 4 août 2019 (sol 2486) et le 15 septembre 2019 (sol 2527) ! Après réflexion l’équipe a décidé de chercher un site équivalent dans le trajet de contournement vers l’Est, et ils l’ont trouvé à "Mary Anning", le site actuel, où le premier forage semble avoir donné des premiers résultats prometteurs. D’où la décision d’opérer un deuxième forage "Mary Anning 2" tout près du premier sur la même dalle rocheuse. NAVCAM - 20 AOÛT 2020 (SOL 2858) : Test de charge avec appui du foret sur la dalle Je cite Michelle Minitti, géologue planétaire : "Il y a quelques semaines à peine, nous avons acquis un échantillon de la cible de forage "Mary Anning". Au cours de ces semaines, CheMin, SAM, ChemCam, APXS et MAHLI ont tous étudié en profondeur l'échantillon et le trou de forage qui en a résulté, et l'ont trouvé suffisamment convaincant pour que nous soyons prêts à creuser à nouveau dans le substratum rocheux de notre espace de travail. MAHLI va commencer à s'amuser en photographiant la deuxième cible Mary Anning avant que la brosse DRT ne l'effleure. Après le brossage par la DRT, MAHLI prendra de nouveau des images de la cible pour donner à APXS un aperçu de l'endroit nouvellement nettoyé qu'il analysera. Ensuite, les ingénieurs du rover pousseront le foret dans la cible pour voir comment la roche réagit avant le forage. MAHLI prendra une nouvelle fois des images de la cible pour voir quelle impression, le cas échéant, le foret a laissé dans la roche. L'APXS a la possibilité d'acquérir des données dans la zone nettoyée par le DRT pendant la nuit le 19 août (sol 2858). CheMin se préparera également pour le prochain échantillon de Mary Anning en effectuant une analyse de la cellule vide qui attend de recevoir l'échantillon. Avec toute cette activité des bras juste devant le rover, ChemCam a sélectionné une cible à droite du rover appelée "Roue de Falkirk". La "Roue de Falkirk" semble être une autre collection de nodules sombres comme la cible "Ayton" analysée par ChemCam, MAHLI et APXS dans les plans précédents". Un brin de nostalgie - retour 15 ans en arrière en août 2005 - je cite toujours : "En ce jour de l'histoire de l'exploration de Mars, il y a 15 ans, Spirit s'approchait du sommet de la colline « Husband Hill », haute de 100 mètres, dans le "cratère Gusev", qu'il a conquis à la fin de ce mois". Image de deux "dust devils" prise en août 2005 par Spirit depuis le sommet "d'Husband Hill" (collines "Colombias") "Pendant ce temps, Opportunity analysait des cibles portant le nom de diverses baies et fruits pendant sa longue route vers le cratère "Erebus" dans la plaine de Meridiani". Affleurement "Olympia" sur la marge nord-ouest d’Erebus en août 2005. La vue s’étend sur environ 120 degrés d’un côté à l’autre, généralement en regardant vers le sud. L’affleurement expose une vaste étendue de roches sédimentaires riches en sulfate. Les roches se sont formées principalement à partir de sédiments soufflés par le vent, mais certaines se sont également formées dans des conditions environnementales allant de l’humidité à l’eau de surface peu profonde : "À ce moment-là, Curiosity n'était guère plus qu'une lueur dans les yeux de nombreux ingénieurs et un tas de dessins techniques. Tu as fait un long chemin, bébé !"
  24. la méteo du moment

    C'est drôle la pluie quand même... je me souvenais plus ..
  25. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    On rigole, mais respect, parce que sur ce chalutier récupérateur y parait qu'ils ont une longue peine pour arriver officier..