vaufrègesI3

Member
  • Content count

    12989
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    9
  • Country

    France

Everything posted by vaufrègesI3

  1. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Oui mais pour nous ici le summum aurait été : " ... SN15 qui devrait péter dans les prochains jours".
  2. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    Tout à fait.. un peu dans la même veine des pensées fulgurantes de Jean-Claude Van Damme : "Je suis fascine par l'air. Si on enlevait l'air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre....Et les avions aussi.... En même temps l'air tu peux pas le toucher...ça existe et ça n'existe pas...Ça nourrit l'homme sans qu'il ait faim...It's magic...L'air c'est beau en même temps tu peux pas le voir, c'est doux et tu peux pas le toucher.....L'air c'est un peu comme mon cerveau..."
  3. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    Elon et ses Playmobils bottés Je ne voudrais avoir l'air de critiquer gratuitement (c'est vraiment pas mon genre) mais il me semble qu'il va falloir qu'il songe à changer de taille de costard.. Le bouton de la veste... ben.. vapéter !! Sinon belle ambiance ! C'est un peu comme en ce moment avec Marseille et l'OM.. on va dire que l'équipe entraîne la population !!..
  4. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    Ce sont toujours des images spectaculaires.. Ce qui est un peu agaçant c'est que dès qu'il s'agit de SpaceX, ça devient extraordinaire, "historique", comme si le spatial venait de naître.. Le premier rendez-vous spatial a été réalisé il y a 55 ans, le 15 décembre 1965 par Walter M. Schirra, commandant de Gemini 6, avec le vaisseau Gemini 7. Après cette date, les rendez-vous et les amarrages ont constitué pour les Américains l'étape décisive des expéditions sur la Lune (missions Apollo, 1969-1972). Et depuis les années 1970, ils sont régulièrement réalisés dans le cadre d'opérations de ravitaillement ou de relève d'équipages des stations spatiales. En particulier et entre autres depuis 1998 pour l'ISS avec une multitude de navettes américaines et de Soyouz tout d'abord durant la phase de sa construction puis durant toute son exploitation. Sans compter les engins automatiques de ravitaillement, notamment les vaisseaux russes Progress, les vaisseaux européens ATV ainsi que les HTV japonais. Bref, c'est toujours un peu délicat, mais depuis plus d'un demi-siècle, on sait faire.
  5. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Exactement.. Pour illustrer ton propos, et en exagérant à peine, je crois que si on avait confié la remise en état de Notre Dame à Elon, en première approche je vois bien le personnage être capable de proposer ce genre de projet prometteur (avec plein de bornes Tesla) :
  6. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    On ne voit vraiment pas pourquoi il y aurait besoin d'avoir de grosses bottes pour entrer en piste dans l'ISS ??...
  7. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Je confirme.. Solution envisagée mais abandonnée depuis longtemps cher @VNA1 @bentley @roul .... sachant que tu avais déjà posé cette question, et qu'on t'avait répondu.
  8. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Ouaih... En attendant on va cuiter..
  9. mars 2020 rover

    INCROYABLE Anne !! Les bretons sont partout !.. UN DOLMEN SUR MARS !!!!!..........
  10. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Pour en avoir le cœur net j'ai pompé la version originale de cette langue bizarre sur la vidéo (pour le passage qui nous intéresse) et je l'ai moulinée au filtre de ce que je crois la meilleure traduction possible : recent video from Nasa Space Fligth captured this very intersting procedure of a very large Starship segment rotating turntable style covered in white insulation fabric so we can safely assume thate SpaceX is making progress with the design and robotic placement of spot-welded expansion joints which the thermo-tiles snap onto it's pretty much stud welding possibly with special studs and these robot delivered over half a year ago. Traduction : Une vidéo récente de Nasa Space Fligth a capturé cette procédure très intéressante d'un très grand segment de Starship tournant à la manière d'un plateau tournant recouvert d'un tissu isolant blanc. Nous pouvons donc supposer que SpaceX progresse dans la conception et le placement robotisé des joints de dilatation soudés par points sur lesquels les tuiles thermiques s'emboîtent, il s'agit pratiquement de soudure de goujons, éventuellement avec des goujons spéciaux, et ces robots ont été livrés il y a plus de six mois. (Traduit avec www.DeepL.com/Translator) Rien de nouveau ni de plus précis donc. Vapéter ??..
  11. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    OK.. mais ça commence mal... : "Falcon 9 : la fusée qui emmène Pesquet dans les étoiles" Ben voyons !.. ça c'est la vision des distances du père Elon, visionnaire de "l'Homme interplanétaire du Futur". L'ISS est à peine un peu plus loin que la distance Marseille - Lyon (en allant vers la Norvège ).. C'est un petit peu plus compliqué pour accéder à l'ISS, mais au moins là y'a pas de péages.
  12. Actualités de Curiosity - 2013

    L’image ChemCam RMI du 21 avril ci-dessous du forage "Bardou" démontre que le foret a rencontré une roche très friable. … ce que confirme la géologue planétaire Abigail Fraeman – je la cite : (et je surligne) "La planification d'aujourd'hui a été facilitée par un important "cadeau énergétique" que nous avons reçu lorsque le forage dans la roche tendre a nécessité moins d'énergie que prévu. Avec toute cette énergie supplémentaire, l'équipe a décidé d'avoir un bloc scientifique de télédétection prolongé comprenant des observations de la composition de l'atmosphère à l'aide de ChemCam, des spectres passifs ChemCam sur les résidus de forage, une image multispectrale Mastcam des résidus de forage et une mosaïque stéréo Mastcam de textures intéressantes à proximité du rover. Lorsque nous aurons terminé toute cette télédétection, Curiosity déposera des parties de l'échantillon foré sur le couvercle fermé de l'entrée de SAM afin que nous puissions étudier le matériau foré et nous préparer à le livrer à CheMin et SAM plus tard cette semaine. J'ai hâte de voir ce que nous allons trouver ici, au sommet du "Mont Mercou" !". MASTCAM – 20 AVRIL 2021 (SOL 3094) : NAVCAM – 21 AVRIL 2021 (SOL 3095) : IMAGE DE CONTEXTE AVEC LES QUADRANGLES TRAVERSÉS PAR CURIOSITY DEPUIS SON ATTERRISSAGE LE 6 AOÛT 2012 – 25,060 km parcourus :
  13. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    J'ai surtout l'impression que, sur ce point, l'auteur de la vidéo manque lui même d'éléments précis sur les techniques de fixation utilisées, sachant que Space X ne tient pas forcément à rendre public et en détail toutes les données et/ou innovations sur ce sujet hautement délicat/stratégique, un aspect importantissime et problématique qui impacte très fortement la suite et la conception globale de l'engin.
  14. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Je cite texto ci-dessous les éléments énoncés par l'auteur de la vidéo sur ce sujet précis : "Nous pouvons donc supposer que Space X progresse dans la conception et le placement robotique des joints de dilatation soudés par points sur lesquels les carreaux de protection thermique s'enclenchent. Et ces robots font le travail" : Je recite : "Il s'agit à peu près de soudage de goujons, éventuellement avec des goujons spéciaux" :
  15. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    T'as pas tort (comme Théodore) : Oh! quelle joie immense! La nuit, ce temps béni Commence Et le jour est fini. Où sont les faux artistes Et sur les boulevards Les tristes Cortèges des bavards? Évanouis! La terre, Dans un délicieux Mystère, Murmure avec les cieux.
  16. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    Pas mal ! Là ils vont donc reculer pour s'en tirer ensuite ?
  17. Actualités de Curiosity - 2013

    GIF du forage "Bardou" au sommet de "Mercou" Les données de ce forage du 20 avril (sol 3094) complèteront celles du précédent effectué à "Nontron" le 12 mars (sol 3056) au pied de la falaise.
  18. Actualités de Curiosity - 2013

    Hier 19 Mars Lucy Thompson, géologue planétaire, écrivait : "Curiosity se prépare à tenter de forer le trou n°31 ("Bardou") sur Mars, un exploit que nous pensions impossible il y a plus de 4 ans, lorsqu'une pièce clé de la foreuse a cessé de fonctionner. Cependant, la persévérance, l'ingéniosité et le travail acharné de l'équipe du JPL ont permis de trouver une solution de contournement qui a permis de reprendre le forage sur Mars plus d'un an plus tard. Depuis, nous avons foré 15 autres trous, doublant ainsi notre inventaire ! L'analyse de l'échantillon foré à "Bardou" par CheMin, SAM et d'autres instruments nous aidera à comprendre la transition entre les roches argileuses que nous avons étudiées à "Glen Torridon" et les roches sulfatées sus-jacentes que nous allons bientôt rencontrer". FIN DE CITATION LE FORAGE N° 31 "BARDOU" A BIEN ÉTÉ RÉALISÉ CE JOUR 20 MARS ! HAZCAM AVANT - 20 MARS 2021 (SOL 3094) : NAVCAM - 20 MARS 2021 (SOL 3094) : Forage en cours
  19. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    Et puis quand il va résilier le contrat pourri de Starlink, l'antenne pourra toujours lui servir de table basse dans le salon (pour servir l'apéro)..
  20. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Comme je le fais souvent pour conserver des notions intéressantes sur les missions martiennes et y faire référence, j'ai pondu un résumé des éléments principaux fournis par l'auteur de la vidéo ( Starship vs Space shuttle) postée par Alain plus haut. Comme je suis gentil je te le livre gracieusement Kaptain - et sans les formules de calcul . L'auteur évoque surtout les spécificités de la technique de protection thermique du Starship par rapport à celles de la navette (en bonne part déficientes), c'est très intéressant et de bon augure pour la suite. Reste à vérifier et à expérimenter tout ça en conditions réelles... et c'est pas gagné !!.. Trois chiffres concernant la défunte navette spatiale : Rénovation après chaque mission : Cinq mois et 750 000 heures de travail - Contrôle manuel de 24000 carreaux. Un vaisseau en orbite a beaucoup d’énergie cinétique en raison de sa vitesse (7,6 km/s pour l’ISS). Si on part d’une masse (minimale) du Starship de 100 tonnes, son énergie cinétique est de 3 térajoules (sans compter l’énergie potentielle de gravitation en fonction de l’altitude). Pour atterrir le Starship doit donc se débarrasser de 3 térajoules, soit l’équivalent de 700 tonnes de TNT ou 5% de l’explosion nucléaire d’Hiroshima. Sur le même profil de vol que la navette spatiale , la procédure de rentrée atmosphérique durerait 30 mn. 3 térajoules répartis sur 30 mn se traduisent par 1,7 gigawatts de puissance. Comment faire pour freiner, sans bruler de carburant supplémentaire : "frapper" l’atmosphère en convertissant l’énergie cinétique en chaleur. Convertir instantanément 3 térajoules augmenterait la température du vaisseau de 64000 degrés Celsius. Et l’acier inox fond à 1450 degrés Celsius. Le vaisseau spatial se déplace si vite que l’air ne peut pas s’échapper assez rapidement. Au fur et à mesure que le gaz se comprime, sa pression augmente et donc sa température aussi. Elle peut atteindre des dizaines de millions de degrés ! Si cette onde de choc atteint le vaisseau, c’est une mauvaise nouvelle pour les occupants. Il est donc nécessaire de maintenir l’onde de choc éloignée du vaisseau. La charge thermique est inversement proportionnelle au coefficient de trainée. Si un coussin d’air se forme à l’avant du vaisseau, il éloigne l’onde de choc ce qui réduit considérablement la charge thermique : c’est une onde de choc "détachée". La forme conique a une onde de choc "attachée". La forme ronde et cylindrique de Starship est le premier avantage par rapport à la navette spatiale, car elle augmentera la distance de l’onde de choc. Mais la couche d’air entre l’onde de choc et le vaisseau est toujours à des milliers de degrés et chauffe par contact, l’onde de choc elle-même chauffant aussi par rayonnement. Une stratégie importante pour survivre à la rentrée est de ralentir autant que possible en haute altitude avant d’atteindre les couches les plus denses de l’atmosphère sous-jacente. Pour gérer la décélération et la dissipation thermique, l’engin doit contrôler son angle d’attaque et Starship a des ailerons pour cela. À stade l’auteur évoque les missiles balistiques qui utilisent un type de bouclier thermique spécifique dit " ablatif" dont la couche extérieure chauffe jusqu’à 11000 degrés Celsius. Pour arrêter le transfert thermique vers l’intérieur, la résine qui maintient l’ensemble se vaporise et la couche extérieure s’écaille loin du vaisseau en transportant la chaleur avec elle. Ce matériau est appelé "Ablateur de carbone imprégné phélonique".. ou "PICA". Space X a développé une version améliorée de PICA 10 fois moins chère et légèrement améliorée, "PICA X", utilisée sur le Crew Dragon. Mais devoir reconstruire le bouclier thermique pour chaque mission est incompatible avec l’objectif de réutilisabilité de Starship. Le seul autre choix est un écran "dissipateur de chaleur" comme celui utilisé sur la navette spatiale. Ce système repose sur sa capacité à absorber la chaleur et l’empêcher d’atteindre le vaisseau. Soit une faible conductivité thermique et une capacité thermique élevée avant d’atteindre le point de fusion. Elon a mentionné que les carreaux du Starship sont fabriqués à partir d’oxyde de silicium et d’aluminium, éventuellement avec un peu de carbone. Ils sont noirs et peuvent donc utiliser un revêtement de borosilicate émaillé noir. Ils peuvent résister à 1260 degrés Celsius. C’est une sorte de "mousse dure", 90 % du volume étant constitué d’air et les 10 % restant, de silice. Sur la navette spatiale chaque carreau du corps complexe de l'engin avaient une taille et une forme uniques, rendant cauchemardesque leur fabrication, leur contrôle qualité, et le temps de remise à neuf de ces 24000 carreaux. D’autre part la méthode de "collage" était problématique, et la cellule en alu perdait sa résistance bien avant son point de fusion à 500 degrés C.. Contrairement à la navette spatiale, il faut noter aussi qu’il n’existe aucun risque de chute de glace et d’isolants au dessus de l’engin. Starship est seul, c’est un cylindre, et cette forme permet de couvrir la majorité du vaisseau avec des tuiles de formes et tailles identiques permettant une fixation rapide et robotique de ces tuiles ainsi que leurs joints de dilatation. Sur la navette la perte d’une tuile représentait un grave danger pour la cellule en alu, le châssis et les pièces structurelles (point de fusion à 500°C et perte de résistance à partir de 250°C). Le corps de Starship est en acier inox 304 L qui fond à environ 1400°C et peut tenir en résistance jusqu’à 800°C, même s’il en perd une bonne partie. Starship sera équipé de joints de dilatation soudés par goujons avec des carreaux symétriques interchangeables. Sur ses ailes les surfaces de contrôle sont plus courtes que sur la navette, surtout quand elles sont repliées. À sa température maximale, le carreau rayonne 180 fois plus de chaleur qu’il n’en transfère dans le vaisseau. Les carreaux absorbent et évacuent la chaleur et empêchent son transfert sur les éléments structurels, tout cela en étant extrêmement légers.
  21. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    En tout cas, non seulement il s'est remarquablement bien renseigné sur pas mal d'aspects et caractéristiques du bazar, et surtout il maitrise parfaitement son sujet. Un régal !
  22. Actualités de Curiosity - 2013

    POSITION atteinte AU 14 avril (SOL 3088) et toujours actuelle le 19 avril (SOL 3093) pour le forage à venir - par kymani76 : PANO MASTCAM - 16 AVRIL 2021 (SOL 3090) - Damia Bouic : Depuis le sommet de "Mercou" - SOMPTUEUX !! https://db-prods.net/marsroversimages/curiosity-2020.php#23 PANO MASTCAM - 17 AVRIL 2021 (SOL 3091) - Kevin Gill : MOSAÏQUES MASTCAM - 16 AVRIL 2021 (SOL 3090) - Jan van Driel :
  23. mars 2020 rover

    ... et le panneau de protection du système de stockage d'échantillons..
  24. mars 2020 rover

    Absolument.. Cette vidéo ne comporte que 79 images.. Elle a sans doute été "taillée" au départ de Mars pour pouvoir être transmise rapidement à la Terre. Quant à l'insecte, toutes ses communications transitent d'abord par le rover (puis par un orbiteur) avant d'être reçues sur Terre (et inversement).
  25. Actualités de Curiosity - 2013

    Le 18 avril les opérations préparatoires au forage de la cible "Bardou" se sont poursuivies NAVCAM - 18 AVRIL 2021 (SOL 3092) : MAHLI - 18 AVRIL 2021 (SOL 3092) : HAZCAM AVANT - 18 AVRIL 2021 (SOL 3092) : Test de précharge avec le foret pour vérifier la stabilité de la roche PANO NAVCAM - 18 AVRIL 2021 (SOL 3092) - Kevin Gill :