vaufrègesI3

Membre
  • Compteur de contenus

    10 961
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1
  • Pays

    France

vaufrègesI3 a gagné pour la dernière fois le 6 décembre 2017

vaufrègesI3 a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

197 Bonne réputation

À propos de vaufrègesI3

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    Inavouables ;)
  • Adresse
    MARSEILLE 13009

Visiteurs récents du profil

996 visualisations du profil
  1. OVNI?

    Non.. mais je t'explique Motta, parce que les aut' là, les Super et PascalD.... y sont jaloux d'A.B. et de ses beaux cheveux et de ses belles envolées phylosophico-lyriques qui atteignent des sommets inatteignables pour leurs quelques neurones.. Donc, comme avec A.B. je fais mine d'être "bon public", à la moindre occasion ils me cherchent, ils font des allusions oiseuses, ils asticotent, ils moquent le riche vocabulaire d'A.B..... de vrais gamins quoi .. Et comme j'aime bien en rajouter ils sont tombés sur le bon client .. Bon.. ça doit faire près de dix ans que ça dure ici, avec des fils homériques sur la cosmologie.. Entre autres y participait un monument de mauvaise foi (qui nous manque beaucoup.. non, je déconne), le dénommé ChiCyg, intronisé "Troll à poil dur" par un grand ami des Bogdanov qui vient gentiment éclairer notre lanterne ici de temps à autre. C'est beaucoup plus calme aujourd'hui.. Enfin.. méfiance.. Bref, c'est une longue histoire.. Quant à la citation de Luminet elle est extraite d'une discussion purement académique beaucoup plus riche avec A.B. et d'autres, dont un philosophe.
  2. OVNI?

    C'est petit petit.. Pov' mec....
  3. OVNI?

    J'ai pas vu la vidéo.. mais vu le persiflage et le ricanement ambiant... j'imagine que ça doit parler du multivers mmmhh ?? Bon, je cite : "Ce qui est fascinant, c'est que l'hypothèse des univers multiples, ou multivers, n'est pas mise « à la main » au départ comme retrouver un fantasme « science-fictionnesque » ou utopique, elle est issue d'une réflexion beaucoup plus profonde sur des théories éventuellement unificatrices de la gravitation et de la physique quantique qui font émerger de façon relativement naturelle l'idée de mondes possibles avec des propriétés physiques différentes" Vous imaginez sans doute que c'est la prose d'A.B. ?? Eh ben NAN ! C'est ton copain J.P.Luminet Super, et il est parfaitement en phase avec A.B. sur ce plan
  4. OVNI?

    Absolument.. Et en parlant de "bâtir" j'ai connu une amie qui me disait souvent : "Il faut sceller le trou avant la fondation"..
  5. Actualités de Curiosity - 2013

    Et voilà !! T'as gagné Alain ... Le monstre froid désenchanté a encore frappé .. Mais ça aurait pu être pire : Le cassoulet c'est déjà pas spécialement poétique... mais imaginons une potée au choux.. punaise .. un cauchemar.. une tragédie.. Mais on s'égare un peu là..
  6. Actualités de Curiosity - 2013

    Dans une autre vie et un autre siècle, y'a même quelques décennies, j'ai connu ça sur l'Etna.. et en compagnie d'Haroun Tazief.. oui môôôssieur ! Chuuuuut !.... Pfffffffff.... tu vas t'attirer les foudres du monstre froid bouffeur d'astronautes qui hante ce forum ...
  7. Actualités de Curiosity - 2013

    Curiosity est toujours stationné sur la zone atteinte le 10 décembre 2018 (sol 1930). L'équipe scientifique a décidé de rester à l'emplacement actuel en raison de la vaste gamme d'excellentes cibles scientifiques disponibles dans l'espace de travail. Ces cibles continuent d'aider à contraindre l'histoire géologique de la crête Vera Rubin. Plusieurs cibles nécessitant le déploiement du bras pour les intégrations APXS ont été rapidement choisies et transmises aux planificateurs du rover pour évaluation : Une zone de substrat rocheux plus grise avec un matériau nodulaire à proximité, une caractéristique importante plus résistante et aux tons gris, et de larges veines claires qui sillonnent les roches. Des données ChemCam ont été acquises sur une série de cibles, en particulier avec cet instrument ils annoncent avoir enfin réussi à cibler celles qui présentaient les caractéristiques linéaires allongées et surélevées, les fameux "bâtonnnets". L'imagerie MAHLI de l'espace de travail se poursuit et permet de découvrir des roches étonnantes. La plupart de ces roches paraissent plutôt "tendres" car les brins métalliques de la brosse de nettoyage (DRT) y impriment de profondes marques. Ce serait l'endroit idéal pour tenter d'expérimenter la nouvelle procédure de forage (sans risque de coincer le foret). On est ici sur le bord de la crête qui jouxte la plaine argileuse, et il est possible que ces roches comportent un pourcentage d'argile élevé dans leur composition... HAZCAM AVANT – 18 JANVIER 2018 (SOL 1938) : NAVCAM – 17 JANVIER 2018 (SOL 1937) : MASTCAM – 14 JANVIER 2018 (SOL 1934) : Des nodules affleurant sur les roches MAHLI – 14 JANVIER 2018 (SOL 1934) : Malgré les apparences, il s'agit du même matériau que celui des "bâtonnets", celui-ci a été un peu "torturé" . Il a été brossé avant les tirs lasers (qui n'apparaissent pas encore) MAHLI – 15 JANVIER 2018 (SOL 1935) : Plus près de la roche centrale MAHLI – 17 JANVIER 2018 (SOL 1937) : VEINES de Gypse, très probablement
  8. J'aime beaucoup cette image IR côté nocturne.. Elle a un aspect "fantasmagorique" Je cite : Vénus dans l'infrarouge d'Akatsuki Cette vue de Vénus a été acquise par la caméra IR2 du satellite japonais Akatsuki, qui observe, entre autres choses, la "chaleur" de l'atmosphère de la planète sur son côté nocturne. Ces images doivent être comprises comme des "masques" ou des "négatifs". La chaleur émane des couches profondes de l'atmosphère et est bloquée par l'épaisse couche nuageuse. WMW: Les zones plus claires ont une température de brillance plus élevée, mais en fait, l'atmosphère inférieure rougeoyante sous-jacente est remarquablement uniforme en termes de variabilité horizontale de la température. Les contrastes sont entièrement dus à l'épaisseur des nuages à plus de 20 kilomètres au-dessus de la couche rougeoyante.
  9. Un énorme et magnifique boulot de traitement d'images de Damia BOUIC interprétées par trois scientifiques : VOIR ICI : http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2018/0116-a-new-look-at-venus-with-akatsuki.html EXTRAIT : Un nouveau regard sur Venus avec Akatsuki Note de l'éditeur: Ce blog est une collaboration entre une passionnée de traitement d'images (Damia Bouic) et trois scientifiques professionnels (Thomas Widemann, Emmanuel Marcq et Colin Wilson). Bouic a plongé dans un ensemble de données et a traité des images, et Widemann, Marcq et Wilson les ont interprétées. Dans le billet de blog ci-dessous, les mots des scientifiques sont mis en évidence dans des citations précédées de "WMW"; le reste du texte et toutes les images sont l'œuvre de Damia. --ESL Akatsuki (également connu sous le nom de PLANET-C et Venus Climate Orbiter) est une mission japonaise lancée il y a près de huit ans en 2010. Elle a raté sa première tentative d'orbite de Vénus le 7 décembre 2010 en raison de l'échec de sa fusée orbitale. Ce n'est que le 7 décembre 2015, après plusieurs années d'errance autour du Soleil, qu'Akatsuki a réussi à se placer en orbite autour de la planète énigmatique. Même si la nouvelle orbite d'Akatsuki est distante et très allongée, une grande partie des objectifs scientifiques initiaux peut encore être atteinte. C'est l'histoire d'Akatsuki. Je n'étais pas très intéressée par cette mission jusqu'au jour où la curiosité m'a amené sur son site web, où j'ai trouvé les images d'archives de la mission. J'ai pensé que ce serait bien d'essayer de traiter certaines images, juste pour voir ce qui s'est passé. Je ne suis pas déçue du résultat, que je vous présente ci-dessous. Thomas Widemann, Emmanuel Marcq et Colin Wilson (WMW): Les images de Damia sont fabuleuses et des détails qui nous sont complètement inconnus. Je me suis concentrée sur les données de deux caméras. La caméra UVI capture des images dans des longueurs d'onde ultraviolettes, à 283 et 365 nanomètres. Il est prévu d'observer l'atmosphère de la planète dans les moindres détails. Ceux-ci me permettent de faire des images en fausses couleurs [en utilisant 283nm dans le canal bleu et 365nm dans le rouge], après quelques petites manipulations pour construire un canal vert synthétique. La caméra IR2 permet, entre autres, de voir la chaleur intense émanant de l'atmosphère de la planète du côté de la nuit.
  10. OVNI?

    Avec ce fil sans fin ni cesse, on ne devrait plus tarder à toucher l'extrémité de l'abîme ...
  11. Actualité d'Opportunity (suite)

    En fait, c'est trois sites qui restent en lice, mais plus ou moins consciemment j'en ai déjà éliminé un, car j'ai déposé un cierge à Notre Dame de la Garde pour que la morne plaine du cratère "Jezero" ne soit pas choisie .. Sinon, qu'est-ce qui te gêne pour les Colombia Hills ?.. Parce que c'est du déjà vu ?..
  12. Actualité d'Opportunity (suite)

    Oui, ça devrait se situer autour du 15 février.. (Nonobstant les "recalage" des jours terrestres sur les sols martiens)
  13. Actualité d'Opportunity (suite)

    Salut à tous L'absence d'humidité et la quasi absence d'oxygène atmosphérique sont sans doute des éléments très importants dans l'incroyable longégité du rover. Ils garantissent l'absence des processus d'oxydations qui, sur Terre on le sait tous, est notoire et un aspect permanent et extrêmement préjudiciable pour tous les matériels. Il n'empêche que d'un point de vue technologique, la durée de vie des rovers est inattendue (j'inclus Spirit, qui a cessé toute communication le 22 mars 2010 après s'être ensablé près de Home Plate - Les Colombia Hills étant un des deux sites restant en lice pour Mars 2020, qui sait si on ne lui rendra pas une petite visite ? ). Surtout, et on en a déjà discuté dans ce fil, si la durée nominale de leurs missions était établie à seulement trois mois, c'est essentiellement parce qu'on imaginait que les panneaux solaires allaient peu à peu et irrémédiablement se charger en poussières transportées par les vents, et que le premier hiver allait être fatal aux rovers en les privant d'énergie. C'est dans cette optique que la surface des panneaux avait été étendue autant que possible (1,38 m2). En fait, personne n'avait anticipé l'effet bénéfique des coups de vent ou des dust devils qui nettoient en bonne part et assez régulièrement les panneaux solaires. Ils ont « sauvé » les rovers à de multiples reprises, tout particulièrement en hiver . Concernant cette faible durée de mission initiale, il faut dire aussi qu'à l'époque les ingénieurs avaient une confiance très limitée dans la capacité des composants électroniques à supporter les conditions martiennes. L'expérience du petit Sojourner s'était terminée par une brutale perte de contact restée inexpliquée. Sur Mars, même à l'équateur, les variations thermiques jour/nuit peuvent atteindre voire dépasser 100°C… Pas bon pour l'électronique ! Dans cette optique l'intérieur des rover est maintenu à une température relativement clémente grâce des petits radiateurs électriques et 8 générateurs radio isotopiques (renfermant chacun 2,7 grammes de plutonium dont la désintégration fournit de la chaleur), et enfin la chaleur émise par les systèmes électroniques. De plus le caisson situé sous les panneaux solaires (qui renferme l'essentiel des composants electroniques) est réalisé dans un matériau composite en nid d'abeille, et isolé thermiquement par de l'aérogel. Il faut noter aussi la bonne tenue des deux batteries au lithium, très résistantes au froid, même si elles semblent s'essouffler un peu comme je l'indiquais dans ma dernière mise à jour (dixit l'équipe du rover). Sans oublier la protection contre les poussières abrasives qui a préservé les circuits électroniques (sauf peut-être les mécanismes des roues avant et l'articulation du bras robotique qui n'est plus totalement repliable) Et il faut souligner le soin extrême que prennent les ingénieurs du JPL à tracer les routes des rovers, à gérer l'énergie et les communications.. Cette gestion très "fine" a même permis à Oppy de survivre de justesse à une tempête de sable en 2006. Bravo à eux ! Nul doute en tout cas que cette longévité a été pleine d'enseignements pour la conception de Curiosity, et elle le restera pour les futurs engins qui arpenteront la surface martienne. Même si Oppy et Spirit ressortent d'abord d'une expérience technologique et scientifique, il me semble qu'au fil de ces années ces engins ont fini par tracer les contours d'une véritable et passionnante aventure humaine .
  14. Le grand retour de l’obscurantisme et du religieux ?

    Pffffff... Punaise !.. J'en vois certains qui ont encore oublié de prendre leurs cachets ..
  15. Actualité d'Opportunity (suite)

    Opportunity poursuit son exploration hivernale de "Perseverance Valley" sur le bord ouest du cratère Endeavour, exploration bien sûr ralentie par les conditions hivernales. Au sol 1934 (10 décembre 2017) le rover s'était positionné en amont d'une fourche dans ce qui s'apparente à des canaux d'écoulement se séparant dans deux directions. PANO DE Robert Charbonneau - images PanCam du 13 au 19 décembre 2017 (sols 4937 à 4943) : PANO DE Stuart Atkinson - Images PanCam de décembre 2017 : Au cours de la période des fêtes Opportunity est resté en place pour la collecte de l'imagerie stéréo de l'environnement avec la caméra panoramique Pancam. Plus de 70 images Pancam ont été collectées. Avec le bras robotisé positionnant le spectromètre à rayons X à particules alpha (APXS) sur une cible de surface, de longues intégrations élémentaires ont été recueillies sur les Sols 4943, 4945 et 4947 (les 19, 21 et 23 décembre 2017). Un seul sol, Sol 4956 (1er janvier 2018), était un sol de recharge. À partir du Sol 4957 (2 janvier 2018), la production d'énergie du réseau solaire était de 420 wattheures Après délibération, il a été décidé de prendre la branche Nord de cette fourche et sur Sol 4958 (3 janvier 2018), Opportunity a conduit environ 4 mètres dans cette direction (voir position ci-dessous). Le reste de cette période a été consacré uniquement à la télédétection et à l'utilisation du Spectromètre à rayons X à particules alpha (APXS) sur Sol 4961 (6 janvier 2018), afin de maintenir l'état du mobile aussi stable que possible. Les batteries d'Opportunity ont très bien fonctionné pendant toute la durée de la mission, mais montrent des signes de vieillissement. L'environnement martien est froid et il a été suspecté que le réchauffement de la batterie pendant le processus de recharge pourrait rendre la batterie à la fois plus efficace et la dégrader plus lentement. Bien que jamais utilisé en vol, le ZDH "Zero Degree Heater" était destiné à faire cela: chauffer la batterie. Comme il n'a jamais été allumé, il s'agit d'être très prudent avant de l'utiliser de manière opérationnelle et donc une campagne de tests a été programmée. Le premier test original de cette campagne consistait à l'allumer brièvement, manuellement et dans un réglage contrôlé et récupérable (dans le cas d'un défaut). Ce test a été exécuté le matin du Sol 4964 (10 janvier 2018) et semble avoir été couronné de succès. Coupant la pente d'Ouest en Est et formant une large encoche dans les remparts Ouest du cratère à Cape Byron, Perseverance s'étend en descente sur une longueur d'environ 220 mètres et une pente d'environ 15 à 17 degrés qui conduit vers la base du cratère. Bien que le rover ait été conçu pour opérer sur des pentes de 15 degrés, il évolue régulièrement sur des pentes d'environ 20 degrés et plus. La première fois que les scientifiques du MER ont vu les images orbitales de Perseverance, ils pensaient généralement qu'elle avait été sculptée par un écoulement d'eau, ou de fonte de glace, ou peut-être encore par un flux de débris boueux. D'autres théories suggèrent que les vents martiens ou peut-être un courant de débris secs auraient pu ciseler la vallée, et d'autres encore suggèrent une combinaison de ces forces. Mais les théories impliquant l'eau continuent à être privilégiées. Oppy le vétéran et l'équipe du rover travaillent et sont là pour résoudre cette énigme. Contrairement à beaucoup d'opérations et d'investigations menées dans le passé, à Perseverance Valley les activités se concentrent sur la géomorphologie, les reliefs. Ce qui exige la collecte de beaucoup, beaucoup d'images stéréo Pancam haute résolution. Rappel : Début juin 2017, alors qu'Opportunity effectuait une manœuvre de recul, l'actionneur de direction de sa roue avant gauche a calé, le rover s'est arrêté avec cette roue bloquée orientée à 33 degrés vers la sroite. Plus de 12 ans et demi plus tôt, en avril 2005, l'actionneur de direction de la roue avant droite d'Opportunity s'était coincé dans une position d'environ 8 degrés, et le rover a été containt de rouler comme ça depuis. Mais 33 degrés ?.. Après une série de tests et tentatives infructueuses de redressement, les ingénieurs avaient décidé d'essayer encore une chose. Le 17 juin 2017, le rover a enfin réussi à redresser sa roue avant gauche. "", avait déclaré Squyres. "Au moins dans un avenir immédiat, nous ne prévoyons pas d'utiliser l'une ou l'autre des roues avant pour diriger le rover", a annoncé John Callas ". "Le rover roule maintenant en marche arrière, un peu comme un chariot élévateur. Il faut noter aussi que, pendant son huitième hiver martien, Opportunity a traversé le solstice d'hiver sans incident, malgré des températures extérieures de -96 °C. "Nous avons passé le solstice d'hiver le 20 novembre et les niveaux de puissance se sont améliorés", a confirmé John Callas. "Nous avons eu quelques événements de nettoyage de la poussière, ce qui contribue à augmenter la puissance". OPPORTUNITY EN EST À SA DIXIÈME EXTENSION DE MISSION, et le 24 janvier 2018, OPPORTUNITY ET SON ÉQUIPE TERMINERONT LA 14 ème ANNÉE TERRESTRE D'OPÉRATIONS SUR LA PLANÈTE ROUGE, puis ENCHAINERONT LA 15 ème ANNÉE DE CETTE AVENTURE !!!!!!!!.... J'y reviendrai... POSITION AU 3 JANVIER 2018 (SOL 4958) : HAZCAM AVANT - 3 JANVIER 2018 (SOL 4958) - vue arrière : HAZCAM ARRIÈRE - 3 JANVIER 2018 (SOL 4958) - vue à l'avant : NAVCAM - 4 JANVIER 2018 (SOL 4959) vue arrière : PANOS DE ROBERT CHARBONNEAU - 5 ET 6 JANVIER 2018 (SOLS 4960 ET 4961) :