vaufrègesI3

Member
  • Content count

    12517
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Posts posted by vaufrègesI3


  1.  

    Le processus de livraison au labo SAM d’échantillons (6 portions) du 28ème forage "Mary Anning 3" (riche en argile) a été annoncé pour le 10 septembre (sol 2878) au soir, et l’analyse devait suivre. Il reste à attendre confirmation de son bon déroulement.

     

    Une opération qui, pour la première fois, doit inclure un ajout du réactif chimique TMAH pour rendre certains composés organiques réfractaires volatiles et donc détectables par les chromatographes. Sachant que la majorité des molécules organiques d'intérêt exobiologique sont réfractaires (acides aminés, acides carboxyliques etc.).

     

    Noter que la quantité d’échantillon utilisée pour chaque portion analysée dans une coupelle ne dépasse pas 150 mg (soit env. le volume d’un dé à coudre). La réaction de dérivatisation se produit lorsque l'échantillon est chauffé en réaction au contact avec le réactif chimique TMAH. Les molécules présentes dans l'échantillon deviennent plus volatiles, plus résistantes à la chaleur et plus séparables, ce qui les rend beaucoup plus faciles à analyser avec le GCMS. Une deuxième phase de chauffage ne devrait pas dépasser 600°C en raison de la stabilité thermique du TMAH et permettra d’envoyer les gaz dans l’une des six colonnes GC pour la séparation énantiomérique et l’identification de masse des molécules organiques par le GC-MS.

     

    Le TMAH peut libérer des acides gras liés dans des macromolécules ou des monomères chimiquement liés associés à des phases minérales et rendre ces substances organiques détectables. Les acides gras, un type d'acide carboxylique qui contient un groupe fonctionnel carboxyle, présentent un intérêt particulier compte tenu de leur présence dans les matériaux biotiques et abiotiques.

     

    En connaissance des résultats, ces expériences sont répétées sur Terre en recherchant les conditions qui permettent l’émergence de résultats similaires. Des investigations qui peuvent exiger des semaines ou des mois avant de pouvoir conclure.

     

     

    CONTEXTE - Image de Sean Doran renseignée par mes soins :

     

    5f5e22baad03d_ContexteSDORANVaufrgesI3.jpg.f6a6c27a2a03bdbfed69db8706591ba2.jpg

     

     

    • Thanks 4

  2. Il y a 6 heures, Huitzilopochtli a dit :

    J'aurai souhaité savoir quelle serait la technique utilisée dans le cadre de cette mission pour déterminer précisément la chiralité d'une molécule organique ?

     

    Chiralité ? La technique ?? 

    .... Ben avec le GC-MS... voilà... autre question ???

     

    :D-_--_-

     

    Pas le temps aujourd'hui.. Réponse (un peu) plus complète ce soit (tard) ou demain.. 

     

     

    PS > Il pleut à Marseille = Etat de catastrophe naturelle = Embouteillages monstres (pire que le COVID)


  3.  

    Il y a 9 heures, Alain MOREAU a dit :

    j’en suis désolé pour toi, mais tu ne t’appartiens plus totalement : tu appartiens aussi, un peu, beaucoup, à notre communauté

     

    Ben m... alors ! Je sais même pas quand a eu lieu la transaction, en tout cas moi j'ai rien signé !! o.O

    Et puis le vent de l'Esprit (sain) souffle où il veut, tu en entends le bruit, mais tu ne sais ni d'où il vient ni où il va ! B|

     

     

    Il y a 9 heures, Alain MOREAU a dit :

    nous ne te laisserons pas si facilement défaillir à ta guise, ni faillir à ta mission sacrée d’élucider ce mystère du vivant, pour nous tous ici à qui il tient à cœur !

     

    Justement, si vous pouviez m'envoyer un p'tit chèque, en ce moment c'est un peu difficile :| :/

     

    :D:D-_-^_^

     

     

    Tentative d'explication sur la priorité que semble accorder l'équipe du rover à la recherche d'acides carboxyliques (avec l’expérience de chimie humide TMAH) :

     

    Les lipides existent sous différentes formes. Les acides gras, qui sont des acides carboxyliques à longue chaîne aliphatique, en font partie. Ces acides gras sont retrouvés dans toutes les huiles, les graisses, les cires, les lipopolysaccharides   (constituant essentiel des parois bactériennes), les mono-, di- et triglycérides (réserve d'énergie animale), les glycéro-phospholipides et les sphingolipides (composants des membranes plasmiques eucaryotes).

    Ces acides gras, lors d'une dégradation, subiront une transformation en acides carboxyliques plus courts. Or, les acides carboxyliques sont particulièrement résistants à la dégradation, même exposés à des conditions drastiques, ce qui rend leur recherche en tant que bio-indice pertinente.

     

    Ces composés sont intéressants en tant que résidus, produits dérivés de la vie, qui peuvent subsister longtemps après que la vie ait été balayée. Certains acides carboxyliques ont en effet pu être détectés dans des sols extrêmement arides et oxydants du désert d'Atacama au Chili (Navarro-Gonzalez et al. 2003). Les monomères de nos macromolécules d'intérêt sont donc beaucoup plus stables que les polymères dont ils sont issus, même exposés à des conditions drastiques. D'autres lipides, cycliques, tels que les stérols (hopanoïdes, stéroïdes) sont source d'intérêt exobiologique par leur importance biologique (présence dans les membranes bactériennes) et la résistance de leur squelette carboné aux conditions dégradantes.

     

    Ensuite l'étude de la chiralité des acides carboxyliques et notamment la présence d'un excès énantiomérique pourrait apporter une preuve importante en faveur de leur origine biotique. Le monde vivant est chiral. Les bio-monomères ne présentent qu'une seule des deux conformations chirales. Les acides aminés, les sucres et les lipides sont principalement homochiraux dans tous les systèmes vivants et leur structure polymérique forme des arrangements secondaires asymétriques.

    Ce type de recherche permet de déceler à la fois les formes de vie telles que nous les appréhendons, mais aussi des formes de vie basées sur des molécules radicalement différentes. Il s'agit d'un biomarqueur universel et important approprié tant aux composés biologiques connus qu'aux composés extraterrestres potentiellement biologiques.

     

    • Like 7
    • Thanks 2

  4. Il y a 8 heures, jfleouf a dit :

    Bref, avant de séquencer les génomes martiens, essayons d'abord de détecter des molécules complexes. On aura tout le temps de penser aux manips plus complexes quand on se sera remis des évanouissements en cascade ;)

     

    Totalement ! -_-

    Merci pour ces explications. J'espère que je n'ai pas écris trop de con... bêtises dans ce qui précède :|.

     

    Il y a 8 heures, jfleouf a dit :

    Détecter n'est pas la même chose que séquencer

     

    Disons que Curiosity et son mini-labo ait pu détecter des molécules complexes sur Mars, c'est déjà fabuleux. De toute façon, difficile d'aller plus loin compte tenu de leur état de dégradation constaté  jusqu'ici - initial ou/et provoqué par les conditions d'analyse.

    Ce rover a un labo incroyable, mais n'a pas l'outil de forage à la mesure du potentiel de ses possibilités d'analyse. Quand on voit la facilité avec laquelle les forages sont pratiqués, on se demande pourquoi n'avoir pas équipé cet engin d'un foret pouvant accéder à une profondeur deux ou trois fois plus importante (à minima) ??... C'est assez incohérent. 

     

    Il y a 9 heures, jfleouf a dit :

    Une forme de vie apparue indépendamment, et qui aurait donc pu suivre une trajectoire complètement différente de ce qu'on a sur Terre, ça c'est excitant.

     

    D'autant qu'on saurait le déterminer sans aucun doute possible.

    J'ai bien peur de ne pas pouvoir vivre assez longtemps encore pour suivre cette quête et entre autres ce qui pourrait être produit par des labos terrestres après le retour d'échantillons martiens. Fondamentalement, ne rien trouver de biotique ou de prébiotique sur cette planète sœur de la Terre serait tout aussi vertigineux que l'inverse.

    • Like 5

  5. Il y a 2 heures, Mercure a dit :

    Alors je me demandais s'il y avait une raison pour ne pas avoir opté pour l'identification d'acides nucléiques. Là normalement, en reprenant le schéma Terrestre ont peu savoir s'il y a eu des procaryotes OU des eucaryotes. Et augmenter les chances de trouver de la vie.

     

    Il est vrai que l’expérience de chimie humide TMAH est spécifiquement utilisée pour que la suite d'instruments GC-MS de SAM soit en mesure de détecter des acides carboxyliques comme les acides gras (lipides constituants entre autres des membranes cellulaires des bactéries procaryotes ou/et des eucaryotes) molécules qui sont difficilement détectables par la méthode classique dite "Evolved Gas Analysis" (EGA) qui consiste à chauffer l'échantillon à plus de 900 °C .

     

    Mais cette méthode avec TMAH n'est pas destinée à une recherche exclusive, elle a le pouvoir de faire apparaître aussi toute autre molécule organique complexe, comme un nucléotide, élément de base de l’acide nucléique (ce qui pour le coup serait carrément "le graal", il y aurait des évanouissements en chaînes dans l'équipe du rover xD). 

     

    • Like 2
    • Haha 1

  6. il y a 29 minutes, Géo le curieux a dit :

    Les choses sont maintenant plus claires, merci pour toutes ces précisions.

     

    Normal Géo, le sujet est complexe et pas très simple à synthétiser pour le rendre lisible (et éviter de m'égarer moi même -_-)..

     

    @Huitzilopochtli J'ai posté ce GIF plus haut sur cette page (à la fin du message où il est question du site de "Home Plate" et de Spirit).

    Je réalise que j'avais oublié de citer son auteur (Paul Hammond), donc c'est aussi bien de le garder dans ton message, ne le supprime pas :)


  7. Il y a 10 heures, Géo le curieux a dit :

    Curiosity n'est pas équipé pour pouvoir détecter des traces d'ADN

     

    Ben si Géo :|... Je ne comprend pas ta remarque..

    Les molécules d'intérêt pour "SAM" sont les molécules complexes, comme les produits de dégradation de toute forme de vieSachant que l'ADN se dégrade en bases nucléiques ou nucléotides, et qu'un nucléotide est une molécule organique complexe qui est l'élément de base d'un acide nucléique tel que l'ADN ou l'ARN.

    Noter par ailleurs que les acides gras (lipides) vont se décomposer en acides carboxyliques, et les protéines en acides aminés, et que toutes ces molécules complexes sont détectables par SAM.

    Mais il faut bien reconnaître qu'à la profondeur atteinte par le foret de Curiosity (5 à 7 cm) , trouver ces types de molécules serait assez mirac...,  chanceux -_-.  

     

    Noter aussi que SAM est susceptible de pouvoir fournir la composition chimique (moléculaire, élémentaire et isotopique) du sol et de l'atmosphère. Ce labo constitue la moitié de la charge utile de la mission, c'est pourquoi je me suis souvent étonné de sa sous-utilisation tout au long de ces huit dernières années.

    • Like 7

  8. Il y a 5 heures, glevesque a dit :

    sur Mars je me demande si d'autre contexte serait aussi à l'oeuvre, exemple (et là je rêve un peut) on peut pensé à des phénomènes d'hydrothermalisme de surface

     

    Tu me conduis à reparler de Spirit (un de mes deux rovers préférés :)).

    Il faut se souvenir que la région de "Home Plate" sur les collines Columbia à Gusev (le tombeau de Spirit en Mars 2010) faisait partie des 3 derniers sites encore en course pour le site d’atterrissage de Perseverance.  

    La raison en était que la région de "Home Plate" préserve d'étranges gisements de silice d'origine hydrothermale et presque certainement formés dans une ancienne source chaude il y a des milliards d'années. Pas de processus de serpentinisation ici, mais d'interaction avec la silice.

     

    C'était une époque sur Mars où de l'eau liquide coulait en surface et de grands volcans étaient actifs, tous maintenant éteints. L'eau et les volcans sur Terre créent des sources chaudes. Aujourd'hui, dans les sources chaudes sur Terre, ces mêmes types de caractéristiques de "silice digitée" se trouvent dans de nombreux endroits.

     

    Ci-dessous comparaison des structures de "silice digitée" (en forme de doigt), des textures de silice noueuses observées sur Mars par Spirit avec celles, en bas à gauche, trouvées dans le désert de l’Atacama, sur le site d’El Tatio. © Nasa, JPL-Caltech, School of Earth and Space Exploration, Arizona State University, Elizabeth Mahon 

     

    5f5141aeae812_Silicedigite.jpg.f4897b94ec1e3dc0734dc72490bda4b1.jpg

     

     

    Elles regorgent de vie microbienne emprisonnée dans la silice. La silice est transportée dissoute dans les eaux thermales jusqu'à ce qu'elles sortent sous forme de sources chaudes à la surface du sol, sur lesquelles un minéral opale se dépose autour de la zone de sortie de l'évent de la source en raison du refroidissement et de l'évaporation des eaux. Ce processus naturel ensevelit efficacement les microbes "extrémophiles" adaptés dans un mausolée minéral pouvant résister à l'épreuve du temps et qui peut préserver les  fossiles jusqu'à aujourd'hui.

     À "Home Plate", la silice était probablement recouverte de cendres volcaniques qui se sont plus récemment érodées pour révéler les caractéristiques apparemment intactes que Spirit a découvert avant de se retrouver coincé dans une épaisse couche de sulfate.

     

    L'image ci-dessous prise par Spirit est celle celle de "Pioneer Mound" qui est probablement un monticule d'évent de source fossilisé (la source thermale elle-même) :

     

    5f513aaae93e3_PioneerMound.png.4b4bb30fc00b7ddb3f74bcb964237c2a.png

     

     

    Pendant qu'une source chaude est active, la silice issue de la source et les microbes interagissent pour former des dépôts organiques-sédimentaires finement stratifiés appelés stromatolites. Les stromatolites sur la Terre primitive ont contribué à l'accumulation précoce d'oxygène dans l'atmosphère, ce qui a mis la planète sur son chemin pour l'évolution des cellules eucaryotes. Des caractéristiques fossiles similaires sur Terre, en particulier dans les roches de l'Australie occidentale, remontent à environ 3,5 milliards d'années - à peu près au même moment sur Mars lorsque les conditions étaient propices à la formation de sources chaudes à la surface du sol.

     

    Peut-être que les étapes de la transition de la chimie prébiotique à l'origine de la vie se sont produites dans des sources chaudes sur terre il y a environ 4 milliards d'années - le "petit étang chaud" de Darwin - et sont toujours enregistrées sur Mars, alors que sur Terre elles ont été effacées par des milliards d'années d'altération active, d'érosion et de tectonique des plaques. 

     

     

     

    Le 2 septembre Curiosity a donc foré avec succès dans la cible rocheuse nommée "Mary Anning 3", produisant un nouveau trou de forage (le 28ème) et les résidus de forage associés : 

     

    index.php?act=attach&type=post&id=46112

     

     

    Au cours des prochains jours, l'équipe commandera les manœuvres du bras robotique pour livrer une part d'échantillon dans les deux labos à bord du rover pour les analyses, dont celle tant attendue à SAM par" voie humide à basse température".

    Le rover poursuivra également ses investigations sur les cibles rocheuses proches qui ont montré une variabilité chimique intéressante sur des distances relativement courtes. La variabilité chimique au sein des cibles rocheuses a été précédemment identifiée par Curiosity et peut indiquer différentes quantités d'eau ou d'oxygène disponibles, par exemple, pendant la formation ou la modification ultérieure des matériaux géologiques.

     

    • Like 4
    • Thanks 5

  9. il y a 7 minutes, Superfulgur a dit :

    Je manque sûrement d'imagination, mais perso, je vois pas à quoi va servir ce truc...

     

    Je me pose les mêmes questions..

    Aujourd'hui, tout laisse à penser qu'avec la Starpschiiit trop énergivore pour être rentable, Elon va droit dans le mur..

    De toute façon et dans tous les cas il s'agit de marchés extrêmement limités, et je ne vois pas bien où il compte placer ses "centaines de missions".

     

    • Like 1

  10. il y a 21 minutes, Huitzilopochtli a dit :

    En fait, ce serait "un peu" comme si on atteignait la cible qui pourrait permettre d'investigationner le principal objectif scientifique de cette mission.

    Perso, je considérerai cela comme un accomplissement de premier ordre qui n'aurait pas son égal depuis le l'atterrissage. :)

     

    Exactement.

    En tout cas, il est remarquable que ce soit la toute première fois depuis l'atterrissage du rover qu'on puisse voir l'équipe scientifique du rover s'avancer aussi loin et ouvertement sur  un terrain aussi sensible.. Il y avait eu quelques prémices du même genre sur le site "Glen Etive" où le rover s'était attardé et avait déjà réalisé deux forages le 4 août 2019 (sol 2486) et le 15 septembre 2019 (sol 2527) et où il y a quelques semaines l’équipe avait envisagé sérieusement de revenir pour un troisième forage ! 

    Ils ont d'ailleurs très vite trouvé des similitudes entre "Glen Etive" et "Mary Anning" et on peut parier que ce sont les résultats préliminaires d'analyse du labo SAM suite au premier forage "Mary Anning 1" qui justifient (et autorisent) leur enthousiasme.

     

    Restons prudents, mais pour une fois qu'ils "déverrouillent" un peu leur black out, on va pas faire la fine bouche !..

     

    • Like 3

  11. il y a 6 minutes, brizhell a dit :

    Mais juste un commentaire peut être idiot, Musc est tellement barré qu'il est bien fichu de réussir au moins un cargo pour l'orbite basse.

    Après ce que l'on en fera....

     

    J'ai toujours pensé que son vrai projet c'est le créneau "vaisseau cargo de transport intercontinental" (si rentabilité), ou/et placement de satellites/charges diverses pour l'orbite basse (combien de clients ?). 

    Je ne crois pas que le projet de transport intercontinental de passagers soit viable économiquement, sauf ponctuellement pour des bobos friqués en mal de sensations, mais à vérifier..

    Pour le reste -_-..

    • Like 1

  12.  

    Suite à la décision de mise en œuvre sur le site "Mary Anning" de la technique de prétraitement des échantillons par chimie humide à basse température (dérivatisation) pour faciliter l’extraction, la volatilisation, la préservation et l’identification de la matière organique présente dans le sol martien, voici deux déclarations édifiantes qui confirment sans ambigüité (et si besoin) l'intérêt particulier et exceptionnel de ce site :

     

    - 1) 28 août 2020 - Scott Guzewich, scientifique de l'atmosphère - je cite :

     

    "Étudier les roches riches en argile du cratère de Gale est l'une des raisons pour lesquelles il a été choisi comme site d'atterrissage pour notre rover. Curiosity a passé huit ans à rouler et à rechercher un échantillon de roche qui soit le meilleur choix pour utiliser une ressource précieuse et non renouvelable de l'instrument SAM : l'hydroxyde de tétraméthylammonium, ou TMAH en abrégé. SAM s'est envolé pour Mars avec deux de ses gobelets à échantillons contenant une quantité infime de ce composé spécial, ce qui permet à l'instrument SAM de détecter plus facilement les composés organiques (riches en carbone) des roches qui pourraient nous aider à comprendre si les ingrédients nécessaires à la vie étaient présents dans le cratère Gale alors qu'il était mieux appelé "lac Gale". "Ce week-end, nous allons effectuer un essai de l'expérience TMAH pour affiner les procédures et nous assurer que tout se passe bien lorsque nous déposerons un tout petit morceau de roche en poudre de notre prochain trou de forage (sur le même morceau de roche que le trou de forage de Mary Anning) dans l'une des deux coupelles d'échantillon contenant du TMAH. Si tout se passe bien, lorsque nous réaliserons l'expérience pour de vrai dans les sols à venir, nous aurons une vue fascinante sur la chimie du lac Gale."

     

     

    - 2) 31 août 2020 - Susanne Schwenzer, géologue planétaire - je cite :

     

    "Curiosity est dans la région des cibles "Mary Anning" depuis un certain temps déjà, et ce pour une très bonne raison : il est venu ici pour trouver les roches idéales pour une expérience SAM très spéciale. Tout d'abord, nous avons confirmé que nous avions le type de roche que nous souhaitions. L'apparence peut toujours tromper (et oui, ce n'est pas seulement pour les roches, nous le savons tous !) La chimie, cependant, ne ment pas, et ChemCam et APXS ont confirmé que nous avons sous la foreuse ce que nous sommes venus chercher. SAM a confirmé que toutes les procédures sont maintenant prêtes. Ainsi, le grand titre d'aujourd'hui est : Nous sommes prêts à forer la cible "Mary Anning 3" dans le cadre de ce plan et à réaliser l'expérience de chimie humide SAM dans le courant de la semaine"

    /../

    ".. le grand moment où l'on se rongera les ongles sera lorsque nous apprendrons si l'expérience de chimie humide a réussi. Croisons les doigts pour SAM !"

    FIN DE CITATION

     

     

    Est-ce assez clair !!! :) 

     

    Dans le texte cité ci-dessus, l'auteur indique : "Nous sommes prêts à forer la cible "Mary Anning 3" (??).. Comme souvent malheureusement, les scientifiques bâclent un peu les comptes-rendus et ont le don d'embrouiller quelque peu les lecteurs.

    Sachant que la cible initiale se nommait  (logiquement) "Mary Anning 2" (voir l'image plus haut) et qu'elle était en attente de forage, même s'ils n'ont pas pris la peine de le préciser, on peut supposer (supputer/subodorer) qu'ils aient finalement choisi un autre emplacement nommé "Mary Anning 3" pour le deuxième forage.

     

    Sur les dernières images il semble qu'il y ait eu un test de charge du foret à cet autre emplacement :

     

    HAZCAM AVANT - 30 AOÛT 2020 (SOL 2867) :

     

    Emplacement du forage  "MARY ANNING 3" ??

    image.png.4151b55f03f16c67d9de27e18bf950c2.png

     

    Affaire à suivre donc...

     

    • Like 2
    • Love 1
    • Thanks 3

  13.  

    Il y a 2 heures, starjack a dit :

    Tout ça fait que je ne comprends pas l'excitation des fan boys de SpaceX sur les sites américains, qui voient Starship sur la Lune dans deux ans et sur Mars dans quatre.

     

    Ben eux, fascinés, ils écoutent religieusement les incantations de leur "Space Cowboy" interplanétaire préféré et ils regardent You Tube, c'est bon ! :

     

    Ici en 2024 une animation vidéo avec la flotte de vaisseaux spatiaux de SpaceX composée d'un vaisseau spatial d'équipage et de quatre vaisseaux cargos  débarquant sur Mars.

    Voilà, c'est simple le voyage martien, et c'est beau ! On se fait vraiment du souci pour pas grand chose :| B| xD !!

     

     

     

    • Like 1
    • Thanks 1
    • Haha 5