vaufrègesI3

Member
  • Content count

    12516
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Posts posted by vaufrègesI3


  1. il y a 11 minutes, Adlucem a dit :

    Si la concentration d'argon est six fois plus faible pendant l'hiver, 

     

    Concentration d'argon six fois plus élevée (proportionnellement)..

    C'est une mesure de l'orbiteur Mars Odyssey, pas de l'APXS bien sûr..

     

    il y a 14 minutes, Adlucem a dit :

    c'est que les autres gaz se condensent sous l'effet de la baisse des températures et ainsi la quantité d'argon diminue proportionnellement dans l’atmosphère tout en restant stable en quantité, je suppose ?

     

    C'est le dioxyde de carbone qui gèle et qui se dépose sur la calotte polaire et les hautes latitudes.. On se souvient par exemple du lander Phoenix et des photos prises par MRO au début de l'été 2009 montrant l'absence d'ombre sous l'un des deux panneaux solaires indiquant que celui-ci s'est sans doute brisé au cours de l'hiver 2008/2009 sous le poids de la glace de dioxyde de carbone qui s'est déposée.

    Quant à la la quantité d'argon elle augmente proportionnellement dans l’atmosphère tout en restant sans doute assez stable en quantité.

    Ce phénomène crée une circulation atmosphérique vers les pôles ce qui permet de mieux appréhender certains aspects climatiques martiens.

     

    il y a 31 minutes, Adlucem a dit :

    Ce dust devil est vraiment impressionnant de vitesse et de puissance. Pourrait-il détériorer le rover s'il passait sur lui ?

     

    Les rovers MER, et très probablement aussi Curiosity, ont sans aucun doute subi ce genre de rencontre, ce qui n'a eu aucune incidence pour Curiosity et des effets très bénéfiques pour Spirit et Oppy en nettoyant régulièrement leurs panneaux solaires, prolongeant ainsi leur durée de vie de façon assez inespérée.

    La fine atmosphère de Mars (env. 100 fois plus fine que celle de la Terre) empêche les vents violents d'être particulièrement dangereux.
    Seule l'électricité statique des grains de poussière se frottant les uns contre les autres dans ces tourbillons pourrait éventuellement être un problème en produisant beaucoup d'électricité et en désactivant l'électronique des engins. 
     

    • Like 1
    • Thanks 1

  2.  

    L’équipe du rover a eu confirmation que le 5 août (sol 2843) l’analyse d'échantillon exécutée selon la méthode à chaud "Evolved Gas Analysis" (EGA) dans le labo SAM a été couronnée de succès.

     

    Ce week-end, les activités visant à analyser plus avant l'échantillon foré de "Mary Anning" se sont poursuivies. Le 8 août (sol 2846) SAM devait être préparé pour analyser l'échantillon "d'une manière légèrement différente", et il est prévu de faire cette analyse supplémentaire au début de cette semaine. Une deuxième nuit d’analyse est également programmée pour la partie de l'échantillon de "Mary Anning" déjà livrée au labo de minéralogie CheMin. Le 10 août (sol 2848), le laser chemCam sera utilisé pour recueillir plus d'informations sur les parois du trou de forage  (voir l'image ci-dessous)...

     

    CHEMCAM RMI - 10 AOÛT 2020 (SOL 2848) :

     

    Les impacts laser sont alignés de haut en bas du trou de forage

    5f33032ba044a_2848CHEMC10AOT.png.8eba27c3486a500846ccad662c75c165.png

     

     

    .... et la quantité d'argon dans l'atmosphère sera évaluée avec APXS

    Habituellement le spectromètre à rayons X de particules alpha (APXS) utilise les principes de la spectroscopie X pour déterminer la composition chimique des roches sur Mars. Mais comme ses prédécesseurs sur Spirit et Opportunity, il peut mesurer l'abondance d’argon (Ar) dans l'atmosphère, fournissant des données pour les modèles climatiques de Mars.

     

    APXS.jpg.104e33e4f45c829375319607a43a5ff9.jpg

     

     

    Pendant les saisons plus chaudes, environ 95% de l'atmosphère martienne est constituée de dioxyde de carbone. L'azote représente près de 3% et l'argon moins de 2%. Mais lorsque l'hiver s'installe à l'un des pôles, le dioxyde de carbone gèle pour se déposer sur la calotte polaire, provoquant un système à basse pression qui déplace l'air vers le pôle, la quantité relative d'argon dans l'atmosphère change, et APXS peut surveiller ce cycle et mesurer cette variation d'argon en "regardant" vers le ciel pendant que le bras est replié. Voir l'argon varier au cours de l'année revient à regarder Mars "respirer"... Sur le pôle sud de Mars, pendant l'hiver, la concentration d'argon est six fois plus élevée que pendant les saisons plus chaudes.

    Ce qui permet déduire un des aspects de la circulation atmosphérique martienne qu’il est impossible d’observer avec tout autre instrument existant.

     

    Position et parcours de Curiosity au 21 juillet (sol 2829) :

    (mise à jour Nasa/JPL)

     

    5f3304e631dd4_2829LOCATION21JUILLET2020.thumb.jpg.fee71d18d03ace853731d2a3038e5d50.jpg

     

     

    GIF NAVCAM - 9 AOÛT 2020 (SOL 2847) - djellison (umsf) :

     

    Un superbe "dust devil" observé près du rover 

     

    nddm_2847_fromjpgs.gif

     

     

    • Like 5
    • Love 4

  3.  

    La question du vol spatial habité se décompose en un arbre de décision où se croisent des problèmes économiques, financiers, militaires, scientifiques et techniques… consacrés au "comment faire ?". Un second embranchement de l’arbre porte l’interrogation : "pourquoi le faire ?". Pour des motivations assez vaines comme le prestige, mais plus intelligentes aussi comme l'exploration scientifique.

     

    Quelle qu’en soit la finalité, scientifique ou non, le spatial demeure éminemment stratégique pour toutes sortes de raisons : connexions militaires, drainage de crédits pour la R&D sur de hautes technologies porteuses d’une forme d’indépendance économique dans de nombreux domaines, affichage d’une image dynamique pour le pays, nécessité de rester dans le giron des pays aptes à œuvrer dans tous les domaines du spatial, civils et militaires.

    La difficulté pour le vol habité c’est son coût, l’hostilité de l’environnement pour les organismes, quelque part aussi l’héritage des errements de l’ISS et l’absence d’un positionnement de cette activité sur des objectifs réalistes et véritablement scientifiques, sans nécessairement renier pour autant la plus-value que constitue "la part du rêve" de la présence humaine et de son "supplément d’âme". En effet la question du seul intérêt scientifique et de son droit de préemption peut ne pas rester totalement exclusif pour ces entreprises.. 

     

    Il devrait être clair en tout cas pour tous ceux qui ont une vision réaliste des difficultés qu’il est vain d’envisager une seule seconde que l'homme parte "coloniser" Mars ou une exoplanète quelconque. "Arrêtons les conneries !" s'exclame avec raison l'exobiologiste du CNES Michel Viso : "On a une planète formidable avec de l'atmosphère, de l'oxygène, de l'eau (...) C'est criminel, on n'a pas le droit de faire croire aux gens qu'il y a un plan B, une planète B, qu'on va faire une civilisation martienne !".

     

    Aujourd’hui, il s'en faut de beaucoup que les programmes de vols spatiaux habités aient atteint un degré suffisant de rationalité. Leur charge émotionnelle, l'idée de "conquête" qu'ils contiennent par symboles interposés, constituent autant d'obstacles à une réflexion objective. Ce secteur suscite encore des attitudes passionnelles de rejet ou d'adhésion qui ont disparu des autres branches du spatial. Certes, rien ne se fait sans un peu de passion, mais rien de sérieux ne se fait sans sans la raison.

    En l’état actuel, on peut surtout envisager une longue période de stagnation relative de la technologie, et cela peut prendre encore bien des années tant ce domaine semble exiger une vraie rupture scientifique et technique pour pouvoir évoluer véritablement vers des concepts plus sûrs, moins couteux, plus performants.. Depuis Apollo les progrès de la robotique ont permis à l'Humanité d'avoir une représentation extraordinaire de l'ensemble du système solaire et même, au travers de ces engins et de leurs images fantastiques, d'y manifester une présence humaine effective, de Mercure à Pluton, "par procuration" en quelque sorte : on "marche" aux côtés des rovers martiens, ils finissent par s'humaniser quelque peu et les paysages nous deviennent familiers. 

     

    Si les technologies évoluent et qu’une mutation se produit un jour, si ce saut technologique permet un accès du vol habité à l'espace plus facile et moins coûteux, et si d'ici là rien ne surgit qui remette radicalement en cause notre vision actuelle de l'avenir, alors rien n'interdit d'imaginer que la présence de l'homme dans l'espace s'inscrive comme un élément dont la nécessité, quasi-absente aujourd'hui, se dessine plus rationnellement, en particulier avec des missions dans lesquelles le partage des tâches entre l'opérateur humain et le robot est nécessaire au succès..

    Sauf qu’au-delà de la Lune et de Mars et dans le seul système solaire, les distances sont déjà telles qu’on voit très mal comment l’Homme pourrait un jour se donner les moyens de porter la durée des voyages à des niveaux raisonnables.

    Quant aux exoplanètes, il n’y a qu’un illusionniste comme Musk et son "espèce interplanétaire" d’opérette pour avoir le culot de propager de telles inepties.

    • Like 3
    • Thanks 4

  4.  

    Suite au forage, les processus d'analyses suivent leur cours 

     

    Le 5 août (sol 2843) Curiosity a déposé un échantillon de forage « Mary Anning » au labo SAM pour réaliser l'analyse dite "Evolved Gas Analysis" (EGA). Pendant l’EGA (prévu les jours suivant), SAM fait chauffer l’échantillon jusqu’à 900°C. Cela libère ou "évolue" les composés volatils de l'échantillon dont la composition est cataloguée, en particulier pour  vérifier les traces de molécules organiques.

     

    Sachant que l'argile est un "piège" à molécules organiques.

    L'assemblage de petites molécules (comme les acides aminés) en macromolécules (comme les protéines) nécessite l'élimination de molécules d'eau. Or, la thermodynamique indique qu'il est défavorable de réaliser une telle condensation dans l'eau elle-même. Il est possible pour résoudre cette contradiction de faire appel à des surfaces minérales, comme les argiles. Sur Terre, les argiles sont présentes dans les sols quasiment partout où l'eau s'infiltre à travers des silicates. Ce qu'il faut surtout souligner, c'est que la formation d'argile nécessite typiquement la présence d'une eau liquide au pH relativement neutre, ce qui représente un potentiel d'habitabilité pour la chimie prébiotique, ou biotique : Les argiles ont, par rapport à l'eau et aux molécules organiques, des vertus étonnantes. Ainsi, elles forment des couches feuilletées où s'opèrent des catalyses où les réactions organiques s'accélèrent. Elles se laissent pénétrer en surface et offrent donc, des propriétés d'absorption remarquables. Les cavités qu'elles recèlent sont des pièges à grosses molécules. Elles forment donc un échafaudage où les briques de la vie sont empilées, enchaînées, repliées, tordues dans les trois dimensions et transformées en polymères biochimiques d'acides aminés et/ou d'acides nucléiques.

    Ce qui est clair en tout cas, c'est la capacité des argiles à concentrer la matière organique, et c'est l'une des raisons pour lesquelles leur analyse est une priorité pour le labo SAM de Curiosity, un instrument parfaitement en mesure d'identifier les molécules correspondantes. L'instrumentation de Curiosity base sa recherche sur l'analyse d'éléments réduits à l'état de molécules organiques complexes ou d'acides aminés.. Ses instruments n'analysent donc pas le "vivant" en tant que tel, mais ses traces organiques.

     

    SAM est un instrument très gourmand en énergie, l’équipe du rover se limitera donc à re-imager le trou de forage en utilisant ChemCam, Mastcam et Navcam. Cela permettra d’affiner le ciblage du trou de forage par le laser ChemCam, le spectro APXS et la caméra MAHLI dans les plans futurs lorsque la puissance ne sera pas aussi limitée qu’elle l’est en ce moment. Certaines activités de surveillance de l’environnement seront maintenues, telles que la recherche de diables de poussière et de poussière dans l’atmosphère, ainsi que les activités standard REMS (météo) et DAN.

     

    NAVCAM - 5 AOÛT 2020 (SOL 2843) :

     

    La cible "Mary Anning"

    image.png.79b8ef339cf030daf10b4e563391741e.png

     

     

    MASTCAM - 5 AOÛT 2020 (SOL 2843) :

     

    La cible de roches affleurantes couverte de sphérules : "Maybole"

    5f2d199a79aed_2842MASTC3.jpg.d13405b88932d216cfecf7e5c93a4028.jpg

     

    5f2d19c12e07f_2842MASTC4AOT.jpg.e91e6ceb2cd94eaac9fe91323901fa39.jpg

     

     

    PANO MASTCAM 360° - 2 AOÛT 2020 (SOL 2840) -Jan van Driel :

     

    5f2d1b74c485c_2840PANOMASTC2AOTJVD.thumb.jpg.878a9ead31d7164e81743da869121a69.jpg

     

     

    Le 5 août 2020 Curiosity fêtait ses 8 années sur Mars !

     

    À cette occasion l’équipe du rover célèbre une rétrospective sous la forme de 8 cartes postales martiennes - voir ici :

    https://mars.nasa.gov/news/8726/8-martian-postcards-to-celebrate-curiositys-landing-anniversary/

     

    En voici un extrait :

     

    PANO MASTCAM du 13 octobre 2019 (sol 2 555). Le panorama est composé de 44 images  (réduit ici à 31,4 mb)

     

    2555_PANOMASTC_13_OCT_2019.thumb.png.01b1ded31303fa43daf248679ff660bc.png

     

     

     

    PANO MASTCAM du 24 mars 2014 (Sol 580)

     

    Au premier plan vue de la formation "Kimberley". Les strates au premier plan plongent vers la base du mont Sharp, indiquant l’écoulement de l’eau vers un large bassin qui existait au pied de la montagne.

     

    5f2d1dd899e91_580PANOMAST24MARS2014.thumb.jpg.c1a612502764d41c2fa7df2d4b63cabb.jpg

     

     

     

    Ces 26 trous (1,6 cm de diamètre) représentent chacun des forages que le rover Curiosity a réalisé jusqu'à début juillet 2020 (il manque le 27ème à "Mary Anning").

    Une carte en haut à gauche montre où les trous ont été forés le long de la route du rover.

    Les images des trous de forage ont été pris par la caméra "Mars Hand Lens Imager" (MAHLI) à l’extrémité du bras robotique du rover).

     

     

    drill_holes.thumb.jpg.3ea8ebc8deff8c638fa604bcc1859d40.jpg

     

     

    Autoportrait du rover Curiosity sur un site d’échantillonnage foré appelé "Duluth" sur les pentes inférieures du mont Sharp. Une tempête de poussière martienne a réduit la lumière du soleil et la visibilité dans le cratère Gale. Le mur nord-nord-est et le bord du cratère se trouvent au-delà du rover, leur visibilité obscurcie par la poussière atmosphérique.

    Cette mosaïque combine de multiples images prises avec l’imageur (MAHLI) monté sur le bras du rover le 15 juin 2018, lors (sol 2082).

    "Duluth" était le premier échantillon de roche capturé par l’exercice du rover depuis octobre 2016. Un problème mécanique avait mis le système de forage HS en décembre 2016. Le 20 mai 2018, une nouvelle technique, appelée "Feed Extended Drilling" (FED), a été utilisée pour stabiliser la foreuse contre les roches martiennes.

     

    2802_pano_mastc_15_juin_2018.thumb.jpg.9cd347ff93c4ce594b2eca6cf995721f.jpg

     

     

     

    • Like 3
    • Love 2
    • Thanks 3

  5.  

    Il y a 3 heures, Alain MOREAU a dit :

    L'une des choses les plus difficiles je trouve, c'est de devoir patienter indéfiniment pour voir publiés ses résultats d'analyses : combien d'années encore, avant de disposer d'une synthèse de ses découvertes ? Une idée

     

     

    Page 143 de ce fil, le 19 janvier 2020, j'ai tenté de donner une vision toute personnelle (et provisoire) des éléments importants pouvant déjà être dégagés de cette mission.

     

    Concernant les analyses d'échantillons et sur le plan géologique pas mal d'éléments ont été fournis tout au long de la montée vers la crête Vera Rubin, inexplicablement beaucoup moins ensuite. 

    Sur le plan beaucoup plus sensible de la biologie, les consignes sont encore plus strictes. Par exemple sur le site de Mojave qui a été exploré en début 2015, il aura fallu attendre mi-2018 pour la publi de la découverte de molécules organiques complexes. Il est vrai que l’analyse avait été compliquée, en partie parce qu’une coupelle de solvant (utilisé pour l'analyse à froid - dite de "chimie humide") - avait fui, ce qui a contribué à des signaux trompeurs. De plus, certaines des lectures pouvaient provenir d'une contamination provenant de la Terre; d'autres auraient pu être produites par combustion lorsque l'échantillon était chauffé, ce qui aurait pu être le cas lors d'une détection antérieure de matières organiques par Curiosity... Bref, il aura fallu décortiquer tout ça depuis des millions de km, et ce n'est pas simple.

     

    De plus, comme l'avait indiqué Huitzy ici :  http://www.astrosurf.com/topic/133534-lpsc-2020-annulée-mais/

     

     

    ... la grande messe de la planétologie a été annulée en 2020, ce qui va peut-être retarder certaines annonces importantes.. 

     

    • Like 6
    • Thanks 1

  6.  

    Un 27ème forage "facile"  à "Mary Anning"

     

    Extrait de compte rendu de la géologue planétaire Vivian Sun (c'est moi qui surligne) :

    "Les données techniques nous ont appris que le foret a traversé la roche comme dans du beurre en utilisant principalement le mode rotatif, avec seulement de faibles niveaux de percussion nécessaires vers la fin. Il est fascinant de voir comment le simple fait de forer peut vous en apprendre beaucoup sur la composition de la roche avant même qu'un échantillon ne soit envoyé à CheMin. La facilité du forage et la nature agglomérée des résidus de forage laissent supposer que la roche de Mary Anning est à grain fin et potentiellement argileuse. Nous avons néanmoins besoin des analyses de CheMin pour confirmer la minéralogie de la roche, c'est pourquoi nous attendons avec impatience les résultats de la semaine prochaine ! Pour poursuivre notre liste de contrôle du forage, le plan de trois sols (sols 2839 à 2841 - 1er au 3 août) s'est concentré sur la caractérisation des portions de "Mary Anning". Cette étape consistera à déposer une partie de la poudre forée sur le sol afin que nous puissions obtenir des images de l'échantillon et nous assurer qu'il est bon à livrer à CheMin et à SAM. Nous avons également prévu des mesures chimiques ChemCam du trou de forage pour documenter la chimie de la roche en profondeur. Les observations multispectrales de Mastcam et les observations passives de ChemCam sur les résidus de forage nous donneront également une évaluation spectrale complémentaire de la minéralogie forée."

     

    MASTCAM - 31 JUILLET 2020 (SOL 2838) :

     

    5f29213296ad9_2838MASTC2.jpg.c00e3092cb73588bf70377171cb99b75.jpg

     

     

    5f2921592839d_2838MASTC31JUILL.jpg.ac00299d5e4257a606e86f6fe50f4748.jpg

     

    "De nombreuses autres observations ont complété le programme chargé du week-end. ChemCam mesurera trois cibles rocheuses, "Geikie", "Fearns" et "Great Trossachs", dont certaines contiennent des taches sombres qui pourraient expliquer la chimie variable que nous avons observée récemment."

    FIN DE CITATION

     

    Ensuite la partie essentielle du plan d'activité du 4 août (sol 2842) consistera à déposer un échantillon de poudre de forage dans le labo CheMin, ce qui devrait permettre d'obtenir la composition minéralogique précise de ce dernier trou de forage.

     

    En plus du dépôt à CheMin, est prévu environ une heure d'activités scientifiques à distance pour aider à documenter l'environnement : Mastcam prendra une mosaïque stéréoscopique de 53 images pointées sur l'unité intermédiaire fracturée au Sud-Est. Cette mosaïque aidera également l'équipe scientifique à planifier le futur trajet une fois que les activités de forage à "Mary Anning" seront terminées.

     

    Ensuite, ChemCam tirera son laser sur la cible "Bishop's Palace" qui expose quelques belles couches à petite échelle et d'éventuelles caractéristiques "diagénétiques" (la diagénèse est un processus qui intervient dans la transformation des sédiments en roches sédimentaires). ChemCam utilisera également son micro-imageur à distance (RMI) pour prendre une mosaïque à longue distance de la cible "Maybole" - représentée sur l'image Navcam du 16 juillet (sol 2824) ci-dessous - comme un affleurement en couches partiellement exposé au sommet d'une colline voisine :

     

    5f2920a731f5b_2824NAVCmaybolle.JPG.43b6f69b0e2d55c5c9cdaadcb3e377c5.JPG

     

    Les conditions environnementales seront également surveillées à l’aide de diverses observations atmosphériques, de surveillance des "dust-devils" et d’une mesure de composition atmosphérique SAM à l’aide du spectromètre de masse quadrupole (QMS) et du spectromètre laser tunable (TLS).

    • Like 3
    • Thanks 1

  7.  

    Toujours pas de compte rendu de l'équipe de la mission pour ce 27ème forage réussi, mais quelques images qui confirment l'aspect très clair des résidus et la préparation de livraison d'échantillon au labo de chimie moléculaire et isotopique SAM pour analyse.

     

     

    CHEMCAM RMI - 1er AOÛT 2020 (SOL 2839) :

     

    5f27bef40e0dd_2839CHEMC1aot.png.deb77200d553a07596b770944f9b5152.png

     

     

    MASTCAM - 1er AOÛT 2020 (SOL 2839) :

     

    5f27bf4b07def_2839MASTC1eraot.jpg.9157b7e4b4801a16886a75e511c13427.jpg

     

     

    Le foret a été placé au dessus des trappes d'entrées du labo SAM et mis en rotation inversée pour livrer une partie d'échantillon de forage sur une des deux trappes. L'objectif essentiel de cette opération est d'examiner la granulométrie de l'échantillon avant de l'introduire dans les labos.

    5f27bf711c07a_2839MASTC2.jpg.e29f0815d001345a21ac7bcb7d2b8620.jpg

     

     

    NAVCAM - 31 JUILLET 2020 (SOL 2838) :

     

    La longue crête "Vera Rubin" au Nord Est 

    image.png.8be0e2eec987b135506df234a7dc225c.png

     

     

    PANO MASTCAM - 24 JUILLET 2020 (SOL 2831) - Jan van Driel :

     

    5f27c0de211c6_2831PANOMASTC24JUILLJVD.thumb.jpg.e162206ac5688a94aefae39a5059bbf4.jpg

     

     

    • Like 6
    • Thanks 1

  8.  

     

    Ces derniers jours, j’étais un peu surpris qu’aucune nouvelle ne parvienne concernant les opérations du rover et en particulier du  forage en perspective à "Marie Anning". J’attribuais cette situation et ce retard inhabituel aux préparatifs du lancement de Perseverance qui monopolisait pas mal de monde et de moyens.

     

    En fait, dans le dernière mise à jour de la mission, la géologue planétaire Melissa Rice nous informe que le trou de forage devait être réalisé hier matin 30 juillet (sol 2837), mais qu’en raison d'un problème mineur avec le bras du rover, la séquence de forage n'a pas été exécutée. Le forage doit donc être exécuté aujourd’hui 31 juillet (sol 2838).  

    Elle commente plaisamment ce report ainsi  : "Peut-être que Curiosity n'est qu'un rover humble et consciencieux qui n'a pas voulu voler la gloire de Perseverance le jour de son lancement:).

     

    Melissa Rice

    5f23dc0587d65_MelissaRice.jpg.1ea95d46081dee9ba5e3ee6c78f1754b.jpg

     

     

    Je cite la suite de son message qui ne manque pas non plus d’intérêt :

     

    "Je me suis souvenu cette semaine du lancement de Curiosity, qui a eu lieu il y a près de neuf ans maintenant, mais dont le souvenir est toujours aussi vif qu'hier. J'ai eu la chance d'assister à ce lancement depuis le Centre spatial Kennedy en Floride avec l'équipe du Mars Science Laboratory - je n'étais alors qu'une étudiante de troisième cycle. Bien que je n'aie commencé que récemment à collaborer à la mission, de nombreux collègues qui m'entouraient sur les gradins travaillaient sans relâche depuis près de dix ans pour concevoir, construire et tester Curiosity.

    Imaginez que vous consacriez tant d'années de votre carrière à un projet, puis que vous attachiez votre délicate création à un gratte-ciel rempli d'explosifs et que vous la pointiez vers le ciel... c'est essentiellement cela, un lancement d'engin spatial ! Une tension palpable a conduit au compte à rebours final. Je me souviens d'un silence absolu alors que l'horloge atteignait 3... 2... 1... et puis j'ai été complètement choquée de voir à quel point c'était bruyant pendant le décollage. La fusée Atlas V semblait secouer la Terre entière, et j'ai senti le son frapper ma poitrine comme un mur. Mais le bruit était encore plus fort à cause de la masse criante de scientifiques et d'ingénieurs qui m'entouraient, qui applaudissaient, criaient, sautaient et s'embrassaient. J'ai essayé de garder les yeux sur Curiosity aussi longtemps que possible, mais plusieurs fois j'ai dû détourner le regard parce que les flammes étaient trop vives - j'avais l'impression de regarder directement le Soleil. Cette surcharge sensorielle ne se manifeste tout simplement pas lorsque vous regardez un lancement à la télévision. Pour le lancement de ce matin, l'équipe de Perseverance est restée à la maison pour se protéger mutuellement pendant la pandémie actuelle, et elle a regardé le lancement depuis plusieurs centaines d'écrans individuels. Mais leur excitation n'était pas moins grande que celle que nous avons ressentie en novembre 2011 - et leurs cris au décollage, après ce silence préalable tendu, ont résonné dans les salons du monde entier."

     

     

    • Like 5
    • Love 2

  9. il y a 40 minutes, STARBIRD a dit :

    Cette petite volée de bois vert intellectuelle ne fera pas de mal pour faire entrer dans les petites cervelles étriquées ( fait avéré de baisse de QI  depuis les années 1990 crétinisme  iode-> bromate anti feux. Vérifiez :-)  ) que l'on n'a pas toujours raison parce que l'on écrit avec le blason de l'autorité scientifique dans d'autres domaines .

    Chacun est concerné .

    Établissez les faits ,argumentez et vous ferez  progresser votre personnalité ainsi que la communauté.

    Peut être que vos progrès seront mesurés ???  :-)

     

     - 

    Cet extrait est assez significatif ^_^. Punaise xD...

    Heureusement que tu es là pour nous éclairer en te se situant bien  au dessus des "petites cervelles étriquées" de ce forum.. dont acte, respect !

    Quant à "établir les faits et argumenter", il suffit donc pour ça de balancer à chaque message plus de vingt liens du Web (liens dont le contenu contredit parfois le propos de celui qui les livre),  en fait - je te cite - du copier/coller de benêt xD.

     

    Comme Alain : t'as commandé ta Tesla ?? :| -_-

    • Haha 5

  10.  

    Bon voyage Perseverance !!!!!!!!!!!!!!!.....

     

    C'est parti pour de nouvelles aventures et de très longues années pendant lesquelles de multiples étapes complexes seront à franchir avant de pouvoir espérer tenir en mains quelques dizaines de ces hypers précieux tubes à échantillons. 

     

    image.png.93a7efcc8bc4561a4812fc3d0e4e572c.png

    • Like 2

  11. il y a 16 minutes, roul a dit :

     Avoir une opinion catégorique sur le bonhomme qu'on ne connait pas, de plus parlant une langue étrangère et de même d'une société bien différente de la notre rend la compréhension difficile du monsieur.

     

    Nul besoin d'être un "intime" pour juger un personnage qui ne cesse de se répandre dans tous les médias et à chaque instant sur twitter. Quant à la "langue étrangère", @roul..... franchement... c'est n'importe quoi comme argument !! xD..  

    Car même dans cette "société bien différente" US ^_^, il existe assez de gens lucides (que tout un chacun peut lire) qui contestent les idées complètement débiles de Musk et en détricotent les arcanes. C'est même aux U.S. que les critiques sont les plus mordantes

     

     

    Il y a 3 heures, roul a dit :

    Tesla est la voiture à battre par Volvo, Mercedes, GM, Ford, etc.

     

    Je cite le lien fourni plus haut par Kaptain :

     

    Tesla ne dispose pas non plus selon lui d'un réel avantage technologique par rapport à ses concurrents (Mercedes, BMW, GM, Volkswagen, Toyota, Ford, etc.) qui développent leur propre gamme de véhicules électriques, "ce qui ressent déjà sur la part de marché de Tesla, notamment en Europe".

    Il conclut en faisant un état des lieux de la gamme Tesla: "Au départ, ce sont les modèles S et les X qui devaient dominer le marché du luxe. Cela n'a pas été le cas. Ensuite, c'est le modèle 3 qui était censé créer un marché de masse pour les voitures électriques abordables et permettre à Tesla de devenir bénéficiaire. Cela n'a pas été le cas non plus. Quant au modèle Y, ils ne veulent même pas communiquer sur leurs commandes...". Il note enfin que Tesla a reporté son attention sur ses précommandes de Cybertruck, or "ce camion n'a pas le droit de circuler sur la voie publique". Sans compter que "le dépôt pour commander un Cybertruck est de seulement 100 dollars", il est donc délicat de se fier aux chiffres de pré-commandes selon lui.

    • Like 2
    • Haha 1

  12.  

    Je ne suis pas non plus persuadé que l'objectif de Monsieur Musk soit "d'améliorer l'air dans nos villes"..

    En tout cas, on va dire que ce n'est pas vraiment très concluant à Boca Chica :| xD :

     

    5f1aaf8fc1b9f_Capturedcran(2).png.6b0881eb0d974aaee33867f8eba9482b.png

     

     

    Bon... Y paraît - dixit @roul - que c'est "un entrepreneur avec des grands rêves et ce n'est pas pour tout le monde".

     

    Entre autres couillonnades, son "grand rêve d'entrepreneur" c'est d'être enterré sur Mars :/

    Et si je te résume @roul , Mars c'est la planète que tu trouves - je cite ton commentaire sur le fil de Curiosity  -"sinistre et cauchemardesque". 

    Est-ce que tu estimes vraiment que vouloir être enterré sur Mars est digne d'être appelé un "grand rêve d'entrepreneur" ??????????????...

    o.O:|:/xD

    • Haha 3

  13.  

    il y a 3 minutes, roul a dit :

    être entrepreneur avec des grands rêves n'est pas pour tout le monde.

     

    Si un "grand rêve" consiste à être "enterré sur Mars", il y a de quoi être inquiet sur la santé mentale de celui ou ceux qui fantasme(nt) sur ce genre d'hérésie.. pour ne pas dire "débilité"..

    C'est de la com' Raoul, de la com' entre autres pour les gogos qui se voient bientôt s'épanouir -_- dans les "colonies martiennes" comme ils vont en villégiature aux Caraïbes ou en Polynésie. Même dans 30 ans..50 ans, ce sera toujours aussi débile et criminel de balancer de telles inepties.

    Que Musk laisse Mars tranquille et inviolée, et surtout qu'il y laisse le champ libre à la science (dont il se contrefout) pour étudier cette planète qui peut encore nous en dire beaucoup sur notre Terre et le système solaire !

    • Like 5

  14. il y a une heure, Kaptain a dit :

    Je dubite toujours... :|

     

    Je dubite 

    Tu dubites

    nous dubitons.. -_- xD ..

     

    Cher Kaptain, pour moi pauvre malade qui depuis toutes ces années a pris le temps de visualiser chacune des centaines de milliers d'images des rovers depuis Spirit et Oppy, je te garantis qu'il n'y a rien d'exceptionnel à observer ce genre de "polissage". Ce qui est - un peu - plus rare, c'est que l'orientation de la lumière mette bien en évidence la finesse incroyable obtenue  .

    Il faut souligner que 80 millions d'années,  c'est forcément une durée de travail de finition que nos sociétés modernes ne sauraient tolérer -_-.


  15. Il y a 1 heure, Huitzilopochtli a dit :

    Ne serait-il pas plutôt possible que l'aspect et la forme de ces petits cailloux ne soit que l'unique résultat d'une corrasion de leurs surfaces (érosion éolienne) ?

     

    C'est tout à fait possible bien sûr..

    Si j'ai estimé qu'une part d'érosion hydrique était aussi probable, c'est que ces roches se situent dans la vallée argileuse où la présence de l'eau il y a plus de trois milliards d'année et sur des temps géologiques semble avérée. À ce niveau de pente sous le Mont Sharp on peut envisager que les eaux se soient répandues par ruissellement et se soient chargées en particules, ce qui a pu concourir à l'efficacité de ce type d'érosion.

    Ce qui est clair en tout cas, c'est que l'érosion éolienne qui a suivi a pu avoir tout le temps nécessaire pour réaliser le "travail" que l'on observe. 

    • Thanks 1

  16.  

     

    Il y a 9 heures, serge vieillard a dit :
    Il y a 12 heures, vaufrègesI3 a dit :

    Le logiciel repère également quand Curiosity a "une patte en l’air",

    Bonjour,

    il serait étonnant de se retrouver dans ce cas de figure non ?

     

     

    C'est pourtant une des raisons qui ont poussé à concevoir le logiciel nommé "Traction Control", car il n'est pas rare qu'occasionnellement une roue ne touche pas le sol. 

    Il ne faut oublier que chacune des roues est motorisée individuellement. Et si, par exemple, la roue avant rencontre un gros obstacle, les roues arrières la poussent, et ce blocage même léger peut amener une roue centrale (située sur la même barre basculante - le "bogie" - que la roue arrière) à se soulever légèrement au dessus du sol. Ce problème a parfois conduit à un arrêt intempestif "de sécurité" du rover, voire au constat d'une instabilité de position du rover en fin d'étape, rendant à l'impossibilité de l'utilisation du bras robotique.   

     

    • Thanks 1