Clouzot

Member
  • Content count

    75
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    Monaco

Community Reputation

44 Neutral

About Clouzot

  • Rank
    Member
  1. Choix d'un filtre IRCut

    Le ZWO en 1.25 fera le job pour cette caméra.
  2. @Browndog J'en suis très content, dans la limite de mon exigence (je le précise à chaque fois, je ne suis pas un astrophotographe mais un humble VA-tiste). Il est suffisamment rigide pour supporter mon Evo avec mon C9 (qui fait à peu près le même poids que ton C8 EdgeHD), c'est plutôt la monture Evo qui va être l'élément limitant (jeux sur les deux axes, en particulier. Je ne parle pas de backlash mais d'un défaut de conception qui rend l'axe "bralant" au fil du temps et nécessite un réglage avec démontage, pas compliqué mais un peu long). Il permet de fonctionner en mode équatorial tout en bénéficiant des avantages de la monture à bras (confort d'observation inégalé). En imagerie, on peut même autoguider l'ensemble sans trop de difficultés. Au chapitre des moins, un peu de resserrage à faire sur les différentes parties pour le rendre le plus rigide possible, sans excès toutefois de façon à permettre les mouvements de réglage.
  3. @Browndog oui c'est corrigé depuis quasiment 3 ans (Starsense HC 1.19.18006 à ma connaissance).
  4. J'ai ce wedge et cette monture. Je ne les utilise plus que depuis mon PC (CPWI, logiciel de Celestron) mais j'ai quelques souvenirs de la raquette. - Pour le réglage de latitude : non, il est bien gradué en latitude et pas en complément à 90°. Il est par contre très imprécis, mais peu importe, la procédure Polar Align pourra faire le job dans un second temps (après l'alignement Starsense) - le réglage du centre de gravité : tu n'as a le changer que si tu observes d'une latitude supérieure à 50°. Ce n'est pas ton cas, donc tu peux le laisser tel que sorti de sa boîte. - le réglage ON/OFF pour le wedge est dans Menu / Telescope / Setup / Wedge - La procédure pour un alignement Starsense serait : 1. Réglage de la position géographique GPS, de l'heure locale dans la raquette 2. Align / Starsense Auto si ton lieu d'observation est dégagé (Manual s'il y a des obstructions types arbres, maison qui cachent une bonne partie du ciel). Le laisser faire son taf et aller faire chauffer l'eau du thé. 3. Dans la raquette, Align puis descendre jusqu'à Polar Align. Il va centrer une étoile (au choix dans une liste), se déplacer vers l'étoile, (il peut prendre un point Starsense à ce moment-là, de façon optionnelle), puis te demander de la centrer à coup de molettes ALT ("bouton de réglage d'altitude" dans ton schéma) et AZ (molettes de réglage d'azimut) du wedge. 4. Enfin, relancer un alignement Starsense complet pour plus de précision dans le goto et le suivi.
  5. Georges Viscardy

    ...que j'ai aussi eu la chance de voir plusieurs fois, la dernière lors d'une conférence à l'Astrorama d'Eze (qu'il a confondé, et qui existe toujours je crois), au cours de laquelle il m'a fortement déconseillé de tenter de devenir... astrophysicien Sa démonstration étant assez éloquente, j'ai choisi à la place l'option bilboquet.
  6. C11 EdgeHD ou C9.25 EdgeHD?

    Toutes proportions gardées (C9 « normal »et 50ED) c’est le setup sur lequel je me suis arrêté moi aussi. Et un Hyperstar quand on a besoin d’aller vite pour passer entre les nuages !
  7. C11 EdgeHD ou C9.25 EdgeHD?

    La méthode recommandée par le Bureau Politique Starizona, et qui est d'ailleurs dans la courte documentation de l'Hyperstar, est de faire un unique pose de 1-3 secondes d'un champ avec des étoiles pas trop brillantes partout, de toucher une vis, de refaire une pose, et de regarder "si c'est pire ou pas". Il est vrai qu'on a un peu de mal à voir la figure d'Airy avec un Hyperstar ! Mais on peut commencer comme on collimate habituellement un SCT, avec une étoile centrée et défocalisée, centrer l'ombre du donut, se rapprocher du focus, etc etc, en finissant toujours le focus dans le bon sens comme tu le sais déjà. La méthode habituelle quoi, tu sais où la trouver (site de Thierry Legault par exemple). Ensuite, un peu plus assisté que "je modifie, je regarde à l'oeil si c'est pire", la méthode donnée par Greg Parker dans "Making Beautiful Deep-Sky Images", est d'analyser la brute avec un CCD Inspector quelconque (le vrai CCD Inspector payant ou l'outil gratuit présent dans ASTAP) ce qui te donne immédiatement l'éventuel tilt à corriger. Bien penser à refaire le focus après chaque ajustement. Autre outil possible, Metaguide, qui fonctionne du tonnerre, mais il est un peu capricieux à l'usage et je ne te conseillerais pas de l'utiliser de but en blanc. Dans tous les cas, l'outil vraiment indispensable pour moi, avec un HS, c'est le Bahtinov, et le focuser motorisé, car la MAP se fait vraiment au pouillième (7 microns sur le C11) Prendre un modèle de masque qui se fixe aussi en bout de pare-buée, justement. Ca peut faire peur écrit comme ça, mais il y a deux choses à savoir : - le gros de la collimation, tu ne la feras qu'une fois. Ensuite, si tu as bien serré les vis de l'HS, la collimation est tout à fait reproductible à chaque installation, tu n'auras pas à la refaire, ou alors un bref ajustement si es d'humeur tatillonne. - ça va très vite. On parle de poses de 1 à 3 s, voire moins, tu as Sharpcap ou un NINA qui tourne en fond et tu lances une seule capture, un coup d'ASTAP, retour avec une nouvelle capture.
  8. C11 EdgeHD ou C9.25 EdgeHD?

    @Sherekahn C’est presque plus simple de collimater l’HS que le secondaire. Trois bonnes paires de vis tirantes poussantes bien longues et crantées. Rien de bien sorcier, et il est très facile de tout remettre à zéro en cas de gros ratage.
  9. C11 EdgeHD ou C9.25 EdgeHD?

    Je ne peux que plussoyer (surtout à la vue de ces merveilles)
  10. C11 EdgeHD ou C9.25 EdgeHD?

    Sur le cercle image du NightOwl : Tout le monde n’a pas l’usage (ou les capacités d’utiliser, aussi) un capteur full frame ou APS-C... Un IMX533 fait justement 16mm de diagonale. Un IMX183 aussi. L’usage est donc plutôt adapté au VA, où c’est la rapidité qui prime. Mais on est d’accord sur le cercle image très petit, même ma 294 ne convient pas !
  11. C11 EdgeHD ou C9.25 EdgeHD?

    Les dernières specs pour le futur NightOwl pour Edge disaient 16mm de cercle image, donc... pas mieux que la version normale malheureusement. On verra !
  12. C11 EdgeHD ou C9.25 EdgeHD?

    Il sera dispo d'ici à fin 2020 "si tout se passe bien" indique Starizona. Et retour du NightOwl en v2 pour les non-Edge l'année prochaine.
  13. Georges Viscardy

    Je n'y habite plus... mais le cabanon familial est toujours là. Et j'y monte régulièrement avec mon C9 pour faire le zouave, même si la PL a très mal évolué depuis mes débuts...
  14. Georges Viscardy

    J'ai eu beaucoup de chance, je dois l'avouer. J'ai dû embellir au fil des années, mais je n'ai jamais retrouvé la sensation ressentie quand j'ai observé à travers cet énorme (vraiment, fallait voir l'engin) télescope, probablement un des plus gros scopes "amateur" à l'époque, et en tout cas probablement la plus longue focale du moment ! Et la chance de pouvoir lui montrer mes horribles photos argentiques ( @Meade45 j'avais bien une monture équatoriale, une Vixen, mais sans moteur... le suivi se faisait à la pogne, main légère sur la molette et oeil rivé au chercheur, une expérience abominable que je ne souhaite plus à personne) sans me faire jeter, même quand je débarquais en pleine heure de la sieste et que Madame de l'époque (anglaise je crois) tentait de me virer. Je pense qu'elle en avait marre d'avoir des visiteurs incessants. Ce qui est bien, c'est que 40 ans plus tard, bien qu'observant encore à même pas 500m de l'observatoire mythique de Mr Viscardy, je fais toujours des images aussi abominables. Je suis à 100M d'années-lumières de son talent et de son abnégation. Mais c'est le souvenir de cette soirée au Cassegrain qui toujours me motive. Respects et pensées au Monsieur.
  15. Georges Viscardy

    Je ne pouvais pas louper ce sujet, c'est Mr Viscardy qui m'a donné envie de faire de l'astro...il y a bien longtemps (tout début des années 80, donc biiiiiien moins longtemps que certains ici ) J'habitais à quelques centaines de mètres de son observatoire et j'ai eu la chance d'y faire une première soirée (à laquelle je ne voulais pas aller, ignorant de jeune ado que j'étais, pour moi le rêve c'était d'avoir un Ciao, pas un Cassegrain). Moi, et mes chers parents (qu'ils soient remerciés d'avoir de si bonnes relations de voisinage). Après un tour de son observatoire historique (je me souviens du T300 dans sa coupole, inclus dans la maison, le labo argentique juste en-dessous je crois, et une salle qui lui servait à faire des présentations pour son asso dans laquelle il nous avait fait une rapide explication), nous sommes montés au T520 et j'ai eu la claque de ma vie en mettant pour la première fois mon oeil face à un oculaire : une Saturne aux anneaux à peine visibles, une Jupiter énorme, et une petite Mars. En fin de soirée, je sautais partout, j'ai passé des mois à tanner mes pauvres géniteurs jusqu'à ce que le Père Noel m'amène l'habituel petit Newton (un 100mm). J'avais décidé de "faire comme Viscardy", donc j'ai dégotté un OM-1 aux puces, construit comme beaucoup un labo argentique dans un placard (avec les 3 bacs astucieusement superposés faute de place), acheté à prix d'or un peu de TP2415, et j'allais régulièrement lui montrer mes bouses (contrairement à lui, je ne prenais pas 30 rouleaux par heure, vu le prix délirant), voire utiliser son labo photo. Et comme il était très gentil, il ne m'a jamais découragé Au fil des années, j'ai revu très régulièrement le Monsieur (dont la passion ne l'a jamais quitté, même à la retraite, sauf peut-être à la fin où il était à l'hospice du village voisin). Je lui ai connu 2 épouses (je crois qu'il en a eu trois en tout ! mais l'astronomie comme maîtresse permanente). J'ai bien sûr souscrit à son Atlas, que j'ai toujours dans sa première auto-édition monégasque et dont la qualité me stupéfie encore maintenant. Au chapitre des anecdotes, ce dont parle l'article posté plus haut (il a arpenté toutes les Alpes-Maritimes avec un T200 jusqu'à trouver LE spot à basse turbulence) est bien sûr vrai, mais ce qu'il ne précise pas, c'est comment : dans les années 50, le réseau routier local était digne du Kosovo, avec beaucoup de routes très étroites, et pas mal d'endroits uniquement desservis par des sentiers pleins de caillasse. Une bonne partie de ces soirées d'exploration turbu, il les a donc faites...à pied, avec le télescope trimballé à dos de mulet. Et dire que je râle quand je dois trimballer mon C9 sur 20 mètres. Les anciens se souviendront aussi de sa première mondiale d'il y a 60 ans maintenant, un film de la rotation complète de Jupiter au T300, shooté en une seule nuit d'hiver. Il regardait aussi avec intérêt l'arrivée des toutes premières CCD (refroidies à la neige carbonique, ça devrait parler à @Colmic), mais je ne crois pas qu'il en ait testé, il était d'une génération trop tôt pour ça. Et tout ça en bossant de jour (ou parfois de nuit, en filant le plus vite possible pour partir observer) pour les casinos monégasques. Honnêtement, je ne sais pas comment il faisait pour tenir !