Clouzot

Member
  • Content count

    60
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    Monaco

Community Reputation

27 Neutral

About Clouzot

  • Rank
    Member
  1. QHY462 : mesures de bruit

    Est-ce que ce n’est pas le même phénomène qu’avec les IMX294 où les offsets sont complètement inconsistants (et donc impossibles à exploiter) ? Il fallait, si je me souviens bien de la conclusion des mecs de CN, intercaler des poses de 1-2s pour forcer un reset complet.
  2. C'est donc assimilable à une régularisation, en fait, dans le but d'éviter d'amplifier le bruit lors de l'inversion ? Donc même genre que le réglage présent dans le module ondelettes (déconvolution RL avec régul possible) ? J'y pense, Startools permet aussi ce genre de choses, avec une PSF paramétrable qui est synthétisée à partir d'une PSF mesurée, mais uniquement en isolant une étoile présente dans la même image que le reste. En planétaire ça risque d'être un peu compliqué à utiliser. (désolé @jldauvergne si je pars trop du côté obscur, j’utilise ce genre de sympathiques algos dans mon petit domaine de recherche mais sur des signaux à une seule dimension, et c'est toujours intéressant de voir comment ça se passe dans d'autres domaines plus complexes. Puis c'est bien de savoir ce qu'on utilise et comment ça marche, pour ne pas foncer tête baissée avec des réglages délirants)
  3. J'ai cru voir, lors d'un test, une boite de dialogue m'informant d'un réglage automatique du black level de l'image servant à la PSF, ce dans la dernière version d'AS. Automatiserais-tu donc déjà cet alignement de façon à avoir une PSF dont les valeurs sont bien réparties entre 0 et le max admissible ?
  4. Merci pour cette précision, je devrais pourtant savoir, à force, que c'est un classique de l'astro : un logiciel par fonction ! En bon flemmard de VA-tiste que je suis, j'apprécie énormément la facilité d'usage d'Astrosurface avec toutes ses automatisations, mais je vois à peu près comment utiliser AS3! (les tutos ne manquent pas, et ce n'est pas beaucoup plus long finalement) C'est là où je m'interrogeais : tu as une PSF qui correspond à une chaîne optique donnée et à des réglages donnés. A la limite, l'orientation de la caméra, passe encore, on n'est probablement pas à quelques degrés près, on n'est pas en train de faire des flats. Mais sauf à assumer que le focus est strictement identique entre les deux prises, il est à parier que la PSF ne sera pas la même, et qu'on va déconvoluer Pierre pour convoluer Paul (ou quelque chose du même genre). Si ce n'est pas gênant, tant mieux...!
  5. Intéressante approche ! (Et merveilleux résultats meme si les précédents étaient déjà splendides) Pour être sûr que j’ai tout bien compris, le principe c’est - on shoote la ou les séquences - sans rien changer (focus, orientation de la caméra, filtres éventuels) on va également shooter (avec une pose plus respectable) une étoile pas loin - on ouvre l’image de l’étoile, on lance le module deconv dans AS, on va entourer l’étoile puis on lui demande de capturer la PSF et on la sauve dans un coin - on ouvre la séquence Juju, clic clic clic pour registrer et empiler - on fait suivre de la deconvolution en rappelant la PSF précédemment sauvée. - suivent les traitements habituels j’ai tout bon ?
  6. Les planètes au Mewlon250

    Je n'avais jamais "fait" de planétaire avant la nuit du 24-25 juillet et j'ai eu exactement la même chose sur Mars avec mon C9. On a dû shooter à quelques minutes d'intervalle d'ailleurs (sur Jupiter l'ombre d'Io est quasiment au même endroit) Le limbe (côté face éclairée donc) était tout bleu. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Après traitement, j'avais exactement le même rebond, et j'ai mis ça sur le compte d'un excès de Clouzot dans Astrosurface (comme à mon habitude je commence par mettre tout à fond), mais me voilà rassuré, je ne suis pas le seul. Est-ce corrigeable d'une façon ou d'une autre (réglage à affiner sur les miroirs, filtrage, ADC à rajouter...), ou est-ce un phénomène intrinsèque à la planète, le type d'optique...?
  7. Malincam et/ou alternatives

    Le A7s et ses gros pixels fait toujours son effet ! sinon pour un peu moins cher, on peut faire ça au Lomo 50mm et avec une petite 385, mais c’est forcément un peu plus heurté Tout ça pour dire qu’avec un capteur CMOS récent et, effectivement, une ASIAir fort pratique, on peut tout à fait regarder en quasi direct ce qu’il se passe dans le ciel, tant qu’on ne cherche pas à avoir une image de qualité astrophoto Le « truc » étant d’avoir le F/D le plus bas possible, et de ne pas hésiter à sous-échantillonner brutalement le capteur (binning)
  8. Camera CMOS ASI 294 MC et couleurs fades

    Effectivement pas à l’APN, c’est avec une CMOS (ASI183)
  9. Camera CMOS ASI 294 MC et couleurs fades

    Je suis du genre sympa, mais non, M51 n’est pas toute blanche Des brutes de 10s montrent déjà quelques petits schmutzs bleus dans les bras
  10. Camera CMOS ASI 294 MC et couleurs fades

    Avec le RASA les poses de 60s doivent passer sans trop de souci (je le fais avec l’Hyperstar et avec la meme monture Evolution que toi sur un wedge). Ici dans mon exemple c’était avec une AVX, mais je pense que la « qualité » de suivi sans guidage est kifkif.
  11. Observatoire du Mont Chiran?

    Oui @bemo47 est un habitué des lieux, il pourra t’en dire plus sur les conditions actuelles
  12. Camera CMOS ASI 294 MC et couleurs fades

    On est tous « déformés » par les images ultra colorées qu’on voit un peu partout... Dis-toi que M81, par exemple, n’est probablement pas une galaxie avec du rouge et du bleu qui pètent, mais essentiellement...jaune. ca n’empêche pas de vouloir quelque chose de plus flatteur : un bon boost du R et du B, sans que le centre ne deviennent complètement saturé orange, ramènera peut-être un peu de couleur dans les bras. Et poser un peu plus longtemps... Exemple en « mode VA » (empilement en direct) avec le même capteur que toi mais en 19 minutes, c’est pas folichon non plus
  13. Ngc 6339 une faible galaxie au C11HD

    Une question depuis mon maigre niveau en imagerie : Christian, tes mesures de FWHM sont très intéressantes et appuient clairement ta thèse du peu d’intérêt de la pose courte par rapport à la technique habituelle. Ceci dit, je me dis naïvement qu’elles ne sont reproductibles (et donc leurs conséquences applicables) que si les deux pré requis suivants sont vérifiés : 1 - Un suivi impeccable 2 - une CCD avec un fullwell considérable. Sinon ce n’est pas le seeing qui va étaler les étoiles, mais le pixel qui va déborder sur les voisins et affecter la FWHM. Quiconque a déjà essayé des poses de 60s avec un IMX183 non filtré IR (au hasard) saura de quoi je veux parler. J’ai peut-être tout faux sur mon analyse, donc n’hésitez pas à me taper dessus (gentiment)
  14. Problème collimation C8

    Puisque tu as une caméra (il me semble) je ne peux que te conseiller de suivre ce que propose @djorgedacosta et de tourner une mini vidéo avant de l’empiler sans ménagement dans le soft de ton choix (tu peux aussi le faire en live dans Sharpcap comme je l’ai expliqué par ailleurs). Et avec un filtre rouge si tu as ça sous la main. autre solution, Metaguide qui te fera l’empilement à la volée et sait aussi recentrer l’étoile tout seul, mais c’est un curieux soft pas forcément très simple à prendre en main