Motta

Member
  • Content count

    3179
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11
  • Country

    France

Everything posted by Motta

  1. Lumicon Filtre OIII 2"

    Parfait état. Préférence remise en mains propres.
  2. Ethos 4.7

    Parfait état. Préférence remise en mains propres.
  3. Oculaire Pentax XW 3.5

    Parfait état. Remise en mains propres souhaitée.
  4. Une mission envisagée a été confirmée par l'agence spatiale japonaise. Son nom, donc, Martian Moons eXploration (MMX pour les intimes, donc). Il s'agit d'une mission vers Phobos, dont le lancement est prévu pour 2024. MMX larguera sur Phobos un petit Rover, conçu par les agences spatiales françaises et allemandes, dont la mission sera, selon Patrick Michel, directeur de recherche CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur, de « de comprendre les caractéristiques du sol de Phobos, notamment sa composition et ses propriétés thermiques ». Le petit Rover préparera la collecte d'échantillon qu'effectuera MMX ensuite, en se posant pendant deux heures sur Phobos, le temps pour un carottier de s’enfoncer à quelques centimètres de profondeur et d’en extraire 10 grammes de matière. La sonde retournera vers la Terre en 2028, et lâchera dans l'atmosphère la capsule avec l'échantillon. Citation d'un papier dans Le Monde de Pierre Barthélémy : (https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/01/13/les-japonais-visent-phobos-dans-l-orbite-de-mars_6025731_1650684.html) Sur le plan scientifique, l’objectif, indique Patrick Michel, est « de révéler l’origine des deux lunes de Mars. Deux grandes hypothèses existent aujourd’hui. La première dit que la formation de Phobos et Déimos est analogue à celle de la Lune : dans la jeunesse de Mars, un astre aurait percuté Mars. Du disque de débris créé autour de la planète seraient nés les deux satellites. Selon la seconde hypothèse, il s’agirait d’objets en cours de migration dans le système solaire interne, qui auraient été capturés par la gravité de Mars. Chaque hypothèse pose des problèmes, surtout la seconde, car capturer des astéroïdes et en circulariser les orbites sans les briser est un processus compliqué. » Si le scénario de la capture est le bon, les scientifiques auront accès à un nouveau morceau d’astéroïde, et par conséquent, dit Patrick Michel « à du matériau brut qui a participé à la formation du Système solaire ». Si, en revanche, les analyses valident l’hypothèse de la formation des lunes martiennes à la suite d’une collision, les cosmochimistes auront peut-être la chance d’avoir entre les mains un mélange de matériaux issus de la Mars jeune et de son impacteur. Dans les deux cas, les astronomes obtiendront de nouvelles informations sur les premiers instants du Système solaire. Patrick Michel caresse aussi un autre espoir : « Il se peut qu’il y ait du matériau martien récent à la surface de Phobos, éjecté à la suite d’une collision avec un astéroïde. Dans cet échantillon, on aura donc peut-être un peu de matière venue de Mars… » Le site de la mission : http://mmx.isas.jaxa.jp/en/ Et puis, pour l'occasion, un petit rappel, c'est déjà un peu ancien mais.....
  5. Soyouz image

    Bon, un fil un peu anecdotique (c'est les vacances...) Dans les dix images scientifiques de l'année choisies par Nature, il y a évidemment l'image du TN de M87 en premier lieu, mais également une image d'un Soyouz en approche à quelques centimètres de l'ISS (1), prise par Kristina Koch attendant Jessica Meir. Bien entendu, il y avait un côté publicitaire avec tout ça, la première fois deux femmes dans l'espace, etc. etc. Mais l'image en tant que telle, j'aime bien : (1) : voir plus bas........
  6. Soyouz image

    Un esprit objectif, @jfleouf, admettra, n'est-ce pas, que si j'ai raté ma prédiction, quand même ce n'est pas de beaucoup........... RDV en juin prochain. Avant, beaucoup d'astronomie ici...
  7. Un article dans Courrier international : https://www.courrierinternational.com/article/astronomie-une-immense-pepiniere-detoiles-decouverte-dans-la-voie-lactee Extraits : Des astronomes ont découvert une gigantesque structure gazeuse en forme de “vague” ondulant dans la Voie lactée, et constituée de pépinières stellaires – où se forment les étoiles – interconnectées. “[Cette structure] se situe à environ 500 années-lumière de notre Soleil, ce qui est relativement proche en distances astronomiques” (...) Cette découverte transforme la vision que l’on avait depuis cent cinquante ans des pépinières stellaires proches, considérées jusque-là comme formant un anneau en expansion Cette structure s’étend sur 9 000 années-lumière et constitue ce que l’on appelle un “bras local” de la Voie lactée, une sorte de branche en spirale autour du noyau de la galaxie. (...) La présence de cette gigantesque pépinière soulève de nombreuses questions. “On pensait auparavant que de nombreuses régions de formation d’étoiles trouvées dans la vague de Radcliffe faisaient partie d’une structure appelée ceinture de Gould, d’environ 3 000 années-lumière de large”, rappelle BBC News. Et la formation même de cette structure gazeuse laisse les chercheurs perplexes. “Une idée est qu’une galaxie beaucoup plus petite a percuté cette partie de la Voie lactée dans un passé lointain, déclenchant des ondulations qui se sont propagées comme celles d’une pierre jetée dans un étang, rapporte The Guardian. Une hypothèse plus exotique suggère qu’un rôle soit joué par la mystérieuse matière noire qui se cache autour des galaxies.” De nombreux scientifiques à travers le monde vont s’emparer de cette découverte pour tenter d’en percer les mystères. Dans l'article, un lien avec le papier original dans Nature. Une illustration aussi, assez parlante : Et, très intéressant, le lien vers une carte permettant de voir cette pépinière d'étoiles dans le ciel. Ça vaut le détour, franchement : http://worldwidetelescope.org/webclient/?tourUrl=https%3A%2F%2Ffaun.rc.fas.harvard.edu%2Fczucker%2FPaper_Figures%2FRadWave_AAS_Sky.WTT
  8. Ce fil a un objectif très clair : parler de ces nouveaux instruments, eVscope et Stellina, puis d’autres éventuellement s’il en arrive d’autre, pour essayer d’évaluer objectivement ce qu’ils apportent, ou non. Plusieurs fils ont été proposés (dont un tout récemment) où des débats de principe ont eu lieu, et où ont pu s’exprimer notamment des avis négatifs de principe donc, de la part de certains en particulier qui défendent le visuel. Bon. Tout cela a été dit. Ce que je souhaiterais ici c’est qu’on parle de ces instruments de manière objective, précise, et sans a priori. J’aimerais bien donc que tout le monde respecte une petite contrainte élémentaire : intervenir soit en ayant une connaissance de ces instruments (possession personnelle, démos), soit en ayant des renseignements précis, techniques ou autres. Je mets ce fil dans astro générale et non dans astro pratique. C’est qu’il ne s’agit pas seulement de parler de ces instruments d’un point de vue technique, mais également du point de vue des usages qui en sont faits, de ce que ça change, ou non, à la pratique de l’astronomie amateur. L’idée, qui a été exprimée parfois avec crainte par certains, que ces instruments remplacent les télescopes tels que nous les connaissons, relève très certainement du fantasme, en tout cas à l’heure actuelle, très certainement. On n’en est pas là, et on ne sait pas ce qui va se développer à l’avenir, peut-être le même genre de système mais en version oculaire adaptable sur n’importe quel instrument ? On ne sait pas, on verra. En attendant ces instruments existent aujourd’hui. Ce qui semble se dessiner, c’est qu’ils concernent surtout un public pas intéressé encore aujourd’hui par l’astronomie, et les clubs ou des institutions (associations, etc.) qui voudraient pouvoir avoir cet accès à l’astronomie pour des activités. Mais aussi certaines et certains d’entre nous, il y avait eu des témoignages là-dessus, trop brefs pour qu’il y ait vraiment des infos qui en ressortent. Considérons que ces instruments existent, qu’ils vont avoir un certain public et peut-être une certaine fonction, et essayons de voir quoi, comment. C’est tout. Donc pas de polémique, merci. Ça ne veut pas dire pas de critique le cas échéant, mais alors sur des éléments précis, concrets, et d’expérience. Un dernier point : tout le monde sait que ces instruments sont encore (trop) chers. Inutile d’y revenir, sauf s’il y a des éléments précis sur la stratégie d’Unistellar et Vaonis ou leurs possibilités sur ce point. Bien entendu, sorti de la polémique, ce fil ne va pas avoir une croissance exponentielle comme les autres fils sur le sujet. Tant mieux. S’il peut progresser un peu, tranquillement, au fil du temps, pour réunir des éléments de réflexion objectifs, ce serait parfait.
  9. Ethos 10

    Vend Ethos 10mm. Parfait état. Préférence, remise en mains propres.
  10. Ethos 21

    Vend Ethos 21, parfait état. 800 euros. Préférence, retrait sur place.
  11. Monture SW NEQ5

    Vend monture SW NEQ5, très bon état + sac de transport Geoptik adapté. 240 euros. A prendre sur place, région parisienne.
  12. Faut-il scinder le forum Astrophotographier en deux ?

    Alors juste deux rubriques, une "Bon contenu" et une "Contenu pourave" ????
  13. Newton Skywatcher 250 PDS

    Parfait état. Fourni avec tous les accessoires d'origine. A chercher sur place
  14. Mission Hera

    Entretien dans Le Monde avec Patrick Michel (par Pierre Barthélémy). Extrait : Les 27 et 28 novembre se tiendra à Séville la réunion ministérielle de l'Agence spatiale européenne (ESA) où sera notamment tranché le sort de la future mission Hera, dont vous êtes le responsable scientifique. Quels sont ses objectifs ? Ils sont de travailler à la défense de la planète contre les impacts d'astéroïdes. C'est le risque naturel le plus faible mais qui peut avoir des conséquences catastrophiques. C'est aussi le seul qu'on peut prédire et prévenir avec des moyens raisonnables ce qu'on ne pourra jamais faire pour un tremblement de terre ou un tsunami. Le projet Hera fonctionne en binôme avec la mission DART de la NASA, qui décollera en 2021 et consistera à envoyer un satellite de 550 kg percuter, à plus de 20 000 km/h, le petit satellite de l'astéroïde Didymos, satellite qu'on a surnommé Didymoon et qui mesure 165 mètres. Après le choc, la période de révolution de Didymoon autour de Didymos, qui est de douze heures, sera modifiée de quelques minutes. Hera partira en 2024 pour voir la taille du cratère créé par DART et évaluer précisément la « quantité de mouvement » transférée à Didymoon lors de la collision en mesurant sa masse. L'idée est de pouvoir, grâce à toutes ces données, valider les simulations numériques d'impact sur un astéroïde à l'échelle réelle et de mettre au point un modèle de déviation, de façon à savoir quelle énergie transmettre à un tel corps menaçant la Terre, afin de lui faire changer de trajectoire. Bon, après une vérification rapide, pas de doublon, mais comme ça date un peu je ne suis pas sûr. Concrètement : 1. En 2022, DART, un satellite de 500 kg, heurtera le satellite (150m de diamètre environ) de l'astéroïde Didymos (800 mètres de diamètre environ). Le but : évaluer la modification de la trajectoire. 2. En 2026, la sonde Hera arrivera autour de Didymos, pour étudier l'impact mais aussi ses caractéristiques, et mieux cerner l'effet de l'impact donc. Si mes infos sont les plus récentes (dans le cas contraire, je laisse les bien plus compétents que moi sur AS rectifier tout ce qui doit l'être...)
  15. Mission Hera

    Cédric, pourquoi t'as mis un "j'aime" à mon message ? T'es sadique ou quoi ? PS : je rigole hein...
  16. Mission Hera

    .
  17. eVscope, Stellina

    Ben ouais, tout le monde est d'accord ici .... De l'imagerie automatisée, faut préciser. Ben comme toujours .....
  18. Maksutov Skywatcher 180

    Maksutov 180 Skywatcher + housse de transport Artesky. Parfait état. Achat Pierro Astro 2017. En mains propres sur Paris.
  19. Filtres lumicon

    Lumicon OIII 1'25 ............. 90 euros Lumicon OIII 1'25..............90 euros
  20. Ethos 4.7

    Vend Ethos 4.7 Parfait état. En mains propres sur Paris ou expédition soignée avec virement préalable.
  21. AZEQ6

    Vend monture AZEQ6 + Trépied + housse souple Geoptik. Parfait état. Achat Pierro Astro 2017. Sur place, dans Paris.
  22. Nouvelle comète ! C/2020 F3

    La comète C/2020 F8 (SWAN), en mai. Damian Peach/Chilescope team
  23. Un truc qui me laisse songeur et que je trouve merveilleux... Des fois je réalise que certains de mes étudiants vont avoir eux-mêmes des étudiants, qui pour certains auront eux-mêmes des étudiants, etc. C'est dingue quand même, et si beau, tous ces gens après qui auront la chance d'avoir un lien de filiation intellectuelle avec moi...................
  24. Exactement, voilà, j'allais le dire, tu m'as enlevé les mots de la bouche..............
  25. Dépêche AFP reprise par Le Monde. Extraits : Un trou noir dont la masse surprend était dissimulé au cœur de la Voie lactée. Cette découverte remet en question les théories existantes de l’évolution des étoiles, ont affirmé jeudi 27 novembre des scientifiques. Le LB-1, un trou noir stellaire situé à 15 000 années-lumière de la Terre, que la revue Nature décrit pour la première fois, a une masse 68 fois supérieure à celle du Soleil. Or, « des trous noirs d’une telle masse ne devraient même pas exister dans notre galaxie, selon la plupart des théories actuelles d’évolution stellaire », a déclaré Liu Jifeng, un professeur de l’Observatoire astronomique national chinois, à la tête de l’équipe de chercheurs qui a étudié LB-1. « Nous pensions que les étoiles très massives, dont la composition chimique est typique de notre galaxie, devaient répandre la majeure partie de leur gaz dans de puissants vents stellaires lorsqu’elles approchent de la fin de leur vie », et donc ne pas laisser derrière elles un trou noir aussi massif, a souligné Liu Jifeng. (...) La masse plus large de LB-1 indiquerait donc que le trou noir ne peut pas avoir été produit par une supernova. « Cela signifie que nous avons affaire à un nouveau type de trou noir, créé par un autre mécanisme physique », a insisté David Reitze. Le LB-1 a été découvert à l’aide du télescope chinois Lamost (télescope spectroscopique multi-objets à fibres optiques grand champ), par une équipe internationale comprenant des scientifiques chinois, américains et européens. Les scientifiques ont d’abord utilisé ce télescope pour rechercher des étoiles en orbite autour d’objets invisibles, un signe que l’étoile pourrait être en orbite autour d’un trou noir. D’autres images des plus grands télescopes optiques du monde – le télescope espagnol Gran Telescopio Canarias et le télescope Keck I aux Etats-Unis – ont confirmé la taille du LB-1, que le National Astronomical Observatory of China a qualifié dans un communiqué de « rien moins que fantastique ».