Astro-TAPAS

Member
  • Content count

    50
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

186 Good

About Astro-TAPAS

  • Rank
    Member
  1. Autour de la tête de Cheval

    merci à tous pour votre passage et encouragements ;-)
  2. Un grand classique, mais que nous n'avions jamais imagé... Dans notre toute première mosaïque, il est facile de reconnaitre la nébuleuse de la tête de cheval qui se détache devant les voiles rouges rouges de IC 434, la nébuleuse de la Flamme NGC 2024, 2 petites nébuleuses par réflexion à gauche IC 431 & 432, et sous la tête de cheval NGC 2023 Full & details Astrobin : https://astrob.in/n9fpwj/0/
  3. LDN 1235 – nebuleuse du requin sombre – Vdb 150 – VdB 149 LDN 1235 (Lynds Dark Nebula) est un vaste complexe de nébuleuses qui ressemble un peu à un requin, ainsi communément appelé la « nébuleuse du requin noir ». Sur cette image, nous ne pouvons voir que la tête avec les mâchoires ouvertes. il est composé uniquement de gaz interstellaire et de poussière. La poussière sombre comme celle présentée ici est un peu comme la fumée de cigarette et créée dans les atmosphères fraîches des étoiles géantes. Après avoir été expulsées avec du gaz et recondensées gravitationnellement, les étoiles massives peuvent sculpter des structures complexes dans leur nuage de naissance en utilisant leur lumière de haute énergie et leurs vents stellaires rapides comme outils de sculpture. La chaleur qu’ils génèrent évapore le nuage moléculaire trouble et provoque la dispersion et la lueur rouge de l’hydrogène gazeux ambiant. Pendant la désintégration, nous, les humains, pouvons imaginer ces grands nuages comme des icônes communes, comme nous le faisons pour les nuages d’eau sur Terre. En incluant de plus petites nébuleuses bleues à réflexion de poussière telles que Lynds Dark Nebula 1235 et Van den Bergh 149 & 150, la nébuleuse Shark s’étend sur environ 15 années-lumière et se trouve à environ 650 années-lumière de la constellation de Céphée. Details & full astrobin : https://astrob.in/vzkaaz/0/ Notre Facebook : https://www.astrobin.com/users/Astro-TAPAS/
  4. Fireworks & NGC 6939

    la full ici normallement...https://astrob.in/full/56cn8f/0/?real=
  5. Fireworks & NGC 6939

    Merci pour vos encouragements
  6. Fireworks & NGC 6939

    sur astrobin... Altair 130 EDT sur AP 900 - CCD Mravaian G2-4000
  7. Fireworks & NGC 6939

    Bonjour, comme annoncé, la team « DDS_Observatory » change de nom et se voit renforcée par Alain Tamas. Nous allons publier des images datant de l’an dernier mais non traitées et nos nouvelles images, et nous commençons par une image de 2021. NGC 6946 – la galaxie des feux d’artifice La galaxie NGC 6946 est tout simplement spectaculaire. Au cours du siècle dernier seulement, NGC 6946 a connu 10 supernovae observées, ce qui lui a valu son surnom de galaxie Fireworks. En comparaison, notre Voie lactée n’enregistre en moyenne qu’un à deux événements de supernova par siècle. Nous sommes en mesure de nous émerveiller devant NGC 6946 car il s’agit d’une galaxie de face, ce qui signifie que nous voyons la galaxie « face » à nous, plutôt que de la voir de côté (connue sous le nom de bord). La galaxie Fireworks est en outre classée comme une galaxie spirale intermédiaire et comme une galaxie à sursaut d’étoiles. Le premier signifie que la structure de NGC 6946 se trouve entre une spirale complète et une galaxie spirale barrée, avec seulement une légère barre en son centre, et le second signifie qu’il a un taux exceptionnellement élevé de formation d’étoiles. NGC 6946 est enflammée par des feux d’artifice galactiques colorés alimentés par la naissance et la mort de multitudes d’étoiles brillantes et massives. Les géantes stellaires massives ont mis fin à leur vie dans des explosions de supernovae tout au long de NGC 6946 de manière rapide depuis des dizaines de millions d’années. On suppose que si seulement un million d’années de l’histoire de cette galaxie étaient compressées dans un film time-lapse de quelques secondes, il y aurait des explosions de lumière presque constantes à mesure que de nouvelles étoiles éclatent en vue, tandis que les anciennes expirent dans des explosions spectaculaires. Au cours du siècle dernier, huit supernovae ont explosé dans les bras de cette métropole stellaire, faisant de NGC 6946 la galaxie connue la plus prolifique pour les supernovae au cours des 100 dernières années. Pourtant, c’est l’omniprésence de la naissance d’étoiles dans NGC 6946 et non ses supernovae qui confèrent à cette galaxie son apparence flamboyante et colorée. Pour des raisons qui ne sont pas complètement comprises, elle connaît un taux de formation d’étoiles beaucoup plus élevé que toutes les grandes galaxies de notre voisinage. La production prodigieuse des pépinières stellaires dans ce voisin galactique conduit finalement à un nombre accéléré d’explosions de supernova. Les régions de naissance d’étoiles existent dans la plupart des galaxies, en particulier dans les spirales, et sont évidentes sous forme de nuages de gaz à prédominance hydrogène appelés régions HII. Ces zones fusionnent sur des millions d’années pour former des étoiles. Les étoiles jeunes, chaudes et massives formées dans ces régions émettent de grandes quantités de rayonnement ultraviolet, qui dépouillent les électrons des atomes d’hydrogène dans lesquels ils sont intégrés. Lorsque ces atomes d’hydrogène ionisés se réassoient aux électrons, ils rayonnent dans une couleur rouge foncé (à une longueur d’onde de 656,3 nanomètres) lorsque les électrons reviennent à des niveaux d’énergie inférieurs. NGC 6946 se trouve à 25,2 millions d’années-lumière à la frontière entre les constellations de Céphée et du Cygne, et a été découverte par Sir William Herschel (1738-1822) le 9 septembre 1798. Les astronomes estiment que cette galaxie contient environ deux fois moins d’étoiles que la Voie lactée et qu’elle est également utilisée comme laboratoire pour étudier et caractériser l’évolution des étoiles massives et les propriétés du gaz interstellaire. NGC 6939 En bas à gauche de l’image, beaucoup plus proche de nous, l’amas ouvert NGC 6939 offre un contraste intéressant, avec des étoiles aux couleurs bien prononcées. On note une forte concentration de géantes rouges au sein de cet amas, dont plus d’une dizaine sont des étoiles variables. Entre ces deux objets se situe un élément plus diffus, appelé « IFN » (« Integrated Flux Nebulae »), que l’on pourrait confondre avec de faibles nébulosités au sein de notre galaxie sur cette image. Il s’agit en réalité de nuages de gaz et de poussière dans le milieu interstellaire, ou en périphérie de la galaxie, et qui sont visibles du fait du rayonnement de l’ensemble des étoiles alentours (à l’inverse des classiques nébuleuses par émission ou absorption qui sont fortement liées à une étoile ou un amas d’étoiles en particulier). Ces nuages sont très ténus et peuvent s’étendre sur des dimensions gigantesques, aux alentours de la Voie Lactée. On peut parler, de façon imagée, de « cirrus galactiques ». Si l’IFN apparait en lumière visible, il ne révèle cependant sa véritable importante qu’en infrarouge.
  8. une M33 Espagnole

    Bonjour, Après une interruption momentanée de l’image et du son…nous avons pas mal de travail en retard… L’équipe est remodelée et nous accueillons avec grand plaisir Alain Tamas et est désormais composée de : · David Attié · Souhayl Ben Khaled · Didier Rediger-Lizlov · Alain Tamas Notre équipe va également changer de nom Notre publication reprend une image commencée en novembre 2020, la très classique galaxie M33, image LRGB à laquelle nous avons ajouté une couche Ha et une Couche OIII afin de mieux faire ressortir les couleurs de ses extensions. C’est donc la première image collaborative de l’équipe, d’autres vont suivre. Full & details on Astrobin : https://astrob.in/full/jjdxn5/0/?real=
  9. VDB 14 et VDB 15

    un très joli champ, bien faible... et traité avec une grande douceur. les faibles nébulosités me semblent un peu "verdatre" non ?
  10. IC 1795

    Nébuleuse IC 1795 (la Tête de Poisson) IC 1795 est une nébuleuse en émission, qui comprend un ensemble de zones de gaz luminescents et des nuages de poussières. Cette nébuleuse est située dans un cadre beaucoup plus vaste de nébuleuses à émission, dont les plus connues nébuleuse du cœur et nébuleuse de l'âme. C'est une région de formation d’étoiles, située dans la constellation de Cassiopée. IC 1795 de magnitude 7 est située à environ 6 000 années-lumière du système solaire, dans le bras de Persée de la Voie lactée. Elle couvre un champ d'environ 20 minutes d'arc, soit une largeur de 70 années-lumière Full et détails sur astrobin : https://astrob.in/full/7q2p47/0/
  11. LDN889 & IC1318

    merci à tous pour votre passage
  12. LDN889 & IC1318

    toujours une image en retard de traitement en provenance de l'Espagne... et encore une nébuleuse sombre : LDN 889 dans la nébuleuse Gamma du Cygne (IC1318) La nébuleuse Gamma Cygni ou IC 1318, est une nebuleuse diffuse en émission qui peut être observée près de Sadr (Gamma du Cygne), elle se trouve à environ 4900 AL. IC1318 est considérée comme une nébuleuse en émission car elle est ionisée par les radiations d’étoiles proches et émet donc dans le spectre visible. La partie visible de la région HII s’étend sur plus 100 AL. Cette nébuleuse est illuminée par une étoile de classe O9 qui est visuellement cachée par du matériel interstellaire. IC1318 a 3 parties distinctes IC1318 A-B &C. Le nuage sombre que l’on voit sur cette image mesure environ 20 AL et divise les parties B &C. C’est une nébuleuse sombre identifiée comme LDN 889. Les 2 composantes de IC1318 B&C ne sont pas séparées mais sont un même et seul nuage visuellement séparées par LDN889. LDN 889 fait partie de IC1318 et du plus large nuage moléculaire qui l’entoure. Cette bande sombre est responsable de la forme de IC1318 et du nom qui lui est quelquefois donné : la Nébuleuse du Papillon. la full et les détails sur astrobin : https://astrob.in/full/uefqrn/0/