Astro-TAPAS

Member
  • Content count

    58
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 79716

Everything posted by Astro-TAPAS

  1. NGC 4631 et 4656 forment un nouveau couple de galaxies aux formes originales, déformées par des interactions gravitationnelles. Un couple dites-vous ? Et bien non, il s'agit en fait d'un quatuor, comme vous allez le découvrir. Commençons par la galaxie de la Baleine, à droite, NGC 4631. Elle s'étire sur 140.000 années-lumière et elle se trouve entourée par une bulle de gaz chaud émettant des rayons X. Telle le grand mammifère marin, elle semble recouverte de pustules, des condensations de gaz en train de s'effondrer pour donner naissance à de nouvelles étoiles. La minuscule galaxie voisine pourrait évoquer le geyser qui s'échappe par l'évent dorsal de la baleine. C'est elle qui est à l'origine de l'aspect torturé de NGC 4631, les deux s'arrachant du gaz et de la matière. Passons maintenant à la galaxie éloignée à gauche en bas dans le champ, NGC 4656 surnommée la Crosse de hockey. Voyez-vous la galaxie naine qui est en interaction là aussi ? Il s'agit de NGC 4657 qui forme la lame de la crosse de hockey, NGC 4656 tenant le rôle du manche. C'est William Herschel qui découvrit cet étrange objet céleste en 1787. Cela nous fait donc deux grandes galaxies en interaction, chacune également déformée par la présence d'un petit compagnon. Full & Details astrobin : https://astrob.in/full/61sw36/0/
  2. Avec du retard, une image en provenance d'Espagne : Les Tétards (IC 410) Nichée dans la constellation du Cocher, la nébuleuse IC 410 abrite deux nuages de gaz et de poussière dont la forme évoque celle des têtards( ou de spermatozoides). IC 410 est une nébuleuse en émission, un énorme nuage moléculaire d’environ 100 années-lumière de diamètre. Si ce nuage brille, c’est parce que ses atomes sont excités par le rayonnement des étoiles de l’amas NGC 1893. Ces jeunes astres, âgés de 4 millions d’années seulement, crachent de forts vents stellaires qui sculptent également deux têtards cosmiques. Ce sont de curieuses structures constituées de gaz et de poussière plus denses. Elles mesurent environ 10 années-lumière. Soufflée par les vents stellaires, la queue de ces têtards s’étire à l’opposé du cœur de l’amas d’étoiles NGC 1893. Full and Details on Astrobin : https://astrob.in/full/d3b45h/0/
  3. Nous présentons une image de l’année dernière qui n’a pas été traitée auparavant, c’est une galaxie intéressante par ses propriétés même si l’image n’est pas spectaculaire. NGC 5253 : une galaxie naine compacte bleue particulière Cet objet est une galaxie naine compacte bleue (BCD) située à 11 millions d’années-lumière dans la constellation du Centaure. C’est une galaxie de magnitude 10,5 et sa taille est de 4 minutes d’arc. On pense que les galaxies BCD sont de jeunes galaxies ayant les caractéristiques suivantes: - Galaxie Starburst de petite taille, - avec formation active d’étoiles couleur bleue, due au rayonnement de haute énergie des jeunes étoiles massives - Faible teneur en métal NGC 5253 est l’une des galaxies BCD les plus proches de nous. Pour sa petite taille, cet objet a des couleurs bleues et violettes vives en raison de sa formation d’étoiles active. Il a également de minuscules bandes de poussière intéressantes, comme on le voit mieux dans l’image de Hubble sur le Web. La signature la plus caractéristique de ces galaxies est qu’elles abritent des régions de formation d’étoiles très actives et ceci en dépit de leur faible teneur en poussière et de leur manque relatif d’éléments plus lourds que l’hydrogène et l’hélium, qui sont généralement les ingrédients de base pour la formation d’étoiles. Ces galaxies contiennent des nuages moléculaires assez similaires aux nuages vierges qui ont formé les premières étoiles de l’Univers primitif, qui étaient dépourvues de poussière et d’éléments plus lourds. Par conséquent, les astronomes considèrent les galaxies BCD comme un banc d’essai idéal pour mieux comprendre le processus primordial de formation des étoiles. NGC 5253 contient de la poussière et des éléments plus lourds, mais beaucoup moins que la galaxie de la Voie lactée. Ses régions centrales sont dominées par une région intense de formation d’étoiles qui est intégrée dans un corps principal elliptique. La zone centrale de sursaut d’étoiles se compose d’un riche environnement d’étoiles chaudes et jeunes concentrées dans des amas d’étoiles, qui brillent en bleu dans l’image. Les traces du sursaut d’étoiles lui-même peuvent être vues comme une lueur faible et diffuse produite par l’oxygène gazeux ionisé. Étant composées de nombreux amas d’étoiles, les galaxies BCD n’ont pas une morphologie uniforme et consomment intensément leur gaz à cause de ces sursauts de formation d’étoiles. Ce faisant, ils se refroidissent en même temps qu’ils changent de morphologie au fil du temps. NGC 5253 est surtout célèbre pour son superamas de plus d’un million d’étoiles, vieilles de 3 millions d’années, avec une luminosité totale d’environ un milliard de fois celle du Soleil! Il nous est complètement caché par un nuage de poussière géant d’une masse d’environ 15 000 masses solaires et d’éléments carbonés et oxygénés. NGC 5253 a des centaines d’autres grands amas. Celui de Cloud D est juste le plus spectaculaire d’entre eux. L’étude de ce cluster vraiment exceptionnel soulève plusieurs questions... Premièrement, la Voie lactée n’a pas formé de tels superamas depuis des milliards d’années. Il continue à former de nouvelles étoiles, mais plus en telles quantités. Et on considérait même jusqu’à récemment que de tels amas ne pouvaient se former que lorsque l’univers était encore jeune. La seconde concerne le taux de quantité de nuage de gaz transformé en étoiles dans le nuage D. Bien que ce taux soit connu pour varier entre les régions de l’univers (par exemple, ce taux est inférieur à 5% dans un nuage de taille comparable à celui du nuage D dans la Voie lactée), il est au moins 10 fois plus élevé dans le nuage D. Comme raison supplémentaire de questionnement, il aurait dû y avoir plusieurs milliers de supernovae dans un amas de cette taille, mais les astronomes n’ont pas observé de traces de SN. Autre curiosité, cet amas contient également plus de 7000 étoiles massives de type O, la plus brillante de toutes les étoiles, plusieurs millions de fois plus brillante que le soleil. La vraie nature des galaxies BCD a longtemps intrigué les astronomes. Les simulations numériques suivant la théorie cosmologique actuelle de la formation des galaxies, connue sous le nom de modèle Lambda Cold Dark Matter, prédisent qu’il devrait y avoir beaucoup plus de galaxies naines satellites en orbite autour de grandes galaxies comme la Voie lactée. Les astronomes appellent cette divergence le problème des galaxies naines. Note : La luminance est un mix de L Ha et OIII les 3 couches étant très lumineuses et détaillées et qui correspondent aux détails de l’image de Hubble. cf. l'image en Ha Nous n’avons pas trouvé d’information sur l’étoile bleue intense au dessus de la galaxie, elle n’est référencée que comme étoile bleue sous Aladin… Full and details on Asstrobin : https://astrob.in/iofrwc/C/ la version plein champ... la structure en Ha
  4. NGC-5253 : une galaxie naine compacte bleue

    Merci Martin, j'avais posté une mauvaise version !
  5. IC 410 - Les Tétards en HaRGB

    Merci à tous pour vos encouragements. si vous voulez voir l'image a sa pleine résolution il faut aller sur astrobin... et l'image est en tiff plutôt que jpg donc de meilleure qualité.
  6. Les fantômes de Céphée : Vdb 141 Les nébuleuses sont en réalité de grands nuages de gaz (principalement de l’hydrogène – l’élément le plus simple et le plus répandu dans l’Univers) et de poussières, disséminés à travers la galaxie, qui nous sont révélés différemment selon leur environnement proche. La nébuleuse présentée ici, VdB 141, se compose pour partie d’une zone de nébuleuse par réflexion et d’une plus grande zone de nébuleuses obscures. Cette nébuleuse est située à environ 1200 années-lumière et s’étend sur plus de 2 années-lumière de long. La nébuleuse par réflexion se limite à la zone la plus brillante, où l’on perçoit que le nuage renferme une petite étoile jaune. La plus grande partie de la nébuleuse est cependant obscure, et se distingue faiblement du fond de ciel en arrière-plan. Cet aspect évanescent et spectral explique mieux son surnom, plus poétique bien que « non officiel », de « nébuleuse du fantôme » ! 🙂 En réalité, cette nébuleuse n’est qu’une infime partie d’un gigantesque complexe de nuages de gaz et de poussières se situant dans la constellation de Céphée Sur l’image de VdB141 ci-contre, on distingue bien la nébuleuse en réflexion dans l’environnement immédiat de l’étoile dont la lumière est diffusée, et les zones plus obscures au sein desquelles des protoétoiles se forment. Full&details on Astrobin : https://astrob.in/full/7bt776/0/
  7. LA rosette en SHO RGB

    Après une interruption de l’image et du son, ( passage au CMOS) nous revoilà avec un classique : La Rosette (Caldwell 49) La nébuleuse de la Rosette, aussi connue comme Caldwell 49, est une vaste région HII située à quelque 4700 années-lumière du système solaire en direction de la constellation de la Licorne Elle s’étend sur 130 années-lumière dans sa plus grande dimension. Ces chiffres s'appliquent à l'ensemble de la nébuleuse et non à NGC 2237 qui n'en est qu'une partie. On estime la masse de la nébuleuse de la Rosette à environ 10 000 fois la masse du Soleil. La nébuleuse de la Rosette est une pouponnière active d’étoiles relativement près de nous. Comme ce complexe nuageux est très vaste et spectaculaire à observeret plusieurs entrées du catalogue NGC s’y trouvent. La nébuleuse comprend ces entrées : NGC 2237 : la partie occidentale la nébuleuse, bien que cette entrée soit utilisée pour la nébuleuse entière NGC 2238 , NGC 2239, NGC 2245 et NGC 2246 d’autres parties de la nébuleuse, Et NGC 2244 (=NGC 2239) : un très jeune amas ouvert d’étoiles au centre de la nébuleuse. L'âge de cet amas est d'environ 8 millions d'années. Ce sont les radiations ultraviolettes des étoiles de cet amas qui ionisent l'hydrogène de la nébuleuse (région HII). Full&details on Astrobin : https://astrob.in/full/4w2d3t/0/
  8. LA rosette en SHO RGB

    merci pour votre passage et vos encouragements
  9. Un grand classique, mais que nous n'avions jamais imagé... Dans notre toute première mosaïque, il est facile de reconnaitre la nébuleuse de la tête de cheval qui se détache devant les voiles rouges rouges de IC 434, la nébuleuse de la Flamme NGC 2024, 2 petites nébuleuses par réflexion à gauche IC 431 & 432, et sous la tête de cheval NGC 2023 Full & details Astrobin : https://astrob.in/n9fpwj/0/
  10. Autour de la tête de Cheval

    merci à tous pour votre passage et encouragements ;-)
  11. LDN 1235 – nebuleuse du requin sombre – Vdb 150 – VdB 149 LDN 1235 (Lynds Dark Nebula) est un vaste complexe de nébuleuses qui ressemble un peu à un requin, ainsi communément appelé la « nébuleuse du requin noir ». Sur cette image, nous ne pouvons voir que la tête avec les mâchoires ouvertes. il est composé uniquement de gaz interstellaire et de poussière. La poussière sombre comme celle présentée ici est un peu comme la fumée de cigarette et créée dans les atmosphères fraîches des étoiles géantes. Après avoir été expulsées avec du gaz et recondensées gravitationnellement, les étoiles massives peuvent sculpter des structures complexes dans leur nuage de naissance en utilisant leur lumière de haute énergie et leurs vents stellaires rapides comme outils de sculpture. La chaleur qu’ils génèrent évapore le nuage moléculaire trouble et provoque la dispersion et la lueur rouge de l’hydrogène gazeux ambiant. Pendant la désintégration, nous, les humains, pouvons imaginer ces grands nuages comme des icônes communes, comme nous le faisons pour les nuages d’eau sur Terre. En incluant de plus petites nébuleuses bleues à réflexion de poussière telles que Lynds Dark Nebula 1235 et Van den Bergh 149 & 150, la nébuleuse Shark s’étend sur environ 15 années-lumière et se trouve à environ 650 années-lumière de la constellation de Céphée. Details & full astrobin : https://astrob.in/vzkaaz/0/ Notre Facebook : https://www.astrobin.com/users/Astro-TAPAS/
  12. Fireworks & NGC 6939

    Bonjour, comme annoncé, la team « DDS_Observatory » change de nom et se voit renforcée par Alain Tamas. Nous allons publier des images datant de l’an dernier mais non traitées et nos nouvelles images, et nous commençons par une image de 2021. NGC 6946 – la galaxie des feux d’artifice La galaxie NGC 6946 est tout simplement spectaculaire. Au cours du siècle dernier seulement, NGC 6946 a connu 10 supernovae observées, ce qui lui a valu son surnom de galaxie Fireworks. En comparaison, notre Voie lactée n’enregistre en moyenne qu’un à deux événements de supernova par siècle. Nous sommes en mesure de nous émerveiller devant NGC 6946 car il s’agit d’une galaxie de face, ce qui signifie que nous voyons la galaxie « face » à nous, plutôt que de la voir de côté (connue sous le nom de bord). La galaxie Fireworks est en outre classée comme une galaxie spirale intermédiaire et comme une galaxie à sursaut d’étoiles. Le premier signifie que la structure de NGC 6946 se trouve entre une spirale complète et une galaxie spirale barrée, avec seulement une légère barre en son centre, et le second signifie qu’il a un taux exceptionnellement élevé de formation d’étoiles. NGC 6946 est enflammée par des feux d’artifice galactiques colorés alimentés par la naissance et la mort de multitudes d’étoiles brillantes et massives. Les géantes stellaires massives ont mis fin à leur vie dans des explosions de supernovae tout au long de NGC 6946 de manière rapide depuis des dizaines de millions d’années. On suppose que si seulement un million d’années de l’histoire de cette galaxie étaient compressées dans un film time-lapse de quelques secondes, il y aurait des explosions de lumière presque constantes à mesure que de nouvelles étoiles éclatent en vue, tandis que les anciennes expirent dans des explosions spectaculaires. Au cours du siècle dernier, huit supernovae ont explosé dans les bras de cette métropole stellaire, faisant de NGC 6946 la galaxie connue la plus prolifique pour les supernovae au cours des 100 dernières années. Pourtant, c’est l’omniprésence de la naissance d’étoiles dans NGC 6946 et non ses supernovae qui confèrent à cette galaxie son apparence flamboyante et colorée. Pour des raisons qui ne sont pas complètement comprises, elle connaît un taux de formation d’étoiles beaucoup plus élevé que toutes les grandes galaxies de notre voisinage. La production prodigieuse des pépinières stellaires dans ce voisin galactique conduit finalement à un nombre accéléré d’explosions de supernova. Les régions de naissance d’étoiles existent dans la plupart des galaxies, en particulier dans les spirales, et sont évidentes sous forme de nuages de gaz à prédominance hydrogène appelés régions HII. Ces zones fusionnent sur des millions d’années pour former des étoiles. Les étoiles jeunes, chaudes et massives formées dans ces régions émettent de grandes quantités de rayonnement ultraviolet, qui dépouillent les électrons des atomes d’hydrogène dans lesquels ils sont intégrés. Lorsque ces atomes d’hydrogène ionisés se réassoient aux électrons, ils rayonnent dans une couleur rouge foncé (à une longueur d’onde de 656,3 nanomètres) lorsque les électrons reviennent à des niveaux d’énergie inférieurs. NGC 6946 se trouve à 25,2 millions d’années-lumière à la frontière entre les constellations de Céphée et du Cygne, et a été découverte par Sir William Herschel (1738-1822) le 9 septembre 1798. Les astronomes estiment que cette galaxie contient environ deux fois moins d’étoiles que la Voie lactée et qu’elle est également utilisée comme laboratoire pour étudier et caractériser l’évolution des étoiles massives et les propriétés du gaz interstellaire. NGC 6939 En bas à gauche de l’image, beaucoup plus proche de nous, l’amas ouvert NGC 6939 offre un contraste intéressant, avec des étoiles aux couleurs bien prononcées. On note une forte concentration de géantes rouges au sein de cet amas, dont plus d’une dizaine sont des étoiles variables. Entre ces deux objets se situe un élément plus diffus, appelé « IFN » (« Integrated Flux Nebulae »), que l’on pourrait confondre avec de faibles nébulosités au sein de notre galaxie sur cette image. Il s’agit en réalité de nuages de gaz et de poussière dans le milieu interstellaire, ou en périphérie de la galaxie, et qui sont visibles du fait du rayonnement de l’ensemble des étoiles alentours (à l’inverse des classiques nébuleuses par émission ou absorption qui sont fortement liées à une étoile ou un amas d’étoiles en particulier). Ces nuages sont très ténus et peuvent s’étendre sur des dimensions gigantesques, aux alentours de la Voie Lactée. On peut parler, de façon imagée, de « cirrus galactiques ». Si l’IFN apparait en lumière visible, il ne révèle cependant sa véritable importante qu’en infrarouge.
  13. Fireworks & NGC 6939

    la full ici normallement...https://astrob.in/full/56cn8f/0/?real=
  14. Fireworks & NGC 6939

    Merci pour vos encouragements
  15. Fireworks & NGC 6939

    sur astrobin... Altair 130 EDT sur AP 900 - CCD Mravaian G2-4000
  16. une M33 Espagnole

    Bonjour, Après une interruption momentanée de l’image et du son…nous avons pas mal de travail en retard… L’équipe est remodelée et nous accueillons avec grand plaisir Alain Tamas et est désormais composée de : · David Attié · Souhayl Ben Khaled · Didier Rediger-Lizlov · Alain Tamas Notre équipe va également changer de nom Notre publication reprend une image commencée en novembre 2020, la très classique galaxie M33, image LRGB à laquelle nous avons ajouté une couche Ha et une Couche OIII afin de mieux faire ressortir les couleurs de ses extensions. C’est donc la première image collaborative de l’équipe, d’autres vont suivre. Full & details on Astrobin : https://astrob.in/full/jjdxn5/0/?real=
  17. IC 1795

    Nébuleuse IC 1795 (la Tête de Poisson) IC 1795 est une nébuleuse en émission, qui comprend un ensemble de zones de gaz luminescents et des nuages de poussières. Cette nébuleuse est située dans un cadre beaucoup plus vaste de nébuleuses à émission, dont les plus connues nébuleuse du cœur et nébuleuse de l'âme. C'est une région de formation d’étoiles, située dans la constellation de Cassiopée. IC 1795 de magnitude 7 est située à environ 6 000 années-lumière du système solaire, dans le bras de Persée de la Voie lactée. Elle couvre un champ d'environ 20 minutes d'arc, soit une largeur de 70 années-lumière Full et détails sur astrobin : https://astrob.in/full/7q2p47/0/
  18. VDB 14 et VDB 15

    un très joli champ, bien faible... et traité avec une grande douceur. les faibles nébulosités me semblent un peu "verdatre" non ?
  19. LDN889 & IC1318

    toujours une image en retard de traitement en provenance de l'Espagne... et encore une nébuleuse sombre : LDN 889 dans la nébuleuse Gamma du Cygne (IC1318) La nébuleuse Gamma Cygni ou IC 1318, est une nebuleuse diffuse en émission qui peut être observée près de Sadr (Gamma du Cygne), elle se trouve à environ 4900 AL. IC1318 est considérée comme une nébuleuse en émission car elle est ionisée par les radiations d’étoiles proches et émet donc dans le spectre visible. La partie visible de la région HII s’étend sur plus 100 AL. Cette nébuleuse est illuminée par une étoile de classe O9 qui est visuellement cachée par du matériel interstellaire. IC1318 a 3 parties distinctes IC1318 A-B &C. Le nuage sombre que l’on voit sur cette image mesure environ 20 AL et divise les parties B &C. C’est une nébuleuse sombre identifiée comme LDN 889. Les 2 composantes de IC1318 B&C ne sont pas séparées mais sont un même et seul nuage visuellement séparées par LDN889. LDN 889 fait partie de IC1318 et du plus large nuage moléculaire qui l’entoure. Cette bande sombre est responsable de la forme de IC1318 et du nom qui lui est quelquefois donné : la Nébuleuse du Papillon. la full et les détails sur astrobin : https://astrob.in/full/uefqrn/0/
  20. LDN889 & IC1318

    merci à tous pour votre passage
  21. Baranrd22 & IC2087

    bonjour, on continue sur les images en retard... Barnard22 & IC 2057 La nébuleuse sombre (B22) et la petite nébuleuse en réflexion en forme de petite flamme (IC 2087) font partie du plus large Nuage Moléculaire du Taureau (TMC-1). Situé à environ 430 AL ce nuage moléculaire est plus petit et plus dense que celui d’Orion. Il contient des centaines de masses solaires de poussières et gaz ainsi que diverses formes de molécules organiques complexes qui se sont formées des résidus de combustion d’étoiles mortes depuis longtemps. Bien qu’il soit possible avec des caméras infra-rouge de capter un grand nombre d’étoiles en formation dans cette zone, il n’est pas facile de capturer des images de nuages moléculaires. En effet ces nuages sont pour la plupart froids et sombres et difficilement observables dans le spectre visible. Mais comme région du ciel est riche en étoiles situées derrière ce nuage, leur lumière est bloquée et fait apparaître des réseaux de noirceur. Cette image a ceci de particulier que très souvent les nébuleuses par réflexion sont bleues mais ici il est possible d’en voir 3 et qui sont toutes orangées : - IC 2087 la Petite Flamme, B77, & GN 04.39.1 LA full sur astrobin : https://astrob.in/full/w2tnsw/0/
  22. Baranrd22 & IC2087

    merci à tous