alpheratz06

Member
  • Content count

    73
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

18 Neutral

About alpheratz06

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Hobbies
    photographie, ciel profond
  • Instruments
    TAKA TSA 120 et FS-60
    camera ZWOASI294MM
    apn divers et variés

Recent Profile Visitors

1424 profile views
  1. Asiair

    Est-ce que le solveur donne un résultat correct? Parce que les algorithmes de plate solving ont besoin de connaître la focale avec plus ou moins de précision, ce qui leur permet de converger beaucoup plus vite. La focale doit être renseignée quelque part . Les logiciels qui appellent un solveur paramètrent la focale en général. Au delà d'un certain écart entre la focale que connaît le logiciel et la focale réelle, cela ne convergera pas. Il y a un "main scope focal length" dans les paramètres Asiair, à renseigner absolument. Est-ce que tu as déjà essayé de faire un coup de solving directement avec un logiciel d'astrométrie? En prime tu auras la focale exacte de ton mak... Cordialement J-Ph
  2. Aide pour utilisation d'un DO

    Bonjour Curieux que personne n'ait encore répondu. Dans le trajet image cela semble correct (la bague OAG donne 16,5 de BF donc le total fait bien 55mm Sur la partie guidage cela a l'air correct aussi (cela ressemble pas mal à la description donnée sur le site de ZWO Cordialement
  3. Les ondes en images

    un ancien fil qui évoque le sujet :
  4. A propos du back focus

    Bonjour AMHA (toujours!), Le back focus en arrière d'un réducteur /correcteur correspond à l'optimum optique. Ça ne veut pas nécessairement dire que la mise au point au centre du champ est impossible si on s'écarte des valeurs de BF recommandées, mais ça peut vouloir dire que la qualité optique risque d'être médiocre (uniformité de correction sur le champ). J'ai survolé les sites mais je ne vois pas de solution immédiate avec un adaptateur qui incorporerait un porte filtre. Autre idée : monter le filtre en amont du réducteur ? Quel est le diamètre d'interface à l’entrée du correcteur ? Cordialement
  5. Lunette ou télescope ?

    Bonjour Il y aura sans dote beaucoup de réponses ... Les "pros" du site vont probablement fournir des liens précieux vers des guides qui traitent les questions que vous vous posez. Je vais donc me contenter de quelques généralités, toujours à mon humble avis ... Vous partez d'emblée vers des instruments plutôt costauds, en performances et aussi en prix. D'abord quelques mauvaise nouvelles : il n'y a pas d'instrument à tout faire un instrument n'est jamais meilleur que le site sur lequel on l'utilise du point de vue de la qualité du ciel. Je vous recommande de vous rapprocher, s'il existe, d'un club d'astronomie local, qui pourra vous apporter beaucoup d'information : approcher des instruments différents, échanger avec des utilisateurs chevronnés qui mettront en avant les qualités et défauts comparés des différentes solutions. Si cette approche n'est pas possible, et que vous souhaitez à tout prix vous lancer , voici , dans le plus grand désordre , quelques réflexions pour orienter vos choix : il est important de bien définir ce qu'on préfère en terme d'activité, ça peut aider à choisir entre différents instruments : on ne va pas s'orienter de la même façon suivant que veut faire du planétaire ou du ciel profond : pour ce dernier, on va se limiter à des focales relativement courtes , et privilégier des instruments plus ouverts. le choix du visuel plutôt que de l'astrophoto va aussi orienter la sélection si l'astrophoto est une direction retenue à terme, il faudra mettre du budget sur la monture : sans une bonne monture, le meilleur instrument ne donnera pas les résultats escomptés. je vais peut-être me faire critiquer, mais je pense que si vous cherchez vraiment un instrument à tout faire, alors je choisirais une lunette. La taka que vous mentionnez est un "avion de chasse" en terme de performance, mais elle a déjà une focale assez longue, autour de 1000mm je crois ... peut être envisager alors de la compléter par un instrument de plus courte focale qui donnera un champ plus large. La SW est un peu plus abordable, mais c'est aussi un instrument assez lourd qui va demander une monture "costaud". le mewlon est plutôt orienté planétaire vu sa focale et son ouverture le C11 edge est sabns doute un peu plus "passe partout", mais il dispose d'une focale assez longue et le reducteur de focale (dont je ne connait pas la qualité optique) est relativement cher ... donc plutôt planétaire aussi. Bon courage
  6. Deuxième nuit.. on avance..

    Je ne sais pas si tu as un problème de mise au point ou de filé , ou les deux. Un problème de filé sûrement, vu l'allongement des traînées des étoiles . Après , le flou en travers des directions de trainées peut être un problème de map ou de mouvement de la monture. Pour lever le doute, une manip de jour s'impose : vérifier qu'on peut faire une mise au point parfaite sur un objet lointain, monture stoppée. De la même façon, on peut vérifier l'alignement du chercheur et du capteur sur un objet lointain de jour. En plus, j'ai fait une simulation de largeur de champ avec une 80ED : avec le réducteur , on est proche de 500 mm de focale . Ce qui donne une largeur de champ (dans la diagonale) qui est proche de la largeur de la ceinture d'Orion. C'est la taille du rectangle mauve le plus petit, le grand correspond au champ d'un 300mm avec un capteur APN. Quel était le temps de pose?
  7. Reducteur de focale

    et toujours amha... une simple idée au passage : les logiciels de traitement photo astro permettent de faire de la mosaïque. Sur une cible bien choisie en CP, et même au prix de l'allongement du temps de pose total, on peut faire une champ en 4 fois par exemple et obtenir in fine une qualité d'image qui n'aura rien à voir avec un réducteur de focale approximatif. D'accord avec Xavier2, la réduction de focale sur un newton est un problème de riche.
  8. Halo sur photos avec SCT

    Bonsoir Je ne suis pas un spécialiste des catadioptriques, mais voici ce que je vérifierais à mon humble avis : a) état de propreté des surfaces optiques : lame, primaire, secondaire, filtre, fenêtre de la cam. Ça, c'est pas trop compliqué b) voir sur des brutes pures ou sur un flat pur ( fond de ciel via T-shirt) le niveau et la symétrie de vignettage (quel est le diamètre du filtre, au fait? ?) pas trop compliqué non plus c) vérifier la collimation : les images fantômes du primaire sur le 5 ieme cliché, très désaxées, me laissent penser à un défaut de ce côté d) vérifier un tilt important (jeu dans la chaîne mécanique PO/bague/filtre/caméra Et enfin, question subsidiaire : est-ce qu'il n'y aurait pas eu un épisode de buée au cours de la séance de prise de vue ?
  9. Même réponse que com243 Choisir une vitesse de correction plus rapide permet certes de "courir" après des profils d'erreur périodiques plus raides , mais peut aussi provoquer des dépassements ... Je pense que cela vaut le coup, pour en faire l'expérience, de faire quelques essais quand le ciel n'est pas idéal pour la photo, en comparant les courbes d'erreur de phd2 avec différents profils de vitesse.
  10. Cercle des heures

    un complément à la réponse de Bruno : on utilise classiquement un repère angulaire qui utilise l'axe de rotation de la Terre comme référence. On définit alors deux coordonnées : l'ascension droite, qui donne ma position de l'astre par rapport au méridien : cette valeur varie uniformément au cours du temps (et c'est cette angle que les monture équatoriales compensent) ; la déclinaison, qui donne la distance de l'astre par rapport à l'équateur céleste; cette valeur ne varie que très lentement au cours du temps ( elle est constante vis à vis de nos observations ordinaires)
  11. Vision infrarouge

    Un intensificateur de lumière restitue une image monochrome. On peut la rendre en noir et blanc, mais il est impossible de restituer des couleurs car cette info n'existe plus dans la sortie de l'IL. Et on peut aussi parler d'infrarouge , certains dispositifs militaires actifs utilisent un illuminateur infrarouge (pour la discrétion) , au lieu de la lumière ambiante résiduelle, comme source de lumière. Mais ce ne sont pas des caméras thermiques, et ces dispositifs restituent aussi des images monochromes
  12. Question de taille

    Une unité de distance un peu baroque (distance à laquelle l'orbite de la terre est vue sous une seconde d'arc ... Tout calculs faits , NGC300 est à 6,5 millions d'années lumières de chez nous Sa taille en année lumière fait 36 000 années lumières par 24 000 années lumière ( taille angulaire(en radian) * distance)
  13. traitement des images LRVB

    Un autre avantage, par rapport à un capteur couleur, c'est de pouvoir faire des images à bande étroite (Halpha, OIII SII) qui sont beaucoup plus robustes à la pollution lumineuse qu'une image couleur (oui, on peut aussi avoir des filtres à bandes étroites en couleur ....). Le filtrage LRVB sur une capteur monochrome n'apporte pas grand chose de plus qu'un capteur couleur équivalent (même nombre de pixels) , hormis la meilleure finesse due au fait qu'il n'y a pas, par définition, de de-matriçage sur un capteur monochrome. On peut faire de très belles choses en N&B avec un filtre Halpha
  14. Goto or not goto?

    Comme beaucoup, je choisis goto. Oui, apprendre à se repérer dans le ciel est un bon exercice de pédagogie , et contribue à la maîtrise de notre hobby. Cela viendra de toute façon avec la pratique. Après, en photo, cela devient vite pénible de tenter de repérer dans le chercheur la zone où se trouve un objet peu visible (nébuleuse par ex). Surtout pour ceux (comme moi) dont le rétines ne sont plus neuves. Avec les logiciels de plate solving, on peut calibrer le goto de façon très précise et très rapide. en gros il faut deux étapes : - a une bonne mise en station / alignement polaire ( à l'ancienne avec un viseur de polaire ou avec des aides logicielles / caméra) - b démarrer la monture , faire un goto arbitraire , prendre une image, faire un plate solving sur l'image, synchroniser la monture ... on réitère b pour vériifer/compléter la synchronisation et il n'y a plus qu'à imager. Pour avoir bonne conscience, quand je vais photographier une petite nébuleuse, je commence par regarder une carte du ciel pour voir où elle se trouve (de quel côté du mériien, dans quelle constellation ...), et je lève le nez pour repérer la zone dans le ciel.; c'est aussi une bonne habitude pour anticiper le mouvement du setup et vérifier qu'il n'y aura pas d'embrouille avec les câbles...c'est purement formel, parce après je fais un goto et la monture se débrouille pour rallier pointer la cible.. Goto, sans hésitation !
  15. Astrophotographie, solution pour débutant

    Je rejoins une autre remarque : avec ce type de monture je ne suis pas bien sûr qu'on puisse dépasser 200mm de focale. Sur l'ancienne adventurer (pas wifi), j'ai pu équilibrer (en limite du contrepoids) un boîtier léger (fuji XT-20 avec un télé zoom 50-140), mais je pense que c'est la limite. Boîtier en question + objectif = 1,65kg dont 1,2kgpour le zoom. Pas sûr que ça le fasse au-dessus de 200mm de focale en terme de stabilité. Je pense que le 135 serait pas mal pour commencer, il doit être assez léger en plus.