KLAAS

Member
  • Content count

    57
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

48 Neutral

1 Follower

About KLAAS

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Adress
    Gaillard - Haute Savoie
  • Personal website
  • Instruments
    TS APO 94EDPH - Avalon M-Zero HQ - ASI 183mm Pro - Astronomik LRGB - Astrodon Ha Oiii 3nm - OAG TS - Lodestar X2

Recent Profile Visitors

4673 profile views
  1. Si jamais : https://translate.google.com/translate?hl=en&sl=el&tl=en&u=http%3A%2F%2Fastronomy-with-your-hands.blogspot.fr%2F2015%2F07%2Fblog-post.html Pour aligner le secondaire au porte oculaire, je mettais une feuille A4 blanche dans le tube dans l’axe du porte oculaire, et une enveloppe orange enfoncée dans le tube pour masquer complètement le primaire. La on voit le secondaire en orange au lieu de reflets, et tout le reste en blanc. Ca ressort mieux dans le concenter.
  2. Le cas Topaz en imagerie planétaire

    Il faudrait entrainer le modèle AI avec plus de photos astro, en catalogues différenciés, planétaire, nébuleuses etc.. Ce sont les images de référence qui manquent. Mais l’approche AI avec suffisamment d’images référence devrait être plus performante que d’autres algorithmes d’interpolation, quels qu’ils soient. Peut-être un de nos astrogénies du logiciel s’y mettra un jour. Quand on y pense, presque tous les logiciels que nous utilisons ont été imaginés et programmés par de talentueux passionés à temps perdu (à part photoshop).
  3. Nouveau setup, même balcon, mêmes nuages, même virus. Moi photographier lunette, lunette....rien faire....
  4. Sur la Avalon M-Zero, 1 pied au Nord. j’ai eu la AZ-EQ6 avec 2 pieds au nord, j’ai tapé qqes fois le trépied avec le tube avant un flip, sans dommages toutefois. Stevan
  5. c’est une Avalon M-Zero, italienne...rouge ferrari...ça combine avec le rouge chinois du tube...🙂 C’est un super choix ! Bravo, un triplet et avec 102 d’ouverture, ce sera top ! Stevan
  6. Je viens de recevoir le mienne de chez TS. Ce sera mon setup de centre ville et de voyage ! Je la trouve excellente pour l’instant, et étonnement lourde 4.1kg. J’ai eu un Skywatcher 80ED, c’est une toute autre ligue. Et elle vient avec une valise super solide en commande sans correcteur. Par contre sur la M-Zero, il me faudra le kit basse latitude pour pouvoir continuer à imager sans meridian flip. Les câbles tapent sur le trépied. Ensuite le petit contrepoids suffit à balancer le tout. Très mauvais temps au centre de Genève en ce moment... Salutations, Stevan
  7. Je trouve qu’ils ouvrent la voie à un nouvelle approche même pour l’astram intermédiaire en enlevant les éléments fastidieux de cet hobby. Le petit f4 à 50mm d’ouverture est un choix de miniaturisation, mais ça pourrait être une autre combinaison de hardware, tout en gardant l’intégration logicielle. Mais à part ce verrouillage hardware/software ils sont dans la tendance des astram de week end (comme moi): - La tendance au tout automatisé, remote « à la maison » est effectivement déjà là avec asiair, primaluce eagle ou les mini PCs avec teamviewer (ou le long USB qui serpente dans la maison). - Et la tendance des poses rapides ou celle de live stacking semble s’amplifier grace aux nouveaux CMOS a faible bruit de lecture. La monture équatoriale super précise ne serait plus essentielle (hors narrowband). - puis la tendance WIFI/bluetooth entre les appareils et le PC contrôleur. - ils y ajoutent le « tout à la batterie » Somme toute, peut être dans 10 ans, certains d’entre nous auront des systèmes automatisés semblables, mais avec des grosses optiques de leur choix et des EMCCD abordables avec moins de 1e de bruit de lecture et une efficacité quantique de 95%, et roue à filtres intégrée. Bien sûr il faudra que ça reste très modulable, car combiner des éléments à notre loisir et capacité économique c’est ce qui nous plaît, optiques...filtres...capteurs. Faudra juste avoir tout ça se communicant sans câbles et avec des interfaces standard. Et bien sûr, planétaire, alignement polaire, collimation ?, pointage, platesolving, guidage, filtre, capture et empilement tout en un, et pourquoi pas post production...Fini les câbles USB, et pourquoi pas tout à la batterie. Finalement on trouvera toujours un moyen de soufrir 🙂. C’est une partie non négligeable du hobby, avoir à résoudre des problèmes...et s’en inventer... Ensuite il y aura toujours des astram dans différentes ligues, qui travaillent d’autres échelles...ce type d’objet...cette longueur d’onde ...le meilleur ciel du monde...etc...donc il y a de quoi s’amuser même avec tout automatisé ! Donc je trouve cool que des Européens prennent de l’avance dans ces tendances, et faire dans le futur du « produced in China, designed in Montpellier »... Stevan
  8. En fait, ils ont développé du très bon logiciel. Ils font le pont entre sky safari, sharpcap, EQMOD/Ascom et phd2, tout en un, et un système de poses rapides car il n’y a pas de monture équatoriale. Ensuite pas de câbles, et une batterie lithium pour faire marcher le tout. Faudrait qu’ils fassent des interfaces standard comme ascom ou indi pour faire fonctionner n’importe quel fournisseur. Ils passent tous au WIFI petit à petit... Comme ça ils se libèrent des questions mécaniques et donnent du choix sur les systèmes optiques et les options économiques. Asiair est peut-être le plus avancé dans le domaine, mais chaque éditeur manque de quelque chose (sharpcap, sgpro, asiair, sky safari etc...). Stevan
  9. filtre milieu tres pollué

    C’est vrai, il est excellent son article, mais c’est une analyse technique sur des poses uniques, donc pas de réduction de bruit par intégration. Ensuite ça dépend spécifiquement de quel objet (large spectre ou narrowband) et du cocktail de pollution qui l’enveloppe. Ici au centre ville de Genève, il y a maintenant beaucoup de LED mélangé à des éclairages plus anciens, les économies d’éclairage public l’imposent partout depuis cinq ans. Chez moi, pour des galaxies ou des amas comme les pléiades qui émettent sur un large spectre c’est très peu efficace, voire nuisible, alors que pour des nébuleuses à emission avec prépondérance de Ha ou Oiii c’est excellent, bien que désormais en mono j’utilise directement les narrowband, mais le CLS fera l’affaire ici. Il y a aussi ces nouveaux dual band optolong ou asi zwo, qui semblent intéressants, entre la bande large et le narrowband adaptés pour des caméras couleur...pas essayé. Bon...il faut essayer...je ne connais pas bien la zone industrielle de Lyon. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il faudra de la patience en quantités...industrielles...le gain en bande large avec les filtres est assez marginal par rapport à exposer 10 heures au lieu de 2 heures. Encore une fois bon courage, moi j’adore imager même dans cette bouillie ! Stevan PS : voici mon profil avec mes expérimentations. A part quatre photos depuis les baronnies provençales, c’est tout depuis soit Gaillard (frontière de Genève), soit Genève centre les plus récentes. Les filtres y sont renseignés (IDAS QRO, CLS-CCD, UHC et Neodymium). Les plus anciennes sont avec l’Atik couleur avec filtres à partir de la 23 photo de l’album. https://www.astrobin.com/users/SJK/ PS2 : j’oubliais...un télescope ou lunette rapide c’est indispensable en milieu très pollué !!! Avec ma première lunette Skywatcher 80ED à f7.5 c’était la galère !
  10. filtre milieu tres pollué

    Bonsoir, Je suis un pauvre astram né dans la pollution, je n’ai connu que ça toute ma vie. Et ça n’a fait qu’empirer, aujourd’hui plus pollué que moi, je ne connais pas. Au centre de Genève. Le meilleur filtre que j’aie utilisé est le LDAS QRO, tant avec mon ancienne caméra couleur Atik 460, qu’aujourd’hui avec l’ASI183 Mono en LRGB. J’ai également utilisé le UHC, le CLS CCD, le Neodymium. https://www.firstlightoptics.com/light-pollution-reduction/idas-d1-qro-light-pollution-suppression-filter.html Il est super neutre, mais il ne filtre pas trop. Plus que le neodymium, mais pas autant que les deux autres, et il n’altère que peu la balance des couleurs. Mais pour finir, en LRGB, mon expérience est que la seule chose qui fonctionne c’est le temps d’integration : des tonnes de lumière en vrac, patiemment et stoïquement accumulées, pour laisser les algorithmes en extraire les quelques photons utiles, tel les chercheurs d’or avec des tonnes et des tonnes de boue informe. Donc parfois, il vaut mieux ne rien filtrer du tout et garder tous ses photons pour l’intégration...on ne sait pas lesquels sont les bons aujourd’hui avec les cocktails de longueurs d’onde dans les villes. Voici un débat intéressant sur cloudy nights sur le thème. https://www.cloudynights.com/topic/573267-light-pollution-filters-for-luminance-broadband-targets/ Jon Rista, un des grands contributeurs, maintien que in fine, les filtres n’apportent rien au rapport signal bruit, ensuite ils diminuent la netteté (voir test en page 2). Mais c’est toujours un débat. Ou celui-ci avec une conclusion mesurée. https://www.cloudynights.com/topic/692063-why-light-pollution-filters-can-be-a-bad-idea/ Moi je n’en utilise plus. Bonne chance, Stevan
  11. Astrotrac 360

    Elle est géniale. J’ai vraiment failli l’acheter (j’avais en vue aussi la rainbowastro et la hobym 140), je trouve le prix compétitif pour cette gamme et ce concept de portabilité, de flexibilité. Vraiment une grande trouvaille de cet anglais. J’ai pris une M-Zero pour finir, mais c’est plus lourd (7.5kg). Curiosité : Quel poids fait ce setup, et combien faut-il mettre de contrepoids ? Le guidage devrait être très très bon, je suis curieux de voir les premiers résultats... Salutations et bonne découverte, Stevan
  12. Allo Siril ?

    Il y a une nouvelle version de Sirilic/Sirilot. Plus de 3 mois que je n’image plus... Il y a des explications sur ce link. Je vois qu’ils ont fusionné Sirili et Sirilot en Siril IC. https://astroslacholet.wordpress.com/2020/04/11/utilitaire-conv2siril/ En fait, il y a une interface graphique pour placer les emplacements différents types d’image pour chaque couche, ajuster les paramètres de traitement, le tout pouvant être sauvé et réutilisé et modifié. Ensuite Sirilic génère en fait un script Siril et peut l’executer directement, il peut également être intégré aux menu des scripts Siril. Les deux logiciels ayant changé tout récemment, je n’ai pas de connaissance sur les détails, mais le principe semble être le même. Il y a des tutos pas à pas sur le link. Bon courage, Stevan
  13. Allo Siril ?

    Bonsoir, Personnellement, j’utilise Sirilot pour automatiser le tout, un peu comme le BPP de pinxinsight. C’est très pratique. Salutations, Stevan