Cay2

Member
  • Content count

    223
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Last Connexion

    Soon available - 82236

Cay2 last won the day on January 10 2022

Cay2 had the most liked content!

Community Reputation

817 Excellent

4 Followers

About Cay2

  • Rank
    Active Member

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomie, Aviation, Plongée, Escalade
  • Adress
    Courances
  • Instruments
    TS-Optics Imaging Star 130 mm f/5
    C8 Orange
    C8
    TMB 80
    TS-Optics APO PhotoLine 60mm f/6
    Moravian G2 4000
    EOS 600D
    Tokina 11-20 f2.8
    EQ6 Archi bidouillée
    CGE5

Recent Profile Visitors

2785 profile views
  1. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Merci pour votre accueil, ces discussions, et tous les intervenants étaient vraiment sympas :-) Il faudrait que j'organise une présentation un peu plus grand public sur l'ELT et sa construction... Il me faut trouver le temps, l'endroit, et des co-organisateurs. Ciao, Marc
  2. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Watch driven telescope This model has been built in the early 1960’s and represents a telescope, which could follow the stars thanks to it’s integrated time keeping watch. The watch is of a counterweight driven pendulum type.
  3. Extremely Large Telescope de l'ESO

    C'est confirmé cette info piochée dans un article du Monde ? Attends lundi :-)
  4. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Oui, c'est cela :-)
  5. Extremely Large Telescope de l'ESO

    oui, inferieures.
  6. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Non. Les outils a la poix ne sont pas désuets. Ils sont utilisés pendant les phases de pré-polissage. On n' envoie pas des machins en finition par usinage ionique si on n'a pas: - la rugosité finale, avec de la marge - une 'douceur' de la surface qui soit satisfaisante, avec de la marge. L'usinage ionique risque de dégrader la rugosité... L'usinage ionique ne corrigera pas les 'hautes fréquences spatiales', genre ripples, peau d'orange, etc. Il faut une surface douce avant d'y aller. Toutes les périodes spatiales supérieures a disons 15-30 mm ne seront pas corrigées ... Et jusqu’à présent, le bon moyen d'y arriver c' est un bon polissage a la poix :-)
  7. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Ah voilà. C'est autour des poubelles de Garching, alors, qu'il faut rôder ? Tu peux toujours essayer ... Mais j'ai une tonne de Zerodur dans mon bureau, et du SiC, et du Beryllium, et tout un tas de bordel ... Ça fait gueuler tout le monde car mon bureau ressemble a la caverne de Ali Astro Gaga,... Les personnels de ménages savent plus quoi faire c'est trop le bordel, on n'a plus accès aux fenêtres, et les meubles plient sous le poids de ce bazar ... Mais tu ne verras jamais, au combien jamais, une de ces reliques et autres reliquats aller vers les poubelles Sauf si un jour ils décident de m'attacher dans les toilettes, de me bâillonner, de me droguer, et de balancer tout mon fatras ... Je suis de bonne composition mais aussi un farouche résistant, rusé, fourbe, calculateur, réfractaire, et les poubelles ne Garching ne sont pas prêtes de se remplir de mes trophées... Cela me fait penser a un truc, d'ailleurs, j'ai toujours ce blank en Zerodur de 500 mm a F/3 a polir ....
  8. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Loulou13 est curieux ... Voir mon post précédent: il faut un gros vide, oui, genre 10-6 mbar. Non, celle de St Pierre ne rentrait pas le M2 VLT au chausse-pieds . Le M2 (1120 mm de diamètre) n'a de toute façon pas été fini en usinage ionique. Celle de Saint Pierre, on peut la voir sur le site de Safran, ici avec un segment prototype de Phase B: On peut y rentrer M5 ... Pour Poitiers, c'est de la série. Il a donc fallu installer plusieurs machines de IBF dédiées, oui.
  9. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Apres découpe, pas question d'aller faire du polissage a l'outil poix ou je ne sais quoi qui vienne frotter la surface mécaniquement. Désastre assuré sur les bords. La finition se fait donc pas un procédé physique d'ablation par bombardement ionique. En quelques mots: - Tu te mets sous vide (gros vide, genre 10-6 mbar) - Tu prends un gaz genre Argon. - Tu l'ionises pour en faire un plasma. - Tu accélères ce plasma dans un champ électrique. Les particules prennent de l’énergie cinétique... - Si l'énergie cinétique est assez élevée, elle permet d'arracher des atomes de matière a la surface optique travaillée. Faut donc: - une enceinte a vide - un canon a ion - un robot pour piloter la position et la vitesse du canon dans le vide. On passe vite sur les trous, on passe plus de temps sur les bosses , et voila L'usinage ionique ne crée pas d'effets de bord aux endroits des découpes. Marc
  10. Extremely Large Telescope de l'ESO

    J'en ai dans mon bureau
  11. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Salut Loulou13, Oui, je connais un peu. Ai fait 15 ans de Reosc. Et suis responsable des optiques de l'ELT a ESO. J'aime bien vous lire, quand j'ai le temps, car vous me donnez une vue intéressante sur le projet. Et suis aussi a mes heures un astro-amateur. Partagez avec vous ce que je peux partager, je le fais avec plaisir . Par contre je ne peux rien partager qui ne soit deja sous une forme 'publique', par exemple dont vous pourriez trouver des détails dans telle ou telle publication... Propriété industrielle oblige. Comprenez-le. Les gens ont le droit de se poser des questions et le droit de savoir. Moi le premier.
  12. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Salut Kirth, Tu as parfaitement compris. Des portions hors d'axe d’ellipsoïde de révolution (k= -0.996473) avec un rayon de courbure de R= 68685 mm, on ne peut pas en faire grand chose. La seule possibilité : carotter un bout de Zerodur de diamètre 110 mm et 50 mm d' épaisseur, puis le refaçonner pour en faire un beau miroir. Mais de 110 mm seulement. Ou alors, on carotte et on refaçonne pour faire un joli secondaire de Newton, Cassegrain, RC, ou autre. Mais encore une fois, ils sont réutilisés par Schott.
  13. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Salut bricodob300 :-) Pour les segments proches du centre ou ceux proches du bord, il n'y a aucune différence. Le procédé de fabrication est identique. Meme si la quantité d'aspherisation change bcp du centre vers le bord. Seule la métrologie finale doit être adaptée : chaque type de segment (il y en a 133) nécessite un correcteur holographique spécifique (CGH). Ces correcteurs sont mis en place / remplacés dans la tour de métrologie optique finale pour s'adapter au segment mesuré. Marc
  14. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Je sais pas ce que Wikipedia raconte, mais ta lecture du truc laisse pantois ... J' essaie de faire comprendre le truc. L'ELT est un TMA, un Tri-Mirror-Anastigmat. Ma traduction de ce charabia est la suivante: - Quand tu fais un télescope a deux miroirs, genre Cassegrain, il faut bidouiller un peu la forme des M1 et M2 pour minimiser les aberrations de champ du télescope. Ritchey et Chrétien ont trouvé une forme optimale pour virer la coma de champ. C'est le Ritchey Chrétien. Mais il reste une composante d'astigmatisme dans le champ.... Pour l' ELT, l’idée est de corriger cet astigmatisme résiduel. Le principe en optique et ailleurs est toujours le même : si je dois supprimer une aberration, je dois augmenter mes degrés de liberté, donc le nombre de miroirs. - Le M1 est proche d'une parabole. Donc pas sphérique du tout. Pour satisfaire la fonction optique adéquate, il est nécessaire de dévier un peu de la parabole. Le M1 est elliptique :-). Il est hyperbolique pour la combinaison Ritchey Chrétien. - Le M2 est hyperbolique. C'est le résultat de l'optimisation de Ritchey et Chrétien. La encore faut le laisser dévier un peu de la combinaison RC car on va ajouter un troisième miroir. - Le M3 vient comme un 'correcteur de champ'. Il n'est pas très asphérique comme M1 et M2. Son boulot c'est de corriger l'astigmatisme de champ. Bon, du point de vue calcul optique, cela impose de laisser flotter un peu les caractéristiques des optiques en fonction du champ désiré, et on arrive a cette combinaison TMA. Le résultat est le suivant: - Sur M1, les segments sont des portions hors d'axe d'un asphérique, un ellipsoïde ouvert a F/0.9. (oublie les sphères lues ici ou la, on est très loin des sphères) - Sur M2, c'est une hyperbole convexe ouverte a F/1.1. L'enfer des opticiens (convexe, asphérique, très ouvert) - Sur M3, pas loin de la sphère, on doit mettre 30 microns d'asphérisation pour satisfaire la correction de champ. Il est concave et pas trop asphérique : c'est une optique 'facile'.
  15. Extremely Large Telescope de l'ESO

    Y parait pas : c'est vrai ! Oui, 6 pétales. Pour être précis : 1.95 mm d’épaisseur. Ils sont polis puis amincis avant découpe finale : moi qui ne suis pas pieux j'ai quand même fait brûler un paquet de cierges ... D’ où l’incendie de la cathédrale par ailleurs ... https://elt.eso.org/mirror/M4/