Pyrophorus

Member
  • Content count

    305
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by Pyrophorus

  1. Pour avis (M51)

    Bonjour à tous ! Pas vraiment montrable cette M51, mais je m'interroge sur cette espèce de trame ou de hachures présentes partout (mais pas sur les brutes). Une idée ? TN200/1000 + Powermate x2,5, Nikon 5300, guidage Lacerta MGNEN III, 60 poses de 3' traitment Siril + GIMP Bien entendu, je finirai par pour vous la sortir avec plus de temps de pose et le fond de ciel nettoyé au karcher. Alors réservez vos insultes pour ce moment là... Bien cordialement,
  2. Pour avis (M51)

    Merci de vos réponses aussi promptes que débordantes de sagacité.... Vraiment ? Jusqu'ici mes prises de vue montraient une telle dérive que j'avais rangé cette technique dans la catégorie des méthodes exclusivement réservées aux pros que les bidouilleurs comme moi pouvaient allègrement ignorer. Comme personne actuellement ne peut me fournir le bête câble de synchronisation qui me serait nécessaire pour injecter ça dans mes prises, je vais tenter de le faire par softouaire. Mmmmm.... Oui.... Un petit coup de désaturation et un grosse louche de peinture noire... et elles sont où les jolies couleurs de ma galaxie, petit fripon ? Merci pour la tentative, mais elle sera bien plus pertinente quand j'aurai rajouté deux heures de pose dans l'image (c'est pour cette nuit en principe). J'avais demandé, je crois, qu'on remette les insultes à plus tard.... A tous, merci d'être passés
  3. Dérive lente avec autoguidage MGEN iii

    Bonjour, Pour clore le sujet, je me suis procuré une lunette guide moins lourde et mieux fixée au tube et la dérive globale disparaît. Pour le reste, ce n'est pas encore au top, mais comme je ne suis pas loin de la limite de diffraction de mon tube, je ne vais pas m'acharner. Sinon, la déformation des étoiles repérée par les différents intervenants est bien dee à l'absence de correction de coma. Combinée avec la dérive, cela donnait un truc un peu difficile à identifier. Bien cordialement,
  4. Bonjour à tous, Après un long sommeil hivernal et une évolution de matériel (qui comme chacun sait apporte autant de problèmes que ça n'en résout), j'aimerais avoir votre avis sur le problème suivant. J'ai un Lacerta MGEN III monté sur une lunette 80x400, connecté à une monture Celestron CGEM ii. Tout paraît bien se passer mais j'ai une dérive permanente en AD, légère mais persistante, que je n'explique pas. Voilà une brute parmi bien d'autres. Elles présentent toutes les même défaut très régulier qui se manifeste par un allongement des étoiles, et une dérive plus importante sur l'ensemble de la séance de pose (cumul du défaut). J'ai vérifié que le montage de la lunette guide sur le tube était bien rigide et de toutes manières, je ne vois pas très bien comment cela pourrait donner une dérive aussi régulière. La mise en station est a priori pas trop moche car le Lacerta corrige très peu la déclinaison. Je ne suis pas très loin de la photo de mes (modestes) rêves, mais ce défaut fout tout par terre: comme il n'est pas vraiment aléatoire, le traitement n'arrive pas à le corriger. Si quelqu'un a une idée... Merci d'avance.
  5. +1 C'est d'ailleurs bien pour ça que je fais de la photo. Car ce qu'on peut voir en CP dans un tube modeste n'est pas franchement spectaculaire. Donc oui, une bonne photo astro, c'est quand ça se rapproche assez près de ce qu'on n'a pas les moyens de contempler visuellement.
  6. Dérive lente avec autoguidage MGEN iii

    Bonsoir, Oui, mais elles le sont aussi sur un axe perpendiculaire à la direction de dérive. ??? Bande Dessinée Rébarbative ? Balbutiement Diffus Radial ? Ballon Décroché par Ricochet ?
  7. Dérive lente avec autoguidage MGEN iii

    Merci de vos réponses, Je ne suis pas entièrement d'accord car la flexion ne peut que déformer les étoiles, même si elle ne saurait être responsable de tout. J'ai cru comprendre que la Powermate corrigeait le problème de coma des Newton, mais je n'en suis pas sûr. Il peut aussi y avoir un autre problème de flexion, sur le PO du télescope cette fois, car le porte à faux de l'ensemble Barlow + APN est assez important. Quoiqu'il en soit, il me paraît de bonne méthode de ne pas essayer de tout corriger en même temps et je vais donc commencer par revoir la question de la lunette guide qui me paraît le plus important. Ensuite, on verra. Bien cordialement,
  8. Dérive lente avec autoguidage MGEN iii

    Merci de cette réponse, Voici un empilement bête sans aucun pré-traitement: poses de 2 minutes, 2 heures au total, image à la taille originale. Les marges noires montrent clairement l'amplitude de la dérive D'après ce que vous dites, j'ai comme l'impression que mon ensemble lunette guide + platine est beaucoup trop lourd pour ne pas entraîner de flexion et que j'aurais avantage à passer à une lunette-guide aussi légère que possible. Bien cordialement,
  9. Dérive lente avec autoguidage MGEN iii

    Merci de vos réponses Grosso merdo oui. Mais d'abord il n'y a pas qu'une seule étoile cible, mais un paquet. Ensuite, j ne vois pas ce que ça pourrait changer car les mouvements angulaires de tous les objets du ciel sont exactement les mêmes. Le calibrage préliminaire permet justement de mettre en relation la déplacement d'une étoile sur le capteur et l'angle correspondant. Ce n'est pas la peine d'empiler. On le constate très bien entre la première et la dernière photo. Pour donner un ordre d'idée, en deux heures de pose, la galaxie vient tangenter la marge inférieure de la photo. Je vais réessayer cette affaire de flexion. Je n'ai pas une lunette guide classique montée sur le sabot du chercheur et centrée avec des anneaux, mais une lunette montée directement sur un arceau du tube par l'intermédiaire d'une platine Manfrotto. Un truc assez inébranlable à priori, mais on ne sait jamais. Les étoiles sont correctes dans les deux coins perpendiculaires à la direction de dérive (diagonale haut gauche, bas droite approximativement), mais je pense que cela provient plutôt d'une compensation de l'absence de correction de champ. La photo a été prise sur un Newron 200/1000 avec une Powermate 2.5 sans correcteur de champ. Sinon, je vérifie la collimation à chaque session (star test), donc cela m'étonnerait qu'elle aie de tels effets.
  10. AMHA, il y a deux aspects distincts: - La technique dont les honorables préopinants ont déjà décrit l'essentiel. J'y ajouterai seulement que certaines "bouses" (ou qui paraissent telles) peuvent être des exploits en raison de la difficulté de la cible ou de la modestie du matériel. - L'artistique et on est là dans les goûts et les couleurs. Une technique trop défaillante peut évidemment compromettre l'effet mais il y a de la marge. Je dirais qu'une bonne photo est une photo qu'on ne se lasse pas de regarder. Quant à l'intérêt scientifique, c'est souvent antagoniste avec l'intérêt visuel d'une photo, et bien que scientifique de formation, je ne me soucie absolument pas de la valeur scientifique des mes travaux, car je pense qu'elle est nulle. Amicalement,
  11. Mumuse en 3D

    Très joli, c'est vrai ! (Note pour ceux qui n'y arrivent pas: il faut loucher un bon coup et non détendre le regard) Ls
  12. Un peu de CP pour changer....

    Je l'avais aussi traitée comme ça, c'est plus proche du résultat brut:
  13. Bonsoir, Histoire de se rafraîchir les mirettes avant de reprendre la découverte des merveilleuses photos de planètes qui se pressent sur le forum, deux petites images de CP. Rien de bien génial, c'est pas la saison, et je ronge mon frein en attendant l'autoguidage qui me permettra, je l'espère de faire vraiment parler la poudre. La nébuleuse du Croissant. D'habitude on la voit comme une espèce d'éponge sanguinolente qui n'évoque guère un croissant. Cette prise de vue a au moins le mérite d'expliquer son nom. (90 poses d'une minute à 3200 ISO.) Par contre là, je sèche. Si quelqu'un peut m'expliquer en quoi M29 ressemble à une tour de refroidissement.... (40 poses de 3 minutes 3200 ISO.) Il y a une couleur un peu verdasse que je n'aime guère, mais la lune est venue jouer les troubles-fête dans une séance bien commencée. Du coup il y a du bruit, même si j'arrive à attraper un peu de la nébulosité qui entoure Sadr. Je me console en pensant que si ça me ruine mes photos, ça doit faire le bonheur des amoureux. Bon ciel à tous ceux qui le regardent ! TN200/1000 sur CGEMII sans autoguidage. Nikon 5300 non défiltré. Correcteur de champ Baader MarkIII.
  14. Un peu de CP pour changer....

    C'est une version très convaincante (même si la braguette magique a "oublié" quelques taches), et la nébuleuse ressort plutôt mieux. sauf ses petites extensions bleues qu'on voit à peine sur ma version. Visuellement parlant, je ne vois pas de raison de préférer l'une ou l'autre, c'est une affaire de goût (et visiblement, Polo préfère la tienne). Sinon, je suis dans le doute: je ne pense pas avoir "inventé" ce fond rouge. Il apparaît bien plus clairement quand on capte la raie Halpha sous la forme de draperies qui couvrent tout le champ. Bien entendu, mon APN (et le manque de poses) ne me permet pas de les faire apparaître, mais je pense qu'il est un peu plus "réaliste" de les laisser soupçonner. J'emploie à dessein des guillemets car cette notion de réalisme peut sans doute se discuter indéfiniment. Quand on compare avec ceci: On ne peut pas dire que cette image n'est pas réelle car rien n'y a été inventé ou ajouté au signal qui nous vient des étoiles. Seulement, je doute qu'on puisse jamais voir ça directement dans un télescope, et donc je dirais que cette image, au reste admirable à tous points de vue, n'est pas vraiment réaliste. Pour ma part (et aussi en raison des limites de mon matériel), je cherche à ne pas trop m'éloigner de ce qu'on devrait voir dans un gros télescope, tout en sachant d'ailleurs que je travaille à l'aveugle, n'ayant qu'une idée assez vague de ce qu'on devrait voir dans un gros télescope Donc, je ne tripatouille pas trop, même si, bien évidemment, je me laisse également influencer par des considérations esthétiques. J'hésite à flinguer un nuage qui fait un peu sale sous prétexte qu'il ne fait pas bien dans le tableau. Dans le ciel, il est là. Mais je conçois très bien qu'on puisse sacrifier à l'esthétique ou d'autres considérations ce "réalisme" aussi mal défini. Bien cordialement,
  15. Un peu de CP pour changer....

    You're welcome, of course croisière....
  16. Un peu de CP pour changer....

    Euh.... En fait, mon problème, c'est plutôt de le rehausser, car mon APN (non défiltré) est peu sensible dans le rouge sombre. J'utilise régulièrement des masques, comme dans la première image, et c'est vrai que je peux limiter le verdasse dans la deuxième: C'est mieux comme ça ?
  17. Un peu de CP pour changer....

    Bonjour, et merci de votre passage ! Oui, c'est bien ce que je pensais... Quand mon grand père m'installait sur ses genoux pour me faire chasser les hippopotames volants avec sa carabine, je marchais, mais depuis, je suis devenu plus méfiant. @fljb67 Pour l'excès de rouge, tu peux bien avoir raison. Je pousse souvent un peu les rouges pour compenser le manque de sensibilité de mon APN, mais j'y ai peut-être été un peu fort. Quant au suivi, il n'est pas si bon que ça, mais étrangement ça s'arrange miraculeusement à l'empilement. Quand j'aurais de l'autoguidage, je pourrai sans doute me permettre des temps de pose plus longs ce qui résoudra en partie la faiblesse des rouges. Ben oui ! Avec Jupiter qui tient la vedette et Mars qui va prendre la suite, les nuits courtes et tout ça, on a un peu de mal à se faire entendre, mais on ne va pas jouer les rabats-joie. Tant mieux si ça marche très fort du côté des planètes: ça nous vaut des images superbes. Moche en fait... Nous sommes bien d'accord. Bien cordialement,
  18. PK 61 + 3.1 - Mak 127/1400 - #01

    Je salue l'exploit tout en regrettant le manque de focale. Une cht'ite Barlow peut-être ? LS
  19. Question d'aigrettes

    Ok, je vérifie ça. En tous cas, ça paraît logique. Merci de vos avis.
  20. Question d'aigrettes

    Bonjour, J'ai un bête problème sur mes photos que l'on voit assez bien sur la suivante: Les aigrettes supérieures et droites des étoiles sont plus ou moins clairement divergentes et dédoublées. J'ai bien pensé à du tilt, mais je crois pas que ça devrait donner ça. J'ai confiance, quelqu'un a sûrement une idée. Merci d'avance,
  21. J'ai seulement fait remarquer qu'il n'y avait aucune raison théorique pour que la FWHM soit indépendante du temps d'exposition et exaxe17 constate de son côté que ses mesures disent le contraire. Cela ne veut pas dire que la FWHM est sans utilité bien entendu. Maintenant, l'argument selon lequel dans la pratique on n'a pas besoin de couper les cheveux en quatre et que d'ailleurs tout le monde fait comme ça me laisse... disons... rêveur. Bien cordialement,
  22. Non, c'est le résultat d'un algorithme de calcul qui se base sur une image numérique, c'est à dire un certain nombre de valeurs discrètes dans un tableau. La différence est la même qu'entre la température réelle et la température ressentie. Cette dernière est le résultat d'un calcul qui tient évidemment compte d'un certain nombre de données physiques comme la température et la vitesse du vent, mais ce n'est pas parce que la température ressentie est à -5° que l'eau gèle dans les tuyaux. Il n'y a d'ailleurs pas de définition scientifique de la température ressentie: chacun peut avoir sa propre recette. La température (absolue) est en relation directe avec l'agitation thermique du milieu. On ne peut faire entrer la température ressentie dans une relation de ce genre, ça n'aurait aucun sens. La FWHM est pareillement une valeur empirique qui dépend d'un tas de facteurs, dont la PSF, la turbulence, mais aussi la réponse du capteur (linéarité), et de l’échantillonnage. Il ne vous a tout de même pas échappé que la PSF (comme d'ailleurs, toutes les fonctions en optique ondulatoire) est une fonction continue et qu'on travaille sur une discrétisation introduite par la numérisation. Quand je met une Barlow sur mon télescope, la FWHM moyenne de mes images augmente beaucoup alors que ni le diamètre de mon tube ni le seeing n'ont changé. D'ailleurs la meilleure preuve, comme certains l'ont signalé plus haut, est que tous les logiciels ne calculent pas la FWHM de la même manière. Cela dit, je crois volontiers que la FWHM permet des comparaisons pertinentes de diverses conditions de turbulence et qu'elle varie assez peu avec le temps d'exposition quand on reste dans la même configuration (sinon, personne ne l'utiliserait). Bien cordialement,
  23. C'est @lyl qui a raison, bien sûr. La FWHM n'est pas une grandeur physique qui pourrait se conserver dans une transformation donnée. La seule chose qu'on sait, c'est qu'en multipliant par n le temps d'exposition , on multiplie par n l'énergie lumineuse récupérée par le capteur, mais sans aucune information sur la répartition spatiale de cette énergie, qui dépend aussi d'autres facteurs que la turbulence. On peut considérer que c'est une approximation suffisante de dire que la FWHM se conserve quand on augmente le temps de pose, même si les étoiles grossissent, mais scientifiquement parlant, ça ne tient pas la route. Bien cordialement,
  24. Un peu perdu dans le choix

    Oui, mais c'est ça l'inconvénient avec les pros: ils te font les réglages et te déclarent d'un air désolé que ça ne va pas du tout et que tout ton matos n'est pas adapté et qu'il n'y a rien à en tirer. Ils sont trop exigeants, manquent de pédagogie, et du coup, ils t'ont mis devant une véritable falaise. Pas étonnant que tu n'aie pas réussi à grimper. Tu as une excellente monture qui est parfaitement capable d'encaisser ton MAK et même ton RC pour faire du planétaire. Oublie le guidage et tout le tremblement et pour la mise en station, contente toi d'amener la polaire à peu près au centre de ton viseur polaire sans chercher la petite bête. Tu auras un suivi bien suffisant pour photographier la Lune et les planètes. Je vais même te dire que ça sera très probablement suffisant en ciel profond si tu ne dépasses pas vingt ou trente secondes de pose. Naturellement, les images successives seront décalées les unes par rapport aux autres, mais les logiciels d'empilement gèrent très bien tout ça. Tu devrais créer un fil à toi si tu as envie d'être conseillée de façon plus précise. Bien cordialement,
  25. Un peu perdu dans le choix

    Non, d'abord parce qu'un APN comme le mien ne pèse que 600 grammes, ensuite, qu'il ne faut pas oublier qu'Alexandre veut faire du planétaire (ce qui justifie la recommandation d'un MAK). Dans ce contexte, la limite de charge de l'EQ5 n'est pas un problème car le suivi n'est pas capital quand on fait des vidéos de deux trois minutes ou des poses courtes. A titre d'exemple, voici une image tirée d'une vidéo de trois minutes réalisée à l'APN sur mon EQ5 motorisée avec un tube pesant à lui seul neuf kilos (un Newton 1000 avec une Barlow x5). C'est en ciel profond que ça coince quand on dépasse quinze/vingt secondes de pose unitaire. Je vais finir par croire que tu es payée pour faire de la réclame pour les montures azimutales . Mais les équatoriales sont aussi faciles à installer pour le visuel et la pose courte. La seule différence, c'est qu'il faut la diriger vers l'étoile polaire,ce qui prend environ trente secondes car Il n'y a qu'en pose longue que cet alignement doit être fait avec précision. Ensuite, le confort d'utilisation est sans comparaison: le suivi se fait en jouant sur un seul réglage (au lieu de deux), et quand on est motorisé, il n'y a rien à faire, juste à regarder et rectifier de temps en temps la déclinaison. C'est quand même sympa de pouvoir changer d'oculaire sans avoir à retrouver ta cible qui s'est fuitée on ne sait où. Je sais que je ne te convaincrai pas, mais je dis ça pour les débutants qui pourraient être tentés. De l'avis général, les azimutales n'ont aucun intérêt. Autant prendre un Dobson si on veut faire du suivi manuel dans les deux dimensions. Bien cordialement,