Theta Coxa

Member
  • Content count

    124
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

127 Good

About Theta Coxa

  • Rank
    Member

Personal Information

  • Hobbies
    Compter les points blancs, parler en images alambiquées

Recent Profile Visitors

1684 profile views
  1. Bonsoir, Je vous suggère l'excellente vidéo de VSauce sur le sujet : "How Much of the Earth Can You See at Once ?"
  2. Bonjour ! Avez-vous pu utiliser l'eVscope avec Bluestacks récemment ? J'ai fait une première sortie de tests hier soir. Il se trouve que ma tablette est une Surface de Windows, j'ai donc tenté l'émulation, mais j'ai rencontré pas mal de bugs qui m'ont au final fait passer sur le téléphone (Android) pour piloter. Par exemple, le bouton qui permet d'enclencher la détection du champ pour lancer le suivi du ciel est inactif, il apparaît mais ne démarre aucune action. Quelqu'un s'est-il retrouvé confronté à ce genre d'obstacle ? Merci pour les témoignages et les éventuels conseils
  3. Après moult dégustations, j'en suis même venu à adopter une 4ème méthode, moins connue mais pourtant très pratiquée, souvent sans même s'en rendre compte. Voici le protocole, plus ou moins détaillé : 1) on verse la dose de Pastis 2) on ajoute l'eau, mais pas trop, car vient l'étape ... 3) où on insère les glaçons dans le haut du tube (dans un ballon ça fonctionne moins bien) Et la magie opère : tant que le verre est "chaud", on n'a pas envie de le boire et on vaque à d'autres occupations comme la discussion sur la géométrie de l'univers. Le glaçon, en fondant, fournit de l'eau fraiche qui, en plus de diluer le mélange, va le rafraichir, et le verre avec ! On peut donc procéder à la dégustation pour se désaltérer après de longs échanges. On peut également procéder de la sorte pour obtenir le ratio d'eau optimal selon son palais, en attendant plus ou moins. Il conviendra alors de réguler la température de l'eau par-rapport au volume d'eau contenu dans les glaçons pour coordonner cette variable avec celle de la température désirée. Le verre parfait.
  4. J'en profite pour rappeler que les glaçons rejoignent le Pastis après l'eau, c'est important car l'anethol contenu dans la liqueur supporte très mal l'extrême froid, et tourne ! Parce que les buveurs c'est comme les chasseurs et les théoriciens aussi, y'a les bons et les mauvais, 'fin vous connaissez la chanson...
  5. Drôle de reflet

    C'est EXACTEMENT ça ! La même forme, le même aspect ! Vous êtes des cracks les mecs (et les meufs) ! Merci !
  6. Mauvaises nouvelles du Webb space telescope

    Justement, autant se mettre d'accord : on met le lancement dans l'aventure jolie et sans tâche du JWST, ou bien par précaution on le garde ici ? J'ai comme l'impression qu'on va tous avoir des palpitations et des insomnies pendant un petit moment !
  7. Drôle de reflet

    Dès que je rentre chez moi, je monte le scope en journée pour contrôler tout ça, et je le ressors un soir. Je vous donnerais le retour de tout ça. Merci beaucoup pour les précieux conseils.
  8. Mauvaises nouvelles du Webb space telescope

    Est-ce qu'on peut se dire entre nous que dès que JWST sera sur le pas de tir, on ouvre un autre fil au titre plus... encourageant ? S'il vous plait
  9. Drôle de reflet

    On avait déjà pu observer M51 presque au zenith un poil plus tôt dans la soirée, et ca s'était bien déroulé. La collimation a été faite en début d'observation, en milieu de soirée, et refaite lorsqu'on s'est heurtés au fameux reflet. En revanche, je n'avais pas de jupe sur le corps du télescope. Mais : 1) la lune n'était pas levée 2) jai observé quelques jours plus tot, en pleine lune notamment, sans rencontrer le soucis Cependant, lorsque je rabaissait le scope, le reflet perdait en intensité. Mais la forme et l'emplacement du reflet sont-ils compatibles avec une pollution lumineuse ? Sur le secondaire par exemple ? Pour la collimation qui serait très foirée, je pensais à l'eventualité où l'axe (correctement collimaté) du primaire+secondaire se retrouve désaxé par-rapport au PO.
  10. Drôle de reflet

    Bonjour à tous, Hier, j'ai pu sortir mon ES Ultra Light 12" pour la 5ème fois. La soirée s'est hyper bien bien passée, on a pu observer quelques nébuleuses dans le Sagittaire en fin de session, donc bien bas sur l'horizon. Pour finir le tour du ciel, on remonte sur deux cibles déjà observées plus tôt : Albiréo, toujours RAS, puis on repart carrément vers le zénith pour finir sur M51 qu'on avait déjà pu observer, et là c'est le drame ! Une sorte de reflet, en forme d'amande très fine, apparaît dans le champ (cf schéma sur paint). Il est plus lumineux que le ciel, plutôt jaunâtre (on observe pas loin de la ville et il y a un peu de PL). Plusieurs tests sont donc effectués : on change d'oculaire, on retire le bafflage de la cage du secondaire, on refait la collimation, on inspecte les miroirs et le PO, mais tout semble en ordre. Et le reflet est toujours là. Un peu d'humidité est tombée, mais les miroirs semblent épargnés de toute trace de buée. Je n'arrive pas à identifier ce qu'est ce reflet. Lorsque je défocalise, il est toujours présent. Puisque je me suis bloqué le dos, je peux pas remonter le scope immédiatement pour vérifier en plein jour d'où peut provenir le soucis. En attendant, je vous consulte, en espérant que vous aurez la bonne intuition : avez-vous une idée de ce que peut être ce reflet ? J'ai le pressentiment qu'il peut être du à un défaut dans l'alignement des optiques, puisqu'une des vis du secondaire est particulièrement desserrée depuis que j'ai l'instrument. Comment pourrais-je m'en assurer (papiers colorés ?) ? Si c'est bien la source du problème, avez-vous une méthode pour faire une sorte de remise à 0 de la collimation ? D'avance, merci. Chaque conseil ou réponse m'achètera des heures de sommeil paisible !
  11. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    Le grand public trouverait probablement que l'argent aurait été mieux dépensé pour faire des recherches au fond des océans terrestres bien de chez nous. Et si on le mettait pas dans l'exploration des fonds marins alors il faudrait l'investir pour aller découvrir quelques uns des gogolplex de microbes en tout genre qui peuplent notre bonne vielle planète. Et si on le mettait pas dans la découverte de ces micro-mondes, on le dépenserait pour résoudre la faim dans le monde, ou l'accès à l'eau potable etc, etc... C'est une question profondément politique. Les astronautes ne font pas de la science. Ce ne sont pas des scientifiques. Ils participent à un programme spatial, donc c'est clairement pas centré sur la science ou l'astronomie. Pour l'exemple de la famille, c'est une bonne illustration de la dimension politique : Avec ce budget, je préfère faire un plein d'essence et aller bivouaquer dans une des nombreuses montagnes de ma région que je n'ai pas encore eu l'occasion d'aller découvrir, et donner le reste à une famille qui sera contente d'aller à Disney avec.. Je pense qu'on a bien compris que la communauté des Astram assidus du forum préfèrerait voir plus de science à bord de l'ISS. Mais si on ne représente que 0.1% de la population (source : pifomètre), c'est normal (même si regrettable, compte tenu des compétences etc) qu'on ne nous écoute qu'à 0.1%...
  12. Actualités de Curiosity - 2013

    Le mélaaaange
  13. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    Merci, sensei (  ̄┏_┓ ̄)
  14. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    J'espère que le fil est bien choisi. Sur Facebook, T. Pesquet a partagé une photo du Dragon amarré à l'ISS. On peut remarquer que l'ISS semble très orange. J'ai d'abord pensé que ça pouvait être du à la couleur des Terres survolées (qui renverraient une lumière orangée) mais le Dragon, lui, est bien blanc. Ma question : Qu'est-ce qui justifie cette couleur ? C'est peut-être un peu trivial comme question, mais ça me semble étrange que de la rouille puisse s'installer dans un endroit où l'oxygène se fait rare. Ma seule hypothèse actuelle est le résultat d'échauffements contre l'air lors du lancement des modules ? Merci de vos lumières..
  15. Thomas, 22 avril ! Oups, 23 avril !

    Dans cette vidéo, qui traite de la communication des sciences, le vidéaste a la chance de s'entretenir avec Neil DeGrasse Tyson. Le passage en lien (qui débute à 19:50) résume bien un des arguments en faveur de l'Homme dans l'Espace. Je transcris : Ca fait beaucoup de mots pour une idée très simple mais c'est bien dit.