communicationrel

Member
  • Content count

    227
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

63 Neutral

About communicationrel

  • Rank
    Active Member

Recent Profile Visitors

677 profile views
  1. https://fr.wiktionary.org/wiki/googler
  2. Relativité intriquée

    Par parenthèses, voici d'autres alternatives à la RG : La Théorie covariante de la gravitation : https://en.wikiversity.org/wiki/Covariant_theory_of_gravitation ou encore La gravitation disruptive : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02954919/
  3. Ne fais pas la gueule. On t'autorise à poster ici en continu jusqu'à la page 42 si tu veux.
  4. Ok. S'il y a des questions par rapport à la vidéo je pense pouvoir y répondre. Elle est intéressante jusqu'au bout, quoique ça traîne à la fin sur le paradoxe des jumeaux.
  5. La valeur selon la RR est t' - t" = L * sin(a) = L * v/c. a est l'angle entre les axes de temps des 2 référentiels. Je l'ai déjà montré dans mon dernier message à dg2. Si tu veux en discuter tu crées un autre fil sur ce sujet parce qu'on ne peut pas en parler sur celui-ci.
  6. Ca marche, c'est que j'ai expliqué dans les dernières pages de mon fil ici. L² = x²+ t² dans tous les référentiels. Bien sûr qu'il y a un angle. Même dans l'espace de Minkowski il y a un angle, mais différent. Quant aux calculs ils fonctionnent dans l'espace euclidien autant que dans l'espace de Minkowski. Tous les calculs instantanés fonctionnent en euclidien, c'est seulement quand on s'imagine ce qu'il se passe sur la durée qu'il y a un problème. Si tu regardes mes schémas, v = sin(a) et 1/gamma = rac (1 - v²/c²) = cos(a) . Si tu as compris la vidéo tu dois pouvoir comprendre mes schémas, c'est pareil. Si tu lis une longueur sur l'axe de l'espace, c'est L, sur l'axe du temps, c'est T. Tu peux trouver un fil qui t'intéressera de l'autre jour sur futura (fermé et j'ai choppé des avertissements) : https://forums.futura-sciences.com/physique/911543-linvariance-temps-propre-metrique-de-lespace-temps.html
  7. Regardez le début de cette vidéo (erreur n° 1) et voyez si ce que je vous ai raconté c'était des conneries.
  8. marco polo et george black étaient les deux gros trolls de mon fil. Et ca veut encore continuer sur celui-ci.
  9. George Black a pourri le fil en le remplissant de messages vides jusqu'à la 42e page. J'ai alors contacté l'administrateur pour qu'il les vire car j'avais fini et je ne voulais pas que le fil se termine sur ce bordel. Il l'a fait mais il a aussi clôturé le fil, ce que j'aurais préféré qu'il ne fît pas car j'avais encore des choses à corriger.
  10. Je veux bien rajouter 3 pages de questions-réponses
  11. ADENDA ET ERRATA J'espère en finir maintenant et faire la synthèse de l'espace euclidien et de l'espace de Minkowski, en expliquant pourquoi on peut considérer que l'espace est euclidien mais que ça ne change pas la trajectoire des objets, pourquoi la lumière se déplace dans le temps malgré que son temps propre est nul et pourquoi le jumeau plus jeune, contrairement à ce que j'ai écrit précédemment et que j'ai répété maintes fois à tort, rejoint bien son jumeau plus âgé au même point de l'espace-temps et non pas au point de coordonnées temporelle tau qui représente son vieillissement personnel. J'ai tracé le triangle des jumeaux dans l'espace euclidien et la conséquence était que les deux jumeau ne se retrouvaient pas à la même époque, la différence d'époque étant la différence de leur vieillissement, pareil pour la fusée se rendant à Proxima, j'ai tracé sa trajectoire en suivant son axe du temps. Eh bien ces trajectoires sont fausses, bien que les axes d'espace-temps qui y figurent soient vrais. Ces trajectoires ne doivent pas suivre leur axe du temps, mais une trajectoire avec un angle temporel deux fois plus faible. Toutes ces situations se passent dans un espace local plat non soumis à l'expansion de l'univers. La gravitation locale a réuni les objets de sorte que leurs axes du temps pointent dans une seule et même direction, par conséquent la courbure spatiale locale est nulle. C'est comme un plateau à la surface de la terre qui ne suivrait pas la rotondité de la surface. Dans ce point de vue on constate que la vitesse totale d'un objet massif au repos = c, mais que la vitesse totale de la lumière est rac(2)c car elle se déplace à la fois dans le temps et dans l'espace à la vitesse c. Maintenant, si on imagine un objet massif en train d'accélérer dans cet environnement, il acquiert une vitesse spatiale, et, contrairement à ce que l'on pourrait imaginer dans l'espace-euclidien, sa vitesse temporelle ne change pas, mais c'est parce que sa masse au repos ne change pas également. En plus de sa masse au repos il acquiert une masse relativiste qui représente son déplacement dans l'espace et qui tord l'espace-temps sur son passage. Sa vitesse totale est donc comprise entre c et (rac2c) et reste toujours inférieure à celle de la lumière. Sa trajectoire ne suit donc pas la trajectoire prévue par l'espace euclidien, mais celle prévue par l'espace de Minkowski. Cela étant l'angle de rotation de l'espace est conforme à celui indiqué par l'espace euclidien, et l'objet se déplace plus fortement dans le temps qu'il ne vieillit, car son vieillissement est commandé par l'évolution de ses propres coordonnées temporelles. Son temps propre avance ainsi moins vite que son temps coordonné. Voilà pour le point de vue local. Passons au point de vue de l'objet en mouvement. L'objet subit d'abord une accélération qui change son point de vue, comme expliqué plus en détail dans le texte sur la fusée qui va de la Terre à Proxima. Ce changement de point de vue a pour effet de raccourcir les longueurs d'espace qui l'environnent et de créer par compensation une perspective temporelle. Proxima s'éloigne d'un coup dans le futur. Vous savez bien lorsqu''on raconte l'histoire des jumeaux que l'on parle d'un changement de simultanéité au moment du demi tour, le frère sur la terre vieillit alors tout à coup de plusieurs années. [C'est de cela qu'il est question ici. On tourne la carte et on fait tourner le repère en même temps de sorte que l'axe des x et l'axe des y restent toujours horizontaux et orthogonaux par rapport à nous, c'est un changement de repère : les objets n'ont plus les mêmes coordonnés dans le nouveau repère et si les x sont de l'espace et les y du temps, tout se mélange.] Donc dans son propre référentiel, la distance de la fusée à sa destination s'est raccourcie et sa destination a sauté dans le futur. La distance étant plus courte, le trajet sera moins long, c'est évident. Quand la fusée arrive à sa destination elle a escamoté comme par magie une partie de la distance. De son point de vue, elle n'a tout simplement pas franchi cette distance. Du coup, elle a également escamotée une partie du temps du trajet, elle n'a pas vieillit autant qu'elle l'aurait dû. Lorsqu'elle ralenti elle reprend le point de vue local, l'espace qu'elle a franchi s'agrandit subitement et la distance franchie dans le temps s'agrandit aussi. Donc le HIATUS dont il était question dans le trajet de la fusée vers Proxima n'existe pas. Elle arrive sur Proxima au même point de l'espace-temps que Proxima. entier Au final, la fusée a franchie l'espace sans le traverser tout entier et a franchi le temps sans vieillir tout à fait. Mais elle a bien franchi le temps tout entier, elle s'est déplacée dans le temps plus qu'elle n'a vieilli et c'est pourquoi elle se retrouve avoir suivi la trajectoire de Minkowski et non celle dictée par la géométrie euclidienne, malgré que l'espace-temps ait bien une géométrie euclidienne. Voilà, la boucle est bouclée
  12. Cher @dg2, C'est vous qui dites que j'ai calculé (x'1 - x'2)² - c²(t'1 - t'2)². Moi je dis que j'ai calculé (x'1 - x'2)² + c² (t1 - t2)² Et c'est vous aussi qui dites qu'il s'agit de 2 évènements. Il s'agit d'un objet matériel dont les extrémités ont pour coordonnées spatiales x1, x2 et pour coordonnées temporelles t1et t2 dans R, et dont les mêmes extrémités ont pour coordonnées spatiales x'1 et x'2 et pour coordonnées temporelles t'1 = t'2 dans R' (ici il peut y avoir confusion car nous ne parlons pas du même espace, car dans l'espace de Minkowski t'1 = t'2 mais ce ne sont pas les coordonnées de temps de l'espace euclidien correspondant.) L'invariant ici est la longueur L de l'objet c'est à dire (x'1 - x'2)² + c² (t1 - t2)² et non (x'1 - x'2)² - c² (t'1 - t'2)² La transformation de Lorentz s'interprète comme une rotation de l'objet dans un espace-temps à 4 dimensions EUCLIDIEN Encore une fois la différence géométrique entre l'espace de Minkowski et l'espace euclidien est qu'il faut inverser t et tau tau² = t²-x² => t² = tau² +x² Tandis que l'invariant dans l'espace de Minkowski est (x'1 - x'2)² - c² (t'1 - t'2)², dans l'espace euclidien c'est (x'1 - x'2)² + c² (t1 - t2)² si on reprend les coordonnées de Minkowski. Et on déduit que L, longueur physique d'un objet au repos reste invariante par changement de référentiel dans l'espace euclidien. La preuve étant que (x'1 - x'2)² + c² (t1 - t2)² = L² quel que soit le référentiel utilisé dans l'espace euclidien. Donc on peut interpréter la contraction des longueurs comme la rotation d'un objet dans l'espace euclidien à 4 dimensions de métrique x² +tau² et de longueur d'espace-temps T, L, ou un mélange des deux, selon qu'on considère une longueur de temps, une longueur d'espace ou un mélange des deux. ATTENTION il y avait confusion de coordonnées mais c'est corrigé (enfin je crois) C'est un peu compliqué car la transformation de Lorentz n'utilise pas le système de coordonnées euclidien. [On peut supposer à mon point de vue qu'un objet qui se déplace dans l'espace possède une énergie qui fait tourner l'axe d'espace dans le temps sur son passage. C'est la courbure spatiale, la même que celle induite par la masse au repos mais induite ici par la masse relativiste, la même qui donne sa forme sphérique à l'univers selon le modèle euclidien.]
  13. https://atlantico.fr/article/decryptage/et-si-l-univers-etait-une-sphere-fermee--c-est-que-pourraient-suggerer-des-observations-de-l-agence-spatiale-europeenne-espace-fond-diffus-cosmologique-olivier-sanguy- "Comprenez qu'on parle là d'un univers en 3 dimensions qui a une courbure spatiale positive, donc un univers fermé. Le terme sphérique est en fait une analogie à un univers en 2 dimensions repliée en sphère dans une troisième dimension." Si leur idée est que la courbure spatiale est dans le temps alors c'est le même univers que celui dont je parle dans ce fil. https://www.gurumed.org/2019/11/06/crise-cosmologique-lunivers-est-il-plat-et-ouvert-ou-sphrique-et-ferm/ https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/univers-si-univers-netait-pas-plat-mais-spherique-51832/ Dans mon hypothèse l'univers est une sphère à 3 dimensions avec une courbure extrinsèque dans le temps.
  14. Cher @dg2, voici le petit calcul que vous n'avez pas su faire, mais ne vous inquiétez pas il n'est jamais trop tard pour apprendre : Soit un objet en mouvement par rapport à un référentiel R' et à l'arrêt vis à vis de R. Les coordonnées de cet objet dans R' sont x1' et x2' et les mesures sont faites en même tempst1' et t2' Dans R, les coordonnées correspondantes à x1' et 2' sont x1 et x2 avec x2-x1 = L = longueur propre de l'objet Les coordonnées de temps correspondantes à t1' et t2' sont t1 et t2. Le tau que nous cherchons est donc t2-t1, différence marquée par les horloges à chaque extrémité de l'objet mesuré tandis que dans le référentiel de mesure la mesure sera instantanée avec t1' = t2' D’après les transformations de Lorentz, avec v en unités naturelles, on a : x'2-x'1 = γ(x2- vt2) - γ(x1- vt1) et t'2-t'1 = γ(t2-vx2) - γ(t1-vx1) = 0 =>v(x2-x1) = t2-t1 cad vL = tau par conséquent = tau² +x² = v²L² + (1/γ)²L² avec x = (x2'-x1'), la longueur contractée vu depuis R' Or vL = sin α*L et (1/γ)L = cos α* L avec α l'angle entre les axes du temps de R et R' donc il vient (v²L²) + (1/γ)²L² = L², c'est à dire tau² +x² = L² Note : On voit très bien ici que v = x/T est la composante spatiale de la vitesse totale et 1/γ = tau/T la composante temporelle. Il aurait d'ailleurs été plus judicieux de définir γ par rac(1-v²) et non par son inverse.
  15. Là tu déraisonnes, je n'ai pris aucune analogie nulle part. J'ai juste cherché des références pour répondre au message juste avant qui m'agressait. J'ai trouvé ces phrases par hasard, je ne les avais jamais lues avant. Mais elles confirment la pertinence de mes deux points de vue : expliquer la contraction par la différence de la simultanéité et la représenter en 4 dimensions par un effet de perspective.