Delaure

Member
  • Content count

    30
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 90299

Posts posted by Delaure


  1. Le 01/02/2024 à 17:12, polorider a dit :

     

    o.O Pourquoi personne ne pourrait le voir? Il y a 172 inscrits dans le groupe "eVscope Unistellar" du forum, donc normalement tout le monde a dû recevoir une notification.

    En même temps, tu fais bien d'en parler: je n'ai pas eu de notification pour ce post de @Goofy2 . C'est bizarre car je suis abonné au "Forum eVscope Unistellar" du Groupe "eVscope Unistellar" et je découvre vos post un peu "par hasard" en venant voir par moi-même s'il y avait du nouveau par ici. Et j'ai bien fait, merci Jean Pierre pour le partage de ta technique de collimation ;)

     

    +1

    moi aussi je découvre ceci par hasard alors que je suis inscrit sur ce groupe et je n'ai pas reçu de courriel. Je suis allé jouer dans mes préfrences et validé pour voir si cela fonctioonne à nouveau.

     

    Sinon pour @goodfy2 merci de l'info je vais aller affuter la collim


  2. voilà la réponse un peu générale que propose gemini:"

    comment unistellar a fait pour que les images du capteur imx224 qui fait 1.27 mpixel donne au final une image de 4.9mpixel

    Afficher les suggestions

    Unistellar utilise plusieurs techniques pour augmenter la résolution des images du capteur IMX224 de 1,27 mégapixel pour obtenir une image finale de 4,9 mégapixels. Voici quelques-unes de ces techniques :

    1. Super-résolution par apprentissage automatique:

    Unistellar utilise un algorithme d'apprentissage automatique développé en interne pour fusionner plusieurs images prises en rafale et ainsi augmenter la résolution de l'image finale.

    L'algorithme est capable de reconnaître et d'aligner les détails fins des images individuelles, ce qui permet de créer une image finale plus détaillée que la somme de ses parties.

    2. Combinaison d'images par décalage de pixels:

    Unistellar utilise également une technique appelée "drizzling" pour combiner plusieurs images prises avec un léger décalage entre elles.

    Cette technique permet de combler les lacunes entre les pixels du capteur et d'obtenir une image finale plus lisse et plus détaillée.

    3. Traitement d'image avancé:

    Unistellar utilise divers algorithmes de traitement d'image pour améliorer la qualité des images finales, tels que la réduction du bruit, l'amélioration des contrastes et la correction des couleurs.

    Ces algorithmes permettent d'obtenir des images plus nettes, plus colorées et plus réalistes.

    4. Utilisation d'un télescope de grande taille:

    Le télescope eVscope d'Unistellar a une grande ouverture de 4 pouces, ce qui lui permet de collecter beaucoup de lumière.

    Cela permet d'obtenir des images plus lumineuses et plus détaillées que les télescopes avec une ouverture plus petite.

    En combinant ces techniques, Unistellar est capable de produire des images de 4,9 mégapixels à partir d'un capteur de 1,27 mégapixel."

     


  3. Justement cette question je viens de me la poser il y a 4 jours.

    Voici mes hypothèses.

    Du fait de la monture alt azimutale, seul le cœur de l'image est travaillé: soit au max un carré de 976 pixels. C'est donc très très petit. Mais on a pas le choix. Le stacking c'est un rectangle qui tourne un peu à chaque prise de vue. Ceci est très classique.

     

    Ensuite on prévoit de travailler sur un carré 2.6 fois plus grand dans lequel chaque nouvelle image serait calée via une rotation et une interpolation. C'est donc du drizzling et de la super-résolution. On est donc dans un domaine de traitement d'image très avancé. Ces techniques permettent de révéler des détails en théorie jusqu'à la résolution de l'optique. Un grand nombre d'image capturé permet de reconstituer un certain degré de détail.

    Attention ces mécanismes permettent de révéler des détails existant plus ou moins masqué par les perturbations atmosphériques qui par moment sont nulles, ainsi que les limites physiques du tube et des tailles des pixels.

    Le nano_calculateur embarqué doit pouvoir supporter la charge de calcul. Ceci d'autant plus que réduire le carré de 2560 à un format rectangulaire réduit le temps de calcul d'environ 25%.

    Vu que l'image finale est obtenue à partir de vraie donnée, on est dans une démarche scientifique possible.

     

    Une autre piste  serait que l'image stackée soit retravaillée à partir d'un modèle neuronal entraîné avec des images de ciel profond pour reconstituer des détails plausibles. Mais cette piste audacieuse nécessite probablement une capacité de calcul hors de portée de l'embarqué actuel/

     

    Conclusion

    La taille finale des images n'a rien avoir avec celle du capteur. La finesse de l'image est obtenue par des techniques de traitement assez récente que sont probablement la super-résolution entre autre. Sans ces transformations radicales l'image obtenue serait ridicule (carré de 976 pixels au maxi)


  4. Bonjour

    pour en avoir discuté il y a quelques temps avec un amateur spécialisé sur l'astrophoto solaire, il faut faire les photos tôt le matin avant que l'atmosphère soit trop chauffée. Il y a moins de turbulence.  Ceci est à considérer en plus de tous les autres conditions classiques d'astro

    • Like 1
    • Thanks 1

  5. Je viens de calculer tout cela. En fait c'est une question de visibilité. Plus on avance plus la fenêtre de visibilité se resserre

    Ex visible entre 6h et 6h30 le 10 à Chamonix

    À la louche elle est visible un peu p'us tard pendant à peine 15mn dans les Pyrénées à Tignac le même jour.

     

    Aujourd'hui c'est 5mn à peine et en concurrence avec le jour à 7h.

    Deplus c'est très très bas sur l'horizon et donc il faut bien choisir son site😁😁

     

     

     

     


  6. Si vous n'avez pas envie de le fabriquer en voici un tout fait

    https://www.astroshop.de/fr/filtres-souples-montes/filtres-solaires-omegon-138mm-153mm/p,45790

     

    Après comprenez bien que Unistellar ne va pas garantir l'usage d'un filtre autre que le leur. C'est logique 😎😎😎😎

    Maintenant regardez les caractéristiques c'est la même atténuation 1/100 000. Que pensez-vous qu'il va se passer.? Le capteur va t-il chauffer ? Non.

    Une puce pour détecter le filtre ? Il fallait prévoir des l'origine un récepteur j'y crois pas du tout.

     

    • Like 1

  7. Le 20/03/2023 à 21:39, COM423 a dit :

    La nébuleuse est remarquable mais la couleurs des étoiles est très surprenante comme le souligne Alain... A 100%, c'est flagrant, une idée de l'origine du problème ?

     

    Le 20/03/2023 à 22:55, John deuxsource a dit :

    Pour l'instant je ne sais pas trop. J'ai peut être une petite erreur dans la façon de traiter.

    Après il 'e faut pas être trop regardant sur les étoiles en poses courtes non? Faut pas s'attendre aux jolies étoiles de poses longues. Ça me choque pas mais je suis novice en traitement :D

     

    Bon quand j'en serais à ce stade d'obtention d'image je serais très fier. Et j'ai du chemin à faire>:(O.o.

    Bravo déjà pour en arriver là....

     

    Juste pour aider, je suis en plein étude de Siril pour apprendre.  Je pense que tu as eu la main un peu lourde sur les traitements. Je ne suis pas sur, à vérifier au moment du retrait du gradient il y aurait  trop d'effet.

     

    J'ai vu les méthodes de spécialistes d'astrophoto.  La problématique est que les étoiles et M1 sont des objets qui ne supportent pas du tout les mêmes traitements. Ce qui améliore l'un fout le B.... sur l'autre. Donc impossible de traiter les 2 à la fois .

     

    Dans la nouvelle version de Siril il y a un outil à intégrer à Siril  Startnet++  L’intérêt est donc arrivé au stade du traitement d'utiliser  Startnet++    pour enlever les étoiles, faire les traitements qu'il faut sur la Nébuleuse du Crabe. D'un autre côté   sur une autre image  on traite les étoiles et on enlève M1(faire les traitements qu'il faut).  en fin de parcours on assemble à nouveau les 2 pour obtenir une image splendide à faire palir la NASA:D

    C'est facile à écrire, mais de mon point de vue il y a du travail pour le faire proprement:D


  8. Le 11/03/2023 à 08:36, JnoAstro a dit :

    Je vais faire le guidage de mon Mac 180 avec une Skywatcher 80Ed pour des photos de nébuleuses en CP

    Je suis bien conscient que c’est un défi. @jldauvergne @Colmic et de nombreux autres m ont déjà pas mal aiguille sur le sujet. 

     

    j’ai une caméra imageur 533 Mm Pro et je dois choisir la caméra de guidage.

     

    J’hésite entre plusieurs solutions :


    Prendre une caméra 290 mini Qui servirait uniquement de caméras de guidage. Elle a de petits pixels de 2,90 qui permettrons donc de faire un suivi plus précis. Avec le 80 ED le champ ne sera pas très grand. Il faint trouver une étoile assez lumineuse. Pouvez-vous me confirmer qu’il est possible de viser une étoile lumineuse même si elle n’est pas exactement à côté de la cible ? Je ne vois pas pourquoi ça ne marcherait pas vu que toutes les étoiles se déplacent à la même vitesse.

     

    Prendre une caméra couleur soit là 533 MC pro soit la 294 MC.

    Bon je reprend la question du début.

    Faire du CP de nébuleuse avec un Maksutov 180 2700 et cam principale ASI533 et quelle contrainte sur la caméra de guidage pour la choisir

    je vais montrer que Une ASI220 mini à 380€ fera l’affaire

     

    D’abord tu vas avoir un échantillonnage de 0,28’’ ce qui est très exigeant. Pour approcher ce genre de résolution dans une image astro il faut partir sur du CP en pose courte (Considérer que c’est moins de 500 à 600 ms de pose.) et surtout pas en pose longue pour contourner la turbulence. Sinon il faut prendre un réducteur de focale pour augmenter l’échantillonnage à 2’’.

     

    Ma conclusion en pose longue ca sert à rien d’avoir une telle config car la turbulence du site va prendre la main soit 2 à 3’’ ,la finesse de l’image sera donc réduite à la turbulence.

     

    Est-ce résolument perdu ou impossible ? Non la pose courte est une autre porte de sortie.

    La 533 MC Pro peut le faire

     

    Très peu de personne témoignent de cette pratique sur les forums. A mon avis c’est pas pour rien.

    1- ca fait peur . Il y a pas mal de contrainte. Et c’est moins connu. Cela a commencé à apparaître vers 2015-2016 avec les meilleures performances des cam CMOS.

    2-La difficulté est plutôt du côté de la MAP et de la collimation qui ne toléreront aucune imperfection. Un champion astro du planétaire saura migrer vers le CP en pose courte.

    3- il faut savoir utiliser beaucoup plus de connaissance technique que pour la pose longue

    4- la stabilité thermique du tube fermé est aussi un problème à gérer

    5- coté traitement il y a un volume énorme de data à traiter ça va facilement à 2 To

    6- PC musclé avec au moins 16Go de RAM et gros disque dur.

    7- beaucoup de belle nuit pour l’acquisition

     

    du côté des avantages

    1- Faire du CP en pose courte est nettement moins exigeant au niveau du guidage car les défauts n’ont pas le temps de marquer. d’ailleurs il y en a qui font ça avec des dobsons et table équatoriale

    2-on a pas besoin de faire des flats, des offset seul les dark sont nécessaires avec une cam refroidie comme la tienne un seul jeu de dark suffit par session.

    3- il est même dit que justement il ne faut pas de guidage trop précis pour gommer la trame qui apparaît si les poses sont trop courtes

     

    Une ASI220 mini à 380€ fera l’affaire donc pour l’autoguidage j’en suis sur

     

    regarde ce qu’un spécialiste français fait couramment, regarde la finesse des détails de son image

     

    https://www.webastro.net/forums/topic/193309-m82-son-coeur-detaillé-nouvelle-camera-player-one-neptune-color-ii-poses-courtes/

     

     

    après pour avoir mieux c’est hubble https://hubblesite.org/contents/media/images/2006/14/1876-Image.html

     

    mais c’est un autre budget:)

     

     

     


  9. Le 04/03/2023 à 22:49, cosmoman a dit :

    C'est vraiment très beau.

    Et ça suscite une question que je m'étais déjà posée, vu que tu as fait des poses de 2 secondes:

     

    2000 poses de 2 secondes donnent-elles après les traitements logiciels d'empilement d'obtenir aussi bien ou moins bien que par exemple 200 poses de 20 secondes (même durée totale mais répartie autrement).

     

    En fait la question est de savoir si on perd du signal à trop faible durée de capture, qu'on n'arrive pas à compenser par un grand nombre de poses par rapport à des poses plus longues avec donc plus de photons.

     

    Je me doute que la réponse est liée au rapport signal/bruit. Pose plus longue = plus de signal, mais aussi plus de bruit cumulé. Cela doit donc aussi dépendre de ce qu'on observe. Mettons un objet type galaxie. Donc la question est posée à vous, les expérimentés de l'astrophographie, car vous avez déjà certainement comparé et trouvé ce qui est efficace.

     

    Si différence il y a d'une formule à l'autre, est-elle importante ou seulement subtile?

    J'écume les forums sur le sujet, et j'apprends tous les jours. Voilà ce que j'ai compris

    En théorie 2000 poses de 2 secondes seront meilleures que 200 poses de 20 secondes pourquoi ?

    Si tu veux de la haute résolution tu n'as pas le choix pour un diamètre donné et une optique de qualité.

    1- contourner la turbulence sinon les images font de gros pâtés

    2- contourner le rapport signal sur bruit trop faible car signal trop faible

    C’est 2 objectifs un peu contradictoire de but en blanc. Mais des techniques connues repoussent les limites. Et heureusement on peut jouer de manière indépendante sur ces 2 facteurs.


     

    1- Comment contourner la turbulence ? Lucking imaging

    Utiliser un capteur ultra sensible avec un bruit de lecture très faible avec des poses le plus court possible (entre 50 ms et 500ms ou même 1s dépend du seeing du site). J’ai lu une idée très intéressante à visualiser. Les turbulences à 2’’ ou 3’’ s mâchent les images mais ça bouge tout le temps. Ci tu découpes le temps en 10 , sur une période de 100ms tu mâches l’image sur le 1/10 du seeing soit 0,2’’ à 0,3’’. On approche des limites des instruments d’ouverture 250 mm.

    Avec un peu de chance(Lucking imaging) dans le lot il y a des images où les objets sont peu étalés 1 à 2 sur 10!!! (FWHM faible https://www.webastro.net/forums/topic/52829-la-fwhm-comment-ça-marche/). Reste à savoir les trouver ? Avec un logiciel qui les analyse et ne garde que les meilleures.

    Ici le seul facteur c’est la durée de prise de vue la plus courte possible en fonction des capteurs


     

    2- contourner le rapport signal sur bruit

    Bon une fois que tu as des images qui tiennent la route on fait quoi ? Il en faut beaucoup.

    Stéphane Gonzales nous indique qu’avec 30 à 40H de prise de vue on arrive à en garder 3 ou 4 H.

    Si tu empile 100 000 images, le signal augmente progressivement de manière linéaire parce que c’est toujours à peu près le même signal. Mais en revanche le bruit va monter comme la racine carré (effet statistique du bruit aléatoire qui s’ajoute par addition quadratique)

    Ici le seul facteur c’est le temps total de prise de vue et non le nombre


     


     

    3- les conditions nécessaires

    Bizarrement, les erreurs d’autoguidage ou les erreurs de mises en station ne sont pas très gênantes en poses courtes (justement parce la durée de prise de vue ne les prend presque pas en compte)

    Par contre la collimation doit être parfaite et donc refaite à chaque prise de vue.


     

    Consacrer 40H de prise de vue à un même objet c’est énorme


     

    4-Reste ensuite à faire du toilettage qui ne rajoute aucune donnée supplémentaire mais fait plaisir à l’oeil, je le cite par exemple avec Siril

    Je pars de l'image linéaire issue du pré traitement

    - retrait du gradient RBF

    - équilibrage des couleurs par photométrie

    - un peu de denoise

    - un peu de deconvolution

    - montée d'histogramme par Asinh

    - montée d'histogramme par ghs

    - ajustement des basses lumières avec l'histogramme

    - montée de la saturation

     

    • Like 1
    • Thanks 1

  10. Bonjour

    D'après vous quelle est la focale maxi pour utiliser la nouvelle ASI220 mini avec un DO OAG en auto guidage ? J'ai un projet de ciel profond en pose courte sur les petits objets avec un maksutov 250 à focale entre 3000 et 4600 selon imageur principal . Je doute  de l'efficacité d'un DO à  de telle focale  vu le champ restreint

     

    Romain as tu fait les essais

     

     

     


  11. Bravo pour tes publications. Tu mets la barre à un certain niveau qui nous oblige à faire aussi bien. Promis je vais m'y mettre un de ces 4😁😎😊

     

    À propos du rendu de couleurs, il est probable que l'espace de couleur de l'oculaire (écran) soit trop flatteur. Et gonfle à outrance certaines couleurs..... A contrario ton écran de PC pourrait avoir un rendu nettement plus fidèle. Tu as peut-être même étalonné ton écran avec une sonde.

    Je comprends que tu sois un peu déçu par un rendu moins flatteur sur PC, mais c'est très probablement la "vérité".

     

    Il y a aussi un autre facteur à prendre en compte : la vision nocturne. Regarde ton écran dans l'obscurité avec une luminosité réduite.... Est-ce que par hasard certaines couleurs finissent par être plus marquées ? Perso j'ai fait ce constat déjà. Mais c'est pas non plus énorme.....

    Continue de nous épater

    • Like 1

  12. J'ai fait un premier essai en gardant le gain en mode auto.  Avec je rappelle un filtre L-extrem.

    Résultat : impossible de voir suffisamment d'étoile. Le plate solving(excuse-moi l'orientation) n'a jamais fonctionné.

    Retour en mode normal.

    Pour information j'ai mis le tube horizontal pour monter le filtre. Ceci pour éviter qu'il ne tombe sur le miroir. Sur le fil en lien ci-dessus il y a la proposition d'un protocole pour faire le goto normal sur un objet et monter le filtre après.!!! NE FAITES JAMAIS CA. LE FILTRE VA VOUS ÉCHAPPER ET TOMBER SUR LE MIROIR 🤔🤔🤔 reflechissez bien.

    La suggestion serait de prévoir une roue à filtre avec un filtre passe-tout de la même qualité de verre (et même épaisseur) et le filtre en question et une fonction logicielle prévu pour... Sinon le téléscope va tomber en échec sur la lumière amplifiée.

    Je ne jette pas l'éponge complètement mais il faut trouver un filtre utile qui coupe pas trop la lumière...... Je doute finalement de la possibilité et de l'utilité de l'exercice

     

    • Thanks 2