Stéphane nous offre une nouvelle mosaïque lunaire impressionnante de détails, cette fois-ci de la région de Mare Humorum (Mer des Humeurs), dans le sud-ouest de la face visible de la Lune. L’image s’étend du grand cratère Gassendi, à l’ouest, jusqu’à Mare Cognitum (Mer de la Connaissance) et le cratère Kuiper, au nord-est, jusqu’aux larges rainures concentriques d’Hippalus et jusqu’aux contreforts du cratère Bullialdus, à l’est, jusqu’aux cratères Campanus, Mercator et Capuanus au sud-est. Dans la partie sud-ouest (inférieure gauche) de l’image, le rendu des cratères Doppelmayer, à moitié rempli de lave, et Puiseux (presque totalement rempli de lave) est spectaculaire, tout comme sont spectaculaires, sur la gauche de l’image, le réseau de fines rainures et le massif montagneux central qui caractérisent le cratère Gassendi.

Stéphane a réalisé cette mosaïque à partir de séquences vidéo faites à la Montagne de Lure dans la nuit du 15 au 16 février 2019. Il a utilisé sa caméra vidéo monochrome ZWO ASI 1600 MM, placée au foyer du télescope C14 de la SAML installé dans la coupole de l’observatoire. L’image résulte de l’assemblage de 4 tesselles.

Pour le traitement d’images, Stéphane a utilisé les logiciels Autostakkert (compositage des clichés issus des vidéos), Lynkeos (pour le traitement des clichés composités) et son propre logiciel ImagiX (assemblage des tesselles de la mosaïque et recadrage, réglage de la luminosité et du contraste).




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant ici ou sur l’image elle-même.





 

  LEVER DE SOLEIL SUR LE GRAND CRATÈRE LUNAIRE GASSENDI



Profitant de conditions météo enfin favorables, sans vent et sans nuages, dans un mois de mai marqué jusque là par une grande instabilité météorologique et très peu de belles nuits claires et calmes,
Stéphane a pu photographier Jupiter dans la nuit du 22 au 23 mai à la Montagne de Lure.

Depuis la coupole de notre Observatoire Marc Bianchi, utilisant sa caméra vidéo couleurs ZWO ASI 174 MC et le télescope C14 dont il avait augmenté la focale pour la porter à près de 15 mètres, il a pu réaliser, vers 3 heures du matin, une séquence vidéo de 90 secondes constituée de plus de 8000 clichés. La photo ci-dessous a été produite à partir des meilleurs clichés de cette vidéo.


Elle nous montre la Grande Tache Rouge (GTR) dans tous ses états, cet énorme anticyclone présentant une «fuite» vers l’est de son enveloppe et semblant ainsi fragilisé comme jamais depuis qu’il est observé c’est-à-dire depuis un peu plus de 4 siècles.








Jupiter se trouvait à ce moment-là à environ 650 millions de km de la Terre, dans la constellation d’Ophiuchus.


 

  JUPITER ET SA GRANDE TACHE ROUGE



Cette année à nouveau, le jeudi de l’Ascension 30 mai 2019, la SAML a participé à la Foire paysanne de La Brillanne.



Suzy, Dominique, Michel, Pierre et Alain ont tenu le stand de la SAML, qui a reçu la visite, entre autres nombreux visiteurs et membres de la SAML, du maire de Saint-Étienne-les-Orgues M. Khaled Benferhat.



Le public a été nombreux et beaucoup d’enfants, notamment, ont voulu jeter un coup d’œil au Soleil qui ne présentait hélas aucune tache en lumière blanche. Heureusement, quelques jolies — mais discrètes — protubérances étaient visibles dans la chromosphère (en lumière H-alpha).


 

  FOIRE PAYSANNE DE LA BRILLANNE



Durant la belle nuit calme du 30 au 31 mai 2019, Gino Ciligot-Travain a réalisé une nouvelle photographie d’une nébuleuse planétaire. Il s’agit cette fois de la petite NGC 6058, située dans la constellation d’Hercule.

Depuis son site habituel de l’observatoire Sirene, sur le Plateau d’Albion, il a utilisé son télescope Celestron C11 Edge, installé sur sa monture Astro-Physics Mach1, et sa caméra CCD couleurs SBIG ST-4000XCM.

L’image résulte du compositage de 12 expositions de 5 minutes chacune, soit exactement une heure de pose au total.


 

  NGC 6058



Profitant lui aussi de la belle nuit calme du 30 au 31 mai 2019,
Stéphane a réalisé, depuis la Montagne de Lure, une image extrêmement fine du célèbre amas globulaire Messier 13 (M13) situé dans la constellation d’Hercule.

Installé dans la coupole de l’Observatoire Marc Bianchi, Stéphane a utilisé le télescope C14 de la SAML ainsi que sa caméra CCD SBIG STT-3200 personnelle équipée d’une roue à filtres colorés et d’un système d’autoguidage optique SBIG AO-8.

L’analyse des clichés bruts a confirmé la finesse d’image atteinte, en faisant apparaître une valeur «record» de mesure de la largeur à mi-hauteur du profil stellaire (FWHM), égale à très exactement 1,00 seconde d’arc sur les meilleures images brutes en luminance (pour un temps d’exposition de 2 minutes).

L’image finale ci-dessous résulte du compositage de 30 clichés de 2 minutes en luminance et de 15 clichés en chrominance (rouge, vert et bleu) totalisant 80 minutes de pose en chrominance.



Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant ici ou sur l’image elle-même.

 

  M13



La coupole de notre Observatoire Marc Bianchi ne tourne plus très rond : rien de grave, mais il faut quand même la recentrer
 car parfois elle patine.

Une première phase de mesures a eu lieu samedi 29 juin : pour environ 150 positions angulaires de la coupole, 5 membres du bureau de la SAML (Patrick, Philippe, Alain, Stéphane et Pierre) ont mesuré d’une part l’écartement radial entre le mur et la jupe de la coupole, d’autre part la hauteur de la jupe au-dessus du niveau «plancher» de la coupole. Les mesures acquises apparaissent cohérentes et vont permettre de préparer le chantier de repositionnement précis de la coupole sur ses rails.


 



 

  COUPOLE DE L’OBSERVATOIRE



Le samedi soir 22 juin 2019, la SAML a accueilli avec grand plaisir 23 participants à sa soirée publique d’observation, y compris le groupe «Astr’Eau» du comité d’entreprise du Canal de Provence, en plus d’une douzaine de membres de l’association.
  

La météo, au départ incertaine, s’est révélée finalement favorable et les observations ont pu avoir lieu dans de bonnes conditions, à la fois depuis l’intérieur et à l’extérieur de la coupole de l’observatoire.

À l’occasion de cette soirée, qui a permis d’observer les planètes Jupiter et Saturne en plus d’un grand nombre d’objets du ciel profond, Philippe a réussi à obtenir — malgré une turbulence assez marquée compte tenu de leur basse hauteur au-dessus de l’horizon — les très belles images ci-dessous des deux planètes gazeuses géantes.


  

 

  SOIRÉE PUBLIQUE DU 22 JUIN



Comme chaque année en juillet, la commune de Saint-Martin-les-Eaux a organisé vendredi 5 juillet 2019 une soirée d’observation du ciel animée par la SAML.

Dès la tombée de la nuit et jusqu’à une heure du matin, ce sont une petite trentaine de personnes enthousiastes à qui Abel,
Alain, Patrick, Philippe et Pierre ont pu montrer un fin croissant de Lune, un très beau transit de la Grande Tache Rouge de Jupiter, les anneaux de Saturne, ainsi que de nombreux objets du ciel profond.



 

  SAINT-MARTIN-LES-EAUX