Le passe sanitaire a été rendu obligatoire dès le 21 juillet 2021 au titre des « événements impliquant de grands rassemblements de personnes pour des activités de loisirs », dès lors que ces rassemblements réunissaient au moins 50 personnes. L'entrée en vigueur d'une nouvelle loi, le 9 août 2021, a étendu l’obligation du passe sanitaire pour les personnes majeures lors de tout rassemblement de personnes, y compris de moins de 50 personnes (
https://www.gouvernement.fr/pass-sanitaire-toutes-les-reponses-a-vos-questions).

Cette extension des contraintes sanitaires légales s’impose à l’ensemble des activités publiques de la SAML. Le passe sanitaire est exigé et doit être vérifié pour tous les participants majeurs, conformément à la loi.

Dans la pratique : chaque participant ne doit pas nécessairement être vacciné mais il doit présenter une attestation parmi les trois suivantes :

  1. Puceune attestation de vaccination complète ;

  2. Puceou bien le résultat d'un test (soit un test PCR soit un test antigénique, ce dernier pouvant être un autotest réalisé sous la supervision d’un personnel de santé), négatif et datant de moins de 72 heures ;

  3. Puceou bien un test PCR positif d'au moins 11 jours et de moins de 6 mois, attestant du rétablissement après avoir été malade du virus de la pandémie COVID-19.

Le passe sanitaire est vérifié, à l'entrée du lieu du rassemblement, en scannant le QR code présenté par le participant sur un document papier ou sur un support numérique (smartphone, typiquement).



 

  PASSE SANITAIRE



Messier 25 est un très bel amas ouvert du ciel d’été, situé dans la riche constellation du Sagittaire. Il compte au moins 86 étoiles, qui trônent sur un fond stellaire particulièrement dense et parsemé de nébuleuses obscures. L'image a été prise par
Philippe depuis sa résidence d'été dans le Périgord, les 28 et 30 juillet 2021. Elle est issue du compositage de 26 poses de chacune 5 minutes, à 800 ISO avec son boîtier photo EOS 760D placé au foyer de sa lunette WO98FLT.



Cette image est accessible en plus haute définition sur le site Internet personnel de Philippe.


 

  M25



Abell 72, alias PK 059+18.1, est une nébuleuse planétaire située dans la petite constellation d'été du Dauphin. C'est un objet faible, émettant surtout en OIII (d'où une couleur bleue marquée, avec les filtres colorés utilisés), illuminé par une étoile centrale bien visible en photo. De nombreux détails de structure sont visibles : on peut noter, juste à gauche de la nébuleuse, la bien plus lointaine galaxie PGC 65491, à l'aspect tourmenté, avec au moins deux voisines. En bas de l'image, PGC 1434890 montre aussi d'intéressants détails.

Cette image a été prise par Philippe depuis son lieu de vacances estivales dans le Périgord, le 10 août 2021, avec son télescope Celestron C9.25 Edge HD et son habituelle caméra CCD SBIG ST10. La nuit était de transparence moyenne, avec quelques passages de nuages, mais relativement stable pour ce site (FWHM de 2,3"). L'image résulte du compositage de 111 minutes en luminance et 128 minutes au travers de filtres rouge, vert et bleu.




Cette image est accessible en plus haute définition sur le site Internet personnel de Philippe.

 

  ABELL 72



Plus célèbres que celles de Montmirail, tout au moins chez les astronomes amateurs, les Dentelles du Cygne sont très observées et très photographiées, notamment sous nos latitudes où elles passent au zénith l’été en étant visibles durant toute la nuit.

Durant cet été 2021, elles ont notamment été photographiées par deux de nos membres astrophotographes, Pierre et Marc (Khatchadourian).

Pierre les a photographiées avec sa lunette TS Optic 115/800 (avec aplanisseur de champ), installée sur sa monture EQ6, et son boîtier Canon RP défiltré. Il a procédé en deux parties, en deux lieux et en deux temps : tout d’abord à Lure, à proximité immédiate de l’Observatoire Marc Bianchi, dans la nuit du 4 au 5 septembre 2021, pour la partie « droite » (Triangle de Pickering et NGC 6960 autour de l’étoile 52 Cyg), puis depuis un endroit isolé de Reillanne, à environ 750 mètres d’altitude une semaine plus tard, dans la nuit du 11 au 12 septembre 2021, pour la partie « gauche » (NGC 6992). Dans les deux cas, le nord se trouve schématiquement vers la gauche.





Chacune de ces deux images est accessible en plus haute définition en cliquant sur l’image elle-même.


Marc a photographié les Dentelles du Cygne dans la nuit du 29 au 30 août à la Montagne de Lure, à proximité de l’Obervatoire Marc Bianchi, avec un rendu colorimétrique plus conventionnel et selon un cadrage plus habituel, rassemblant les 3 composantes dans une orientation classique (nord schématiquement vers le haut, faisant apparaître à gauche NGC 6992, au centre le Triangle de Pickering NGC 6974 et à droite NGC 6960).

Marc a utilisé sa lunette Takahashi FC 100 DF, équipée de son réducteur de focale (F/D= 4,9), et son boîtier photo Canon EOS 6D défiltré à la sensibilité de 3200 ISO. L’image résulte du compositage de seulement 16 poses de 3 minutes chacune.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant sur l’image elle-même.

 

  DENTELLES DU CYGNE



Né en Flandre en 1580, Godefroy Wendelin était un astronome contemporain de Galilée, Fabri de Peiresc, Gassendi et Huygens. Il s'installa en Provence de 1598 à 1612 et réalisa des observations météorologiques et astronomiques à la Montagne de Lure, dont il fut le premier savant à constater la qualité de site exceptionnelle pour la pratique de l'observation astronomique. Une stèle à sa mémoire a été érigée à environ 1 km au nord-nord-est de notre observatoire.

Un cratère a été attribué à Godefroy Wendelin sur la Lune, dans l'extrême sud-est de sa face visible. Le nom donné au cratère est Vendelinus, qui est le nom latinisé de Wendelin. Il s'agit en fait d'une grande plaine murée, d'un diamètre d'environ 150 km, située à peu près à mi-chemin entre le grand cratère Langrenus, au nord, et l'étonnant grand cratère Petavius, plus au sud, remarquable autant pour sa large et profonde rainure (Rima Petavius) que pour ses multiples pics montagneux centraux. Nous voyons la grande plaine murée Vendelinus toujours « de biais », de par sa proximité avec le bord de la face visible de la Lune. Elle est visible dans les meilleures conditions environ 2 jours après la pleine Lune, chaque automne.


La région lunaire Vendelinus est celle que l'on peut naturellement associer à la Montagne de Lure. C'est sans doute pourquoi
Stéphane s'était mis en devoir, il y a déjà de nombreuses années, de la photographier. Il a récidivé dans la nuit du 22 au 23 septembre 2021, depuis la coupole de l'Observatoire Marc Bianchi, en photographiant cette grande plaine murée Vendelinus au petit matin, vers 3 heures, au moyen du télescope C14 de la coupole, dont il avait porté la focale à 9,6 mètres, et de sa caméra vidéo monochrome ZWO ASI 1600 MM. L'image résulte du compositage des 400 meilleurs clichés bruts parmi 3000 pris pendant une séquence d’environ 3 minutes (à la cadence d'un peu plus de 16 images par seconde). Le nord se trouve vers le haut.




Cette image est accessible en plus haute définition en cliquant sur l’image elle-même.

 

  VENDELINUS