Search the Community

Showing results for tags 'CROA'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Astronomy
    • General Astronomy
    • Practical astronomy
    • Visual observation
    • Astrophotography
    • Spectroscopy and photometry
    • Solar Astronomy
    • The Beginners Forum
    • Meetings-Events
    • Pro-Am Cooperations
    • New products
    • Seen on the net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • All about Astrosurf forums
    • Tests
    • Beta tests
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Informations du groupe
  • Le Sony A7s pour tous !'s Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Petites annonces
  • Astronomie Région Centre's Forum
  • Un réfracteur français's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Technique de traitements
  • eVscope Unistellar's Forum EvScope Unistellar
  • eVscope Unistellar's RESSOURCES sur l'eVscope (index alphabétique)
  • Le coin Astro-Physics's Forum Astro-Physics
  • Fuji X's Forum Fuji X

Categories

  • Images processing
  • Ephemerids and Skycharts
  • Simulation and calculation in optics

Categories

  • Sales
  • Purchases
  • Services
  • Reporting

Categories

  • Astrophotography
  • Equipments
  • Techniques d'observation
  • Refractors
  • Reflectors
  • Observation
  • Image processing

Categories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada
  • Jordany

Categories

  • Axilone Books
  • Astrosurf-Magazine

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.

Calendars

  • Astronomical Calendar
  • Meetings and events
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Évènements
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Évènements
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Évènements
  • Astronomie Région Centre's Évènements

Found 187 results

  1. Dans le virage du fond du parking. Nuit du 4 au 5 août 2019 Dobson 508/1920 10 dessins : 8921 à 8930. Plein de public venu pour la nuit des étoiles se tient au sud dont des gamins turbulents que les parents inconscients laissent courir autour des télescopes. Cela engendre pas mal de lampes blanches gênantes, des astronomes qui râlent du coup au sud du virage, et un sacré brouhaha, le calme de la nuit ne reviendra que dans une heure. L'ouest du ciel est voilé, je vise au plus loin de cette menace, bas vers l'est une galaxie de Cassiopée car ces nuages arrivent assez vite. J'ai chaud avec mon manteau. Observation 8921 : NGC185. Cette galaxie naine du Groupe Local est considérablement faible et diffuse à 201x. Les voiles arrivent sur ma cible à 23h06. Le ciel est maintenant tout voilé. J'attends en m'assoupissant dans l'auto. Beaucoup de gens ont remballé et le public est parti faute de ciel. Le ciel se redégage à 1h du matin. Je reprends les observations avec une nébuleuse planétaire d'Hercule. Observation 8922 : NGC6058. 402x, 631x, 85x. La nébuleuse qui répond bien au filtre Oxygène 3 est une étoile très floue assez faible à 85x. L'étoile centrale est considérablement faible à 402x. La nébuleuse est trop sombre à 631x, et l'usage du filtre HBêta l'éteint totalement, ce qui permet de confirmer la présence de l'étoile centrale qui seule ressort. Deux portions d'anneau symétriques se distinguent en vision décalée VI2 à 3. Je pars pas très loin observer quelques galaxies d'Hercule sur la même carte de l'Uranométria. Observation 8923 : UGC10200. Cette galaxie condensée assez faible à considérablement faible est vue à 85x et accompagnée à 201x de LEDA57100 très faible à VI1. A 2h, Bruno T. est revenu imager sur la butte à l'est. Observation 8924 : NGC6155. Cette galaxie considérablement faible à 85x montre comme une barre centrale à 276x, râtée à 201x. Observation 8925 : NGC6239. 201x, 276x. Considérablement faible à 85x comme la précédente, elle révèle de la structure, sous forme d'une barre grumeleuse s'infléchissant à l'ouest. A 2h40, une moto particulièrement bruyante repart de l'entrée du parking, je l'entendrai pétarader dans la montagne plusieurs minutes. Je peux enfin voir une nébuleuse diffuse du Cygne, la X Nebula, autre objet mythique qui me semblait alors hors de portée à l'époque du magazine Ciel Extrême, comme l'était Shakbazian 16 finalement vu aux NAT 2016. Observation 8926 : Simeis 57. Dénommée aussi la X Nebula. A 85x j'y verrais plutôt un lambda. La nébuleuse n'est pas sûre sans filtre. Le filtre Oxygène 3 montre quelques traces. C'est le filtre HBêta qui la dévoile vraiment. Alors la partie facile est vue VI1 (100% du temps mais qu'en vision indirecte) et 2 autres branches sont vues VI3. La zone où s'effectue la jonction de ces branches est difficile à détailler. Cet objet atypique est aussi dans les fiches de Michel Nicole. Après cette revanche sur l'histoire, je dirige le T508 vers des galaxies du Verseau. Observation 8927 : NGC7665. 85x, 201x, 276x. Elle reste faible et petite à 85x, mais à plus forts grossissements je remarque ses bords nets et une étoile dedans excentrée en VI4 (25% du temps en vision indirecte). Comme les dernières nuits, j'entends le troupeau de moutons sur l'Aup. Observation 8928 : NGC7721. 85x, 201x. A 85x je vois déjà son allongement, elle est considérablement faible à faible. Elle est déjà sombre à 201x. Quelques détails durs apparaissent sous forme de glimpses VI4 à 5 (10 à 25% du temps en vision décalée). Des voiles éparses au nord-ouest deviennent gênants, dégradant la transparence. Je tente une galaxie Arp dans le Verseau bien que les voiles passent dessus par moments. Observation 8929 : NGC7727 ou encore Arp 222. 138x, 201x, 276x. Hormis son centre assez brillant à assez faible, le reste est faible et les détails sont incertains, les nuages n'aidant pas. Retour de nuages éparses s'avancent par l'ouest. Je m'obstine en observant une autre galaxie dans le voisinage et dans les voiles. Observation 8930 : NGC7724. 201x. Son observation est alternative : très faible quand vue hors des voiles, sinon fantômatique à invisible. A 5h, je capitule, ça devient trop pourri dans l'aube avec ces voiles contrariants. De nombreux météores et satellites artificiels sont passés dans le champ de mes oculaires cette nuit.
  2. Dans le virage du fond du parking. Nuit du 3 au 4 août 2019 Dobson 508/1920 12 dessins : 8909 à 8920. Je commence par un peu d'animation pour le public de la Nuit des Etoiles. Puis j'observe M54, un amas globulaire un peu délaissé du Sagittaire mais un arbre sur son parcours au sud-est contrecarre mes plans. Du coup je bascule sur un autre amas globulaire plus haut que cet arbre dans cette constellation, et rebascule sur M54 pour finir son dessin. Observation 8909 : Palomar 8. 85x, 201x, 276x. Ce doit être l'un des plus faciles Palomar avec NGC6717. Je le vois de suite à 85x, considérablement faible, et à 201x j'ai la bonne surprise de le résoudre en étoiles faibles à perceptibles malgré la turbulence pas favorable de 4 à 5 sur 5. Ce n'est certes pas courant de résoudre un globulaire Palomar! C'est le second pour ma part avec NGC6717, tous deux seulement avec ce télescope. Observation 8910 : M54. 85x, 201x, 276x. Au chercheur c'est une petite tache floue considérablement faible. Changement d'échelle avec le Nagler 26 à 85x, il devient brillant et bleuté, et en poussant le grossissement je constate un début de résolution limité par la forte turbulence de 5 sur 5. Son centre est très marqué. C'est amusant, le Palomar précédent bien plus faible était bien mieux résolu, il ne faut pas négliger l'indice de concentration des amas globulaires pour espérer les résoudre! La turbulence est pourrie si bas aujourd'hui(4 à 5 sur 5 échelle Ciel Extrême). J'aperçois des cirrus au nord sous la Grande Ourse. Qu'ils y restent! Je change de coin de ciel et de type d'objet pour m'offrir quelques pépites avec des galaxies du Bouvier. Observation 8911 : NGC5660. 201x, 276x. La galaxie considérablement faible dévoile ses spires à 201x, mieux qu'à 276x qui atténue trop. Le bras Est se voit VI1 à 2 (entre 75% et 100% du temps en vision indirecte). Le bras Ouest est VI1 avec une condensation plus marquée. Le noyau est faible à très faible. Une bien belle surprise. Des chiens aboient dans la montagne de l'Aup au sud, ceux du berger actuellement en pâturage là-bas? Observation 8912 : NGC5676. 201x, 276x. Assez brillante et bleutée à 85x, c'est un autre digne représentant des incurvées! Son bras Est est marqué et vu VI1 tandis qu'à l'opposé le bras Ouest est indistinct. Malik qui se gelait hier a trouvé de quoi se réchauffer, un plaid léopard! Il a profité de l'obscurité complice de sa dernière nuit ici pour s'en couvrir, craignant peut-être des photos diurnes compromettantes. Observation 8913 : NGC5673. 85x, 201x. Je la vois faible à très faible à 85x, très allongée. Dans celle-là, c'est de la nodosité en pagaille! Ce que je craignais arrive à 2h, les voiles du nord débordent sur ma zone d'observation, à savoir le Bouvier et la Grande Ourse. Observation 8914 : NGC5794 à 5805. 201x. Ce quatuor est constitué de galaxies condensées, NGC5794 assez faible, NGC5797 et NGC5804 assez brillantes, NGC5805 très faible. Les voiles contrarient leur observation. Observation 8915 : NGC5820/21. 201x, 276x. NGC5820 assez brillante est escortée de la très faible NGC5821 dont le centre apparaît en vision décalée. A 2h40, Bruno T., compagnon du dernier voyage chilien, bâche sa lunette astrophoto TS130. Il s'était positionné sur le haut du talus à l'emplacement laissé libre par le départ de Jean-Pierre B. Je rebascule de l'autre côté du ciel pour dessiner des nébuleuses planétaires de Cassiopée. Observation 8916 : IC1747. 85x, 631x. L'idée de cette cible m'a encore été soufflée par les fiches de Michel Nicole, une vraie mine d'or. Elle ressemble à une étoile floue plutôt brillante à 85x. Je saute directement à 631x malgré la turbulence de 4 sur 5 pour attraper assez facilement son anneau sans filtre OIII. La nébuleuse répond bien à ce dernier. C'est marrant, il y a comme un effet de scintillation de l'anneau. Le filtre OIII accentue l'anneau. Je n'ai pas confirmé de couleur. La nébuleuse est presque invisible au filtre HBêta. Observation 8917 : PK136+4.1. 85x. Avec celle-là, on change de registre parmi les nébuleuses planétaires. Je ne vois rien sans filtre ou avec le HBêta. Je peux dire qu'elle répond bien au filtre OIII, mais elle reste dure, à la limite VI5 de la vision décalée, le fond de ciel est alors plus clair à l'emplacement de la nébuleuse. J'ai dessiné le champ stellaire avec le filtre OIII sauf pour ce qui est de leur couleur. Je sens la fatigue passer à 3h50. Je dessine une nébuleuse diffuse dans Cassiopée. Observation 8918 : VdB 8. Van den Bergh 8. A 138x, elle est très faible, et sa forme dissymétrique en boomerang est dévoilée en vision indirecte, écartant tout risque de confusion avec un halo stellaire (par ailleurs peu probable avec cette optique à moins de buée). Le tintement des cloches du troupeau de moutons sur l'Aup perce la nuit à 4h. Je m'attelle au dessin d'un amas ouvert de Cassiopée, mais le genre faible. Observation 8919 : IC166. Vu dès 85x, il est partiellement résolu à 201x en étoiles faibles à perceptibles. Je termine par la comète Africano C/2018 W2 dans la Girafe. Observation 8920 : comète Africano. 138x et 201x. Je la repère à 85x. Elle est très diffuse et faible. Je note sa position à 4h49. Elle s'efface dans l'aube sans avoir bougé par rapport aux étoiles pendant le dessin. Ca y est, j'ai vu les 3 comètes prévues dans mon programme pour ces vacances! A 5h, je range les affaires et bâche le Dobson, le ciel est trop clair et je suis bien fatigué. Encore une nuit jusqu'au-boutiste!
  3. Elles sont belles, elles sont grosses, elles sont lourdes, elles sont (très) solides et que je sache, elles sont rares... Mais leur qualité première, désormais ? Elles sont miennes ! J'ai acquis cet engin lors d'une "star-party", le WE dernier dans la province de Nagano. Il s'agit donc de la dernière version - la première date de la seconde guerre mondiale - des 20x120 de Nippon Kogaku, "Étude de la lumière au Japon", alias Nikon dont le nom est apparemment un condensé. Pourquoi ai-je opté pour cet instrument ? Sur le papier, ce n'est pas un choix raisonnable : elles sont chères, à visée droite, pèsent 16 ou 17 kg (ma balance n'est pas sûre), présentent une pupille de sortie de 6mm, n'ont pas d'oculaires interchangeables, n'acceptent pas de filtres. Histoire d'enfoncer le clou, j'ajoute que le ciel de mon jardin est médiocre en été et passable en hiver... Pour répondre, dans l'ordre : - Je les ai testées sur place, en mode diurne uniquement. La qualité de l'image délivrée - belle résolution, belle transparence, pas de courbure de champs, pas de liseré coloré sur les forts contrastes, faible dégradation centre-bord - m'a agréablement surpris. Je me suis souvenu des images que me donnaient les Vixen 30x125, celles que j'obtiens avec mes 20x80... aucun doute, c'est de la belle optique. - Le prix : on trouve ces jumelles sur Ebay Japan et sur Amazon US (d'occasion), aux alentours de 6500 dollars. Je les ai négociées, au final, pour 2.200 euros. Ca tombe bien, je ne pouvais pas dépenser un centime de plus sans me mettre dans le rouge ! - La visée droite : ça ne m'a jamais vraiment gêné avec les 20x80. Mais là, c'est différent ! J'ai donc entrepris la construction d'un support à balancier qui me permettra d'observer par en-dessous, sur un siège inclinable ou une chaise longue. Il me reste des poutres de charpente de mes appentis de l'an dernier, même pas besoin d'acheter du bois ! - La pupille de sortie de 6mm : il se trouve que j'ai mesuré les miennes l'hiver dernier, avec 6,1mm des deux cotés. J'ai de la veine, c'est beaucoup à mon âge. J'ai aussi pensé à mon fils (6 ans) qui commence à reluquer dans mes instruments... - L'absence d'oculaires interchangeables : c'est un vrai "moins", un tel diamètre et de bonnes optiques auraient supporté sans soucis des grossissements variés. Ceci dit, j'ai toujours considéré les jumelles comme des instruments dédiés aux grands champs : pour les grossissements importants en mode binoculaire, il y a les têtes binos. Et puis, le bon coté d'avoir des oculaires fixes (et bons), c'est qu'on n'a pas à prévoir un budget en sus, sachant que les très grosses binos sont toujours chères ! - L'absence de filtres : là aussi, c'est dommage. Comme je possède les filtres interférentiels "nébuleuses" pour jumelles de chez Fujinon (prévus pour les 30x150 de la marque), je vais voir si leur adaptation est possible. Ce devrait être assez simple, je l'ai déjà fait avec mes 20x80, il suffit juste d'avoir un bon relief d’œil (20mm sur les Nikon) et des œilletons amovibles (c'est le cas). - Le ciel médiocre ou moyen : Bah c'est vrai quel que soit l'instrument, donc on fait avec ! Ca m'incitera à sortir Et quand on regarde dedans, ça donne quoi ? Je vous épargne la vision en mode diurne, ce n'est pas le genre de jumelles qu'on emporte pour mater les oiseaux le WE ! On va se contenter du mode nocturne : Je suis sorti cette nuit, dans mon jardin, avec les Nikon sur un trépied bricolé vite fait (tant pis pour la planche à pain, je n'avais pas de bois assez épais sous la main) et, pour comparer, mes Vixen 20x80. Comme les deux instruments présentent le même grossissement, je souhaitais constater "de visu" les bénéfices éventuels du diamètre supérieur (entre autres critères). Mon support à balancier n'étant pas fait, j'ai du me limiter aux objets situés à, disons, 50° d'élévation : exit Andromède, les Pléiades et le double amas ! J'ai d'abord visé Orion. La constellation, au sud-est, trônait en plein dans le halo de la pollution lumineuse tokyoïte : je savais d'avance que le résultat serait misérable. Les Nikon pourraient-elles pourtant m'en donner plus ? Dans les Vixen, assez confortables (16mm de relief d’œil), la nébuleuse est blafarde mais bien présente. Sa forme en oiseau est reconnaissable, l'extension sud perçue en vision indirecte. Le Trapèze est un pâté informe, il ressemble à une étoile double asymétrique et non séparée. Je l'ai toujours vu comme ça aux jumelles, je ne m'en formalise pas (d'autant que je suis un peu astigmate). Sur la nébuleuse, je vois deux étoiles en surimpression (vision indirecte) : une sûre, l'autre devinée. Je passe aux Nikon. Elles ont moins de champs apparent (60°), le fond de ciel remonte (normal) mais surtout, je remarque immédiatement deux choses : les étoiles sont plus fines, et elles sont en couleur ! Ca, je ne m'y attendais pas ! Du coup, le trapèze montre quatre étoiles séparées, j'en compte quatre de plus dans la nébuleuse, dont deux en vision directe. La nébuleuse elle-même est un peu plus festonnée que dans les Vixen, mais le fond de ciel dégueulasse tue le débat : à refaire en montagne ! Séduit par ma première impression, je vise la Rosette : aucune chance de voir du gaz avec la pollution locale, c'est l'amas ouvert associé qui m'intéresse... Aux Vixen, ledit amas est bien là. Les étoiles faibles sont à peu près ponctuelles, mais les brillantes m'apparaissent désormais empâtées. Elles se dégradent en hirondelles (coma ?) à mi-chemin du centre vers le bord, c'est trop tôt pour être négligeable, on perçoit très bien cette aberration qui devient "gore" quand on s'éloigne davantage de l'axe optique. La courbure de champs n'arrange rien : centre net ou bord potable, il faut choisir ! En observant un certain temps, les nuances colorées des étoiles se précisent mais demeurent limitées à quelques astres. Retour aux Nikon. La première impression se confirme et se renforce, je commence à "prendre le coup" : il y a nettement plus d'étoiles et surtout, elles présentent des nuances de couleurs incomparablement plus marquées ! Ca, c'est super agréable, vraiment une belle surprise en terme d'agrément visuel : désormais, je ne regarderai plus les étoiles comme un simple élément de décors pointilliste en arrière-plan des nébuleuses visées, elle seront des sujets à part entière ! Je n'ai pas d'explication à ce bonus inattendu : une meilleure transmission des couleurs elles-mêmes ? Le simple fait d'avoir plus de lumière par étoile, entre le bénéfice apporté par le diamètre, l'absence de fausses couleurs et la meilleure résolution de l'instrument ? J'imagine que c'est un combo des trois. Coté dégradation centre-bord, Nikon fait bien mieux que Vixen : on ne remarque rien jusqu'aux deux tiers de la distance à l'axe optique, puis les étoiles s'empâtent mais demeurent correctes jusqu'à la limite du champs apparent. On peut profiter des 60° sans problème, d'autant qu'il n'y a aucune courbure de champs. Quand c'est net au centre, c'est net au bord. A la décharge des Vixen, elles ont 70° de champs apparent à corriger, 10° de plus que leur monstrueux challenger. Enthousiasmé par le spectacle offert grâce aux étoiles (j'insiste, c'était tellement inattendu ), je pars me promener dans la voix lactée faiblarde, au nord-ouest de Cassiopée : même sous mon ciel quelconque, c'est un enchantement. Les étoiles carbonées me sautent au visage, tandis que les autres présentent des nuances de bleu, de blanc, de jaune et d'orangé (pas de vert, tiens pourquoi ?) que les Vixen ne me proposent pas. Sur ces dernières, je dois vraiment me concentrer pour commencer à deviner les couleurs : seules les géantes rouges sont évidentes. Dans les Nikon, toutes les étoiles moyennes et lumineuses sont nuancées ! Purée, je n'ai pas fini d'en profiter ! Après deux bonnes heures passées dehors, la fatigue gagne et je décide d'en rester là. Inutile d'écrire que j'ai hâte de remettre ça et de construire mon support spécial ! Dans trois semaines, je participe à un rassemblement dédié aux grosses binos, en montagne, pas très loin du mont Fuji : en espérant qu'on ne se prendra pas le 22ème typhon de l'année dans les dents, c'est pas le moment de chômer ! J'ignore quel(s) type(s) de verres sont utilisés dans ces jumelles ; sur leur site, Nikon indique simplement l'emploi de "verres spéciaux", sans autre précision. Il est également indiqué qu'on peut adjoindre des filtres polarisants en option : ah, intéressant ! Il faut que je creuse la question, il y a peut-être un filetage de prévu quelque part... Voilà (PS : je m'aperçois que je n'ai pas parlé du parallélisme. C'est parce qu'il n'y a rien à dire : les deux images fusionnent parfaitement. Aucun soucis, après deux bonnes heures d'observation)
  4. Bonjour, Je voulais partager avec vous ces photos prises à St Veran (AstroQueyras), lors de deux dernières campagnes, avec à chaque fois l'un des T500 f/8 Astrosib. Ce sont des nébuleuses assez exotiques associées à des étoiles jeunes n'ayant pas encore atteint la séquence principale. Tout d'abord, voici V633_CAS, dans Cassiopée : Un peu de bruit dans cette image ; les conditions étaient moyennes et j'ai manqué un peu de poses à cette ouverture. L'objet d’intérêt est bien sûr en haut à gauche. - Astrosib RC 500 f/8 - Filtres Astrodon LRGB - CMOS ASI 1600 (-20°C). - L : 50x120s bin2 - RGB : 3x8x120s bin2 Et voici un champs très sympa dans le Cygne avec plusieurs objets remarquables, dont V1982 et V1331 : - Astrosib RC 500 f/8 - Filtres Astrodon LRGB - CCD SBIG STX-16803 (-20°C). - L : 27x300s + 19x300s (mosaic) bin1 - RGB en bin2 V1331 a fait l'objet d'une image par Hubble : https://www.spacetelescope.org/images/potw1509a/ Image avec description : V1982 est en fait un objet complexe avec plusieurs étoiles jeune et une nébuleuse primordiale associée. Merci pour votre passage, Meilleurs photons Stef
  5. Dans le virage du fond du parking. Nuit du 1er au 2 août 2019 Dobson 508/1920 10 dessins : 8884 à 8893. Plein de public se masse au sud vers le télescope d'Aymeric. De nombreux passages de nuages orographiques vont perturber les observations de cette nuit. Je pointe un amas globulaire du Scorpion dès le crépuscule. Observation 8884 : M80. 85x, 201x. Ce dernier m'avait déçu la dernière fois que je l'avais regardé au Dobson 508, car la turbulence forte affectait sa résolution. Cette fois-ci elle est coopérative à 3 sur 5 à 201x. Brillant et bleuté ciel, il est bien résolu. L'amas est aussi vu au chercheur 9x50 comme une étoile floue assez faible. Pendant le premier passage nuageux, je rends visite à Jean-Bernard C., qui observe en compagnie de Malik et Jean-Baptiste de mon ancien club de Thorigny. Je reviens en vitesse finir le dessin de l'amas globulaire car il est à la limite de passer dans les arbres, j'aurai 5 minutes pour finir mon dessin. Maintenant, ce sont l'est et le nord du ciel qui sont couverts. Fichtre! Je vais observer une galaxie des Chiens de Chasse, encore assez levé à cette heure, car c'est la seule zone dégagée du ciel. Observation 8885 : NGC5093. A 201x, je note son centre considérablement faible et le pourtour très faible et diffus. A 23h40 ça se redégage ailleurs, je tente rapidement une galaxie du Cygne. Observation 8886 : NGC7013. 85x, 201x. Je la vois facilement à 85x et note une teinte bleutée. A 201x, assez brillante, elle est diffuse et montre des traces de spires, chouette! Dans le même coin, je galère à trouver des petites nébuleuses planétaires, ponctuelles dans des champs riches, car un peu dérangé par un cinéaste qui voulait filmer en caméra infrarouge ma description de ces objets pour un documentaire sur la pollution lumineuse. Ca plus les nuages, je n'y arrive pas. Il me laisse au bout de 10 minutes d'attente infructueuse. Je suis dépité par cette météo changeante au point d'aller dormir une heure dans la voiture. J'ai bien fait, au retour à 2h je suis remotivé et les nuages sont bien plus éparses. Allons nous mettre sous la dent quelques galaxies du Verseau. Observation 8887 : NGC7198. Celle-là est minuscule à 85x et demeure petite à 201x, faible et condensée. Observation 8888 : NGC7215. Je l'aperçois à 85x, faible, et remarque à 201x une sorte de barre non résolue dedans. Les nuages la recouvrent parfois pendant l'observation. L'aboiement de chevreuils au sud-est brise le silence de la nuit. A 3h le ciel s'améliore tout de bon. Aymeric qui était prêt à remballer se ravise du coup. Observation 8889 : NGC7189. Diffuse mais évidente à 85x, bien que faible, elle m'autorise à grossir 201x et même 402x pour séparer les condensations limites de sa barre centrale. Je poursuis mes observations avec une galaxie de Pégase. Observation 8890 : NGC7156. Elle est facile et considérablement faible à 85x. J'ai l'impression à 201x qu'elle est spirale, de la structure est vue à la limite (VI4 à 5). Le noyau flou est plus facile, vu 75% du temps en vision indirecte (VI2). Plus aucun nuage salit le ciel à 3h30. Enfin! Je retourne sur les galaxies du Verseau dont des objets du catalogue Arp. Observation 8891 : NGC7393. Aussi membre numéro 15 du catalogue Arp, elle est faible à 85x. Sa forme est difficile à appréhender, même à 201x et 276x, courbée et ramassée sur elle-même, et une extension longiligne se devine à la limite de la vision décalée (VI5). Observation 8892 : PGC69935/PGC70130/PGC1066529. J'ai pointé ce trio de galaxies PGC grâce à son appartenance au catalogue Arp sous le numéro 314. 2 galaxies sont vues dès 85x : PGC69935 considérablement faible à faible, dévoilant des nodosités VI3 à 5, et PGC70130 faible à très faible et très diffuse. La troisième PGC1066529 de magnitude 16 vue VI5 est incertaine, mais finalement placée au bon endroit comme confirmé par des photos consultées l'après-midi suivant. Observation 8893 : NGC7416. Vue à 201x, elle est considérablement faible dans l'aube. Je finis à l'aube avancée 5h en compagnie d'Aymeric encore levé, nous sommes les seuls dans ce cas par ici. Des éclairs d'orages lointains au Nord se manifestent pendant que je range le matériel, fatigué.
  6. Dans le virage du fond du parking. Nuit du 31 juillet au 1er août 2019 Dobson 508/1920 11 dessins : 8873 à 8883. Après une bonne sieste, je suis opérationnel à 23h15. Le ciel est plus dégagé des voiles que ce qu'annonçaient les prévisions météo, on ne va pas s'en plaindre. J'observe une nébuleuse planétaire d'Ophiucus pour entamer la nuit. Observation 8873 : PK10+18.2. 85x, 631x, 402x. L'idée de cette observation vient une fois de plus des fiches de Michel Nicole le québecois. Répondant bien au filtre O3, elle est bilobée dès 85x, justifiant son surnom de Nébuleuse du Papillon. Son étoile centrale est faible, la nébuleuse en partant est très faible. Elle est trop sombre à 631x. Le filtre O3 n'apporte aucun détail supplémentaire, je préfère la nébuleuse planétaire au naturel. Je regarde ensuite 2 galaxies de la même constellation. Observation 8874 : NGC6509. 85x, 201x. Vue à 85x, elle se révèle diffuse à 201x, faible, et montre son centre un peu plus visible en vision décalée. La seconde assez esthétique sera montrée à 3 personnes dont Didier L. Observation 8875 : UGC11093. 201x. Faible, elle est bien plus effilée en vision indirecte qu'au premier abord. Je pointe ensuite un amas globulaire du Sagittaire, un Messier en plus, que je montre à Aymeric. Observation 8876 : M75. 85x, 201x, 402x. Je l'aperçois dans le chercheur, très faible et ponctuel. A 85x c'est une autre histoire, il est brillant, condensé, bleuté. Son coeur est bien plus brillant que le reste, le pourtour reste considérablement faible. Il est partiellement résolu à 201x, et surtout 402x. En vision indirecte, le coeur fourmille d'étoiles à la limite de détection. La turbulence est assez forte à 402x, de 4 à 3 sur 5 sur l'échelle Ciel Extrême. Des voiles arrivent à 1h40. Je tente la nébuleuse planétaire NGC6210 dans Hercule à l'écart des voiles, afin de tenter d'y voir plus que lors de mon premier dessin au 508, mais elle est trop turbulente pour ce but. Je me rabats sur des galaxies de la même carte de champ histoire ne pas être venu pour rien. Observation 8877 : NGC6181. 85x, 201x, 276x. Facile à 85x, elle est considérablement faible à 276x et dévoile quelques nodosités VI4 à 5 donc à la limite de perception. J'entends les cloches du troupeau de moutons aperçu de jour sur l'Aup au sud de la station. Observation 8878 : NGC6168. Celle-là à peine soupçonnée à 85x me donne plus de fil à retordre, je la vois VI4 à 3 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et allongée à 201x. M33 fut cette nuit vue faible en vision directe à l'oeil nu, un bon niveau 2 sur l'échelle de Bortle donc. Voici la suite et fin du groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193, entamé aux Estivales de Webastro. Observation 8879 : NGC194 et 199. 201x. NGC194 est considérablement faible, et NGC199 faible à très faible. Un voile arrive dessus à 3h. Le temps d'un coup de barre, 10 minutes après les voiles sont partis de cette zone. Observation 8880 : NGC186. 201x. NGC186 me montre son noyau considérablement faible, le reste est allongé très faible à VI1. Observation 8881 : NGC193 et 204. 201x. Ce couple est similaire. NGC193 faible et diffuse est accompagnée de NGC204 faible à très faible et diffuse. Un peu de buée arrive à 3h30. J'ai besoin d'une vraie pause, d'où 25 minutes de sieste allongé sur le siège passager avant de la Dacia, incliné au max. Observation 8882 : NGC202/3. 201x. Je termine par cet autre couple ma visite au groupe de NGC193. NGC203 est faible à très faible et montre facilement son allongement, et NGC202 est faible. A 4h10 un peu de hoquet me transforme en grenouille, peut-être à cause d'une ingestion trop rapide de biscuits? J'en ai raison grâce à mes talents d'apnéiste, on n'est pas pour rien de la génération "Le Grand Bleu"! Je termine la nuit sur la comète ASASSN C/2018 N2 dans le Bélier. Jean-Bernard et Aymeric la regardent aussi. Observation 8883 : ASASSN C/2018 N2. 201x. Positionnée à 4h40, elle est très diffuse, considérablement faible, et son déplacement est perceptible en quelques minutes. J'estime sa magnitude à 14 à la louche. Je connais par contre un échec sur une autre comète, Panstarrs C/2017 T2 dans le Taureau car il fait trop jour. A refaire dès le lever des Hyades la prochaine fois. Je laisse Aymeric pointer NGC253 du Sculpteur au T508 mais elle est trop faible dans l'aube avancée pour la détailler à sa juste mesure à 5h, le fond de ciel bleuit.
  7. Bonjour, Hier soir avec deux amis astronomes, nous nous sommes retrouvés dans un lieu magique, cette soirée restera dans le top 3 des meilleurs soirée astro que j'ai pu faire (et elles sont nombreuses...) Arrivée sur les lieux vers 16h, l'endroit qui se situe dans les Alpes du sud, impose le respect. Installation du matériel, après avoir chercher un endroit bien placé pour voir la polaire, car les sommet sont hauts, 3143m pour le plus imposant , qui est aussi le plus haut sommet des Alpes maritimes, le "Gélas". Voici donc le bivouac Repérant des chamois au loin, je décide de les approchées pour leurs tirés le portrait, j'ai réussi a être a 50m d'eux , mais je me suis fait griller , reste quand même ces deux photos. Le soleil déclinant , les couleurs commencent a devenir extraordinaire, ajouter a cela un fin croissant de lune, et le tableau et parfait (Précision importante , je n'ai absolument pas retoucher des couleurs des photos de la lune.) Ensuite, les étoiles commencent a apparaitre, le spectacle commence , la nuit PARFAITE pas de vent , pas d'humidité, pas trop froid, bref une nuit de rêve... Le coucher se fait a 4h du matin, pour un levé a 6h, dans la voiture...dur dur! Mais, la lumière du matin me fait vite oublier la fatigue.... Bon c'est pas dans mes habitude de faire des CROA, mais c'était vraiment TOP, alors je partage Bien sur, j'ai fait des photos du ciel profond, qui promettent d’être sympa, la suite prochainement. Bon ciel Guillaume
  8. Dans le virage du fond du parking. Nuit du 30 au 31 juillet 2019 Dobson 508/1920 7 dessins : 8866 à 8872. La journée fut dure, car il fallut d'abord remballer aux Estivales de Webastro (vers Chambéry) toutes les affaires dont 2 tentes, puis faire 3 heures de route jusqu'à Valdrôme dont une partie montagneuse vers la fin, et réinstaller tout le bazar. D'ailleurs j'apprécie la modularité de mes 2 tentes, car je n'ai monté que celle pour dormir cette nuit, procrastinant au lendemain le montage plus complexe de la tente salon. J'ai déchargé les morceaux du télescope sur le parking avant, mis sous bâche, puis après 2 heures de sieste, j'ai monté le télescope à la lueur de la lampe rouge en faisant gaffe de ne pas gêner les observateurs autour, dont le plus proche Jean-Pierre B. le photographe, l'un des nombreux astropotes que je retrouve cette nuit. Je suis enfin opérationnel à 23h52 TU. Je pointe une nébuleuse planétaire d'Hercule. Observation 8866 : IC4593. 85x, 631x. Je peine pour la repérer, car il y a une petite erreur de positionnement sur l'atlas Uranométria et elle est d'aspect stellaire à 85x. C'est finalement son assez bonne réponse au filtre Oxygène 3 et sa coloration verdâtre à 85x qui la trahissent. J'en profite pour corriger l'atlas pour faciliter la prochaine tentative. Malgré la turbulence forte de 4 sur 5 à 631x, je remarque bien son étoile centrale assez brillante entourée d'une nuée considérablement faible à bords flous. La demi-nuit sera contrariée par des passages de voiles, bien gênants parfois. Rendons visite à quelques galaxies d'Hercule après cette nébuleuse planétaire. Observation 8867 : NGC6083. 85x, 201x. Elle n'est pas sûre à 85x, mais à 201x je la vois diffuse, très faible à VI1. Observation 8868 : NGC6078. 85x, 201x. Contrairement à la précédente, elle est vue assez facilement à 85x. Je la note de brillance faible. Observation 8869 : NGC6074. 201x. Elle est considérablement faible à faible. Je m'adapte aux voiles en visant dans les zones préservées. Ca me fait m'éloigner vers un amas ouvert puis une nébuleuse planétaire de Céphée. Observation 8870 : NGC7235. 201x. Je le repère au chercheur 9x50 comme un point considérablement faible. Au Dobson 508, il est fourni et réhaussé de 2 étoiles colorées. Observation 8871 : PK103+0.1. 85x, 201x. Elle est évidente en filtrant en Oxygène 3 à 85x, elle y répond fortement. Ce n'est pas le cas en HBêta où rien n'est visible. Par contre sans filtre elle est quasi invisible à 85x, mais confirmée à 201x, très faible sans filtre. Son étoile centrale est considérablement faible. En O3 les bords de la nébuleuse sont plus nets et une portion d'anneau apparaît. Des voiles s'amènent dessus, tout le ciel est touché. Je pars me balader sur le parking, rendant notamment visite à Jean-Bernard C. et Paul L. Observation 8872 : NGC7261. 201x. Je reviens à la faveur d'une trouée observer un autre amas ouvert de Céphée, que je montre à Aymeric. Ca passe bien dans un ciel un peu dégradé, et le pouvoir collecteur du 508 les sublime en brillance et parfois couleurs. Notre Nicolas national, observateur émérite de comètes, est là pour sa dernière nuit et s'était relevé à 3h30 pour sans doute en chercher quelques-unes mais il y a trop de voiles pour qu'il opère. Il ne reste que nous deux comme jusquauboutistes dans le virage. Plus une chouette hulotte qui se fait entendre au nord. Je dors une demi-heure dans l'auto, espérant un ciel meilleur. Le ciel est encore voilé, mais ça s'améliore doucement. A 4h Nicolas remballe, je fais de même car fatigué et l'aube étant imminente.
  9. Estivales de Webastro à Aillon le Jeune (73), au sud-est du parking. 45°38'33,78"N et 6°3'44,27"E Nuit du 29 au 30 juillet 2019 Dobson 508/1920 13 dessins : 8853 à 8865 Après plusieurs jours de mauvais temps dont plus de 24h de précipitations continues, le ciel se dégage bien sûr après la fin officielle des Rencontres. Je suis le seul astronome restant mais 3 véhicules ont déjà rejoint le parking dont 1 camping-car et une voiture aménagée avec tente sur le toit. Je m'en suis éloigné pour me positionner vers l'est de la salle hors-sac et au nord des toilettes, priant pour qu'aucun animal aille déclencher les halogènes à capteurs de mouvement près des bâtiments de la station au sud. Ca sera le cas. Je me rends compte en débâchant qu'il y a une mare d'une profondeur d'1 cm dans le rocker du Dobson suite aux orages, l'eau a pu un peu s'y faufiler. Le reste est heureusement demeuré sec, notamment le miroir primaire. Ne pouvant pas rapidement démonter le télescope pour vider, j'éponge avec ma serviette de bain, et c'est efficace. Après ce contretemps, je suis prêt à observer à 22h36 précisément. J'ai voulu tenter Jupiter, mais elle turbule bien trop à 631x, me permettant néanmoins de voir la Grande Tache Rouge. Je prendrai quelques photos d'ambiance cette nuit. Je commence avec des galaxies de la tête du Serpent. Observation 8853 : NGC5956. Elle est vue dès 85x avec NGC5957 dans le même champ. A 201x, son noyau considérablement faible est condensé, le reste est très faible à perceptible. Observation 8854 : NGC5957. 201x et 276x. Je remarque d'abord son centre considérablement faible et son halo très faible à perceptible, puis assez rapidement je la soupçonne d'être spirale à 201x et 276x. Je note une spire VI4 (25% du temps en vision décalée) à l'ouest, et une autre plus ardue VI5 (10% du temps en vision décalée) à l'est. Sa barre centrale est VI4 à 5. Plusieurs satellites brillants sont passés dans le champ de NGC5957, quelle plaie! Merci Amazon? L'humidité est prégnante sur le site, la buée s'est vite déposée sur les affaires au sol. Observation 8855 : NGC5970. 201x et 276x. Assez faible, cette galaxie me montre bien plus facilement que la précédente sa barre centrale, qui présente même une texture grumeleuse, mieux résolue à 276x. Le pourtour faible à perceptible est très diffus. Là aussi il y aurait des spires, mais incertaines. Un chien de taille moyenne est sorti d'une voiture arrivée depuis peu et court comme un fou dans l'obscurité sur le parking. Heureusement qu'au final le Petit Chien ne visitera pas le Grand Télescope, car ça marche moins bien dans ce sens! Je m'étais éloigné à l'ouest du parking pour un pipi dans l'herbe, et bing, une voiture a allumé ses feux de route à l'opposé à l'est! Heureusement que du fait de mon activité je lui tournais le dos, ce qui m'a évité d'être ébloui. Comme elle persistait à éclairer le site, avec mon télescope pile dans l'axe, j'ai été signaler la gêne au gars au volant, trop occupé sur son téléphone portable pour s'en rendre compte alors que je lui faisais des grands signes depuis l'autre bout du parking. Il part peu après, rendant le parking à sa quiétude, les autres voisins étant restés discrets, même le toutou coureur qui a marqué un court temps d'arrêt à quelques mètres du télescope avant de fuir quand j'ai regardé vers lui. Avec ma vision scotopique sauvegardée, je regarde un amas globulaire du Sagittaire. Observation 8856 : NGC6717. 85x, 201x et 276x. Je ne l'ai pas immédiatement reconnu à 85x, car je l'avais toujours vu comme une boule floue au Strock 254mm, mais là il m'apparaît résolu comme un triplet serré à ce grossissement. 201x et 276x le confirment en montrant d'autres étoiles membres. Ses étoiles sont considérablement faibles à perceptibles, se détachant sur un halo non résolu très faible. Je regarde l'objet précédent du NGC à proximité, un amas ouvert cette fois. Observation 8857 : NGC6716. 85x, 138x. La turbulence est mauvaise, 4 à 5 sur l'échelle Ciel Extrême à 138x. Du coup les images sont très floutées, réduisant la magnitude limite. Mais comme cet objet est encore plus bas depuis ma région, je le dessine malgré tout. Il reste fourni malgré ces conditions , avec des étoiles dont les éclats s'étagent de brillant à perceptible. Ah, les autres chiens du coin, ceux de l'élevage en contrebas, remettent ça comme toutes les nuits, bruyants avec leurs sinistres aboiements lupesques. Je m'accorde une micro-sieste dans la voiture à quelques mètres. J'observe au retour la petite galaxie IC entre Messier 13 et NGC6207 dans Hercule. Observation 8858 : IC4617. 201x. Voilà encore un pari déniché à l'époque dans le magazine Ciel Extrême et formalisé dans les fiches de Michel Nicole, dont la carte de cheminement est bien pratique pour trouver la minuscule et faible galaxie de magnitude 15.2. Elle est assez facile, très faible, par contre son orientation allongée n'est vue qu'en vision indirecte poussée. Au passage, vu que c'est dans la banlieue de M13, j'ai regardé rapidement l'amas globulaire et son Y sombre qui ressortait très facilement ce soir. Je poursuis à l'aide des fiches de Michel sur un groupe de galaxies des Poissons. Observation 8859 : NGC125/6/7/8/30. 201x. Ce groupe intéressant a une disposition inhabituelle, je vois dans sa plus brillante et longue galaxie NGC128, accompagnée en V par 1 de chaque côté, comme une sorte de vaisseau spatial avec ses 2 réacteurs. NGC125 est considérablement faible à faible, NGC126 très faible, NGC127 VI1 à 2 floue, NGC128 assez faible et diffuse, et enfin NGC130 très faible. J'ai froid aux mains à 2h30, on est à 1400m ici, je mets les gants. Je pointe ensuite diverses galaxies de la Baleine. Observation 8860 : NGC132. 85x, 201x. Vue dès 85x, elle est plutôt faible, diffuse, à centre ponctuel en vision indirecte, allongée tout en étant circonscrite dans un halo rond. La nuit est décidément turbulente, je note une turbulence de 4 sur 5 à 201x dans les Poissons. Observation 8861 : NGC192/6/7. 201x. Ce trio est dominé par NGC192 à centre considérablement faible, qui montre aussi une bande sombre en VI3-4. Elle se fait escorter de NGC197 vue VI3 et très diffuse, et NGC196, assez faible à considérablement faible, à centre très marqué. Observation 8862 : NGC201. 201x. C'est la dernière du groupe du dessin précédent, un peu plus écartée du trio, très faible et très diffuse. Je suis fatigué et le nez coulant à 3h30. Je distingue faiblement M33 à l'oeil nu, ce qui classifie ce site sur le niveau 2 de l'échelle de Bortle, très bien. Je refais une sieste, de 20 minutes. Je concentre mes derniers efforts observationnels sur un groupe de galaxies des Poissons autour de NGC193 jusqu'à l'aube qui finit par arriver vers 4h30. Observation 8863 : NGC182. 85x et 201x. Je la remarque à 85x. Plus grossie, elle est considérablement faible, diffuse, à centre proéminent. Un météore assez brillant traverse le champ. Observation 8864 : NGC198 et 200. 201x. A proximité de la précédente, elles sont respectivement diffuse considérablement faible à faible, et considérablement faible allongée mais floue. L'aube se fait sentir. J'en grappille une dernière de la même carte de l'atlas avant qu'il ne fasse trop jour. Observation 8865 : NGC208. 201x. Elle est très faible dans l'aube. Il est temps de remballer le télescope, j'effectuerai exceptionnellement cette opération entièrement après la nuit d'observation, vu que plus aucun astropote est présent sur le parking pour empêcher d'éventuels chapardages ou dégradations par des tiers touristes. Je mets le tout au plus pressé dans la voiture, je rangerai mieux en remballant le reste en journée. Je quitterai le site à 14h pour rejoindre un autre parking de station, à Valdrôme, et une autre rencontre d'astronomes amateurs, Astrociel de la Société Astronomique de France.
  10. Estivales de Webastro à Aillon le Jeune (73), au sud-est du parking. 45°38'33,78"N et 6°3'44,27"E Matin du 26 juillet 2019 Dobson 508/1920 6 dessins : 8846 à 8851 Nous avons subi un orage très violent cet après-midi, avec la foudre qui est tombée sur les arbres à 200 mètres de nos tentes. L'air sentait le bois brûlé ensuite. Le ciel s'est dégagé magnifiquement vers 0h30, mais les éclairs d'orages voisins nous gêneront cette nuit. Ces derniers longeront le site toute la nuit, certains monteront même brièvement au zénith. Je rends visite à quelques nuages obscurs (plus paisibles que ceux de la journée) vers lambda de l'Aigle. Observation 8846 : B127. Barnard 127 est moyennement sombre, diffus, à 85x. Observation 8847 : B129. Barnard 129 est voisin du précédent. Je note son aspect assez diffus, ses bords flous à 85x. Je change de type d'objet en restant dans la même constellation, ayant au menu une nébuleuse planétaire. Observation 8848 : NGC6852. 85x, 276x, 402x. Je la vois tout de suite, considérablement faible et petite à 85x. A 276x, son anneau est visible, mieux avec le filtre Oxygène 3 (O3). Elle répond très bien à ce filtre d'ailleurs. La turbulence est assez importante (3 à 4 sur l'échelle à 5 niveaux de Ciel Extrême). Je montre M57 à mes voisins puis je poursuis mes dessins dans la Lyre, dans le secteur que je n'avais pas pu terminer hier à cause de la fatigue. Observation 8849 : NGC6695. Elle est faible et montre à 201x quelques nodosités à la limite de la vision indirecte (VI4 à 5). Le vent est plus fort. A 3 heures, la Lune décrue à moitié est cachée par les nuages des orages à l'Est. Observation 8850 : NGC6703. Je n'ai pas pu la dessiner hier dans la foulée de sa voisine NGC6702 à cause de la fatigue. Manque maintenant réparé! Son centre plutôt faible lui donne son aspect condensé à 201x, son halo diffus étant considérablement faible. Je termine sur un autre univers-île en plongeant avec le Dauphin dans l'Océan Céleste. Observation 8851 : NGC6956. Je l'aperçois dès 85x, collée à une étoile. Grossie 201x, elle est faible, très diffuse. Une spire est soupçonnée 50% du temps en vision indirecte (VI3). L'aube arrive sur ces entrefaites. Je suis fatigué, et le seul encore éveillé sur le site d'observation.
  11. Estivales de Webastro à Aillon le Jeune (73), au sud-est du parking. 45°38'33,78"N et 6°3'44,27"E Matin du 25 juillet 2019 Dobson 508/1920 6 dessins : 8840 à 8845 J'ai installé le télescope après avoir dormi 2 heures, la route ayant été longue depuis Paris. Du coup je suis opérationnel à 1h30 mais le ciel s'est dégagé tard. La Lune en dernier quartier étant levée, j'observe à l'opposé. Je vais faire simple pour la première nuit, des galaxies de la Lyre, donc une toute petite zone du ciel. Observation 8840 : NGC6675. Vue dès 85x, elle est faible et très diffuse à 201x. Observation 8841 : NGC6663. Cette galaxie très faible et diffuse montre son centre un peu plus brillant à 201x. Issam dit Kiwi74 est passé me souhaiter une bonne nuit. On dirait que je suis le seul qui observe encore à 2h30. Observation 8842 : NGC6646. Vue tout de suite à 85x, elle est condensée et considérablement faible, observée avec un seeing moyen à 201x (3 sur 5). Un petit vent d'ouest se fait sentir. Je me repose un peu dans l'auto garée pas loin. J'entends pour la première fois les aboiements plaintifs des chiens de traîneaux de l'élevage en contrebas au Sud-Est, qui hurlent à la bouffe. On se croirait avec des loups dans Croc-Blanc. On accède par une petite route au virage en dessous à cet élevage. Observation 8843 : NGC6685. Elle reste petite à 201x, évoquant une faible étoile très floue. Observation 8844 : NGC6686. Je la trouve pas loin de la précédente et plus facile. A 201x, elle semble considérablement faible. J'ai commencé la nuit en pull, mais là à presque 4 heures du matin, il est temps de rajouter le gros manteau d'hiver par-dessus. J'observe une dernière galaxie de la Lyre avant que la fatigue me rattrape. Observation 8845 : NGC6702. Je la repère à 85x avec NGC6703 dans le même champ. A 201x elle se retrouve seule, considérablement faible. Habituellement, j'embraye sur la seconde pour un autre dessin, mais là à 4h10, je sens la main ferme de l'inéluctable sommeil se poser sur mon épaule, et je pars dormir une demi-heure dans la voiture. A mon réveil, c'est l'aube, je remballe les petites affaires et bâche le télescope.
  12. Billet redondant, mais utile, je l'espère.... En effet, quand les nuits se suivent, mais ne se ressemblent pas, il est bon de le faire remarquer. Du 10 au 11, j'ai essuyé un Seing minable, et hier soir du 11 au 12, il était excellent vers 2h00. Comme ma monture Orion Atlas faisant des siennes avec stellarium, je suis passé au visuel et bien m'en a pris. J'ai poussé la lunette APO 150/1200 dans des derniers retranchements, je crois. Avec un oculaire Televue Plossl 8mm acquis récemment en deuxième main, et passé entre les mains expertes de lyl " Myriam pour les intimes", qui après démontage en aurait noircis les bords des lentilles, et un Baader classic ortho 6 mm excellentissime (merci @fred-burgeotpour les conseils), j'ai orienté l'objectif vers la nébuleuse de la Lyre. A 150 et 200x, l'anneau était parfaitement bien visible malgré la proximité de la pleine lune. Le fond du ciel était bien noir à l'oculaire. Par moment, il me semblait voir des points lumineux mais très très furtifs dans l'anneau. Pas de dessin, il me faudrait le livre de @fred-burgeot. Puis direction vers la double Lambda Cygne, écartement 0.92", positionnée presque au Zénith (encore elle, désolé). Mêmes oculaires, mais avec les barlow TV 2x et 3x en 31.75mm.. C’est bien la première fois que je vois parfaitement le couple presque 100% du temps, ainsi que la séparation de la binaire, avec un filet sombre. La principale parfaitement ronde, une anneau de diffraction bien net et complet, très fin, et la secondaire plus faible sur le premier anneau de diffraction avec une forme ovoïde comme sur mes clichés. Les images étaient nickel à 300, 400, 450 et 600X....Il me semble l'avoir vue à 200x fois, mais après coup. Donc, je ne suis pas sûr. Voilà une nuit qu'il ne fallait pas rater. Echelle de pickering pour le seing: Sur la base de cette observation, j'ai estimé la valeur de 9 à 10 sur l’échelle de pickering pour une optique de 150mm. Le ciel était donc exploitable pour un instrument de diamètre bien supérieur à 150mm, certainement plus que 200mm. Je serai tenté de dire 300mm. http://www.damianpeach.com/pickering.htm 10 9 PS: Ceux qui ont imagés la Lune devraient avoir fait de beaux clichés malgré la hauteur sur l'horizon. Positionné du mauvais côté, je n'ai pas bougé l'ensemble. En effet, tout démonté, faire le tour de la maison, je n'en ai pas eu le courage. Et je me méfie comme de la peste des déplacements avec le tube de cette lunette dans le noir, les masses aux extrémités, surtout le triplet optique très lourd, et les yeux embrumés de sommeil. Bon ciel à vous.... Claude Schuhmacher et merci astrosurf pour la mise à disposition de cette tribune
  13. M57 et Lambda Cygne

    Les nuits se suivent et ne se ressemblent pas heureusement. Du 10 au 11 Seing minable et hier soir du 11 au 12 excellent vers 2h00. Ma monture faisant des siennes avec stellarium je suis passé au visuel et bien m'en a pris. J'ai poussé l'Apo 150/1200 dans des derniers retranchements. TV Plossl 8mm "made in Myriam" et Baader classic ortho 6 mm sur nébuleuse de la Lyre. A 150 et 200x l'anneau est parfaitement bien visible malgré la forte lune. Le fond du ciel bien noir. Par moment, il me semblait voir des points lumineux mais furtifs dans l'anneau. Pas de dessin désolé. Puis Lambda Cygne écartement 0.92" positionné presque au Zenith. Même oculaire mais avec barlow TV 2x et 3x en 31.75mm.. Cest bien la première fois que je vois parfaitement le couple presque 100% du temps, ainsi que la séparation de la binaire avec un filet sombre. La principale parfaitement ronde et la seconde plus faible sur le premier anneau de diffraction avec une forme ovoïde comme sur mes clichés. Les images étaient nickel à 300, 400, 450 et 600X....Il me semble l'avoir vue à 200x fois mais je ne suis pas sûr. Voilà une nuit qu'il ne fallait pas rater. Ceux qui ont imagés la Lune devraient avoir fait de beaux clichés malgré la hauteur sur l'horizon. Positionné du mauvais côté, je n'ai pas bougé l'ensemble..... Bon ciel à vous....
  14. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne site des ballots de foin. 4 dessins : 8825 à 8828. Je suis arrivé à minuit et demi, la nuit commence à être assez sombre. J'ai dû piler pour ne pas écraser un lapin suicidaire en empruntant la dernière route d'accès. Je commence par des galaxies du Bouvier. Observation 8825 : NGC5633. 109x. Elle n'est pas évidente à repérer, diffuse. Son centre est faible à très faible. Des nuages du sud débordent un peu vers l'horizon ouest mais ne menacent pas mon ciel pour le moment. Observation 8826 : NGC5689. 75x, 109x. Je la repère à 75x. Son centre ponctuel facile est un bon repère. Elle est petite, condensée et allongée. J'ai oublié de noter son éclat mais elle était aisée à voir. Je sens une forte odeur de bétail. Je suis un peu fatigué à 1h30. Observation 8827 : NGC5784. 109x. Cette petite galaxie condensée est faible à très faible. Comme la précédente, elle est facile, mais à la différence que c'est qu'une fois repérée. Les nuages se sont éloignés vers le sud-ouest à 2h. Observation 8828 : NGC5899. 109x. Celle-là, plus diffuse que les précédentes, est allongée en vision indirecte et s'avère faible à très faible. A 2h30, mes cibles sont trop descendues dans la pollution lumineuse de Paris. De plus, des nuages arrivent dessus. La moitié du ciel est couverte. C'est le signal d'une petite sieste dans l'auto. A 3h30, à l'aube, le ciel est plus dégagé, mais des perfides nuages stagnants se forment sur place, occultant le ciel d'été notamment. Au vu de ces conditions défavorables, du peu de nuit restant et de ma fatigue latente, je remballe et dors sur place jusqu'à 7h. Voyant le site de jour, j'immortalise avec le smartphone quelques vues des vaches avec le soleil encore bas :
  15. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne site des ballots de foin. 4 dessins : 8820 à 8823. J'ai réussi à dormir après le dîner, ce qui me permet de venir ce lundi soir, en semaine de travail donc. Je suis seul sur le site à minuit, alors que la nuit n'est pas au moins à son maximum à défaut d'être totale en cette période de solstice. J'entends des chèvres au nord, ça me change des habituelles vaches. Un petit vent souffle par moments, gênant. Il me restait un dernier Dolidze à pointer vers gamma du Cygne, voilà chose faite. Observation 8820 : Do36. 75x, 109x. Reconnu de suite, il est plutôt fourni. Je pointe un nuage obscur du Cygne, ça passe bien ce soir dans ce ciel avec la constellation ailée haute. Observation 8821 : B352. 75x. Barnard 352 jouxte le bord nord-ouest de la grande Nébuleuse America, NGC7000. Il est assez évident, sombre, avec le bord ouest + tranché avec un tapis d'étoiles faibles. Je dessine ensuite 2 galaxies du Dragon quasiment au zénith. Observation 8822 : NGC6757. 109x. Cette galaxie faible à très faible montre son profil allongé et diffus. Il fait frais à 2h, j'en ai même froid aux mains. Le vent du nord est revenu. Observation 8823 : NGC6691. 75x, 109x. Vue dès 75x, la galaxie diffuse est très faible. Je remarque son centre plus brillant flou. De la buée s'est déposée sur la voiture et un peu sur les oculaires. J'entends des grenouilles dans un probable étang au nord-ouest. A 2h20 je remballe et pars car demain je travaille.
  16. Bonjour à tous, J'avais bien remarqué avec le n° 100 d'AS qu'il y avait un document avec les photos des 100 numéros. Je n'avais pas vu que le bidule s'ouvrait en 4 et alors là, quelle ne fût pas ma surprise Car alors là mes amis Le dessin le plus extraordinaire de notre belle Voie Lactée sur 360° ( en réalité, le dessin est à plat ) Croquée par un de nos ténors dans cet art difficile du dessin astronomique, une authentique merveille Et quelle plume mon cher Serge pour nous faire revivre toutes ces émotions vécues, ces sites merveilleux et tous ces moments de pur bonheur jusqu'à l'aboutissement de ce fabuleux dessin Mille bravos Serge et merci de nous avoir offert ce dessin et cette magnifique prose Bonne journée, AG
  17. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne site des ballots de foin. 5 dessins : 8815 à 8819. Tout comme hier, j'arrive tardivement, la nuit commençant très tard à cette période à 49° de latitude nord. Je rejoins Jcb à 23h40. Comme hier, la pollution atmosphérique est sensible sur la qualité du ciel, mais ça s'améliore. La lampe de la planche à dessins me fait des soucis de contact, sa luminosité fluctue en plus, mais je sais qu'en vérité c'est le symptôme que les piles sont presque déchargées. J'utilise en secours par moments celle qui me permet de lire les cartes de mon atlas céleste, l'Uranométria. J'observe quelques amas ouverts du catalogue Dolidze, dans le Cygne, vers gamma. Jcb quant à lui pointe quelques nébuleuses planétaires dans l'Aigle dont je pourrai admirer certaines (NGC6781 miam). Observation 8815 : Do43. 75x. Dolidze 43 a une structure lâche et n'est pas très remarquable. Observation 8816 : Do10. 75x. Dolidze 10 contraste avec le précédent par sa richesse, il est détaillé et chouette. Observation 8817 : Do42. 109x. Un dernier Dolidze pour la route. Il n'est pas mal, assez fourni. Jcb va regarder la nébuleuse du Croissant, du coup je la dessine aussi dans mon tube, car à mon programme des objets n'ayant pas été vus depuis au moins 5 ans au Dobson 254mm. Observation 8818 : NGC6888. 75x. Ce croissant est déjà repéré sans filtre, très faible dans un champ riche. Il réagit très bien en filtration Oxygène 3 (O3) et un chouia en HBêta, faible à très faible, la portion alors vue est la plus brillante en O3. Le dessin est fait en filtration O3, plus de nébuleuses et moins d'étoiles de champ. La nébuleuse, selon ses morceaux, montre ses volutes faibles à VI4 en O3. Je trouve qu'elle ressort pas mal compte tenu du ciel. A 3h un coup de barre me freine un peu mais je résiste à l'appel du siège incliné de la voiture. Jcb est parti se balader sur la route d'accès déserte. Ma cible suivante est une nébuleuse planétaire du Cygne. Observation 8819 : NGC7026. 480x. Comme pour le Croissant, c'est aussi une réobservation de la nébuleuse planétaire du Cheeseburger. Quasiment effacée en HBêta, elle resplendit au filtre O3, assez brillante, clairement et facilement bilobée. Je vois des extensions latérales en vision indirecte sans filtre. Les vaches nous rendent visite, pour autant que la clôture de leur pré le leur permette. A 4h, Jcb le marcheur est parti dormir. Je plie dans l'aube, la Lune se lèvera avant mon départ, ce qui sera l'occasion de quelques photos souvenir au smartphone de Séléné en conjonction avec les vaches alignées devant moi. Je constate comme hier de l'humidité sur les affaires. Je pars vers 4h10 de Meuhmeuhland.
  18. Je viens juste de rentrer après une bien belle observation de Jupiter avec un transit de Io, le disque de Io bien visible et ciselé avec la grande gazeuse en arrière plan (vu jusqu'au méridien de Jupiter après masqué par une maison) + GTR orange pale + du détail accessible pour du 80 mm de diamètre dans les bandes équatoriales . Matériel utilisé : Lunette Orion 80 ED + Monture AZ Twilight I + oculaires Morpheus 6.5 mm (X92) et Pentax XW 5 mm (X120) + Barlow X2 avec le Nikon NAV sw 7 mm (X171 plus difficile/moins piqué) Conditions : en ville (Nantes), ciel transparent (de très légers cirrus) et turbulence faible à légère (comme souvent en ville). Elle ne cessera jamais de m'étonner cette 80 ED
  19. Nuit du vendredi 31 mai au samedi 1er juin 2019 Dobson 508/1920 Champ Est des Nuits Astronomiques de Touraine (NAT) à Tauxigny, lieu dit du Ligoret. 7 dessins : 8792 à 8798. La nuit est déjà avancée après une intéressante conférence sur l'astronomie chinoise antique mais qui s'est prolongée franchement plus tard que prévu au point que je suis parti pendant la séance des questions-réponses. J'ai montré M81 et M82 aux astropassants. Mes cibles de dessin seront des galaxies de la Vierge dont plusieurs du catalogue Arp (galaxies déformées par des interactions gravitationnelles). Observation 8792 : NGC5257 et 5258. Voici un beau duo Arp 240. A 201x et 276x, NGC5257 considérablement faible me montre ses spires VI1 à 2 donc assez faciles, et NGC5258 considérablement faible a une texture cotonneuse, des nodosités VI3 à 4. Ces 2 galaxies sont vues dès 85x. Observation 8793 : NGC5493. 85x, 201x. Cette petite galaxie bleutée est vue comme une étoile floue à 85x, assez faible à assez brillante. Observation 8794 : NGC5506/7. 201x. Ce chouette duo comprend la longiligne NGC5506, faible, aux nodosités VI3 à 5, et NGC5507 la plus trapue assez faible à considérablement faible. Observation 8795 : NGC5560/66/69. 85x, 201x. Plus fort encore, voici un trio varié, toutes les 3 vues dès 85x. Sa catégorisation dans le catalogue Arp sous le numéro 286 est peut-être due à cette langue de matière qui s'étend au nord de NGC5566, galaxie assez brillante au point d'en être bleutée? NGC5560 est allongée et faible, et la dernière NGC5569 presque ronde est VI2 (75% du temps en vision décalée), très diffuse. Observation 8796 : NGC5574/6. 138x. On continue avec les galaxies pas solitaires. Ce duo se compose de NGC5574 considérablement faible et de NGC5576 assez brillante et incolore. A 3h le groupe WhatsApp de Webastro me rend visite. Observation 8797 : NGC5577. 201x. Faible à très faible, elle est jolie, son allongement est évident. Voici venir le gros morceau de la nuit, à savoir le groupe de galaxies Hickson 68 des Chiens de Chasse avec la supernova 2019ein. Observation 8798 : NGC5350/3/4/5. 201x. Voici une bonne partie du groupe Hickson 68 agrémentée de l'éclat faible à très faible de la supernova 2019ein dans NGC5353 déjà visible le 11 mai au Strock 254. J'estime sa magnitude à environ 14. Au 508, je commence à voir la structure spirale de NGC5350, faible, les spires VI3 à 5 sont délicates, avec le phare de la brillante étoile jaune de champ à proximité. NGC5354 assez faible et NGC5353 plutôt brillante à considérablement brillante sont colorées en bleu. Plus à l'écart, NGC5355 est considérablement faible à faible. J'en fais profiter aussi Takaya, loloastro puis d'autres de Webastro. La buée devient de plus en plus gênante. L'aube arrive, le ciel devient trop clair à 4h30. Album photo nocturne des NAT 2019 ISS
  20. Matin du vendredi 31 mai 2019 Dobson 508/1920 Champ Est des Nuits Astronomiques de Touraine (NAT) à Tauxigny, lieu dit du Ligoret. 7 dessins : 8784 à 8790. Ca commence bien, j'ai égaré mon crayon avec gomme mie de pain (je le retrouverai en défaisant mes bagages au retour!) Il m'en reste un sans gomme, je taillerai en pointe ma gomme dure si besoin. Le 508 pointe d'abord des galaxies de la Chevelure de Bérénice. De la buée se manifeste sur mes oculaires dès 0h30. D'autres astronomes ont déjà dû désembuer au sèche-cheveux leurs optiques. Observation 8784 : NGC4293. 85x, 201x, 276x. Facile à 85x, considérablement faible, elle est même un peu colorée en bleu. J'y perçois des nodosités VI1 à 5 et note sa forme incurvée et spiralée en vision indirecte. Son centre assez faible à considérablement faible se détache. Observation 8785 : NGC4162. 85x, 201x. Je la vois de suite à 85x, bien que faible et diffuse. Observation 8786 : NGC4211/A. 85x, 201x, 276x. Ce couple numéro 106 du catalogue Arp est séparé mais faible. NGC4211 est aperçue faible à 85x, pas évidente à détailler. NGC4211A n'est visible qu'en vision décalée VI2 au mieux (75% du temps) Observation 8787 : NGC4104. 85x, 201x. Elle est considérablement faible à faible, vue à 85x, condensée au centre et diffuse aux bords, et accompagnée d'une très faible galaxie AFINIR. Observation 8788 : NGC4017. 201x. Cette galaxie Arp 305 est très faible, diffuse, et s'incurve en vision indirecte, des nodosités sont visibles à 201x. J'accuse la fatigue à 3h. la Chevelure de Bérénice étant descendue trop basse, je me raccroche aux Chiens de Chasse pour y dessiner une galaxie. Observation 8789 : NGC4460. 85x, 201x, 276x, 402x. Cette galaxie est évidente à 85x, assez faible, très allongée. Des nodosités se révèlent à 201x mais délicates. Les grossissements supérieurs ne font que l'atténuer sans apporter des détails supplémentaires. A 4h, le terrain est calme. Mes voisins du GAC de Courrières finissent de remballer. J'entendrai du côté du télescope de 410mm de Michel Pruvost quelques beaux défis d'observation, dont un quasar à 8 milliards d'années lumière. La buée sera finalement gênante toute la nuit, ralentie un peu sur les oculaires en gardant ces derniers au chaud dans les poches du gros manteau. Les grenouilles ont joyeusement coassé à l'est. Beaucoup de lumières de voitures ou dans les tentes ont gêné, certains ne sont pas formés aux règles à respecter lors des observations collectives on dirait. Je pointe une galaxie Arp du Bouvier pour finir, mais le fond de ciel devient trop clair à 4h20. Observation 8790 : NGC5820/21. 201x, 276x. La première assez faible est aussi Arp 136, tandis que NGC5821 est vue VI1 (100% du temps en vision indirecte). Je suis l'un des 2 encore réveillés par ici, avec un collègue du groupe WhatsApp de l'Ile De France sur Webastro (Aurélien, Marc,...?).
  21. J'étais parti pour une nouvelle séance photo sur cette double (Lambda Cygne) avec imagerie de l'étoile étalon ci-dessous pour les mesures d'écart et d'orientation du secondaire, mais le fonctionnement chaotique de la monture avec le logiciel stéllarium m'en a empêché. STF2277AB aurait été une magnifique double à imager car elle est très belle en visuel au zénith cette nuit. J'ai donc décidé de voir ce que la lunette avait dans le ventre en visuel sur ma cible principale. Le dédoublement de Lambda Cygne (0.92"/Mag pri 2.02 / Mag sec 4.95) se fait à 400X avec une Barlow Televue 2X et un oculaire Baader classic ortho 6mm. Je n'ai pas réussi avec l'oculaire orthoscopique 4mm Celestron (300X) sans Barlow. Je vais définir le grossissement de 400X comme la limite inférieure. La turbulence ne permet pas d'avoir une image stable et voir une élongation de l'étoile sur des grossissements plus faibles. Sur la base de cette donnée, je peux appliquer pour cette nuit la règle simpliste de: G mini= 400/Rhô pour un couple inégal. Le couple est vu bien séparé par intermittence. Je dirai en moyenne 30% du temps du fait de la turbulence. Sky and Telescope USA donne G=750/Rhô. C'est trop fort ici, mais c'est peut-être justifié pour avoir une bonne séparation qui lève le doute. Nous sommes des amateurs, et non des pros ayant observés des milliers de doubles pour affirmer que cette règle est obsolète. Elle vaut pour l'observateur amateur peu habitué à observer des étoiles multiples dans des conditions de turbulence moyenne. Sky and Telescope, revue grand public, l'a bien compris en se mettant au niveau de l'astram moyen, sans volonté d'élitisme propre à certaines cultures...je n'en dirai pas plus J'ai ensuite procédé à des grossissements progressifs avec mes deux Barlow TV 2X et 3X et mes oculaires classic Baader ortho 6mm, Tani 5mm et Celestron ortho 4mm, pour finir à un grossissement irraisonné de 900X, avec la Barlow Télévue 3X et l'ortho Celestron 4mm. Le dédoublement devient beaucoup plus simple, l'image reste exploitable. Je dirai, à vu de nez, qu'à 900X, soit 6X le diamètre de l'objectif, la double est visible plus de 80% du temps malgré la turbulence, comme si la turbulence se figeait. Difficile de comprendre ce phénomène, sans admettre que l'image de l'étoile s’étale, la lumière se diffuse sur une plus grande surface mais reste assez fine pour visualiser la double, en figeant la turbulence. Je considère que le grossissement optimal se situe autour de 450X soit un peu plus de 3D, pour le suivi de la monture, le champ et l'aspect du couple. Cette lunette est d'une qualité optique exceptionnelle. De même pour les Barlow Televue 2x et 3x qui sont très bonnes en visuel et en photo. Idem pour les oculaires orthoscopiques Tani (7, 6 et 5mm) et Baader Classic ortho 6mm, ce dernier appartenant à une série d’oculaires malheureusement pas suffisamment étagée, avec les 10mm et 18mm. La Barlow 2.25X vendue avec le set compense en partie le problème (8, 4.5 et 3 mm) mais je ne l'ai pas. On aurait donc une série 18, 10, 8*, 6, 4.5* et 3*mm. J’oublie volontairement l'oculaire orthoscopique Celestron de 4mm, introuvable en occasion, qui ne vaut quasiment rien à l'achat, et qui est pourtant fabuleux comme trou de serrure, si l'on prend la peine de regarder dedans. J'ai fini la soirée sur M13 et M57 avec mes oculaires grands champs: les Wide Scan Kokusai Kohki 20mm/84° et 13mm/84°. Ils conviennent parfaitement à cette lunette ouverte à F8. La courbure de champ ne gène pas trop et le grand champ est magnifique. On ne s'en lasse pas. Je n'hésite pas à grossir pour le ciel profond sur des objets Messier assez lumineux afin d'avoir l'objet assez gros dans le champ et afin d'assombrir le fond du ciel assez lumineux du fait de la proximité de Paris, Evry et Corbeil an nord. Le sud est assez bien protégé et l'extinction des lampadaires est totale a partir de minuit. La bino maxbright sans Barlow est inutilisable par contre, car le back focus est insuffisant. C'est une erreur de conception du tube ou une inadaptation dans le choix du tube pour la focale du triplet LZOS. Merci APM pour le tube trop long de quelques centimètres....il me faudrait une petite Barlow 1.2X ou une bino coudée d'origine comme celle de Celestron pour éliminer le renvoi coudé qui me prend trop de back focus. Bon ciel à vous Claude Schuhmacher PS: Stellarium fonctionne à nouveau avec réinitialisation, avec effacement de l'alignement 3 étoiles.
  22. C'est ce Samedi soir dernier, 29/06/19 que j'ai organisé une petite soirée entre amis à la maison, pour leur faire découvrir le ciel au téléscope. Membre d'un groupe de Rock en tant que batteur, et au détour de visites des musiciens à la maison, l'idée d'une soirée astro n'a pas mis longtemps à émerger.. En effet, piqué par la curiosité du Dobson 203 trônant fièrement dans le salon, chacun aura eut à l'esprit le partage d'une soirée étoilée. Voila qui fut chose faite ce samedi et qui plus est : ce fut une première pour mes 3 amis en question ! CROA / Compte rendu d'Observation Astronomique de cette super soirée qui fait de beaux souvenirs : Il fait très chaud ce soir. Il à fait plus de 30 sur la journée et la chaleur ne semble pas prête à retomber. Nous avons pu observer de 00h à 3H du matin environ, une petite fraîcheur naissante sur le tard, une brise s'est levée en millieu de nuit : mais pas pour me déplaire du tout ! La soirée commence, les discussions vont bon train. Le barbecue avalé, les discussions bien avancées déjà, la petite bière (modérément bien sur) rafraîchissante, le noir tombe.. Pour patienter, sortons les guitare et voila mes deux compères guitaristes se lancer à jouer du Led zepellin, du Manouche, s'essayer à différentes techniques, bref : Il ne manque pas d'ambiance dans la maison. Un peu tard pour la batterie (et oui c'est mon poste!), ca m'arrange, je m'éclipse discrétos pour préparer le terrain. N'ayons l'air de rien Le temps passe : Il fait noir, il ets temps ! Let's go ! Je m'étais donc préparé un petit "programme potentiel", une petite liste d'objets à leur faire découvrir avec comme trame de fond d'essayer d'être progressif dans l'effet "Wow" ! Le lendemain on se dit toujours "arg zut j'aurais pu faire M27, etc.." mais avec des si.. Voici ce que nous avons pu observer et si je n'oublie rien : Alcor et Mizar Albiréo M13 et M92 M57 M81 et 82 NGC457 Cr399 (cintre au jumelles) Jupiter Saturne J'ai d'abord commencé, pour laisser le temps à nos yeux de s'acclimater, par leur parler des constellations en général, puis précisément de la grande Ourse. Je leur ai fait faire le petit test d'acuité visuelle sur Alcor et Mizar. Ma compagne aura été la première à se rendre compte de la dualité de l'étoile centrale "du manche de la casserole". 1er Objet donc, ce fameux couple. 1er étonnement également. Ensuite, pour rester dans le thème et sur un objet "raisonnable", nous avons visité Albiréo, célèbre pour la coloration assez marquée et qui n'aura pas manqué d’étonner les copains! 1er petit effet "Wow". On remarque la précision et surtout la richesse du fond de ciel, qui dans le cygne est sympathique. Petit jeu de questions : "pourquoi n'ont elles pas la même couleur" etc.. De quoi étonner, intéresser et donner l'envie d'aller plus loin... Pour progresser un peu plus dans les "groupes" d'étoiles, je me suis ensuite attaqué à M13 et 92, facilement observables à la suite l'un de l'autre. 2èm effet "Wow" plus marqué cette fois. Evidemmentla richesse d'un tel groupement ne laisse pas indifférent. On traîne, se laisse charmer par la beauté et l'intensité des deux amas globulaires. L'occasion de s'essayer à la vision décalée dont je leur ai parlé pour entrevoir Alcor et Mizar un peu plus tôt. Et effectivement tous 3 amis (la chanteuse étant présente également), s'accordent sur le fait que le "piqué" se révèle en décalée. Je leur donne quelques détails et explications, nous continuons notre voyage. Parlons maintenant de la mort des étoiles avec M57. Grand étonnement sur cet objet très particulier! Le Donut pour le dessert! ^^ Le centre noir est bien perçu de suite pas les copains. Le 200 permet de bien voir le cercle pour ainsi dire parfait. Effet "Wow" la aussi. "C'est fou?!" Et oui ça l'est.. Suite à ca, nous partons visiter les galaxies avec M81 et 82. 3èm "Wow" plus intense encore (mon souhait de progressivité est respecté). L'idée d'y voir à des années lumière, tant d'étoiles et de mondes possibles ouvre les débats sur les questions existentielles... Nous plongeons dans la nuit et l’émerveillement pour de bon, nous sommes emportés par le fourmillement stellaire, c’est beau. Splendide. Je leur fait comparer mes dessins à ce qu'ils observent, il prennent dès lors la mesure de la patience et du travail que cela représente. Le temps n'a plus court désormais. Les heures passent sans s'en rendre compte... Entre temps, NGC457 et Cr399 auront pu occuper nos yeux, utiliser les jumelles pour faire de la soirée un bonheur certain. Quelques étoiles filantes viennent parfaire l’expérience pour notre plus grand plaisir. Il semble même qu'une étoile filante très intense aura été perçue, un bolide si je ne m'abuse. Pause, le dessert arrive pour de bon cette fois. Le temps de se requinquer, boire un coup, je garde le plus "WOW" pour la fin évidemment, le planétaire. Non seulement car elles se "lèvent" et vont être bien placées dans le jardin, mais surtout parce que je sais l'effet que le planétaire à sur les débutants. Jupiter et Saturne clôturent toutes deux cette session donc, avec comme attendu cette fois un "Wow" très intense. Je ne m'en étonne pas, cette fois encore ça impressionne. Pas trop de turbulences par chance sur Saturne, un peu plus sur Jupiter en début d'observation, mais toutes deux laissent entrevoir des détails (Jupiter laisse voir ses bandes et 3 de ses satellites. Saturne ses anneaux et sa couleur sable) et ne manquent par de garnir de rêves nos yeux qui désormais s'effondrent de fatigue après cette chaude journée riche en émotion. La vie vaut d'être vécue rien que pour ce genre de soirée, relaxes, détendues, loin de tout stress. Ai-je fait de nouveaux adeptes? Je ne sais guère, mais une chose est sure : je leur ai donné l'occasion le temps d'une nuit de voir ce que cache notre ciel, leur révéler les secrets du cosmos. Le privilège d'avoir vu ça de leurs yeux, privilège dont moi même je suis bien conscient. C'est une chance qui n'est pas donnée à tout le monde. J'en profite et m'en régale. Alors pourquoi ne pas le faire vivre aux proches. Plus qu'un passe temps, une expérience, plus qu'une expérience pour nous autres Astrams, un art de vivre. Ils sont heureux, je le suis. Vive l'astro et vive les amis ! Je vous remercie vous. Oui vous, le groupe "Groupe" ! (On a pas encore de nom! lol) Pour cette soirée fort sympa qui au delà du partage des passions, aura aussi partagée de l'humain. A très vite pour vous faire découvrir la lune si vous le voulez ! Guiilaume.
  23. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne sur le terrain des ballots de foin. 5 dessins : 8717 à 8721 Je suis venu à la faveur d'une éclaircie providentielle voire miraculeuse : l'Ile de France est sur la trajectoire d'une bande de ciel clair de 200kms de large entre 2 perturbations, orientée sud-nord et se déplaçant dans cette direction. Les nuages restent donc bloqués à l'ouest de la région, trop loin pour être visibles d'ici, presque à l'autre extrémité. Je suis prêt à 22h30. La faible turbulence de 2 sur 5 à 150x (échelle Ciel Extrême) sera gage d'images fines ce soir. Je commence cette soirée solitaire par des galaxies du Lion dont M65. Observation 8717 : NGC3599. 150x. Faible, diffuse, elle a un centre ponctuel facile. Le champ stellaire autour est pauvre, au point que je n'ai pas pu mettre une échelle. Observation 8718 : M65. 109x, 150x. Je remarque qu'elle est plus allongée qu'au premier abord. Sa zone centrale s'avère assez faible à considérablement faible, ses extensions faibles s'atténuent jusqu'à la vision indirecte. Quelques nodosités limites VI4 et des étoiles incluses se distinguent. Elle reste assez diffuse au niveau du bulbe central. Le Strock se balade parmi les galaxies de la Vierge dans la chaîne de Markarian. Je l'arrête sur le duo suivant pour un dessin. Observation 8719 : NGC4461 et 4458. 109x. Ce couple facile se compose de NGC4461 évidente et considérablement faible, et de NGC4458 faible à très faible et moins condensée. La buée joue les trouble-fêtes. Il fait froid. Changeons de coin au profit de quelques galaxies de la Chevelure de Bérénice dont une à côté de M99. Observation 8720 : NGC4237. 109x. Considérablement faible à faible, cette galaxie m'apparaît allongée d'abord en vision décalée, puis en vision directe. Observation 8721 : NGC4262. 109x. Petite, évoquant une étoile un peu floue, elle est assez faible, très condensée et flotte dans le même champ que M99 à ce grossissement. J'essuie encore de la buée sur les oculaires à cette heure. Celle qui a atteint mes affaires au sol a givré. Je prends quelques photos souvenir au smartphone avant de ranger et filer vers mon lit à 3/4 d'heure d'ici.
  24. Jupiter System III CM

    Bonjour, Je lis sur de nombreux comptes-rendus de photos de Jupiter, des "CM I II et III". en furetant un peu je crois comprendre qu'il s'agit d'un système de coordonnées sphériques (Jupiter system III), et qu'il existe des calculateurs de conversion à partir du temps UTC. Sachant que la planète est gazeuse, que les vitesses de rotations sont variables d'une latitude à l'autre, je ne comprends pas à quoi servent ces références ni comment les exploiter ? Y a-t-il une date de référence ? des objets de référence (GTR) ? une vitesse de référence ? Le méridien central (donc mouvant) correspond-il à la longitude centrale de la planète vue de la terre ? bref beaucoup de questions dont je n'ai pas trouvé de réponses précises ou pédagogiques dans une documentation. Si vous avez des liens ou une explication rapide, je suis preneur. Merci Marc
  25. Dobson 508/1920 Seine et Marne sur le terrain des ballots de foin. 17 dessins : 8700 à 8716. Nous aurons droit au passage à l'heure d'été cette nuit, le CROA en heures locales en tient compte. Arrivé à 19h, je monte de jour puis au crépuscule le Dobson 508 qui n'était pas sorti après octobre 2018, meteo culpa. J'ai pensé à faire quelques photos lors du montage : Je suis prêt à 20h07 précisément, discutant par moments avec Thierry du Whatsapp Webastro arrivé vers 19h30 et déjà là hier avec son télescope 350. Puis Anthony arrive avec une lunette 80 pour la photo. Il était déjà venu observer avec moi une fois ici l'automne dernier en plus quand j'avais sorti le 508. En attendant la nuit totale, Thierry et moi pique-niquons. Cette nuit, je montre par moments des gros objets célèbres au 508 et alterne avec des dessins d'objets plus confidentiels. Je pointe d'abord M42, on devise sur les couleurs perçues, du bleu cyan, du vert, et un peu de rouge dans la structure dite de l'arc en ciel pour moi. La nuit sera sèche. En cherchant dans les Gémeaux une nébuleuse planétaire que je ne trouverai pas (syndrome David Vincent) (trop ponctuelle, et le passe-filtre ne facilite pas le blinking du filtre OIII pour aider à la repérer), je tombe sur un ANR, amas non répertorié, découvert par Yann Pothier. Observation 8700 : Y1. Yann 1 ou Pothier 1. A 138x, c'est une ligne d'étoiles assez faibles à considérablement faibles. Puis je tente à quelques encâblures une nébuleuse diffuse pas prévue au programme mais bien là. Observation 8701 : IC444. 85x, 138x. Elle m'apparait très faible, très diffuse. Le halo de cette nébuleuse est assez évident et absent des étoiles de même brillance alentours. Le bord Est est plus net. Antoine, vu au bois de Vincennes lors d'une sortie Lune-étoiles doubles de cet hiver, est arrivé avec un de ses amis, Ludovic, et un Dobson 200. Je dessine une galaxie des Gémeaux. Observation 8702 : NGC2365. 201x, 276x, 85x. Je la repère à 85x. Elle est faible, assez diffuse, son centre est flou. La turbulence est forte. Tant que je suis dans les Gémeaux, je montre M35 et NGC2392 l'Eskimo dit aussi le Clown, mais la turbulence est forte. Le premier montre une variété de couleurs importante et des dizaines d'étoiles, le second sa couleur verte, sa centrale et son premier anneau autour, plus quelques irrégularités de brillance, mais on est loin du potentiel de l'instrument. Je quitte les constellations hivernales et continue avec des galaxies de la Grande Ourse. Observation 8703 : NGC2959/61. Ce couple facile à 201x se compose de la très faible NGC2961 et de la faible et diffuse NGC2959 à centre plus brillant considérablement faible. J'en profite pour montrer le couple M81/M82, d'abord en vue large où ils sont de justesse dans le même champ, puis à 201x sur chacun. Je vois plein de nodosités sur M82 mais les spires de M81 ne sont pas identifiées lors de cette vue furtive. En tous cas, les observateurs sont scotchés. J'irai aussi détecter les spires de M51 dans le Dobson 200 à un faible grossissement de 40x faute d'oculaire de focale intermédiaire entre le 25 et le 6mm. Il me semble aussi que c'était cette nuit que je la pointerai tard pour Thierry qui restera collé à l'oculaire quelques minutes. Il pense ne pas la revoir de si tôt comme ça. Observation 8704 : NGC2976. 85x, 201x. Assez faible à 85x, cette galaxie bleue-verte d'éclat hétérogène est une belle surprise, avec des régions HII vues VI1 à 4. Je rends visite aux galaxies du Lion vers Gamma. Observation 8705 : NGC3213. Elle est très faible et diffuse à 201x. La turbulence diminue. Observation 8706 : NGC3226/27. 85x, 201x. Les Siamoises sont observées au 508 après avoir été dessinées au Strock 254 le 4 mars. Elles sont évidentes dès 85x. NGC3226 révèle son centre considérablement faible, un peu flou, et le reste faible à très faible. Le centre de NGC3227 est assez faible, le pourtour étant de brillance identique à celui de sa voisine. Elles sont très diffuses, au point qu'il est difficile de voir où elles s'arrêtent ou si elles se touchent. A 1h10 le phare de la Tour Eiffel est enfin éteint. Une vague de départ survient, ne laissant que Thierry et moi sur le terrain, ou plus exactement dormant dans sa voiture pour le premier. Observation 8707 : NGC3222. Glânée à 201x près des Siamoises, elle est confondable avec une étoile floue car petite, un peu faible. Observation 8708 : NGC3190/93. 201x, 402x. Ce beau couple brillant dans Hickson 44 est bleuté! Les 2 galaxies sont notées assez faibles. La troisième du lot sortait du champ pour le dessin, je l'ai donc dessinée à part. Le changement d'heure survient à 2h, il est du coup 3h du matin. 10 minutes plus tard, j'ai un peu mal aux pieds à force d'être perché sur l'escabeau. Un peu de marche permet de les masser et de soulager la petite douleur. Observation 8709 : NGC3187. 201x. La plus difficile du groupe Hickson 44 n'est vue qu'en vision décalée, VI2 à 3. Observation 8710 : NGC3185. La dernière du groupe Hickson 44 est un peu à l'écart et parfois oubliée, mais pas cette fois. A 201x, elle m'apparait diffuse, avec un centre très faible et un pourtour VI1. Je m'offre une tranche de galaxies de la Vierge. Observation 8711 : NGC4224. 85x, 201x. Faible, diffuse, elle est vue dès 85x. A 4h Thierry est relevé, il ne fait pas semblant quand il dort. Observation 8712 : NGC4233. 201x. Celle-là est petite, condensée et faible. Les chiens de la ferme s'excitent. A 5h, le Dobson est dirigé à cheval entre printemps et été, vers les galaxies du Serpent. Observation 8713 : NGC6027-6027a/d. C'est le Sextet de Seyfert, observé à 201x et 276x. Il est exigeant en qualité de ciel. Quelques membres (NGC6027, 6027a et 6027b) sont séparés à 201x, très faibles à VI3 selon les composants. Il est déjà sombre à 276x. L'ensemble est petit. A refaire sous un meilleur ciel ou une meilleure nuit, j'espérais attraper 5 membres. Je remarque un passage de légers voiles pas gênants. Observation 8714 : NGC6004. 201x et 85x. Cette galaxie vue à 85x est diffuse, faible à très faible. Thierry observe Jupiter. Observation 8715 : NGC6003. Cette galaxie précédente dans le catalogue NGC ressemble à une faible étoile floue qu'il faut grossir 201x pour reconnaître sa vraie nature. A 5h50 je suis fatigué pour la première fois de la nuit, je ne pensais pas tenir aussi longtemps suite à la nuit d'astro presque complète d'hier. Thierry part peu après. Observation 8716 : NGC5994/96. A 201x, ce duo de galaxies du Serpent montre la faible et diffuse NGC5996 de forme irrégulière, accompagnée de NGC5994 vue qu'en vision indirecte VI3 (50% du temps), mais l'aube commence aussi à se manifester. A 6h15, l'aube est bien présente, la Lune en croissant est levée depuis peu. Je trouve la force de remballer (45 minutes tout de même) avant d'aller dormir 2h dans la voiture. Je suis étonné d'avoir pu dérouler autant d'objets, même s'il y en avait des moins détaillés, tout en présentant dans un gros télescope quelques grosses stars célestes au groupe. Bref une nuit prolifique!