Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Amas'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Astronomie
    • Astronomie générale
    • Astronomie pratique
    • Observation visuelle
    • Astrophotographie
    • Spectroscopie et photométrie
    • Le coin des débutants
    • Rencontres et évènements
    • Coopérations Pro-Am
    • Nouveaux produits
    • Vu sur le Net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • La vie des forums
    • Tests
    • Bêta tests
  • Forum de RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord
  • Forum de Ciel profond en mode rapide
  • Forum de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Forum de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Informations du groupe de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Forum de Le Sony A7s pour tous !
  • Petites annonces de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Forum Région Centre de Astronomie Région Centre

Catégories

  • Acquisition/Traitement d'images
  • Ephémérides et Cartographie du ciel
  • Simulation et calcul en optique

Catégories

  • Ventes
  • Achats
  • Services

Catégories

  • Instruments
  • Techniques d'observation
  • Lunettes
  • Télescopes
  • Observation

Catégories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Calendrier astronomique
  • Rencontres et évènements
  • Évènements de RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord
  • Évènements de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Évènements de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Évènements de Astronomie Région Centre

39 résultats trouvés

  1. NGC 6791 est l'un des plus anciens amas ouvert connus et, en même temps, l'amas connu le plus riche en métaux (en astrophysique, on entend par métal tout élément autre que l'hydrogène et l'hélium). Comme il s'agit d'un amas ouvert bien peuplé, avec un nombre (statistiquement) significatif d'étoiles à toutes les étapes de l'évolution de la séquence principale des naines blanches, ainsi qu'avec de nombreuses étoiles variables, il est le candidat idéal pour les études permettant de mieux comprendre l'évolution chimique et métallique des étoiles. Il a notamment servi à établir plusieurs modèles de datation des amas, comme part exemple l'étude des binaires à éclipse et leur teneur en hélium, mais aussi à réaliser des études d'astéro-séïsmologie de ses géantes rouges (par Kepler). Son âge a été estimé à 8.3±0.3 milliards d'années. L'âge estimé de NGC 6791, son rayon galacto-centrique, sa hauteur au-dessus du plan galactique, ainsi que les éléments chimiques de ses les étoiles font suggérer que les deux origines les plus probables pour NGC 6791 sont soit du disque galactique primordial épais (le disque épais est l'une des structures composant la plupart des galaxies à disque. Son existence pour notre galaxie en tant que structure distincte du disque mince et du halo stellaire galactique a été suggérée pour la première fois par Gilmore et Read1 en 1983. Il se situe entre 1-5 kpc au-dessus du plan galactique et est composé presque entièrement d'étoiles âgées. La composition chimique et la cinématique des étoiles le composant semblent également différents de ceux du disque mince), soit en tant qu'ancien membre du bulbe galactique (partie centrale des galaxies spirales, située dans le disque et entourant le noyau galactique. Il s'agit d'une zone lumineuse et relativement dense composée généralement de vieilles étoiles riches en métaux, mais parfois de jeunes étoiles en formation : de par la grande quantité d'étoiles qu'il contient, le bulbe galactique est une région à sursauts de formations d'étoiles qui s'enrichit très rapidement en éléments chimiques). Vous pouvez en voir l'orbite estimée autour de notre galaxie durant le dernier milliard d'années ci-dessous (étude en lien dans les sources) : Sources : K. Brogaard, D. A. VandenBerg, H. Bruntt, F. Grundahl, S. Frandsen, L. R. Bedin, A. P. Milone4, A. Dotter, G. A. Feiden, P. B. Stetson, E. Sandquist, A. Miglio, D. Stello, and J. Jessen-Hansen " Age and helium content of the open cluster NGC 6791 from multiple eclipsing binary members ". A&A 543, A106 (2012) Sean T. Linden, Matthew Pryal1, Christian R. Hayes, Nicholas W. Troup, Steven R. Majewski1, Brett H. Andrews, Timothy C. Beers, Ricardo Carrera, Katia Cunha, J. G. Fernández-Trincado "Timing the Evolution of the Galactic Disk with NGC 6791: An Open Cluster with Peculiar High-α Chemistry as Seen by APOGEE" The Astrophysical Journal, Volume 842, Number 1 T. Bensby et F. Feltzing, « The Galactic thin and thick discs in the context of galaxy formation », Proceedings of the IAU Symposium, vol. 265,‎ 2009, p. 300 "Asteroseismology of the Open Clusters NGC 6791, NGC 6811, and NGC 6819 from 19 months of Kepler photometry" présentation orale au GREAT-ESF Workshop. The World of Clusters. Padova, Italy, 23-26 September 2013 Luigi R. Bedin, G. Piotto, G.Carraro, I.R. King, J. Anderson " The absolute motion of the peculiar cluster NGC 6791 " Astronomy and Astrophysics, 2008.
  2. Bonjour, C'est pas facile de faire du CP sans goto surtout avec un capteur de 1/2.8" IMX290c pour trouver des objets cela relève de l'exploit, mon souci c'est quand je suis tombé sur un objet diffus, menu mais intéressant..... ..... on a accroché ma lunette et du cout il y a eu un fort décalage en plein milieu d'où tous ces artéfacts.. Si quelqu'un passe par là pour me dire quel est la nature de l'objet, cela ressemble plus à une galaxie on dirai, prise en direction de véga de la Lyre vers 00h51. Bon ciel étoilé & lunaire
  3. M13 à la TOA 130/698mm, maj le 25.04.18

    Bonjour à tous, Je vous présente une image de cette nuit de la star d'hercule, l'amas globulaire M13, capturée depuis mon domicile. C'est bien les AG en ville !!! Il s'agit de 36poses de 3mn avec la lunette Takahashi TOA 130 à 698mm de focale avec son réducteur, monture em500/FS2, caméra Atik 460Ex à -10°C, guidage Sbig Sti sur diviseur optique, traité avec Image Plus comme d'hab. La fwhm tournait entre de 2 et 2.2pixels en 3mn avec reprise de la map à chaque pose. Un peu turbulent ! Le fond du ciel s'élevait quand à lui entre 8500 et 7500adu pour 3mn. A comparer aux 1500adu enregistrés la semaine dernière au Champ du Feu (Vosges, altitude 1100m) en 5mn ... Toute la différence entre un ciel urbain et un ciel de moyenne montagne, j'y reviendrai Voici le résultat, full en cliquant sur l'image. J'espère que ce classique vous plaira Bon ciel à tous, Martial
  4. Un avant-goût de l'été: M13 et NGC6207

    Salut tout le monde, Quelle joie de vous écrire ces quelques mots ! J’ai l’immense honneur de vous proposer ma version de M13. Objet emblématique de l’été, il commence à apparaître en fin de nuit. Et c’est à ce moment là que je l'ai photographié. En fait, il s’agit de la première photo d’une série de 4 que je vais vous proposer. La météo ayant décidé de me laisser 2 nuits de beau temps, j’ai eu le loisir de tester ma nouvelle configuration sur plusieurs objets. En parlant de nouvelle configuration, j’ai enfin pu tester mon nouveau focuser Optec TCF-S. Autant vous dire que c’est une merveille absolue. Je n’ai jamais eu d’images aussi fines. Je suis absolument ravi ! Pour cette image, il y a 42 * 60 s en L et 15 * 60s par couche R,G,B. Au total 1h27 d’exposition. Ce n’est pas beaucoup mais c’est tout ce que j’avais à disposition puisque j’ai commencé les prises à 4h du matin. Je dois dire que mon ciel me surprend. Je suis situé à 800 m d’altitude et mes brutes sont descendues jusqu’à une FWHM de 1.8 en ne dépassant que très rarement 2. Je crois que cela se ressent dans l’image finale. Pour le matériel: FSQ-85 EDX Focuser Optec TCF-S Guidage par diviseur optique SkyMeca et Lodestar X2 Filtres LRGB 1.25 Astronomik AZEQ6 via PRISM 10 Atik one 9.0 (ICX814) Concernant le traitement avec pixinsight, je ne me suis pas trop embêté. StarAlignement ImageIntegration MultiscaleLinearTransform pour la réduction de bruit LRGB combination PhotometricColorCalibration Combinaison LRGB grâce au script AIP Voilà, vous savez tout. J’espère que l’image vous plaira autant qu’à moi Ah et un petit bonus, voici un crop à 120% mettant en avant la petite galaxie NGC6207 que je trouve vraiment magnifique.
  5. La région d'Antarès

    Bonjour à tous, J'avais oublié cette photo qui date de l'été dernier . Je me suis empressé de la traiter car j'adore cette région. J'en ai profité pour travailler sur les structures sombres avec le tuto de Baptiste Zloch sur Pixinsight. Je suis assez content du résultat vue le temps total d'exposition. Côté prise de vue, Canon 700Da / samyang 135mm f2 sur staraventurer - 63 x 1' à 1600 iso et 31 dof. En complement j'ai fait un petit gif pour voir la différence avec et sans travail sur les structures sombres. Bonne balade dans cette belle région. Nicolas.
  6. Le cœur du Grand Chien

    Le cœur du Grand Chien Toujours en février, le même soir où j’ai imagé « les brillants bébés de la Crèche »… Dans le courant de la nuit, les conditions météo s’étaient améliorées. Je décidais d’aller voir un autre amas d’étoiles ouvert dans la constellation du Grand Chien. Catalogué par Charles Messier sous le numéro 41, mais également NGC 2287, cet amas a été découvert par Aristote en 325 avant notre ère. Situé à environ 2260 années-lumière de nous, son diamètre est d’environ 25 années-lumière et il est âgé d’environ 243 millions d’années. Il ne compte qu’une petite centaine d’étoiles dont plusieurs géantes rouges et quelques naines blanches. Situé dans la constellation du Grand Chien, il semble avoir pris la place du cœur de l’animal mythologique. Bien que moins spectaculaire que l’amas de la Crèche, M41 est assez joli aussi avec ses étoiles vives et ses couleurs variées. Au final, je m’aperçois que les amas ouverts sont assez photogéniques. Et je vais m’appliquer à en faire d’autres. Photo prise le 18 février 2017 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 31 poses de 2 mn – 7 D & 15 OF – ISO 1600 – IRIS et Toshop. Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
  7. Les brillants bébés de la Crèche Revenons encore à 13 mois en arrière (eh oui, j’ai du retard dans mes traitements d’images)… En ce mois de février 2017, les conditions météo étaient passables mais assez bonnes pour cumuler les sorties... et les photons. Ce soir-là, les voiles nuageux m’obligèrent à me détourner des nébuleuses. Je me rabattis sur un célèbre amas ouvert dans la constellation du Crabe. Catalogué par Charles Messier sous le numéro 44, mais également NGC 2632 et connu sous les noms de Praesepe, la Ruche ou la Crèche, cet amas était connu dans l’Antiquité. Il faut dire qu’il est parfaitement visible à l’œil nu, dans un ciel noir, comme une nébulosité au centre du Crabe céleste. Avec une simple paire de jumelles, on peut résoudre plusieurs dizaines d’étoiles. D’ailleurs Galilée fut le premier à résoudre l’amas en étoiles avec la lunette en 1610. En vrai, la Crèche contient au moins mille étoiles liées entre elles par la gravité. L’amas est situé à environ 560 années-lumière de nous et est âgé d’environ 600 millions d’années. J’ai été agréablement surprise du résultat final qui s’avère « étincelant ». Je savais que je n’aurais pas beaucoup de poses et j’ai poussé les ISO plus haut qu’habituellement. Je pensais que le fond du ciel s’en ressentirait cruellement… mais pas tant que ça en fait. L’amas est richement coloré et vaut le détour photographique… d’autant, qu’en scrutant la full, on trouve tout un tas de minuscules galaxies. Je recommencerais donc, là aussi, sous des cieux plus cléments ;) Photo prise le 18 février 2017 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 31 poses de 2 mn – 7 D & 15 OF – ISO 1600 – IRIS et Toshop. Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
  8. L’Arbre de Noël céleste Revenons à 13 mois en arrière (eh oui, j’ai du retard dans mes traitements d’images)… En ce mois de février 2017, les conditions météo étaient passables mais assez bonnes pour tenter une sortie. J’en ai profité pour pointer cet amas d’étoiles peu connu qu’est NGC 2264, aussi appelé l’amas de l’Arbre de Noël, en direction de la constellation de la Licorne. Cet amas d’étoiles ouvert est situé à 2.080 années-lumière de nous, a un diamètre d’environ 24 années-lumière et est âgé d’environ 9 millions d’années. Il a été découvert par William Herschell en 1784. L’amas est entouré d’un vaste complexe nébuleux qui fait environ 3° dans le ciel (6 pleines Lune). Ce complexe comprend des nébuleuses en émission, des nébuleuses par réflexion et des nébuleuses obscures. A gauche de la photo, on aperçoit la nébuleuse du Cône, une dense nébuleuse obscure de gaz et de poussière. L’étoile juste à côté du cône représente la pointe de l’Arbre de Noël. L'étoile la plus brillante, au centre droit, est S Monocerotis (en réalité une étoile triple) et représente le pied de l’arbre. La nébuleuse de la Fourrure de Renard, en-dessous de S Monocerotis, est à peine visible sur l’image. Malheureusement, les passages de voiles nuageux m’ont obligé à jeter pas mal de poses. Et c’est justement là qu’il en faut pour bien révéler toutes ces magnifiques nébuleuses présentes dans le secteur qui forment à elles toutes les décorations de ce céleste Arbre de Noël ! L'image a un rendu un peu féerique et fantomatique qui me plaît bien. Encore un objet à retenter dès que cela sera possible ;) Photo prise le 17 février 2017 à Saucats (33) – Canon 350D défiltré au foyer d’une lunette 100/900 Skywatcher sur monture Orion Sirius EQ-G (sans goto, ni autoguidage). 74 poses de 2 mn – 15 DOF – ISO 800 – IRIS et Toshop. Cliquez sur l'image pour voir la full en tiff.
  9. Pour sûr, c'est moins compliqué d'observer cet amas - où cette galaxie naine, allez savoir - lorsqu'on plante sa lunette à 36° de latitude nord, plutôt qu'aux 42.9° du Pic du Midi ! Mais le superbe challenge réussi par Patrick Lécureuil (ici) m'a donné envie de tenter l'expérience depuis le Japon. Trois amis japonais et moi-même avons bravé le froid et installé nos instruments respectifs - Meade 354 et Epsilon 180 sur montures EM400 pour eux, NP127 sur trépied photo pour moi - une nuit sur le parking d'un temple attenant au mont Moygi, à 150 kilomètres au nord-ouest de Tokyo. Aux alentours de minuit, tandis que les autochtones mitraillaient quelques obscures NGC dignes de leur débauche instrumentale, je commençais à rechercher l'objet de mon fantasme : Oméga du Centaure, l'amas vedette de l'hémisphère Sud ! Pour notre latitude, il monte théoriquement à 6° de hauteur en passant au méridien : c'est peu, mais suffisant, si le ciel n'est pas trop embrumé ni pollué. Le parking d'où j'observe est à 750m d'altitude : ça peut sembler dérisoire, mais c'est assez pour s'extraire de la première couche de crasse atmosphérique qui s'épand dans la plaine. Et au Sud de ma position, le halo de lumière tokyoïte est négligeable : il sévit essentiellement au sud-est. J'ai fini par trouver le bestiau aux Vixen 16x80, non sans mal : séquence émotion !! C'est la première fois que je l'observe (un bien grand mot, compte tenu de ce qu'il montre au ras des pâquerettes)... A l'oeil nu, évidemment, il n'y a rien à voir. Près d'un l'horizon découpé de sommets distants, nul astre ne réussi à percer l'épaisseur atmosphérique. Il faut "monter" le regard d'une dizaine de degrés pour apercevoir une maigre poignée d'étoiles brillantes. Aux jumelles, Omega du centaure est un large disque très pâle, sans relief ni détails, difficile à discriminer d'un fond de ciel homogène et terne. A la NP 127, même constat : je devrais le résoudre sans problème mais là, à 3 ou 4° de hauteur (il passera au méridien dans un peu plus d'une heure), il ne montre rien. Pas découragé, je décide d'immortaliser le moment : j'imagine que cet objet n'est pas souvent vu du Japon, si ce n'est dans l'extrême sud de l'archipel. Je tente le coup avec le Samyang 135... yep, c'est plein d'étoiles ! Une pose unique de 10s à la NP127 - quand il est au plus haut, enfin, au moins bas - achève de détailler l'amas : inutile d'enquiller les images, on ne fait pas de "haute résolution" avec un astre à 6° ! Je vous mets deux photographies : le champs observé au 135 (pour 10mn de poses cumulées), et la pose de 10s (traitée au mieux, soyez indulgent : une seule image, une pose courte, un astre très, très bas...) Le suivi est assuré à l'Astrotracer. Pentax K1 et Samyang 135 F2.8 Omega Centauri (NGC 5139) aux alentours du méridien, vu du mont Myogi. Vous pouvez aussi repérer la galaxie Centaurus-A, nettement plus facile ! Cette image ne rend pas justice à la réalité de l'observation visuelle : à l’œil nu, la moitié inférieure du champs présenté ne montre rien, quand la moitié supérieure exhibe péniblement quelques étoiles de première grandeur... Pentax K1 et NP127, pose de 10s (réduite au quart de la taille originale) J'imagine l'engin quand il pavane au zénith, ça doit être quelque chose... A refaire depuis l'Australie !
  10. Summer is coming !

    Juste pour m'occuper, j'ai testé l'efficacité supposée de mon filtre Kenko LPR type 1 en ciblant Antares et Messier 4 : Pentax K1 à 3200 ASA, une seule pose de 10 secondes (suivi Astrotracer) derrière un téléobjectif Samyang 135mm à F2.8 (sans filtre) Oui, c'est un peu pollué en direction de Tokyo... sans parler de la lune, déjà levée ! Même scène, même optique, même réglages, avec filtre Kenko LPR type 1 : On se dit au premier coup d'oeil "Ah, c'est plus propre" ! Mais lorsqu'on traite séparément ces deux fichiers, lequel donne la meilleure image ? Comme on peut désormais faire à peu près n'importe quoi, la réponse n'a rien d'évident. J'ai essayé, persuadé que le filtre m'offrirait un résultat final supérieur, de par sa capacité à discriminer la pollution lumineuse (au moins en partie) et donc, à améliorer le rapport signal/bruit. Ben non : au final, j'ai moins d'étoiles. Messier 4 est plus étriqué. Seule Antares parait plus jolie, tout simplement parce qu'elle rayonne fortement dans l'infrarouge et semble empâtée sur la photographie sans filtre... Finalement, le meilleur résultat (tout est relatif, il s'agit d'une seule pose de 10s) est obtenu sans filtre. Sauf à vouloir tirer le portrait exclusif d'Antares ! Je vous mets, pour conclure, ce que j'obtiens de moins mauvais (crop 100%) : Note : je suis toujours scotché par ce que les capteurs modernes permettent, par rapport à l'argentique. En 10s, il y a 40 ans, avec un reflex et une bonne pellicule, j'aurais sorti... Antares. Du coup, je m'interroge : à quoi servent les filtres antipollution à large bande, si l'on peut obtenir la même chose - et même mieux - en post traitement ?
  11. Bonjour! je me présente je m'appelle Rémy, j'ai bientôt 16 ans et je suis un fan d'astronomie, il y a quelques mois, j'ai pus avoir la chance d'avoir un 150/750 pendant 1 semaine. Avec des oculaires hyperion et un iphone S, j'ai réalisé ces clichées que j'ai traité sur LR. Je possède un 76/300 et un 114/1000 mais je vais bientôt investir dans un 1300d, une starAdventurer et un 90/1250 pour pratiquer l'astrophoto + sérieusement. Dans les semaines a venir je vais réaliser un article complet sur la création d'une monture dobson et puis sur sa motorisation pour un projet très cool. Rémy.A
  12. M3, avec lune...

    Bon ,allez je me lâche malgré la lune qui fait le bonheur de certains ici ces derniers jours... Elle était à presque 80 % hier soir, donc j'ai pris le premier amas globulaire qui se pointait de l'autre côté du ciel. J'ai les couches Rouges prêtes, une partie des couches vertes mais 0 bleues, donc j'attends une autre nuit sympa pour compléter l'image en couleur... La FWHM était pas top top, à une moyenne à 3.2... C11Edge HD, 94 poses de 30 secondes, filtre CLR, traitées intégralement par APP (flats, darks, bias, BPM) après pré-traitement d'une bande sombre par IRIS. ATIK 4000 et Paramount ME à recalibrer (en attente de réducteur de focale). Est ce que les pros du C11 peuvent me dire si je suis censé résoudre le centre de l'amas ?
  13. YESSSSSSS ! Il y a eu un trou dans les nuages hier soir. 4 mois que mon mrioir n'avait pas pris un photon. Quel bonheur J'en ai profiter pour faire pleins de premières qui attendaient et il me fallait un champ plein d'étoiles avec des couleurs pour faire un max de choses. J'ai visé le double amas : 1ère lumière de l'ASI 294 MC Pro Test de l'offset et de la balance des couleurs Test du backfocus du réducteur (+ 1mm) pour aller chercher 22mm de cercle image test du tilt après remontage du PO Enfin accessoirement, faire une belle image au final, si tout ça marche. Cette camera est très convaincante et résout un des derniers défauts des CMOS face aux CCD : la dynamique avec un Full well de 63000. JE l'ai testée en poses "normales" de 60 secondes à 200 de gain (sur 570). OUAHH, ça fait du bien de traiter du frais Un petit like ici si vous voulez : JF
  14. Amas et nébuleuse extragalactiques

    Bonjour ! en attendant de meilleurs cieux ...j'arrive à m'occuper ! 2 petits montages concernant des amas d'étoiles dans d'autres galaxies ....les plus proches évidement M31 et M33 (tout de même à 2.5 millions d'années lumière !). j'ai ajouté un petit encart à chacune montrant un équivalent dans notre Voie Lactée ! Vous reconnaitrez facilement le célèbre amas ouvert NGC 206 dans M31 représentatif des "associations d'étoiles jeunes OB" ,ainsi que la célèbre nébuleuse du Triangle( région HII et son amas ouvert central NGC 604). les images ont été prise lors de notre mission 2017 S38 au foyer du T620 d'AstroQueyras sous un seeing moyen avec une ASI 1600mmc sans autoguidage ! pas l'idéal avec des pixels de 3.8microns et un échantillonage de 0.1s/pixel ! NGC 206 : 300 poses de10s G300 -non triés pas de filtre - pas d'autoguidage ! Log sous Iris .bin2 au traitement . Full : http://www.astrosurf.com/pixiel/AQ2017-T620-NGC206-bin2.htm NGC 604 : 150 poses de 10s Gain 360-bin2(au traitement)-pas de filtre - log sous Iris Images présentées fortement réduites !
  15. M37, la belle surprise

    Pas peu fier de mon nouvel acquêt, un oculaire Ethos 4,7mm offrant 110° de champs apparent (on voit ses oreilles), j'ai décidé de l'essayer sans plus attendre ! Cette nuit, dans ma campagne au ciel hivernal toujours pâlot mais bien transparent, la météo est parfaite : le froid est piquant, -6°C, mais nulle bise n'alourdit la facture. Petit bonus appréciable, puisque je vais tester un oculaire de courte focale : la turbulence est faible. Pour un peu, la Lune me manquerait... Je commence par le tout-venant : Orion et sa nébuleuse, d'abord (re)visitée à l'ES 6,7 - qui m'en a jusqu'ici donné la meilleure image, avec et sans filtre - puis à l'Ethos 4,7 : ah oui, ça grossit davantage... et ce champs ! De 82 à 110 degrés, il y a un monde ! En fait, en dépit de leurs différences, ces deux oculaires m'offrent presque la même scène : 0,83° contre 0,78° (à la louche : je ne tiens pas compte des éventuelles distorsions). L'image délivrée par l'Ethos est très spectaculaire et comme avec l'ES, le fort grossissement permet de s'affranchir de l'UHC sans problème : avec ou sans filtre, l'image est belle. Les étoiles montrent des anneaux de diffractions agités, malgré l'astigmatisme toujours présent. Je me demande un bref instant s'il vient bien de mon œil et non de l'optique, alors je tourne la tête : tous les petits bâtonnets du champs tournent à l'unisson... Je change de cible, direction le Cocher et ses amas, lassé du sempiternel double de Persée (derrière la maison, j'ai la flemme de tout déplacer) : je repère Messieurs 36 et 37 au Nagler 31 (c'est mon chercheur, désormais). Il me les montre tout petits, granuleux, sans reliefs, noyés dans un vaste champs urbano-salopé qui les accable. Je choisi - au pif - M37 et passe directement à l'Ethos 4,7. Et là, mais que... mais, mais... mais c'est magnifique ! Pute borgne, quelle beauté ! Je n'avais pas d'attente particulière en pointant cet amas, supposant qu'il m'apparaîtrait, ma foi... assez faible, juste résolu, sans grand éclat ? Raté ! Messier 37 occupe la moitié d'un champs colossal très sombre - pupille de 0,9mm oblige - qui le met particulièrement en valeur, d'autant que l'atmosphère est très sage : chaque étoile - l'amas est parfaitement résolu - est une tête d'épingle que mon astigmatisme crasse n'arrive même pas à enlaidir. L'ensemble est si riche qu'il évoque un amas globulaire dont le centre serait trop dispersé. Quelques étoiles sortent du lot, juste assez pour donner du relief à la scène. Cet objet, dans la NP127, est une délicieuse surprise ; j'ai hâte de le revoir sous un très bon ciel, sans savoir si cela changera vraiment la donne. Et ma femme qui est partie se coucher, tsss... Je passe du temps sur M37, jusqu'à ce que le froid m'incite à écourter l'affaire. J'oriente alors mon tube vers la Grande Ourse, plus particulièrement vers le couple de galaxies M81-M82. Déjà, pour calmer vos ardeurs : ces deux nébuleuses sont invisibles dans mes jumelles 8x30. Ca ne donne pas envie d'investir dans un Sky Quality Meter (j'aurais trop peur de griller son capteur)... Bref : repérées au chercheur de luxe, je les observe à l'Ethos 4,7. M82 montre parfaitement sa structure très allongée et par moments, je perçois les tourments de sa partie centrale sans pour autant les détailler : ils sont fugaces, toujours devinés en vision décalée. Là encore, merci à l'oculaire qui "éteint" le fond de ciel sans trop massacrer son faible sujet ! M81 est plus ovalisée, sans autre détail qu'une zone centrale claire aux limites imprécises. A l'évidence, de tels objets méritent un meilleur ciel ! A minuit et demie, je conclue ma soirée. J'en retiens la découverte d'un oculaire excellent, bien piqué - si l'atmosphère est de bonne humeur - et pourvu d'un champs gigantesque, garant d'observations vraiment spectaculaires. J'en retiens aussi LA bonne surprise de ce début d'année : Messier 37. Dans ma lunette, à fort grossissement, il est somptueux ! A consommer sans modération
  16. Le premier CROA de l'année

    Je vous écris de l'avenir : je suis déjà demain ! Je suis en 2018 ! J'aurais pu rester couché, mais je me suis réveillé tranquillement, sans aide, à 5 heures du matin. Comme prévu ! L'idée d'observer un ou deux amas globulaires, Jupiter et Mars au 1er Janvier me titillait depuis quelques jours, la météo s'annonçant clémente. J'ai donc pris mon courage à une main, ma lunette de l'autre, et je suis sorti m'installer dans le jardin. Passons au présent de narration, plus apte à décrire les scènes d'action : Oh putain ça caille ! La pelouse blanche de givre croustille sous mes pas, mes mains nues et mon nez sont instantanément saisis, piqués de mille aiguilles glacées. J'ai un thermomètre à laser dans l'atelier, mais j'ai la flemme d'aller le chercher : j'ai autre chose à faire. Je mets des gants avant que mes doigts ne meurent, j’arrête de respirer et je monte l'instrument. Ca va vite, j'ai acquis les petits automatismes qui vont bien. Première cible : M13 Les lueurs de l'aube taquinent l'horizon Est, il est 5h20, le trapèze herculéen commence à pâlir, pas de temps à perdre. M13 sera ma seule observation en "ciel profond", je me suis levé un peu tard... Je le repère au Nagler 31, qui me sert de chercheur : c'est une boule de coton sur fond clair, sans étoiles (pas le Nagler, l'amas). Inutile de tergiverser, je passe directement à l'ES 6,7 : ahhh, mon dieu... c'est plein d'étoiles ! Il y a un bon paquet d'année, j'ai eu l'occasion d'observer M13 avec une lunette Syntha 120/600 sous un excellent ciel ardéchois : le résultat m'avait vraiment déçu. L'amas était vaguement grumeleux et encore, sur les marges, en vision indirecte... Là, il est entièrement résolu, en vision directe ou non. Je suis très agréablement surpris ! Ce sont les 7mm de plus qui font la différence ? L'apochromatisme ? Le grossissement supérieur ? Sans doute un peu des trois, parce que ma vue ne s'est certainement pas améliorée. Deuxième cible : Mars J'ai passé beaucoup de temps sur M13, jusqu'à ce que la baisse progressive de contraste ne devienne flagrante : le jour se lève ! La lunette est en température, je l'oriente vers la planète rouge. Voyons voir... oui, c'est rouge. A 100x, la petite boule dansante - bordel, ça tressaute dans tous les sens ! La turbulence 2018 est en pleine forme - ne présente aucun détail, si ce n'est un résidu de chromatisme atmosphérique dont je me passerais bien. Je passe à 200x, histoire de... non, c'est brouillon, je n'en vois ni plus ni moins, et les corps flottants de mon œil directeur s'invitent à la fête. Troisième et dernière cible : Jupiter C'est plus sympa, forcément ! Les deux bandes équatoriales sont bien là. Elles présentent des nuances marquées, trop fugaces à mon goût, turbulence oblige. Les satellites galiléens ressemblent à des étincelles de chandelle fantaisie, c'est pas cette nuit que je verrai les volcans de Io... Comme le ciel est de plus en plus clair, le contraste diminue mais mon œil travaille mieux : plus j'observe, plus j'en vois. Je reste longtemps scotché à l'oculaire, les mains gantées dans les poches, les orteils de plus en plus douloureuses (les bonnes chaussettes dans des chaussures de sport ? Mauvaise idée). A 6h30, je me redresse et commence à remballer. Tripoter les parties métalliques de l'ensemble (trépied alu, tube, visserie) est un vrai bonheur, par ce froid ! Je rentre vite fait, dis bonjour aux deux chats étalés devant le poêle du salon, passe à l'atelier puis ressort avec le thermomètre laser, par curiosité. La pelouse, léchée par les premiers rayons solaires, annonce -6,8. Le muret du jardin, -8. Le garage, qui a sans doute piégé le froid mordant de la nuit, est à -9,9. Ben voilà, j'avais froid... c'est pour ça ! Je rentre, cette fois pour de bon. La plaque sommitale du poêle est à 330 degrés. Je réfrène l'envie de m'asseoir dessus, je me fais un café, et j'allume l'ordi. Vous connaissez la suite Bonus souvenir : Jupiter et ses satellites à l'Iphone, au-dessus de l'oculaire ES. J'ai pris de très hautes résolutions pour 2018, et ça se voit !
  17. bonjour, j'ai pris avec le lunette FS60CB, un amas que je ne connais pas à côté de M78. lunette Taka Fs60 22poses de 7s canon 6D -6400iso traitement IRIS-DDP 90-5 480 quel est son nom ? merci de bien vouloir de me préciser le nom bon ciel
  18. tresabern

    bonjour, je ne comprends pas les étoiles qui tournent lorsque que j'ai pris M45 avec le lunette TakaFS60 ! 22 poses de 7s canon 6D 6400iso traitement iris DDP 90-5-720 niveau monture ep6 pro merci de pouvoir m'expliquer cette anomalie bon ciel bernard
  19. Pléïades - 2ème version

    Bonjour, Retraitement minimal pour ne pas flouter les filaments et trop booster les étoiles: 1ère photo. 2ème photo : traitement initial trop forcé. 1h d'intégration, à la FS-60 CB avec correcteur (374mm f6,2), Sony a7s modifié, pas de filtres, en poses de 30 secondes sur la Staradventurer. Pixinsight puis Lightroom. Votre avis? Olivier.
  20. Bonjour, juste une image de l'amas des Pléiades réalisée avec l'Epsilon 130D et l'ASI1600-C qui méritait d'être "revisitée" comme il se doit lien direct vers l'image : http://www.naturepixel.com/view/m45_pleiades_taka_epsilon130d_asi1600mmc_lrvb_dss_cc_red3000_psrgb_copyright.jpg Gérard
  21. bonsoir à tous, ma dernière image du 28 juillet dernier avec cet amas globulaire dans le Bouvier faite depuis l'observatoire sirene. Image faite avec très peu de brutes en luminance car, je ne l'ai vu qu'après, ma caméra a buggé pendant les acquisitions! (j'ai eu X fois la même image enregistrée...) Dommage, même si j'ai encore des étoiles déformée, un mauvais alignement du réducteur dans le PO (ça m'arrive régulièrement, j'ai pas encore trouvé comment faire pour que ça se reproduise moins souvent). C8/GP-DX + réducteur 0.5 optec + filtres LRVB astronomik + atik16HR autoguidage en // avec fs60c et dmk41 avec phd guiding L : 4 x 300s avec artemiscapture en binning 1x1 R : 7 x 180s avec artemiscapture en binning 2x2 V : 6 x 180s avec artemiscapture en binning 2x2 B : 5 x 180s avec artemiscapture en binning 2x2 prétraitement imageviewCA traitements DSS, iris (DDP), photoshop, noiseware image légèrement recadrée a+ stéphane
  22. corbeille

    bonjour il y a t-il une poubelle pour mes sujets envoyés ??? d'avance MERCI micalef
  23. M45

    bonsoir j'ai repris un peu la sauce vinaigrette de ma salade , aprés avoir testé plusieurs ingrédients et puiser dans vos conseils !!!! donc soyer pas trop durs avec moi ???? A + M
  24. m45 premiere partie

    Première partie d'une longue série sur les pléiades. matos utilisé: - 1200D défiltré/refiltré astrodon insight - FS60CB avec réducteur 0.72 (255 de focal) - monture star adventurer empilement et traitement: - empilement sous DSS - traitement sous photoshop détail d’acquisition: - environ 110 prise à 40 sec + 10 pose de 1min à 3200 ISO - environ 2° durant la soirée depuis l'Alsace dans les environs de Séléstat En attente de lui en remettre quelques heures... manque juste de beau temps ^^
  25. m45

    m45 premiere photo avec une nouvelle configuration lunette astrothec fd /7 + reducteur de focale sur monture eq6 , apn 450d 25poses de 120sc et dof traitement prism micalef