Search the Community

Showing results for tags 'Astuce'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Astronomy
    • General Astronomy
    • Practical astronomy
    • Visual observation
    • Astrophotography
    • Spectroscopy and photometry
    • Solar Astronomy
    • The Beginners Forum
    • Meetings-Events
    • Pro-Am Cooperations
    • New products
    • Seen on the net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • All about Astrosurf forums
    • Tests
    • Beta tests
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Informations du groupe
  • Le Sony A7s pour tous !'s Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Petites annonces
  • Astronomie Région Centre's Forum
  • Un réfracteur français's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Technique de traitements
  • eVscope Unistellar's Forum EvScope Unistellar
  • eVscope Unistellar's RESSOURCES sur l'eVscope (index alphabétique)
  • Le coin Astro-Physics's Forum Astro-Physics
  • Fuji X's Forum Fuji X

Categories

  • Images processing
  • Ephemerids and Skycharts
  • Simulation and calculation in optics

Categories

  • Sales
  • Purchases
  • Services
  • Reporting

Categories

  • Astrophotography
  • Equipments
  • Techniques d'observation
  • Refractors
  • Reflectors
  • Observation
  • Image processing

Categories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada
  • Jordany

Categories

  • Axilone Books
  • Astrosurf-Magazine

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.

Calendars

  • Astronomical Calendar
  • Meetings and events
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Évènements
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Évènements
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Évènements
  • Astronomie Région Centre's Évènements

Found 124 results

  1. Bonsoir, Celestron : des télescopes brillants fait par des ingénieurs brillants! Mes propos sont évidemment ironiques. Pourquoi dis-je cela? Car j'ai acheté mon premier télescope un C8 en 1993 avec mes premiers salaires, le tube intérieur était déjà brillant à l'époque ! J'ai mis des anneaux anti-reflets à l'intérieur avec un gain en contraste très net! Puis il y a 2 ans j'ai acheté un C11 RASA, et bim tube toujours brillant --> démontage (percage pour ventilation) et pose de feutrine dans le tube. En 25 ans toujours les mêmes erreurs... Je l'ai refait ensuite dans des C11, C14 et meade 305mm. Donc j'ai proposé à mon club (SAHL à Vevey en Suisse) de poser de la feutrine dans le tube du C14 qui se trouve sous la coupole. Et voici les photos avant -> après = c'est sans appel la différence ! Y a plus qu'a voir ce que ca donne (sur mars par exemple) ...mais vu la météo va falloir être patient... David.
  2. Juste un petit mot pour remercier Sauveur qui m'a filé une astuce quand on utilise ces chercheurs réticulés mais pas éclairés : diriger sa frontale rouge de façon parallèle au chercheur et mettre ses doigts devant ledit chercheur : miracle le réticule devient visible ! Bon ciel ! Fabien
  3. Bonjour. Ayant acquis une platine adm pour monter une skywatcher 80/400 sur mon C8, je dois assembler les 2 à l'aide de cales. Toutefois les cales proposées en magasin (geoptik par ex) sont percées d'un trou central non taraudé. Côté barillet du C8 (2 vis latérales pour visser la cale au tube), je suis donc embêté pour assembler la platine au C8 qui, elle, a un trou central de diam 5. J'avais envisagé de retarauder le trou de la cale à M6, et il me faudrait refraiser le trou oblong de la platine à 6,5 pour le passage de vis et rainurer à presque 8... mais je n'ai pas de fraiseuse. Quequ'un aurait il monté une adm sur un C8, et comment ? Merci pour l'aide
  4. Amis binaires, bonjour ! Jamais à court d'idées tordues, je vous propose d'exposer ici un projet - sans rapport direct avec l'astronomie, je le précise d'emblée - que j'ai mené jusqu'à son terme, tranquillement, en l'étalant sur plusieurs années. Il m'a pris beaucoup de temps, non parce qu'il est difficile à réaliser (au contraire, c'est un jeu d'enfant), mais parce que j'ai tâtonné longtemps. Pour taquiner l'analogie culinaire, disons que je savais quelle soupe je voulais faire, mais peinais à identifier les ingrédients nécessaires à ma cuisine. Mon fil a donc pour simplissime ambition de vous faire gagner un temps fou, pour peu que ma soupe vous mette en appétit. Quel est ce projet ? Fabriquer des lunettes de vision infrarouge, monochrome ou couleur. Là, vous m'objecterez : "N'importe quoi ! C'est voué à l'échec, puisqu'on ne voit pas dans l'infrarouge"... C'est vrai ! Mais... ... Il y a un "mais" Avant d'attaquer les aspects pratiques, laissez-moi vous parler du contexte et rappeler, si nécessaire, quelques bases d'optique photographique. Nous parlerons également, un peu, de la physiologie de l'oeil : préparez-vous à une petite surprise (pour ne pas dire un choc). Si vous traînez parfois dans le bistrot, vous savez que j'y propose de temps à autre des photographies en Infrarouge NB et couleur. C'est un vieux dada, qui remonte à l'époque de mon doctorat : étudiant géographe, j'ai travaillé sur des images SPOT en fausses couleurs (les canaux sont décalés : le vert devient le bleu, le rouge devient le vert et l'infrarouge proche devient le rouge) dont l'esthétique étrange a piqué mon intérêt. Or, il se trouve que les photographies dites en "infrarouge couleur" sont traditionnellement faites de la même façon : via un décalage des canaux, pour intégrer l'IR proche dans le rouge. En ce qui concerne l'infrarouge Noir et Blanc, c'est l'aspect cotonneux, laiteux, "hivernal" des paysages qui m'attire... sans parler des ciels très spectaculaires (le "bleu" est très assombri) et de la disparition de la brume, dégageant l'horizon ! Quelques exemples vaudront mieux qu'un long discours : En haut à gauche : une image infrarouge NB (filtre à 760 nm) générant des contrastes violents sur le ciel et éclaircissant la végétation. En haut à droite : image IR NB (filtre 850 nm) avec un ciel bleu devenu noir et une végétation très éclaircie. En bas à gauche : image IR couleur (filtre 580 nm, puis traitement "traditionnel" par décalage des canaux) du mont Fuji (invisible à l'oeil nu), sorti de la brume distante, sur fond de campagne verte/rouge. En bas à droite : image IR couleur (filtre Wratten n°47 "deep blue", avec un ciel très sombre et une végétation bien rouge) Je ne l'ai pas précisé, mais il va de soi que ces photographies ont été prises avec un APN défiltré, de sorte à ce que l'infrarouge excite le capteur ! Au début des années 2000, je me suis donc initié à la prise de vue infrarouge, en commençant par le noir et blanc. A cette époque, je ne disposais pas d'un APN défiltré, mais j'avais un Fujifilm S3 Pro dont le filtre interne est assez permissif, suffisamment pour que je puisse m'amuser sans avoir à poser des heures. Avec un filtre coupant à 640 nm, on peut déjà obtenir un effet assez saisissant ; cela tient à la réponse spectrale de la végétation, qui monte vite et tôt après le rouge : Les plantes en bonne santé, à savoir bien chargées en chlorophylle, ont une réflectance très élevée dans l'IR proche, alors qu'elle est faible dans le rouge (le creux de la courbe, vers 600-650 nm). En passant, vous noterez l'intérêt d'étudier la santé d'un couvert végétal dans l'IR : on discrimine facilement les plants qui manquent d'eau, ou sont malades, des plants sains. Ce qu'il faut retenir ici, c'est que la remontée brutale de la réflectance survient assez tôt : dès 700 nm, les feuilles renvoient plus de lumière que... dans le vert ! Maintenant, si l'on s'intéresse à la sensibilité spectrale de l'oeil humain, on obtient ce genre de courbe : Il y a une variation en condition de basse luminosité, avec un décalage de la sensibilité vers le bleu. Quoi qu'il en soit, on note que tout se passe entre 390 et 700 nm. Donc, il semble bien que mon idée de fabriquer des lunettes de vision infrarouge (proche, disons entre 700 et 800 nm), NB ou couleur, est absurde... Sauf que : en 2007 (de mémoire), lors d'un voyage en France, plus précisément lors d'une ballade en compagnie d'amis autour d'un lac de la grande couronne parisienne, j'ai remarqué quelque chose de très, très inattendu ! Je m'apprêtais à faire une photo IR NB de ce lac (photo que voici)... ... lorsque j'ai noté que mon filtre, supposé opaque en-deça de 720nm, laissait passer un peu de rouge. Je l'ai vu en le manipulant. Du coup, je l'ai placé devant mon oeil, en cachant l'excès de lumière avec ma main libre, pour estimer à quel point ce filtre était pourrave. Logiquement, j'ai bien vu le paysage en rouge sombre, mais quelque chose clochait : l'image monochrome, en terme de luminance, s'apparentait franchement à ce que vous voyez dans la photographie ! En clair, la végétation apparaissait lumineuse, l'eau noire, le ciel d'encre ! Si vous avez déjà regardé un paysage à travers un filtre rouge classique, genre Wratten n°25 ou même 29, vous aurez noté que la végétation est sombre, très sombre même. Je vous mets, à titre de comparaison, deux images d'une même scène dans le rouge (à droite) et dans l'infrarouge proche (à gauche, filtre 760 nm) : On ne peut pas les confondre ! Outre la réponse très différente de la végétation, le ciel est bien plus sombre en IR et les montagnes, au loin, sortent de la poisse (la brume), en apparaissant claires sur le fond de ciel (parce qu'elles sont recouvertes de forêts) quand dans le rouge, elles sont en ombres chinoises, sans détails. Remarquez l'ombre des nuages sur leurs flancs, en IR, ombres invisibles dans le rouge... Bref, en mettant le filtre devant mon oeil et en isolant ce dernier de la forte luminosité ambiante, j'ai vu le paysage... dans l'infrarouge. Stupeur ! Comment était-ce possible ? L'oeil n'est pas supposé voir dans l'IR, surtout au-delà de 760 nm ! Pourquoi est-ce que je voyais quelque chose ? Serais-je doté de pouvoirs extraordinaires ?? Réponse : bah non, hélas ! Ou plutôt : nous sommes tous dotés de ce pouvoir ! En fait, et ce fut pour moi une vraie surprise : l'oeil humain voit très bien dans l'IR, au moins jusqu'à 800 nm (soyons clairs, je vous parle d'expérience, ce n'est pas une opinion). Simplement, à ces longueurs d'onde, la rétine est peu sensible et du coup, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit, cette capacité à voir dans l'infrarouge est complètement oblitérée par notre sensibilité à la lumière du spectre "visible" ! Pour parler par analogie : imaginez qu'une personne murmure dans un grand hall de gare très peuplé. Vous ne l'entendez pas, votre ouïe saturée par le brouhaha ambiant des voix de la foule. Maintenant, si tout le monde se tait, sauf cette personne... vous l'entendrez. Et si vous n'avez jamais entendu de murmures avant, parce qu'une loi édicte que "les gens ne chuchotent que dans le bruit", vous serez très surpris ! Bref : A partir de là, je me suis fabriqué un "monocle de vision infrarouge monochrome". Je l'ai toujours, voici la chose : C'est un porte-crayons en bambou, retaillé d'un coté de sorte à ce qu'il se plaque sur mon oeil gauche sans laisser passer de lumières parasites et de l'autre, équipé d'un pas vissant de 58mm. J'y ai placé un filtre IR de 720 nm, c'est tout ! Lorsque je regarde à travers, seul l'IR proche - 720nm et plus - atteint ma rétine : un paysage suffisamment éclairé (de jour, idéalement en plein soleil) m'apparaît tel que dans une photographie IR monochrome de la même scène ; je vois "en rouge" mais pourtant, je vois bien "dans l'infrarouge" ! Pour profiter au mieux du phénomène, plusieurs conditions sont à réunir : - Le filtre ne doit pas être trop radical : préférez 720 ou 760nm. Les effets bluffants sur la végétation (claire), l'eau (sombre) ou le ciel (très contrasté) apparaissent tôt, inutile d'aller dans les longueurs d'onde trop grandes, d'autant que la sensibilité de l’œil s'effondre vite. - Utilisez un cache pour minimiser les lumières parasites (un tube, vos mains, une cagoule, quelque chose du genre de mon monocle...) : seule la lumière infrarouge doit atteindre votre rétine. Si un peu de lumière visible passe sur les cotés, votre pupille va se contracter et vous perdrez immédiatement le bénéfice de la vision IR. Si les filtres IR apparaissent noirs, c'est pour une bonne raison : la lumière ambiante oblitère complètement la sensibilité de vos yeux dans l'IR. Je vous invite à tenter l'expérience : c'est franchement bluffant ! Seul problème : l'image observée apparaît en nuances de rouge (même si, encore une fois, ce n'est pas du rouge), pas comme une photographie IR en Noir&Blanc. Ce n'est guère esthétique. N'empêche, ça marche ! Avant que je n'acquière mon premier APN défiltré, un Canon 6D, mon monocle me servait à anticiper mes prises de vue infrarouges NB. D'un coup d'oeil, je savais d'avance ce que mon cliché allait donner ! J'étais assez fier de ma découverte et de mon petit bricolage, n'ayant jamais rien vu de tel ailleurs, dans le commerce ou de réalisation amateur. Reprenons : en 2012 (de mémoire), j'ai acquis un Canon 6D que j'ai fait défiltrer. A partir de là, je pouvais voir le résultat de mes prises de vue IR en Liveview, directement à l'écran : plus besoin de mon monocle, je l'ai délaissé et pendant quelques années, je n'y ai plus pensé... En 2016, je me suis mis à la photographie IR couleur. A mes débuts, j'ai procédé de façon orthodoxe : pour prendre une image IR en couleurs, on utilise un filtre peu sélectif, qui laisse passer un peu de rouge voir de jaune/vert et bien sûr, l'infrarouge proche. La photographie brute apparaît très rouge, avec des nuances subtiles que le traitement d'image va amplifier. On va enfin décaler les canaux, exactement comme en télédétection (les scènes SPOT en "fausses couleurs") pour obtenir, au final : - La végétation dans les nuances de rouge, très vive et claire - les scènes distantes, la végétation malade, la roche, le béton et divers matériaux artificiels dans les nuances vert/bleu - L'eau très sombre, presque noire - Le ciel bleu marine, presque noir, avec des nuages blancs très contrastés Les images en infrarouge couleur sont étranges, bizarres et belles à la fois (c'est mon avis). Elles sont assez différentes des images IR en Noir&Blanc, c'est une autre forme de plaisir photographique. Elles sont aussi plus difficiles à faire, surtout parce que le post-traitement est délicat ; parfois, il ne donne rien de bon, sans que vous ne l'ayez anticipé. L'année dernière, je me suis demandé s'il n'était pas possible d'obtenir une image IR couleur - donc avec la liste de caractéristiques susdites - en procédant différemment : m'est venue l'idée d'utiliser un filtre qui laisse passer l'IR proche, bien sûr, mais aussi un tout petit peu de lumière visible... SANS le rouge. Pourquoi ? Parce que le canal rouge est dédié, en IR couleur, à l'IR : pas question de le parasiter avec du rouge "normal". Belle idée ! Mais un tel filtre n'existe pas. A défaut, était-il possible de "l'émuler", en associant différents filtres, en jouant avec leurs courbes respectives ? Ce sera le sujet de mon prochain post... A suivre
  5. Salut @Lucien Voila Astrosurface j'adore Il marche bien on apprend petit a petit les différente fonction Suis pas presser et tu bosse beaucoup dessus c'est un grand merci de la part de toute la communauté Voila c'est pas bien mais j'utilise ASi3 pour l'empilement car je n'arrive pas a bien comprendre les paramètre a touché pour avoir un bon trie des images et le logiciel d'emil me semble meilleurs car je n'arrive pas exceller avec Astrosurface sur ce point bon mon erreur c'est que j'ai supprimer la video du sujet car moins bonne et puis j'ai plus de place Mais parfois j'utiles une technique de sauvetage d'une image un peu paradoxale Voila l'image d'Asi3 mince dommage pour l'hexagone la turbulence et le stack me la ruiné 2020-09-03-1919_5-2020-09-03-1907_3-S-Ir 640_pipp_l5_ap196 Donc pour l'instant pour sauvé cette image J'ouvre le ser Asi 3 et j'analyse puis j'exporte Png au taux ou c'est bon disons15/100 des frames puis j'ouvre les files avec astrosurface comme une video et j'analyse et je stack en multipoint et 2020-09-03-1919_5--2--09-03-1907_3-S-Ir 640_pipp_QualitySortedF_00000000_list_iss stack_100r_T48_1691_reg donc ma question Quant on analyse comment faire pour que le carré vert ( plus tenu) d'analyse prenne toute la planète ( car on peu avoir le coté gauche bon mais le droit mauvais) Merci d'avance @Elie Rousset 2 voila l'image dont on a parler au telephone
  6. Axel de chez AVEX nous a pondu un petit article bien sympas sur la collimation des catadioptriques Schmitt cassegrain et apparenté a l'aide d'une camera et d'un pc. l'article est la bonne lecture https://avex-asso.org/ips/topic/6660-la-collimation-des-schmidt-cassegrains/
  7. Salut tout le monde, d'abord cette sorte de tuto ne s'adresse qu'aux personnes utilisatrices du tandem Firecapture/AS2 ou AS3 avec une caméra couleur qui débutent bien entendu. Il porte sur comment se passer de l'étape délicate de la registration planétaire pour la synthèse d'une animation fluide. Pour l'obtention d'une animation fluide, il faut filmer en enchainant les films le plus rapidement possible. Le temps d'acquisition des films étant lui même limité, approximativement : - 2min30 à 3 minutes pour Mars. - 30 secondes à 1 minute pour Jupiter et Saturne. Dans Firecapture : - Capture des films en SER non débayérisé ( débayérisation non cochée ) - Fonction "Autoalign" cochée qui nécessite une bonne mise en station, surveiller la dérive de la planète dans les 4 points de repère en jouant sur la raquette. Dans AS2 ou AS3 : Importer le premier film avec le décodeur couleur adéquat ( menu "color" ) en cochant la fonction "remembert" Notez que si vous n'utilisez pas la fonction autoalign dans Firecapture et que vous êtes raisonnable dans la dérive de la planète dans la fenêtre, la fonction "remembert" permet déjà de se passer de la registration au cours du traitement ultérieur en principe. La fonction "autoalign" apporte une précision supplémentaire dans l'alignement automatique des images du lot de films traité. Voilà, ce n'est pas très long, n'hésitez pas pour toute question portant sur cette configuration !
  8. Bonjour à toutes et tous, "Collimation à l'aide d'une Webcam et d'un disque de Hartmann à trois trous"... C'est le titre d'un article de Michel Collart, que j'ai découvert sur le web. Il parait être intéressant à plus d'un titre : bonne précision de réglage et facile, pouvoir régler les vis de collimation tout en observant le résultat à l'écran... Bien entendu, cette méthode s'adresse pour les Schmidt-Cassegrain, Cassegrain, Dall-Kirkam ...utilisant les trois vis de collimation du secondaire. Y-a-t-il parmi nous, un ou plusieurs qui pratiquent cette méthode ? Merci de vos réponses et ou réflexions.
  9. Aujourd'hui, petit Dobson a appris à faire du patin ! Nous allons voir comment réaliser une "sous base roulante" pour un dobson. L'idée, plutôt que de mettre directement des roulettes à la base d'origine (ce qui peut être une possibilité simple me direz-vous), est de préserver la base d'origine en cas de revente, mais aussi de pouvoir quand même utiliser le Dobson sans roulettes, sans avoir a dévisser, et donc pour l'utiliser dans cette configuration "sur l'instant". Réalisé sur un Meade LightBridge 203/1219. Vous allez voir c’est extrêmement compliqué! ironie totale bien sur ... Matériel : -Une planche de contre plaqué de 2cm d'épais et d'au moins 50cm de coté ( a la taille de votre base) -Un lot de 4 roulettes, dont 2 avec frein. -Vernis et/ou peinture selon. Outillage : -Fraise de 30mm -Perceuse colonne -Visseuse -Scie a ruban, scie sauteuse, plusieurs possibilités pour scier en cercle. -Ponceuse / cale à poncer ... Je dois bien oublier un outil ou deux. 1- Commençons par scier un cercle de 50cm (en ce qui concerne ma base) dans une planche de contreplaqué. On viendra poncer bien entendu pour plus de propreté. 2- Une fois fait, venir repérer les 3 patins de la base d'origine sur la dite planche. (Un simple crayon graphite fera miracle.) L'idée c'est que ces patins servent à caler le dobson dans la nouvelle base en les encastrant dans des trous! En ce qui concerne ma base, il y a une vis qui dépasse un peu au centre, aussi, je perce un petit trou d'1 cm. 3- A l'aide de la fraise de 30mm (en ce qui concerne mes patins), creuser la planche d'1,5cm seulement pour que les dits patins puissent venir s'encastrer. Cela laisse un peu de marge entre les deux planches comme ça. 4- Venir visser les roulettes sous la planche, de l'autre coté des trous évidemment, pour finir le job* ! *4BIS- Etape a venir pour ma part, vernissage et peinture noire, histoire de résister à l'humidité et de faire quelque chose d’esthétique. Et voila! Dobson Candeloro ! 🔭
  10. Tout bon amateur de binos astro connaît les Nikon WX 7x50 et 10x50 : Des jumelles d'exception, dotées d'un champs de vision XXL excellemment corrigé, offrant des vues inouïes de la voie lactée... ... pour la modique somme de 5.000 euros, à la louche. On ne va pas chipoter avec les centaines. Toutes deux sont une démonstration du savoir-faire de Nikon. Elles sont évidemment utilisables, avec trépied (deux kilos 5, de mémoire. Ca commence à peser, à bout de bras), en nocturne comme en diurne. Mais in fine, qui parmi nous peut se targuer d'en avoir une paire (si je peux me permettre) ? Voire deux ? Ces jumelles, c'est un peu comme les sacs Louis Vuitton, les parfums Chanel ou les montres Rolex : les acquérir, c'est déjà un accomplissement. S'en servir, à la limite, c'est presque... secondaire. Seulement voilà : même si c'est "pour la frime", leurs caractéristiques sont absolument uniques et sur le ciel, elles déchirent ! Je peux en témoigner, j'ai eu la chance d'essayer les deux modèles, lors d'une très belle nuit de l'automne dernier. Alors, on se prend à rêver : pourrait-on les louer ? Pas que je sache. Pourrait-on les voler ? Sans doute, mais je ne m'y risquerais pas. Pourrait-on les bricoler, comme ça, hop, sur un coin de table, avec deux-trois lentilles qui traînent ? Bah oui, en fait. Faut juste être un peu con (BobSaintClar, à votre service), et oser (ça va de paire, comme les jumelles). Vous savez, mettre en pratique le genre d'idée qui nous traverse parfois le crâne et qu'on chasse d'un "si ça marchait, ça se saurait" mi-fainéant, mi-condescendant... Posons le problème, par exemple avec les WX 10x50 : nous avons donc des jumelles de diamètre objectif 50mm, grossissement 10x, champs apparent de 76,4° presque parfaitement corrigé, relief d’œil confortable (15,3mm). On peut les refaire, pour trois francs six sous ? Voyons voir : il nous faudrait une petite lunette de même diamètre, mettons à F/D 4, sans courbure de champs notable et bien corrigée contre le chromatisme. On lui mettrait un bon oculaire 18-20mm de champs apparent 76° (ou plus, soyons fou), avec un dégagement de 15mm (ou plus, bis repetita placent) et voilà, nous aurions notre demi-jumelle... La lunette avec les caractéristiques demandées, on oublie : s'il y en a, elles sont hors de prix (une Borg ou Taka 50 avec correcteur/réducteur de champs, vous m'en mettrez deux, c'est pour m'offrir). En revanche, plusieurs objectifs photo répondent "présent" ! Pour n'en citer qu'un, optiquement bon, monté en M42 (donc facile à équiper d'un po) et ne coûtant quasiment rien : le Pentax Takumar 200mm F4 en monture vissante. J'en ai acheté un sur Yahoo ! Auction Japan pour - roulement de tambour - 2400 yens, soit 19 euros. Je pourrais survivre à l'achat d'un second. Comment lui adjoindre un porte-oculaire ? Ben avec un accessoire de ce genre, trouvé sur Amazon.com pour 20 euros (bordel, c'est encore plus cher que le cailloux...). Ca se visse directement au cul du Pentax. Et l'oculaire ? Il y a plein de prétendants, au coulant 31,75. Il m'a bien fallu faire un choix, casser la tirelire en achetant un exemplaire à la fois "bon" et "pas trop cher". Après quelques heures de web-lecture, je me suis décidé pour le Baader Morpheus de 17,5mm. Il était accessible à ma bourse, propose 20mm de dégagement oculaire et 76° d'un champs apparent plutôt bien corrigé, si j'en crois ses critiques. Bref : sur le papier, ça marche. Mais en pratique ? Déjà, ça ressemble à quoi ? A ça : (Quand je vous disais "sur un coin de table"...) Mécaniquement, rien à redire : pas de collage, d'alignement douteux, de risque de déboîtement intempestif. L'oculaire est maintenu par un serrage vis/clamp ring, le po est vissé sur le pas M42 de l'objectif. Le tirage optique est idéal, on fait la mise au point à l'infini avec une marge confortable. Et optiquement ?? Et bien... ça fonctionne. Ca fonctionne même étonnement bien, au point qu'on ne peut que s'interroger : pourquoi ne voit-on pas ce genre de montage plus souvent ? Je n'ai pas choisi cette combinaison (télé de 200 à F4, oculaire Morpheus 17,5) par hasard : le but, dès le départ, était d'émuler les Nikon WX10x50 ! En théorie, mon "bricolage" a des spécifications très proches : Diamètre des objectifs : 50mm - contre 50mm Grossissement de 11,4x - contre 10x Pupille de sortie de 4,4mm - contre 5 mm Champs apparent de 76° - contre 76,4° Dégagement oculaire de 20mm - contre 15,3mm Vision inversée - contre redressée (sur des jumelles astro, on s'en bat les rétines) En pratique, tout se joue sur la qualité de l'image proposée. Je n'ai pas pu tester ma lunette "demi-jumelle" sur le ciel (météo pourrie), juste viser de nuit les lumière lointaines - lampadaires, pour l'essentiel - que je peux voir sans quitter mon jardin. J'en saurai évidemment plus quand les nuages daigneront FOUTRE LE CAMPS (crispations faciales frénétiques), mais pour l'heure : Transparence : difficile d'en juger en visant des lampadaires, mais c'est au moins correct, puisque je n'ai rien remarqué. Je comparerai avec mes Nikon EII 8x30. Détails, piqué de l'image : là encore, ça me semble nickel au centre, très peu dégradé sur les bords (je détaille ci-après) Couleurs : s'il y a une dominante, je ne l'ai pas notée. A refaire de jour, évidemment. Dégradation centre/bords : ça se joue essentiellement sur ce critère, avec un tel champs apparent ! Franchement, c'est une bonne surprise : il y a une dégradation modeste, plutôt moins marquée que dans mes 8x30 ! Elle tient essentiellement à une légère courbure de champs, qui défocalise l'image. L’œil compense sans soucis, mais si vous tenez vraiment à ne regarder que sur les bords, il est plus confortable de jouer sur la mise au point. Dès lors, les "petits cercles flous" redeviennent des points et ce, jusqu'à disparaître : pas de coma, pas d'astigmatisme : c'est juste bluffant. Chromatisme : nul au centre, faible sur les bords. Il est sensible au placement de l’œil : si vous êtes bien dans l'axe, il est négligeable. Vignetage : aucun. La pupille de sortie est belle, bien ronde, sans lumières parasites (pas de prismes). Les lumières ponctuelles, défocalisées, forment de beaux ronds qui demeurent tels quels jusqu'au bord extrême du champs. Conclusion provisoire : les résultats préliminaires sont très encourageants. Suffisamment pour que je poursuive l'expérience jusqu'au bout. Je vais donc doubler la mise, monter une seconde lunette Baader/pentax et l'accoupler - je ne sais pas trop comment, je vais y réfléchir - à la première pour former une véritable paire de jumelles. Elles seront adaptées à mes yeux (écart oculaire fixe de 63mm, je ne vais pas me lancer dans la fabrication d'un lien articulé) et seront dotées de quelques caractéristiques inédites, pour des jumelles de cette catégorie : Un prix - relativement - ridicule Des diaphragmes, pour faire varier la pupille de sortie (je ne vois pas très bien à quoi ça peut servir, mais qui sait ?) Des objectifs dotés d'un pas vissant M58, pour y coller des filtres Des oculaires interchangeables Voilà ! Je vous tiens au jus
  11. Bonjour tout le monde Je cherche mais ne trouve pas.. Comment activer le suivi immediat dès l'envoi de post des messages forum Astrophotographie par exemple dans sa messagerie. Merci Bernard_Bayle
  12. Bonjour le monde, Alors voila, étant au chomage, je me doit d'être économe, du coup je me suis fabriqué un Focuseur car lorsque j'ai vu les prix, je me suis dit ce n'est pas pour moi. J'ai donc fait les fonds de tiroirs et j'ai trouvé un petit moteur d'un vieux jouet, il a eut la bonne idée d'avoir un système de réducteur de vitesse mécanique intégré, j'ai ensuite récupéré un vieux joystick de mon vieux,lui aussi cpc amstrad 6128 et pour finir un rhéostat d'un autre vieux jouet(décidément)train électrique.Système utilisant un joint torique(et oui,cela fonctionne très bien) Voici ce que cela donne Le système de controle En prime mon observatoire Et en prime prime mon écran blanc(très spécial le système,NON!!!!)
  13. un astuce si on a été trop gourmand barlow Astrosurface du coup je retombe a la 1.8 tv A plus @Lucien par contre pour une video bug des frame ne sont pas debayerisé correctement au milieux de la video ?
  14. Bonjour à tous ! EDIT : Pour la suite du feuilleton, voir plus bas sinon pour les nouveaux, ça commence ici ! Intrigué vous êtes ? Raison vous avez ! M'enfin ne vendez pas votre RASA sur ebay trop vite quand même... L'idée est simple. On va utiliser la digiscopie afin de réduire drastiquement le F/D de notre télescope. Pour rappel, la digiscopie consiste à placer une caméra avec son objectif derrière un oculaire ( comme font certains avec un smartphone par exemple ) C'est une technique assez "intuitive", mais qui est peu souvent utilisée sérieusement parce qu'on multiplie les éléments sur le chemin optique, ce qui engendre nécessairement tout un tas d'aberrations difficilement contrôlables. Seulement voilà, avec cette technique, si on utilise la bonne combinaison oculaire/objectif, on peut obtenir un rapport F/D final égal à celui de l'objectif placé juste devant le capteur. Et de nos jours, on peut facilement trouver de petits objectifs pour caméras de vidéosurveillance, en monture CS ( donc adaptable sur la plupart des caméras astro non refroidies ), avec un F/D très faible et une qualité optique... pas transcendante mais au moins "okay". J'ai en ma possession un petit objectif de 8mm à F/D=1. Un calcul rapide me montre qu'en plaçant ma caméra flanquée de cet objectif derrière un oculaire de 32mm monté sur le 150/600, j'aurai un F/D final égal à 1. Pour plus de détails, j'en avais parlé ici : Donc je me suis procuré un bête super-plössl de 32mm ( moins de 20 euros dans les petites annonces ) et j'ai mis au point un petit montage pour fixer tout ça. Voilà une petite photo légendée du montage : Mécaniquement, le système a quelques failles. D'abord, le porte-à-faux est assez monstrueux... le montage doit arriver à une longueur totale de 40cm, c'est presque aussi long que le télescope lui même ! Fort heureusement le porte oculaire du tube que j'utilise en ce moment n'est pas trop mal. Et la cam au bout est très légère. Ensuite, la vis de serrage de l'oculaire est trop longue, je ne peux donc pas la mettre et l'oculaire "balotte" un peu dans le montage. Mais bon, hier soir, enfin l'éclaircie que j'attendais... j'ai donc tenté le coup ! Histoire de ne pas compliquer les choses, j'ai tout d'abord testé le montage sans correcteur de champ. J'ai pointé M51, et là miracle, après une map rapide, la galaxie était bien visible sur les brutes, dés 250ms de pose ! Une brute de 500ms ( seuils un peu resserrés ) : Puis un empilement de 255 images, soit un peu plus de 2 minutes au total ; dommage, j'ai oublié les darks, et les pixels chauds sont vite un pb en ce moment : Donc clairement, sur le principe, ça fonctionne. Après, la qualité optique se dégrade extrêmement vite à mesure que l'on s'éloigne du centre optique. Avec mon regard de néophyte en la matière, je dirais beaucoup de courbure de champ doublée d'un peu de coma, mais je peux me tromper... Reste à savoir quelle pièce optique est majoritairement en cause, et comment améliorer ça ! Pour tester l'objectif, rien de plus simple... il suffit de voir ce que ça donne sur le ciel directement. Donc voici un champ étoilé pris avec ce fameux 8mm f1. Empilement d'une quarantaine d'images de 500ms, seuils très reserrés : Comme vous pouvez le voir, la qualité optique n'est pas parfaite mais est clairement meilleure que sur l'image précédente. Même si les étoiles brillantes sont bien déformées dans les coins, les étoiles faibles restent ponctuelles, ce qui est bon signe ; cela signifie que les aberrations ne seront visibles que sur les cibles à fort contraste ( en l'occurrence les étoiles brillantes ) Grâce à cette image, on peut également mesurer la perte de luminosité induite par l'ensemble télescope + oculaire...après comparaison, je trouve une perte d'environ 55%, ce qui est évidemment énorme, mais pas non plus invraisemblable. Il faut déjà tenir compte des 20% induits par l'obstruction du secondaire ( qui fait 65mm de large de mémoire ), puis les quelques pourcents pour chaque miroir et chaque lentille du chemin optique. Enfin, il doit rester encore une partie "mangée" par un alignement imparfait entre l'oculaire et la caméra. Donc ensuite, j'ai essayé de placer le correcteur de champ en bout de montage. Peut être était-il mal placé, mais je n'ai pas noté de différence significative après sa mise en place. Ce qui voudrait dire que le "maillon faible" de mon montage est bien l'oculaire. En même temps, à 20 euros, c'était à prévoir Ceci étant, il y a quand même quelques réglages sur lesquels j'aimerais essayer de jouer, qui pourraient peut être permettre une amélioration significative de la qualité d'image, tout en conservant les mêmes ustensiles Je peux en effet jouer sur la mise au point. Naïvement, j'ai réglé la mise au point de l'objectif sur l'infini, mais il doit être possible de régler cette dernière différemment et d'ajuster la map du télescope en conséquence. Peut être trouverai-je un réglage qui compensera la courbure de champ de manière efficace ? Autre point, je peux aussi jouer sur la distance objectif - oculaire. J'ai en effet remarqué une différence significative si j'éloigne un peu ce dernier...je ne me l'explique pas encore totalement, mais il y a peut être quelque chose à optimiser de ce côté là. Enfin, il faut que je trouve un moyen de serrer cet oculaire dans son coulant. Bon, maintenant, vous allez me dire, à quoi ça sert de s'embêter si c'est pour obtenir une image pseudo-dégueulasse telle que je vous ai montré Sur le papier, avec mon capteur aux pixels de 3microns derrière un scope à F/D=1, j'obtiens la même chose qu'un hypothétique capteur aux pixels de 12 microns derrière un F/D=4. Avec cette taille de pixel, il n'existe pas à l'heure actuelle de capteur aussi performant que le mien ( bruit de lecture inférieur à 1e- ), et le jour ou il en existera un, il ne sera certainement pas donné. Donc ce montage permet des poses extrèmement courtes... ce qui est d'une part est très satisfaisant ( "voir" M51 à l'écran en poses de 250ms c'est génial ), et d'autre part pourrait intéresser pas mal les fans de visuel assisté, un domaine ou on ne cherche pas forcément la qualité d'image à tout prix. Tout ça en déboursant moins d'une centaine d'euros au total Bon par contre pour du "lucky imaging", vu la focale finale du montage, à mon avis ça ne sert pas à grand chose je dois être autour de 4" d'échantillonnage, donc la turbu je n'en ai pas grand chose à carrer. Pour qu'un tel montage soit utile dans ce domaine, il faudrait essayer sur un T1000 au moins... @Diabolo peut être ? Ceci étant, on est tellement dans une autre ligue au niveau des temps de pose, par rapport à un setup habituel, que j'ai voulu tester le montage avec un filtre H-alpha. Habituellement, utiliser un filtre H-alpha sur des F/D courts pose des problèmes à cause des rayons obliques, mais là, aucun souci : il suffit de placer le filtre à l'endroit ou le faisceau est à F4 ( en l'occurence, derrière l'oculaire ), et plus de problème ! Le filtre utilisé est un Baader 7nm. Clairement pas le meilleur, mais bon, on reste dans le "low cost" Voyant le cygne qui montait de plus en plus, j'ai pointé le tube dans cette région... je "voyais" les drapés de la zone de north america en quasi-live, c'était sympa. J'ai opté finalement pour la zone du croissant. Une brute de 4s : Je voulais rester dessus quelques temps... mais je ne m'étais pas rendu compte que le DD était plein du coup le pc n'a sauvegardé que 100 images de 4s, soit 7mn30 de pose totale. J'ai traité un peu plus soigneusement cette fois-ci, avec des darks et en agrandissant à l'alignement afin de gagner un peu en piqué. Le bruit thermique reste sensible, les nuits ne sont pas les plus fraiches, donc encore pas mal de trame visible. Evidemment, impossible d'utiliser la cam refroidie avec un tel porte-à-faux sur le tube ; de toute manière je ne crois pas qu'elle puisse accepter un objectif en monture CS. Bref, le résultat, agrandi à 140% : Si on regarde juste un bord, l'image est assez folklorique Par contre, en restant sur le centre, je trouve ça presque "montrable" Donc au final, beaucoup de potentiel, et pas mal de pistes d'améliorations... de mon côté je m'amuse bien en tout cas, donc je vais continuer mes petits essais et je vous tiendrai au jus Bons cieux ! Romain
  15. Bonjour le monde ou bonsoir,selon l’endroit où vous vous trouvez. Bien j'ai acheté il y a quelques temps un collimateur laser,acheté à la maison de l'astronomie,je l'ai utilisé pour régler mon sky watcher 400 mm pensant qu'il était bien réglé lui même. Hors en fouillant sur d'autre site,j'ai apprit que ce type de matériels fabriqués le plus souvent ,devinez où,comme le disait Coluche,je vous l'donne émile,bref en chine, n'était pas forcément de bonne facture. J'ai donc entreprit un tout petit bricolage,facile a réaliser pour vérifier ce dit objet. Cette instrument est terminé,je l'ai testé et il est très facile de l'utiliser par rapport à d'autres moyen que j'ai put voir par-ci par-là. Si cela vous intéresse, dit le moi et je mettrait des photo de ce simple outil.
  16. Bonjour, Pour ceux intéressés par les timelapses, j'ai essayé quelques utilisations ( sans doute inédites ? ) de la Star Adventurer... Remarques/critiques/Questions bienvenues... / description plus précise des techniques expérimentées ci_dessous... Des Agneaux à La Meije avec la Voie Lactée Quel paysage nocturne exceptionnel lorsque la Voie lactée se déplace des Agneaux vers La Meije. Pour ce timelapse, l'occasion également d'expérimenter un nouveau type de timelapse... Utiliser une focale plus élevée qu'un objectif grand angle nécessite un suivi, et cela implique de choisir entre un mouvement du premier plan ou de la Voie Lactée. Avec ce timelapse, j'ai expérimenté des moyens pour avoir à la fois des mouvements du premier plan et de la Voie Lactée..., ce qui signifie des configurations de matériel assez insolites et inédites... - Un objectif de 135 mm avec une SAM (Star Adventurer Mini) en mode timelapse long pose mis sur une SA Pro (Star Adventurer Pro) en mode Astrophotographie. - Un objectif 50 mm avec une Syrp Genie Mini en mode "Tilt" placé sur un SAM en mode Astrophotographie. - Un objectif 85 mm avec une Syrp Genie Mini en mode "Pan" placé sur une monture AZ / GTI en utilisant le suivi Alt-AZ. Voir plus d'explications dans un commentaire que j'ai ajouté çi-dessous
  17. Il y a quelque jours j’ai posté ma version cats eye de 2019 avec les couleurs 2020. Christian D m’a envoyé une manipulation permettant d’éliminer l’effet des aigrettes autour des objets lumineux. Par force de chose ça apporte un peux de fausse information, mais la vrai est de toute façon bien masqué. Je trouve le résultat bluffant. En soit cette méthode n’est pas nouvelle parce que Christian avait déjà fait un topo pour supprimer le blooming, de memoire ca doit faire une bonne décennie. Ça mérite un rappel, j’ouvre un nouveau post , sur celui de 2019 il faut descendre à la page 2 pour voir l’info, je préfère la voir tout en haut. Voilà le tuto de maître Christian : Le post d’origine : http://www.astrosurf.com/topic/127412-le-flocon-du-comte-à-rebours-ngc6543/ L’acquisition : SW254/1200 + G42 observatory + Atik one 6 Oag + Lodestar + Apt & PHD2 L 13 x 600 sec L 4 x 60 sec L 42 x 30 sec L 10 x 10 sec R + B 6 x 300 sec bin 2 Ha 12 x 900 sec Assemblage LRHaGB Rha = 50 % R + 50 % Ha (Ha pondéré au préalable sur la médiane de R) G = 50 % Rha + 50 % bleu Le résultat en incluant la recette de Christian dans mes traitements, cliquez sur l’image pour accéder à la version 100 %: Merci Christian. Versions animé :
  18. Bonjour tout le monde, Je viens vers vous car je ne me rappelle plus quel est le site qui permet de générer un planning d'observation d'étoile, amas, ... selon la date et le diamètre de notre téléscope ou lunette. Si quelqu'un a des infos svp. Louis
  19. Bonjour à tous, suite à une nuit complète d'essais réalisés dans mon jardin en compagnie de mon copain @David Legranger je viens vous faire part de plusieurs points. Tout d'abord le matos utilisé : SW Esprit 100 + ASI1600 + roue à filtres + EAF, le tout sur AZEQ6 nos 2 ASiair pro, l'un doté de la toute dernière version béta qui date d'hier matin, l'autre de la dernière version officielle un petit routeur/extender Wi-Fi 5V dont je vous donne le lien ici : https://www.amazon.fr/gp/product/B01MY5JIJ0/ref=ppx_yo_dt_b_asin_title_o00_s00?ie=UTF8&psc=1 plusieurs tablettes Android pour tester leur comportement, notamment le débit Wi-Fi et la distance de décrochage Je vais commencer par les tablettes, et c'est là que vous allez tomber de vos sièges !!! La toute nouvelle Samsung Galaxy Tab 5SE : A FUIR D'URGENCE !!! David avait profité d'une offre de lancement de Samsung à 399 euros au lieu de 549. J'avais lu des commentaires peu élogieux concernant la portée Wi-Fi de cette tablette et j'en ai informé David, et bien ça se confirme, elle décroche à peine à 3 mètres de l'ASiair !!! De plus ses caractéristiques techniques ne sont pas du tout importantes pour l'ASiair, notamment les 4Go soit-disant indispensables au fonctionnement. Une vieille Samsung Galaxy tab S de 2014 (3Go de RAM) de David : très bien, parfait, le Wi-Fi fonctionne très bien, décroche à environ 10 mètres de l'ASiair avec 3 cloisons dans la maison. Il est dégouté, il a mis 399 boules dans une tablette qui ne lui servira pas Enfin ma propre Galaxy Tab A 2016 (qui est la plus bas de gamme actuellement chez Samsung) qui coûte 159 euros (2Go de RAM) : fonctionne parfaitement, c'est même celle qui a la meilleure portée Wi-Fi avec une 15aine de mètres avant décrochage de l'ASiair + 3 cloisons dans la maison. Moralité de l'histoire : n'investissez pas des sommes folles dans une super-tablette dernier-cri avec 4Go ou plus, ça n'a aucun intérêt pour un fonctionnement optimal de l'ASiair pro ! Je passe maintenant au test du petit routeur/extender Wi-Fi TPlink nano. Nous l'avons utilisé en mode Extender Wi-Fi (c'est à dire afin de relayer un signal Wi-Fi dit faible). Pour le coupler à l'ASiair c'est relativement simple : on positionne d'abord le bouton du TPlink sur le mode AP Ring / Ext (extender) on allume le TP Link et l'ASiair, on attend que tout ça démarre normalement avec la tablette on va dans Paramètres Wi-Fi et on se connecte au Wi-Fi du TPlink on lance internet explorer sur la tablette avec l'adresse http://tplinkwifi.net et on se log avec admin/admin on lance un quick setup, on suit la procédure à l'écran et on cherche le réseau Wi-Fi ASIAIR, puis on s'y connecte on clique sur Finish et le TPlink va alors se substituer au réseau de l'ASIAIR on se connecte à nouveau au Wi-Fi avec la tablette, on cherche cette fois le réseau ASIAIR on peut lancer le soft de l'ASiair, c'est terminé En plaçant le TPlink à mi-chemin entre l'ASiair et notre tablette, on a pu aller cette fois jusqu'à plus de 25 mètres de portée, on a pas testé au-delà de mon terrain donc possible d'avoir plus que ça (avec les 2 tablettes bas de gamme, la 5SE ayant toujours le soucis de portée Wi-Fi), y-compris dans toute la maison, avec toutes les barres Wi-Fi à fond !! Moralité : pour 34 euros c'est un must-have je pense. On l'alimente avec un petit Powerbank 5V USB par exemple (ou un chargeur USB si on a du 220v), et ça tiendra toute la nuit, idéal pour ceux qui voudraient faire un peu de remote bien au chaud dans la maison loin du télescope !!! Les tests de la nouvelle version béta de l'ASiair pro sortie hier matin : Parmi les nouveautés : possibilité de faire du dithering uniquement en AD (idéal pour ceux qui auraient une StarAdventurer) ajout des comètes dans la liste des objets (du coup on en a profité pour imager la Panstarrs 2017 T2 !) une formidable fonction "Center here" qui permet en appuyant le doigt sur une zone de l'image, de recentrer automatiquement la monture à cet endroit, fini les galères à jouer de la raquette sans savoir dans quel sens aller !! une fonction d'annotation automatique des objets présents à l'image (idem au site Astrometry.net), très pratique pour identifier des objets dans nos images, et cela en live ! une amélioration de la fonction de Power Management des 4 prises 12V de l'ASiair pro pilotable depuis la tablette pas mal de changements au niveau de l'autoguidage, une échelle automatique sur les secondes d'arc, la valeur HFD des étoiles au lieu de FWHM et d'autres (et certaines qui m'ont personnellement dérouté au début) et d'autres changements mineurs On a également testé le live-stacking, ça marche pas mal du tout, en revanche pas de dithering possible dans ce mode apparemment, et ça paraît normal puisqu'il empile à la volée avec autoguidage, donc le dithering produirait un décalage de l'empilement j'imagine. En conclusion, que du bon avec cet ASiair pro et cette toute nouvelle version béta, les 4 sorties 12V sont un vrai plus pour éviter la filasse autour de l'instrument, la portée du Wi-Fi reste du même acabit que l'ASiair classique, mais peut être largement boostée avec un petit extender Wi-Fi à une 30aine d'euros. A noter un point important à mentionner : la vitesse d'affichage des images à l'écran, et donc le rafraichissement de ces images, dépend apparemment essentiellement du débit Wi-Fi que vous avez derrière, et pas de la puissance de la tablette, de sa RAM ou même de l'USB3.0 de l'ASiair pro. Dès que vous perdez des barres Wi-Fi, le rafraichissement s'en ressent. Bon ça reste uniquement de l'affichage, ça n'impacte pas les performances de l'ASiair puisqu'il reste autonome sans tablette. Mais pour les réglages, à savoir la MAP, le cadrage et quelques premières images tests avant de lancer les poses, sachez qu'il vaut avoir les pleines barres Wi-Fi pour un débit optimal. En tout cas, perso je suis très content de cet ASiair pro et des améliorations par rapport à la version classique, même si j'avais espéré que l'USB3.0 aurait boosté les performances d'affichage notamment en mode Focus pour la MAP, ce qui n'est visiblement pas trop le cas. En espérant que ces infos vous soient utiles
  20. Bonjour La plupart des utilisateurs des Jumelles Canon 15X50 IS ce plaignent des bonnettes oculaires qui, si elles sont dépliées totalement, réduisent énormément le champ visuel et qui, si elles sont totalement repliées, ne jouent plus leur rôle d’empêcher la lumière de passer sur le coté. Il existe une astuce pour mettre les bonnettes dans une position intermédiaire: il faut percer un petit trou dans le caoutchouc (avec une aiguille à coudre très fine) et passer un fil dans la bonnette pour la maintenir fermée coté nez et ouverte de l'autre coté. C'est discret (trou minuscule dans le caoutchouc) et réversible. Photos: A savoir aussi pendant que j'y suis : des caches d'objectifs photo (Canon ou autres) diamètre 58 mm se montent parfaitement sur les 15x50 (il n'y en a pas d'origine...)
  21. Salut selon Michel, et son rapport plaisir/ennuis plus c'est simple, meilleur c'est - les gros capteurs couleur(s), ( ASI 2600 mc) s'ils ont l'avantage de la simplicité par rapport au noir et blanc, sont-ils si difficiles à aligner, et est-ce obligatoire? Autrement dit, pour avoir un grand champ cela mérite t'il une contrainte en plus? Est-ce difficile ? Quelle est au juste la technique qui permet ce réglage, la vérification sur des images avec des démontages et remontages ? à l'aide des vis de tilt? Et un capteur APS-C doit t'il obligatoirement être aligné? merci à tous, et bon dimanche
  22. Bonjour à tous ! j'ai un Newton 200/1000 sur HEQ5pro Goto pour faire de l'astrophoto au reflex. je suis à la limite des 10kg en astrophoto pour ma monture, cela-dit c'est quand même correct Avez-vous déjà pensé à alléger un tube skywatcher en enlevant la tubulure de métal pour le remplacer par des barres et un tissu ? ou autre matériau ? Je suis preneur de vos conseils de bricoleurs ! Merci !
  23. Bonjour à tous, l'un de vous a-t-il un avis sur l'utilisation de la graisse Ipone à l'aluminium pour mobylettes... elle semble bien visqueuse et résistante aux grandes amplitudes de température... Merci pour vos avis !
  24. Bonjour Pour ceux que cela interesse, j'ai ecris un petit tuto pour realiser des chapelets (lunaires essentiellement) avec paintshop ou photoshop. Nicolas Tutoriel chapelet.pdf
  25. Bonjour les amis, Pouvant faire du remote avec ma nouvelle monture, il me manque juste un truc. Tous mes setups sont équipés d'une mise au point électrique avec un boitier de commande à 2 boutons. C'est en fait le seul truc que je ne peux pas faire de la maison Alors voilà, l'idéal serait d'avoir un système à 2 relais piloté par USB2 pour envoyer les impulsions au boitier de commande. Un truc du genre https://www.robotshop.com/eu/fr/module-relais-usb-2-canaux-devantech.html Je recherche donc un informaticien/électronicien qui pourrait me réaliser le truc avec un petit soft visuel qui permettrait d'envoyer des impulsions aux relais avec la souris Impulsions qui seraient proportionnelle à la durée du clic. Je me chargerais ensuite du raccordement à mes boitiers de mise au point. Naturellement, je prends tous les frais à ma charge soit en espèces sonnantes et trébuchantes soit en délices du sud-ouest au gré du réalisateur. En espérant la chose réalisable par l'un d'entre vous, Je vous souhaite une bonne soirée, AG