Search the Community

Showing results for tags 'CROA'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Astronomy
    • General Astronomy
    • Practical astronomy
    • Visual observation
    • Astrophotography
    • Spectroscopy and photometry
    • Solar Astronomy
    • The Beginners Forum
    • Meetings-Events
    • Pro-Am Cooperations
    • New products
    • Seen on the net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • All about Astrosurf forums
    • Tests
    • Beta tests
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Informations du groupe
  • Le Sony A7s pour tous !'s Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Petites annonces
  • Astronomie Région Centre's Forum
  • Un réfracteur français's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Technique de traitements
  • eVscope Unistellar's Forum EvScope Unistellar
  • eVscope Unistellar's RESSOURCES sur l'eVscope (index alphabétique)
  • Le coin Astro-Physics's Forum Astro-Physics
  • Fuji X's Forum Fuji X

Categories

  • Images processing
  • Ephemerids and Skycharts
  • Simulation and calculation in optics

Categories

  • Sales
  • Purchases
  • Services
  • Reporting

Categories

  • Astrophotography
  • Equipments
  • Techniques d'observation
  • Refractors
  • Reflectors
  • Observation
  • Image processing

Categories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada
  • Jordany

Categories

  • Axilone Books
  • Astrosurf-Magazine

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.

Calendars

  • Astronomical Calendar
  • Meetings and events
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Évènements
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Évènements
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Évènements
  • Astronomie Région Centre's Évènements

Found 194 results

  1. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 4 dessins : 9197 à 9200. Voici la 6ème nuit d'affilée, ce qui est exceptionnel en Ile de France, avant l'arrivée des nuages demain. Je me suis installé à 23h30 dans le crépuscule nautique finissant. Vénus s'est couchée tandis que quelques voiles se résorbent. J'essuie un échec sur NGC3643 et sa supernova dans le Lion, la galaxie n'était pas visible, dans ce cas difficile de confirmer la supernova. Je me rabats sur une galaxie à côté pour ne pas être venu pour rien dans cette zone. Observation 9197 : NGC3640. A 150x, je la vois faible, condensée et très diffuse. J'ai ma revanche sur la précédente supernova avec celle de M61, l'inverse de la précédente, ici la galaxie est plus brillante que la supernova. Observation 9198 : M61 et sa supernova SN2020jfo. M61 et sa supernova sont vues, mais affaiblies par des voiles de plus en plus présents. 150x, 218x. La galaxie est faible à très faible, effacée par rapport à ce que je connais. Ses spires sont juste soupçonnées. La supernova est visible très faiblement, il a fallu grossir 218x pour la voir. Je m'autorise une pause repos et repas. Des cirrus traînent à l'ouest au retour à 1h. Je change de zone de ciel pour cette raison, direction des galaxies d'Ophiucus. Observation 9199 : NGC6570. Assez large à 150x, elle est très diffuse et vue 50% du temps VI3 en vision décalée. Observation 9200 : NGC6627. Comme la précédente, elle est VI3, mais moins diffuse, à 109x. Je baille, la fatigue est toujours là, latente. 6 nuits d'affilée, ça pèse sur le capital sommeil. A 2h20 les voiles arrivent aussi sur Ophiucus. Je m'endors sur le télescope malgré des clameurs et de la musique loin à l'est. Je fais une sieste dans la voiture en espérant le départ des voiles, mais ils sont encore là à 3h30, soit une demi-heure avant l'aube, donc je remballe et dors ici.
  2. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 9 dessins : 9188 à 9196. Comme les nuits précédentes, je suis accueilli à 23h30 par les coassements des batraciens à l'ouest. Je rends d'abord visite à un astre errant chevelu comme ces dernières nuits, la comète Panstarrs 2017 T2 dans la Grande Ourse. Observation 9188 : comète Panstarrs 2017 T2. Située à l'emplacement prévu, elle est déjà visible au chercheur 9x50 comme une tache floue très faible. Je l'observe ensuite au télescope à 75x, 109x et 150x, plaçant d'abord son noyau à 23h39. Deux queues sont soupçonnées à 109x, vues VI3 et VI5 respectivement. Elle est très diffuse et son centre me semble presque ponctuel. Je vise ensuite un des 3 amas globulaire de la Chevelure de Bérénice. Observation 9189 : NGC4147. Je le vois tout de suite considérablement faible à 75x. La turbulence faible me permet de résoudre certaines de ses étoiles à 150x, mieux détaillées à 218x. Le coeur proéminent reste un peu granuleux . Je poursuis mes observations avec des galaxies de la Chevelure de Bérénice dont un groupe pour lequel il faudrait une carte de champ pour ne pas en zapper et les identifier plus certainement. Observation 9190 : NGC4155. 150x. Elle est limite en vision directe, entre très faible et VI1, petite et facile. Observation 9191 : NGC4158. Repérée dès 75x, elle est "facile" à 150x en vision indirecte 1 (VI1), car c'est tout relatif. Son centre plus brillant reste flou. Observation 9192 : NGC4089/95. Il s'agit du groupe de galaxies de NGC4089 à NGC4098, assez fourni à 150x bien qu'elles se montrent faiblement. Je vois NGC4089, 4095 et 4092 VI2, NGC4093 VI4, et une fausse tache floue due à 3 étoiles serrées vues VI4 et dont une photo vue à posteriori montre la vraie nature. Il me manque une carte de champ, j'en ai raté d'autres moins évidentes. Observation 9193 : NGC4152. Observée à 109x, elle est très faible. Après un coup de barre à 1h50 et plusieurs échecs concomitants à la fatigue sur d'autres faibles galaxies de la Chevelure de Bérénice, je bascule sur les galaxies des Chiens de Chasse, grand bien m'en fasse. En effet 2 belles surprises m'y attendent malgré la fatigue : NGC4460 et surtout NGC4449. Observation 9194 : NGC4485/90 La lampe d'Aladin est bien allumée ce soir. A 150x, NGC4490 montre bien sa forme incurvée, considérablement faible, et NGC4485 est vue très faible, très diffuse, comme un panache de fumée "géniale" s'en échappant. Observation 9195 : NGC4460. 150x. C'est une belle surprise que cette galaxie effilée faible à très faible, j'aime sa finesse. Un peu de buée se dépose sur l'oculaire comme sur la voiture. Observation 9196 : NGC4449. 150x, 218x, 75x. Elle m'apparaît évidente assez faible à considérablement faible, et montre du détail, pleine de nodosités. J'avais oublié que c'est la fameuse galaxie irrégulière des Chiens de Chasse. Une apothéose de la nuit! A refaire absolument au Dobson 508! L'aube vient stopper les observations à 4h. Fatigué, je dors sur place jusqu'à 7h30. Mine de rien je viens d'enchaîner 5 nuits de suite déjà!
  3. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 7 dessins : 9181 à 9187. Je peux enchaîner les nuits lors de ces vacances franciliennes au lieu de tourangelles, la faute à la limite des 100kms suite au Covid 19. Je suis en poste à 23h40, bis repetitae d'hier avec le son des grenouilles de l'ouest. J'entame la nuit avec la comète Atlas C/2019 Y1 dans la Grande Ourse. Observation 9181 : Atlas C/2019 Y1. 75x, 109x. Elle n'est pas évidente à repérer à 75x, peu contrastée. Elle est confirmée à 109x. Je la note très faible à VI1, très diffuse, son halo est allongé et incurvé. Je confirme qu'à l'endroit où je l'ai dessinée hier il n'y a plus rien. Vérification pas anodine, c'est que ça grouille de galaxies par ici, le doute est donc levé. Je me fais quelques galaxies à proximité dans la même constellation. Observation 9182 : NGC3286/88. 150x. Ces galaxies sont difficiles, NGC3286 étant la moins ardue vue VI2 soit 75% du temps en vison indirecte (VI), NGC3288 est VI4 (25% du temps en VI). A minuit 45 l'ISS me gratifie d'un passage. Observation 9183 : NGC3353. 109x. Elle est petite, condensée, faible. Sa taille rend le repérage ardu. Ensuite elle est évidente. Observation 9184 : NGC4606. 150x. Cette galaxie très faible et peu contrastée gagne un peu plus d'intérêt de ma part quand se dévoilent dedans une étoile et une nodosité. Le petit vent froid par moments rappelle que les Saints de Glace ça existe. Des chiens se font entendre assez loin au nord, sûrement les mêmes que les derniers jours. Je pointe des galaxies de la Vierge dont M90. Observation 9185 : M90. 109x, 150x. Ce Messier est une galaxie très diffuse. hormis le centre considérablement faible, le reste est très faible. J'ai rendu visite aux vaches et vu Jupiter se lever rougeoyante vers 1h45. La Vierge est trop descendue dans le halo de Paris, direction encore les galaxies autour de M101 après une mini-sieste. Désolé pour le copié-collé du programme des 2 dernières nuits mais je me réhabitue lentement à reprendre une activité astronomique normale! Observation 9186 : NGC5585. 109x, 75x. Je la vois dès 75x, peu contrastée, avec des limites incertaines. Elle est très faible à VI1. A 3h je refais une petite sieste. Observation 9187 : NGC5631. 150x. Elle est condensé, petite, et révèle un centre plus brillant, considérablement faible. A 4h10 l'aube arrive, de plus en plus tôt invasive jusqu'au solstice d'été. Je voulais tenter 2 comètes dans Persée, Atlas C/2019 Y4 et SWAN C/2020 F8 mais elles sont trop basses dans le ciel maintenant trop clair à 4h30, double échec pour finir la nuit.
  4. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 3 dessins : 9178 à 9180. Je me suis installé à 23h15 dans le crépuscule nautique sous un concert de coassements venus de l'étang à l'ouest. Des voiles sont présents, débordant du Nord-Ouest. Je commence les observations avec la comète Panstarrs dans la Grande Ourse. Observation 9178 : Panstarrs 2017 T2. 75x, 109x, 150x. Elle est soupçonnée très faible comme une tache floue au chercheur 9x50, contre une étoile de magnitude 9. Assez faible et très diffuse, elle ne révèle pas de structure particulière. Le noyau discret a été placé à 23h32. La comète est évidente et elle s'est rapprochée de l'étoile au sud pendant le dessin. La turbulence reste moyenne pendant le dessin. Puis je vise un autre astre errant, la comète Atlas Y1 aussi dans la Grande Ourse. Observation 9179 : Atlas C/2019 Y1. 75x, 109x. J'ai failli la rater car elle est en retard d'un demi-jour sur la trajectoire de ma carte. Elle est très faible et très diffuse. En vision indirecte, son centre est plus brillant. J'ai placé son noyau à 0h12. Le pull seul devient insuffisant, je mets le gros manteau d'hiver. Les voiles sont moins présents sauf bas à l'ouest. Je connais un échec sur la comète Howell dans la Vierge. Je me rabats sur une galaxie vers gamma de la Vierge. Observation 9180 : NGC4592. 109x. Très très faible à VI2. Je subis un coup de barre à 1h du matin et la suite de la nuit est gâchée par la fatigue : après une indispensable sieste d'une heure, les voiles sont revenus notamment sur la Vierge. Je redors mais suis encore fatigué et finis par remballer à 3h30 sous le ciel redevenu nickel. Dégoûté!
  5. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 10 dessins : 9168 à 9177. Je suis venu une heure plus tard que prévu car ma sieste après le dîner a été trop longue, j'ai finalement fait un cycle de sommeil complet. Je suis prêt à 1h10. Les grenouilles de la mare à l'ouest seront bruyantes cette nuit, transformant mon CROA en COA! J'entame les observations avec diverses galaxies de la Vierge à proximité de celles d'hier, et parmi elles M60. Observation 9168 : M60 et NGC4647. 109x. Ce duo est hétérogène, M60 assez faible à considérablement faible est à la fois condensée et diffuse, son centre quasi-ponctuel ressort. Son satellite NGC4647 est vu VI1 avec son centre discret ponctuel. Observation 9169 : NGC4638. 150x. Dans le voisinage moins proche de M60, se trouve cette galaxie faible. Observation 9170 : NGC4634. 150x. Vue VI2, elle est morcellée et allongée. J'ai le nez bouché à 2h à cause du froid, c'est le retour de l'hiver ou quoi? 20 minutes plus tard j'en viens même à aller marcher pour me réchauffer, et rends visite aux vaches de la ferme. Observation 9171 : NGC4660. Elle se montre dès 75x comme une étoile floue considérablement faible à plutôt faible. Elle est facile à 150x. Observation 9172 : NGC4754. A 150x, elle brille peu, considérablement faible, condensée et petite. Observation 9173 : NGC4762. Elle me semble considérablement faible à plutôt faible à 150x, et en vision décalée elle s'allonge 2 fois plus. Elle est contrastée et je note des différences d'éclat vers son noyau. Elle est descendue dans le halo de pollution lumineuse de Paris, signal qu'il faut changer de coin de ciel pour la suite. A 2h45 des voiles se montrent à l'horizon ouest. A 3h les vaches me rendent la politesse en venant brouter l'herbe par ici, dans leur pâturage de l'autre côté de la route. Comme la constellation de la Vierge est donc maintenant trop dans la pollution lumineuse de Paris, je me rabats sur la zone d'hier autour de M101 de la Grande Ourse tandis que des voiles passent bas au nord. Observation 9174 : NGC5368. 109x. Faible à très faible, la petiôte est vraiment minuscule. C'est surtout en vision indirecte qu'on la reconnait comme une galaxie, elle s'étend, et pas qu'à cause de la mauvaise résolution des bâtonnets de ma rétine. A 3h30 les grenouilles s'excitent, quelle cohue! Observation 9175 : NGC5474. 109x, 150x. Facile à voir bien que diffuse, elle est faible à très faible, étendue, et en vision indirecte je soupçonne une structure spirale, ce que les photos consultées le lendemain confirment. A refaire au Dobson de 508! Observation 9176 : NGC5477. 109x. Elle est très diffuse, dure VI3 à 4 (donc vue 25% à 50% du temps en vision indirecte). A 4h10 l'aube arrive et à peine un quart d'heure après il fait trop jour pour le ciel profond. Observation 9177 : NGC5475. 109x. Cette dernière galaxie de la nuit est vue de suite, faible et allongée, avec son centre plus brillant. L'aube l'efface. Je regarde rapidement Jupiter et Saturne à 218x assez turbulentes mais la première montre quelques détails sur ses bandes. Je pars à 4h45.
  6. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 6 dessins : 9162 à 9167. Après 2 mois de confinement et d'astro-balcon dû à la pandémie de Covid 19, nous sommes enfin autorisés à dépasser la limite d'un kilomètre autour de chez nous. Et le site des ballots de foin reste dans la limite des 100kms désormais autorisés. Ca met un peu de baume au coeur après avoir dû annuler le séjour en Touraine prévu dans 3 jours car bien au delà de cette limite. Donc, le beau temps étant revenu, Jcb et moi n'hésitons pas et fonçons sur notre site habituel ce soir. Il est déjà là avec ses enfants à mon arrivée. Je suis prêt à 23h15 alors que la nuit n'est pas encore totale, le solstice d'été est dans un mois et les nuits astro commencent tardivement. J'observe des galaxies du Lion dans de bien meilleures conditions que sur mon balcon, où la magnitude 12 était pénible à atteindre avec mon télescope, contre 14 ici. Observation 9162 : NGC3526. Dessinée à 150x, elle n'est pas facile, allongée, diffuse, vue en vision indirecte 50% à 75% du temps (VI2 à 3). Des aboiements de chiens au nord troublent le silence de la nuit. L'ISS passe à 23h55 dans la quiétude retrouvée. Observation 9163 : NGC3601. A 109x, elle affiche son centre ponctuel, sa forme ronde, condensée, vue tout le temps mais qu'en vision décalée, petite. Il fait frisquet, on est en période des Saints de Glace, je mets le pull. Ma cible suivante est une galaxie de la Vierge, un Messier figurez-vous, je n'observe pas que de la tachouille! Observation 9164 : M59. Assez brillante, elle est condensée, diffuse à 150x. J'ai mis les gants. Fatigué à 1h, je vais siester une quarantaine de minutes. Restant dans le registre galactique, je pointe au retour des galaxies de la Grande Ourse autour de M101. Observation 9165 : NGC5473. 75x, 109x. Elle est facile, considérablement faible, condensée. La turbulence faible magnifie les images. Observation 9166 : NGC5485/86. 109x. NGC5485 est évidente, considérablement faible, condensée, tandis que NGC5986 se devine en vision décalée, 100% du temps. Jupiter et Saturne sont à 4° de hauteur au sud-est, et symbolisent l'appel de l'été dans les constellations du Sagittaire et Capricorne. Observation 9167 : NGC5422. 109x. Cette dernière galaxie de la nuit m'apparaît petite, allongée, contrastée et considérablement faible. A 3h, je repique du nez, 20 minutes après Jcb, et je dors 1h. Puis l'aube arrivant, je remballe et redors 4h. Ca me fera des réserves pour enchaîner des nuits d'astro pendant ces vacances.
  7. (Le post est long. Ca compense la modestie de la partie "astrophoto") Voici donc la Lagune et ses voisines (notamment le Trèfle), cibles classiques du ciel d'été. Le résultat est esthétique mais convenu, j'imagine que cette zone a été photographiée des dizaines de milliers de fois par la communauté des astronomes amateurs, voire davantage. C'est pris au Pentax K1 + Samyang 125, suivi Astrotracer, 4 minutes et 20 secondes de pose totale, traitement DeepSkyStacker et Photoshop. (quand je me souviens de ce que j'obtenais en 5 minutes de pose sur film Ilford HP5, à 13 ans, avec mon Canon FE1 et son 50mm F1,8... sous un ciel de rêve, en plus...) Vous allez me dire que j'aurais pu choisir quelque chose de plus exotique ? Après tout, j'habite à 35° de latitude nord et cela m'autorise - en théorie - de belles incursions dans le ciel austral. C'est vrai. J'avais d'ailleurs prévu, cette nuit, d'imager la patte de chat (ça ne doit pas s'appeler comme ça, je suppose), vous savez, le truc qui évoque des coussinets, bien plus bas que M20-M8... Bref. Les nuages en ont décidé autrement : dans les trous, seul le tout-venant daignait se montrer. J'ai pu faire une série de poses, pas davantage, avant de devoir plier mes gaules. La soirée fut pourtant fort divertissante : Je suis allé en montagne, sur un spot repéré grâce à Google Map : une plate-forme d'observation sommitale (1600m), en surplomb d'une vaste et profonde vallée inhabitée. Sur la route, escarpée, étroite et tortueuse à souhait, j'ai croisé : un serpent, des crapauds, trois biches, trois mangoustes (dont une énorme, je me demande s'il ne s'agit pas plutôt d'un bestiau genre glouton), un blaireau, un lapin, deux chauves-souris (dans les parties en tunnel) et un oiseau de proie ! A proximité du sommet, un japonais d'âge indéterminé, binette sur l'épaule, m'a regardé passer avec une expression si glauque que je me suis aussitôt rêvé - enfin cauchemardé - en plein remake de Délivrance... Une fois sur place, j'ai profité de la vue : ... avant d'installer mon bordel : L'APN et son cailloux sur leur trépied, les jumelles Nikon 20x120 sur leur colonne. Ces dernières m'ont bien occupé : elles sont redoutables pour admirer la nature, surtout lorsque la nuit tombe. Vous noterez la transparence très moyenne de l'atmosphère... j'ai bien fait de monter parce qu'en vallée, c'était la purée de pois ! Je me suis amusé à comparer des images classiques et infrarouges en visant les sommets lointains, noyés dans la brume, au télé de 300 : la différence est, comme prévu, spectaculaire ! Je vous montre ce que cela donne, en sortie de boîtier (donc sans traitement) : A gauche, en lumière visible et à droite, en proche infrarouge (760 nm) Avec un peu de travail, on peut sortir quelque chose d'agréable sans forcer alors même qu'à l’œil nu ou aux jumelles, on ne voit rien : Et la même chose, en lumière visible ? Même pas en rêve... Sur l'escalier menant à la plate-forme d'observation, je remarque une sorte de tresse circulaire, en paille, assez complexe ; je n'ai jamais vu ça, je n'ai aucune idée de sa signification. L'ambiance Délivrance se mâtine soudain de projet Blair Witch, d'autant que la nuit venue, toute la faune locale s'active : craquements de branches, bruissements de feuilles et d'arbustes piétinés, cris variés, bourdonnements incessants... l'homme moderne que je suis n'est plus habitué à ces manifestations : je sursaute toutes les trois minutes, je cogne mes trépieds en chassant les mouches, j'avale un moustique en baillant (véridique) : pratique, quand on fait des poses ! Par trois fois, j'allume ma lampe torche pour identifier la source des bruits les plus improbables, pensant me retrouver nez à nez avec des autochtones adeptes de sacrifices humains (je devrais sérieusement revoir mes choix de films, ça laisse des traces), et je tombe sur... un cerf, à une dizaine de mètres, dans la pente : les andouillers regardent l'andouille, brièvement, puis la bête recommence à brouter sans s'émouvoir... je peux comprendre : ce n'est pas elle qui détonne, dans le paysage. Quand enfin, je me détends et cesse de m'inquiéter sans raison, les nuages décident d'abréger l'expérience : quelques poses vite fait sur ce qui se laisse voir (M8-20, donc) et hop, je dois tout ranger. Des éclairs distants illuminent la vallée : dix minutes après mon départ, il pleut... N'empêche, c'était une super soirée. La prochaine fois, j'imagerai la patte de chat !
  8. Par une belle nuit d'été

    Date d’observation : Dans la nuit du 7 au 8 Aout 2020 Heure d’observation : 23h15 – 02h40 Lieu d’observation : Haubourdin Type de ciel : Ciel urbain Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm) Oculaires / champ / grossissement respectif : - Explore Scientific 30 mm (82° / 40 X) - Pentax XW 20 mm (70° / 60 X) - Televue Delos 12 mm (72° / 100 X) - Pentax XW 7 mm (70° / 171 X) - Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X) Filtres : - UHC Astronomik : Oui - OIII Astronomik : Oui - H-Beta Astronomik : Oui Conditions : Ciel bien dégagé avec des températures chaudes pour la saison Objet(s) observé(s) : - Lune : Oui - Planète(s) : Oui (Saturne) - Ciel profond : Oui (M13, M92, M57 et NGC 6826) Préface ! Bonjour, Ce Vendredi 7 Août 2020, nous avons le droit à une superbe journée ensoleillée, mais très étouffante au niveau des températures (c’est la canicule). Le ciel est quasi sans nuages, ce qui laisse penser à une excellente soirée astronomique. Effectivement, c’est le cas. La météo tient ses promesses. Pas un seul nuage à l’horizon ne vient jouer les trouble-fêtes. Pas un seul. Bien avant la tombée de la nuit, je décide de sortir tout le matériel sur ma terrasse, histoire que tout soit refroidi. En attendant le moment venu, je pense aux objets que je voudrais observer : les grands classiques du ciel d’été, ainsi que la planète Saturne. Vers 22h15, je commence à voir Véga à l’eoil nu, signe que je peux tout de même initialiser ma raquette Go-To en choisissant cet astre-ci et Arcturus comme étoiles de référence. Le début de ma soirée ne commence réellement que dans les environs des 23h00… Les grands classiques de l’été ! Le ciel s’étant bien assombri, il est grand temps pour moi de me rendre dans la constellation d’Hercule pour y découvrir 2 superbes objets : M13 Magnitude = 5,8 Taille = 20’ Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X Description : Un magnifique poudroiement d’étoiles au beau milieu du champ du Televue Delos 12 mm attire mon regard. C’est bien lui. C’est bien M13, le roi des globulaires, que je suis en train d’observer. Dans le champ du Pentax XW 7 mm, bien qu’il ait perdu en luminosité, le Y sombre, quant à lui, est parfaitement visible en vision décalée. Il se présente comme 3 chenaux sombres formant la lettre en question. M92 Magnitude = 6,5 Taille = 14’ Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X Description : Le frère cadet de M13. J’ai nommé M92. Il possède un cœur plus petit mais plus lumineux, puis est parfaitement bien résolu en de nombreuses étoiles de faible magnitude. C’est toujours un véritable plaisir de l’observer. M57 Magnitude = 8,8 Taille = 86 x 62’ Oculaire(s) utilisé(s) = Televue Delos 12 mm et Pentax WX 7 mm Grossissement(s) respectif(s) = 100 X et 171 X Description : Bien haute dans le ciel, M57 resplendit à merveille avec sa forme légèrement ovalisée, ainsi que ses anses plus sombres. En assistant bien sur la vision décalée, dans le champ du Televue Delos 12 mm, j’aperçois également la très faible étoile de magnitude 12,26 portant le nom de GSC 2642-0433 qui apparaît par intermittence. Dans le champ du Pentax XW 7 mm, elle est bien plus évidente à observer. NGC 6826 Magnitude = 8,8 Taille = 27x24’’ Oculaire(s) utilisé(s) = Pentax XW 3,5 mm Grossissement(s) respectif(s) = 343 X Description : Une autre superbe nébuleuse planétaire après M57. Elle est grande, lumineuse et on voit très aisément son étoile centrale. En la regardant alternativement de face et en vision décalée, elle apparaît et disparaît, puis semble aussi clignoter autour de la centrale. La planète Saturne ! Et pour conclure en beauté cette superbe nuit étoilée, je décide de passer de longues minutes à observer la plus belle planète du système solaire. J’ai nommé Saturne. Ah, grand dieu ! Que je suis hyper, mais hyper heureux de pouvoir l’admirer à nouveau. J’en ai presque les larmes aux yeux tellement que le spectacle est magique. Dans le champ du Pentax XW 3,5 mm, j’y décèle sans problème sa Division de Cassini, ainsi que des bandes nuageuses sur son disque. Pour ce qui est de ses satellites, j’y vois sans problème Titan, mais il me semble également en découvrir d’autres comme Rhéa, par exemple. Bilan de la soirée ! Même si j’étais très heureux de retrouver quelques-uns des plus beaux objets du ciel d’été, je ne pouvais m’empêcher aux longues minutes à observer la planète Saturne qui me fait toujours rêver. Quelle joie pour moi de la vois flotter au beau milieu du champ de l’oculaire. Quel plaisir d’avoir revu la Division de Cassini, cette fine bande noire, qui fait quasiment tout le tour de la planète. D’ailleurs, c’est elle qui sépare l’anneau A de l’anneau B. En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
  9. Bonjour, Alors que j'observais Neowise au Télescope, j'ai eu l'impression d'être (à nouveau) éclairé par des phares de voiture vers 1h12 (23h12 UT le dimanche 26), mais ça venait d'en haut: j'ai pu suivre visuellement la fin de la désintégration de l'objet, avec un morceau principal bien vert qui filait Sud-Nord de au-dessus de cassiopée pour finir un peu sous la polaire [vu depuis 50km au sud de Paris]. La flash principal, a priori assez haut dans le ciel entre Pégase et le Cygne, devait tourner autour de la magnitude -15, certainement plus brillant que la pleine lune... j'imagine que d'autres l'on vu, et au moins des caméras frippon. Rentrée atmosphérique ou météoride? Sinon, 3-4 min plus tard, à 1h16.0 précises j'ai entendu une double détonation - était-ce lié ou indépendant? Nicolas
  10. Bonjour à tous, Suite à une discussion à laquelle j'ai participée hier sur Cloudy Nights, j'ai pris la décision hier soir de tenter ma chance sur la double tau Cygne, dont j'entendais parler pour la première fois hier, contrairement à lambda Cygne que j'ai eu l'occasion de voir plusieurs fois et de photographier et de mettre en ligne ici sur le blog. J'ai pris le réfracteur APM LZOS de 6 pouces. En effet, je n'avais jamais essayé cette étoile double auparavant. Je n'en avais d'ailleurs jamais entendu parler dans aucun CROA. D'abord, plusieurs tentatives infructueuses à 300 X, 400 X, 450 X sur Tau Cygne en début de nuit, mais avec une hauteur insuffisante, j'ai failli lâcher prise. Après avoir une fois vérifié que Lambda Cygne devenait assez facile à dédoubler vers 23 h 30 TU le jeudi 8 juillet, avec une visibilité de 80% du temps, et avec un grossissement de 600 X, 4 D, soit une barlow TV 3 X et un ortho 6 mm BCO, ou un ortho Celestron de 4 mm et la barlow TV 2 X , j'ai déplacé le télescope vers Tau Cygne avec le même grossissement, sans bouger l'orientation du renvoi à prisme APM 2 pouces (important). Cette double inégale est beaucoup plus difficile de séparer de son compagnon, mais je l'ai bien vue comme un petit point gris au-dessus de l'étoile principale, 40% du temps, peut être un peu plus, ou un peu moins, car souvent perturbé par la petite luminosité du premier anneau du disque d'airy, mais toujours au même endroit. J'étais sûr de l'avoir vu après la confirmation de l'angle thêta (θ) dans stelle doppie. Le compagnon de Tau Cygnus est exactement à l'opposé du compagnon de Lambda Cygnus: PA actuel 358,5 ° pour Lambda Cygnus et PA actuel pour Tau Cygnus 187,9 °. Vous n'avez qu'à passer d'une étoile à l'autre avec votre GOTO de votre monture équatoriale et essayer de confirmer vos observations. Je suis quasiment certain qu'il est beaucoup plus difficile de séparer la double Tau Cygne avec mon Maksutov STF 200 mm/ 2000 mm en raison de l'obstruction centrale (30%). Le premier anneau est beaucoup plus lumineux que dans mon réfracteur, et je trouve finalement beaucoup plus facile de séparer Lambda Cygne dans le petit réfracteur de 6 pouces. Il doit en être de même pour Tau Cygne. La figure d'airy du compagnon de Tau Cygnus ressemble plus à une petite étoile allongée qu'à un point, comme étirée par le premier anneau de la principale, probablement du fait qu'elle demeure très près à l'intérieur du premier anneau de l'étoile principale de Tau Cygne, premier anneau toujours très faible dans ce réfracteur (strehl 0,97 à 555 nm). J'avais déjà observé ce phénomène avec Lambda Cygne plusieurs fois. Je serai curieux de savoir à partir de quel diamètre un réflecteur peut voir cette double. J'ai réalisé une vidéo à 0.15" d'arc par pixel, et voici l'image tirée du film à partir d'un stack astrosurface H 64 de 38 images sélectionnées. Caméra ZWO ASI 290MM, barlow 3X et filtre uv/ir cut ZWO 7 Pixels à 0.15" d'arc/p soit 1.05" de séparation. La valeur de 0.15"/p n'a pas encore été étalonné par la mesure d'une étoile double étalon. La secondaire ne représente que 8% en luminosité du couple pour 1 " d'arc d’écart. Donc, plus de 2 h 30 passées en observation pour seulement deux doubles et une vidéo. En fait, ce n'est pas tout à fait juste, car j'avais testé en début de nuit mes deux nouveaux oculaires H.M. coulant 24.5 mm, en focale de 18 mm et 12.5 mm sur Epsilon Lyre, avec d'excellents résultats surtout pour le 12.5 mm et la barlow 3 X. Images de la double double parfaitement nette sur tout le champ, d'un bord à l'autre. Donc un peu moins de 2 h 30 d'observations pour cette séance sur ces deux doubles du Cygne. Un record quand même. Pour une belle observation, il faut attendre la montée des doubles vers le zénith pour que cette observation soit plus facile, mais Tau est difficile avec une 150 mm. Sans m'avancer, je ne pense pas que je puisse battre ce record de différence d'éclat, et de séparation , sauf à avoir un ciel magnifique. Ici, le seing devait être entre 6 et 7 pour 150 mm de diamètre. J'ai déjà eu 9 à 10. Données sur ces doubles: 21148+3803 AGC 13AB (Tau Cyg) / Sep. Now (ρ) 0.99" / Mag pri 3.83 Mag sec 6.57 delta mag (ΔM) 2.74 Tau Cygne: https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=93923 20474+3629 STT 413AB (Lam Cyg) / Sep. Now (ρ) 0.92" / Mag pri 4.73 Mag sec 6.26 delta mag (ΔM) 1.53 Lambda Cygne : https://www.stelledoppie.it/index2.php?iddoppia=91211 Bonne journée Claude Schuhmacher La discussion sur Observations visuelles sur astrosurf: La discussion sur Cloudy nights: https://www.cloudynights.com/topic/715744-more-about-lambda-cygni/ Un peu lus d'information sur cette double:http://stars.astro.illinois.edu/sow/taucyg.html
  11. Bonjour à tous, Je voudrais vous faitre partager une discussion sur cloudy nights que j'ai découverte hier. https://www.cloudynights.com/topic/715744-more-about-lambda-cygni/ J'ai donc pris la décision hier soir de tenter ma chance sur la double tau du Cygne, dont j'ai entendu parler pour la première fois hier, contrairement à lambda Cygne que j'ai eu l'occasion de voir plusieurs fois, et de photographier. Voici mon CROA, qui n'est que la traduction de mon texte en anglais: "J'ai essayé à nouveau cette nuit à dédoubler Lambda Cygne avec mon réfracteur APM LZOS de 6 pouces, mais la cible principale était Tau du Cygne. Je n'avais jamais essayé cette étoile double auparavant. Encore une fois, Lambda Cygne était "assez facile à dédoubler" vers 23h30 TU le jeudi 8 juillet, avec un grossissement de 600X, avec un barlow TV 3X et un ortho 6mm BCO. C'était également possible avec un ortho Celestron de 4 mm et la barlow TV 2X. Environ 80% du temps, j'ai pu la voir. J'ai déplacé le télescope vers Tau du Cygne avec le même grossissement (j'ai essayé un grossissement plus faible plus tôt dans la nuit et je n'ai pas réussi à faire la séparation du fait de la hauteur sur l'horizon et le grossissement insuffisant). Donc, j'avais vraiment besoin de 600X. Beaucoup plus difficile de séparer, le compagnon était visible comme un petit point gris au-dessus de l'étoile principale, 40% du temps environ, peut être un peu plus, mais parfois perturbé par la petite luminosité du premier anneau du disque d'airy. J'étais sûr de l'avoir vu en vérifiant l'angle thêta (θ) dans stelle doppie par la suite. Le compagnon de Tau Cygnus est exactement à l'opposé du compagnon de Lambda Cygnus: PA actuel 358,5 ° pour Lambda Cygnus et PA actuel pour Tau Cygnus 187,9 °. Vous n'avez qu'à passer d'une étoile à l'autre avec votre GOTO de votre monture équatoriale et essayer de confirmer vos observations. Je suis certain qu'elle serait beaucoup plus difficile de séparer avec mon Maksutov F10 STF 8 pouces en raison de l'obstruction centrale (30%). Le premier anneau est beaucoup plus lumineux que mon réflecteur, et je trouve beaucoup plus facile de séparer Lambda Cygne dans le petit réfracteur de 6 pouces. Bonne chance ClaudeS PS: La figure d'airy du compagnon de Tau Cygnus ressemble plus à une petite étoile allongée qu'à un point, probablement du fait qu'elle demeure très près à l'intérieur du premier anneau de l'étoile principale de Tau Cygne, premier anneau toujours très faible dans ce réfracteur, voir inexistant (strehl 0,97 à 555 nm). Je serais curieux de savoir à partir de quel diamètre un réflecteur peut voir cette double. L'obstruction doit jouer beaucoup. J'ai réalisé une vidéo à 0.15" d'arc par pixel, mais je ne l'ai pas encore traitée. Donc, 2h30 passées en observation pour seulement deux doubles et une vidéo. Mon record.Attendez bien la montée des doubles vers le zénith pour faire cette observation qui n'est pas facile. Données: 21148+3803 AGC 13AB (Tau Cyg) Sep. Now (ρ) 0.99" Mag pri 3.83 Mag sec 6.57 delta mag (ΔM) 2.74 Tau Cygne 20474+3629 STT 413AB (Lam Cyg) Sep. Now (ρ) 0.92" Mag pri 4.73 Mag sec 6.26 delta mag (ΔM) 1.53 Lambda Cygne
  12. 300 comètes en visuel !

    C’est avec la comète C/2020 F3 NEOWISE que j’atteins la barre des 300 comètes différentes observées en visuel depuis la première en 1983, l’extraordinaire IRAS-Araki-Alcock. Dans cette longue liste, il y a bien sûr Hyakutake et Hale-Bopp et il y a plus longtemps Halley…. Je compte les périodiques une seule fois, mais pour certaines, Wirtanen, je l’ai vu lors de 5 passages différents au périhélie. Que de souvenirs très différents, comme par exemple celles qui se pulvérisent, celles avec 2 queues, celles très diffuses et grandes ou à l’inverse minuscules et très contrastées, et comme cette dernière dans les feux de l’aube. Il faudrait qu’un jour je fasse un bilan de tout cela avec toutes mes notes d’observation, dont les mesures de magnitude que je réalise à chaque fois. Pour la petite histoire, pour passer la barre des 300, je me suis cassé plusieurs fois les dents sur des comètes ces derniers mois sur des comètes très faibles (au-delà de mag 15-16) non vues malgré mon T 560 !! Mais revenons d’abord à celle de ce matin du 10 juillet, NEOWISE : Observée entre 2h15 et 3h tu, très basse sur l’horizon du début de l’aube (à 5° environ), avec des jumelles J 43x10, une L 90 et un T 250. Mesurée à mag m1 = +1,5 environ (pas facile à estimer avec si peu de jalons stellaires et sa très faible hauteur sur l’horizon). Coma très petite avec un aspect très typé avec un noyau d’aspect stellaire (ou quasi stellaire au T 250) d’où part une queue en 2 jets symétriques comme le montre très bien le dessin de Laurent (Ferrero) sur son site http://splendeursducielprofond.eklablog.fr/la-comete-c-2020-f3-neowise-commence-son-show-a194781814 La queue a été mesurée sur au moins 2° (PA305°), mais elle est certainement plus grande car le fond du ciel (clair de l’aube naissant) limite sa visibilité sur son extrémité. Elle est toutefois bien contrastée sur une bonne partie depuis la tête. Cette comète a été vue aussi à l’oeil nu mais pas facile, le créneau horaire est très court, entre le lever de la comète suffisamment « pas trop basse » et le jour naissant. Sa vision avec des jumelles est déjà très bien. Profitez vite de cette (enfin) belle comète avant qu’elle faiblisse. Malgré la Lune ou un peu de pollution lumineuse, ça doit aller (l’aube est plus gênante), l’essentiel c’est d’avoir un horizon très bas vers le nord-nord-est et un ciel limpide bien sûr ! Bonne chasse.
  13. Les fractures de la Lune

    Date d’observation : Dans la nuit du 29 au 30 Mai 2020 Heure d’observation : Non précisée Lieu d’observation : Haubourdin Type de ciel : Ciel urbain Matériel : Dobson Orion XT10g 254/1200 (Diamètre = 254 mm / Focale = 1200 mm / Rapport F/D = 4,7) Oculaires / champ / grossissement respectif : - Pentax XW 7 mm (70° / 171 x) - Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 x) - Pentax XW 7 mm + Televue Barlow 3x (70° / 521 x) Filtres : - UHC-S Baader : Non - OIII Astronomik : Non - H-Beta Astronomik : Non Conditions : Ciel bien dégagé avec des températures plutôt correctes pour la saison Objet(s) observé(s) : - Lune : Oui - Planète(s) : Non - Ciel profond : Non Préface ! Bonjour, Hier soir, en début de soirée, et ce, malgré un ciel quelque peu perfectible, je décide tout de même de sortir tout le matériel pour imager de nouveau notre satellite naturel. Qu’à cela ne tienne ! Lorsque la nuit tardive parvient enfin à tomber, les derniers cirrus restant finissent par se dissiper. Une fois le Go-To initialisé (indispensable pour bénéficier d’un meilleur confort en matière de suivi), il ne me reste plus qu’à insérer ma caméra dans le porte-oculaire, puis à la raccorder à mon PC portable, installé sur ma table de camping. Au programme : la photographie des fractures lunaires avec ma lentille de Barlow Televue 3x. De l’observation visuelle très réussie ! Après avoir réalisé quelques films SER de la Lune, je me suis vite rendu compte que le résultat final ne me convient pas. Je décide donc de jeter pas mal de ces films à la corbeille. Les causes possibles : la turbulence et/ou un défaut de mise au point. Néanmoins, je trouve que 2 photos peuvent éventuellement convenir. Le cratère Walther à droite de l'image. Photo prise avec la lentille de Barlow Televue 3x. Rimae Triesnecker, le cratère Triesnecker, puis Rima Hyginus. Photo prise avec la lentille de Barlow Televue 3x. Les minutes passent. La Lune continue de décliner. J’abandonne la séance d’astrophotographie pour me consacrer au visuel pur de notre satellite naturel. Je retire ma caméra du porte-oculaire pour laisser la place au Pentax XW 3,5 mm, puis par la suite, à la combinaison Pentax XW 7 mm + Barlow Televue 3x, ce qui me donnera un grossissement encore plus important. Je commence donc par observer quelques fractures lunaires bien connues de tous : RIMA ARIADAEUS Il s’agit d’une rainure linéaire qui mesure plus de 300 kilomètres de long. Elle possède le même nom du cratère qui marque son extrémité orientale, à savoir, Ariadaeus. RIMA HYGINUS Magnifique longue rainure linéaire qui se ramifie au Nord-Ouest et à l’Est-Sud sur une longueur totale de 220 kilomètres. En son centre, se trouve le cratère Hyginus, une formation circulaire possédant une muraille peu élevée, ainsi qu’un fond plat étendu. RIMAE TRIESNECKER Superbe système de rainures très ramifié, s’étendant du versant Nord de Rhaeticus à Rima Hyginus, puis situé sur le versant Est du cratère Triesnecker. Celui-ci comporte 5 rainures orientées Nord Sud. Ce soir, avec le Pentax XW 7 mm couplé à ma Barlow Televue 3x, je les vois très aisément. Elles me sautent directement aux yeux. Je n’en reviens toujours pas. Je suis en train d’observer Rimae Triesnecker, et ce, de manière plus évidente par rapport à la dernière soirée lunaire, grâce à un grossissement de 521 X. WALTHER Une superbe formation circulaire de type plaine marée, qui possède une muraille très élevée en gradins, un immense fond plat immense, un groupe de cratères dont Walther A au Nord-Est, ainsi que de nombre craterlets et lignes de crêtes. Bilan de la soirée ! Bien qu’en début de soirée, j’étais sceptique quant à la qualité de mes photos et de mes observations visuelles concernant Dame céleste. Finalement, il n’en était rien. Certes, au niveau des photographies des formations lunaires, ça n’a pas pété le feu, mais je m’en suis quand même bien sorti avec 2 images plus ou moins correctes. Il fallait dire également que la Lune commençait sérieusement à décliner vers l’Est. Au niveau du visuel, j’étais très heureux d’avoir pu redécouvrir Rimae Triesnecker grâce au duo Pentax XW 7 + Barlow Televue 3x, qui m’a donné un grossissement respectif de 521 X. J’y ai vu sans problème les 5 rainures. Autant vous dire que le spectacle était de toute beauté. En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
  14. Salut à tous ! Voilà une galaxie que j'ai pointée à plusieurs reprises ces dernières semaines, sans prendre le temps de la dessiner. On se trouve les excuses qu'on veut, pour moi elle ne faisait tout simplement pas partie des cibles du soir. Mais c'était bien par manque de courage. Quelques secondes à l'oculaire suffisent pour comprendre qu'on a ici affaire à un objet complexe, granuleux, qui foisonne de détails qu'il va falloir minutieusement analyser pour les dessiner au mieux. Bref, le genre de cible qu'il est plus simple d'attaquer à la lunette de 60 mm Ce soir du 21 mai, après avoir tourné autour depuis si longtemps, je m'y attaque enfin. Enfin... pas tout de suite quand même. Pour repousser un peu l'échéance, je commence d'abord par placer les étoiles du champ. Ceci fait, il me faut bien y aller. Bon, qu'est-ce qu'on a ? Visible en vision directe à 77×, j'ajoute la Barlow pour la retrouver... en vision directe à 154×. Tiens donc. Je change d'oculaire et passe à 200×. Idem. Alors ça, c'est pas banal ! Peu d'objets sont suffisamment contrastés pour tenir aussi bien la montée en grossissement dans mon T200. Rapidement, je suis à la fois émerveillé et découragé par le nombre de détails. Je reprends mon souffle, on va y aller tranquille ; j'ai tout mon temps, la température est douce et il n'y a pas de vent (par contre, la turbulence est bien présente). Je commence par passer un peu de temps à l'oculaire sans chercher à mémoriser quoi que ce soit et laisse les détails venir à moi. Puis un doute grandit. J'ai dessiné le champ oculaire à 77×, alors que, vu le nombre de détails et leur concentration, j'aurais dû m'y attaquer à 154×. Sur le dessin à 77×, les détails risques d'être trop ramassés... Bon, tant pis, on verra bien. Au final, et comme de fait, j'aurais dû dessiner le champ à 154×. Il ne faut donc pas hésiter à ouvrir l'image à pleine résolution pour profiter au mieux des détails représentés. J'ajoute également un crop à 100 %. Toujours est-il que cette galaxie est des plus surprenantes ! Je la connaissais déjà, bien-sûr, et je m'attendais bien à un objet des plus intéressants à décortiquer. À l'observer attentivement, elle dévoile néanmoins un nombre impressionnant de détails alors insoupçonnés ; qu'est-ce que cela doit être dans un plus grand diamètre ! Les nombreux détails brouillent la vue et paraissent se mélanger à l'oculaire, ce qui les rend difficiles à placer sur le papier. Je n'avais, comme à mon habitude, pas étudié l'objet en détail avant de le pointer et n'ai pas non-plus d'image de référence une fois à l'oculaire. C'est donc avec un bel étonnement et non sans fierté que, une fois rentré, je constate que les détails perçus et dessinés correspondent très bien à ce qu'on peut retrouver sur les photos Et je me rends alors compte que les renforcements de lumière et les étoiles visibles en son sein sont en fait des amas d'étoiles et autres régions HII situés dans la galaxie ! Combien de galaxies offrent à voir leurs objets internes à des télescopes de 200 mm ? Hormis quelques membres du groupe local, c'est extrêmement rare. Absolument épatant Page web : https://www.cypouz.com/croa/200521/ngc-4449 Objet : NGC 4449 Type : Gx Constellation : Chiens de chasse AD : 12h 28' 11" Déc. : +44° 05' 40" - Date, heure, durée : 21/05/2020, 21:39 TU, 1:09 - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent nul, 16 °C - T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S4/200× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38') et 200× (champ de 14'), H = 75°. Brillante Gx très irrégulière vue V3 — même à 200× ! — orientée NE aux dimensions estimées à 4' × 2' au plus large. De très nombreux détails parsèment la surface de la Gx. Il serait trop rébarbatif d'en faire un inventaire complet. Plusieurs renforcements de luminosité semblent alignés le long de l'axe principal, au cœur desquels se nichent des sources de lumière d'aspect ponctuel. L'impression générale est celle laissée par un amas globulaire très allongé à la limite de la résolution ; doté de quelques étoiles visibles sur une surface très granuleuse. La couronne externe est également irrégulière, plus trapue au NE. Crop à 100 % :
  15. Salut à tous ! Je continue mon exploration des fines galaxies vues par la tranche avec NGC 5529, une galaxie du Bouvier. Elle est très faiblarde, mais elle mérite qu'on s'y attarde car elle est vraiment très jolie. Le trio d'étoiles serrées à son extrémité ajoute une petite curiosité dans le champ. Page web : https://www.cypouz.com/croa/200519/ngc-5529 Objet : NGC 5529 Type : Gx Constellation : Bouvier AD : 14h 15' 34" Déc. : +36° 13' 35" - Date, heure, durée : 19/05/2020, 22:39 TU, 56' - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent moyen à gênant, 17 °C - T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S2/77× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38'), H = 75°. Très faible Gx effilée vue VI3, orientée PA 300 aux dimensions estimées à 4,5' × 0,5'. Un noyau stellaire vu VI5dd est entouré d'une zone oblongue de luminosité L2 qui s'étend en de très fines extensions. L'ensemble est auréolé d'une couronne très effilée aux limites plutôt nettes de luminosité L1. Remarque : L'étoile de mV 10,9 située à 4,9', PA 111, de NGC 5529 est entourée de deux étoiles plus faibles très proches, l'une de mV 12,9 à 35", PA 317, et l'autre de mV 13,5 à 28", PA 138. Ce trio d'étoiles alignées, orienté NO, forme une jolie étoile multiple optique dans le prolongement de l'axe galactique.
  16. Salut à tous ! Le beau temps a perduré, cette semaine, alors je poursuis mes observations Cette fois, une jolie galaxie dans l'ombre de M 106, bien que toutes deux doivent certainement être observables ensemble aux oculaires grands champs. NGC 4217 présente de nombreuses caractéristiques des galaxies vues par la tranche présentant une bande d'absorption ; ce que confirment les photos. Je suppose qu'il faut être doté d'un télescope d'au moins 300 mm de diamètre pour commencer à la percevoir. Cela n'a en tout cas pas été mon cas à 200 mm. Il faut trouver le juste grossissement ; suffisant pour écarter quelques étoiles gênantes, mais pas trop au risque de voir disparaître les extensions de la galaxie. Page web : https://www.cypouz.com/croa/200518/ngc-4217 Objet : NGC 4217 Type : Gx Constellation : Chiens de chasse AD : 12h 15' 51" Déc. : +47° 05' 22" - Date, heure, durée : 18/05/2020, 21:48 TU, 1:03 - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent moyen, 13,5 °C - T0 (mvlonUMi 6,27), P3, S1/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. Gx effilée vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 3' × 0,3'. Une zone centrale oblongue de luminosité L2 légèrement excentrée vers le NO est entourée d'une couronne très effilée de luminosité L1 aux limites plutôt nettes. Remarques : Une étoile de mV 11,8 est située à 1', PA 5, de NGC 4217 ; toute proche du bulbe central. L'étoile de mV 14,8 située à 1,8', PA 232, est sur le prolongement de l'axe galactique. L'étoile de mV 7,4 située à 6,2', PA 285, apparaît jaune-dorée.
  17. Salut à tous ! Après l'observation de NGC 5297, je quitte les Chiens de chasse afin de suivre la ronde des constellations, et passe au Bouvier. Pour changer des galaxies — et qu'est-ce que c'est plaisant ! — la cible est un amas globulaire très peu concentré que j'aime beaucoup, NGC 5466. Page web : https://www.cypouz.com/croa/200517/ngc-5466 Objet : NGC 5466 Type : AG Constellation : Bouvier AD : 14h 05' 27" Déc. : +28° 32' 04" - Date, heure, durée : 17/05/2020, 23:18 TU, 55' - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent faible à moyen, 12,5 °C - T0 (mvlonUMi 6,31), P3, S1/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38'), H = 65°. AG circulaire vu V3 aux limites plutôt nettes, d'un diamètre estimé à 5'. Moyennement détaché du fond de ciel, un fond diffus de luminosité L3 est recouvert d'un poudroiement d'étoiles assez dense sans condensation centrale apparente. De nombreuses étoiles sont clairement visibles sur toute sa surface. Remarque : L'étoile de mV 7,0 située à 20,3', PA 106, de NGC 5466 apparaît dorée.
  18. Salut à tous ! Le ciel a enfin daigné se dégager sous les assauts du vent, qui a lui-même bien voulu se calmer (un peu). Bref, j'ai sorti le télescope Et bien m'en a pris vues la très bonne transparence et les très bonnes conditions de turbulence de ces derniers soirs ! Ma première cible fut NGC 5297, une galaxie des Chiens de chasse. Elle ne paraît pas être une destination privilégiée vu le faible nombre d'observations que j'ai pu trouver. Elle est pourtant vraiment très jolie, très effilée et à proximité d'une étoile colorée. Les plus grands diamètres pourront même l'admirer aux cotés de NGC 5296, située à seulement 1,5' de son noyau ; malheureusement hors de portée pour moi. Page web : https://www.cypouz.com/croa/200517/ngc-5297 Objet : NGC 5297 Type : Gx Constellation : Chiens de chasse AD : 13h 46' 24" Déc. : +43° 52' 21" - Date, heure, durée : 17/05/2020, 22:17 TU, 53' - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent faible à moyen, 13,5 °C - T0 (mvlonUMi 6,31), P3, S1/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 80°. Gx effilée vue VI2, orientée PA 330 aux dimensions estimées à 3,5' × 0,5'. Une zone centrale allongée de luminosité L3 est entourée d'une zone oblongue de luminosité L2. La Gx se prolonge de part et d'autre par une couronne très effilée aux limites plutôt nettes de luminosité L1. Remarques : L'étoile de mV 9,5 située à 2,1', PA 63, de NGC 5297 apparaît orangée. L'étoile de mV 12,1 située à 2,4', PA 329, est sur le prolongement de l'axe galactique. L'étoile la plus faible dessinée est de mV 14,6. La galaxie NGC 5296 située à 1,5', PA 215, n'a pas été vue.
  19. Salut à tous ! Il me restait sous le coude une observation du 27 avril dernier. Je vous la propose donc aujourd'hui afin, peut-être, de chercher à combler cette période de mauvais temps. Il s'agit de NGC 5005, une galaxie de la constellation des Chiens de chasse. Plutôt brillante et contrastée, elle m'est apparue dissymétrique. Avec un gradient plus marqué d'un coté que de l'autre, comme cela peut être le cas avec la présence d'une bande d'absorption. Or il n'y a pas vraiment de bande d'absorption sur NGC 5005 ; en tout cas, pas comme on l'entend habituellement. Je me retrouve donc encore avec un cas de conscience, comme cela a pu être le cas récemment avec M 57. Voici donc mon analyse, pour essayer de sauver les meubles On peut effectivement trouver une fine et contrastée bande de poussière, sur les photos, qui borde le noyau du nord à l'ouest. Je pense que ce détail est très loin de mes possibilités de perception, tout d'abord, et en plus mon impression de plus fort gradient concerne la bordure sud, pas nord. Ça m'aurait bien arrangé que la bande de poussière soit de l'autre coté, pas de chance pour moi Cherchons ailleurs. Toujours sur les photos, on peut deviner, sur la bordure sud, une autre bande sombre bordant le noyau, beaucoup moins contrastée mais aussi bien plus large. Cela a-t-il eu une influence sur ma perception ? Sur certaines photos, on a l'impression que le gradient de luminosité part plus au nord, comme si le noyau, qui est bien au centre de l'oval, n'était pas au centre des isophotes. Au sud, le halo semble beaucoup plus uniforme, nettement moins marqué et contrasté. Cela aussi a-t-il eu une incidence ? Pour référence, voici une magnifique image de l'observatoire Capella : Je me dis que j'ai peut-être aussi été victime d'une sorte de biais d'orientation, comme si le fait d'avoir l'habitude de voir les choses à l'endroit m'a fait voir une dissymétrie là où il n'y en a pas, et que si j'avais observé la galaxie la tête en bas, j'aurais eu la même impression, mais de l'autre coté... Toujours est-il que cette impression de gradient plus franc au sud m'est apparue assez clairement. En cherchant dans les comptes-rendus d'autres observateurs, je n'en trouve pas trace. Sauf chez Steve Coe, qui note également cette « bande d'absorption » au sud. Ce qui n'est pas rien, vous admettrez Bref, n'étant une fois encore sûr de rien, je vous livre mon observation telle quelle. Faites-en bien ce que vous voulez Page web : https://www.cypouz.com/croa/200426/ngc-5005 Objet : NGC 5005 Type : Gx Constellation : Chiens de chasse AD : 13h 10' 56" Déc. : +37° 03' 29" - Date, heure, durée : 26/04/2020, 22:44 TU, 1:10 - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent nul, 10 °C - T1 (mvlonUMi 6,20), P3, S1/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 80°. Gx ovale vue VI1, orientée ENE aux dimensions estimées à 4,5' × 1,7'. Un noyau stellaire de mV estimé à 12,5 vu VI4 est comme traversé par une petite barre de luminosité L6 puis entouré de zones concentriques ovales graduellement moins brillantes. Une zone centrale de luminosité L5 est ainsi entourée d'une couronne externe de luminosité L3 à L2 aux limites plutôt nettes. Les zones centrales apparaissent effilées, avec un bulbe plus étendu au N et un gradient plus franc sous la partie S, comme si une bande d'absorption venait augmenter le contraste.
  20. Salut à tous ! Après l'observation du groupe de galaxies HCG 44 dans le Lion (NGC 3190, NGC 3193, NGC 3185 et NGC 3187), cf. https://www.cypouz.com/croa/200325/ngc-3190-ngc-3193-ngc-3185, je me suis attaqué à un autre groupe de Hickson, HCG 68 ; dans les Chiens de chasse, cette fois. Ce n'est qu'une fois à l'oculaire que sa vision m'a rappelé l'observation récente de @fred-burgeot. La façon dont NGC 5350, NGC 5353 et NGC 5354 semblent converger vers l'étoile de mV 5,8 est très caractéristique ! À y regarder de plus près, NGC 5354 ne pointe pas véritablement dessus, mais ça fait vraiment illusion. La beauté du champ tient vraiment à leur disposition très particulière, ainsi qu'à la belle couleur de l'étoile proche. La différence d'aspect très marquée entre les différentes composantes y est aussi pour beaucoup, avec NGC 5350 qui apparaît comme la plus étendue mais diaphane, et contraste avec le couple serré formé par NGC 5353 et NGC 5354. C'est vraiment un très chouette champ ! Je n'ai pas vraiment cherché à voir NGC 5355, qui m'est toute seule apparue, très furtivement, lors de l'observation des trois autres. De la même manière, je n'ai pas cherché à voir NGC 5358, qui ne m'est pour sa part pas apparue. J'aurais peut-être dû insister et essayer de la trouver. Je n'en ai même pas fait l'effort, convaincu qu'elle me serait inaccessible... J'ai hésité à inclure NGC 5371, toute proche, à mon observation. Néanmoins, ça rentrait vraiment au chausse-pied à 77×, et je me suis aperçu que c'est à 154× que j'arrivais le mieux à détailler le groupe. Elle attendra donc ! Et puis j'avais déjà suffisamment bien de quoi m'occuper avec les quatre composantes du groupe Page web : https://www.cypouz.com/croa/200423/ngc-5350-ngc-5353-ngc-5354-ngc-5355 Objet : NGC 5350, NGC 5353, NGC 5354 et NGC 5355 Type : Groupe de Gx Constellation : Chiens de chasse AD : 13h 53' 21" (NGC 5350) Déc. : +40° 21' 48" (NGC 5350) - Date, heure, durée : 23/04/2020, 22:03 TU, 1:09 - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent nul, 13 °C - T1 (mvlonUMi 6,27), P3, S1/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 154× (champ de 17'), H = 75°. - NGC 5350 : Gx oblongue assez étendue vue VI2, orientée NE aux dimensions estimées à 2' × 1,3'. Une large zone centrale allongée de luminosité L2 est entourée d'une couronne allongée aux limites floues de luminosité L1. - NGC 5353 : Gx ovale vue VI1, orientée NO aux dimensions estimées à 1,5' × 0,6'. Elle est située à 5', PA 169, de NGC 5350. Un noyau stellaire de mV estimée à 13 est entouré d'une zone centrale ovale de luminosité L4 auréolée d'une couronne aux limites plutôt nettes de luminosité L2. - NGC 5354 : Gx légèrement allongée vue VI1, orientée E aux dimensions estimées à 1' × 0,8'. Elle est située à 3,8', PA 165, de NGC 5350 ; soit à seulement 1,2', PA 180, de NGC 5353. Un noyau stellaire plus faible est entouré d'une zone centrale arrondie de luminosité L3 enveloppée dans une couronne externe légèrement allongée indélimitable de luminosité L1. - NGC 5355 : Très faible Gx circulaire de luminosité uniforme L1 aux limites plutôt nettes, vue VI5, d'un diamètre estimé à 0,2'. Elle est située à 4,8', PA 108, de NGC 5350. Remarques : L'étoile de mV 5,8 située à 3', PA 238, de NGC 5350 apparaît orangée. La galaxie NGC 5358 située à 9', PA 125, de NGC 5350 n'a pas été vue.
  21. Salut à tous ! Vous n'allez pas me croire, mais je quitte la constellation du Petit Lion Bon, vous emballez pas quand même, je migre à quelques degrés plus à l'est seulement, dans la constellation des Chiens de chasse. Et là, finies les petites tachouilles informes, ça envoie du pâté ! C'est une magnifique galaxie toute en longueur que je vous propose, et qui ne nécessite pas de s'arracher la rétine pour la percevoir. Une très belle surprise pour moi, qui ne connaissais pas cet objet. À tort, manifestement, mais ça fait toujours plaisir de découvrir de nouveaux très beaux objets comme celui-ci. Elle n'apparaît pas toute fine telle une rayure de l'oculaire comme peuvent en donner l'impression d'autres galaxies similaires. Celle-ci est plus large et donne plus l'impression d'une bande ou d'un ruban déroulé. Et même à faible grossissement, elle prend une sacrée place dans le champ ! Page web : https://www.cypouz.com/croa/200422/ngc-4244 Objet : NGC 4244 Type : Gx Constellation : Chiens de chasse AD : 12h 17' 30" Déc. : +37° 48' 26" - Date, heure, durée : 22/04/2020, 22:48 TU, 45' - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent nul à très faible, 14 °C - T1 (mvlonUMi 6,20), P3, S1/77× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38'), H = 75°. Grande Gx très effilée aux limites plutôt nettes vue V3, orientée NE aux dimensions estimées à 13,5' × 0,7'. Une zone centrale effilée de luminosité L4 est prolongée de part et d'autre par des zones de luminosité décroissante L3, L2, puis L1. L'extrémité SO de luminosité L1 semble indélimitable. L'œil est tenté de la prolonger jusqu'au trio stellaire de mV 12,5 à 13,9 situé sur son axe ; les zones centrales les plus lumineuses paraissant alors décalées vers l'autre extrémité. Remarque : Une étoile proche de mV 13,2 borde l'extrémité NE de la Gx.
  22. Salut à tous ! Entre les prévisions d'orages et les soirées nuageuses, j'ai tout de même réussi à profiter cette semaine — contre toute attente — de deux belles soirées d'observation. Voici donc pour commencer celle d'un couple de galaxies de la constellation du Petit Lion. Ouais, encore. Ça sent un peu la fixation, non ? La forme de NGC 3504 a été plutôt difficile à lire, avec des perceptions apparemment contradictoires. Ce qui se comprend un peu mieux une fois que l'on a vu une photo. Page web : https://www.cypouz.com/croa/200422/ngc-3504-ngc-3512 Objet : NGC 3504 et NGC 3512 Type : Couple de Gx Constellation : Petit Lion AD : 11h 03' 11" (NGC 3504) Déc. : +27° 58' 21" (NGC 3504) - Date, heure, durée : 22/04/2020, 21:38 TU, 54' - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent nul, 13 °C - T1 (mvlonUMi 6,20), P3, S1/77× et S2/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. - NGC 3504 : Gx ovalisée aux limites floues vue VI1, orientée NNO aux dimensions estimées à 1,5' × 0,7'. Un noyau stellaire de mV estimée à 12,5 vu VI2 est entouré d'une zone centrale ovalisée de luminosité L2 graduellement plus brillante vers le centre de luminosité L3. L'ensemble est auréolé d'une couronne externe plus circulaire aux limites floues de luminosité L1. Une étoile proche de mV 14,6 borde la Gx à 0,6', PA 107, de son noyau. - NGC 3512 : Faible Gx ovalisée aux limites floues vue VI2, orientée NO aux dimensions estimées à 1,2' × 0,8'. Elle est située à 12', PA 71, de NGC 3504. Une couronne aux limites floues de luminosité L1 est graduellement plus brillante vers une zone centrale de luminosité L2. Remarque : L'étoile de mV 8,2 située à 15', PA 247, de NGC 3504 apparaît dorée.
  23. Salut à tous ! J'épuise ici mon stock d'observations avec celle de NGC 3432, une galaxie encore et toujours située dans le Petit Lion ; observée juste après la précédente NGC 3344. Le vent s'est peu à peu levé jusqu'à en devenir passablement gênant. La période de disette devrait s'allonger, si j'en crois les prévisions météo... Page web : https://www.cypouz.com/croa/200415/ngc-3432 Objet : NGC 3432 Type : Gx Constellation : Petit Lion AD : 10h 52' 31" Déc. : +36° 37' 06" - Date, heure, durée : 15/04/2020, 22:30 TU, 34' - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent faible à gênant, 13 °C - T1 (mvlonUMi 6,20), P3, S2/77× et S3/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38'), H = 70°. Gx effilée aux limites plutôt nettes vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 3,5' × 0,5'. À 77×, une barre centrale de luminosité L2 est entourée d'une couronne effilée de luminosité L1 s'évasant vers le NE. À 154×, une zone centrale très effilée vue VI2 semble parsemée de moutonnements de luminosité L3 vus VI5. Les deux principaux renforcements se situent au NNO et à l'O de l'étoile de mV 12,9 située en bordure SE de la Gx. L'ensemble est auréolé d'une couronne effilée vue VI3 marquant un étonnant changement de direction au NNE. Une deuxième étoile de mV 12,5 borde l'extrémité SO de la Gx. L'ensemble évoque l'aspect d'une voiture de course vue de profil. Remarque : Une troisième étoile de mV 13,6 se situe à 0,5', PA 309, de la deuxième.
  24. Salut à tous ! Le beau temps persistant, j'ai poursuivi l'exploration de cette discrète constellation du Petit Lion le soir du 15 avril. J'ai bien l'impression, malheureusement, que la météo des jours à venir soit nettement moins avenante. Page web : https://www.cypouz.com/croa/200415/ngc-3344 Objet : NGC 3344 Type : Gx Constellation : Petit Lion AD : 10h 43' 31" Déc. : +24° 55' 20" - Date, heure, durée : 15/04/2020, 21:20 TU, 52' - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent nul, 14 °C - T1 (mvlonUMi 6,20), P3, S2/77× et S3/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 65°. Gx circulaire aux limites floues vue VI1, d'un diamètre estimé à 3,5'. Un très faible noyau stellaire vu VI5 est entouré d'une couronne circulaire de luminosité L1 graduellement plus brillante vers le centre, de luminosité L3. Remarques : Trois étoiles sont inclues dans le disque de la Gx. La plus brillante, de mV 10,3, est située à proximité de la bordure à 1,6', PA 98, de son centre. La deuxième, de mV 11,8 à 0,9', PA 89, et la troisième, de mV 13,9 à 0,5', PA 139. L'étoile la plus faible dessinée est de mV 14,3, située à 4,4', PA 133, du centre de la Gx.
  25. Salut à tous ! En remettant au propre mon observation du précédent couple de galaxies NGC 3395 et NGC 3396, je me suis aperçu qu'il faisait parti d'un groupe plus conséquent encore. C'est assez ballot car, à 77×, le groupe entier rentre tout juste dans le champ ! Qu'à cela ne tienne, j'y suis retourné dès que le vent me l'a permis. Voici donc mon observation de ce trio de galaxies, NGC 3430, NGC 3424 et NGC 3413 ; plus faibles et nettement moins charismatiques que le duo précédent, certes, mais qui présentent l'avantage d'être observées ensemble. Ajoutons quelques étoiles lumineuses subtilement colorées, quelques autres plus rapprochées et un îlot de plus faibles à proximité de NGC 3424 et on obtient un champ plutôt esthétique qui semble fourmiller. Il est effectivement possible de faire entrer NGC 3395 et NGC 3396 dans le même champ mais c'est plus pour le défi car, cadrées ainsi, l'observation n'est pas des plus confortables. Néanmoins, ça permet de mettre en avant la différence de taille entre les galaxies et la très grande proximité du couple précédent. Ce trio de galaxies n'est pas sans rappeler un autre récemment observé, celui de NGC 3190, NGC 3193 et NGC 3185. La disposition, la forme et l'orientation des galaxies sont étonnement similaires ! Cette observation s'est déroulée après un épisode venteux. Le soir de l'observation, le vent encore présent a été plutôt gênant et la turbulence marquée. Conséquence logique, la transparence du ciel était bien meilleure que les autres soirs ! Page web : https://www.cypouz.com/croa/200414/ngc-3430-ngc-3424-ngc-3413 Objet : NGC 3430, NGC 3424 et NGC 3413 Type : Groupe de Gx Constellation : Petit Lion AD : 10h 52' 11" (NGC 3430) Déc. : +32° 57' 01" (NGC 3430) - Date, heure, durée : 14/04/2020, 22:12 TU, 1:30 - Lieu, altitude : Juliénas (69), 290 m - Vent gênant, 7 °C - T1 (mvlonUMi 6,27), P3, S3/77× et S4/154× - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10 Observations : 77× (champ de 38') et 154× (champ de 17'), H = 70°. Faible groupe de Gx, avec NGC 3395 et NGC 3396. - NGC 3430 : Gx oblongue aux limites floues vue VI1, orientée NE aux dimensions estimées à 2,8' × 1'. Une couronne très diffuse de luminosité L1 est graduellement plus brillante vers une zone centrale arrondie de luminosité uniforme L2. - NGC 3424 : Gx très effilée aux limites plutôt nettes, vue VI1, orientée ONO aux dimensions estimées à 2' × 0,3'. Elle est située à 6,2', PA 240, de NGC 3430. Un très fin profil de luminosité L2 est enveloppé dans un écrin diffus de luminosité L1. Une étoile toute proche de mV 13,8 borde l'extrémité E de la Gx. Elle est située à 0,7', PA 96, de son centre. - NGC 3413 : Petite Gx aux limites floues vue VI2, orientée NNO aux dimensions estimées à 1,3' × 0,7'. Elle est située à 15,4', PA 224, de NGC 3430. À 77×, une zone centrale arrondie de luminosité L2 est entourée d'une couronne diffuse de luminosité L1. À 154×, un noyau stellaire entr'aperçu VI5d est entouré d'une zone centrale arrondie de luminosité L2 vue VI5 elle-même auréolée d'une couronne externe oblongue aux limites floues de luminosité L1 vue VI3. Remarques : L'étoile de mV 7,5 située à 6,7', PA 70, de NGC 3430 apparaît légèrement jaune. L'étoile de mV 7,7 située à 19,5', PA 184, de NGC 3430 apparaît dorée.