Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'CROA'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Astronomie
    • Astronomie générale
    • Astronomie pratique
    • Observation visuelle
    • Galerie d'images
    • Le coin des débutants
    • Rencontres et évènements
    • Coopérations Pro-Am
    • Nouveaux produits
    • Vu sur le Net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • La vie des forums
    • Tests
    • Bêta tests
  • Forum de RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord
  • Forum de Ciel profond en mode rapide
  • Forum de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Forum de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Informations du groupe de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Forum de Le Sony A7s pour tous !
  • Petites annonces de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Forum Région Centre de Astronomie Région Centre

Catégories

  • Acquisition/Traitement d'images
  • Ephémérides et Cartographie du ciel
  • Simulation et calcul en optique

Catégories

  • Ventes
  • Achats
  • Services

Catégories

  • Instruments
  • Techniques d'observation
  • Lunettes
  • Télescopes

Catégories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Calendrier astronomique
  • Rencontres et évènements
  • Évènements de RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord
  • Évènements de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Évènements de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Évènements de Astronomie Région Centre

18 résultats trouvés

  1. Je revenais d’un voyage marocain, périple de plus de trois semaines à travers l’Atlas et le Djebel Sahro. Le SQM s’échelonnait entre 21,8 et 22,04 ; tiens on en parlait dans un autre post. Comment vous dire ? un ciel de printemps où la luminosité de Jupiter crée une sacré pollution lumineuse comme la lumière zodiacale qui montait bien plus haut que les Pléiades en début de nuit. La lumière de la voie lactée projetée par nos propres ombres. Bref, l’endroit idéal pour observer. Mais il faut bien revenir et redescendre de ces sommets qui nous rapprochent tous un peu plus de nos univers. Xavier appelle cela « le spleen de l’Atacama » mais que diable, quelle désillusion. A peine réveillé, encore dans les remous d’un rêve rempli de rubis, la descente fut brutale. Je vous parlais du phare de Jupiter qui ponctuait nos nuits là-bas comme pour rappeler la pureté des lieux. Il y a bien un autre phare là où nous sommes dans la Brie*, celui-ci ne protège pas les navires contre les récifs mais irradie le ciel et éteint les étoiles (*Phare de la tour Eiffel à plus de 70 kilomètres). Alors il fallait repartir mais pas n’importe où. Il existe bien un endroit, un mythe, presque une légende. Serge Vieillard indiquait quelque part, je ne sais plus où à propos de ce lieu : « celui qui n’est pas monté au Restefond n’a jamais réellement observé ». Le mythe se transformait enfin en réalité sous ses 2800 mètres d’altitude. Nous nous étions regroupés au Fort : Xavier, Gérard, moi-même et Lucas puis Fred Burgeot qui nous rejoignit quelques jours plus tard – arrivée théâtrale sous une pluie battante déguisé en gendarme, enfin il ressemblait plus à une pervenche sous son habit de pluie. Comment résumer un premier séjour au Restefond ??? Les journées, relativement venteuses et parfois nuageuses mais à chaque début de nuit, le miracle se produisait : le vent tombait et les nuages laissaient la place à un ciel d’une excellente transparence. Une histoire de flux thermique entre les sommets et les parties basses dans la vallée d’après un géologue grenoblois rencontré par hasard au sommet de la Bonette un petit matin. Des débuts de nuit exceptionnels : un seeing de rêve où tout se fige même à fort grossissement et bas sur l’horizon. Jugez plutôt les deux soirs de suite où Encke montrait son visage sur les trois quart du pourtour de l’anneau. Le SQM montait à 21,8 (voie lactée d’été) 21,5 côté italien. Le sud, sans atteindre la noirceur du ciel du Maroc (donnée tout à fait subjective) permettait tout de même de voir à l’œil nu la nébuleuse de la pipe sans difficulté démontrant un bel effet de contraste. Les premiers soirs vers 01h00 HL, une lueur se reflétant sur les parois des reliefs au sud-ouest me surprit : la lune, qui n’avait pas encore franchi le col de la Bonette se manifestait déjà créant indirectement de la pollution lumineuse à laquelle nous y étions très sensible. J’ai privilégié l’observation des nébuleuses planétaires et empilé les barlow pour atteindre sur certains objets près de 1200G, soit près de trois fois le diamètre de l’instrument. Bref, un sacré moment de vie d’astronome…je comprends mieux le mythe maintenant 1- Nebuleuse de l'oeil de chat - NGC6543 Les notes : zone diffue au pourtour - halo large et uniforme - présence de filandres - quelques zones sombres dans la coquille - totalité croquis : 2h45 - GR +1200 - un régal de seeing !!!! 2- La grande dentelle du cygne - NGC6992 notes croquis : transfigurée - nombreuses filandres - objet vivant !!!! - couleur très fluo - durée : environ 2h10 3- le trio du dragon notes : 1-bulbe - présence de bras inférieur et supérieur VI3/4 - belle spirale - 2- centre ponctuel pas vraiment de détails soupçonnés 3- moins lumineuse que les deux autres - centre flou et bord flou - zone absorption en VI4 lors de la 2ème nuit - durée croquis cumulé sur deux nuits : 1h20 4- La galaxie de Barnard - NGC6822 notes : début de soirée - basse - assez homogène au 1er abord - bord flou sans frontière et se confondant avec le fond de ciel - faible à très faible - quelques zones plus sombres à l'intérieur (VI4) zones plus franches au fur et à mesure de l'observation - deux nodosités immédiates une autre plus subtile - une dernière VI4 NS assez éloignée - 5- NGC6765 - NP structure assez floue - bilobée confirmée à GR410 - présence de halo ou diffusion???? 6- NGC7463 et compagnes - AMAS GAL dans Pégase Et comme dit Xavier.... Au revoir Restefond, bonjour Valdrome Jc
  2. Soirée du 27 octobre

    Salut, Après un week-end de nouvelle Lune malheureusement très mitigé, on a eu droit en Provence à un vendredi soir très venteux jusqu'à minuit, mais sans un nuage Je suis donc monté à mon club de la Sinne, juste à la tombée de la nuit. Les arbres qui ont déjà perdu leurs feuilles dessinent des ombres chinoises sur l'horizon rougeoyant D'ailleurs, les feuilles commencent enfin à roussir et tomber avec le fort mistral, après un mois d'octobre très doux. Début de soirée, formation donnée par un adhérent sur la mythologie liée aux constellations depuis les Babyloniens jusqu'aux Grecs anciens, avec des crochets par les cultures américaines précolombiennes, très intéressant. Pendant ce temps, sous la coupole, un autre ami (le Président devrais-je dire ) finit ses courbes de transit d'exoplanète. Vers minuit, j'ai le C14 rien que pour moi jusqu'à plus soif, alors que le vent et la turbulence faiblissent et la Lune se couche. Première cible, quasiment au zénith, M34, amas (très) ouvert, peu riche et peu dense. Suite, IC348. Il s'agit d'une région de Persée où des étoiles se forment dans une nébuleuse vieillissante, une sorte de M45 à un stade moins avancé. L'étoile la plus brillante, sur la gauche dans cette configuration, est entourée d'un halo lumineux dû au gaz, le tout est d'un joli bleu ciel. Les autres étoiles de l'amas forment une sorte de couronne, certaines paraissent doubles. Toujours dans Persée, je glisse ensuite vers quelques galaxies dans Abell 426, autour de "Perseus A". Petits points quasi stellaires, mais pas tout à fait, à la limite du détectable… pourtant c'est bien là. Et ça paraît loin, vertigineusement loin… pour cause, c'est quand même à 250 millions d'années-lumière de nous. Je jette un coup d'oeil par l'ouverture de la coupole. Je perçois, surtout en vision décalée, des étoiles de magnitude 5,7. Le fond de ciel pourrait être plus sombre, mais c'est déjà ça. Pour continuer, j'observe trois nébuleuses planétaires à la suite, NGC 1501, 1514 et IC 2149. La première, dite "nébuleuse de l'huître", est sans conteste un très bel objet, large, presque circulaire et d'un gris-vert assez terne, grossi 150 fois (Nagler 26). L'étoile centrale est bien visible et la surface semble striée. Cette huître n'est pas pourrie La seconde, la "boule de cristal", je l'observais pour la première fois malgré sa notoriété, j'attendais cette observation depuis longtemps. Bien que visible (encore heureux!), elle est considérablement atténuée par l'éclat beaucoup trop important de sa centrale HIP 19395. On voudrait l'éteindre pour mieux voir ce qu'il y a autour… On discerne quand-même un peu de contraste, certaines zones de la carapace sont plus brillantes. Dernière NP, IC 2149. Par son petit diamètre, elle est quasiment ponctuelle à 150 fois. Comme la turbu s'est calmée, je sors deux nouveaux oculaires, l'Ethos 13 et le Nagler 7. Grossie 300 fois, la nébuleuse a un aspect allongé, avec un renflement central plus brillant qui fait un peu penser à une galaxie vue par la tranche. L'extrémité gauche est contrastée. En partant du coeur, la densité semble ainsi diminuer, puis augmenter de nouveau pour dessiner un bord bien lumineux. A 560 fois, IC 2149 prend des allures saturniennes, le coeur ressemble à une "planète" (d'où le nom de nébuleuse planétaire je crois) qui serait entourée d'un anneau, oui ça fait vraiment penser à Saturne quand ses anneaux sont ouverts (la division de Cassini en moins :D). Malheureusement le nom de nébuleuse Saturne est déjà réservé. Nébuleuse Saturne bis peut-être ? L'objet suivant, NGC 1624, est un amas ouvert assez dispersé, compris dans une nébuleuse que je crois deviner sans certitude. C'est un objet similaire à IC 348, dans la même constellation, mais moins spectaculaire. Je profite du passage d'Orion au zénith pour finir par quelques grands classiques, M42, 43 et son extension NGC 1977. M42/43 est magnifique dans le Panoptic 41. Dans le Nagler 26 aussi, on voit bien sûr les volutes plus en détail, les couleurs chaudes semblent vouloir apparaître en particulier dans l'"arc en ciel". On passe d'un environnement rosâtre à une sorte d'orange grisé. Le contraste est impressionnant avec la zone obscure qui sépare 42 et 43, celle-ci prend des teintes ocre profondes, un marron extrêmement foncé qui se noie dans le fond de ciel, mais on se sait pas exactement où, c'est subtil On a une impression de volume, même en n'observant que d'un œil. Par contre, le trapèze à 560 fois rappelle qu'à 30 ou 40° de l'horizon la turbulence n'a pas totalement disparu malgré les apparences à plus faible grossissement. L'"homme qui court" est toujours bleu/violet. NGC 1999 manque de contraste sur un fond de ciel trop clair, à refaire dans de meilleures conditions. A côté d'Alnitak, la Flamme est bien visible avec son apparence caractéristique coupée en deux hémisphères, par contre toujours pas de Tête de cheval dans ce ciel trop peu sombre. Je sors de la coupole pour ranger le matériel. L'horizon ouest est jauni par les lumières d'Aix au fond de sa cuvette. La nuit est calme, le silence est seulement perturbé par le tintement agréable des cloches d'un troupeau de brebis qui s'éveille quelque part au loin. Le matin est bientôt là.
  3. Cette année, les vacances de Toussaint ne sont pas favorables à l'observation, sauf à profiter des tous premiers jours. Et en effet, j'ai la joie de découvrir que sur le Larzac, il fait un temps extraordinaire pour la saison, chaud et ensoleillé, c'est l'été indien qui se prolonge… Ce serait absolument idyllique si… le trafic aérien ne nous pourrissait pas ce temps splendide, de nuit comme de jour. (Hein les astrams qui voyagent au loin en gâchant nos rares ciels encore bons) Mais soir après soir, les traînées s’élargissent en cirrus qui gâchent le ciel, surtout pour quelqu'un qui cherche le ténu et l'extrême. Cette nuit était la nuit de la dernière chance, le flux s'inversait et les nuages allaient revenir. Alors nous avons mis le réveil à 2h du matin pour nous affranchir du phare lunaire et tenter une sortie. Il fait doux, le SQM tourne autour de 21,4, rien d'extraordinaire, mais nous n'allons pas bouder cette unique sortie. Mais bien sûr la température diurne supérieure à 20° crée un delta bien difficile à rattraper pour une grosse galette et le début de nuit se passe dans la bouillie, qui n'est pas seulement instrumentale, vu comme les étoiles scintillent. N'empêche, si on n'est pas trop regardant sur le bouillonnement du trapèze, M42 se présente majestueusement colorée, d'un vert tirant sur le cyan dans le cocon du trapèze à un rouge lie de vin un peu passé dans les ailes et M43. Les couleurs sont d'une évidence qui ne laisse aucune place au doute. C'est tout de même magnifique, même sans le piqué des étoiles. Et j'en profite pour analyser toutes les déchirures, échancrures, bulles que je peux mémoriser pour les comparer avec l' excellent dessin de Fred Burgeot. La nuit s'écoule au gré d'une turbulence qui va et vient, limitant les grossissements, mais le sevrage a été long et je me gave de tout ce que je peux, pas de piqué, qu'à cela ne tienne, on a les couleurs, c'est moche en bas, pas grave, observons des objets hauts dans le ciel. C'est ainsi que j'ai voulu comparer le groupe de galaxies de M70 déjà bien bas à l'ouest à son grand frère autour de NGC 708 bien plus haut… Bien sûr, il n'y a pas photo, the Fath a gagné, plus lumineux, et champ plus riche. Pacman était bien beau tout de même avec ses chenaux sombres bien dessinés, et NGC 891 présentait son profil faussement diaphane avec une bande d'absorption irrégulière. Et puis, sur le tard, un courant d'air tiède nous parvient… Sirius a presque cessé de scintiller à l’œil nu. Tentons Sirius B, je ne l'ai jamais vue… Il paraît que c'est une cible pas facile qui peut se noyer dans la diffusion de l'étoile principale ou disparaître dans l'épaisseur d'une lame d'araignée. Ah oui, Sirius éblouit quand on arrive à l'oculaire, mais elle est plutôt ramassée et ne se déforme pas, les aigrettes sont fines longues et interrompues, et là, toute proche de l'aigrette et sans aucune difficulté, une petite étoile peu brillante, ocre nous fait de l'oeil. Trop facile ! Si la turbu se calme, comme ça en a bien l'air, retournons sur le trapèze d'Orion, dans lequel j'avais eu l'occasion une unique fois de saisir H et G (que je trouvais plus difficile) au T1000. Cette fois, on a tout de même moins de diamètre, cette observation est-elle possible, sachant que tout à l'heure ni E ni F n'étaient visibles? Cette fois au 8mm, E et F sont évidentes, et vient un glimpse puis un autre sur H, formant un triangle équilatéral un peu aplati avec A et C. Elle est faible et assez brune et va et vient au gré de la turbulence, une seconde par ci par là. G risque d'être plus ardue, surtout si le trapèze s'empâte, les étoiles A,B,C et D sont brillantes et trouver une étoile bien plus faible entre ne va pas être aisé. Mais la chance est avec moi, la turbu se calme par moment sur quelques instants, et je m'aperçois alors que G n'est pas si faible, plus brillante que H en effet, elle apparaît plus orange que brune. Mentalement je me représente sa position, mais je sais déjà que c'est elle, il n'y a pas d'autre étoile aussi « brillante » à l'intérieur du quadrilatère. Le vent de sud ouest se lève, brouillant l'image. Nous changeons de cible : cap sur le casque de Thor. Ma dernière vision de cette belle nébuleuse autour d'une Wolf Rayet remonte déjà à quelques années, au T1000. L'image paraît plus fade que dans mon souvenir, mais le diamètre moins important et la nuit moins belle sont peut-être à l'origine de cette impression, sans compter le souvenir magnifié. Pourtant Fred inspecte le secondaire… Catastrophe, il est couvert d'une dense couche de buée, le primaire aussi est terni… Il faudra jouer du sèche cheveux un bon moment pour retrouver l'éclat des optiques, pour s’apercevoir que le paracorr en a besoin aussi ! Le vent du sud ouest chargé d'humidité sur les optiques à température n'a pas pardonné. Retour sur une cible haut placée, l'eskimo… Pff, l'image est magnifique, ciselée, la fourrure fait des touffes de densité différente, le nez est ponctuel, le triangle du visage est parfaitement reconnaissable avec les creux plus sombres des yeux sous les sourcils, et une impression d'entrelacs de lignes ténues… Mais l'image s'assombrit, la fourrure disparaît, ne reste que la centrale… Les brumes poussées par le vent nous envahissent. Il est 6h30, il faut remballer.
  4. On observe de plus en plus avec le C11, c'est surement pour se préparer à l'utilisation du futur Dob'. Enfin, vite fait, jeudi dernier, au sortir de la douche, je vérifie vers 21h que toutes les étoiles soient bien à leur place respective, je suis maniaque, j'aime que tout soit en ordre. Jamais déçu avec le ciel. Pas une étoile clignote. Pas de vent. Pas un nuage. 16°C. Metéoblues nous indique des nuages à 100% à partir de 20h. lol C'est parti, j'installe juste l'AZEQ6 + C11 aligné sur mes repères peint sur la dalle au fond du jardin. Du coup MES précise en 2 minutes. M27, facile, la Lune se couche, le ciel est bien noir, elle nous saute à la tronche. On apercoit bien le trognon, et un peu la forme ovale plus faible. M57, pareil, on voit tout ! C'est lumineux. On grossit jusqu'au 6mm ! (je pensais avoir pris le 13mm) M13 ! C'est clair, y'a de la couleur, c'est bien résolu, c'est beau, c'est fin. Le Luminos 23mm lui va bien. M2 M15, se sont les mêmes ? Non, mais presque. On voit bien le centre lumineux mais je ne vois pas les étoiles au centre, autour, elles sont résolues avec le 23mm. M31 avec le 40mm, tu la sens arriver quand le tube tourne, ça fait des reflets avant le centrage pile dessus. Bon, elle tient surement pas toute avec le 40mm, mais elle est joli comme ça. Les dentelles, que dalle, invisible. Difficile de voir, on dirait une présence de nuages dans ce coin, pourtant rien d'apparent à l'oeil nu... Je cherche encore. Rien. J'y passe du temps. Rien. Oups. Séche cheveux, vite ! La lame est pleine de buée ! Du coup, j’aperçois un morceau des dentelles autour de l'étoile 52cyg. Faudrait un filtre OIII pour mieux voir... Le Crabe, facile, bien ovale, mais rien d'extra trop sombre à 13mm. La Blue Snow Ball, toute petite boule carrément bleu avec le 23mm elle redevient grise à 13mm. M33, alors là, avec le 40mm on voit un truc, en faisant bouger le tube, on repère une grosse zone à peine plus lumineuse... MAIS LE BEST OF DE LA SOIREE qui nous a mis sur le cul ! ...et on a passé un long moment à regarder, observer : LA TACHE d'AIRY ! :b: Incroyable, avec une barlow x2 et le 6mm on voyait ses petits anneaux bien concentrique, rien ne bougeait. Rien. Parfois elle commençait à trembler un peu, devenir flou, mais non, retour au calme. On a passé un sacré moment intra, extra focus, vérifier la collim', finallement excellente. Si on observe de plus en plus souvent, ce sera notre 1er croa, mais il le fallait, au moins pour nous, pour se souvenir de cette soirée extra, sois disant, sous les nuages.
  5. 2) Deuxième lumière sous ciel dégagé et observation de Neptune et Uranus au T520 Jeudi 21 au Vendredi 22/09/2017 Aubrives, vallée de la Meuse dans les Ardennes (50° 6'14.57"N - 4°45'9.05"E). Dobson 520mm, miroir D=515mm F=3090mm, optique M. Walbaum (Hilux 96%). Dobson Factory 510mm, miroir D=506mm F=2645mm, optique Mirro-Sphère (Hilux 96%). Dobson 520mm Optique Michel Walbaum Début 21h30 : Transparence exécrable, diffusion intense des luminaires, de la centrale de Chooz et des villages avoisinants. La voie lactée n’est pas visible à l’œil nu et le ciel est rougeâtre ou blanchâtre (Mvlon 3.96 au zénith et 2,04 à 20° au dessus de l’horizon). Turbulence sensible au T520 mais non catastrophique. Valeur SQM n’a pas été mesurée en raison de la présence du voile d’altitude. Altaïr = α Aql : α = 18h 36m 56 ; δ = +38° 47′ 01 ; Type A7IV-V ; Dist = 16 AL ; Mv=0,9. L’étoile la plus brillante de la constellation de l’aigle est vue au T520x103 (Zeiss UWF30 85°) comme un splendide diamant blanc bleuté, accompagné de fines aigrettes sur un fond de ciel noir et constellé d’étoiles fines. L’image est superbe de contraste et aucune diffusion n’est perceptible aux abords immédiats de l’étoile. Je me surprends à rester collé à l’oculaire devant un objet dont l’objectif initial était l’alignement des chercheurs (Telrad, pointeur laser et chercheur 8x50). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Véga = α Lyre : α = 18h 36m 56 ; δ = +38° 47′ 01 ; Type A0Va1; Dist = 25,3 AL ; Mv=0. Comme la veille, l’étoile la plus brillante du ciel d’été est vue au T520x103 (Zeiss UWF30 85°) comme un splendide diamant éclatant, fin est accompagné de très fines aigrettes sur un fond de ciel noir. Une discrète diffusion est cependant perceptible aux abords immédiats de l’étoile est semble s’intensifier. Le secondaire est déjà embué et je sors le sèche-cheveux en pensant à la nécessité d’installer un système de résistance chauffante sur le secondaire et le Telrad. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Double-double = ε1 et ε² Lyra = Σ2382-83 : (Lyre) α = 18h 42m,7 ; δ = 39° 37′ ; ED A3V+F0V (ε1) A6Vn+A7Vn (ε2) ; Mv= 4,66 [ε1] 4,59 [ε2] ; Sép. 208,2’’ thêta=172°. Σ2382 = ε1 : Mv= 5,0 et 6,1 ; Rho=2,33" - Thêta=345°. Σ2383 = ε1 : Mv= 5,1 et 5,4 ; Rho=2,39" - Théta=75°. La double-double est déjà complètement séparée dans un champ rempli d’étoiles au T520x103 (Zeiss UWF30). La séparation de Σ2383 au Nagler 20 + TV2.5 (T520x386) me fait penser à la vision de Mizar A/B obtenue avec mon excellent T250 F/D 6.3 Astam. Les composantes blanches semblent montrer, lors de brefs instants, les anneaux de diffraction ; ε1 et ε² Lyra offrent furtivement la vision d’une double paire de lunette, cela dans un T520, c’est excellent ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Delta Cygne = Σ2579 : (Cygne) α = 19h 44m 58,5s ; δ = +45° 07′ 51″; ED B9.5IV+F1V ; Mv= 3,0 et 6,5; Sép. 2,74" thêta=216.6°. Présentant tout d’abord le même aspect que la veille, les images se stabilisent et la composante principale, de couleur blanche-blanc bleutée, contraste fortement avec son compagnon visible comme une piqûre fortement bleutée au T520x386. Le couple présente une image globalement de même qualité que celle observée dans de superbes conditions au T406x450 de l’observatoire de Double, muni de mon Zeiss Abbe 4mm. Le T520 montre cependant le couple avec un éclat nettement plus vif qu’au T400. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Albeïro = β Cygni = Σ43 App I = ADS12540 = WDS19307+2758 : (Cygne) α = 19h 30m 43s; δ = 27° 58′ ; ED (K3II+(B9) / B8Ve ; Mv=3,1/5,1; Sép. 34,7’’ Ro=54. La belle étoile double colorée est encore haute dans ce ciel de fin septembre. Elle diffuse un peu de lumière et les couleurs des composantes Jaune et bleue sont très marquées, la double semble être obstruée par un voile de cirrus. L’image n’est pas mal mais j’ai eu une meilleur impression avec le Sud Dobson 407mm optique Mirros-sphère à l’OCA (Observatoire Centre Ardenne) où le ciel était clair. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M57 : (Lyre) α = 18h 53m 35s ; δ = +33° 02′ ; NP ; Mv=9.7 ; dim. 1,4’x 1,0’. La forme annulaire est bien visible au Zeiss UWF30mm (T520x103), mais l’image manque de luminosité. Seule l’étoile de 13émé magnitude est perceptible aux abords de la nébuleuse. La Mvlon est de 3.5 - il me semble claire qu’un voile de cirrus dégrade cette portion de ciel déjà fortement pollué par les luminaires d’Aubrives. Je ne grossirais pas d’avantage aujourd’hui sur M57. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M13 = NGC 6205 : (Hercule) α = 16h 41m 41s; δ = +36° 27′ 37″ ; AG ; Mv=5.8 ; diam. 20’. L’amas est, comme la veille, au couchant, dans la brume et la pollution lumineuse du village de Hièrges. Malgré cette situation, il est superbement résolu et offre la vision d’un magnifique poudroiement d’étoiles fines. La zone périphérique, piquée d’étoiles plus lumineuses, présente une étendu remarquable et se dégrade peu à peu jusqu'au ciel noir d’encre entourant M13. La formation centrale, très lumineuse, est entièrement résolue en étoiles fines au T520x386. La vision de M13 supplante celle, pourtant magistrale, observée le 14 Août l’OCA (Observatoire Centre Ardenne) au T407x204 (Sud Dobson optique Mirro-Sphère). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M15 : (Pégase) α = 21h 29m 58s ; δ = +12° 10′ ; AO ; Mv=6.2 ; diam. 12,3’. Très brillant, cet amas globulaire montre une image turbulente et bien moins saisissante que la veille au T520x386. M15 est clairement derrière un cirrus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Neptune : Situé à 30° au dessus de l’horizon, la seule étoile repère était λ Aqr de magnitude 3.75 et juste à la limite de la visibilité à l’œil nu après extinction des luminaires d’Aubrives à minuit. A 594x (Ethos 13mm + TV2.5x), le petit disque sombre de 2,4" présente à l’oculaire la taille d’un demi confetti, à peu près similaire à celle de Jupiter vu dans une lunette grossissant 30x. La planète et arbore une couleur bleue profond comme sur les photos et il me semble y détecter une très légère nuance d’albédo. Les bords bien tranchés de la planète ondulent lentement sous l’effet de l’agitation atmosphérique. L’image est nettement mieux définie que celle observée au T406x450 (Zeiss 4mm) de l’observatoire de Dourbes dans d’excellentes conditions. C’est superbe ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Uranus : La planète est située également 30° au dessus de l’horizon et dans la pollution lumineuse de la centrale de Chooz. Aucune étoile de la constellation des poissons n’est visible à l’œil nu et le pointage s’effectue, dans des conditions difficiles, à partir du carré de Pégase et de la constellation du bélier. A 594x (Ethos 13mm + TV2.5x), le petit confetti, de 3,7" de diamètre, présente une taille nettement supérieure à celle de Neptune. Elle me paraît être de l’ordre de celle de Jupiter observée dans une petite lunette grossissant 40x. Sa couleur Bleue turquoise est frappante. La planète est nettement plus lumineuse que Neptune et présente des contours est bien définis. Aucun détail n’est bien sûr observé à sa surface mais l’image est superbe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC884/869 : (Persée) α=02h 22,4m ; δ=+57° 07′ & α=02h19m ; δ=+57° 09′ ; AO ; Mv = 4.4&4.3 ; diam. 30'&30’. Le double amas du Persée s’était révélé être hier d’une indescriptible beauté au T520x103 (Zeiss UWF 100) et DF510x85 (Nagler 31mm). Le T520x100 (Nagler 31mm) montre cette nuit une image somptueuse, sublime, magique dans l’énorme champ du Nagler. Le contraste est déroutant. La comparaison avec l’oculaire Zeiss UWF30 penche très légèrement en faveur du Nagler 31mm. Le fait de rapprocher l’œil de l’oculaire accentue le contraste maintenant intense et la perte de repère spatial… j’ai pour la première fois de ma vie la sensation de vertige. A trois mètres de hauteur, je n’arrive pas à me défaire de l’oculaire et de cette vision royale et magique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M45 : (Taureau) α = 3h 47m 24s ; δ +24° 07’ ; AO ; Mv=1.6 ; dim.~110'. Les deux instruments donnent une belle image de l’amas. C’est très beau au Nagler 31mm avec plus de champs, donc d’étoiles, dans le DF510mm que dans le T520. Comme avec le LB301 optique JML sous un ciel de campagne, les nébulosités sont bien visibles comme une diffusion nette autour des étoiles principales de l’amas. La petite nébulosité IC 349 s'étend au sud de Mérope avec quelques condensations à la limite de la perception et avec plus de contraste dans le T520 qu’au DF510. L’oculaire Zeiss UWF30mm donne une image superbe dans les deux instruments. Fin vers 1h45’ avec des images sublimes pour aller dormir… Dobson Factory 510mm
  6. Bonjour à tous et merci de votre passage sur ce mini Croa . Le Forum "Le coin des débutants" contient un topic sur la "comparaison de Dobson 400mm". Afin d'y apporter quelques éléments d'observations comparatives, j'ai pensé joindre à ma réponse un rapide Croa des observations effectuées, lors de la Nuit des étoiles, à l'Observatoire Centre Ardenne (Neufchâteau, Belgique), ce 14 Août 2017. Je me suis finalement ravisé en préférant poster ce compte rendu ici et donner à ma réponse un lien vers ce présent récit. Je remercie Alain de m'y avoir conduit. Nous avons comme toujours passé un super moment ensemble. Alain pourrait compléter ce croa car il a pu observer dans d'autres instruments du site. Beaucoup d'astronomes présents lors de cette nuit pourront compléter ou/et corriger ce croa très imparfait et qui n'était pas destiné à être posté. Observation Nuit des étoiles Observatoire Centre Ardenne près de Neufchâteau en Belgique Le 14 Aout 2017 Ciel dégagé avec passages nuageux, transparence médiocre, ciel chargé d’humidité et pollution lumineuse bien visible à l’horizon. La voie lactée est perceptible, Mvlon = 4.8 (57 cygni visible par intermittence) , Seeing non mesuré. Le T600 Planewave CDK24 est en maintenance et n’est pas visible. Début 21h30. ---------------------------------------------------------------------- Sky-Watcher 350/1600 Flextube ---------------------------------------------------------------------- M57 : La belle petite nébuleuse est bien visible à 56x (Meade série 4000 32mm) ; elle est cependant très petite dans un champ d’étoiles fines et moyennement contrasté. M57 est nettement mieux définie à 100x, grossissement avec lequel sa forme oblongue et les 3 zones sont bien perçues. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Albireo : La jolie petite étoile double est colorée jaune et bleue, elle ne présente pas de diffusion notable mais le ciel apparaît moyennement contrasté à l'oculaire. L'images me fait un peu penser à celle délivrée en basse résolution par le télescope de 406mm de l'observatoire de Dourbes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M13 : L'amas, extrêmement fin, est déjà assez bien résolu au Meade série 4000 de 32mm ; A ce grossissement, le ciel paraît gris. M13 se résout parfaitement à 100x en étoiles assez fines dans fond de ciel toujours gris. L’image est belle mais n'est pas spectaculaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC869+884 - Double Amas du Persée : Belle image d’étoiles fines au Meade 32mm mais le ciel n’est pas noir. Mon T250 en ciel de campagne me laissait une impression nettement plus vive et l’image ne soutient pas la comparaison avec le T406 de l'observatoire de Dourbes équipé du Nagler 31mm. ----------------------------------------------------------------- Sud Dobson 406mm F/D5 optique Mirro-Sphère ----------------------------------------------------------------- M31 + NGC205 : L'ensemble est un peu pâle, joli mais pas spectaculaire au SD406x117 (Hypérion 17mm). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M31 + M32 : Idem. Les trois galaxies ne tiennent pas dans le même champ (un peu pauvre en étoiles). On est loin de la vision grandiose de la galaxie d’Andromède de l'observatoire de Dourbes au SW406+Nagler 31. Le ciel n'y est pas de la même qualité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC7662 Blue Snowball Nebula : Non détecté avec l’Hyperion de 17mm, la nébuleuse planétaire est perceptible, à l’Hyperion 10mm (200x), comme une étoile floue et bleue turquoise, située dans un champ noir d’étoiles fines et piquées. C'est très beau. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M15 : Déjà très bien résolu avec l’Hyperion 17mm, M15 devient superbe à 200x (Hyperion 10mm). A ce grossissement, l'amas globulaire est entièrement résolu en étoiles piquées sur un fond de velours noir, c’est superbe ! L’image perd en piqué et en contraste avec l’Hyperion 17mm + Barlow 2 (235x). En raison de la turbulence, M15 ne tient pas 400x de grossissement (Hyperion 10mm + Barlow 2) : La dégradation du piqué des étoiles et la perte de contraste du fond du ciel deviennent notable à cette amplification. C’est bien mieux à 200x. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC6960 : J'ai effectué une brève observation de 52 Cygne et de la dentelle. Elle est bien visible mais paraît faible sous l’étoile 52 du cygne. La nébuleuse se montre discrète à proximité de l’étoile et redevient un peu plus visible à sa droite. La nébuleuse, trop grossie à l’Hyperion 17mm + OIII, montre une image à peu près similaire à celle donnée par un bon C9 en ciel de campagne. L'image reste loin du très beau résultat obtenu au SW406 + Nagler 31 + OIII à l'observatoire de Dourbes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M13 : Superbe et très bien résolue en une multitude d’étoiles brillante à 117x (17mm), M13 devient spectaculaire au 10mm (200x). L’amas est entièrement résolu jusqu’à son cœur et montre beaucoup d'étoiles extrêmement piquées et brillantes en sur impression. Sa périphérie se détache sur un ciel de velours noir. Sublime ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Albireo : L'étoile double confirme mon impression d’observer dans une optique excellente. Il n'y a pratiquement aucune diffusion entre les composantes. Les étoiles sont très piquées, lumineuses et superbement bien colorées de jaunes et de bleue à 200x (Hyperion 10mm). Le couple est de toute beauté. ----------------------------------------------------------------- Télescope Sky-Watcher 150/750 DS ----------------------------------------------------------------- M13 : On commence à résoudre l’amas globulaire, parfaitement identifié mais visible comme une nébulosité très faible dans un fond de ciel assez peu contrasté. Rien à voir avec le Sud Dobson de 406mm. ----------------------------------------------------------------- Télescope Sky-Watcher 250/1200 sur HEQ5 ----------------------------------------------------------------- M13 : AG bien résolu jusqu’au centre et dans un ciel très moyennement contrasté à 100x environ. Il est bien moins spectaculaire qu’au SD406mm. ----------------------------------------------------------------- SCT 305/4000 Lichtenkneker EQ - coupole n°2 ----------------------------------------------------------------- Photo d'empreint coupole n°2 sur le site de l'OCA M13 : L’accès à la coupole demande de passer dans la salle d’exposition ultra éclairé de l’observatoire. Un passage dans les escaliers sombres puis une attente de 10 minutes dans la coupole m'ont permis de voir l’instrument en détail avant d'accéder à l'oculaire. A 100x, M13 est déjà bien résolu en étoiles fines jusqu’au centre mais c'est peu lumineux. Le ciel est gris et l’amas globulaire semble relativement pauvre. C’est une déception car l’image est moins esthétique que celle donnée par le SW350mm. Le spectacle est très loin de celui offert par le Sud Dobson de 406mm (Optique Franck Grière). La résolution est meilleurs que celle obtenue par le SW de 250mm mais la luminosité semble en retrait ! Fin à 2h30' avec le lever le la Lune et encore 1h30' de route pour rejoindre les Ardennes. Alain et moi avons vécu un grand moment avec de belles rencontres de passionnés avertis. Le SCT 305/4000 Lichtenkneker dans la coupole n°2 et le public observe le Soleil avant les conférences et l'observation de la nuit....
  7. 3) Quelques étoiles multiples au T520 Samedi 23 au Dimanche 24/09/2017 Aubrives, vallée de la Meuse dans les Ardennes (50° 6'14.57"N - 4°45'9.05"E). Dobson 520mm, miroir D=515mm F=3090mm Optique Michel Walbaum (Hilux 96%). Dobson Factory 510mm, miroir D=506mm F=2645mm, optique Mirro-Sphère (Hilux 96%). T520 F/D6 avec bafflage Transparence exécrable et ciel crasseux, diffusion lumineuse intense des luminaires, de la centrale de Chooz et des villages avoisinants. La voie lactée n’est pas visible à l’œil nu et le ciel est rougeâtre ou blanchâtre (Mvlon 3,50 Pégase – Mvlonz 3.94 Cygne). Turbulence non mesurée -. Valeur SQM non mesurée. Début à 9h13’. Altaïr = α Aql : α = 18h 36m 56 ; δ = +38° 47′ 01 ; Type A7IV-V ; Dist = 16 AL ; Mv=0,9. Comme la veille, l’étoile la plus brillante de la constellation de l’aigle est vue au T520x103 (Zeiss UWF30 85°) comme un diamant blanc bleuté, accompagné de fines aigrettes sur un fond de ciel constellé de fines étoiles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M13 = NGC 6205 : (Hercule) α = 16h 41m 41s; δ = +36° 27′ 37″ ; AG ; Mv=5.8 ; diam. 20’. L’amas globulaire est déjà entièrement résolu à 103x (Zeiss UWF30mm) et donne une très jolie vision de M13 sur le fond de ciel noir constellé d’étoiles fines. Contrairement à la veille, les choses se dégradent en poussant l’amplification à 386x. Les étoiles sont très turbulentes et l’image devient très molle. La transparence semble est mauvaise mais le centre est quand même bien résolu et le Y centrale est facilement perceptible. Cela n’est clairement pas la peine d’aller plus loin dans les observations des amas et nébuleuses. Voici donc quelques étoiles doubles… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Σ1877AB = ε Bouvier = Izar : (Bouvier) α = 14h 42m,8 ; δ = +27° 17′ ; ED K0 et A0 ; Mv= 2,58 et 4.81 ; Rho=2.9" - Thêta=343°. Bas sur l’horizon, le couple brillant et inégale est bien résolu sous la forme de deux compagnons bouillonnants d’aspect planétaire au T520x386 (Nagler 20 + TV 2.5x). La principale est jaune orangée et la secondaire est notée bleue-verte. Les tavelures diffusent la lumière dans l’intégralité du champ de l’oculaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Σ1937AB = η Crb = WDS15232+3017 : (Couronne boréale) α = 15h 23m 55.5s ; δ = +30° 13′ 39.92s ; ED F8V et G0V ; Mv= 5,64 et 5.95 ; Rho=0.497" - Thêta=231°. Déjà bas sur l’horizon, le couple est visible comme une boule d’aspect planétaire au T520x386 (Nagler 20 + TV 2.5x). Les nombreuses tavelures empêchent toute séparation éventuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Double-double = ε1 et ε² Lyra = Σ2382-83 : (Lyre) α = 18h 42m,7 ; δ = 39° 37′ ; ED A3V+F0V (ε1) A6Vn+A7Vn (ε2) ; Mv= 4,66 [ε1] 4,59 [ε2] ; Sép. 208,2’’ thêta=172°. Σ2382 = ε1 : Mv= 5,0 et 6,1 ; Rho=2,33" - Thêta=345°. Σ2383 = ε1 : Mv= 5,1 et 5,4 ; Rho=2,39" - Théta=75°. Les 2 couples hauts dans le ciel sont très bien séparés au Nagler 20 + TV2.5 (T520x386). Les trouées d’agitation atmosphérique révèlent un défaut de collimation des optiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La Polaire = α UMi: (Petit ourse) α = 1h 48m 8s ; δ = +89° 02 ; ED F8V et G0V ; Mv= 2,2+/-0.1 et 8.9 ; Rho=18,42" - Thêta=217°. Le pointage de la polaire révèle de nouveau la difficulté à pointer les objets à fort grossissement avec le T520, je rêve de disposer de FRP+Téflon blanc sur les deux axes de hauteur et d’azimut afin d’amélioré la douceur les mouvements. Le couple est positionné avec difficulté au centre de l’oculaire au T520x773 (Zeiss Abbe 4mm). La turbulence sensible laisse apparaitre la tâche de diffraction et même les anneaux de diffraction brisés par instants fugaces. J’effectue la collimation complète de l’instrument au laser Kendrick 2 pouces puis sur la Polaire à 773x. C’est galère à remettre la polaire au centre de l’oculaire. L’image de Σ93 semble à présent très propre et le petit compagnon de couleur mauve se détache bien du fond du ciel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Σ262 = ι Cassiopée = WDS00093+7943 : (Cassiopée) α = 2h 29m 03.96s ; δ = +67° 24′ 08.7s ; Triple ; Mv= 4.63, 6.92 et 9.05 ; Σ262AB : Mv= 4.63 et 6,92 ; Rho=2,6" - Thêta=286°. Σ262AC : Mv= 4.63 et 9.05 ; Rho=6.7" - Théta=117°. Σ262BC : Mv= 6.92 et 9.05 ; Rho=8.5" - Théta=99°. La belle étoile triple colorée est bien séparée au T520x594 (Ethos13mm + TV 2.5x) la stabilité de la soirée permet d’observer les disques d’Airy de façon très ponctuelle avec, dans les trouées de turbulence, un semblant d’anneaux de diffraction bien centré autour des composantes. L’observation est un peu sportive car l’oculaire est situé à 3 mètres de hauteur dans un jardin en légère pente et cabossé et la constellation de Cassiopée approche du Zénith. Les couleurs réputées Rouge, Jaune et Verte ne me paraissent pas évidentes, mon œil voit les trois composantes plutôt blanche, jaune et mauve très clair. J’avoue ne pas avoir porté mon attention sur les couleurs mais plutôt sur l’allure de la figure de diffraction des composantes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Σ2 = HR20 = ADS102 = WDS00093+7943 = SAO4048 : (Céphée) α = 00h 10m 22.34s ; δ = +79° 48′ 43.8s ; ED A4IV (blanches) ; Mv= 6,68 et 6.89 ; Rho=0.92" - Thêta=14.9°. Le repérage est difficile car les étoiles repères ne sont pas visibles et l’instrument colle toujours sur les deux axes. Le beau couple égal et de couleur blanc est très facilement séparé au T520x594 (Ethos13mm + TV 2.5x). C’est nickel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 peg = HR8943 = ADS16836 = WDS23340+3120 = SAO73341 : (Pégase) α = 23h 33m 57.19s ; δ = +31° 19′ 31.0s ; ED K4IIIb (jaunes orangées) ; Mv= 5.67 et 6.11 ; Rho=0.576" - Thêta=105.5°. Le repérage s’effectué à partir de Alpheratz et Scheat dans Pégase. Le couple présente une différence de magnitude tenu et se résout à la limite en deux étoiles bouillonnantes jaunes orangées au T520x594 (Ethos13mm + TV 2.5x). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . STT65 = HR1188 = SAO76256 = CCDM J03503+2535AB = WDS 03503+2535 = ADS2799 : (Taureau) α = 3h 51m 23s; δ = +25° 37′ 48s ; ED ; type A2V ; Mv=5.23 et 6,52 ; Rho = 0,477" Thêta=201.7°. L’amas des Pleïades est situé au dessus des vapeurs des réfrigérants de la Centrale Nucléaire de Chooz, c’est mal parti ! Electra et Maia constituent d’excellentes étoiles repères pour trouver STT65 (invisible sous mon ciel pollué). La turbulence sensible au T510x509 (Ethos 13 + TV 2.5x) ne me permet pas de séparer les deux compagnons avec certitude. L’étoile double bouillonne et il n’y a pas de trou de turbulence. La séance d’observation tourne court car le brouillard envahi mon site d’observation. Je n’ai même pas eu le temps de pointer quelques étoiles doubles au DF510 parfaitement aligné et situé à 5 mètres du T520. Observation prématurément terminée à 1h00’ en raison de ce satané brouillard de la vallée de la Meuse. Le T520 F/D6 commence à résoudre des étoiles doubles serrées au fond d’une vallée humide et à 1.8km d’une centrale Nucléaire. L’optique est superbe... DF510 avec bafflage
  8. Voici de fines dentelles tertiaires du Cygne en mode basse résolution (88x fois seulement au T600) sous l'ombre de l'immense triangle de Pickering. Ce ne sont pas les lambeaux décharnés de l'immense bulle du Cygne qui manquent, n'est-ce pas Yann ? (voir son travail colossal du dessin complet dans sa vidéo). Ici, elles répondent bien à l'OIII et vont de faible à extra faible. Il y a juste un mélange avec de l'hydrogène ionisé (raie Halpha) qui prolonge la plus brillante au NE mais extra faible que ce soit avec l'UHC ou sans filtre. Pour l'anecdote, je me suis planté au départ de cible, j'envisageais la dentelle secondaire NGC 6979 ou encore 6974 mais j'ai tapé à côté, charmé par le champ que me délivrait le télescope. Après coup, pour trouver une image qui permette de juger mon travail, c'était pas si facile surtout en SHO mais je vous la soumets ici. A noter que l'OIII 5nm est particulièrement à l'aise dans cet exercice. Le champ étoilé n'est pas un fond de logiciel, c'est apparemment ma marque de fabrique et pour moi, signe de qualité... Fabrice M.
  9. Dimanche 24 au Lundi 25/09/2017 Aubrives, vallée de la Meuse dans les Ardennes (50° 6'14.57"N - 4°45'9.05"E). Dobson 520mm, miroir D=515mm F=3090mm, optique M. Walbaum (Hilux 96%). Dobson Factory 510mm, miroir D=506mm F=2645mm, optique Mirro-Sphère (Hilux 96%). Le T520 F/D=6 T520 optique M. Walbaum / LB301 Optique JM Lecleire /Dobson Factory Optique Mirro-Sphère Début 21h50 : Transparence exécrable, diffusion lumineuse intense des luminaires, de la centrale de Chooz et des villages avoisinants. La voie lactée est soupçonnée au zénith à l’œil nu et le ciel est rougeâtre ou blanchâtre selon la région du ciel observée (Mvlon 5,07). Turbulence mesurée à 1,20 - 1.50 en première partie de nuit. Valeur SQM = 19.69. Début à 9h50’. ______________________________________ M13 = NGC 6205 : (Hercule) α = 16h 41m 41s; δ = +36° 27′ 37″ ; AG ; Mv=5.8 ; diam. 20’. L’amas globulaire est déjà entièrement résolu à 103x (Zeiss UWF30mm) et donne une très jolie vision de M13 sur le fond de ciel noir constellé d’étoiles fines. Les conditions de seeing se sont dégradées depuis la veille et la mise au point difficile ne montre que des étoiles un peu pâteuses au Nagler 20mm + TV2.5x : Le T520 ne supporte clairement pas 386x ce soir. M13 est néanmoins très bien résolu en réduisant l’amplification à 309x (Nagler 20mm + TV Big Barlow) et donne une très belle vision de la périphérie, sans atteindre l’excellence des images observées le 21 Septembre. Le Y centrale est facilement perceptible. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mizar et Alcor : ζ UMa et 80 UMa: (Grande Ourse) α = 13h 23m 55,5s; δ = +54° 55′ 31″; ED A2V / A2V / A1V. Σ1744AB = ζ UMa = Mizar : Mv= 2,23 et 3,88 ; Rho=14,4" - Thêta=152°. Σ1744AC = Mizar Alcor : Mv= 2,23 et 4,01 ; Rho=706,9" - Théta=70°. Bas sur l’horizon mais pointées afin d’aligner le laser, cet ensemble lumineux et facile montre les composantes sous la forme de tavelures prenant un aspect planétaire grossier et diffusant la lumière dans le champ de l’oculaire au T520x238 (Ethos 13mm). Plus d’une dizaine d’étoiles sont malgré tout perceptibles dans le de l’oculaire. Le T250 F/D 6.3 Astam muni de mon regretté Zeiss Docter 12,5mm m’a donné des images splendides de Mizar et Alcor au zénith dans les années 2000 à Vireux-Molhain où le ciel était stable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M92 : (Hercule) α = 17h 17m 07.27s ; δ = +43° 08′ 11.5’’ ; AO ; Mv=6.5 ; diam. 11,2’. L’amas, nettement moins étendu que M13, présente un centre beaucoup plus serré mais parfaitement résolu au T506x386x (Nagler 20 + TV 2.5x), l’image se présente contrastée et lumineuse mais manque finesse en raison de l’agitation atmosphérique. Je n’ai pas essayé à 237x (Ethos 13) afin de diminuer l’impact de la turbulence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M57 : (Lyre) α = 18h 53m 35s ; δ = +33° 02′ ; NP ; Mv=9.7 ; dim. 1,4’x 1,0’. Haute dans le ciel, la nébuleuse planétaire apparaît comme une large couronne, non uniforme et marquée par un affaiblissement d’éclat à l’extrémité du grand axe. La partie inférieure beaucoup plus sombre montre de la luminosité et la partie extérieure semble présenter une fine couronne plus sombre. La forme annulaire est remarquable au T520x154 (Nagler 20mm) et l’étoile de 13éme magnitude est facilement perceptible aux abords de la nébuleuse. L’observation attentive laisse apparaître une seconde étoile de 14,1ème magnitude, puis deux autres de 14,7 et 15,0 soupçonnées par intermittence. Très joli. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Double-double = ε1 et ε² Lyra = Σ2382-83 : (Lyre) α = 18h 42m,7 ; δ = 39° 37′ ; ED A3V+F0V (ε1) A6Vn+A7Vn (ε2) ; Mv= 4,66 [ε1] 4,59 [ε2] ; Sép. 208,2’’ thêta=172°. Σ2382 = ε1 : Mv= 5,0 et 6,1 ; Rho=2,33" - Thêta=345°. Σ2383 = ε1 : Mv= 5,1 et 5,4 ; Rho=2,39" - Théta=75°. Comme l’avant-veille, la double-double est déjà complètement séparée dans un champ rempli d’étoiles au T520x103 (Zeiss UWF30). La séparation de Σ2383 au Nagler 20 + TV2.5 (T520x386) montre clairement le bouillonnement des composantes tendant vers un aspect planétaire. L’utilisation de diaphragmes m’a permis de trouver une amélioration significative de la qualité de l’image dont les images les plus esthétiques se situent à 200mm et 150mm d’ouverture (Les tavelures apparaissent encore en à 260mm d’ouverture). Les disques d’Airy complets mais ondulant deviennent visible en diaphragmant le T520 à 120mm d’ouverture. Les anneaux de diffraction ondulants apparaissent en réduisant encore l’ouverture à 60mm. La nuit ne semble donc pas adaptée à l’observation à haute résolution avec un T500. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M2 : (Hercule) α = 17h 17m 07.27s ; δ = +43° 08′ 11.5’’ ; AO ; Mv=6.5 ; diam. 11,2’. L’amas, beaucoup plus petit que M13, présente un centre compact, un peu mou et sans piqué mais parfaitement résolu au T506x386x (Nagler 20 + TV 2.5x). En raison de l’agitation atmosphérique, les étoiles de la périphérie denses et ont une nette tendance à s’évanouir puis réapparaitre. L’image se présente plus contrastée et lumineuse en réduisant l’amplification à 309x (Nagler 20mm + TV 2.5x). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M15 : (Pégase) α = 21h 29m 58s ; δ = +12° 10′ ; AO ; Mv=6.2 ; diam. 12,3’. Très brillant, cet amas globulaire présente également une image turbulente et ne supporte pas 386x. L’image est de bonne qualité en réduisant l’amplification à 309x (Nagler 20mm + TV Big Barlow 2x). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Neptune + Triton : λ Aqr, de magnitude 3.75 est juste à la limite de la visibilité à l’œil nu après l’extinction des luminaires à Aubrives. Cette étoile me permet de pointer Neptune en un temps record. A 594x (Ethos 13mm + TV2.5x), Neptune arbore une jolie couleur bleue profond mais les bords ne sont pas tranché la planète devient régulièrement un peu floue lors des nombreuses pointes de turbulence. L’objet de cette observation était de détecter la présence de Triton de magnitude 13.7 et situé à 11,2" de Neptune. L’écart d’éclat de presque 6 magnitudes, en la planète et son satellite, rend l’observation délicate, cela malgré la possibilité théorique de pouvoir l’observer dans un télescope de 250mm. La perte de magnitude des objets situés à 30° de hauteur au dessus de l’horizon est dramatique dans mon ciel ou le coefficient d’extinction atteint un niveau record. Triton est perceptible à la limite de la visibilité et s’évanoui régulièrement sous l’effet de la turbulence. Mon ami Roland Boninsegna l’a observé sans problème particulier au T406x400 à l’observatoire de Dourbes, situé en hauteur à 20 km de chez moi dans le sud de la Belgique (il bénéficie d’une Mvlon=5.6 dans Pégase et d’une parfaite visibilité de la voie lactée). L’observation de Triton reste quand même délicate à Aubrives où la Mvlon est de l’ordre de 3.5 à 30° de hauteur et magnitude 2 à 20° de hauteur ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M52 = NGC7654 : (Cassiopée) α = 2h 27m 17s ; δ = +66° 46′ 20,5" ; AO ; Mv=8.2 ; diam. 12’. La constellation du Cassiopée contient un joli amas ouvert située en pleine voie lactée, non loin de 4 Cassiopée (WDS23248+6217), un couple stellaire à forte différence de magnitude (4,96 et 9,88) et de la nébuleuse de la Bulle NGC7635. M52 est moins étendu que NGC7789 mais les étoiles de 10-11ème sont plus aussi lumineuses à l’oculaire. L’amas étant pratiquement située au Zénith, j’ai quitté le T520 et mon escabeau 8 marches pour pointer cette région au DF510mm plus court et plus maniable. Le DF506x88 (Zeiss UWF30) offre une vision très fine de cet essaim et montre plus d’une centaine d’étoiles serrées dans un champ large d’étoiles. Le Zeiss UWF30mm présente de la coma et une distorsion de champs bien perceptible sur les bord du champ mais non gênante en ce qui me concerne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC7635 = C11 = Bubble nebula : (Cassiopée) α = 2h 31m 23.7s ; δ = +66° 22′ 18.2" ; NP ; Mv=11 ; dim. 15’x 8’. Il est facile d’atteindre cette région en partant de sa proche voisine M52. Toutes les étoiles entourant la nébuleuse de la bulle se retrouvent dans le champ de l’oculaire sauf la nébuleuse ! Normalement perceptible dans un T250 en vision décalée, comme une large coquille excitée par l’étoile SAO20575 (Mv8.65), ici au DF510mm, Rien ! Du haut de mon escabeau 4 marches, je retente l’observation au Nagler 31mm + filtre interférentiel Lumicon OIII. Même image et peut-être un « quelque chose » en vision décalée mais rien de transcendant. En aucun cas, la bulle n’apparaît à l’oculaire du DF 510mm à Aubrives. C’est un échec ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC6960 : (Cygne) α = 20h 45.7' ; δ = +30° 43' ; ND ; dim. 70’x 6’ ; Mv~7.0. La petite dentelle, presque centrée sur l’étoile repère 52 cygne de Mv=4.3, dessine deux ailes assez claires dans lesquelles s’entrecroisent le système de filaments déjà observé au T520. Au DF510x88 (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII), l’aile de gauche s’étire loin de 52 du cygne dans un champ très riche en étoiles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC6992/95 : (Cygne) α = 20h 56.4' ; δ = +31° 43' ; ND ; dim. 60’x 8’ ; Mv~7.0. Au DF510x88 (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII), le boomerang, plus brillant que NGC 6960, montre un long fuseau d’environ 10’ de largeur et dans lequel s’entrecroise le système de filaments complexe sur plus de 1° (NO-SE). La nébuleuse se termine par 3 extensions superbement détaillées et le triangle de Pickering. NGC6995 se révèle très détaillé mais également très faible à Aubrives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC7000 : (Cygne) α = 20h 58.8' ; δ = +44° 20' ; ND ; dim. 120’x100’. La nébuleuse North America apparaît très faiblement au DF510x88 (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII). La région du golf du Mexique est bien visible et les zones les plus denses apparaissent avec des détails nuancés dans les bords de la partie la plus lumineuse « Le Mexique ». La nébuleuse se fond graduellement au fur et à mesure que l’on se rapproche du « Canada ». La nébuleuse du Pélican (IC5070-67), nettement plus faible que NGC7000, n’est soupçonnée qu’à proximité de l’étoile 57 du Cygne au DF510x88 (filtre OIII). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M45 : (Taureau) α = 3h 47m 24s ; δ +24° 07’ ; AO ; Mv=1.6 ; dim.~110'. Déjà observée dans de superbe conditions au T520x103 (Zeiss UWF30mm et DF510x85 (Nagler 31mm). J’ai cette fois essayé le DF510 avec l’oculaire Zeiss 30mm afin de remonter le contraste de l’image. Le résultat est une belle image dont le contraste est un peu meilleur qu’au Nagler 31mm ; cela au détriment du bord de champ bien mieux corrigé chez Televue. Les nébulosités autour les étoiles les plus brillantes sont bien perceptibles. Elles laissent cependant penser à une possible diffusion de lumière autour des étoiles brillantes. La nébulosité observée autour de Mérope, NGC1435, paraît très allongée vers le sud. Je dispose d’un oculaire Rodenstock de 35mm, dont le contraste m’a donné des images absolument divines de la pleine lune avec mon excelle T250 F/D 6.3 Astam. Avec une pupille de 5,8mm sur le T520mm, cet oculaire devrait bien être adapté à l’observation des objets du ciel profond. De fait, la vision est spectaculaire au T520x88 (Roddenstock 35mm) dans lequel la plus grande partie de l’amas tient. Les étoiles se révèlent êtres de fins diamants entourés de nébulosités subtiles sur un fond de ciel noir : NGC1435 Mérope Nebula est la plus évidente, vdB.23, NGC1432 et vdB.20 entoure d’Electra sont aussi clairement visibles : c’est magnifique. Sur le DF 510mm, le Roddenstock 35mm fourni de moins bon résultats en terme de contraste et de luminosité, la pupille de 6,7mm est trop importante pour mes yeux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC884/869 = Double Amas du Persée : (Persée) α=02h 22,4m ; δ=+57° 07′ & α=02h19m ; δ=+57° 09′ ; AO ; Mv = 4.4&4.3 ; diam. 30'&30’. Le DF510x88 (Zeiss UWF30mm) donne une image superbe du double amas dans lequel NGC869, plus dense que NGC884 montre bien son centre formé d’étoiles brillantes, de 6 à 7ème magnitudes, se détachant d’une large périphérie composée de plus d’une centaine de joyaux d’éclats inégaux. Le T520x103 (Zeiss UWF30mm) révèle une image sublime, un peu plus grossie, plus contrastée mais avec un peu moins de champ que celui (magnifique) donnée par le DF510mm. Le 520x88 (Roddenstock 35mm) montre les étoiles avec une finesse et un contraste étourdissant. Je regarde ce champ, l’œil rivé à l’oculaire à 3 mètre de hauteur et perds un peu l’équilibre… Je ressens de nouveau un vertige en pensant que l’escabeau se dérobe sous mes pieds, il n’en est rien. La vision est faramineuse, grandiose ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M42 = NGC1976 : Orion se lève sur la central de Chooz. Les conditions ne sont pas exactement réunies pour y déceler les fines trainées claires. La partie la plus dense est cependant visible comme un renforcement de la pollution lumineuse et le trapèze est résolu en quatre pâtés immondes ; Le T520x103 (Zeiss UWF30mm) montre à l’oculaire la vision industrielle l’horreur astronomique. L’utilisation du filtre interférentiel Lumicon Oxygen III révèle néanmoins la partie centrale de la nébuleuse d’Orion avec beaucoup de nuances. Le moutonnement de couleur vert (caractéristique du filtre OIII) est bien visible sur un fond nébuleux rose éclatant, de la pollution lumineuse sans limite, se prolongeant sur 80° à l’horizon Est. Orion se perd rapidement à l’œil nu dans les vapeurs des réfrigérants réchauffant l’air à 40°. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . STT65 = HR1188 = SAO76256 = CCDM J03503+2535AB = WDS 03503+2535 = ADS2799 : (Taureau) α = 3h 51m 23s; δ = +25° 37′ 48s ; ED ; type A2V ; Mv=5.23 et 6,52 ; Rho = 0,477" Thêta=201.7°. La turbulence semble s’être calmée, je décide de pointer les deux télescopes en direction du couple serré STT65, situé à proximité de M45. Le T510x509 (Ethos 13 + TV 2.5x) sépare difficilement les deux compagnons dans les trous de turbulence. STT65 est clairement dédoublée dans l’agitation résiduelle au T520x594 (Ethos 13 + TV 2.5x) ou les deux composantes apparaissent plus brillante et arborent une teinte blanche à jaune claire. Les disque d’Airy sont parfois ponctuellement visibles. Fin d’observation à 4h00' avec la tombée du brouillard et l’observateur K.O. mais heureux... Merci de m'avoir lu ..... ______________________________________
  10. Comme expliqué sur l'autre forum, j'ai fait ma version de l'observation de l'occultation stellaire par Triton, à savoir avec le Dobson de 407mm itinérant (mode brouette à roulette pour ceux le connaissant de Valdrôme ) et en utilisant la sensibilité de l'A7s + le champ d'un plein format 24x36 pour imager pendant que l'objet défile dans le champ! J'ai tout de même fait une série d'essai la veille au pied de l'immeuble à Versailles (26 poses de 1/8e de secondes vers 40000 ISO): Neptune avec triton 15" au Sud-Ouest et l'étoile ~1.5' à droite Et jeudi soir, après les belles averses de l'après-midi le ciel s'est bien redégagé, mais il était plus humide. J'ai d'abord refait une série au pied de l'immeuble vers 22h où triton et l'étoile sont encore bien séparés puis j'ai démonté le télescope est mis dans la voiture pour partir à minuit observer l'occultation à 25km de là, car l'horizon Sud-Ouest est bouché chez-moi... Mais à la campagne les nappes de brouillard sont fréquentes, mais là ou je me pose entre 2 champs labourés, je suis un peu en hauteur et émerge des nappes basses qui laisseront le ciel bien libre après 1h30 (mais la route du retour complètement dans le brouillard). J'aurais pu aussi faire tout en mode vidéo (testé la veille cf forum astro pratique), mais plus compliqué à exploiter et j'ai préférer rester au T407 + Powermate 2x en mode photo à 0.5" / pixel mais avec un champ qui m'a permis de laisser défiler quasiment 40s entre chaque repointage. Pour les images (crop des 400*400 pixels centraux sur des images de 12Mpix), voilà une animation des 4min autour du phénomène (16Mo - mais si vous voulez re-extraire les images pour la photométrie!): http://www.lesia.obspm.fr/perso/nicolas-biver/IMAGES/neptune05oct17-23h47anim218.gif Et la courbe de lumière avec les étoiles de référence proches (magnitudes données dans l'astrosurf mag.): (286 images de 23h45m46 à 23h51m06 UTC) C'est bruité... mais difficile de poser plus de 1/8e s car le ciel tourne! Et j'ai fait (que - hérétique que je suis!) du jpg haute qualité, mais ce qui permettait plus facilement d'enchainer plus de 40 poses en continu (mode rafale) à 1.2 images/sec. La somme des 218 images pendant l'occultation (fond ciel bleu dû à la lune): Nicolas
  11. Je vous propose de trouver une série de quatre C.R. correspondant aux premières lumières Ardennaises réalisées avec un Dobson de 520mm F/D6, dont l’optique est celle de l’ancien observatoire de Michel Walbaum décédé en 1983. Gérard Colas (Geco71), ex propriétaire de cet instrument, a écrit un compte rendu d'observation astronomique sur la 1ère lumière de ce télescope effectuée le 4 mai 2014 : ici. Je le remercie de m'avoir cédé ce télescope dont l'optique a enfin pu s'exprimer pour la première fois, dans mon jardin et avec succès, ce mercredi 20 septembre. C'est en fait l'achat sentimental de l'optique dont les images de Saturne, d'une beauté indescriptible, m’ont à jamais subjugué en 1973. Ce CROA se propose d’apporter quelques éléments factuels : De comparaison entre ce Dobson de 520mm d'ouverture, très imparfait mais réalisé autour d’une optique d’exception et mon Dobson Factory de 510mm Optique Mirro-Sphère à L/18Ptv. ; D’évaluation des images observées sur un site affecté par une forte pollution lumineuse et une agitation atmosphérique notable. Ces quelques observations pourront peut-être intéresser les observateurs de Belgique et des régions du Haut de France. Je vous souhaite bonne lecture… J'invite toute les personnes ayant observées au T520 à Reims à me contacter. 1) Première lumière sous ciel dégagé du T520 et comparaison avec le DF510mm Mercredi 20 au Jeudi 21/09/2017 Aubrives, vallée de la Meuse dans les Ardennes (50° 6'14.57"N - 4°45'9.05"E). Dobson 520mm, miroir D=515mm F=3090mm, optique Michel Walbaum (Hilux 96%). Dobson Factory 510mm, miroir D=506mm F=2645mm, optique Mirro-Sphère (Hilux 96%). T520 DF510 (ici sans bafflage monté) Début 22h30 : Transparence exécrable, diffusion lumineuse intense des luminaires, de la centrale de Chooz et des villages avoisinants. La voie lactée n’est pas visible à l’œil nu et le ciel est rougeoyant ou blanchâtre (Mvlon~4 avant minuit et 4.76 dans Pégase après extinction des luminaires à Aubrives). Turbulence sensible au T520 mais non gênante pour l’observation du ciel profond. Valeur SQM mesuré à 19,69 à 1h00’. Le taux d’humidité de 100% m’oblige à utiliser un sèche-cheveux toutes les 10 minutes… Véga = α Lyre : α = 18h 36m 56 ; δ = +38° 47′ 01 ; Type A0Va1; Dist = 25,3 AL ; Mv=0. L’étoile la plus brillante du ciel d’été est vue au T520x103 (Zeiss UWF30 85°) comme un splendide diamant percutant, fin est accompagné de très fines aigrettes sur un fond de ciel noir. C’est splendide pour une première observation. Une discrète diffusion est perceptible aux abords immédiats de l’étoile. Au bout de 1 minute, la diffusion devient visible puis notable et l’étoile perd graduellement en « punch » en raison d’un dépôt de buée sur le miroir secondaire. Bienvenue en Ardennes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M13 = NGC 6205 : (Hercule) α = 16h 41m 41s; δ = +36° 27′ 37″ ; AG ; Mv=5.8 ; diam. 20’. L’amas, au couchant et déjà situé dans la brume et la pollution lumineuse du village de Hièrges, est bien résolu mais peu lumineux et un peu empâté au T520x386. La vision me rappelle très légèrement les lointains souvenirs des images observées chez Michel Walbaum dans les années 1975 à Reims. M13 est trop bas pour pouvoir évaluer la qualité de l’image comparativement avec la vision magistrale de M13, observée le 14 Août à l’Observatoire Centre Ardenne, au Sud Dobson 407x204 (optique Mirro-Sphère). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M57 : (Lyre) α = 18h 53m 35s ; δ = +33° 02′ ; NP ; Mv=9.7 ; dim. 1,4’x 1,0’. La forme annulaire est bien visible au Nagler 20 + TV2.5 (T520x386), mais l’image manque de luminosité. Deux étoiles de 13 et 14.7 sont néanmoins perceptibles aux abords de la nébuleuse. La magnitude limite semble être équivalente à celle observée avec le LB301 (optique JML) sur le site d’observation de la Croix-Scaille (Mvlon 6.4).. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Double-double = ε1 et ε² Lyra = Σ2382-83 : (Lyre) α = 18h 42m,7 ; δ = 39° 37′ ; ED A3V+F0V (ε1) A6Vn+A7Vn (ε2) ; Mv= 4,66 [ε1] 4,59 [ε2] ; Sép. 208,2’’ thêta=172°. Σ2382 = ε1 : Mv= 5,0 et 6,1 ; Rho=2,33" - Thêta=345°. Σ2383 = ε1 : Mv= 5,1 et 5,4 ; Rho=2,39" - Théta=75°. Très facile au T520x386, les composantes blanches montrent une image tendant vers l’aspect planétaire mais restent fines sur un fond de ciel contrasté. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Delta Cygne = Σ2579 : (Cygne) α = 19h 44m 58,5s ; δ = +45° 07′ 51″; ED B9.5IV+F1V ; Mv= 3,0 et 6,5; Sép. 2,74" thêta=216.6°. La composante principale blanche et tend vers un aspect planétaire grossier. Elle est accompagnée d’un compagnon bleuté et fortement bouillonnent au T520x772 (Zeiss Abbe 4mm). Il m’est quasiment impossible d’effectuer un suivi correct car le télescope colle assez fortement sur les deux axes et le couple quitte le champs a la moindre tentative de recentrage, c’est très énervant ! L’image est nettement meilleure au T520x515 (Zeiss Abbe 6mm). Elle montre les deux composantes bien séparées mais présente une image globalement un peu moins belle que celle observée, dans de superbes conditions, au T406x450 de l’observatoire de Dourbes (Sud Belgique) muni de mon Zeiss Abbe 4mm. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC6960 : (Cygne) α = 20h 45.7' ; δ = +30° 43' ; ND ; dim. 70’x 6’ ; Mv~7.0. La petite dentelle, presque centrée sur l’étoile repère 52 cygne de Mv=4.3, dessine deux ailes, un peu sombre mais très contrastées, dans lesquelles s’entrecroise un système complexe de filaments tenus dans un champ très riche en étoiles au T520x103 (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII). Une fois l’étoile jalon sortie du champ, la structure de la nébuleuse se prolonge très loin vers le nord. Le DF510x88 optique Mirro-sphère (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) présentent une image moins contrastée et mois définis mais avec plus de champ. Le T520x100 (Nagler31 + Filtre UHC) montre une image plus lumineuse dans un champ riche en étoiles. Le DF510x82 (Nagler31 + Filtre UHC) montre globalement une image un peu plus lumineuse et la nébuleuse moins grossis semble légèrement mieux ressortir qu’au T520. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC6992 : (Cygne) α = 20h 56.4' ; δ = +31° 43' ; ND ; dim. 60’x 8’ ; Mv~7.0. Plus brillante que NGC 6960, le T520x103 (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) montre une vision superbe de la grande dentelle. On resterait vissé à l’oculaire pendant des heures avec des détails faramineux et extrêmement contrastés de la structure torsadée ! Je rappelle que la Mvlonz ne dépasse pas 4,7. Le boomerang s’étire sur plus de 1° (NO-SE) sous la forme d’un long fuseau d’environ 10’ de largeur moyenne. Le DF510x88 optique Mirro-sphère (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) révèle un peu moins de détails et de contraste dans les images. Le T520 est un ton au dessus. Le T520x100 (Nagler31 + filtre UHC) montre une image un peu moins contrasté que celle observée au Zeiss+filtre OIII. Le DF510x82 (Nagler31 + Filtre UHC) révèle une image plus lumineuse mais moins définie que celle observée au T520. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC7000 : (Cygne) α = 20h 58.8' ; δ = +44° 20' ; ND ; dim. 120’x100’. La nébuleuse North America est bien visible au DF510x88 optique (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) depuis le sud de la Belgique. C’est possible, même sous mon ciel archi pollué qui m’autorise à faire des ombres chinoises sur le télescope ou de voir les couleurs des maisons avoisinantes lorsque les luminaires d’Aubrives sont éteints ! La région du « Mexique » apparaît facilement. Plus au Nord et perdu aux milieux d’un champ très riche en étoiles, NGC7000 se noie dans une immense nébulosité, dont la luminosité bien visible décroît doucement au fur et à mesure que l’on se rapproche du « Canada ». Le T520 manque de champ et révèle une image moins intéressante. Le filtre UHC se révèle être moins efficace pour extraire la nébuleuse du golfe du Mexique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IC 5070-67 : (Cygne) α = 20h 50.8' ; δ = +44° 21' ; ND ; dim. 80’x70’. Le Pélican, nettement plus faible que NGC7000, se dévoile mieux en faisant sortir du champ 56 et 57 Cygne. Le cou du Pélican est bien visible au DF510x88 (filtre OIII). Le reste de la nébuleuse reste trop diffus pour rendre la vision intéressante. Le Zeiss UWF 30+OIII permet de voir simultanément les yeux du pélican et la très lumineuse « cote est » de la nébuleuse « North-America ». L’image est cependant beaucoup moins spectaculaire que celle observée sur le site de la Croix-Scaille avec le LB301 JML équipé du Nagler 26mm + filtre OIII. Le T520 ne dispose pas du champ suffisant pour permettre une vision simultanée de la tête du Pélican et de la cote est de NGC7000. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M15 : (Pégase) α = 21h 29m 58s ; δ = +12° 10′ ; AO ; Mv=6.2 ; diam. 12,3’. Très brillant, cet amas globulaire présente une large périphérie au tour d’un noyau petit et éclatant. Au T520x386 (Nagler 20 + TV2.5x), la périphérie de l’amas apparaît saupoudré d’étoiles d’une finesse inouïe sur un fond de velours noir profond. Le centre de l’amas apparaît également brillant, contrasté et constellé d’étoiles éclatantes et très fines, la vision est spectaculaire ! Le regard du centre de la périphérie renforce le contraste entre le centre de l’amas et le noir profond entourant M15, c’est sublime et je n’arrive pas à détacher mon œil de l’oculaire ! Le T520x594 (Ethos13 + TV2.5x) dégrade la finesse et les étoiles sont agitées sous l’effet de la turbulence ; Ce grossissement est trop élevé pour ce soir et le suivi est difficile car le télescope colle toujours sur les 2 axes. L’amas redevient superbe en réduisant l’amplification à 475x (Ethos13 + Big Barlow). L’image est de nouveau sublime de finesse et contraste au T520x386 (Nagler 20 + TV2.5x). Le DF510x509 (Nagler 20 + TV2.5x) fourni également une image magnifique de l’amas globulaire. L’image de l’amas globulaire est juste un peu moins percutante et contrastée que celle obtenue avec le T520. Les étoiles sont également très fines. C’est un véritable plaisir de pointer et de suivre les objets à fort grossissement avec les mouvements très doux du Dobson Factory. Cela mérite d’être souligné. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC884/869 : (Persée) α=02h 22,4m ; δ=+57° 07′ & α=02h19m ; δ=+57° 09′ ; AO ; Mv = 4.4&4.3 ; diam. 30'&30’. C’est Sublime ! Situé en pleine voie lactée, le champ du double amas du Persée se révèle être particulièrement spectaculaire et d’une finesse inouïe au DF510x85 (Nagler 31mm). NGC869, plus dense que NGC884 montre une petite couronne formée de brillantes perles blanc-bleutées, de 6 à 7ème magnitude, se détachant d’une large périphérie composés de plus d’une centaine d’étoile d’éclats inégaux. Le champ du Nagler 26 permet d’observer simultanément NGC884, NGC869 et l’étoile rouge sombre située à l’orée de NGC884. Le T520x100 (Nagler 31mm) grossi un peu plus l’image, avec moins de champs mais un contraste et une percutions d’éclat encore renforcés. Le résultat est différent mais l’image est d’une indescriptible beauté dans les deux instruments. Le LB301JML, dont l’image du double amas était spectaculaire à la tour du millénaire (Mvlon 6.4) ne tient pas la comparaison à Aubrives. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . NGC7789 : (Cassiopée) α = 23h 57.0m ; δ = +56° 44′ ; AO ; Mv=6.7 ; diam. 16’. Le DF510x85 (Nagler 31mm) révèle près de 200 étoiles très fines et serrées, dans le champ fourmillant d’étoiles de la voie lactée (complètement invisible à l’œil nu à Aubrive). Cet essaim composé d’étoiles de 10 à 12ème est très beau mais, il ne me laisse pas un souvenir comparables à l’image sublime observée à la tour du millénaire avec le LB301x60 (Nagler 26mm). L’écart de diamètre, entre 510mm et 301mm, ne rattrape pas le gain de magnitude du site de la Croix-Scaille (Mvlon 6.4) par rapport au ciel d’Aubrives (Mvlon 4.76). La formule empirique de Pogson confirme un écart résiduel de 0,5 magnitude en faveur du LB301 dans un bon site. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M37 : (Cocher) α = 05h 52m 18s ; δ = +32° 33′ ; AO ; Mv=5.8 ; diam. 24'. Le large amas de centaines d’étoiles est assez pauvre au DF510x85 ! La vision au T520x100 se révèle être tout aussi triste et la lumière s’éteint graduellement à l’oculaire comme celle d’un planétarium. Je lève les yeux vers le ciel et il n’y a plus d’étoile. Le laser vert révèle une Chappe de brouillard située à quelques mètres au dessus du toit de la maison. C’est fini, je rentre avec des images somptueuses plein les yeux. Fin d’observation à 3h23’ avec un constat superbe, les instruments Dobson Factory 510mm et T520mm optique Michel Walbaum fonctionnent en ciel profond.
  12. "Ces fines dentelles tertiaires semblent s'échapper de la bulle en expansion..." Ces filaments que je croyais anonymes sont un peu plus contrastées que les précédents de la région N. La matière est notamment plus intense du côté de l'étoile jaune bien saturée (type spectral K2 et magv 6,6). Il y a de la structure par endroits si bien que je n'ai pas osé trop estomper. Le plus fin lambeau se situe à l'extrême N. Pour les instruments à plus grand champ, Simeis 3-210 s'étend encore plus au S. De La Palma au T600x88 & 119x +OIII. Attention, petite surprise dans le 3è et dernier volet, un objet visible par tous... Fabrice M.
  13. Bonjour , Un petit CROA du dimanche 24 septembre. Instrument : C9,25HD Oculaires : Pano24mm , Nagler 16mm et 11mm Ortho Fujiyama 25/18 et 12,5mm en comparaison aux Televue pour tester une nouvelle fois leur transparence. Lieu : Piémont Pyrénéen. Constellations visitées : Capricorne , Verseau ,Cassiopée Persée . Conditions : Ciel moins transparent que lors de la nuit du 20 septembre qui fut digne d'une nuit d'hiver. NGC 7099 ou M30 Capricorne: Amas globulaire Mv7,5 dimension 11': Situé bas sur l'horizon à quelques degrés au dessus d'un sommet lors de son observation il apparait flou et seules quelques étoiles apparaissent par intermittence en vision décalée. NGC 7089 ou M2 Verseau : Amas globulaire MV6.5 dimension 8': Le centre est contrasté et quelques étoiles sont résolues à la périphérie de l'amas. NGC6981 ou M72 Verseau : Amas globulaire Mv9.5 dimension 6' Bas sur l'horizon et peu contrasté néanmoins quelques étoiles sont résolues dans sa périphérie. NGC7606 Verseau : Galaxie spirale SB MV11,5 dimensions 4,5'X1,5' Vue comme une tache faible et allongée entre deux étoiles ,sans limite précises. NGC7721 Verseau : Galaxie spirale SC MV11,5 dimensions 2,5'X1: Faible galaxie allongée sans limite précise. NGC1023 Persée Galaxie irregulière MV10,5 dimensions 7,4'X2,5': Allongée dans un beau champ d'étoile . Son noyau est contrasté sans etre ponctuel. NGC1169 Persée Galaxie Spirale MV11,6 dimensions 4'X2,5' : Objet difficile vue comme une tache sans détails ni limite précise . NGC 650 ou M76 Persée: Nébuleuse planétaire MV10 dimensions 2,7'X1,8' Belle est contrastée ,elle apparait allongée et séparée par un chenal sombre. NGC278 Cassiopée: Galaxie elliptique MV10,7 dimensions 2' Vue comme une tache floue avec une condensation centrale . Ngc185 Cassiopée: Galaxie naine MV 9,1 du groupe local et satellite de M31 comme m32 ,110 et NGC147. Vue comme une tache ovale , forme un triangle rectangle avec deux étoiles. NGC 663 Cassiopée: Amas ouvert MV 7 dimensions 15' Superbe amas ouvert ou une soixantaine d'étoiles sont visibles . L'amas est situé dans un champ riche d'étoiles. NGC7654 ou M52 Cassiopée Amas ouvert MV7,3 dimensions 13' Plus beau que le précédant on y voit une trentaine d'étoiles sur un fond laiteux qui à force d'observation se révèle comme un poudroiement d'étoiles faibles. Superbe ! NGC40 Cassiopée: Nébuleuse planétaire MV12,3 dimensions 38'X35' Belle nébuleuse contrastée ovoïde dont la centrale est parfaitement visible en vision directe . Léger effet de "blink". A noter une faible étoile en environ 30" de la nébuleuse. NGC581 ou M103 Cassiopée: Amas ouvert MV7,4 dimensions 6' Superbe amas dont les étoiles les plus brillante rappellent la constellation de la Grande Ourse avec la queue aplatie. Certaine étoiles sont orangées. NGC7510 Céphée: Amas ouvert Mv8 dimensions 4' Superbe amas ouvert composé d'une vingtaine d'étoiles dont certaines forment une flèche. Fin de la soirée vers 2h00 pour cause de boulot le lendemain .
  14. Salut la compagnie, En cette belle soirée de mercredi, nous sommes allés observer avec Carlos afin de passer une bonne soirée et qu'il teste sa nouvelle caméra. J'ai commencé ma soirée en lançant des poses puis suis monté observer, je commence par préciser de je vais probablement oublier des objets ou rater l'ordre chronologique pour d'autres, la session a été longue et la nuit de sommeil très courte. La première cible de la soirée sera l'amas globulaire M15 sur lequel je passerai un petit moment. Me remémorant l'astrosurf Magazine de ce mois, je pointe le petit astérisme Picot 2 qui offre une vision assez agréable à l'oculaire. Je pointe ensuite Ngc 7479 également présentée dans l'Astrosurf Magazine de ce mois. Alexandre Renou la décrit ainsi: "[...] Au TN250x85, assez moyennement visible, elle semble encore plus allongée selon un rapport cette fois de 3 à 4/1, avec un centre plus dense. Une petite étoile de magnitude 11 est visible dans le prolongement de la barre à 3' d'arc Sud-Sud-Ouest [...]" Je dessine donc cette galaxie que voilà: Je remonte ensuite pour m'offrir une balade dans les dentelles du cygne avant de changer radicalement de cap pour aller cueillir la rose de Caroline. Ce soir le ciel est bon, la pollution lumineuse ne monte pas trop haut. Il faut dire que la pluie de ces derniers jours a considérablement déchargé l'atmosphère. D'ailleurs en parlant d'horizon sud, voici le verseau qui arrive en position assez intéressante, j'en profite pour tenter Helix qui se montre assez bien. Je ne l'avais jamais vue comme ça mais je n'ose pas la dessiner, l'objet en impose. Il est l'heure d'aller manger, j'en profite pour pointer M31 à la lunette et lancer des poses pour le reste de la soirée. [...] De retour après un moment, je me réacclimate gentiment en me baladant à l'oeil nu puis en pointant M31. La vision est vraiment superbe avec les bandes sombres qui s'étendent loin et une sensation de profondeur qui lui confère un aspect tri-dimensionnel impressionnant. Le ciel est décidément bon ce soir. Je repointe Helix et m'attelle finalement à la dessiner. Je n'aurais peut-être pas l'occasion de la redessiner de si tôt. On a beau être (officiellement) en été la température n'est pas du tout clémente -le thermomètre de la voiture indiquait 3°C au moment de rentrer- et dessiner sans gants n'est pas très agréable, mais la gêne est aisément compensée par la beauté de la vision qui s'offre à moi. Une fois le dessin terminé, nous prenons une pause café sans éclairage (et en gardant mon bonnet sur l'oeil avec une main par dessus pour être sur) afin de nous réchauffer. Nous ressortons et Carlos reste en haut pour faire un peu de visuel, du moins moins brièvement que pendant les quelques passages en sortie d'écran qu'il a fait avant. Nous passons sur M31, M33 qui montre NGC604 très facilement avant de passer à NGC891 qui est terne mais très esthétique. Nous nous offrons une balade dans la Baleine en commençant par un objet situé dans la constellation du Sculpteur :be: avec la galaxie éponyme. nous remontons ensuite visiter NGC246 qui est une nébuleuse planétaire intéressante que j'avais dessiné l'année dernière. Je note "l'absence" de Mira qui doit être près de son minimum ne ce moment et pointe M77. Ce fut une belle claque. je m'atelle donc à la dessiner. Voici donc mon dessin de M77: Je pointe ensuite NGC1499 qui se voit comme une zone plus dense au Hβ. Je descends ensuite sur NGC1514 qui est une jolie planétaire dans le Taureau. Il faudra que je lui tire le portrait à l'occasion mais là ma main est encore engourdie. Carlos retourne à ses poses et je pense donc pointer M42 qui est encore bas mais dont les couleurs sont tellement fascinantes qu'on ne peut s'en passer mais m'abstiens au dernier moment pour essayer la tête de cheval avant. Il avait bien une zone plus sombre avec le Hβ mais ça ne cassait pas trois pattes à un canard. Je pointe donc M42 et m'en délecte un moment avant de remonter pour une visite à NGC772. Je tente de pointer NGC 1300 dans l'Eridan mais c'est un échec. Le froid commence à l'emporter sur Carlos qui est en chaussures de ville, nous refaisons une pause à l'intérieur. De retour je repointe M42 qui a pris de la hauteur puis montre la cascade de Kemble à Carlos avant de ranger, le froid ayant obtenu sa victoire. Nous rangeons (merci encore pour ton aide Carlos) et je rentre à 5h20. Astronomicalement José
  15. Bonjour à toutes et à tous, Voici donc un rapide récit de la soirée du dimanche 24 septembre. C'est à 18h30 que Carlos m'a envoyé un message pour me demander si on allait observer. J'ai bien hésité une dizaine de secondes avant d'accepter. on a fixé le rdv à 20h45. Une fois arrivé sur place, je vois que Carlos est déjà installé, je monte mon télescope et nous allons boire un café en attendant la mise en température. De retour je pointe un objet déjà observé mercredi: Picot 2. Cet astérisme est vraiment très sympa, tellement que je décide de le dessiner: Une fois le dessin achevé je mets le cap sur M15 qui sera suivi de M13, M57 et de T lyrae avant l'arrivée de voiles nuageux qui se dissipent au dessus de nous, ne laissant qu'une fenêtre dans Cassiopée qui n'est pas vraiment la constellation la moins fournie en objets, Carlos imagera d'ailleurs la bulle et M52 ce soir. Nous commençons par NGC654 avec ses deux couples qui sont très chouettes avant d'aller vers M103 puis NGC457 avant que les voiles ne deviennent trop gênants. Nous décidons d'aller boire un café en espérant que ça passe. En sortant un quart d'heure plus tard nous ne regrettons pas la décision, le ciel est dégagé et plus stable qu'avant. Je dirige donc le dob vers Helix qui en montre moins que mercredi et je décide de remonter dans Pégase et pointer NGC7448 qui montre une deuxième galaxie dans le même champ au Nagler 13. J'ai décidé de les dessiner les deux sur la même feuille, mais c'est quand même petit. En dessinant j'ai vu qu'il y avait une autre galaxie pas loin mais je ne l'ai pas dessinée car elle aurait été hors de la feuille a4 déjà commencée. Version annotée ici: http://astrosurf.com/gallery/image/581-ngc7448-7454_t250_17-09-24annotejpg/?imageSize=large Carlos revient au télescope et nous continuons donc le tour de Cassiopée avec NGC7790 et la belle étoile carbonée WZ Cas qui a un compagnon bleuté, c'est beau. Nous observons ensuite la rose de Caroline puis Carlos retourne à ses poses. Je pointe donc la comète ASASSN qui se trouve devant IC359. La comète est vue comme une boule ronde et ne montre pas de queue franche, IC 359 est restée invisible. Vu qu'on a cours demain on décide de ne pas faire trop tard et je pointe donc M76 pour finir, mais la vision est vraiment chouette et je le dessine à son tour. Il est 2h30, heure de rentrer. La température était plus clémente de mercredi mais le ciel moins transparent. La soirée fut quand même très agréable. astronomicalement José
  16. Bonjour, Cela faisait longtemps que je n'avais pas observé sous une si belle nuit .Si la journée fut dégagée la soirée débuta sous un léger voile nuageux qui rapidement disparut pour un ciel cristallin. Pas de pollution lumineuse au sud et vers l'ouest, c'est les montagnes .Seul le nord et l'est dans une moindre mesure sont perturbés par les villes de Pau et lourdes. Lieu: Patelin à la montagne . Instrument : C9,25HD , oculaires Pano24mm , Nagler16mm , Nagler11mm Constellations : De Pégase , Bélier et Poissons . 13° au début de la séance vers 22h00 et 7° à 2H20 au moment de refermer le toit de l'observatoire. Et deux cafés , j'ai pas été bosser aujourd’hui... Ngc1502 : Amas ouvert MV5,7 surface 8' Bel amas à peu près centré sur un couple d'étoiles brillantes , deux autres étoiles brillantes de couleur jaune orangé bordent l'amas. NGC1501 : Nébuleuse planétaire dite aussi nébuleuse de l'huitre MV 11,5 , environ 1' de diamètre. Vue comme une tache bien définie et relativement brillante . Forme un triangle avec deux étoiles brillantes légèrement jaunâtre . Dans le même champ apparait une autre étoile plus brillante qui gêne l'observation. NGC404 : Galaxie lenticulaire MV11,2 surface 2' Juste à coté de Bêta Andromède .Sans limite ,diffuse avec un noyau relativement marqué . Il faut faire sortir du champ Bêta Andromède qui gêne énormément l'observation . Makarian 325: Galaxie irrégulière MV13,2 surface 40" Vue comme une tache de petite dimension sans limite précise. Ngc7448: Galaxie spirale MV12,2 dimensions 2'X 1' Faible et allongée . Deux condensation sont visibles sur sa surface .Une est certainement le noyau ; l'autre , une étoile en superposition ?? NGC23: Galaxie spirale Mv12,8 dimensions 2'X 1' Sans limite définie ,le noyau est bien visible ainsi qu'une faible étoile à coté. NGC7479: Galaxie spirale barrée MV11,6 dimensions 3' X 2.5' De forme ovoïde le noyau est bien visible. NGC7619:/NGC7626/NGC7623: Beau trio de galaxie . NGC7619 et NGC7626 , deux galaxies elliptiques géantes de MV12 , NGC7623 est plus faible MV12,8. Le couple NGC 7619/7626 présente des noyaux bien visibles ,les deux composantes sont de forme arrondie . NGC7623 est vue faiblement sans contour précis au bout de la chaine d'étoiles faibles qui par de NGC7626 Le trio forme un triangle rectangle dont NGC7626 est la base. NGC7078 ou M15: Amas globulaire MV6,4 surface 10' Spectaculaire , résolu jusqu'au cente avec le Nagler11mm qui procure un grossissement de 200X environ Au Pano24 le champ rappelle celui de M13 avec deux étoiles formant un triangle dont M15 est un des sommets . NGC 772: Galaxie spirale MV11,1. Vue sans limite précise avec un noyau marqué sans être ponctuel . A noter dans le même champ la faible galaxie NGC770 de MV13 vue en vision décalée et par balayage . NGC524: Galaxie lenticulaire MV10,4 seul le noyau est visible . NGC520: Galaxie irrégulière , en fait un couple de galaxies spirales en interaction MV12,2. vue en forme de trapèze , le grossissement n'apporte pas de détail. NGC470 : galaxie spirale MV12,5 et NGC474 galaxie lenticulaire MV12,3 Couple en interaction les bulbes sont bien marqués. Le couple est répertorié au catalogue Arp avec le n°227 NGC7662: Nébuleuse planétaire MV9 et 31" de diamètre. Superbe nébuleuse de couleur verdâtre vue dans un joli champ. Elle rappelle M57 avec son étoile à proximité. NGC598 ou M33: C'est la galaxie du triangle de MV 6,2 et d'une surface plus grande que la Lune . Elle peut être visible à l’œil nu sous un très bon ciel lorsqu'elle est au plus haut dans le ciel .Elle est évidente au chercheur . Ce soir en vision directe deux bras spiraux sont visibles avec des nodosités bien marquées notamment la nébuleuse NGC604 particulièrement brillante . Au Nagler 16mm la galaxie déborde du champ , il faut déplacer le tube afin de la parcourir . Les bras principaux sont noyé dans une légère mais évidente aura . J'ai pu monte en grossissement avec le Nagler 11mm qui par effet de contraste renforce les régions HII lumineuses. Avec 200X en vision décalée apparait NGC595. La galaxie est parsemée d'étoiles appartenant à la voie lactée . le champ est superbe ! Je pense que c'est la plus belle vision de M33 qui m'ait été donné de voir avec ce diamètre ou approchant ! En espérant que cela vous ait plu et donné envie de découvrir ces objets.
  17. Hello tous, Voici le premier opus d'un petit documentaire amateur dans le but de le présenter à des classes de 6è/5è.... J'espère qu'il vous plaira, je vous laisse le soin de le découvrir *****si possible en HD et enceintes***** je répondrai bien sûr aux questions, remarques....etc.... Ont notamment participé : Serge Brunier (voix off) Manutarn (entretien en Espagne) Valère leroy (auteur-compositeur - space-music.net) Le lien Youtube : Jc
  18. 4 dessins : 7808 à 7811 Dobson 508/1920 C'est le scénario inverse de la veille : le début de nuit couvert est suivi d'un ciel dégagé vers 23h45. J'en ai profité pour faire une sieste préparatrice et non pas réparatrice! Les autres observent Jupiter au T400 de Fred Burgeot. Il me semble qu'il a commencé chaque nuit par un dessin de la planète jovienne. Le Dobson 711 de Fred Géa étant en partie remballé, il n'y aura pas d'attroupement autour, à part peut-être quelques déçus trop longtemps indécis qui ont tardé à venir y observer. Mais il reste assez de bons diamètres autour pour se consoler! Le 500 rend visite aux grosses galaxies allongées des Chiens de Chasse. Observation 7808 : NGC4631. 138x, 201x. Galaxie de la Baleine. Waouh la claque! Assez faible et bleu turquoise à 85x, elle scintille pleine de nodosités à 201x, difficile à décrypter tant son disque grouille de détails. Je vois même sa nageoire et les coquillages collés sur sa peau ! Si si si! Ses grumeaux galactiques sont comme des coquillages! Son baleineau NGC4627 l'accompagne vaillement faible à très faible. A moins que ce soit le canot du rageux capitaine Achab tentant d'harponner Moby Dick? En tous cas le roman d'Herman Melville me revient à l'esprit lors de cette observation. Tout comme moi la veille regardant Fred Burgeot dessiner Jupiter, il assiste à la genèse de ce dessin et plusieurs astropotes viennent regarder ces 2 galaxies. Observation 7809 : NGC4656-57 138x, 201x. Galaxie de la Crosse de Hockey. Facile à trouver depuis le couple précédent avec qui elle est en intéraction gravitationnelle, elle est dans le même champ au grossissement de recherche (85x) mais ça rentre cric-crac. Faible à très faible, son point commun avec la Baleine est plein de nodosités, mais différence importante, réparties sur 2 petites zones. Elle demeure incolore. La partie la moins brillante allongeant considérablement la galaxie est vue VI3 à 5 en bougeant le tube. Je n'avais jamais vu ce morceau. La forme de Crosse de Hockey saute aux yeux et montre que comme dans le sport utilisant cet accessoire, les chocs (entre galaxies) font mal! Tout le monde part se coucher, Fred Burgeot en dernier. La nature est bruyante : grillons, crapauds et oiseaux se concurrencent pour marquer leur territoire. Le ciel devient laiteux, prélude à un revirement de météo. Tout seul à 3h, je termine sur des cibles plus rapides à dessiner, des galaxies du Serpent. Observation 7810 : NGC5980. 276x, 138x, 201x. Considérablement faible. Observation 7811 : NGC5962. 85x, 201x. Faible à très faible. Diffuse. Je distingue son centre plus brillant et une barre. Un voisin astrophotographe s'est relevé en entendant les grincements de mon escabeau. Il me tient compagnie et regarde ces galaxies dans le 500. A 4h le ciel se voile pendant l'arrivée de l'aube, clôturant mes observations aux NAT 2017.