Search the Community

Showing results for tags 'CROA'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Astronomy
    • General Astronomy
    • Practical astronomy
    • Visual observation
    • Astrophotography
    • Spectroscopy and photometry
    • Solar Astronomy
    • The Beginners Forum
    • Meetings-Events
    • Pro-Am Cooperations
    • New products
    • Others
    • Seen on the net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • All about Astrosurf forums
    • Moderation
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Informations du groupe
  • Le Sony A7s pour tous !'s Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Petites annonces
  • Astronomie Région Centre's Forum
  • Un réfracteur français's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Technique de traitements
  • eVscope Unistellar's Forum EvScope Unistellar
  • eVscope Unistellar's RESSOURCES sur l'eVscope (index alphabétique)
  • Le coin Astro-Physics's Forum Astro-Physics
  • Fuji X's Forum Fuji X

Categories

  • Images processing
  • Ephemerids and Skycharts
  • Simulation and calculation in optics

Categories

  • Sales
  • Purchases
  • Services
  • Reporting

Categories

  • Astrophotography
  • Equipments
  • Techniques d'observation
  • Refractors
  • Reflectors
  • Observation
  • Image processing

Categories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada
  • Jordany

Categories

  • Axilone Books
  • Astrosurf-Magazine

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.

Calendars

  • Astronomical Calendar
  • Meetings and events
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Évènements
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Évènements
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Évènements
  • Astronomie Région Centre's Évènements

Found 221 results

  1. Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 15 dessins : 9283 à 9297. Voici enfin une longue nuit d'observation! Je l'entame avec des galaxies du Bouvier dont des Arp. J'ai enlevé le pull et gardé que le manteau car il fait trop chaud en début de nuit, mais je vais me raviser au cours de la nuit. Je rappelle que les larges poches refermables du manteau me permettent de garder à portée de main les oculaires sans devoir descendre de l'escabeau. Observation 9283 : NGC5752-5 ou Arp297. 201x, 85x. Ce quatuor de galaxies est composé de NGC5755 faible, NGC5754 vue VI2 en n'étant pas sûr initialement si c'était une galaxie ou une étoile, NGC5752 très faible, et NGC5753 considérablement faible et diffuse. J'ai repéré les 2 plus brillantes à 85x. Encore un crayon de cassé en 2 à 23h. Une fois ce stock épuisé, je choisirai une autre marque pour me re-équiper... Observation 9284 : NGC5732 et UGC9473. 201x. la NGC est faible à très faible, et la UGC est mieux visible, faible. Observation 9285 : NGC5929/30 ou Arp90. 85x, 201x, 276x. Elles sont séparées tout en restant serrées à 85x. NGC5929 est faible et accompagne la considérablement faible NGC5930. Observation 9286 : NGC5886/8. 201x. NGC5888 est la plus facile, considérablement faible et allongée, tandis que NGC5886 très petite ressemble à une faible étoile floue. Observation 9287 : NGC5579 ou Arp69. 201x. Elle est très faible, très diffuse. Je n'y vois rien d'autre. A 0h45 le Bouvier commence à être bas, la turbulence y est forte aussi du coup. Observation 9288 : NGC5589. 201x. Elle m'apparaît faible et condensée. Une chouette hulotte nous fait un récital. A 1h des voiles dégradent cette zone du ciel. Céphée est plus préservée, j'y observe une nébuleuse planétaire puis 2 amas ouverts. Observation 9289 : PK103+0.1 201x. Elle est confirmée avec le filtre Oxygène 3, elle y répond fort. Elle demeure petite à 201x. Je la vois VI2 sans filtre (75% du temps en vision décalée), et très faible à VI1 avec le filtre grâce au gain de contraste. L'Humidité est grandissante. Cette zone résiste assez bien aux voiles. Observation 9290 : NGC7226. 201x, 85x. Je repère cet amas ouvert condensé à 85x et à 201x je l'éclate en étoiles faibles sur fond laiteux. A 2h40 Jcb et d'autres ont remballé à cause des cirrus,mais comme par hasard le ciel s'améliore. Observation 9291 : NGC7245. 201x. Cet autre amas ouvert se révèle très riche à 201x. D'ailleurs à 3h15 les voiles semblent partis. Du coup je décortique un beau groupe Arp dans les Poissons. Observation 9292 : NGC375/87 ou Arp331. 201x. Quelle belle chaîne de 8 galaxies! Je vois la plutôt brillante NGC383, la plutôt brillante à plutôt faible NGC379, les considérablement faibles NGC382, NGC384, NGC385, la considérablement faible à faible NGC380, la faible NGC386 et la très faible NGC387. A 3h40 Vénus se lève. La buée a recouvert la voiture. Je cherche et trouve d'autres galaxies des Poissons aux alentours du groupe Arp. Observation 9293 : NGC374. 201x. Elle se montre faiblement, allongée en vision indirecte. La buée gêne désormais sur l'oculaire, épargnant les miroirs. Observation 9294 : NGC403. 201x. Elle est faible, allongée avec la particularité d'avoir un bout incurvé. A 4h50 une chouette hulotte et une chevêche dialoguent. Observation 9295 : NGC399. 201x. Comme la précédente, elle est faible. Un météore passe pile dessus pour maintenir ma vigilance. Ca surprend toujours! La Voie Lactée hivernale est visible faiblement dans le Cocher. Ca ronfle dans le coin. Observation 9296 : NGC398. 201x. Ca devient routinier, elle aussi est faible, et petite. Je suis fatigué à 5h15. Je finis la nuit sur la comète 29P Schwassmann-Wachmann dans le Bélier, dans l'aube. Observation 9297 : comète Schwassmann-Wachmann 29P. 201x. A la position prévue, elle m'apparaît VI1 à 2 et très très diffuse dans l'aube. Une de plus dans la besace! A 5h35 quelques jeunes photographes sont encore levés à l'ouest. Je passe les saluer avant de rejoindre Morphée.
  2. Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 4 dessins : 9279 à 9282. Cette nuit ou plutôt ce matin, le ciel s'est dégagé à 4h donc quasiment à l'aube. Le temps d'être opérationnel il était 4h30. J'observe rapidement des galaxies Arp de Pégase, puis d'autres galaxies de cette constellation jusqu'à l'aube. Observation 9279 : NGC7236/7/7C ou Arp169. 85x, 201x, 276x. NGC7236 est considérablement faible, NGC7237 faible, et NGC7237C vue VI1. Les 2 plus brillantes sont déjà séparées serrées à 85x. Voilà 3 galaxies en interaction cataloguées sous le numéro 169 du catalogue Arp. Observation 9280 : NGC7328. 85x, 201x, 276x. Elle est déjà vue à 85x. Elle est considérablement faible, avec un allongement évident. Des nodosités difficiles se devinent à 276x. Observation 9281 : NGC7348. 85x, 201x. Elle est faible mais est facile à 85x. Je détecte qu'elle est allongée mais ce n'est pas facile à voir car elle s'efface dans l'aube. Une chouette se fait entendre. Je termine dans la même zone de ciel dans les Poissons sur Mars qui grossit au fur et à mesure des nuits. Observation 9282 : Mars. Diamètre 16,8". Méridien central 32°. 631x, sans puis avec filtre rouge W23A. Turbulence 4 sur 5. La turbulence étant trop gênante, le filtre rouge se montre encore salvateur. j'observe la même zone que la dernière fois et une autre vers le pôle Nord. Les contrastes demeurent faibles sur cette partie du globe. Je remarque un golfe dirigé vers la calotte polaire sud. L'aube civile est survenue quand je termine mon dessin, et les nuages sont revenus depuis la moitié du dessin, j'observais donc à travers par moments. Je suis quand même content d'avoir tenté le coup. Pour finir ce CROA, voici quelques photos touristiques de la veille pour finir de présenter les visites faites depuis 2 nuits bâchées. C'est la visite des magnifiques Gorges de la Jonte dans le Causse Noir. Village Le Truel dans les Gorges Cultures en terrasses Le Truel vu de la Maison des Vautours Peyreleau au bout des Gorges Tour de l'Horloge de Peyreleau Peyreleau est au croisement des Gorges de la Jonte et du Tarn Panorama désolé mais magnifique du Causse noir au sud des Gorges de la Jonte
  3. Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 1 dessin : 9278. Cette nuit sera bien plus courte que la précédente, malheureusement. Le ciel est d'abord partiellement dégagé. Il fait bon, je n'ai pas eu besoin de mettre le pull, juste le manteau ouvert afin d'avoir à portée de main les oculaires dans ses poches. J'ai d'abord tenté un amas ouvert du Sagittaire mais vite couvert par les nuées. Puis j'ai réussi à coucher sur le papier une galaxie de Pégase à l'opposé des nuages. Observation 9278 : UGC12667. Elle est vue dès 85x. Elle est très faible à faible à 201x, diffuse, sans structure particulière. Je l'avais confondue avec une galaxie Arp du secteur au début et cataloguée comme telle. Un nuage est arrivé dessus à la fin du dessin et le ciel s'est vite bâché. J'ai veillé sans constater d'éclaircies suffisantes et surtout un orage a noyé mes dernières espoirs de la nuit à 3h. La météo est décidément fantasque ici pendant ces vacances. D'ailleurs les 2 nuits suivantes seront bâchées. J'en profiterai pour faire quelques visites touristiques, dont voici quelques photos : L'Abîme de Bramabiau le 16 août. Lanuejols le village à côté du camping, le 16 août. Randal Bisons, un élevage de bisons à Lanuejols le 16 août. Le chariot tiré par un tracteur pour approcher en sécurité les bisons
  4. Bonjour Pour vous souhaiter un bon début d'année, neigeux ici, voici la suite des vacances estivales! Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 12 dessins : 9266 à 9277. Après avoir répondu aux questions astronomiques d'une dame, j'entame une bonne nuit d'observation à 22h. Je ne trouve toujours pas la comète Howell dans la Vierge bien qu'ayant commencé plus tôt, à cause d'un nuage lancinant mal placé. Par contre je pointe Panstarrs dans le Bouvier. Observation 9266 : comète Panstarrs C/2017 T2. 85x, 201x. Je l'ai vue tout de suite à 85x, puis confirmée à 201x. Je l'ai placée sur mon dessin à 22h29. Elle est considérablement faible à faible, diffuse. Son mouvement est visible lors du dessin. Cette constellation du Bouvier reçoit d'ailleurs la visite de 3 comètes en ce moment. La suivante pointée est Lemmon. Observation 9267 : comète Lemmon C/2019 U6. 85x, 138X, 201x. Elle aussi est immédiatement vue à 85x Ses limites sont imprécises. J'ai détecté comme une barre vue VI3 dedans. Son centre reste discret. Elle est très diffuse et très faible, sans sembler se déplacer lors de l'observation. Et ensuite la fameuse Neowise du mois dernier qui a perdu de sa superbe. Un nuage bas gêne parfois pour son observation, et la comète touche quasiment les arbres à la fin du dessin. Observation 9268 : comète Neowise C/2020 F3. 85x, 201x. Elle est faible au chercheur 9x50. Au télescope, elle reste brillante bleu ciel, mais ce n'est plus la flamboyance du mois dernier. Je place son "noyau" à 23h12 bien qu'il n'y ait plus de véritable noyau marqué, et la queue diffuse ne m'apparaît plus qu'en vision indirecte VI3 à 4 (25% à 50% du temps). Après 2 échecs sur des petites nébuleuses planétaires car ça turbule trop à 402x, je me rabat sur quelques galaxies d'Hercule. Observation 9269 : NGC6661. Vue à 85x, elle reste petite, considérablement faible mais contrastée à 201x. A 402x ça turbule trop pour en voir davantage. Observation 9270 : NGC6658. 201x. Elle est faible à très faible, et je la note très effilée. Je tente ensuite de détailler quelques galaxies du catalogue Arp dans Hercule. Observation 9271 : PGC59113 ou Arp208. 201x, 276x. Cette galaxie très faible à VI1 du catalogue Arp est avare de singularités, dure à détailler. Elle me semble double. J'ai mal aux pieds à 1h30, ça arrive parfois avec l'escabeau si je ne redescends pas assez souvent me dégourdir les pieds entre 2 dessins. Observation 9272 : UGC10491 ou Arp125. Voilà une autre Arp pas évidente à détailler. Elle comporte à 201x 2 galaxies en interaction, vues VI1 pour l'incurvée et VI2 pour l'autre. Des nodosités sont visibles dans la plus grande à 276x. Des gens sont venus au camping à dos d'ânes ce soir, et ces derniers braieront par 3 fois cette nuit, ce qui nous change du train qui sifflera 3 fois. Je peux vous dire que la première fois ça fait sursauter, ils sont à 300-400 mètres dans le pré au nord-ouest et ils ont du coffre! Après 3h du matin, c'est les galaxies du Verseau, dont quelques Arp qui sont à l'honneur. Observation 9273 : NGC7585 ou Arp223. 201x, 276x. Son centre brillant est auréolé d'un halo faible. Elle est très diffuse, les détails sont incertains. Le papier à dessin est mouillé, de la buée arrive puis part du miroir secondaire sans que j'aie à agir. La Lune s'est levée à 3h15. Observation 9274 : NGC7576. 201x. Pas loin de la précédente, elle est plutôt faible, comme une étoile floue. Observation 9275 : NGC7592. 201x. Celle-ci est faible et granuleuse. Une chouette expressive rompt le silence de la nuit. Je pointe une galaxie de la Baleine à 4h. Observation 9276 : NGC309. 201x, 276x. Elle me déçoit un peu, sa structure spirale est à peine esquissée, VI5, tandis que la galaxie est faible et diffuse. Mais il est vrai que la buée devient gênante, ainsi que la Lune. Cette dernière nous gratifie d'une belle conjonction avec Vénus. Les ânes s'excitent. Je termine la nuit avec une galaxie du Poisson Austral, constellation assez haute ici pour l'explorer contrairement à la Seine et Marne. Observation 9277 : NGC7294. A 201x, cette dernière galaxie très faible demeure petite. Fatigué, je m'endors à 4h50. Afin de ne pas faire de bêtises lors du rangement, je me repose dans la voiture pour finalement remballer à 5h15. Ca serait par exemple dommage de remettre la boîte de protection du miroir secondaire avant le couvercle sur le primaire...
  5. Carte de voeux (astro) 2020

    Bonjour, Habituellement je fais un petit récapitulatif comme tous le monde, avec un niveau jamais atteint en imagerie avec un achromat de ce diamètre. notamment Mars et puis Vénus à F/D 50, et Mercure une première et pas dans l'ombre du soleil. ATTENTION il y a un "loup" dans l'image de la carte, c'est facile à trouver mais il ne faut pas se tromper DESSINS ASTRO: Lune -15 CP 1 Vénus 2 Mars 1 Jupiter 1 IMAGERIES ASTRO: Lune 79 Jupiter 8 CP 1 Mars 7 Mercure 1 Saturne 8 Soleil 2 Vénus 11 VISUEL ASTRO: (beaucoup !) Bon ciel astronomique !
  6. Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 7 dessins : 9258 à 9264. Cette nuit ce sont des nuages orographiques gênants qui testeront ma résilience. J'ai attendu 23h pour avoir un ciel partiellement dégagé. Je dessine des galaxies de la Lyre quasiment au zénith. Observation 9258 : NGC6745. 85x, 201x, 278x. Elle est vue dès 85x, clairement allongée à ce grossissement. Je la note considérablement faible à faible, avec une étoile dedans, et des nodosités à 278x. Observation 9259 : NGC6792. 85x, 201x. Elle aussi est repérée à 85x. Elle m'apparaît diffuse, faible à très faible. A minuit et demi, hormis Serge, les autres astrophotographes ont remballé à cause des nuages intermittents. Une chouette rompt le calme de la nuit de ses hululements. Après une pause toilettes, je pars observer des galaxies d'Hercule. Le papier à dessin mouillé témoigne de l'humidité de cette nuit, en corrélation avec la formation de ces nuages orographiques. Observation 9260 : NGC6301. 201x. Elle est très faible et très diffuse. J'observe un groupe de galaxies d'Hercule à côté de M92, lui-même zieuté magnifique au passage, mais déjà dessiné au 508. Observation 9261 : NGC6323. 85x, 201x. Repérée à 85x, elle est diffuse. Elle est très faible quand les nuages ne gênent pas. Observation 9262 : NGC6332. 85x, 201x. Cette galaxie est visible faible et diffuse à ce s2 grossissemeents. En vision indircete elel me semble allongée. Observation 9263 : NGC6329. 85x, 201x. Elle aussi est vue dès 85x. Elle est considérablement faible à faible, par contre sa forme reste indécise. Observation 9264 : NGC6336. 201x. Elle est basse, faible et allongée. A 3h la Lune gêne et joue à cache-cache avec les nuages à l'Est. les galaxies sont basses maintenant, m'obligeant à changer de coin de ciel. Mais à 3h45 alors que je consulte mon programme d'observation pour sélectionner une autre zone d'observation, la fatigue me fait perdre une heure d'observation, je pars récupérer dans la voiture. Comme par hasard à mon retour les nuages ont recouvert une grosse partie du ciel. Là c'est mort, trop proche de l'aube pour espérer une éclaircie durable, je remballe à 4h50 et je constate une fois encore l'humidité sur les affaires. Pour finir, quelques photos de la visite de la grotte de Dargilan le 13 août : La grotte se situe dans les Cévennes sur le Causse Noir en bordure des Gorges de la Jonte Elle fut découverte en 1880 par Sahuquet, un jeune berger qui poursuivait un renard. C'est la première grotte ouverte au public, en 1890, soit 2 ans après son exploration par Edouard Alfred Martel, le fondateur de la spéléologie. La plus grosse stalagmite de la grotte, 19 mètres de haut. Et le mur des Méduses, long de plus de 200 mètres pour 19 mètres de hauteur Le chemin des Douaniers à la sortie de la grotte longe les Gorges de la Jonte jusqu'au parking supérieur Et en revenant, la petite ville de Meyrueis :
  7. Bonjour à tous Afin de tester grandeur nature le comportement de la motorisation du reseau j'ai effectué 5 champs , le tout en choisisant une longeure d'onde centrale choisie et sélectionnée depuis le PC. Les 5 champs pointent un ciel très nuageux et une lampe fluo-compact , les habitués reconnaîtront facilement les raies de calibration, ce qui n'etait pas facile voir sportif à la main ! UVEX4 est au foyer d'une lunette F/D7.5 avec la caméra ASI183MM. La fente utilisée est une 23 micron Alpy et un reseau 1200tr/mm . Aucune mise au point n'a ete effectuée entre 3800A et 10.000A Zoomer sur l'image pour plus de confort. J'ai utilisé un filtre d'ordre pour les 2 derniers champs. On attend toujours que le ciel bleu revienne . Cdt Pierre
  8. Date d’observation : Dans la nuit du 18 au 19 Décembre 2020 Heure d’observation : Non précisée Lieu d’observation : Haubourdin Type de ciel : Ciel urbain Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm) Oculaires / champ / grossissement respectif : - Pentax XW 20 mm (70° / 60 X) - Televue Delos 12 mm (72° / 100 X) - Pentax XW 7 mm (70° / 171 X) - Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X) Filtres : - UHC Astronomik : Oui - OIII Astronomik : Non - H-Beta Astronomik : Non Conditions : Ciel assez bien dégagé avec des températures plutôt froides pour la saison Objet(s) observé(s) : - Lune : Non - Planète(s) : Non - Ciel profond : Oui (M42 & M43) Préface ! Bonjour, Bien que je n’y m’attende vraiment pas, en levant les yeux vers le ciel, je constate, à ma grande plus grande surprise, que ce dernier est assez bien dégagé dans l’ensemble. Ça tombe vraiment bien. En plus de la planète Mars qui commence à décliner, je ne cesse de m’émerveiller en voyant les constellations du ciel d’hiver. Quel plaisir de les revoir. Mais ce soir, mes yeux sont attirés vers l’un des plus joyaux que recèle la merveilleuse constellation d’Orion. Il s’agit donc de M42. Qu’à cela ne tienne. Après réflexion, je décide sortir tout le matériel sur ma terrasse, puis me consacrer uniquement au visuel pur. Pas de caméra, ni de PC portable, et j’en passe et des meilleurs. Non, ce soir, je laisse de côté le stacking pour pouvoir de nouveau me consacrer uniquement à l’observation de cette splendide M42. Je vous propose donc ce petit récit intitulé « A travers la grande nébuleuse d’Orion ». Que voir à travers de M42 ? Le télescope étant dehors depuis de bonnes minutes, je commence donc mon observation de la nébuleuse avec le Pentax XW 20 mm inséré directement dans l’oculaire. Sans filtre, l’image est très belle. M42 flotte au milieu d’un beau champ étoilé. De nombreux détails sont déjà visibles comme sa coloration verdâtre, par exemple. Dans le champ du Televue Delos 12 mm, c’est carrément mieux. La nébuleuse semble être plus étendue, le trapèze bien résolu, etc… Ça, c’est uniquement pour l’observation sans filtre. En revanche, avec le filtre UHC Astronomik, c’est encore plus frappant, car la nébuleuse est bien plus contrastée. Dans le 254 X 100, l’arc filamenteux dessinant l’aile orientale s’étire loin, très loin dans le champ de l’oculaire, avec en prime, un contraste bien plus élevé. Le second, quant à lui, est également visible, mais de façon moins marqué. Passons maintenant au cœur même de M42 qui ressemble à s’y méprendre à un joli petit nuage à l’aspect moutonneux, dont ce dernier est délimité par deux sortes de barres légèrement obscures, formant ainsi un angle droit. Nous y retrouvons également le trapèze très bien résolu, ainsi qu’un superbe alignement composé de 3 étoiles brillantes, situées en bordure du cœur de la nébuleuse, puis sans oublier, la fameuse échancrure sombre séparant les deux ailes de ce « volatile étoilé ». Sous cette bande noire, se trouvent une ou deux étoiles de plus faible luminosité. M43, quant à elle, et grâce au filtre, se dessine plus facilement sous la forme d’une belle nébulosité entourant un astre brillant. Dans le 254 X 171, toujours équipé du filtre UHC Astronomik, c’est le grand plongeon au cœur même de M42. La nébuleuse obscure séparant le nuage en deux parties distinctes, contraste parfaitement bien avec le reste de l’objet, puis j’ai comme l’impression de voir ce cœur moutonneux prendre encore plus d’ampleur. Ce soir, de nombreux « waouh » ne cessent de résonner dans ma tête tellement que le spectacle est à tomber par terre. Mais avant de conclure en beauté cette petite soirée d’observation consacrée à M42, je pointe le tube en direction de M37. Dans le champ du Televue Delos 12mm, les étoiles claquent superbement bien sous ce fond de ciel plus sombre. En plus d’être magnifique, il est assez large et il y a également quelques zones sombres en son centre. Bilan de la soirée ! Ce fut une courte mais excellente soirée. Pour moi, M42 reste le plus objet du ciel d’hiver. Même si la vision naturelle est déjà superbe et m’offre pas mal de détails, je dois bien avouer que le filtre UHC Astronomik lui donne un sacré coup de fouet. Dans le passé, j’ai eu l’occasion de l’observer avec le filtre H-Beta Astronomik, mais la vision n’était pas la même que celle obtenue ce soir. Mais j’en reparlerai une autre fois. En attendant la prochaine séance d’observation, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
  9. Bino-brothers, bino-sisters, stéréo-potes : MORT AUX CYCLOPES !! Mais je m'égare. Donc cette nuit, par un petit zéro degré Celsius (ahahah même pas mal ! Si je commence à couiner, Looney va me tomber dessus), j'ai décidé de profiter d'une belle transparence pour (re)tester mon ciel - qu'on qualifiera pudiquement de "péri-urbain" - avec différents filtres. Pour cibles, j'ai choisi trois objets nébuleux de saison, qui ont le bon goût de s'afficher dans le même secteur : L'albatros M42, la flamme NGC 2024 et la Rosette Caldwell 49 (si vous pensez une seule seconde que je connais ces références par cœur, vous me jugez si mal que ç'en est limite insultant). Les filtres à comparer sont : - Astronomik UHC visuel (31,7) - SVbony OIII (50,8) - Thousand Oaks OIII visuel (50,8) - "Chinoiserie" UHC rebadgée en Astronomik OIII CCD (bref : une arnaque. Sans doute un Omegon, coulant 50,8) - Fujinon Nebula (broadband, filetage inconnu) Pourquoi ce test ? Ben déjà pour me la péter, c'est important. Ensuite, parce que je possède ces filtres et que ça m'intéresse de savoir ce qu'ils valent. Enfin, parce qu'avec de grosses jumelles, ce genre de test est très confortable : chaque filtre est placé dans son fût, sur son oculaire dédié. On passe de l'un à l'autre sans aucun délais, c'est extrêmement efficace ! Je ne vais pas vous décrire la démarche de façon chronologique, mais l'ordonner par filtrage de plus en plus sélectif : 1/ Sur l'albatros : - Sans filtre, l'image est décevante. L'albatros montre sa forme ailée caractéristique, mais se démarque difficilement du fond de ciel. Il ne présente aucunes extensions au-delà du trapèze, on ne voit pas de boucle, sa tête d'oiseau se devine en vision décalée sans montrer sa forme. Le "running man" est parti courir ailleurs. - Avec Le Fujinon Nebula à bande large, la perception globale de la nébuleuse est grandement améliorée. Surtout, elle présente des extensions vers l'intérieur, la grande boucle s'entraperçoit. La forme de tête d'oiseau se devine en vision décalée, de vagues nébulosités marquent la présence probable d'un "truc" plus au nord (le running man, donc). Le fond de ciel est un peu assombri, je n'ai pas l'impression de voir moins d'étoiles. - L'UHC chinois et l'OIII SVbony donnent la même image : le fond de ciel est plus sombre qu'au Fujinon Nebula, mais la nébuleuse n'en montre guère plus. L'apparence globale n'est pas plus flatteuse, le contraste est en revanche un peu meilleur, notamment dans la région du trapèze. La tête d'oiseau se devine mieux, ça se joue à peu de chose. Le running man demeure évanescent, entraperçu en vision décalée. - L'UHC Astronomik est, de tous mes filtres, celui qui "performe" le mieux sur M42 : le fond de ciel n'est pas plus sombre qu'avec les verres précédent (SVbony, Omegon...), mais tout est plus facile parce que plus contrasté. Si l'on se contente d'un coup d’œil rapide, l'apport du filtre Astronomik semble négligeable ; pourtant, il ne faut guère insister pour voir rapidement apparaître des détails, des extensions, des nodosités, autant d'informations que ses concurrents chinois n'apportent pas, ou montrent moins bien. La tête d'oiseau commence à se démarquer en vision directe. Le running man, rien à faire, ne s'améliore pas. L'image est assez esthétique, même sous mon ciel quelconque. Je me surprends à l'observer assez longtemps, alors même qu'elle n'a rien, mais vraiment rien d'extraordinaire. Quand je repense à ce que j'en ai vu, sous un bon ciel, sans filtre... - Contrairement au SVBony, le Thousand Oaks est un "vrai" OIII, à bande étroite, très sélectif : avec lui, le fond de ciel est restefondien, mais les étoiles se sont fait la malle ! Quant à la nébuleuse, elle est étriquée : ce qui reste est bien contrasté, mais il en manque ! Ce filtre est trop sévère pour mon diamètre instrumental (150mm), quel que soit l'état du ciel. Ceci dit, l'expérience est à refaire sur un objet plus adapté, comme les dentelles ; j'aurai peut-être une bonne surprise ? 2/ Sur la flamme : - Sans filtre, je ne la vois pas. Ça, c'est fait ! - Avec le Fujinon et les filtres chinois, je la devine à peine, en vision décalée. - Avec l'Astronomik, il me semble la deviner un peu mieux. Mais c'est subtil. - Avec l'OIII Thousand Oaks, elle ne ressort pas mieux qu'avec l'Astronomik. L'image, très sombre, est peu flatteuse. 3/ Sur la Rosette : - Sans filtre, on voit bien l'amas. Il paraît qu'il y a du gaz, autour ? - Avec le Fujinon, on devine la vaste nébuleuse, qui présente de vagues nuances de densité. - Avec les filtres chinois,. l'ensemble est un peu plus contrasté - enfin, moins fadasse - qu'avec le filtre précédent. Pourtant, l'image n'est pas meilleure, parce qu'il y a moins d'étoiles : le Fujinon n’abîme pas l'amas, lui ! - L'Astronomik tire son épingle du jeu en améliorant sensiblement le contraste global de la partie nébuleuse de l'objet ; en revanche, l'amas ouvert n'a pas retrouvé ses étoiles faibles. - Le Thousand Oaks fait son travail habituel : sur un fond de ciel gris-noir on devine le gaz. Il paraît qu'il y a un amas ouvert, dedans ? Voilà ! Tout cela n'est guère scientifique, mais c'est du vécu ! J'ai hâte de refaire ce test... sous un beau ciel
  10. Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 7 dessins : 9251 à 9257. Cette nuit me présente un autre contexte météo agité mais elle sera plus productive que les 2 précédentes. Le vent est fort, ce qui semble avoir contribué à dégager le ciel. Par contre mon pare-lumière est carrément enlevé par ce vent, je vais devoir m'en passer cette nuit. La masse du télescope lui permet de résister vaillamment au vent, j'aurais été bien embêté avec le Strock. J'observe d'abord la comète Neowise dans le Bouvier, l'une des 3 visibles dans cette constellation pendant ces vacances. Observation 9251 : comète Neowise C/2020 F3. 85x, 201x. La belle visiteuse de juin est déjà vue au chercheur 9x50, faible et floue dans le ciel crépusculaire nautique. Elle m'apparaît bleutée et assez brillante à 85x. Elle s'est affadie depuis son plus haut. Elle est plus brillante au centre, qui n'est pas ponctuel. Une queue difficile est mieux vue en déplaçant le tube à 85x. Je n'ai pas constaté de mouvement par rapport au fond stellaire le temps du dessin. Des éclairs d'orages illuminent le ciel à l'ouest. Le vent se calme, bonne nouvelle, le pare-lumière retrouve le télescope. Je connais un échec sur la comète 88P Howell déjà trop basse entre Vierge et Balance. J'aurais dû commencer par elle. Je l'aurai, un jour je l'aurai comme le dit une célèbre publicité! Par contre la Comète Lemmon est vue dans le Bouvier, malgré un éclair d'orage par là qui m'a ébloui. Observation 9252 : comète Lemmon C2019 U6. 85x, 201x, 138x. Et de 2 pour le Bouvier. Celle-ci est très diffuse et très faible, restée à la même place pendant le dessin. Son noyau discret ponctuel n'est vu qu'en vision décalée mais alors en permanence. Les éclairs sont plus que gênants, puis ça se couvre peu après.L'orage est là vers minuit. Je dors dans l'auto pour surveiller plus facilement la météo, et en plus ça atténue le bruit de l'orage, aidé par les boules Quies. Le ciel est redégagé vers 3h. J'explore le groupe de galaxies Pegasus 1, entre des nuages résiduels. Observation 9253 : NGC7611. 85x, 201x.Elle est vue dès 85x, minuscule, comme une étoile floue. Sa nature extra-galactique se confirme à 201x. Observation 9254 : NGC7617/19/26. 85x, 201x. NGC7617 se révèle très faible à VI1, NGC7619 est assez faible à centre marqué, et NGC7626 de même éclat que la précédente est diffuse. Des nuages arrivent dessus à la fin. J'attends un peu, ça se redégage. Observation 9255 : NGC7631 201x. Elle reste très faible, diffuse, et se distingue avec une nodosité vue VI4 (25% du temps en vision indirecte). Observation 9256 : NGC7623. 201x. Elle est considérablement faible. L'aube survient à 5h30, l'effaçant. La Lune à 33% est apparue à l'Est sous les Pléiades. Je me lance dans un dessin de Mars terminé à 6h. Observation 9257 : Mars. Diamètre 16,1". Méridien central 75°. 402x, sans puis avec filtre rouge W23A. Turbulence 3 à 4 sur 5, pas terrible. Du coup il m'est difficile de détailler la zone sombre de l'hémisphère sud, peu contrastée, plus facile avec le filtre rouge.
  11. Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 2 dessins : 9249 à 9250. Voici encore une nuit à la météo difficile. Le ciel n'est dégagé qu'à partir de 2h. J'ai le temps d'observer une galaxie de la Lyre mais les nuages sont vite revenus. Observation 9249 : NGC6657. 85x, 201x. Elle n'est pas vue à 85x. Je la vois finalement à 201x, petite, faible, puis VI3 à 4 à cause des nuages puis de nouveau faible quand elle s'en dégage. Je dessine enfin Mars qui perce les nuées et trône dans les Poissons, et ce malgré une forte turbulence, histoire que je ne rate pas la phase montante de cette opposition. Observation 9250 : Mars. Diamètre 16,0". Méridien central 54°. 631x, avec le filtre rouge W23A, vital quand la turbulence est forte, car cette dernière est moins visible à ces longueurs d'onde et le contraste des formations à albédo est rehaussé. La turbulence est au pire de ce qu'elle peut, 5 sur 5. Les images sont pourries. La calotte polaire sud est évidente et la phase reste encore sensible. Je vois une zone plus sombre sur la moitié du disque, mieux vue avec le filtre rouge. Mais l'ensemble demeure trop flou pour plus de détails. De même l'observation de Vénus sera turbulente, et là je ne tente pas de dessin. Je remballe sous un ciel voilé à 4h30.
  12. Date d’observation : Le 6 Décembre 2020 Heure d’observation : 06h55 – 07h55 Lieu d’observation : Haubourdin Type de ciel : Ciel urbain Télescope : Dobson Orion XT10g (Diamètre : 254 mm / Focale : 1200 mm) Oculaires / champ / grossissement respectif : - Pentax XW 7 mm (70° / 171 X) - Pentax XW 3,5 mm (70° / 343 X) Filtres : - UHC Astronomik : Non - OIII Astronomik : Non - H-Beta Astronomik : Non Conditions : Ciel assez bien dégagé avec des températures froides pour la saison Objet(s) observé(s) : - Lune : Oui - Planète(s) : Non - Ciel profond : Non Préface ! Bonjour, Cela fait un bail que je n’avais plus observé Dame céleste derrière l’oculaire. Et pour cause, ces derniers temps, lorsque les conditions étaient bonnes, je ne faisais que l’imager. Mais tôt ce matin, en levant les yeux vers le ciel qui semble assez bien dégagé, je vois la Lune bien haute qui me donne l’irrésistible envie de la contempler de nouveau. Une fois tout le matériel sorti, j’active la fonctionnalité « AutoStacking » de mon Dobson Orion XT10g (cette dernière permet de suivre l’objet sans faire d’alignement au préalable, à condition de bien mettre le tube à l’horizontale et orienté vers le Nord), puis me voilà paré pour une nouvelle observation lunaire. Un petit tour d’horizon ! En attendant que le miroir primaire de mon tube soit bien en température, puis après avoir inséré le Pentax XW 7 mm dans le porte-oculaire, je décide de commencer ma séance d’observation avec un petit tour d’horizon de quelques-unes des célèbres formations lunaires à revoir encore et encore. L’image est très lumineuse et très piquée. Diable, ces Pentax XW continuent de m’émerveiller tellement qu’ils sont excellents. Les minutes passent et le temps de grossir l’image arrive à grand pas. De Moretus, en passant par Rupes Recta, puis en finissant par Rima Hadley ! Une fois le Pentax XW 3,5 mm inséré dans le porte-oculaire, je commence mes observations plus détaillées avec le cratère Moretus qui m’offre une superbe vision avec son imposante montagne centrale haute de 2700 m. Il doit son nom à Théodore Moretus, un mathématicien belge du 17ème siècle né en Belgique en 1602. J’adore ce cratère. J’ai eu l’occasion de l’imager à plusieurs reprises. Mais le fait de le revoir derrière l’oculaire est quelque chose de vraiment magique. Il a comme voisin Curtius, Cysatus, Gruemberger et Clavius. Dans la Mer des Nuées, c’est avec grand plaisir que j’y retrouve Rupes Recta qui, cette fois encore, apparaît sous la forme d’une jolie petite ligne blanche et lumineuse. Que je suis très content de revoir cette formation. Par la même occasion, j’y retrouve les cratères Thebit, Thebit A, Thebit L, Birt, Birt A, ainsi que la rainure rectiligne étroite portant le nom de Rima Birt. Ceci dit, elle n’est pas évidente à voir. Après quelques minutes passées dessus, je réussis à la distinguer, bien que je l’aie déjà mieux observé dans le passé avec un relief plus important par rapport à ce matin-là. Tous comme les cratères, elle doit à William R. Birt, un astronome anglais du 19ème siècle né en Angleterre en 1804. Par la suite, je me rends dans les Monts Apennins, où cette fois-ci, j’y observe sans problème Rima Conon, une magnifique rainure sinueuse orientée Nord-Ouest et Sud-Est qui longe Sinus Fidei. Non loin d’elle, se trouve le cratère Conon, une belle formation circulaire isolée, possèdent des versants assez escarpés, une muraille élevée, ainsi qu’un fond plat peu étendu avec un petit monticule central. Ces formations doivent leur nom à Conon de Samos, un mathématicien et astronome grec du 4ème siècle avant Jésus-Christ né en Grèce. Profitant du passage dans ce secteur, c’est avec grand plaisir que j’y observe de nouveau Rima Hadley, ainsi que le petit cratère portant le nom de Hadley C. Cette superbe séance d’observation lunaire me permet également de revoir Rima Ariadaeus, dont une bonne partie de la rainure est plongée dans l’ombre du terminateur, ainsi que Rima Hyginus qui, quant à elle, est encore visible dans son intégralité. Bilan de la matinée ! Après avoir passé beaucoup de temps à imager notre satellite naturel, cela m’a fait énormément de bien de pouvoir la contempler de nouveau à l’oculaire. Quel plaisir de revoir toutes ces formations comme Rupes Recta, Moretus, et bien d’autres encore. Mais les revoir en direct, pas en photographie. Et c’est tout ce qui fait la différence. Néanmoins, si je me suis mis à l’astrophotographie lunaire, c’est justement pour garder un souvenir de ce que j’ai déjà pu admirer dans le passé. En attendant la prochaine séance, je vous remercie de m’avoir lu et je vous dis à bientôt !
  13. Dobson 508/1920 Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard. 3 dessins : 9246 à 9248. Cette année, vu le flou autour de l'organisation des Rencontres Astrociel de Valdrôme dans le contexte du Covid 19, et aussi par envie de changer un peu, j'ai opté pour le lieu des Nuits du Causse Noir, mais à la lunaison suivante de ces rencontres. Par contraintes professionnelles, je n'étais en effet pas disponible en juillet. Cela se passe dans le camping du domaine de Pradines à 2kms du petit village de Lanuejols dans le Gard, vaste camping où l'éclairage public est rare, absent depuis la zone d'observation. Et avec piscine! Seul bémol, si les campeurs non astronomes logeant dans les tentes canadiennes à 400 mètres au nord allument une lumière, ça diffuse sur la toile de leurs 4 tentes blanches mais ça reste lointain, aligné nord-sud, limité, et j'ai positionné ma grande tente séjour pour occulter cette gêne depuis la position du Dobson 508. Par contre j'accède à l'horizon sud plus bas qu'à Valdrôme. Je m'attendais à ce que nous ne soyons qu'une poignée d'astronomes, réunis par hasard là à part Jcb qui nous rejoint en seconde semaine, mais au final, nous serons une grosse vingtaine au plus fort de ce rassemblement. Nostalgie des nuits du Causse Noir pour certains, et point de repli de Valdrôme pour d'autres (flottement dans l'organisation côté Station de Valdrôme à ce qui m'a été dit). Dans l'atmosphère sanitaire actuelle due au Covid, nous ne pourrons pas partager le temps de télescope comme d'habitude et limiterons les tablées pour les repas. La météo sera fantasque voire tempétueuse pendant ce séjour. Exemple avec un orage à forte averse de grêle le dimanche lendemain de mon arrivée. A contrario les journées permettront de belles visites dans une région que je ne connaissais que peu, entre Gard et Lozère. Je partagerai d'ailleurs quelques images touristiques dans le cadre de ces CROAs. Et des observations du Soleil en Halpha avec ma Lunt 60. Pour cette première nuit, je me suis relevé vers 1h30, après le début de nuit bâché et les forts vents orageux. La couche de voiles se déchire un peu. Je m'installe à 2h, ce qui prend peu de temps vu que le télescope Dobson Factory/Mirrosphère 508/1920 est monté depuis le début du séjour, depuis 2 nuits couvertes. Je ferai du rapide à dessiner, des petites galaxies d'Hercule puis de la Lyre car c'est juste ce que les trouées permettent cette nuit. La turbulence est forte, Mars dans les Poissons est immonde au télescope. La Lune en dernier quartier est à l'opposé des galaxies pointées, pour maximiser leurs conditions d'observation. Chouettes et grenouilles se font entendre. Je suis le seul du groupe Webastro/transfuges de Valdrôme à être levé. Observation 9246 : NGC6367. 201x.Cette galaxie d'Hercule est très faible, dans une forte turbulence et des voiles. Observation 9247 : NGC6713. 85x, 201x. Passons à la Lyre où cette galaxie très faible n'est pas vue à 85x, et apparaît petite et à peine condensée à 201x. Observation 9248 : NGC6700. 201x. Elle est diffuse, vue VI3, 50% du temps en vision indirecte, dans un ciel encore voilé par endroit. A 3h30 je subis une grosse fatigue, du coup 1 heure et demi de sommeil m'attend dans la voiture. Vénus est levée quand j'émerge à 5h. Encore fatigué, je remballe. Le ciel est encore très voilé sauf au sud.
  14. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 5 dessins : 9236 à 9240. Quand je sors de la voiture à 23h30, je vois la comète Neowise assez basse vers l'horizon nord-nord-ouest dans la Grande Ourse. Je me gare plus loin des hauts ballots pour pouvoir la pointer au télescope. La Station Spatiale Internationale ou ISS passe. Je m'active pour être prêt à observer en un quart d'heure, au point d'en avoir chaud. Je dessine d'abord à l'oeil nu puis au télescope la comète. Observation 9236 : comète Neowise à l'oeil nu. Assez faible à considérablement faible au centre, sa queue s'étend assez loin en vision indirecte. Observation 9237 : comète Neowise au télescope. 75x, 109x. Le noyau a été placé à 23h57. La comète est bleu ciel, avec son centre brillant et flou. La coma ou chevelure est assez brillante. La queue est assez faible à perceptible et diffuse. Les structures de cette comète sont subtiles, j'y vois comme un noeud papillon dans la coma. Elle est énormissime cette visiteuse devenue circumpolaire qui va bientôt se coucher derrière les ballots de foin. J'entends le bruit d'un engin agricole vers la ferme au nord, j'espère qu'il va y rester cantonné. J'observe 2 objets voisins dans le ciel et pourtant dans 2 constellations différentes, une nébuleuse planétaire d'Hercule et une galaxie du Serpent. Observation 9238 : IC4593. Cette nébuleuse planétaire est repérée un peu floue à 75x, confirmée par blinking avec le filtre Oxygène 3 auquel elle réagit fortement, alors que sa réponse en HBêta reste faiblarde. Elle est vue comme une étoile floue assez faible à 343x par turbulence moyenne. Un peu de vent se lève mais pas gênant. Observation 9239 : NGC6065. 150x. Elle est petite et dure, aperçue 25% du temps en vision indirecte (VI4). Je pars manger et me reposer un peu dans la voiture car la fatigue est arrivée. j'observe enfin une autre galaxie, dans Hercule. Observation 9240 : NGC6078. 150x. Elle est diffuse et vue la moitié du temps en vision indirecte (VI3). A 2h, à cause de la fatigue insistante, je pars dormir jusqu'à l'aube à 5h30. Moi qui espérais revoir la comète se relever des ballots, c'est foutu. Je tente alors Mars mais elle est trop turbulente. Je pars à 6h.
  15. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 7 dessins : 9228 à 9234. Un petit vent me fait une bise pour m'accueillir à minuit. Il faudra réparer le compartiment à piles de la planche à dessins, ça grouille de faux contacts tout ça, fichtre! C'est encore une fois la tournée non pas des bars mais des galaxies de la Grande Ourse vers M101, ça m'occupe depuis plusieurs séances déjà. Observation 9228 : NGC5376. 109x, 75x. Elle est vue dès 75x. Faible, elle est un peu allongée. En vision indirecte je perçois son centre ponctuel. Observation 9229 : NGC5379 et NGC5389. A 150x, ce couple est respectivement vu VI3 (50% du temps en vision décalée) et faible à très faible. Observation 9230 : NGC5430. Elle est faible et diffuse à 150x. Observation 9231 : NGC5372. Celle-là est minuscule à 150x, faible et condensée. D'ailleurs le premier repérage a été délicat vu sa taille. Le vent fait bruisser les plants de maïs. A 1h20 Mars est levée dans les Poissons, puis la Lune en dernier quartier 3° plus au sud à 1h26. Belle conjonction. Par contre Sélène éteint le reste du ciel. A 1h45 je pars dormir jusqu'à 3h. Je dessine ensuite des amas ouverts de Céphée et regarde le lever de Vénus à 4h. Observation 9232 : NGC7235. 150x et 75x. Il est petit et concentré à 75x. Observation 9233 : NGC7261. Il est concentré à 75x. L'aube arrive à 4h20 et l'efface. Je suis pris de hoquet, mais la frayeur causée par un faucheux se promenant sur ma feuille de dessin les fait partir tous deux. La comète C/2020 F3 Neowise est maintenant visible à droite des ballots de foin au nord-est. Je déplace la voiture qui gênait pour la voir. Observation 9234 : comète Neowise. 75x. Elle est encore jaune comme hier. Je place son noyau sur le dessin à 4h34. Elle est superbe, brillante, à longue queue. A l'oeil nu, elle est mieux vue qu'hier. A la fin il fait trop jour, les extensions sont effacées par l'aube, le ciel a viré au bleu dans l'oculaire! Mars est encore trop turbulente pour un dessin. A 5h, je pars.
  16. Et voilà ! Je rentre à l'instant d'une bonne nuit d'observation astro, riche en émotions et en surprises. L'enjeu était de taille, il s'agissait de la première lumière de mes jumelles APM et compte tenu de leur prix, mieux valait qu'elles me conviennent ! La mission est remplie à ras bord, malgré quelques aléas sans gravité dont l'instrument lui-même n'est aucunement responsable. Commençons par lesdits aléas, histoire d'évacuer d'emblée les points négatifs de cette soirée. Ca va aller vite : - Mes deux filtres (Thousand Oaks 0III, Astronomik OIII CCD 12nm) ne s'aiment pas et refusent de collaborer ! Le TO est bien plus sélectif que l'Astronomik : il assombrit davantage l'image (tout en laissant passer du rouge lointain) et renforce bien mieux les contrastes de ses cibles (sur M27, les Dentelles, La Rosette... je n'ai pas testé plus loin, la messe était dite). Du coup, si je l'utilise sur un oculaire et visse l'Astronomik sur l'autre, la différence de luminosité et de couleur est gênante et inesthétique, à tel point que j'en viens à me demander si le prétendu filtre Astronomik... n'est pas une saloperie chinoise reconditionnée pour l'occasion ! Je n'ai aucun moyen de le savoir, tant pis pour moi Quoi qu'il en soit, Je vais devoir me séparer des deux (l'un manque d'efficacité, l'autre est trop sombre) et me trouver une paire fonctionnelle : idéalement, deux UHC ! - Les réducteurs 50,8 --> 31,7 d'APM, fournis avec les jumelles et prévus pour s'adapter aux petits oignons dans ses PO natifs, font très bien leur travail... mais n'ont pas de pas vissant : impossible d'y adjoindre des filtres ! C'est une grosse faute de goût de la part d'APM, qui m'oblige à les échanger pour d'autres modèles ou à devoir investir dans des couples de filtres en 50,8 et en 31,75 ! Franchement, ça coûtait quoi d'ajouter un filet vissant au cul de deux raccords ? Pfff... - La transparence du ciel, en première partie de nuit, laissa à désirer. Les choses rentrèrent dans l'ordre vers 1h du matin, trop tard hélas pour une série d'objets que je souhaitais observer mais que l'horizon crasseux m'aura cachés. Au final, j'ai bénéficié de trois-quatre heures de nuit moyenne (de 20h à 1h - je me suis aussi reposé, promené, sustenté) et de deux heures de nuit correcte (le site n'est pas extraordinaire) - La température est tombée en cours de matinée, taquinant le zéro sans l'atteindre : j'étais bien couvert, mais mon collant MesCouillesAuChaud acheté pour la circonstance ne vaut pas tripettes, et j'ai eu froid aux jambons. Pour le reste ? Le positif ? - L'ensemble Jumelles + sets d'oculaires + monture (trépied et tête) fonctionne très bien. Les jumelles délivrent des images au pire belles, au mieux extraordinaires en ciel profond. Une vraie tuerie ! Ah ça, je ne regrette pas mon achat !! Si j'avais disposé de ce bestiau lors de la star-party de Soboe, l'année dernière, dans un très bon site, lors d'une nuit à la transparence exceptionnelle... - Sur place, je pensais retrouver deux ou trois membres de mon club ; en fait, il y avait une quarantaine d'astrams, venus de toute la région - J'avais apporté un thermos de vin chaud, home-made : il a eu autant de succès que mes binos Quelques petites photos d'ambiance, je n'étais pas seul : le spot d'où nous observons est un parking, posté à 800m d'altitude dans une région de piedmont donnée à Bortle 3 ou 4, selon les conditions. Il y a franchement mieux : coté Est, la plaine salope le ciel, il est déconseillé d'observer des nébuleuses en-dessous de 70° d'élévation (sauf amas). Coté Sud, c'est bon, ouf ! Coté Sud-Ouest et Ouest, c'est moyen, la pollution lumineuse des grandes vallées de la région de Nagano est bien présente. Et coté Nord ? C'est bon, mais on s'en cogne. Heureusement, l'altitude améliore les choses ! Jeu : mes jumelles sont dans l'image, les vois-tu ? Notez les jolies couleurs de l'automne... rien que la ballade est justifiée, sans même parler d'astro Un membre de mon club pose fièrement devant son T400 Ninja et sa lunette de, euhhh... d'astronomie : Dans son Dob, je n'ai regardé que M78 : j'y ai vu exactement la même chose (une nébuleuse assymétrique, avec un bord net et l'autre flou, deux étoiles qui font les yeux d'un petit fantôme et une troisième plus faible) que dans mes binos ! Mais d'un seul oeil, et en plus gros Un Epsilon Truc sur sa monture TakaBidule. Ils appartiennent à Machin-san, également membre de mon club. Sinon, il roule en Toyota. Toujours des membres de mon club, venus faire de l'astrophoto. Ils passeront quand même regarder dans mes binos en cours de nuit Une dernière, pour l'atmosphère crépusculaire que nous affectionnons tant... Parlons CROA : à suivre
  17. Dobson Strock 254/1200. Seine et Marne au sud des ballots de foin. 5 dessins : 9223 à 9227. Le maïs a bien poussé et atteint les 2 mètres de haut. Quand j'arrive, le télescope de Jcb est là mais pas son propriétaire ni son van. Il arrive un peu plus tard, ayant oublié son appareil photo chez lui à 20 minutes de route. Je démarre mes observations à minuit, avec encore des traces du crépuscule. J'entame la nuit sur un amas globulaire d'Ophiucus. Observation 9223 : NGC6426. 150x, 109x, 75x. Je suis déçu, il est mal résolu, plus dur que dans mes souvenirs. Il est vu faible à 75x. Je suis déjà fatigué, c'est vrai que c'est l'heure à laquelle je me couche habituellement en semaine. Je pointe un amas ouvert dans la même constellation. Observation 9224 : Cr350. A 75x, Collinder 350 m'apparaît brillant, vaste, avec de grands écarts de luminosité entre ses étoiles. La Lune gibbeuse décroissante se lève à 1h13. Il fait froid, impression accentuée par un petit vent passager. Jcb est parti dormir. J'ai froid, et fatigué je fais de même jusqu'à 3h30, ne pouvant plus lutter contre cette fourbe ennemie. Je dessine ensuite Mars dans les Poissons après avoir recollimaté, j'avais dû mal serrer quelque chose car la collimation tient toute la nuit normalement. Observation 9225 : Mars Diamètre 12,3". Méridien central 2°. 480x, filtre rouge W23A. La turbulence est de 5 sur 5 ce qui correspond à une forte turbulence. Le filtre rouge aide à la lisibilité de l'image. La calotte polaire sud est large. Une zone plus floue moins contrastée s'étale sur la moitié du globe et sa phase est sensible. Des nuages éparses s'aventurent vers le nord tandis que Vénus se pointe à l'horizon Est. J'ai déplacé le télescope vers le sud pour voir la comète C/2020 F3 Neowise dans le Cocher, car trop proche d'un poteau tellement elle est basse. Vue aussi à l'oeil nu, elle est magnifique et je tire Jcb de son sommeil pour qu'il ne la rate pas. Il la photographie et l'observe aux jumelles 20x80. Observation 9226 : Neowise au chercheur 9x50. Elle est brillante, avec une longue queue. A l'oeil nu, je la vois comme un trait vertical flou faible. Elle n'est pas colorée de façon certaine, peut-être jaune? Observation 9227 : Neowise au Strock. 75x, 109x. Alors là je confirme la couleur, c'est ma première comète jaune! Magnifique! Le noyau brillant a été placé à 4h35. La coma autour est considérablement faible et les zones les plus faibles de la queue sont perceptibles. L'aube est très vite gênante et l'efface. Elle montre une double queue dont une courbe bien plus longue. Je ne l'ai plus à l'oeil nu à la fin du dessin mais encore dans le chercheur. A 5h, après quelques photos du site au smartphone, je pars tandis que Jcb retourne finir sa nuit de sommeil dans son van aménagé avec un vrai lit.
  18. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 2 dessins : 9219 à 9220. Je suis arrivé plus tard que prévu à cause de la fermeture pour travaux de mon entrée d'autoroute A4 à Champigny. Je suis prêt à observer à 23h55 alors que le crépuscule est encore en cours. J'observe un bel amas ouvert du Cygne. Observation 9219 : NGC6819. 75x, 150x, 218x. Facile et concentré à 75x, il est visible au chercheur 9x50 comme une petite tache floue très faible. Il est riche en étoiles considérablement faibles à perceptibles. 2 zones de l'amas ne sont pas totalement résolues. Après plusieurs échecs extra-galactiques, je dessine une galaxie d'Hercule qui daigne se montrer. Observation 9220 : NGC6267. Cette galaxie est très diffuse, très très faible à VI1 à 150x. Après quelques photos au smartphone, je remballe vers 1h30.
  19. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 2 dessins : 9219 à 9220. Je suis arrivé plus tard que prévu à cause de la fermeture pour travaux de mon entrée d'autoroute A4 à Champigny. Je suis prêt à observer à 23h55 alors que le crépuscule est encore en cours. J'observe un bel amas ouvert du Cygne. Observation 9219 : NGC6819. 75x, 150x, 218x. Facile et concentré à 75x, il est visible au chercheur 9x50 comme une petite tache floue très faible. Il est riche en étoiles considérablement faibles à perceptibles. 2 zones de l'amas ne sont pas totalement résolues. Après plusieurs échecs extra-galactiques, je dessine une galaxie d'Hercule qui daigne se montrer. Observation 9220 : NGC6267. Cette galaxie est très diffuse, très très faible à VI1 à 150x. Après quelques photos au smartphone, je remballe vers 1h30.
  20. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 7 dessins : 9211 à 9217. Je commence mes observations dans une nuit pas complète, peu après minuit. Les ballots de foin sont réduits à 2 ou 3 étages, les vaches avaient si faim que ça? Ils dégagent une bonne odeur de foin. Quelques voiles à l'ouest finiront par gêner en cours de nuit. Je pointe tout d'abord un amas ouvert du Cygne, dans le souk vers Sadr (gamma Cygni). Observation 9211 : Cr421. Collinder 421 est vu facile, détaché à 75x. Un voile arrive et gêne, j'écourte le dessin, manquant les plus faibles étoiles. Un chevreuil s'entend au nord-ouest. Jupiter et Saturne se sont levées. Le Strock est ensuite dirigé vers quelques galaxies du Bouvier. Observation 9212 : NGC5515. Elle est faible à très faible. Je l'ai prise pour une étoile à 109x, mais à 150x le doute est levé, c'est bien une petite galaxie. Observation 9213 : NGC5608. Celle-ci est bien plus dure, vue VI4 à 5 donc à la limite de mes capacités, mais vue plusieurs fois au même endroit à 150x. Les étoiles du dessin sont elles-mêmes très faibles à VI3, ce qui ne facilite pas l'accrochage de la vision sur un point de repère. Observation 9214 : NGC5630. Elle n'est pas détectée à 75x mais devient facile à 150x, très faible et allongée, avec une orientation qui reste incertaine. Observation 9215 : NGC5696. Très faible, diffuse, elle est sûre à 150x bien qu'il n'y ait pas d'étoiles faciles à côté pour faciliter le repérage. Des chieurs en voiture, égarés, m'éclairent depuis le sud à 1h de leurs phares pendant 5 minutes avant de faire demi-tour. J'ai pu préserver la vision nocturne de mon oeil droit. A 2h, les canards et grenouilles de la mare à l'ouest s'agitent. Je dessine la nébuleuse de l'Emeraude, nébuleuse planétaire d'Ophiucus. Observation 9216 : NGC6572. 75x, 480x. Elle est brillante et très vert pomme à 75x. L'anneau et la structure en spire apparaissent à 480x. Je perçois aussi un halo VI1 autour, serait-ce de la diffusion? Elle réagit très bien au filtre Oxygène III. Elle répond assez bien en HBêta mais au prix d'une moindre extension qu'en OIII. Elle montre une texture granuleuse et son centre est plus marqué. A 480x, sa teinte délavée n'est plus évidente. Je suis fatigué et des voiles se pointent au nord-ouest. J'observe enfin une galaxie d'Ophiucus. Observation 9217 : NGC6615. 150x, 218x. Elle est très petite, faible à très faible. Je l'ai soupçonnée à 150x et confirmée à 218x. Les voiles arrivent dessus à 3h35. L'aube est marquée maintenant. J'ai regardé Jupiter et Saturne dans le Capricorne, et Mars dans le Verseau, mais toutes turbulent trop. Je note malgré ces mauvaises conditions la phase gibbeuse et la calotte polaire sud large de Mars. Je dors sur place jusqu'à 7h30.
  21. Salut à toutes et à tous ! Cela faisait quelque temps que ça me turlupinait... mais la météo ne s'y prêtait pas vraiment ces derniers temps. Il ne s'agit pas de réaliser une énième expérience avec une petite lentille de récupération, genre binocles de belle-maman et petite loupe comme oculaire. Le matos, c'est ça ! Lentille simple plan convexe 120mm de diamètre et.... 5000 mm de focale (oui, vous avez bien lu: 5 mètres de focale ! ) La manip', c'est ça ! l'idée est donc d'observer l'image volante d'un astre, sans l'aide d'aucun oculaire, simplement en plaçant son oeil en avant du point focal. Et ça marche, du tonnerre même ! Première cible, vers 19h légales: la Lune. La lentille est simplement posée sur un support (un poteau de basket pour être précis), vaguement orientée en direction de l'astre sélène, donc avec des conditions d'alignement qui sont loin d'être optimales. Je n'ai pas diaphragmé, juste pour avoir une idée de la qualité de l'image brute. J'observe l'image de l'oeil gauche puis de l'oeil droit. Les deux sont atteints de myopie et présentent donc des focales différentes. La luminosité de la Lune permet un pointage très simple... et quel choc ! L'image est splendide, juste déformée sur les bords (aberration sphérique ou défaut d'alignement ?), mais le grossissement est démentiel. A la louche, je dirais que l'oeil droit grossit autour de 50x et le droit autour de 80x. Le trio Theophile-Catherine-Cyrille est magnifique; Mare Crisium et Mare Marginalis superbes. Les cratères sont nets avec des ombres bien noires, en dépit de l'absence de diaphragme quelconque entre la lentille et mon oeil. Vraiment très étrange comme sensation, encore plus intuitif que d'observer avec un télescope aérien de type Huygens. Deuxième cible: Jupiter. Bien que très brillante, attraper l'image aérienne s'avère beaucoup plus difficile. Il faut y aller doucement, reculer pas à pas. Je finis par obtenir une première image défocalisée: l'aberration chromatique est visible mais difficile de dire si, là aussi, il s'agit de l'effet de la lentille ou d'un défaut d'alignement des optiques. On recommence, l'image est fuyante mais en deux minutes j'obtiens une image du disque jovien. C'est petit avec l'oeil gauche, plus confortable avec l'oeil droit. Le disque est bien visible mais sans détails. Je n'ai pas remarqué les satellites. Troisième cible: Saturne. Elle s'attrape beaucoup plus facilement que Jupiter paradoxalement. Image un peu jaunâtre mais très plaisante. L'anneau est visible sans aucune difficulté. Par manque de stabilité (je suis quasiment couché au sol, dans une position assez inconfortable), je ne peux pas affirmer que je distingue la division de Cassini. Dernier test: Mars ! Sans surprise, de l'oeil gauche, je ne fais que deviner le disque saumon de la planète rouge. Par contre de l'oeil droit, je suis surpris de distinguer une tache sombre bien nette: Solis Lacus ! Là encore, l'inconfort de ma position m'empêche de prolonger l'observation. En tout cas, la démonstration est faite que ça fonctionne! SI des curieux sont intéressés... Bons cieux à tous
  22. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 4 dessins : 9197 à 9200. Voici la 6ème nuit d'affilée, ce qui est exceptionnel en Ile de France, avant l'arrivée des nuages demain. Je me suis installé à 23h30 dans le crépuscule nautique finissant. Vénus s'est couchée tandis que quelques voiles se résorbent. J'essuie un échec sur NGC3643 et sa supernova dans le Lion, la galaxie n'était pas visible, dans ce cas difficile de confirmer la supernova. Je me rabats sur une galaxie à côté pour ne pas être venu pour rien dans cette zone. Observation 9197 : NGC3640. A 150x, je la vois faible, condensée et très diffuse. J'ai ma revanche sur la précédente supernova avec celle de M61, l'inverse de la précédente, ici la galaxie est plus brillante que la supernova. Observation 9198 : M61 et sa supernova SN2020jfo. M61 et sa supernova sont vues, mais affaiblies par des voiles de plus en plus présents. 150x, 218x. La galaxie est faible à très faible, effacée par rapport à ce que je connais. Ses spires sont juste soupçonnées. La supernova est visible très faiblement, il a fallu grossir 218x pour la voir. Je m'autorise une pause repos et repas. Des cirrus traînent à l'ouest au retour à 1h. Je change de zone de ciel pour cette raison, direction des galaxies d'Ophiucus. Observation 9199 : NGC6570. Assez large à 150x, elle est très diffuse et vue 50% du temps VI3 en vision décalée. Observation 9200 : NGC6627. Comme la précédente, elle est VI3, mais moins diffuse, à 109x. Je baille, la fatigue est toujours là, latente. 6 nuits d'affilée, ça pèse sur le capital sommeil. A 2h20 les voiles arrivent aussi sur Ophiucus. Je m'endors sur le télescope malgré des clameurs et de la musique loin à l'est. Je fais une sieste dans la voiture en espérant le départ des voiles, mais ils sont encore là à 3h30, soit une demi-heure avant l'aube, donc je remballe et dors ici.
  23. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 9 dessins : 9188 à 9196. Comme les nuits précédentes, je suis accueilli à 23h30 par les coassements des batraciens à l'ouest. Je rends d'abord visite à un astre errant chevelu comme ces dernières nuits, la comète Panstarrs 2017 T2 dans la Grande Ourse. Observation 9188 : comète Panstarrs 2017 T2. Située à l'emplacement prévu, elle est déjà visible au chercheur 9x50 comme une tache floue très faible. Je l'observe ensuite au télescope à 75x, 109x et 150x, plaçant d'abord son noyau à 23h39. Deux queues sont soupçonnées à 109x, vues VI3 et VI5 respectivement. Elle est très diffuse et son centre me semble presque ponctuel. Je vise ensuite un des 3 amas globulaire de la Chevelure de Bérénice. Observation 9189 : NGC4147. Je le vois tout de suite considérablement faible à 75x. La turbulence faible me permet de résoudre certaines de ses étoiles à 150x, mieux détaillées à 218x. Le coeur proéminent reste un peu granuleux . Je poursuis mes observations avec des galaxies de la Chevelure de Bérénice dont un groupe pour lequel il faudrait une carte de champ pour ne pas en zapper et les identifier plus certainement. Observation 9190 : NGC4155. 150x. Elle est limite en vision directe, entre très faible et VI1, petite et facile. Observation 9191 : NGC4158. Repérée dès 75x, elle est "facile" à 150x en vision indirecte 1 (VI1), car c'est tout relatif. Son centre plus brillant reste flou. Observation 9192 : NGC4089/95. Il s'agit du groupe de galaxies de NGC4089 à NGC4098, assez fourni à 150x bien qu'elles se montrent faiblement. Je vois NGC4089, 4095 et 4092 VI2, NGC4093 VI4, et une fausse tache floue due à 3 étoiles serrées vues VI4 et dont une photo vue à posteriori montre la vraie nature. Il me manque une carte de champ, j'en ai raté d'autres moins évidentes. Observation 9193 : NGC4152. Observée à 109x, elle est très faible. Après un coup de barre à 1h50 et plusieurs échecs concomitants à la fatigue sur d'autres faibles galaxies de la Chevelure de Bérénice, je bascule sur les galaxies des Chiens de Chasse, grand bien m'en fasse. En effet 2 belles surprises m'y attendent malgré la fatigue : NGC4460 et surtout NGC4449. Observation 9194 : NGC4485/90 La lampe d'Aladin est bien allumée ce soir. A 150x, NGC4490 montre bien sa forme incurvée, considérablement faible, et NGC4485 est vue très faible, très diffuse, comme un panache de fumée "géniale" s'en échappant. Observation 9195 : NGC4460. 150x. C'est une belle surprise que cette galaxie effilée faible à très faible, j'aime sa finesse. Un peu de buée se dépose sur l'oculaire comme sur la voiture. Observation 9196 : NGC4449. 150x, 218x, 75x. Elle m'apparaît évidente assez faible à considérablement faible, et montre du détail, pleine de nodosités. J'avais oublié que c'est la fameuse galaxie irrégulière des Chiens de Chasse. Une apothéose de la nuit! A refaire absolument au Dobson 508! L'aube vient stopper les observations à 4h. Fatigué, je dors sur place jusqu'à 7h30. Mine de rien je viens d'enchaîner 5 nuits de suite déjà!
  24. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 7 dessins : 9181 à 9187. Je peux enchaîner les nuits lors de ces vacances franciliennes au lieu de tourangelles, la faute à la limite des 100kms suite au Covid 19. Je suis en poste à 23h40, bis repetitae d'hier avec le son des grenouilles de l'ouest. J'entame la nuit avec la comète Atlas C/2019 Y1 dans la Grande Ourse. Observation 9181 : Atlas C/2019 Y1. 75x, 109x. Elle n'est pas évidente à repérer à 75x, peu contrastée. Elle est confirmée à 109x. Je la note très faible à VI1, très diffuse, son halo est allongé et incurvé. Je confirme qu'à l'endroit où je l'ai dessinée hier il n'y a plus rien. Vérification pas anodine, c'est que ça grouille de galaxies par ici, le doute est donc levé. Je me fais quelques galaxies à proximité dans la même constellation. Observation 9182 : NGC3286/88. 150x. Ces galaxies sont difficiles, NGC3286 étant la moins ardue vue VI2 soit 75% du temps en vison indirecte (VI), NGC3288 est VI4 (25% du temps en VI). A minuit 45 l'ISS me gratifie d'un passage. Observation 9183 : NGC3353. 109x. Elle est petite, condensée, faible. Sa taille rend le repérage ardu. Ensuite elle est évidente. Observation 9184 : NGC4606. 150x. Cette galaxie très faible et peu contrastée gagne un peu plus d'intérêt de ma part quand se dévoilent dedans une étoile et une nodosité. Le petit vent froid par moments rappelle que les Saints de Glace ça existe. Des chiens se font entendre assez loin au nord, sûrement les mêmes que les derniers jours. Je pointe des galaxies de la Vierge dont M90. Observation 9185 : M90. 109x, 150x. Ce Messier est une galaxie très diffuse. hormis le centre considérablement faible, le reste est très faible. J'ai rendu visite aux vaches et vu Jupiter se lever rougeoyante vers 1h45. La Vierge est trop descendue dans le halo de Paris, direction encore les galaxies autour de M101 après une mini-sieste. Désolé pour le copié-collé du programme des 2 dernières nuits mais je me réhabitue lentement à reprendre une activité astronomique normale! Observation 9186 : NGC5585. 109x, 75x. Je la vois dès 75x, peu contrastée, avec des limites incertaines. Elle est très faible à VI1. A 3h je refais une petite sieste. Observation 9187 : NGC5631. 150x. Elle est condensé, petite, et révèle un centre plus brillant, considérablement faible. A 4h10 l'aube arrive, de plus en plus tôt invasive jusqu'au solstice d'été. Je voulais tenter 2 comètes dans Persée, Atlas C/2019 Y4 et SWAN C/2020 F8 mais elles sont trop basses dans le ciel maintenant trop clair à 4h30, double échec pour finir la nuit.
  25. Dobson Strock 254/1200 Seine et Marne au sud des ballots de foin 3 dessins : 9178 à 9180. Je me suis installé à 23h15 dans le crépuscule nautique sous un concert de coassements venus de l'étang à l'ouest. Des voiles sont présents, débordant du Nord-Ouest. Je commence les observations avec la comète Panstarrs dans la Grande Ourse. Observation 9178 : Panstarrs 2017 T2. 75x, 109x, 150x. Elle est soupçonnée très faible comme une tache floue au chercheur 9x50, contre une étoile de magnitude 9. Assez faible et très diffuse, elle ne révèle pas de structure particulière. Le noyau discret a été placé à 23h32. La comète est évidente et elle s'est rapprochée de l'étoile au sud pendant le dessin. La turbulence reste moyenne pendant le dessin. Puis je vise un autre astre errant, la comète Atlas Y1 aussi dans la Grande Ourse. Observation 9179 : Atlas C/2019 Y1. 75x, 109x. J'ai failli la rater car elle est en retard d'un demi-jour sur la trajectoire de ma carte. Elle est très faible et très diffuse. En vision indirecte, son centre est plus brillant. J'ai placé son noyau à 0h12. Le pull seul devient insuffisant, je mets le gros manteau d'hiver. Les voiles sont moins présents sauf bas à l'ouest. Je connais un échec sur la comète Howell dans la Vierge. Je me rabats sur une galaxie vers gamma de la Vierge. Observation 9180 : NGC4592. 109x. Très très faible à VI2. Je subis un coup de barre à 1h du matin et la suite de la nuit est gâchée par la fatigue : après une indispensable sieste d'une heure, les voiles sont revenus notamment sur la Vierge. Je redors mais suis encore fatigué et finis par remballer à 3h30 sous le ciel redevenu nickel. Dégoûté!