Search the Community

Showing results for tags 'Dessin'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Astronomy
    • General Astronomy
    • Practical astronomy
    • Visual observation
    • Astrophotography
    • Spectroscopy and photometry
    • Solar Astronomy
    • The Beginners Forum
    • Meetings-Events
    • Pro-Am Cooperations
    • New products
    • Seen on the net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • All about Astrosurf forums
    • Tests
    • Beta tests
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Informations du groupe
  • Le Sony A7s pour tous !'s Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Petites annonces
  • Astronomie Région Centre's Forum
  • Un réfracteur français's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Technique de traitements

Categories

  • Images processing
  • Ephemerids and Skycharts
  • Simulation and calculation in optics

Categories

  • Sales
  • Purchases
  • Services

Categories

  • Astrophotography
  • Equipments
  • Techniques d'observation
  • Refractors
  • Reflectors
  • Observation
  • Image processing

Categories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada
  • Jordany

Categories

  • Axilone Books
  • Astrosurf-Magazine

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.

Calendars

  • Astronomical Calendar
  • Meetings and events
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Évènements
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Évènements
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Évènements
  • Astronomie Région Centre's Évènements

Found 157 results

  1. J'ai voulu profiter de la douceur nocturne, et du passage au méridien de la tache rouge pour espérer pouvoir faire une obs. correcte de Jupiter (prévision de seeing pas trop mauvaise), mais finalement c'était presque meilleur il y a une semaine par -5°C... Donc un premier Jupiter, au T407+ADC à Versailles, rarement stable, même si la sortie d'occultation de Europa était visible, et la tache rouge suffisamment bien contrastée pour être bien visible... pour le reste le dessin c'est plus pour les nuances de ton (bien brun/jaune sur la zone équatoriale) et dire que je suis sorti regarder Jupiter ce matin... et commencer la saison... Nicolas
  2. ... ou de fin d'hiver. Ayant trouvé un peu de temps pour remettre une partie des dessins au propre, voilà quelques objets dessinés au T407 (désolé, Serge, lui ne prend pas l'avion donc en voiture je n'ai pu aller que dans le sud de la France, pas jusqu'à LaPalma...) à la nouvelle lune de mars: (NGC 5247 déjà postée sur le poste de Bertrand..) NGC 4236, pour laquelle je me suis fait un champ étoilé à partir d'une photo contemporaine à l'A7s Trio (à 1°...) de NGC 4302/4298 et M99 un peu plus loin M98 et je vais compléter par M100 faite un an plus tot....(mais pas sûr de l'avoir déjà postée: 23 mars 2018 au T407x135, même lieu): le joli S de NGC 4731... , et la fameuse paire NGC 5426/5427: Je terminerai par un autre de la session 2018, en clin d'oeil au dessin de Serge, les 4 galaxies de la "boite": Nicolas.
  3. Yo ! La Palma 2019 début avril, encore une bien belle mission avec les copains de MAGNITUDE 78, mission particulièrement bien réussie en termes d’organisation fort des expériences passées sur cette île – notre cinquième venue en ces terres. Ce fut l’occasion fortuite de retrouver nos amis Chtis, la bande à Simon que nous avions rencontré la semaine précédente aux RAC. Et puis celle de revoir l’ami Fabrice, désormais installé sur ce versant de l’ile. Nous avons vécu comme des pachas, restaurants bien typiques le midi sentant bon l’huile d’olive et où l’on parle haut et fort, rhum dinatoire le soir, jolies escapades dans le reste de l’ile, visites des coupoles du GranTeCan (sublime), du Herschell (respectable) et du Issac Newton (gros truc équatorial d’une époque révolue, très joli). Nous logions dans une croquignolette maison bâtie sur les hauteurs surplombant le port de Tazacorte avec vue plein ouest sur le vaste Océan, avec petite piscine à l’ombre de palmiers vénérables où étaient tendus quelques hamacs pour notre plus grande béatitude. Situation privilégiée pour une position assez centrale sur l’ile tout en étant assez proche (45mn) du site d’observation et offrant les meilleures conditions météo. Il faut souligner la qualité exceptionnelle de notre nouveau site d’observation, assurément le meilleur spot accessible pour les amateurs aux Canaries, probablement le meilleur rapport qualité/prix/distance pour accéder à un ciel ultime, supportant sans broncher la comparaison avec les meilleurs de la planète. Il est à 2km des coupoles et seulement 200m plus bas. Ce site est rapidement accessible par une piste en béton quasi en ligne droite (autant dire que ça monte sec !) au départ de Puntagorda (moins de 25mn), sans les interminables lacets de la route qui mène aux observatoires. On y est à l’abri du vent, avec une vue un peu mieux dégagée sur le sud, sur de petites plateformes en béton bienvenues. En termes de confort, on est donc à des lieux des rares emplacements spartiates qu’on peut dénicher au sommet de la Caldera – quasi inexistants aujourd’hui et avec la perspective de l’ouverture prochaine d’une sorte de complexe touristique dédié aux étoiles, belle initiative mais qui n’est pas notre tasse de thé. Enfin à noter que pour ce millésime, nous avons emporté pas moins de 1 T250, 3 T400 et 3 A7S sur tracker ; je pense que c’est un record pour une équipe de 6 amateurs voyageant en mode « léger » - c’est à dire dans les limites imposées par les contraintes des bagages en avion. Mais la météo taquine ne nous offrit que 2 nuits exceptionnelles, 3 furent interrompues prématurément vers minuit par l’arrivée de nuages, voire de crachin de neige fondue, les températures avoisinant le zéro. De cela, le nombre de dessins et leur finalisation ne sont pas au niveau escompté. Mais est-ce bien grave au regard des formidables moments passés et, quoiqu’il en soit, d’une jolie moisson de dessins ? J’avais imaginé un joli programme de nébuleuses, notamment des choses plus faibles qu’à l’accoutumée avec, par exemple, des rémanents de super novæ. Seules quelques-unes ont été visitées. Je me suis cassé les dents sur Simeis 147, rien, absolument, je n’ai rien vu, pas le moindre fond gris un iota moins sombre que le fond de ciel, pourtant avec une transparence exceptionnelle (le SQM avoisinait les 22). Probablement le fait que le Taureau qui l’héberge soit dans la lumière zodiacale, particulièrement présente dans ces conditions. Je me rattrape sur IC 443, vaste bulle dans les pieds des Gémeaux dont une portion d’arc se remarque joliment. A noter qu’on pouvait suivre d’autres parties plus faibles sur une bonne part de la périphérie. Pour retranscrire cela, il eut fallu préparer un grand champ pré-étoilé. Pour la partie considérée, je note rapidement la position de quelques étoiles-repère et me concentre davantage sur les voiles principaux, mais aussi ceux plus ténus qui l’accompagnent. En post-production, je corrige cette esquisse en la faisant coïncider sur un champ pré-étoilé. Mais fort de cette première approche, le sujet mérite d’y revenir. Une cible qui semblait me résister depuis longtemps : le Trou de serrure dans Orion. Voilà des années que je m’escrime sur cette petite nébuleuse tentant de débusquer ce globule obscur, croyant étourdiment qu’elle s’appelait NGC 1783…. Une fois compris qu’il s’agit de NGC1999, les choses deviennent infiniment plus évidentes ! C’est avec plaisir que je croque ce bidule si particulier en m’attardant sur le contour de la zone sombre, mais aussi à la forme des extensions lointaines perçues alentours. Puis un travail commencé de longue date, jamais fini, mais ici par encore achevé, la nébuleuse de la méduse ou Abell 21. Ah de-diou qu'elle était particulièrement filandreuse et velue à souhait dans le T600 du Fabrice chaussé avec un Astrodon OIII de 5 mn !!! faudra y revenir pour achever la besogne, ici tout juste esquissée. Vient ensuite une sympathique série de nébuleuses planétaires, avec par ordre d’apparition NGC 3132, parce que cette bulle me plait bien même si je l’ai déjà dessiné dans d’aussi bonne conditions. Puis NGC 1501, sorte de rondelle de citron aux contours légèrement cabossés. Un peu plus grande, NGC 1514, dont la périphérie est par endroit plus évanescente, avec une forme générale moins circulaire, une sorte de grosse tulipe. Et puis basculant dans des zones plus australes, cette ravissante « micro-Dumbell » NGC 2818, de forme plus étirée, dans la boussole. Pour finir, la Pencil Nebula ou NGC 2736, une sorte de grande flammèche quasi rectiligne traversant quasi tout le champ du Nagler 22mm. Un bord présente de très subtiles inflexions lui donnant un joli caractère tandis que partant de l’autre, quelques jolis poils épars dessinent comme des ardillons. Tout simplement magnifique ! Dans mon programme, j’avais considéré quelques groupements de galaxies. Tout d’abord le Héron, avec NGC 5394 (la plus petite) en interaction avec 5395 (la plus grosse). Si la structure d’ensemble est assez évidente, je me suis cassé les dents à tenter la détection du petit bras spiral qui relie les 2 galaxies entre elles alors qu’on sent de la nébulosité dans cette zone. Encore deux galaxies en interaction, ARP 240 avec NGC 5257 (à l’aspect plus structuré) et NGC 5258, chacune dévoilant quelques caractéristiques notables. Une jolie enfilade de 3 galaxies (NGC 5981, 5982 et 5985) bien différenciées avec pour le plaisir des yeux : une spirale, une elliptique et un joli fuseau dans le Dragon. Et pour finir ce programme hélas restreint faute de temps, la Boite ou Hickson 61. Ici, 4 galaxies chacune d’aspect différent, formant un quadrilatère presque parfait dans un champ restreint. La plus faible (NGC 4173) mais aussi la plus grande est presque dans le prolongement de la plus fine et contrastée (NGC 4175). Les 2 autres (NGC 4169 et 4174) ont une apparence elliptique. Pour sûr, ce fut particulièrement bon, on s’est bien marré, et on se promet d’y revenir ! tiens, j'mets des p'tits bonhommes :
  4. M101, M97, NGC2903

    Salut, titre de sujet peu original, j'étais pas inspiré Voilà trois dessins de ces derniers jours, faits depuis l'observatoire du CAV en Vendée, avec mon T406. NGC2903, à 220X. La dernière fois que je l'ai dessinée remonte à 2007 il me semble, à l'époque où je dessinais encore sur papier noir. Joli bulbe traversé par la barre bien visible, à l'extrémité "droite" de laquelle un départ de spire dessine un crochet contrasté. M101, à 88X, 146X, 220X. Pas dessinée depuis 2010. D'ailleurs ça faisait plusieurs années que je ne l'avais pas pointée, à tort ! Quelle beauté. Dans le genre "vue de face" et par rapport à sa voisine M51, elle est ténue et pourtant l'enroulement se dessine aisément. Peut-être parce qu'il est plus "lâche" que dans le cas de M51. En la parcourant un long moment on perçoit en vision indirecte que les bras se fractionnent en paquets ; par endroits on saisit des ponts de matière. Les deux zones HII extérieures et quasi diamétralement opposées sont très visibles, allongées et décomposées en quelques nodules lumineux. A posteriori je m'aperçois que j'ai raté un certain nombre de détails (notamment d'autres zones HII) situés très en périphérie, j'ai pas eu idée d'aller explorer aussi loin du centre. Il faudra donc y revenir ! M97, à 220X. voilà une NP qui ne m'avait jamais inspiré jusque-là. Mais en ce dimanche 7 avril au soir, en menant le dessin l'objet prend progressivement de l'intérêt. Sans filtre je perçois les deux cavités, aux frontières mal définies. Je tente l'OIII Lumicon puis l'UHC Astronomik, je les ai également mais pas mieux définies en fait. Je dessine donc sans filtre. L'étoile centrale est discrète mais visible sans ambiguïté, Très piquée. La cavité de droite est un peu plus sombre que sa voisine, son bord situé près du centre est plus net que celui de l'autre cavité. La bordure de la NP n'a pas de symétrie de révolution, j'ai perçu deux zones plus lumineuses qui donnent l'impression qu'elles dépassent du contour circulaire. J'ai ressenti une teinte clairement bleutée. Fred.
  5. Nuit du 8 au 9 novembre 2018. Strock 254/1200. Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. 13 observations : 8577 à 8589. Cette nuit commence comme souvent par l'observation d'objets bas, le premier étant un amas ouvert de l'Autel. Observation 8577 : NGC6200. Je vois cet amas ouvert déjà au chercheur 9x50 comme une tache floue très faible. Je l'observe ensuite à 75X. Bien que bas, il me montre sa richesse avec ses étoiles considérablement brillantes à perceptibles. Comme cet objet est bas, je troque le dossier de la chaise contre le surélévateur en bois du siège directement posé au sol afin de ne pas me tordre le cou et les cervicales. Puis je me dirige vers le bas-centre du Sagittaire, vers delta, pour observer quelques nébuleuses planétaires et un amas globulaire. Observation 8578 : IC4776. Cette nébuleuse planétaire est vraiment petite, quasi stellaire à 480X, autant dire qu'à 75X le seul moyen de la repérer est par blinking Oxygène 3 auquel elle répond bien. Cet astre considérablement brillant ne réagit que très faiblement en HBêta par contre. Observation 8579 : M54. Voici l'amas globulaire Messier du coin, qui est vu comme une étoile floue considérablement faible au chercheur 9x50. A l'oculaire du Strock, il est brillant et bleuté ciel à 75X, vraiment pétant, notamment au centre. A 343X, il reste très concentré et ses étoiles sont trop faibles pour qu'il soit bien résolu, me montrant juste quelques étoiles perceptibles à ce grossissement malgré une turbulence favorable qui est moyenne. J'observe la deuxième nébuleuse planétaire du Sagittaire de mon programme de cette nuit. Observation 8580 : PK3-14.1. Contrairement à la précédente, celle-ci va me montrer un peu de diamètre à 480X, où elle est un peu floue. Alors qu'elle était stellaire à 75X, considérablement faible et réagissant très bien au filtre Oxygène 3 et pas du tout en HBêta. La constellation du Sagittaire, et en particulier cette partie, sont maintenant bien basses. Après une pause casse-croûte, je vais monter plus haut pour observer des objets vraiment emblématiques du Petit Nuage de Magellan dans le Toucan. Observation 8581 : NGC346. Ce complexe nébulaire est vraiment facile, me montrant beaucoup de détails, avec une partie de structure qui fait penser à une galaxie spirale, et pourtant c'est bien une nébuleuse diffuse, qui réagit très bien en Oxygène 3 et considérablement faiblement en HBêta. Cette nébuleuse est plutôt brillante à vision indirecte pour ses parties les plus faibles, elle est complexe, pleine de nodosités et draperies et en plus colorée vert pomme. 150x, 218x et 109 x. Je suis fatigué, il est déjà 1h du matin. L'autre objet bien visible est un amas globulaire qui pourrait concurrencer M13 dans un 200 sous nos ciels européens. Cet amas globulaire a la malchance de se situer à proximité d'un phare de l'hémisphère sud qui est l'amas globulaire 47 du Toucan, dit aussi NGC104, ce qui fait qu'il est souvent délaissé. Par cette observation, j'espère vous inciter à l'observer si un jour vous avez la chance d'aller observer dans l'hémisphère sud. Observation 8582 : NGC362. Cet objet apparaît déjà comme une étoile floue assez brillante dans le chercheur 9x50. Il explose d'étoiles à 75X et 150X, étant brillant, bleu avec un centre pétant. Quel bel amas globulaire résolu! Pierre et Bruno ont décidé d'unir leurs forces pour pointer ensemble sur le gros Dobson. J'observe ensuite quelques objets plus discrets du Petit Nuage de Magellan. Observation 8583 : NGC458. Observé à 150X et 343X, il est résolu et me montre des étoiles à 343X, VI2 à 5, ce qui est vertigineux quand on pense qu'il s'agit d'un amas globulaire situé à près de 190000 années-lumière dans une autre galaxie! Ce qui aide, c'est que la turbulence est exceptionnellement stable aussi à 1 sur l'échelle de Danjon, à 343X. Cet objet est considérablement faible à faible. Observation 8584 : IC1660. Cet amas ouvert est une petite tache très faible et petite à 150X. Je prends ensuite mon courage à deux mains pour avancer sur mon programme d'amas ouverts dans la Voie Lactée de ce qui est notre ciel d'hiver français à savoir la Poupe et le Grand Chien. Observation 8585 : Ru21. Dit aussi Ruprecht 21. Cet amas ouvert est fourni, dur à dessiner avec ses étoiles considérablement faibles à perceptibles à 75X. A 3h10, je suis tout seul sur la colline de l'observatoire car mes comparses sont partis dormir. Observation 8586 : NGC2374. Cet amas ouvert du Grand Chien observé à 75X est riche avec une zone plus condensée avec ses étoiles considérablement faibles à perceptibles. Un avion a trouvé le moyen de passer en plein dans le champ à 109x et de me faire sursauter. Pour qu'il n'y ait pas de jaloux, après le Petit Nuage de Magellan, je vais rendre visite à son grand frère, le Grand Nuage de Magellan. Observation 8587 : NGC2092/2100. Duo d'amas ouverts NGC2092 et 2100 dans cette galaxie satellite dans la constellation de la Dorade. Dans le même champ d'oculaire, le premier est très faible avec des étoiles perceptibles, tandis que le second est plutôt brillant, riche et très serré à quelques encâblures de l'énorme nébuleuse de la Tarentule, hors champ à 218X. Observation 8588 : NGC2108. Cet astre est très faible à 218X, et c'est visiblement un amas globulaire car il en a toute l'apparence non résolue. Depuis mon observatoire terrestre, ce qui est impressionnant c'est le silence absolu. Il n'y a vraiment aucun bruit tout autour, la nuit étant figée dans son écrin de cristal. Je termine en apothéose avec un ensemble d'amas ouverts nichés dans le Grand Nuage de Magellan. Observation 8589 : NGC2043 à 2072. Imaginez qu'à 150X et 218X vous ayez dans le même champ quasiment une dizaine d'amas ouverts. C'est ce qui m'est arrivé lors de cette observation. Alors commençons donc cette énumération par NGC2043 qui est très faible à VI1. Puis une première ligne est constituée par NGC2046 très faible, NGC2047 très faible à VI1, NGC2058 plutôt faible, et NGC2059 qui est vue VI1. Une seconde ligne est formée de NGC2057 qui est faible, NGC2065 considérablement faible, NGC2066 VI2 et un peu à l'écart NGC2072 vu VI1. Cet intéressant ensemble finit par s'effacer dans l'aube à 5h40. La nuit s'est terminée de façon magnifique sur ce groupe. La suite des photos touristiques : Le 29 octobre 2018 Ovalle La Feria, marché d'Ovalle. Les boutiques sont quasi mono-activité. Dans une droguerie, des médicaments dont je douterai de l'origine, les contrefaçons étant légion sur ce continent. Les couleurs du Chili sont omniprésentes sur cette boutique. Marchand de fausses fleurs. Vendeur de croquettes pour chiens et chats. Le 12 novembre 2018, Pichasca, Ovalle et la vallée del Encanto Aujourd'hui, nous descendons vers Ovalle. Passage par Pichasca et sa verdoyante vallée. Musée préhistorique de Pichasca Dans un parc au bord de la route vers Pichasca, parmi des jeux d'enfants, une paroi rocheuse abrite dans ses cavités des perroquets tricahue Petit arrêt à la place d'Armes (place centrale) d'Ovalle Nous passons au marché couvert pour quelques courses et là surprise, on tombe sur un musée dans un wagon, sur le parking! Puis direction un site archéologique déjà visité une autre année, la Vallée de l'Enchantement vers Ovalle. Beau rapace caracara chimango à la Vallée de l'Enchantement. L'une des nombreuses pierres tacites de la vallée, creusées par les indiens El Molle. Entre 2 rochers marqués par les indiens El Molle, vivent ces petits rongeurs, les dègues du Chili Les pétroglyphes de comètes Cette formation s'appelle le visage du diable Le bain Inca
  6. Bonjour à Toutes et à Tous, Dans les Alpes du Sud, nous avons été gâtés par la météo pour la nouvelle lune de fin Mars. Une absence d'humidité digne du Chili : 25% en milieu d'après midi, moins de 50% en milieu de nuit. Résultat sur trois nuits, des valeurs étonnantes pour le SQM: 21.8 - 21.9, et 22.0 - 22.02 et 22.06 pour le SQML au zénith.. Le seeing a commencé par être très mauvais, 5" - 6", causé par les reste d'un épisode de mistral, puis s'est bien vite repris, d'abord à 2.0", puis à 1.6", pour les deux dernières nuits. Cela m'a permis de faire plus d'une douzaine d'observations, que je remets au propre progressivement. Je vous livre quelques exemples, dont vous trouverez les comptes rendus d'observation détaillés ici: http://www.deepsky-drawings.com/ "derniers dessins". En espérant une aussi belle NL le mois prochain, Bon ciel à Tous Bertrand
  7. Nuit du 6 novembre au 7 novembre 2018. Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. Strock 254/1200 16 observations : 8549 à 8564. Je commence la nuit en observant Mars qui est quasiment au zénith dans le Capricorne. Observation 8549 : la planète Mars. Malgré son diamètre décroissant à 11,3 secondes d'arc, elle me montre beaucoup de détails avec une turbulence moyenne ce qui me change des observations en France, où elle était basse cette année. Les images sont en effet assez stables dans le crépuscule. La petite calotte polaire Sud est vue immédiatement ainsi que quelques nuages sur le limbe. L'observation se fait d'abord sans filtre puis avec le filtre rouge pour renforcer le contraste des formations puis le filtre bleu pour bien confirmer les nuages. Je la grossis directement à 480X. Mes compagnons d'observation Pierre et Bruno sont là, ainsi que Raymond le propriétaire de l'observatoire et du site. Pierre est arrivé en silence derrière Bruno pour demander qui était là et ça a fait sursauter ce dernier, ce qui nous a tous bien fait rire. Le puma des Andes a encore frappé! Puis je commence les observations ciel profond de cette nuit avec déjà la réobservation de plusieurs objets. Observation 8550 : NGC6397. Cet amas globulaire est situé dans la constellation de l'Autel, dit Ara en latin, qui va bientôt se coucher. Il est déjà visible au chercheur 9X50 comme une large tache assez brillante à centre plus brillant. A l'oculaire Nagler 16 à 75X il est aussi assez brillant. C'est une explosion d'étoiles à 75X et 109X où il est déjà très résolu. Quel calvaire à dessiner, il est vraiment très riche! Sur la même carte de l'atlas Uranometria 2000, je glisse un peu plus vers l'Est ce qui vu l'orientation du ciel revient ici à glisser un peu plus vers le haut, pour regarder un autre amas globulaire dans la constellation du Télescope (sous le Sagittaire en déclinaison). Observation 8551 : NGC6584. Dans cette constellation inventée par l'abbé Lacaille, cet amas globulaire apparaît au chercheur 9X50 comme une étoile floue très faible. A 75X, il est assez faible à considérablement faible, bleuôté, et en poussant le grossissement à 150X, je note un début de résolution et des lignes non résolues d'étoiles. Pas mal pour un amas globulaire dont les étoiles les plus brillantes seraient de magnitude 15,5 d'après le Deep Sky Field Guide, catalogue associé à l'Uranométria. Je poursuis mes observations d'objets avec l'amas de galaxies de la Dorade, notamment ses composantes les plus spectaculaires. Je rappelle que cette constellation située vers le pôle céleste Sud est celle où se trouve la plus grosse partie du Grand Nuage de Magellan. En s'éloignant du pôle à partir de cette galaxie satellite, on tombe sur cet amas bien plus lointain. Observation 8552 : NGC1515. Cette galaxie allongée est considérablement faible à 75X, et à 150X les extensions ont tendance à s'effacer. 109X est le grossissement optimal pour voir des nodosités dedans. A proximité, une galaxie satellite orbite autour d'elle, NGC1515A qui est vue VI2 à 150X. Observation 8553 : NGC1566. Cette galaxie spirale est le joyau de l'amas de galaxies de la Dorade. Elle est assez faible à 75X où l'enroulement des spires est déjà perçu. A 150X, le bras Est est vu en vision indirecte VI1 tandis que le bras Ouest apparaît moins facilement en vision indirecte VI2 à 3. J'ai grossi 75X, 109X et 150X pour détailler cet objet alors qu'un peu de fatigue se fait ressentir à quasiment 1h du matin. Je vais me reposer un peu dans l'observatoire à l'occasion d'une pause casse-croûte. Observation 8554 : IC2066. Je grappille cette galaxie VI1 à 109X dans le champ de la précédente. Elle était déjà perçue dès 75X. Je me rapproche d'Alpha de la Dorade pour regarder un couple de galaxies de cet amas. Observation 8555 : NGC1596 et NGC1602. NGC1596 est vue assez faible, très effilée, et a pour voisine NGC1602 qui est très faible et diffuse. Je prends quelques photos à côté avec le bridge Panasonic, avec des temps de pose de 15 secondes à 1600 ISO, et les résultats sont plutôt étonnants avec ce ciel de folie. Observation 8556 : NGC1581. Cette galaxie est faible, petite et allongée à 109X et 150X, avec une turbulence à 1 ou 2. Les images sont de cristal. Je change de constellation, pour me diriger vers les constellations qui correspondent à notre ciel d'hiver, destination la Colombe. Cette constellation se situe au pied sud-ouest du Grand Chien et affleure à peine l'horizon dans nos contrées d'Europe du Nord. Mes cibles dans la Colombe sont deux galaxies très intéressantes. Observation 8557 : NGC1808. A 75X, elle est bleutée et en grossissant plus à 109X sa structure spirale est supputée, puis confirmée à 150X. Un bras Nord est très faible à VI1 tandis que le bras Sud est flou et VI1 à 2. Observation 8558 : NGC1792. Cette galaxie observée assez brillante à 75X est bleutée. A 109X et 150X, elle m'apparaît grumeleuse. Bizarre. L'examen de photos sur Internet le lendemain m'apprendra que c'est une galaxie spirale effectivement très grumeleuse avec plein de nodosités, au point de rendre sa structure spirale peu lisible. Je vais maintenant quitter ces galaxies assez lointaines pour explorer l'une des deux galaxies satellites de notre Voie Lactée qu'on a la chance de pouvoir voir depuis notre site chilien. Il s'agit du Petit Nuage de Magellan dans le Toucan. Observation 8559 : NGC220/222/231. J'observe un enfilement de 3 amas ouverts à 75X, 109X et 150X. Le plus à l'ouest NGC220 est considérablement faible à faible. Celui du milieu NGC222 est faible. Le plus oriental NGC231 est très faible et révèle des étoiles à la limite en vision indirecte 4 à 5 en poussant le grossissement à 150X. C'est un groupe intéressant. Je suis désormais tout seul à cette heure-ci. Il est 4h15 du matin. La seule présence, si on peut dire, est le ronronnement des instruments en remote qui sont tous au travail. Ces instruments sont une nouveauté du site de la Canelilla qui propose l'hébergement de télescope de particuliers ou de clubs. Je poursuis mon exploration des amas ouvert du Petit Nuage de Magellan avec le couple suivant. Observation 8560 : NGC241/242. Ce couple NGC241 et 242 est dessiné à 75X et 150X. Ils sont faibles et minuscules, mais n'oublions pas que ces amas ouverts se situent à près de 190000 années-lumière de nous. Observation 8561 : NGC248/256/265. Nous avons là un mélange d'objets : les nébuleuses NGC248 et 256, et l'amas globulaire NGC265. Plus précisément, NGC248 est très faible et réagit bien en Oxygène 3 et pas du tout en HBêta. NGC256 est considérablement faible et ne réagit à aucun des deux filtres cités. NGC265 reste très faible, diffus et en vision indirecte son centre est plus brillant. Observation 8562 : NGC269. Cet amas globulaire observé à 150X est très faible et très diffus dans l'aube qui est de plus en plus présente. J'arrête là les observations d'objets faibles du ciel profond mais profite encore de l'opportunité d'observer deux belles étoiles doubles. Je les repère grâce au Pocket Sky Atlas, vu que j'ai oublié ma liste d'étoiles doubles australes à la maison, bien joué... Observation 8563 : thêta de l'Éridan dit aussi Acamar. Cette double est brillante à 75X et 343X où elle me montre ses deux composantes respectivement très brillante et brillante, séparées de 8,2 secondes d'arc. Une bien belle double très brillante, assez large mais incolore, avec une turbulence qui par contre se dégrade à l'aube, de 4 à 5 sur l'échelle de Danjon. Enfin, le dernier objet de la nuit est une autre étoile double dans le Phénix. Observation 8564 : dzeta Phoenicis. Cette étoile double du Phenix est inégale et serrée à 75X. Je vais les séparer plus franchement à 343X avec une composante brillante et une composante considérablement faible orangeâtre, séparées de 6,4 secondes d'arc. Il est 5h50, je descends me coucher. La suite des photos touristiques : le 28 octobre 2018 la réserve de Humboldt partie 2. Au nord de Punta de Choros, paysages côtiers magnifiques. Et encore des cactus. Une plage magnifique et vide, il faut dire que l'eau est fraîche ici à cause du courant de Humboldt qui remonte de l'Antarctique. Autre fresque à Punta de Choros, je reconnais nos amis les guanacos. Et le renard de Magellan. Un petit phare au sud de Punta de Choros. Un panorama pour illustrer ce lieu magnifique. Punta de Choros depuis le phare. Goéland Sur une autre plage pleine de coquilles vides, un huîtrier d'Amérique. Pélican. J'ai eu la chance de réunir sur cette photo un pélican, 2 goélands et un courlis corlieu.
  8. Bonjour les lunaires, Désolé d'avoir été absent mais le ciel m'a bien mobilisé en plus en manque alors ! Vous ne rêvez pas c'est bien du bleu blanc rouge que vous allez voir et même avec un jet en plein milieu. C'est dur dur de focaliser en IR et proche UV (W47), mais bon je pensais obtenir quelque chose de particulier hormis la couleur propre à ces longueurs d'onde, mais non rien de congrès. Et puis deux dessins pour accompagner puisque réalisé après les prises de vues ON se régale de la beauté sélénique.. Bon ciel lunaire
  9. Nuit du 4 au 5 novembre 2018. Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. Strock 254/1200 9 observations : 8530 à 8538. Suite à la sortie à la fête du village voisin du Romeral cet après-midi, nous sommes tous un peu fatigués et je viens après un cycle de sommeil. Cette fête était intéressante à voir, mêlant une cérémonie de messe puis une procession religieuse à des danses et rythmes tribaux des Indiens d'Amérique du Sud. En voici quelques photos avec quelques costumes un peu anachroniques des Indiens d'Amérique du Nord! L'Enfant Dieu, ou Nino Dios en espagnol, qu'on célèbre ici aujourd'hui. A mon arrivée, Bruno est déjà en action et Pierre encore en train de dormir. Je galère un peu à re-régler le chercheur. Les premiers objets de la nuit sont des galaxies du Phénix, qui se situe à proximité de l'Eridan vers Achernar étoile principale de cette constellation. Observation 8530 : IC5328. Cette galaxie est vue facilement à 75X à côté d'une étoile brillante assez faible à considérablement faible, condensée et petite. Observation 8531 : PGC71907 et PGC130875. Ce couple de galaxies se situe près de IC5328. PGC71907 est très faible à VI1. La PGC de forme incertaine est VI1 à 150X. Observation 8532 : IC5325. A 150X, elle est facile, considérablement faible et ceci aussi à 75X. Je perçois une structure à la limite avec un éclat hétérogène à 150X et 218X. Pierre arrive à 1h du matin et cette fois-ci il pourra tenir jusqu'à l'aube. Je m'attelle à l'observation d'un amas de galaxies du Phénix, Abell 2877. Observation 8533 : NGC1627. Cette galaxie de forme effilée est faible à très faible et elle s'étend en vision indirecte. A côté se trouve PGC73637 vue VI3 à 109X. Observation 8534 : groupe de galaxies autour d'IC1633. Me voilà au cœur de l'amas de galaxies Abell 2877. A 109X et 150X, il y a du monde mais c'est faible. IC1633 est considérablement faible. Dans son proche voisinage, nous avons deux galaxies VI3 et VI1. Puis un peu plus au nord nous trouvons PGC73688 vue VI1 et une galaxie vue VI3. La partie nord de ce champ nous montre PGC4085 qui est vue très faible puis PGC4104 qui est faible, et enfin PGC73694 vue VI1. A l'opposé du champ côté sud, nous avons trois autres galaxies : PGC73666 vue VI3, PGC73684 vue VI4 et enfin PGC73700 vue VI1 à 2. Observation 8535 : PGC 130092/73697/73698. A 150X, en vision décalée, elles sont respectivement vues VI3, VI3 à 4 et VI2. Je quitte le monde des galaxies pour celui des amas ouvert d'abord dans la constellation des Voiles. Observation 8536 : NGC2660. Il est petit et partiellement résolu à 75X. Même en poussant le grossissement à 218X, il n'est encore que partiellement résolu en étoiles faibles à perceptibles. Très dense, il ressemble à un amas globulaire en cours de résolution. J'ai dû mettre trop de hargne à le dessiner puisque j'ai cassé en deux mon crayon. Ha la qualité Auchan n'est plus ce qu'elle était! Puis je dévie plus vers le pôle sud, dans la Carène, pour observer un autre amas ouvert. Observation 8537 : NGC3255. Cet amas ouvert est petit et très concentré à 75X. Je le résouds en étoiles faibles à perceptibles à 218X. Je suis assez fatigué, il faut dire qu'il est quasiment 5h du matin. Je termine sur un dernier amas ouvert de la Carène. Observation 8538 : Stock 13 dit en abrégé St13. Observé à 150x, cet amas ouvert est assez détaché dans l'aube qui arrive. La suite des photos touristiques : Le 27 octobre 2018 Copiapo, La Silla, vers la réserve de Humboldt. On rentre dans la camanchaca, brouillard côtier né de la rencontre entre l'air frais et humide du Pacifique refroidi par le courant de Humboldt, et le sol chaud du Chili. Camion de transport de matériel minier, nous on s'éloigne des mines de l'Atacama vers le sud. La Silla depuis la route d'accès. Le portail de l'observatoire. Les 2 instruments mythiques de l'observatoire sont proches maintenant. Les bâtiments d'accueil des techniciens et astrophysiciens et quelques coupoles d'instruments secondaires. Guanaco et ânes à la Silla. La coupole du 3.6m et son relais optique interférométrique CAT dans la plus petite, à 2400m d'altitude. Passage obligé dans une salle à côté du NTT pour une présentation de l'observatoire et de l'astronomie en espagnol. Panorama à la coupole du 3.6m. Le radiotélescope SEST La rampe d'accès au NTT et les autres coupoles du site depuis la colline du 3.6m. Le télescope de 3.6m, plus exactement 3.566m, inauguré en 1977. En panoramique, le pont entre l'ancienne technologie du 3.6 et la nouvelle du NTT (New Technology Telescope). L'abri du NTT. L'un des 2 foyers Nasmyth du NTT Le NTT a un miroir primaire de 3.58m. Formule optique Ritchey-Chrétien pour corriger la coma, avec déport de l'image vers des foyers Nasmyth (le long de l'axe d'altitude). En route vers l'antenne radio sub-millimétrique SEST. Panoramique entre SEST et le 3.6m. L'antenne radio sub-millimétrique SEST de 15m de diamètre, plus utilisée depuis la mise en service du réseau de 66 antennes radio sub-millimétriques ALMA. En route vers la côte Pacifique Un jeune guanaco. Avec sa maman. Au même endroit que les guanacos, un renard. Arrivée sur la côte vers la réserve de Humboldt, les nuages bas et la fraîcheur ne nous quitteront plus ici. Le village de Punta de Choros où nous logerons. Depuis notre bungalow, les îles au fond constituent la réserve marine de Humboldt.
  10. Une pleine Lune

    Salut, dessin de la nuit passée, encore à la FS78 à 52X. J'ai appliqué une petite symétrie pour annuler l'effet du renvoi coudé. Toujours sympa, cet effet "splash" des éjectats, ainsi que les nombreuses nuances dans les mers, et le changement total de l'aspect de pas mal de formations. Fred.
  11. Voilà la version dessin du rapprochement de mercredi dernier. Ce dessin a été fait pour la comète après le coucher de la lune (et avant pour la galaxie). J'ai sinon en champ plus resseré les 2 objets dessinés vers 23h50 UT le 13, mais avec la lune dont la gêne a été un peu atténuée avec un filtre polarisant, mais à cette heure là, seule le début de la queue était deviné... - T407mm x72 à 60km au sud de Paris le 13/14 février Nicolas
  12. Nuit du jeudi 1er novembre au vendredi 2 novembre 2018. Strock 254/1200 Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. 13 observations : 8486 à 8498. Je commence par faire quelques photos notamment de la conjonction Jupiter-Mercure dans le Scorpion grâce à mon appareil bridge à 1600 ISO et F/D 2.8. Les résultats sont franchement impressionnants. Le Scorpion, pinces et Antarès en bas, plonge sur la droite de l'image vers l'horizon, derrière la silhouette du télescope de 406mm. A gauche, on voit les 2 étoiles principales alpha et bêta du Centaure. Un poil plus tard et plus haut, le centre galactique est au milieu de l'image, le Scorpion à gauche, le Sagittaire à droite, enrichi par Saturne. Le premier dessin de la nuit est sur la planète Mars dans le Capricorne, qui ici est quasiment au zénith, ce qui nous change de l'opposition du mois de juillet à ras de terre depuis la France métropolitaine. Observation 8486 : Mars. A 480X, j'observe Mars de l'œil gauche sans filtre afin de ne pas perdre ma vision nocturne, puis avec l'œil droit avec le filtre rouge 23A qui améliore encore le contraste. Les images stables sont plaisantes, ça me change de l'opposition vue depuis la France. Je note beaucoup de détails malgré le diamètre apparent qui diminue (12"). Sauf erreur j'observe les mers Cimmerium et Sirenum. Je vois aussi la tache plus claire de Hellas ainsi que la calotte polaire Sud. Toute la nuit en fil rouge je prendrai des photos des constellations en regardant avec l'oeil gauche dans le viseur de l'appareil photo, écran repliable fermé, afin de ne pas éblouir mon œil droit observateur et donc de garder mon adaptation nocturne. Le Grand Nuage de Magellan flou est à gauche du centre, l'étoile brillante en bas à gauche est Canopus de la Carène. La région du pôle céleste sud est vers le centre de l'image. Le Grand Nuage de Magellan est en bas, le Petit plus discret un peu sous le centre de l'image. L'étoile brillante à gauche du Petit Nuage de Magellan est Achernar de l'Eridan. Encore une fois, je constate l'invasion des fourmis dans la partie bouffe du sac à dos alors que hier j'ai sorti les barres de chocolat et que j'ai secoué le sac. Une m'a carrément mordu et jeté de l'acide sur la main ce qui me fait mal pendant quelques minutes. Après avoir constaté que le Celestron 14 est hors de fonctionnement, Pierre et Raymond viennent observer Mars au télescope 406 avec Bruno. C'est toute une histoire l'état actuel du C14 : il en est là à cause d'un astro-employé indélicat qui devait assurer la maintenance du matériel. Il a fait la bêtise de démonter la lame de fermeture du C14 pour la nettoyer sans vérifier s'il y avait une marque d'apairement. De plus il a mal parqué le télescope avant de fermer l'observatoire, le toit métallique a tapé la monture, endommageant des moteurs et la plaque de fixation au pilier. A cause de cet imbécile, cet instrument à l'optique exceptionnelle et au suivi impeccable est maintenant l'ombre de lui-même. Je sens que Raymond et Pierre vont passer quelques après-midis à essayer de le remettre sur pied. Je commence les observations ciel profond sur le Scorpion qui descend assez vite, avec un nuage obscur. Observation 8487 : SL28. Ce nuage obscur est observé à 75X et se révèle assez sombre avec des limites très floues. J'observe ensuite un amas globulaire du Sagittaire. Observation 8488 : M69. Cet amas globulaire est assez brillant et bleuté à 75X et déjà résolu. Je l'ai aussi repéré au chercheur 9x50 comme une étoile floue faible à côté d'une autre étoile de même brillance. A 218X, il est bien éclaté avec beaucoup d'étoiles faibles à très faibles plus un fond stellaire VI3 à 5. Il devient assez sombre à 218X et il commence à être bas. C'est vrai qu'il est dans une constellation d'été. Je continue d'explorer la zone de galaxies vers iota du Sagittaire. Observation 8489 : NGC6878A. Cette galaxie n'est pas vue à 150X mais je la repère très faible à VI1 à 109X. Je pense que c'est parce qu'elle était très diffuse et peu contrastée que je l'ai râtée à 150X. Observation 8490 : PGC64319. Cette galaxie est soupçonnée à 109X et confirmée à 150X très faible à VI2 et diffuse. Observation 8491 : PGC64257. Je l'observe à 150X, très faible, condensée et petite. Observation 8492 : PGC64188. Cette galaxie elle aussi n'est pas vue à 150X mais je la repère à 109X, diffuse et VI2. J'arrive dans les choses sérieuses avec les objets du Petit Nuage de Magellan. Observation 8493 : NGC456 et 465. Je suis dans un coin déjà assez riche du Petit Nuage de Magellan dans le Toucan avec NGC456 qui réagit bien en Oxygène 3 et faiblement en HBêta. Juste à côté, je repère aussi NGC465 qui est très faible en HBêta, et il réagit bien en filtrage Oxygène 3. Soit ces objets sont très morcelés, soit j'ai noté plusieurs autres objets à proximité. J'utilise comme grossissement 75X, 109X et 150X. Ce champ est un bel ensemble. Observation 8494 : NGC419. Cet amas globulaire du Petit Nuage de Magellan est observé à 150X et 75X. Bien qu'incolore, il est assez brillant, diffus et granuleux à 343X dans sa zone centrale, waouh! Vers 3h heure locale, Pierre est frigorifié, et découragé de ne pas avoir trouvé le casque de Thor, et du coup il est parti dormir. Observation 8495 : NGC330. Cette fois-ci c'est un bel amas ouvert. Il est petit à 75X. Par contre à 218X et 343X, où il est assez faible, il me montre en vision indirecte beaucoup d'étoiles très serrées, ça grouille d'étoiles. Observation 8496 : NGC416. Il est considérablement faible à faible. Je l'observe minuscule à 75X et le grossis davantage à 218X où il est diffus. Comme la nuit dernière, des nuages venus du Sud-Ouest débordent. C'est quoi ce temps très inhabituel au Chili? J'observe une galaxie du Phénix. Observation 8497 : NGC625. Cette galaxie est observée à 109X et 150X. A ce second grossissement, elle me montre des nodosités VI3 à 5. Elle est considérablement faible, diffuse et allongée. A 4h30, la Lune s'est levée mais reste noyée dans les nuages à l'est. J'ai un coup de barre une fois de plus. Je pointe une galaxie de l'Éridan. Observation 8498 : IC1953. Cette dernière galaxie de la nuit est vue dès 75x très diffuse, faible, et un compagnon très faible facile l'accompagne, c'est PGC13172. La brillante étoile tau 5 de l'Eridan gêne par son fort éclat. Je la sors du champ pour mieux observer les deux galaxies et je n'arrive pas à voir la troisième qui jouxte IC1953 sur ma carte. A 5h, je tombe de fatigue. Des nuages se répartissent entre le sud-est et le nord-est et ils débordent presque jusqu'au zénith. La Lune est noyée dedans. Je me repose un peu sur le lit de l'observatoire avant d'avoir la force de remballer à 5h30 alors que l'aube arrive. La suite des photos touristiques : le voyage aller et l'arrivée à l'observatoire. Dans le car reliant Santiago à Ovalle. En route depuis Ovalle vers l'hacienda des étoiles, on aperçoit l'observatoire américain du Cerro Tololo, que j'avais visité en 2008. Vallée de Pichasca à 30kms de notre gîte On atteint au Soleil couchant le village du Romeral, le plus proche à quelques kilomètres de notre destination. Le Romeral, où on viendra assister à une fête un dimanche. L'hacienda des étoiles
  13. Bonjour, Une journée sans nuage, mais aussi sans lune donc j'avais envie dessiner un peu même sous la pollution lumineuse. Ce n'est pas évident de voir des choses avec toutes ces lumières , heureusement le filtre UHC aide un peu , et désolé pour la qualité du scan , il semble que les scanners ont beaucoup de mal avec le "noir" (quelque soit le mode choisi), c'est pour cela que je rajoute une photo d'ensemble. Les conditions de dessins était moyenne surtout gêné par la PL et une turbulence moyenne qui limite le grossissement , à x140 fois s'était déjà trop une des étoiles du trapèze semblait s'évanouir parfois. Des irrégularités était visible dans le "cœur" , c'était davantage en vision décalé, mais les ailes n'était pas vraiment déployé, chez moi. En tous cas le ciel d'aujourd'hui et complètement couvert, alors autant profiter de l'occasion. Bon ciel étoilé & lunaire
  14. Nuit du mercredi 31 octobre au jeudi 1er novembre 2018. Strock 254/1200. Terrain d'observation la Canelilla à l'Hacienda des étoiles au Chili, région du Coquimbo. 13 observations : 8473 à 8485. Je suis de retour en ce lieu magique du Chili après 5 ans d'absence. Cette fois-ci, j'ai enfin pris le temps de découvrir le reste du pays avec une semaine touristique à notre arrivée, avant 2 semaines d'astronomie à l'hacienda. Je posterai en fin de certains CROAs quelques photos de la partie touristique. Pierre observe sur le télescope 406 de focale 1827 et Bruno image plus loin au sud sur une configuration photo à base de lunette de 70mm près des télescopes en remote. Lunette 130 en remote. Télescope 520 en remote. Je commence par la planète Saturne assez haute ici (40°) dans le Sagittaire. Observation 8473 : Saturne. 480X et 343X. Les images sont assez fines. La division de Cassini est visible sur tout le pourtour. Elle affleure le pôle sud de Saturne. Les anneaux sont blanc crème et le globe est jaune clair. La turbulence est moyenne à 3 sur l'échelle de Danjon. Je poursuis les observations sur un amas ouvert du Scorpion. Observation 8474 : Tr29 ou Trumpler 29. Cet amas ouvert est soupçonné au chercheur 9x50. A 109X, il est assez riche avec des étoiles plutôt faibles à perceptibles. Bruno a des soucis de suivi pour ses photos. Il finira par améliorer la mise en station de la monture HEQ5 à poste fixe sur pied colonne. J'observe ensuite un amas globulaire du Scorpion. Observation 8475 : NGC6496. Il est résolu dès 75X, considérablement faible. A 150X, je vois ses étoiles qu'on dirait en surimpression. Il est bizarrement allongé pour un amas globulaire. Je poursuis les observations sur des galaxies du sud du Sagittaire, vers iota qui est sous l'horizon chez moi. Observation 8476 : NGC6890. Cette galaxie est assez faible à considérablement faible et compacte à 150X. Observation 8477 : PGC64389 et 64391. En préparant mes observations, j'ai imprimé avec Guide 7 les cartes de champ des galaxies principales et j'ai rajouté toutes les galaxies jusqu'à magnitude 15, du coup ces galaxies sont voisines de la précédente. Ces galaxies ne sont pas séparées, je vois un ensemble de 3 condensations faibles à très faibles à 150X et 218X. Observation 8478 : PGC64380. A 150x, cette galaxie voisine des précédentes est très faible avec un centre plus marqué. Elle est diffuse et assez facile. Observation 8479 : PGC64383. Cette galaxie dans le même périmètre que les précédentes est minuscule même à 150X. Elle est très très faible à vision indirecte 1. A 1h le calme est parfait, à tel point que je me demande si Pierre est parti dormir dans le lit de l'observatoire. Observation 8480 : NGC6878 et PGC64328. La galaxie NGC est vue très faible à VI1, très diffuse, tandis que PGC64328 est faible à très faible, compacte à 150X. J'observe une galaxie de la Grue. Observation 8481 : IC5170. Cette galaxie est vue à 150X faible à très faible et très allongée en VI1 surtout. Un spectaculaire météore de type Capricornide de magnitude visuelle -4 est visible vers 2h avec traînée et fragmentation. Je constate aussi avec effroi une invasion de fourmis dans mon sac, dans la poche où j'ai mis les barres chocolatées. Il y en a des dizaines et elles finiront aussi par envahir l'observatoire, ses gâteaux et le thé. Je passe ensuite sur une galaxie du Phénix, constellation à proximité du bout de l'Eridan avec son étoile phare Achernar. Observation 8482 : NGC7796. A 109X, je vois le centre considérablement faible de cette galaxie et son pourtour VI1 à 5. Un coup de barre me saisit vers 2h45 puis un mal de ventre et je descends précipitamment aux toilettes pour un besoin naturel. Je me vautre d'ailleurs dans un trou de la piste lors de cette retraite précipitée. Je note malgré ça que les horizons ne sont pas propres. Je reviens près d'une heure après suite à ce souci de santé que je pense dû à un coup de froid ; les écarts de température sont importants ici au crépuscule sans qu'on s'en rende spécialement compte. La Lune en dernier quartier est levée au retour vers 4h, elle a franchi l'horizon des montagnes et éclaire directement le site d'observation. Les autres sont partis dormir. Quelques cirrus traînent sur le site d'observation et ensuite ça s'intensifie avec un ciel voilé par endroit. J'observe un amas ouvert des Voiles dans ce ciel voilé, drôle de hasard. Observation 8483 : NGC2659. Cet amas ouvert est riche à 109X. Ses étoiles plutôt faibles à perceptibles le rendent dur à dessiner. Puis quelques gros cirrus cantonnés au sud-ouest arrivent. J'observe d'autres amas ouvert des Voiles. Observation 8484 : Pi6. Cet amas ouvert à 150X est petit, assez brillant et me montre une vingtaine d'étoiles. Observation 8485 : Pi8. Il est observé dans l'aube. Un météore passe juste dessus à 150X. Il est petit et laiteux à 75X et se résout partiellement à 150X. J'entends les moteurs des télescopes en remote au sud à 5h30. L'aube arrive à 5h45, le ciel se bâche de voiles, bon timing. Pour finir, quelques photos du voyage aller : Survol des Andes. Des vallées verdoyantes au milieu de montagnes arides, voici le nord du Chili. Santiago du Chili et ses immeubles Gare routière d'Alameda à Santiago du Chili, d'où nous prenons le car jusqu'à Ovalle, 400kms au nord. Rues de Santiago
  15. Après mon premier post, mon premier sujet ! Encore un énième post sur les commémorations du 50ème anniversaire de l'homme sur la lune...? Oui mais, quand on a entre 7 et 10 ans lors de cette aventure extraordinaire, âge ou les rêves se fondent, et quand la fiction nous promet le voyage en bus vers la mer de la tranquillité à l'horizon 2000, 50 ans après, rien ne peut s'effacer, l'émotion est toujours intacte en regardant notre satellite au travers d'un télescope, On conserve toujours ses 10 ans. Cette émotion nous la retrouvons tous dans l'observation visuelle, et dans sa sublimation artistique et éphémère du dessin instantané. Serge en 2013 a produit ce dessin de la rima Hadley. Sans le savoir - il me l'a confirmé hier - le dessin est centré sur le site d'alunissage d'Apollo XV, En reprenant son magnifique dessin, j'y ai inclus le plus fidèlement possible le chemin parcouru par Scott et Irwin avec le LRV. On est frappé grâce à la puissance de nos télescopes, et au talent de Serge, de pouvoir ressentir, et concrétiser cette présence humaine passée. On peut quasiment la toucher du doigt. Mon challenge à partager avec d'autres est le suivant : Retrouver les 6 sites des alunissages et de les immortaliser en dessin le plus fidèlement possible et au grossissement adéquat visualisant des cratères et relief de référence et afin d'y surcharger, a posteriori, l'activité des astronautes. 3 axes au choix, ou en fonction du rendu ou des possibilités : - date la plus proche du cinquantenaire de l'alunissage de la mission. - phase lunaire la plus proche de celle de la mission (ombrages similaires). - site proche du terminateur pour en accentuer le contraste et le relief. Cela laisse trois ans pour le réaliser, mais avoir le bon moment, le bon seeing, la bonne météo... cela n'est pas gagné ! L'astronomie apprend à devenir patient Bon ciel et belles lunes
  16. Dobson Strock 254/1200. 5 dessins : 8462 à 8466. Je me suis positionné solitaire au sud des ballots de foin en étant arrivé à 22h35 dans un ciel qui est encore voilé. La voiture sort de révision, je le sentais bien sur l'autoroute qu'elle avait plus de pep's que dernièrement. Je m'offre d'abord quelques petits souvenirs du ciel estival avec un amas ouvert du Cygne. Observation 8462 : DoDz10. 10ème objet du catalogue Dolidze-Dzimselejvili (à vos souhaits!). J'observe cet amas ouvert assez riche à 109X et 75X dans un ciel qui se dégage bien. Je m'y perds, il est éparse et hétérogène. Puis je vais regarder deux galaxies dans Persée à la croisée des ciels d'automne et d'hiver. Observation 8463 : NGC1175 et 77. Alors que de petits nuages éparses circulent dans le ciel, ces 2 galaxies se montrent plutôt bien à 150X, notamment la faible à très faible NGC1175 avec son centre flou. Elle est diffuse et allongée tandis que NGC1177 est petite et vue VI3. Encore une fois, la fatigue se rappelle à moi et du coup je dors dans la voiture jusqu'à 2h40, ce qui représente quand même 2 heures de sommeil d'affilée. J'en avais vraiment besoin. Malheureusement le ciel en a profité pour tirer lui aussi sa couverture car il est voilé à mon réveil. Du coup, je refais une sieste, cette fois-ci jusqu'à 5h30. D'ailleurs à mon réveil je vois le camion de lait qui repart mais il n'est pas le seul vu que les voiles ne sont plus là eux aussi. Le ciel a bien tourné. Je tente deux nébuleuses diffuses secondaires d'Orion mais je ne les vois pas. Je vais aller regarder quelques galaxies dans l'Éridan comme la précédente nuit. Observation 8464 : NGC1779. La galaxie est faible à très faible, évidente à 109X, moins à 150X, condensée mais avec des bords diffus. Observation 8465 : NGC1752. Soupçonnée à 75X, cette galaxie diffuse est étendue et confirmée à 150X, très faible à VI1. Il est 6h30, les coqs chantent, annonçant l'imminence de l'aube. J'ai encore le temps de faire un dessin, ce sera une galaxie dans le Grand Chien. Observation 8466 : NGC2271. Observée à 109x, cette galaxie montre un noyau un peu étiré, l'ensemble étant vu VI1 à 2 et s'effaçant peu à peu dans l'aube alors qu'il est quasiment 7h du matin. Un avion est passé juste à côté dans l'oculaire. Je remballe les affaires et rentre directement à l'aube, bien reposé avec mes deux siestes imposées par la météo. L'humidité au sol est forte mais les optiques sont restées sèches. Cette nuit sera la dernière à la campagne avant le magnifique séjour qui m'attend au Chili à la fin de ce mois. Là, je verrai le fleuve Eridan en entier.
  17. Bonjour les lunaires, Enfin depuis toute ces années, j'ai réussi mon coup à savoir pouvoir prendre en image notre belle amoureuse revêtu de sa robe rouge. Il y a pas mal d'images prise entre 5h et 7h, au préalable la pleine vers 21h00, puis un dessin en couleur de la région Palus Epidemiarum (une première) pas évident à maitriser en pleine lune . Depuis la fenêtre de ma chambre à l'ouest, j'avais préparé le matos comme toujours avec l'achromate tous m'épate..... au début beaucoup de turbulence mais dans l'ensemble le résultat est satisfaisant. J'alterne des poses en 1 s à 5 s . Et puis il y aune vidéo d'une compilation d'un total de 30 min avec le Sony Alpha 3000. A l'oculaire également c'est fascinant à voir !! c'est même frustrant d'avoir à lasser l'appareil j'aurais bien voulu faire un dessin ! §§ CE SOIR JE VEUX ETRE LE ROI DU LUNAIRE §§ BON CIEL LUNAIRE
  18. UN AMAS ET UNE ETOILE MULTIPLE DES VOILES Bonjour à tous, La Lune est certes gênante pour faire du ciel profond, mais elle n'entrave guère l'exploration d'amas brillants et d'étoiles doubles. Je me suis éloigné du halo lumineux de notre satellite pour naviguer dans des mers plus australes : direction la constellation des Voiles. Gamma des Voiles ou plus poétiquement Suhail Ibn Hassan Al Chaouashi. C'est un joyau d'étoile multiple du sud. L'étoile principale est une géante bleue de magnitude +1,7. Voici à présent le dessin réalisé à la FC100 et un grossissement de 30X. L'étoile principale semble baigner dans un joli halo bleu en vision indirecte, et ce malgré la clarté du ciel. NGC 2547 un bel amas des Voiles. Pour finir, voici un autre joyau de la même région. L'amas NGC 2745 est en effet voisin de l'étoile précédemment décrite. Il est de toute beauté même lorsque le ciel est trop lumineux à cause de la Lune gibbeuse. Voici tout d'abord la carte pour localiser l'amas : Et voici le dessin réalisé avec le même instrument, à un grossissement de 18X. Bon ciel à vous tous ! Gildas.
  19. Dobson Strock 254/1200. 9 dessins : 8453 à 8461. Je me suis un peu reposé avant de venir, n'ayant pas récupéré totalement de la nuit d'hier donc je suis arrivé à 22h45. Je commence par d'autres galaxies du Verseau comme la nuit précédente. Observation 8453 : NGC7723. Cette galaxie est évidente à 75X et je la détaille à 109X, 150X et 218X. Elle est intéressante, faible à très faible, car je la soupçonne spirale mais ça reste dur à analyser. J'ai mis juste la veste mais pas le pull, la température étant moyennement fraîche. Le silence de la nuit est troublé un moment par un groupe de camions bruyants qui passe sur la route départementale pas très loin. Observation 8454 : NGC7727. Cette galaxie condensée est considérablement faible à faible avec un centre net. Elle pourrait ressembler à une étoile floue à faible grossissement, mais à 150X le doute n'est plus permis. J'ai fini par mettre le pull et carrément le manteau car le froid devient vif alors qu'il est quasiment minuit. Observation 8455 : NGC7717. Je détaille une autre galaxie du Verseau. Elle est petite, faible et condensée à 150X, à proximité d'une étoile jaunâtre qui egaie un peu le champ. Je subis un petit coup de barre. Comme souvent dans ce cas, je dors une demi-heure dans la voiture avant de m'attaquer à un groupe de galaxies mais cette fois-ci dans Pégase. Observation 8456 : groupe NGC7383 à 7390. Je compte cinq galaxies dans ce groupe : d'abord une première ligne composée de NGC7387 qui est vue VI2 et de NGC7389 vue VI1. La seconde ligne presque parallèle à la première est constituée de NGC7383 qui est vue VI1 à 2 puis de NGC7385 qui est faible et enfin de la très faible NGC7386. Observation 8457 : NGC7432. Cette galaxie est observée à 150X et 218X. Il y a besoin de beaucoup la grossir car elle est petite et reste très faible à VI1, repérée à 150X et diffuse. Décidément, j'entends encore des camions, il y en a beaucoup qui passent par ici cette nuit, est-ce un transport de moisson? Observation 8458 : NGC7611. Cet univers-île montre son centre facile et faible, mais son enveloppe externe n'est vue qu'en vision indirecte 75% du temps donc VI2 à 150X. Une étoile là aussi jaunâtre traîne à proximité dans le champ. Les bruits de la nuit deviennent plus naturels avec un hibou petit-duc mais aussi une vache qui fait du bruit dans l'étable. Je suis de nouveau un peu fatigué, du coup je m'offre une autre sieste courte. Au réveil, je change de constellation mais pas de type d'objet puisque je vais aller voir d'autres galaxies mais côté Baleine. Observation 8459 : NGC151. Cette galaxie est très faible, diffuse et assez allongée à 150X, avec une zone plus brillante assez large. Je virevolte vers une autre constellation qui est l'Éridan, dans sa partie nord, pour aller regarder 2 galaxies après avoir mis les gants tellement le froid s'intensifie. Observation 8460 : NGC1140. Celle-là, elle ressemble plus à une étoile floue faible, et à 150X sa nature galactique ressort mieux alors qu'à 109x ce n'était pas si évident. Je suis encore fatigué mais je résiste, on arrive à la fin de la nuit à 4h du matin. Observation 8461 : NGC1084. Je termine la nuit, alors que la Lune s'est levée vers 4h15 en croissant dans le Lion, sur cette galaxie considérablement faible à faible dont la structure spirale se dévoile à 150X et surtout à 218X. Ses spires vues uniquement en vision décalée sont respectivement VI3 et VI5, ce qui signifie vues 50% du temps dans le premier cas et moins de 10% pour l'autre. Il est 4h40 du matin. Je suis trop fatigué pour continuer, du coup je range le télescope et dors dans l'auto quelques heures avant de rentrer. En remballant, je constate beaucoup d'humidité sur les affaires.
  20. Dobson Strock 254/1200. 4 dessins : 8449 à 8452. Je suis arrivé à 21h45, le crépuscule est encore visible. Lors de cette courte soirée avant une nouvelle journée de travail, je vais observer surtout des galaxies du Verseau. Observation 8449 : NGC7184. Cette galaxie n'est pas facile mais il faut avouer qu'elle est basse. Je la vois effilée à 109X, diffuse avec un centre faible à très faible tandis que le reste est VI2 à 5. Observation 8450 : NGC7180. Elle reste petite à 150X avec un centre faible à très faible tandis que le reste n'est vu qu'en vision indirecte VI1 à 2. Observation 8451 : NGC7185. Cette galaxie observée à 150X est très faible, allongée en vision indirecte et diffuse. Un petit vent se fait sentir mais ça ne m'empêchera pas d'observer le dernier objet de la soirée, une galaxie du Triangle. Observation 8452 : NGC669. Et j'ai bien fait de l'observer celle-là! Elle est hétérogène, effilée, et montre des nodosités en vision indirecte VI4, son centre faible à très faible, et ses autres extensions vues VI1 à 5 à 150X. Je remballe un peu après minuit car il faut bien aller travailler demain.
  21. Pour bien commencer cette année 2019, je vous adresse mes meilleurs voeux et partage la suite de mes observations de l'automne 2018. Dobson Strock 254/1200 7 dessins : 8415 à 8421. Ce soir, je n'ai pas emporté le télescope de 508 à cause d'une contrainte le lendemain matin m'empêchant d'observer toute cette nuit donc je prends le Strock. La lune se couche à mon arrivée à 22h35. Je commence en allant chercher dans le Petit Renard des objets d'un type inhabituel pour cette constellation à savoir des galaxies. Observation 8415 : NGC7052. La galaxie est vue faible et allongée à 75X et j'ai confirmé à 150X sa forme, notamment en vision indirecte, car elle est assez diffuse. Observation 8416 : NGC7080. Cette galaxie est nettement plus diaphane que la précédente, pas sûre à 75X, étant très faible à VI1, peu condensée à 109X. A noter que ces deux galaxies sont dans le Petit Renard du côté qui jouxte Pégase, ceci expliquant du coup la présence de ces galaxies à cet endroit-là de la constellation. Observation 8417 : Mars. 480x. Comme lors de la dernière nuit, des chiens se manifestent encore par leurs aboiements au nord-est assez loin heureusement. Puis je me dirige dans une constellation réputée pour ses objets galactiques à savoir le Verseau. Observation 8418 : NGC7600. A 150X, elle est évidente avec un centre considérablement faible à faible et un halo bien diffus autour. En plus des chiens cette fois-ci c'est les vaches qui deviennent bruyantes. Observation 8419 : NGC7606. Je l'observe à 109X et 150X, elle commence à montrer du détail. Si ce n'est pas déjà fait, il faudra que je l'observe au Dobson de 508 aussi car au 250 je vois déjà une structure spirale avec des nodosités qui sont en VI 4 à 5 à 150X tandis que la galaxie est faible et diffuse. J'arrive à voir tout ça malgré un coup de fatigue et de la buée intermittente sur l'oculaire. Je dors debout après ce dessin, du coup je préfère aller dormir couché dans la voiture sur la banquette arrière et je ne me réveille qu'au bout de 3h, heureusement il fait encore nuit. Je rends visite à mon réveil à la comète Giacobini-Zinner 21P qui est encore dans le Cocher comme la précédente nuit. Observation 8420 : Comète Giacobini-Zinner. Sa position est intéressante pour une photographie grand champ car elle est à peine à un demi-degré avant de passer sur M35 le bel amas ouvert des Gémeaux. Le centre et la coma de la comète sont plutôt faibles tandis que sa queue étirée est faible à perceptible et diffuse. Le noyau a été placé à 4h44. J'ai essayé plein de grossissements à savoir 75X, 109X et 218X. Le froid s'accentue et j'ai mis mes gants. Je termine la nuit sur une petite galaxie d'Andromède Observation 8421 : NGC662. J'observe cette galaxie condensée à 150X où elle m'apparaît très faible à VI1 avec l'étoile brillante dans le champ qui gêne. L'aube semble poindre. Un hibou et son chant régulier sont assez proches et m'agacent un peu pendant 5 minutes à cause de cette régularité. Le camion de lait est passé aussi, je suis allé me protéger les yeux plus loin. Je remballe avant l'aube effective car aujourd'hui je dois passer à la banque pour envoyer mon virement au Chili afin de payer mon séjour du mois de novembre. Voilà pourquoi je n'avais pas pris le Dobson de 508 cette nuit car sinon je n'aurais pas pu dormir beaucoup avant d'aller à la banque.
  22. [APPEL POUR UNE OBSERVATION]

    Bonjour à tous Voici une suggestion pour un petit jeu astronomique et planétaire. L'idée principale est d'organiser une observation globale de la comète 46P Wirtanen un peu partout dans le monde et au même moment. L’observation : Partout dans la partie du monde plongée dans la nuit, à la même date et à la même heure, il est demandé d’indiquer la position du pseudo-noyau de Wirtanen devant l’arrière-plan stellaire. La date et les heures sont le samedi 29 décembre à 5h15, 5h30 et 5h45 TU, attention c’est en temps universel. J'ai choisi le 29 décembre à cause d’une Lune distante, pas trop brillante, et d’un bon champ comprenant des étoiles de référence, dans la constellation du Lynx, relativement bien visibles. La couverture de la zone de nuit est indiquée ci-dessous, principalement des îles Hawaï à l’Europe centrale, l’ensemble du continent américain est complètement couvert du Cap Horn à l’Alaska. Bien entendu cela se fera par ceux pour qui les obligations familiales ne sont pas trop contraignantes et si le temps le permet, deux gros "si" durant cette saison, et tout particulièrement dans l'hémisphère nord. L’exercice consistera à indiquer le plus précisément possible la position du pseudo-noyau par rapport aux étoiles en arrière-plan dans un champ de 30'. Mais pas via des photos! Nous sommes des dessinateurs, non ? Avec cette information et la méthode de la parallaxe, nous pourrons calculer en première approximation la distance de la comète. Ce sera une distance très arrondie, bien sûr, nous ne sommes ni l’ESA ni la NASA! Cependant, nous avons déjà fait 2 tests, un avec trois observateurs deux au Québec, André et Claude et moi en Provence et un autre test avec Frank en Arizona, Michael en Virginie Occidentale et moi. Ces deux expériences donnent des résultats très intéressants! Pour le dernier, le calcul moyen était même étonnamment proche de la réalité! Nous pouvons réaliser l’exercice de deux manières: soit pointer 3 fois le centre de la comète sous forme de 3 «X» (un toute les 15 minutes) sur la carte donnée ici, soit beaucoup mieux, esquisser le champ montrant les étoiles repères ainsi que le déplacement de la comète, comme j’imagine vous le faites toujours dans ce forum!? Si vous y arrivez, il restera à me communiquer le croquis, votre latitude, longitude et altitude. La prochaine phase sera le calcul et ensuite, peut-être une surprise… Alors, qui veut essayer? Beau ciel à vous tous Michel
  23. 7 dessins : 8376 à 8382. Dobson 508/1920 Il fallait bien que ça arrive, cette dernière nuit avant le départ. Je dors jusqu'à minuit et quart et suis opérationnel à 1h, soit 10 minutes après le coucher de la Lune en premier quartier, que je voulais éviter. Le ciel est bien dégagé après l'orage de l'après-midi avec toutefois quelques nuages à l'horizon nord. Je commence par la planète rouge au généreux diamètre mais basse donc lourdement affectée par la turbulence. Observation 8376 : Mars dans le Capricorne. 631x. Yves du club d'Ivry et Bernard B. sont passés. J'enchaîne sur 3 nébuleuses planétaires des fiches de Michel Nicole, dans autant de constellations d'été différentes, Lyre, Dauphin et Cygne. Observation 8377 : PK55+16.1. 138x, 201x, 85x. Cette nébuleuse de la Lyre répond bien en Oxygène 3 mais pas du tout en HBêta où seule l'étoile centrale perce. Elle est soupçonnée sans filtre Oxygène 3 et confirmée avec, cette nébuleuse faible à très faible en Oxygène 3. L'étoile centrale reste visible avec ce filtre, et est notée faible sans filtre. Au filtre, elle semble un peu ovale à 201x, et ne révèle pas d'autres détails. Cette nuit s'avère plus sèche que celle d'hier, en conséquence le chercheur ne sera pas du tout embué, quel plaisir! Mars se couche à 2h30 dans l'Aups. Observation 8378 : PK59-18.1. 138x, 201x, 85x. Soupçonnée à 85x sans filtre, mais incertaine, elle se situe dans le Dauphin. Je la vois sûre à 85x et avec une bonne réponse au filtre Oxygène 3. Elle s'efface en HBêta. Elle supporte mal les forts grossissements, étant très effacée à 201x. Optimale à 138x, elle montre alors une forme de demi-cercle. Observation 8379 : PK86-8.1. 85x, 631x, 1262x. Elle a été repérée grâce à son apparence un peu floue à 85x et aussi en blinking Oxygène 3. Elle envoie un peu de signal en HBêta et crache bien en Oxygène 3. La turbulence moyenne à 631x m'encourage à doubler la mise mais elle devient mauvaise à 1262x. Cette nébuleuse du Cygne a vraiment une forme bizarre, qui évoque une galaxie spirale pour le tronc principal, avant de percevoir les 2 pointes opposées. Une sorte de petite bête à 4 pattes trotte donc là-haut! En Oxygène 3, les condensations internes s'affinent et ressortent mieux, et les pointes s'atténuent un peu. Je ne perçois pas d'autres détails, néanmoins c'est un petit joyau de découvert! J'observe une poignée de galaxies Arp dans la Baleine jusqu'à l'aube. Observation 8380 : IC298 et IC298A. 276x, 402x. C'est Arp 147 , le fameux "10 dans le ciel" de la photo de Hubble. Et une grosse déception pour ma part. Je comprends pourquoi j'avais échoué par 2 fois pour le voir. J'avais repéré sur une photo le cheminement d'étoiles pour arriver pile dessus. Et qu'est-ce que je vois au final? Déjà l'étoile repère à côté est VI1-2. L'objet est bien plus dur que ce que je croyais pour sa magnitude de 14.3, juste quelques glimpses d'une tache floue à la limite VI5, collée à cette étoile. 276x est le meilleur grossissement pour les repérer, 402x assombrissant trop le champ, l'oeil s'y perd alors pour accrocher l'étoile repère. On ne peut pas gagner à tous les coups avec le catalogue Arp! Observation 8381 : NGC145. 201x, 276x, 85x. Après la déception du 10 dans le ciel, je renoue avec une belle observation de galaxies Arp avec ce 19ème membre du catalogue. Considérablement faible à 85x, il explose de détails à plus fort grossissement, montrant sa barre centrale grumeleuse avec noyau vu par intermittences en vision décalée. Un bras VI2 s'enroule, un autre VI3-4 se déploie à l'est du noyau. C'est beau! Observation 8382 : NGC497. 85x, 276x. Je termine la nuit et ce séjour avec Arp 8. La galaxie est faible à 85x et diffuse dans l'aube. Dans ces conditions de jour naissant, ce n'est pas évident d'y voir des détails. Des chouettes restées silencieuses pendant la nuit noire se manifestent vers l'aube. L'humidité a fini par se manifester sur les affaires mais rien n'a atteint les surfaces optiques (miroirs ou lentilles). Je remballe la partie haute et le miroir primaire avant d'aller dormir à 6h. Au revoir, Valdrôme! Les prochaines vacances feront date, 2 semaines astro-australes précédées d'une semaine de visites touristiques au Chili, en octobre-novembre. Mais avant ça, les CROAs de ce bel été indien!
  24. 11 dessins : 8365 à 8375. Dobson 508/1920 Je prends quelques photos d'ambiance cette nuit qui sera marquée par une forte humidité. Le croissant lunaire de 30% se tient à côté de Jupiter. J'observe d'abord 2 amas ouverts de l'Ecu de Sobieski. Observation 8365 : NGC6664. 85x, 138x. Il est riche, avec une curieuse disposition des étoiles les plus brillantes sur 2 flancs à angle droit. Je subis un premier passage de nuages. Observation 8366 : NGC6631. 138x. Cet amas tout en longueur montre bien ses étoiles faibles bien qu'un nuage gêne pendant ce dessin. Nous entendons la fête de la colonie de vacances, bien sonore sous le teepee dans le vallon de la station. Elle se finit à 23h, rendant à la nuit sa quiétude. Le télescope de 508 est ensuite pointé vers des galaxies du catalogue Arp dans Hercule. Observation 8367 : NGC6052. 85x, 276x, 402x. C'est Arp 209, vu dès 85x. Elle semble déjà hétérogène à ce grossissement, ce qui est évident à plus fort grossissement, avec cette forme de C parcouru de nodosités perceptibles à 402x. La galaxie considérablement faible est condensée. Observation 8368 : UGC10310 ou Arp 2. 138x, 201x, 276x. Cette galaxie est ténue, difficile à détaillée, VI1 et assez indistincte. A 1h30 d'autres nuages traînent sur l'Aups. Afin d'éloigner la menace, j'enchaîne quelques galaxies Arp dans Pegase. Observation 8369 : NGC7678 ou Arp 28. 85x, 201x, 276x. Assez faible à 85x et bleuôtée, elle a un centre très faible, un bras VI2 avec des nodosités. Le reste est diffus, VI4 à 5. A 2h je ressens les premiers signes de fatigue. Observation 8370 : groupe de NGC7578. 276x, 402x. Ce groupe difficile est Hickson 94 mais aussi Arp 170. NGC7578A très faible, PGC70836 vue VI3 à 4, et PGC70943 vue VI2 escortent la faible NGC7578B. A 2h30 je dois désembuer le miroir secondaire avec le sèche-cheveux mais ne peux rien pour le papier à dessin mouillé. Je suis le seul levé. Observation 8371 : NGC7588. 276x. Elle fait comme une très faible étoile floue. Observation 8372 : NGC7597/98/602 276x. Le trio contient NGC7597 faible à très faible, NGC7598 très faible, et NGC7602 faible et petite. La buée est incessante à 3h50. Observation 8373 : NGC7625 = Arp 212. 276x et 402x. Je la vois immédiatement, assez brillante et bleutée à 85x. Sa structure spirale asymétrique se pare de 2 nodosités en grossissant. Les galaxies de la Baleine m'accompagnent jusqu'à l'aube à 5h. Observation 8374 : NGC45. 201x et 138x. Trop sombre à 201x, elle est optimale à 138x, très diffuse et peu contrastée. Observation 8375 : NGC59. 85x, 201x. Elle est vue considérablement faible à faible à 85x, diffuse. Je dois me reposer dans l'auto 30 minutes avant d'avoir la force de ranger les affaires dégoulinantes d'eau.
  25. 9 dessins : 8348 à 8356. Dobson 508/1920 En début de nuit, Georges anime pour le public de 7 à 8 personnes. Laurent, le dernier des Mosellans, fait les 100 pas près de moi. Je l'envoie tourner un peu plus loin, je risquais de lui donner involontairement un coup de cage secondaire en tournant le télescope dans l'obscurité de la nuit. En préambule, je vise un amas globulaire d'Ophiucus. Observation 8348 : NGC6356. Il m'apparaît assez brillant et bleuté à 85x. Ses étoiles sont très faibles à perceptibles à 276x. Je me dépêche d'observer ensuite un amas ouvert du Sagittaire, qui va se coucher dans la montagne de l'Aups. Observation 8349 : NGC6540. Je l'explore à 201x, partiellement résolu et laiteux avec ses étoiles qui ressortent faibles à perceptibles. Je tente aussi Mars encore bien grosse après son opposition de fin juillet mais si basse. Observation 8350 : Mars. Encore située dans le Capricorne avec un diamètre confortable de 23.3", elle est victime de la forte turbulence. Le filtre rouge 23A permet d'en tirer quelque chose à 631x : une zone autour de la calotte polaire et une bande irrégulière sur la surface (Mare Cimmerium /Thyrrenum?). Je passe une demi-heure à dormir dans l'auto. Bien revigoré, je suis d'attaque pour regarder les faibles galaxies de l'amas Abell 2197 d'Hercule. Observation 8351 : NGC6184. Elle est faible, condensée et en même temps diffuse à 201x. Là une explication est nécessaire : elle est condensée par sa luminosité concentrée vers la zone centrale, mais diffuse par ses bords évanescents et flous. Observation 8352 : NGC6180. Je la vois faible à 201x, accompagnée de PGC58397 vue 100% du temps mais en vision décalée (VI1). Observation 8353 : NGC6175. La NGC faible à très faible et diffuse est escortée de 2 galaxies PGC58373 vue VI1 et nette et PGC58378 à 201x. Observation 8354 : NGC6173/74. NGC6173 est considérablement faible à diffuse et NGC6174 (=PGC58350) très faible à VI1. PGC58377 vue VI3 complète ce duo. Grossissements de 201x et 276x. A 3h30 elles sont trop basses pour que ça vaille le coup de continuer à les observer. Thomas et Georges remballent. Voici l'objet phare de cette nuit, nébuleuse planétaire connue de la Baleine. Observation 8355 : NGC246. Vue très faible au chercheur 9x50, elle répond fortement au filtre OIII et faiblement en HBêta à l'oculaire du 508. Je note une coloration verdâtre pomme sans filtre à 85x sur ce disque irrégulier assez faible. La forme générale type mortadelle ou crâne est déjà bien visible sans filtre. Elle est complexe à détailler à 201x et 138x et devient ciselée en OIII, magnifique! Fatigué à 4h40, je termine toutefois par une galaxie du Sculpteur dans l'aube. Observation 8356 : NGC150. Assez faible à considérablement faible à 201x, diffuse, elle résiste suffisamment longtemps à l'arrivée de l'aube pour que j'y soupçonne un bras, confirmé le lendemain par les photos. Je note aussi sa coloration bleuôtée ciel. Il faudra que j'y revienne en pleine nuit. Thomas puis Georges démontent leur télescope (chacun a son 400).