Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Galaxie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Astronomie
    • Astronomie générale
    • Astronomie pratique
    • Observation visuelle
    • Astrophotographie
    • Spectroscopie et photométrie
    • Le coin des débutants
    • Rencontres et évènements
    • Coopérations Pro-Am
    • Nouveaux produits
    • Vu sur le Net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • La vie des forums
    • Tests
    • Bêta tests
  • Forum de RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord
  • Forum de Ciel profond en mode rapide
  • Forum de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Forum de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Informations du groupe de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Forum de Le Sony A7s pour tous !
  • Petites annonces de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Forum Région Centre de Astronomie Région Centre
  • Forum de Les Académiques d'Astrosurf

Catégories

  • Acquisition/Traitement d'images
  • Ephémérides et Cartographie du ciel
  • Simulation et calcul en optique

Catégories

  • Ventes
  • Achats
  • Services

Catégories

  • Instruments
  • Techniques d'observation
  • Lunettes
  • Télescopes
  • Observation
  • Traitement d'image

Catégories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada
  • Jordanie

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Calendrier astronomique
  • Rencontres et évènements
  • Évènements de RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord
  • Évènements de Astronomes amateurs en Occitanie
  • Évènements de Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d
  • Évènements de Astronomie Région Centre

293 résultats trouvés

  1. NGC 5529 est une galaxie de magnitude 11.9 de la constellation du Bouvier vue par la tranche avec une bande de poussière proéminente. Elle est classée comme une galaxie Sc, mais il semblerait qu'elle soit de type spirale barrée. Son renflement en forme de cacahuète est bien apparent en image optique. À une distance de D = 43,9 Mpc cette galaxie est physiquement très grande (diamètre, D = 81 kpc). Cependant, son taux de formation d'étoile est modeste, de 1 à 3 masse solaire par an. NGC 5529, le 22 mai 2018 C11 Edge HD Réducteur de Focal x0.7 16 poses unitaires L 150 s, 13 R, 14 B, 10 G ATIK 4000 MM Traitement "bio" chers à @M28 (Pixinsight "pur" sans photoshop) Les galaxies vues sur la tranche fournissent un élément d'étude important pour comprendre les conditions physiques qui régissent l'interface disque-halo. Cette région critique sépare deux environnements très différents sur une distance verticale relativement petite et elle joue un rôle important dans l'équilibre énergétique d'une galaxie ainsi que son évolution chimique, car les écoulements du disque (les "fontaines" circulantes), ainsi que potentiellement de la matière externe pouvant "couler" vers le centre, peuvent être impliqués à un moment ou à une autre dans l'évolution des galaxies. L'étude des galaxies proches vues par la tranche a permis de mettre en évidence la variété des composants du milieu interstellaire (Interstellar Medium = ISM) au-dessus de leur disque. En effet, tous les composants du milieu interstellaire ont pu y être détectés d'une manière ou d'une autre (poussières, gaz moléculaires, hydrogène neutre (HI), gaz ionisés diffus extra-planaires (extra-planar diffuse ionized gas : eDIG, détectés par étude Hα) et gaz chauds émettant des rayons X), parfois tous à la fois. Chacun de ces composants est retrouvé sous la forme de discrètes structures verticales au disque-halo, évocatrices d'écoulements. Le papier référencé ci-dessous s'est attaché à étudier plus particulièrement l'émission des HAP (Hydrocarbure Aromatique Polycyclique) à partir d'observations dans l'infrarouge moyen (MIR) du halo de NGC 5529. Les HAP proviennent de plusieurs origines, dont l'enveloppe "poussiéreuse" des étoiles, notamment celles de type AGB évolué (étoiles apparetenant à la branche asymptotique des géantes - en anglais, asymptotic giant branch ou AGB - qui est une région du diagramme de Hertzsprung-Russell occupée par des étoiles de masse faible à moyenne (de 0,6 à 10 masses solaires)). AUjourd'hui, il a été confirmé que les HAP sont aussi des produits de dégradation, mais ce papier le concluait, en observant sur si les HAP étaient liés aux étoiles AGB, ils auraient du résider dans les disques des galaxies plutôt que dans leur halo, à moins qu'une distribution d'étoiles AGB au sein des halos soit à l'origine des HAP. Or la distribution verticale et/ou en arcs connectées aux disques tendait à prouver que les HAP du halo étaient éjectés du disque de la galaxie sous-jacente (une origine de type stellaire "AGB" pure au sein du halo se serait traduiy par une distribution plus uniforme). Distribution des PAH autour de NGC 5529 à λ 6.75 µm NGC 5529 et ses satellites proches (les autres galaxies dans le champ sont beaucoup plus lointaines : Sources : J. A. Irwin, H. Kennedy, T. Parkin and S. Madden "PAHs in the halo of NGC 5529". A&A 474, 461–472 (2007) F. Allaert, G. Gentile, M. Baes, G. De Geyter, T.M. Hughes, F. Lewis, S. Bianchi, I. De Looze, J. Fritz, B. W. Holwerda, J. Verstappen and S. Viaene "HERschel Observations of Edge-on Spirals (HEROES) II. Tilted-ring modelling of the atomic gas disks " Astronomy & Astrophysics manuscript no. HEROES˙II . February 14, 2018 Kregel, M. 'Structure and kinematics of edge-on galaxy disks' Groningen (2003).: s.n.
  2. Bonjour, Voici une autre spirale, située à la limite de la Grande Ourse et des Chiens de Chasse. C'est une galaxie SB éloignée de 120 millions d'AL, vue de 3/4 elle présente une magnitude de 11, mais dans la réalité j'ai trouvé l'objet relativement faible, probablement plus faible que mag 11.0. Le coeur est ponctuel et lumineux, la barre n'est pas très visible je trouve. Le disque interne est parcouru par des zones poussiéreuses. J'ai posé 22 x 5mn à 0.5"/pix en Région Lilloise le mois dernier. Traitement Iris et PS CS2. image 2000 pix : Amicalement Christian http://www.astrosurf.com/chd
  3. Bonjour à tous L'équipe CIEL AUSTRAL ( JC Cannone, Nicolas Outters, Didier Chaplain, Philippe Bernhard, Laurent Bourgon) vous présente CENTAURUS A au CDK20 (500mm) depuis l'Observatoire El-Sauce au Chili 42h de posse essentiellement en Ha pour sortir les jets. La FULL et les détails techniques sont sur ce lien Merci L'équipe Ciel Austral
  4. Bonjour, Voici un couple de galaxies vues en perspective, situées dans les Chiens de Chasse à 170 et 260 millions d'AL. Ngc 5351, à droite, est à magnitude 12.1 tandis que la plus éloignée brille à m14.8. Elles occupent un angle apparent de 2.9 et 1.2' d'arc. Ce sont des spirales barrées interessantes à imager, j'en garde un bon souvenir, l'acquisition date de Mai dernier depuis la région Lilloise. J'ai posé 22 x 5mn avec la ST10XME à 0.5"/pix sous un seeing correct <=2" d'arc et un ciel à SQM 19.45. Traitement Iris et PS CS2. image 2000 pix : Amicalement Christian http://www.astrosurf.com/chd
  5. bonjour à tous, samedi sous la pluie alors on traite une image en retard (j'ai encore du stock ) : voici ngc4699 dans la constellation de la vierge faite le matin du 8 Mars dernier depuis l'observatoire sirene sur le plateau d'Albion. Une galaxie dont j'ai pas trouvé beaucoup d'images amateurs donc, mes yeux étant ce qu'ils sont , voici mon interprétation C8/GP-DX + réducteur 0.5 optec + filtres LRVB astronomik + atik16HR autoguidage en // avec fs60c et dmk41 avec phd guiding L : 12 x 300s avec artemiscapture en binning 1x1 RVB : 7 x 90s avec artemiscapture en binning 2x2 prétraitement imageviewCA, DSS traitements iris, photoshop, regim a+ stéphane
  6. 10 dessins : 8132 à 8141. Dobson 508/1920. J'ai passé la nuit entière dans la Grande Ourse assez délaissée récemment. Notons notamment M81 et ses spires, bien mieux vues que sur le précédent dessin dans le Lot à Saint-Simon! Je sacrifierai aussi un peu de temps à quelques photos d'ambiance et des constellations cette nuit. Je commence par des galaxies vers M81 puis sur la carte 47 de l'Uranométria vers delta Ursa Majoris (mijotant dans la Casserole). Observation 8132 : M81. 85x, 138x. Ele est bleue ciel et brillante à centre proéminent. Je remarque assez facilement une spire nette faible à perceptible, l'autre floue VI2 à 5. Elles sont surtout vues à 85x, et leurs détails sont décortiqués à 138x pour la plus nette. Observation 8133 : NGC3077. 138x, 85x. Ca faisait longtemps que je n'avais pas rendu visite à la voisine moins reluisante des 2 célèbres Messiers M81/82. Et pourtant cette friandise est plutôt brillante, très diffuse, bleuôtée ciel. Observation 8134 : NGC2805. 201x, 138x. Celle-ci est très faible, peu contrastée, très diffuse. Fait intéressant, son halo plus étendu à 138x s'efface à 201x. Observation 8135 : trio de NGC2814. 201x, 276x. NGC2814 est faible, et montre des nodosités VI3 à 5. NGC2820 très faible dévoile aussi des nodosités de même difficulté que l'autre. IC2548 est très faible. Ce trio est intéressant, avec 2 galaxies détaillées vues par la tranche. Observation 8136 : NGC3471. 201x, 276x. Elle est considérablement faible. Observation 8137 : NGC3729 201x, 276x. Plutôt faible à plutôt brillante, elle semble spiralée barrée. Son centre discret est vu uniquement en vision décalée. Observation 8138 : NGC3718 et Hickson 56. 85x, 138x, 201x, 276x. Ce dessin est une dédicace à la fiche d'observation de Michel Nicole, qui m'a fait découvrir ce champ que se partagent une galaxie structurée et un petit groupe plus faible dans le même champ. NGC3718 se trouve elle-même à un champ d'oculaire de NGC3729. Elle est considérablement faible, les spires sont mieux vues à 85x et 138x, difficiles VI3 à 5. Les bandes sombres sont encore moins évidentes, vues mieux à 201x mais finalement mal placées par rapport aux photos. Dans Hickson 56, je vois 4 galaxies sur 5, UGC6527 faible à très faible, PGC35631 VI3, PGC35618 très faible, PGC35615 VI1. Ce champ est riche mais dur car les détails sont subtils. Je m'octroie 20 minutes de repos après ce dessin vers 2h30. Puis, inspiré par une autre fiche d'observation de Michel, je commence un dessin de NGC3079 dans les pieds de l'Ourse mais le ciel se voile par l'est. Dommage, elle semblait bien détaillée et torturée. Ca pourrait expliquer pourquoi le quasar double de cette fiche m'est resté caché en examinant ce champ, même à 402x. C'est l'un des mirages gravitationnels les plus faciles à voir, à magnitude 16 toutefois. J'arrête à 3h39 (dixit mes notes) car le ciel est trop dégradé. Je passe le temps avec une heure de sieste dans l'auto. A 4h45 ça s'améliore, mais la galaxie tentée avant la dégradation est trop basse. Il faut passer à plus haut, j'en oublierai de la redessiner lors des nuits suivantes. Je retourne sur la carte 47 de l'Uranométria jusqu'à ce que l'aube en efface les galaxies. Observation 8139 : NGC4284/90. 201x. NGC4284 est très faible et son noyau est VI3. NGC4290 est faible, avec une étoile dedans et sa barre centrale est perçue en vision indirecte. A plusieurs reprises, j'ai entendu un braiement d'âne vers le village puis l'aboiement d'un chevreuil au Sud. Mais les intervalles temporels étaient trop espacés pour envisager une conversation entre les 2 ongulés. Observation 8140 : NGC4358 et 62. 201x, 276x. NGC4358 est faible à très faible et condensée. NGC4362 est très faible, moins contrastée que sa voisine. Observation 8141 : NGC4335. 201x, 276x. NGC4335 est faible assez condensée, plus étendue à 201x, et je remarque la galaxie PGC40243 VI3 à côté. Elles s'effacent dans l'aube. A l'aube j'ai encore le temps de prendre des photos des constellations vers le Sagittaire avec Mars et Saturne devant.
  7. Bonjour On trouve le "mini Sombrero" dans les Chiens de Chasse, Ngc 5403 est une spirale barrée de magnitude 13.3 et de 3' d'arc. C'est vrai que son profil, sa bande de poussière et son bulbe prononcé apportent une certaine similitude avec M104, je ne l'avais pas encore dans ma petite collection et le C11 fut donc sollicité. L'image date de Mai dernier, acquise sous le ciel de la banlieue Lilloise. Le petit compagnon forme un angle droit avec l'axe de la galaxie principale, ce n'est pas sans rappeler l'orientation des galaxies de l'amas de la "boite". J'ai posé 21 x 5mn sous un seeing correct, <= 2.0" d'arc. Un bon moment d'amusement avant que les nuits deviennent trop courtes et peu exploitables depuis le Grand Noooord... Et pi en ce moment il faudrait un bon paratonnerre ainsi que des bouées pour le C11. Traitement Iris et PS CS2 Image 2000 pix : Amicalement Christian http://www.astrosurf.com/chd
  8. NGC 5746

    Bonjour le groupe! Pendant que tout le monde a les yeux rivés sur les planètes, je traite mes images de galaxies du printemps... Voici donc NGC 5746 et sa petite voisine NGC 5740, dans la Vierge. Jolie paire de spirales, avec la plus grande par la tranche et l'autre presque de face. 91 x 5 minutes, TEC 140 F7, Atik 460ex couleur. Autres éléments au bas de l'image. En cliquant dans l'image (insister au besoin) on finit par la voir à 80% de la taille d'acquisition. Bon visionnement! Daniel
  9. Ngc4274 au CTA320

    Salut à tous Voici une image faite en Mai dernier et que j'ai un peu oublié dans mes posts... Il s'agit de la spirale Ngc4274 situé dans la Chevelure de Bérénice. ChristianD l'a récemment postée avec une meilleure définition grâce à sa surveillance en continu du seeing pendant ses acquisitions, dans mon cas, mode plus tranquille : acquisition pendant mon sommeil je n'ai même pas paramétrer le refocus automatique pour cette image ... Avec ma méthode, j'obtiens en moyenne sur la Luminance 2.4", j'aurais pu faire certainement mieux mais bon cela ne sort pas trop mal au final. Côté acquisition : Newton de 320mm et Barlow ASA x1.8 Luminance 22 poses de 10 minutes en 1x1 Couleurs R 4x600s G 4x600s B4x600s en 2x2 @+ Christian
  10. M101 à l'OFXB

    Coucou tous, voici une petite image faite en avril à l'OFXB avec une Atik 460EX sur une lunette CFF 160 F6.56 Rien de transcendant, c'était pour faire un peu d'image avec la lunette et profiter d'un peu de beau avant les vacances. Pas de guidage, juste le mode "Paramount" (modèle de pointage + PEC mais ça merdouillait un petit peu) Binning 2x2, posese de 3 minutes, et il y en a 40. Prétraitement avec Pixinsight (basique, j'ai eu des petites surprises avec les pixels chauds et froids donc merci Nico pour les petits rappels) Ce sera à refaire ... en couleur ... avec le 500 F3.3 ^^ Là, on essaiera de s'appliquer correctement, ça vaudra la peine PS : c'est lent un instrument à f6.56, surtout quand on sort d'un RASA
  11. ABELL 2151

    Bonsoir à tous, Voici une " Tranche de Ciel " de début mai, plongée dans Abell 2151, l'amas d'Hercule à quelques 500 millions d'al... A coté quoi ! TSC225 (1990) Carbon @ F/7.15 soit 1609mm de focale et 1.15" asp - Réducteur 0.63X - JMI" NGFs" + RoboFocus, map avec FocusMax V3.8.0.20 - Pilotage de la CCD avec MAXIM DL - monture NJP 160( 1992) + Transmission poulies / courroies+ moteurs Nanotec alimentés en 24V + contrôleur BOEXDOERFER ( Tuning by AXIS) . - Dithering 1.5 pixels entre chaque image ( L et RGB) - RGB en séquences RGB-RGB... - pointage GoTo avec The Sky - Contrôle à distance via TeamViewer + CPL - Caméra CCD SBIG ST8 XME @ -25°C + Water-Cooling. Glacière, eau fraîche ( pas de bière...) , pompe d 'aquarium pour maintenir le capteur à la T° requise et le cooler à 70/75% L: 30 X 10mn B 1X1 R: 15 X 5mn B 2X2 G: 15 X 5mn B 2X2 B: 15 X 5mn B 2X2 8 heures 45mn d'acquisition les 6/05; 07/05 et 08/05, dont 5 heures en L en 2 cessions. Un peu de lune, sans conséquence grave sur les gradients Seeing pas exceptionnel, fluctuant, température en journée autour de 26 à28°C, la nuit entre 17 et 11°c, beaucoup d'écarts... Prétraitement DSS, Drizzle 3X, couleurs REGIM et CS3, LRGB + cosmétique CS3 Légère déconvolution sur les L. L'image En espérant qu'elle vous plaise Toute mes félicitations à celui ( ou celle) qui trouve l'origine de l'inspiration du Slice of Sky ( bon c'est pas dur non plus...) Olivier
  12. Voie Lactée Andine

    Bonjour à tous, Voilà un cliché que j'ai pris à l'occasion d'un voyage au Pérou en mai 2018, dans la Cordillère des Andes, à 3400m d'altitude près du canyon de Colca. Par chance, la Lune ne se levait qu'en milieu de nuit... J'ai, pour ça, utilisé une Star Adventurer, la constellation de l'Octant étant derrière les montagnes, et ma connaissance du ciel de l’hémisphère Sud étant nulle ou quasi, la mise en station a été faite de façon approximative, limitant les temps de poses et les focales utilisées. Une première photo combinant 23 poses de 55s chacune, au D800 + sigma 20mm à F1.4 ! Traitement sous PixInsight, finitions sous PS. Le côté droit est affecté par de la coma + un peu de bougé, mais compte tenu des conditions précaires, j'aurais difficilement pu mieux faire. En espérant que cela vous plaise !
  13. Connue et archi-connue de vous tous, qui la connaissez certainement beaucoup que moi, rien de bien nouveau dans cette image que je fais pour le plaisir et surtout pour m'entraîner techniquement sur PI... La voici dans l'intégralité de son champ. M51 (ou NGC 5194), est l'un des grands classiques des galaxies spirales. Entrée en interaction "récemment" avec sa galaxie satellite, NGC 5195, les interactions engendrées ont conduit à une formation accrue d'étoiles du fait des forces de marée par vagues de compression de densité du milieu interstellaire. Toutes ces galaxies en interaction sont en fait de très bons candidats de recherches. Astro-Physics RH-305 + SBIG STX-16803 +A-P 1600 Astrodon Filtre L Tru-Balance Gen2 série E, 50 mm : 18 x 600 s Astrodon Filtre R Tru-Balance Gen2 série E, 50 mm : 16 x 600 s Astrodon Filtre G Tru-Balance Gen2 série E, 50 mm : 15 x 600 s Astrodon Filtre B Tru-Balance Gen2 série E, 50 mm : 18 x 600 s Astrodon Filtre Narrowband H alpha 5nm, 50 mm : 31 x 1200 s Et des études rigolotes, il y a bien quelques unes sur cette galaxie star. L'incidence de formation de ses étoiles, par exemple, estimée grâce à l'émission de photons ionisés chaque seconde par la galaxie, serait de 7 étoiles environ par an au niveau des bras et du bulbe (régions les plus chaudes). La modélisation temporelle de M51 avec sa rencontre avec montre comment s'est passé sa transition d'un type spirale floconneux à une grande galaxie spirale à plusieurs bras. Sa modélisation en 3D à haute résolution, aussi, qui permet d'étudier l'impact des étoiles jeunes et moins jeunes sur sa température globale, et qui a d'ailleurs mis en évidence que, bien que les étoiles jeunes dominaient dans les longueurs d'ondes à mi-IR (infra-rouge); l'impact des vieilles étoiles n'était plus négligeable à partir de λ 70 μm, et faisait remettre en question les traceurs IR pour déterminer l'activité de formation des étoiles dans les galaxies comme M51. Moins rigolo, plus technique, l'étude de son champ magnétique ... Il a donné lieu à de nombreuses publications. Comme ses deux bras peuvent être suivis sur plus de 360° dans de nombreuses longueurs d'ondes, M51 est historiquement la première galaxie (autre que la notre) dans laquelle ont été détectées des ondes radios et optiques polarisées. Cela a amené à étudier le champ magnétique de la galaxie, notamment au niveau du bulbe, des bras, mais aussi et surtout au niveau des "inter-bras", et de constater un champ magnétique intense entre les bras, d'origine incertaine. L'étude de ses amas (toujours eux !) a montré que le nombre et le taux de formation des amas dans M51 ont significativement augmenté autour d'une certaine période. Cette période est cohérente avec l'époque théoriquement attendue des interactions dynamiques entre NGC 5194 et NGC 5195. On en revient à l'impact de la fusion des galaxies sur les éclosions d'étoiles. Topographie des amas jeunes (au centre) et intermédiaires(à droite) comparativement à la distribution spatiale d'HII (à gauche) Enfin, un type d'objet dont je n'ai pas encore parlé vient de faire le sujet d'une thèse en mai 2018 : les binaires à Rayonnement X (XRB). Un XRB est un système de deux étoiles en orbite autour d'un centre de masse commun. Les XRB sont constitués d'une étoile compacte (trou noir ou étoile à neutrons) et d'une étoile associée (membre de la séquence principale ou évoluée). Lorsque les deux étoiles sont suffisamment proches l'une de l'autre, un transfert de masse se produit entre l'étoile compagne et l'étoile compacte). Les étoiles à neutrons et les trous noirs ayant des champs gravitationnels très puissants, l'objet libère de l'énergie potentielle gravitationnelle sous la forme de rayons X, ce qui explique pourquoi ces systèmes étaient à l'origine nommés XRB. Il existe de nombreuses sous-classes de XRB, mais elles sont traditionnellement classées en XRB de faible masse (LMXB) ou en XRB de masse élevée (HMXB), en fonction de l'étoile compagne. La thèse de 2018 s'est focalisée sur les HMXB de M51 (elle conclut en gros que le seuil de détection de la contrepartie optique des radiosources du corps principal de M51 est encore "faible", de 51 % seulement, (177 sources X vs 90 sources "optiques") et que la répartition des supergéantes est plus proche des bras que celle des étoiles B[e] (cf. infra), ce qui était attendu, étant donné que 1) la formation d'étoiles se déroule principalement dans les bras spiraux, et 2) Les supergéantes ont des durées de vie plus courtes, et, par conséquent, moins de temps pour voyager loin de leur lieu de naissance. Enfin, M51 est même le sujet de tests de diplômes NB : Une étoile B[e] est une étoile de type B avec des raies d'émission neutres "interdites" ou à faible ionisation dans son spectre. Ces étoiles montrent souvent de fortes raies d'émission d'hydrogène, une polarisation optique linéaire et souvent un rayonnement infrarouge beaucoup plus fort que dans les étoiles de classe B ordinaires, appelé "excès infrarouge". Comme la nature B [e] est transitoire, les étoiles de type B [e] peuvent parfois présenter un spectre de type B normal, et des étoiles de type B normales peuvent devenir des étoiles de type B[e]. L'émission "interdite", l'excès d'infrarouge et les autres caractéristiques du phénomène B[e], fournissent intrinsèquement des données sur la nature des étoiles : ces étoiles sont entourées de gaz ionisé qui produit des raies d'émission intenses, de la même manière que les étoiles Be. Bref un objet sublime et intéressant A. Cattapan, A. Pegoraro, Y. H. Zhu 'Star Formation Rate in the galaxy M51" Il Cielo come Laboratorio, 29. A.S. 2010-2011 L. Dobbs , C. Theis, J. E. Pringle , and M. R. Bate "Hydrodynamic Simulations of M51 and the interaction with NGC 5195" Astro-ph.GA. 25 Aug 2009 A. Fletcher, R. Beck, A. Shukurov, E. M. Berkhuijsen and C. Horellou "Magnetic fields and spiral arms in the galaxy M51" Mon. Not. R. Astron. Soc. 412, 2396–2416 (2011) I. De Looze, J. Fritz, M. Baes and Sag-2 consortium "High-resolution, 3D radiative transfer modeling of M51" Galaxies in 3D across the Universe. Proceedings IAU Symposium No. 309, 2014 N. Hwang and M. G. Lee 'Tracing star cluster formation in the interacting galaxy M51" Star clusters: basic galactic building blocks. Proceedings IAU Symposium No. 266, 2009 L. Bichon III " THE NATURE OF THE X-RAY BINARIES IN THE WHIRLPOOL GALAXY M51" HONORS THESIS. Texas State University, San Marcos, Texas. Mai 2018.
  14. Champ NGC 6110 au 360

    Bonjour. Voici une image du champ autour de NGC 6110 situé dans la Couronne Boréale. C'est du ciel profond,on est très loin des images de galaxies proches qui montrent facilement leurs structures, ici les galaxies les plus grosses ont environ une taille de 60" d'arc , soit un petit peu plus gros que le diamètre apparent de Jupiter, les autres ont une taille apparente inférieure à Jupiter, les plus lointaines ne montrent qu'une petite tache floue, les plus faibles détectées ont une magnitude de 20 et un redshift inconnu. Les plus grosses affichent un redshift de 0.030408, ce qui d'après mes calculs donnent une distance de 447 Mal (quelqu'un peu vérifier ?????), je ne suis pas très certain. Cette image a été prise 2 jours après la pleine Lune, c'est un test pour valider certains process de traitement notamment du fond de ciel avec fort gradient. le Traitement a été fait avec Pixinsight et Photoshop. Acquisition : Maxpilote en auto, refocus toutes les 10 poses, seeing exceptionnel chez moi de 1.9" sur les pré images . Composition de 40 x 3 minutes en Luminance bin1, et 11 x 3 minutes en RVB bin 1 également, pas de sélection des meilleures brutes. la version full de 6 MO à visiter pour un meilleur rendu: http://astro.equinoxe.free.fr/images/images_constelations/courone_boreale/NGC_6110_full.jpg l'image réduite pour affichage dans le Forum : Un crop à 140 % sur NGC 6116 c'est la plus belle galaxie du champ : Un autre crop à 140 % sur NGC 6110 : JC.
  15. Acquisitions du 16 mai 2018. Celestron C1 Edge HD. Paramount ME. Atik 4000 MM. - 10 acquisitions unitaires de 150 secondes en filtre L - 10 acquisitions unitaires de 150 secondes en filtre R - 10 acquisitions unitaires de 150 secondes en filtre G - 10 acquisitions unitaires de 150 secondes en filtre B Traitement Pixinsight. Galaxie irrégulière de la Lyre de forme très atypique, NGC 6745 est la résultante de la fusion de 3 (et non pas 2, comme décrit en 2000 sur l'APOD citée dans les sources) galaxies il y a seulement quelques centaines de millions d'années. La plus petite galaxie, "en bas", s'écarte des deux autres, la principale galaxie étant en fait une ancienne galaxie spirale. La résultante est une galaxie de 80 0000 années-lumières de diamètre, située à environ 200 millions d'années-lumières de distance. Bien que sa forme soit déjà intéressante en soi, sa jolie couleur bleue nous révèle d'intenses formations d'étoiles dans sa "traîne". Presque toutes les étoiles se forment au sein d'amas d'étoiles. Pour celà, il faut trois conditions : avoir une quantité et une densité suffisante de gaz, et une température pas trop chaude pour que l'effondrement du gaz se fasse sans entrave (impact notamment du rayonnement X). NGC 6745 a ceci d'intéressant que si les deux premières conditions n'étaient pas remplies, elle a montré que la "violence" des interactions gravitationnelles liées à la fusion de NGC 6745a, NGC 6745b et NGC 6745c a été suffisante pour permettre l'éclosion de nombreux amas supermassifs. L'étude des jeunes amas d'étoiles compacts permet de mieux comprendre la formation et l'évolution des amas galactiques (notamment leurs mécanismes de dispersion) mais aussi en tant que "sondes" de l'histoire de la formation des étoiles, de l'évolution chimique, de la fonction de masse initiale (FMI) et d'autres caractéristiques physiques des ces pouponnières d'étoiles. Et à ce sujet particulier des amas supermassifs, donc, NGC 6745 a eu son rôle à jouer avec ses nombreux amas supermassifs. De tels amas ont été identifiées dans plusieurs douzaines de galaxies, souvent impliquées dans des phénomènes d'interaction. En étudiant l'âge, la masse et la métallicité des amas riches en groupes d'étoiles jeunes de NGC 6745, il a été possible de mieux préciser l'historique de leur formation et leur évolution subséquentes. NGC 6745 contenant une population très significative de "super amas" son observation a conforté le scénario selon lesquels de tels objets se formaient préférentiellement au sein d'environnements d’interactions galactiques extrêmes et l'âge de ses amas étant significativement bas, ceci a conforté la relation entre interactions inter-galactiques et formation d'amas supermassifs. La belle vue par Hubble.... juste magique... Mais je vous reparlerai de tout ça lorsque je vous montrerai une image des "antennes". Amicalement JB Sources : R. de Grijs, P. Anders, N. Bastian, R. Lynds, H.J.G.L.M. Lamers, and E.J. O’Neil, Jr "Star Cluster Formation and Evolution in Nearby Starburst Galaxies: II. Initial Conditions " Mon. Not. R. Astron. Soc. 000, 000–000 (2003) S. S. Larsen "Observational Constraints on Cluster Evolution. Mass Loss from Stars and the Evolution of Stellar Clusters" ASP Conference Series, Vol. 388, 2008 R. de Grijs and A. R. I. Robertson "Arp 116: Interacting System or Chance Alignment?" Astronomy & Astrophysics manuscript no. arp116v3, Sept 2006 APOD du 02 novembre 2000 (18 ans déjà !!)
  16. Hello hello Cette nuit là, j'avais prévu de commencer mon projet de 15h d'images conservées sur la bulle mais les nuages ne m'ont pas lâché. D'ailleurs, depuis ils me lâchent pas Pffffff Donc, j'ai cherché une belle au zénith et direction et la riquiqui M102 que je kif Je n'ai pas travaillé les étoiles sur le FDC car je me suis traité l'image en mode rapide Astrobin m'indique que j'ai IC1098. J'ai cherché et j'ai pas trouvé de distance de la belle Je tourne donc entre 46 et 580 millions d'années lumière hors IC1098 En fin de nuit, le sky c'est ouvert donc j'ai fait un premier test sur la bulle pour voir les réglages que je vais utiliser pour mes futurs snipe. A peluche David Full resolution : https://cdn.astrobin.com/thumbs/Gmnyzb2oZGSA_16536x16536_wmhqkGbg.jpg Et un ptiot 200% sur la belle avec un renforcement NGC5867 est bien visible. Cooooolll Full resolution : https://cdn.astrobin.com/thumbs/wx6uKxTz1byy_16536x16536_wmhqkGbg.jpg Je kif mon first snipe sur la bulle. Coooooollll J'ai conservé un FWHM de 4,5. C'est totalement horrible. J'imagine même pas si j'arrive a conserver sur 15h un FWHM comme d'habitude de 2.75 Je vais surement descendre à 4 voir 3s Full resolution : https://cdn.astrobin.com/thumbs/G9kd1BHydKiF_16536x16536_wmhqkGbg.jpg
  17. Bonjour Cap sur la constellation du Bouvier pour partager 3 petits objets atypiques, ces prises de vues datent de début Mai, images acquises depuis la région Lilloise au C11HD à 2.8 metres de focale et la Sbig ST10XME. Conditions d'acquisitions inchangées : Ciel de banlieue à SQM 19.4 et seeing "calme" <= 2.0". Durée des poses unitaires de 270 à 300 secondes selon la hauteur de l'objet, afin de limiter de bruit photonique. Durée totale des acquisition : 90 à 100 mn traitement Iris et PS CS2; La roue de Segner, Ugc 9425, est un bel exemple d'intéraction entre 2 spirales, c'est également un objet du catalogue Arp. Ces 2 objets de taille modeste semblent tourner comme la roue du célébre inventeur. Image 2000 pix : On trouve Ngc 5600 au sud de la constellation du Bouvier, c'est une spirale quasi ronde... on dirait une nébuleuse planétaire, le coeur de l'objet apparait très perturbé avec des zones de forte activité. Image 2000 pix : Enfin un petit clin d'oeil à cet objet qui est également "unique" par sa morphologie, 2 spirales en collision.. un instantané d'une fusion entre 2 Univers Iles lointains, Ngc 5545 : Amicalement Christian http://www.astrosurf.com/chd
  18. NGC 6657, petite galaxie dans la constellation de la Lyre de magnitude 13.7, de taille 1.0" x 0.6"... Bon, il y a 7840 objets dans le New General Catalogue of Nebulae and Clusters of Stars (NGC), donc évidemment, par moments, je vais peu ou prou tomber sur ce genre d'objets. Ne vous sentez pas obligé de mettre un commentaire hein C'est vraiment pour ma collection de pétouille :)) Je crois que je vais essayer de choisir des objets un peu plus gros tout de même... je ne suis peut-être pas obligé de commencer par les objets les plus petits du NGC ^^ (elle est au milieu de l'image. Si,si). Acquisitions C11 Edge HD, Paramount ME, CCD AD. ATIK 4000 MM. Traitement Pixinsight. Poses unitaires : - 39 poses unitaires de 90 secondes en filtre L, 12 utilisables - 20 poses unitaires de 90 secondes en filtre R, 5 (!) utilisables seulement - 23 poses unitaires de 90 secondes en filtre G, 12 utilisables - 6 poses unitaires de 90 secondes en filtre B, 5 utilisables Comme pour la dernière, aucun papier ne sort sur elle... triste... A la rigueur, elle est citée dans un papier assez original sur les supernovas, qui a consisté à déterminer si les galaxies hôtes de deux classes de supernovas particulières, appelées "objets transitoires inhabituels sous-lumineux" (par rapport aux classes majeures de supernovae) avaient des propriétés particulières. Les SN des deux classes sont riches en calcium ("Ca-rich") mais celles de la seconde, avec des objets tels SN2002cx comme prototype, présentent des vitesses d'éjection plus faibles, et des spectres précoces différents. Cette étude a montré d'importantes différences d'environnement pour les deux classes, les SN de type "Ca-rich" de la classe I surviennent plutôt dans des galaxies dominées par des population stellaires plus vieilles, le delta d'âge entre les hôtes étant de l'ordre de 30 à 50 millions d'années. Bon, pas de quoi casser trois pattes à un canard comme info :)) Personnellement, je ne vois pas trop de différence entre elle et les nombreuses autres galaxies qui l'entourent et notamment PGC62003 : Sources : J. D. Lyman, P. A. James, H. B. Perets, J. P. Anderson, A. Gal-Yam, P. Mazzali and S. M. Percival1 "Environment-derived constraints on the progenitors of low-luminosity type I supernovae", Mon. Not. R. Astron. Soc. 000, 1–16 (2011)
  19. Voici deux autres images, ciel profond cette fois, d'avril dernier au C14 (pas évident ce gros machin en mode nomade) C'est très pratique maintenant d'insérer une image ! Emmanuel
  20. Bon, celle-là, c'est juste de la collection. Aucun data scientifique dessus si ce n'est pour des inclusions dans des études "de masse" des galaxies du groupe local, où elle n’apparaît que comme un numéro dans des listes. Aucune info croustillante dessus, désolé. Pour le plaisir donc, mais aussi pour entrainement du traitement d'image. Il s'agit d'une petite spirale de la constellation de la Couronne Boréale acquise le 15 mai 2018, choisie complètement au hasard dans TheSkyX C11 Edge HD, Paramount ME, ATIK 4000 MM. CCD AP, MaximDL, FocusMax et Pixinsight. 10 poses unitaires de 150 secondes en filtre L 10 poses unitaires de 150 secondes en filtre R 11 poses unitaires de 150 secondes en filtre G 10 poses unitaires de 150 secondes en filtre B Champ complet, à 0.95"/pixel De type Sc (pour rappel, les galaxies spirales se subdivisent selon la proéminence de leur « renflement » central, la brillance de leur surface et le resserrement de leurs bras spiraux. Ainsi, une galaxie Sa présente un gros renflement central, une grande surface lumineuse et des bras enroulés en une spirale serrée. Une galaxie Sb montre un renflement plus petit, un disque plus pâle et des bras plus relâchés, et ainsi de suite pour les types Sc et Sd. Les galaxies barrées sont définies selon le même schéma, respectivement en SBa, SBb, SBc et SBd), elle atteint une magnitude de 13.10. Elle n'est pas très grande (comme le montre le champ ci-dessus qui est toujours le même) : 1.1' x 1.1'... Bon, si vraiment on veut pousser les papiers publiés dans leurs retranchement, on peut noter qu'il apparaît que NGC 6131 présente une combinaison de pics d'émission à 850-µm (submillimétriques) avec à la fois un noyau "brillant" et des pics d'émission au niveau des bras, alors que la majorité des des galaxies spirales présente plutôt deux pics d'émission coïncidant avec les bras spiraux (rarement, un seul pic central). NGC 6131 en mode croppée Les observations submillimétrique permettent d'étudier ce qui se passe au sein des nuages de gaz, les grains de poussière absorbant et diffusant la lumière des astres très efficacement. Chauffés par leur environnement, ils émettent de l’énergie dans l’infrarouge et le submillimétrique. Plus la longueur d’onde est grande, plus on se décale vers l’infrarouge lointain, moins l’interaction avec les grains de poussière est importante, et plus la lumière a la possibilité de s’échapper de l’intérieur du nuage où l’objet céleste lumineux est dissimulé. Parce que les étoiles naissent enfouies dans des nuages opaques de gaz et de poussière, elle sont totalement invisibles pendant leur gestation, d'où l'importance des observations submillimétrique pour l'étude de la formation des étoiles et leur évolution au sein des galaxies. Sources : R. Arthur 'The nearby field galaxy survey' , thèse 2000. C. Vlahakis, S. Eales and L. Dunne "The FIR-Radio Relationship at High and Low Redshift" Mon. Not. R. Astron. Soc. C. Vlahakis, L. Dunne and S. Eales "The SCUBA Local Universe Galaxy Survey – III. Dust along the Hubble sequence" Mon. Not. R. Astron. Soc. 364, 1253–1285 (2005)
  21. Bonjour à tous, Voici NGC 6086 au sein d'Abell 2162. Visible dans la Couronne Boréale, elle a une magnitude apparente de 12,7. Acquise le 15 mai 2018 au C11 Edge HD avec réducteur de focal x0.7 sur Paramount ME, 11 poses L de 150 secondes et 10R 10G 10B de 150 sec chaque, ATIK 4000 MM. Nuit avec quelques voiles, les étoiles ne sont pas parfaitement suivies. Une nouvelle pétouille , mais pourquoi celle-là ? Elle ne paye pas de mine, c'est le moins que l'on puisse dire et elle même moins "jolie" que sa voisine NGC 6085, avec son seul bulbe très lumineux et un halo à peine visible. Oui, mais elle apparaît dans pas mal de publications. Pourquoi elle ? ... L'explication en trois étapes : 1) NGC 6086 est une galaxie elliptique de Type cD, c'est à dire un membre d'objets immenses et brillants qui peuvent mesurer presque 1 Mégaparsec (3 millions d’années-lumière) et c'est la BCG d'Abell 2162, c'est à dire la galaxie la plus brillante de l'amas (Brightest Cluster Galaxy, pas tout à fait mon BCG médical, quoi). Sur la photo suivante, PI a indique quelques galaxies mais si vous regardez l'image en full, il y a en un paquet d'autres : Les BCG comptent parmi les galaxies les plus massives de l'univers. Ce sont généralement des galaxies elliptiques qui se trouvent à proximité du centre géométrique et cinématique de leur amas de galaxies hôte, ce qui se dit aussi "au fond du puit de potentiel de l'amas" (un puits potentiel est la région entourant un minimum local d'énergie potentielle. L'énergie captée dans un puits potentiel est incapable de se convertir à un autre type d'énergie (par ex : énergie cinétique dans le cas d'un puits de potentiel gravitationnel) car elle est captée dans le minimum local d'un puits potentiel). Elles coïncident généralement avec le pic de l'émission de rayons X de l'amas. Les scénarios de formation pour les BCG comprennent: - Cannibalisme galactique : Les galaxies convergent vers le centre de l'amas en raison de la friction dynamique et des effets de marées. - Fusion galactique : fusions galactiques rapides entre plusieurs galaxies lors de l'effondrement d'un amas. - Et (moins probablement) Flux de refroidissement : Formation d'étoiles par flux de refroidissement central dans les centres de refroidissement à haute densité des halos à rayons X au sein des amas. En effet, les amas galactique contiennent du gaz très chaud (entre 10^7 et 10^8 K) et très ténu (densité généralement comprise entre 10-3 et 10-2 particules par cm³), qui émettent des rayons X via le processus de rayonnement continu de freinage. L'étude des populations d'accrétion dans les BCGs n'a toutefois pas permis d'accréditer cette hypothèse, les étaudes réalisées n'ayant pas objectivé de flux de refroidissement dans les amas à refroidissement radiatif. En pratique, les BCG sont les galaxies les plus lumineuses de l'univers actuel. D'accord, mais pourquoi celle-là me direz-vous ? 2) On pense que les trous noirs supermassifs (SMBH ie Super Massive Black Holes) sont omniprésents au centre des galaxies. Les relations d'échelle entre les trous noirs supermassifs et les galaxies fournissent des contraintes importantes sur la compréhension de la formation et de l'évolution des galaxies. Des mesures fiables des masses des trous noirs dans les centres des galaxies (locales) sont nécessaires pour comprendre la vraie nature de ces relations d'échelle (empririque). La masse des SMBH (MBH) est corrélée à la dispersion des vitesses stellaire et à la luminosité des galaxies dans lesquelles ils résident, définissant des "rapports MBH-σ et MBH-L". Ces relations suggèrent un lien fort entre la formation et l'évolution des SMBH et celles de leur galaxie hôte. Mais, malgré leur importance, ces relations sont encore mal définies pour les MBH élevées. OR NGC 6086 a permis, en 2010, la première mesure de MBH dans une galaxie lointaine. Bref, pas franchement jolie, mais utile dans la compréhension des relations entre les Trous Noirs Super Massifs et l'évolution des galaxies. 3) Grâce à l'analyse du profil de luminosité du bulbe notre petite NGC 6086 qui ne paye pas de mine - ainsi que d'autres galaxies dont NGC 1332, NGC 1550, NGC 4486, NGC 4649, NGC 4261 et NGC 4374 - il a été possible de réaliser une meilleure mise en relation entre les déficits de luminosité des bulbes galactiques et les vitesses de dispersion des galaxies d'une part et les masses des SMBH d'autre part (déficit plus grand pour pour les galaxies ayant des vitesses de dispersion plus élevées et des MBH plus élevées). Par ailleurs, elle a permis de confirmer que la taille du noyau était directement corrélée à la MBH (ça peut sembler logique, mais ce n'est pas si évident que ça en fait). Au final, le trou noir qui occupe le centre de NGC 6086 est l'un des plus massifs connus, avec une masse estimée de M• = 3.6 (+1.7 / −1.1) × 10^9 M⊙ soit un paquet de masses solaires (M⊙) .... Alors, vous non plus vous ne la regardez plus de la même manière, si ? Quelques pétouilles autour de NGC 6085 et NGC 6086 zoomées : Sources : N. J. McConnell, C.-P. Ma, J. R. Graham, K. Gebhardt, T. R. Lauer, S. A. Wright and D. O. Richstone "THE BLACK HOLE MASS IN BRIGHTEST CLUSTER GALAXY NGC 6086" ApJ 2011 N. J. McConnell, S.-F. S. Chen, C.-P. Ma, J. R. Graham, T. R. Lauer and K. Gebhardt "THE EFFECT OF SPATIAL GRADIENTS IN STELLAR MASS-TO-LIGHT RATIO ON BLACK HOLE MASS MEASUREMENTS" S. P. Rusli "Central Black Holes in Massive Early-Type Galaxies". Thèse, Munich mars 2012. C.P. Ma, N. McConnell, K. Gebhardt, S. Wright, T. Lauer, J. Graham, J. Murphy, D. Richstone 'Black Holes in Giant Elliptical Galaxies" GSM 2012 conf. B. Aryal, H. Bhattarai, S. Dhakal, C. Rajbahak and W. Saurer "Spatial orientation of angular momentum vectors of galaxies in six rotating clusters' MNRAS 434, 1939–1945 (2013)
  22. Bonjour, Voici 2 objets qui méritent l'attention des amateurs de spirales ... Elles ne sont pas très grandes, en apparence tout au moins, je les sélectionne toutes deux sur ce fil pour leur morphologie très différente. Les conditions d'acquisitions sont inchangées : le C11HD à 2.8 metres de focale et la Sbig ST10XME. Les champ couverts sont de 25' d'arc environ avec une résolution native de 0.5"/pixel. Le seeing du plat pays est correct, inférieur ou égal à 2" d'arc en pré image. Mon ciel de banlieue est toujours à SQM 19.4, ce qui permet des acquisitions mais sans trop forcer sur les durées d'expo unitaires. Les fonds de ciel sont de 1300 à 1500 ADU environ pour un écart type voisin des 30 ADU, cela dans de bonnes conditions de transparence, sur des objets assez hauts et des temps de pose de 300 secondes environ unitaire. Les temps total d'acquisition sont généralement de 100 mn en luminance, c'est selon la magnitude surfacique de l'objet. Traitement Iris et PS CS2. Voici Ngc 4414, c'est une petite spirale de 3' d'arc environ, elle appartient au club des galaxies floculentes. Ses spires sont parcourues par des zones de condensations, des grumeaux, qui lui donnent cet aspect particulier. Image 2000 pix : Voici Ngc 4274, une toute autre spirale, un peu plus grande que la précédente. Ses spires externes très tenues forment un anneau, des bandes poussiéreuses s'enroulent vers un coeur lumineux et ponctuel : image 2000 pix : Amicalement Christian http://www.astrosurf.com/chd
  23. M81 M82 à la FSQ106 + A7s

    Bonjour suis a mon poste sur l'animation de M81-M82 qui a servit sur facebook pour essayer de convaincre une platiste (mort de rire) je vous propose l'image qui en decoule donc pour faire les INF autour de ces deux galaxies, il faut poser plus et surtout avoir un ciel de montagne je me suis resolut de minimiser la "montée" des nuages sombre pour eviter l'explosion du bruit je travaille sur cette image depuis lundi (essais erreur) 400 images de 30s fsq106 sony a7s DOF 111 de chaques piginside et photoshop il y a des centaines et des centaines de galaxies dans cette images) d’après leur taille angulaire on plonge entre 1 et 2 milliard d'Année lumière :))))))))))) si vous voulez jouer : https://goo.gl/dXVGMZ (258 mo!!!) il s'agit de la brute de registration en .fit en 64/192bit Merci pour vos critiques
  24. ngc5905 & 5908 au CTA320

    Salut à tous Petite plongée dans le Dragon avec ces deux galaxies assez différentes. Ngc 5905, spirale barrée de type B, assez difficile à imager et qui nécessite beaucoup de temps de pose pour révéler ses bras délicats... et inversement pour sa voisine, Sb , visible par la tranche à savoir ngc 5908, qui a une luminosité surfacique plus élevée. Cette dernière nous montre un bulbe très brillant la rendant assez similaire à M104 mais en plus petit. Les conditions de prise de vue avec le Newton de 320mm et la Barlow ASA 1.8, n'étaient pas vraiment top. Des voiles d'altitudes m'ont donné des brutes en Luminance assez difficiles à traiter, m'obligeant à obscurcir pas mal de fond de ciel pour ne pas révéler la misère.. Caméra SBIG ST10-XME Luminance : 36 poses de 600 secondes à -15°c (1x1) Couleurs : Couleurs : R 4x600sec, G 4x600sec, B 6x600 sec (binning 2x2) @+ Christian
  25. NGC 4631 la baleine et son balaineau

    Un classique du Ciel Profond NGC 4631 ! Haute, mais dans un ciel peu transparent après le coucher de la lune vendredi dernier ! Seulement 200 poses de 10s gain 350-ddp RL2 sous IRIS ! Meade LX200 12" FD10 (3m de focale ) pas d'autoguidage -ZWO ASI 1600 -bin 2x2 au traitement . Full : http://www.astrosurf.com/pixiel/2018NGC4631.htm Robert