Search the Community

Showing results for tags 'Poses courtes'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Astronomy
    • General Astronomy
    • Practical astronomy
    • Visual observation
    • Astrophotography
    • Spectroscopy and photometry
    • Solar Astronomy
    • The Beginners Forum
    • Meetings-Events
    • Pro-Am Cooperations
    • New products
    • Seen on the net
  • Astrosurf
    • Astrosurf-Magazine
    • All about Astrosurf forums
    • Tests
    • Beta tests
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Forum
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Informations du groupe
  • Le Sony A7s pour tous !'s Forum
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Petites annonces
  • Astronomie Région Centre's Forum
  • Un réfracteur français's Forum
  • Ciel profond en mode rapide's Technique de traitements

Categories

  • Images processing
  • Ephemerids and Skycharts
  • Simulation and calculation in optics

Categories

  • Sales
  • Purchases
  • Services
  • Reporting

Categories

  • Astrophotography
  • Equipments
  • Techniques d'observation
  • Refractors
  • Reflectors
  • Observation
  • Image processing

Categories

  • France
    • (01) Ain
    • (02) Aisne
    • (03) Allier
    • (04) Alpes-de-Haute-Provence
    • (05) Hautes-alpes
    • (06) Alpes-maritimes
    • (07) Ardèche
    • (08) Ardennes
    • (09) Ariège
    • (10) Aube
    • (11) Aude
    • (12) Aveyron
    • (13) Bouches-du-Rhône
    • (14) Calvados
    • (15) Cantal
    • (16) Charente
    • (17) Charente-maritime
    • (18) Cher
    • (19) Corrèze
    • (2a) Corse-du-sud
    • (2b) Haute-Corse
    • (21) Côte-d'Or
    • (22) Côtes-d'Armor
    • (23) Creuse
    • (24) Dordogne
    • (25) Doubs
    • (26) Drôme
    • (27) Eure
    • (28) Eure-et-loir
    • (29) Finistère
    • (30) Gard
    • (31) Haute-garonne
    • (32) Gers
    • (33) Gironde
    • (34) Hérault
    • (35) Ille-et-vilaine
    • (36) Indre
    • (37) Indre-et-loire
    • (38) Isère
    • (39) Jura
    • (40) Landes
    • (41) Loir-et-cher
    • (42) Loire
    • (43) Haute-loire
    • (44) Loire-atlantique
    • (45) Loiret
    • (46) Lot
    • (47) Lot-et-garonne
    • (48) Lozère
    • (49) Maine-et-loire
    • (50) Manche
    • (51) Marne
    • (52) Haute-marne
    • (53) Mayenne
    • (54) Meurthe-et-moselle
    • (55) Meuse
    • (56) Morbihan
    • (57) Moselle
    • (58) Nièvre
    • (59) Nord
    • (60) Oise
    • (61) Orne
    • (62) Pas-de-calais
    • (63) Puy-de-dôme
    • (64) Pyrénées-atlantiques
    • (65) Hautes-Pyrénées
    • (66) Pyrénées-orientales
    • (67) Bas-rhin
    • (68) Haut-rhin
    • (69) Rhône
    • (70) Haute-saône
    • (71) Saône-et-loire
    • (72) Sarthe
    • (73) Savoie
    • (74) Haute-savoie
    • (75) Paris
    • (76) Seine-maritime
    • (77) Seine-et-marne
    • (78) Yvelines
    • (79) Deux-sèvres
    • (80) Somme
    • (81) Tarn
    • (82) Tarn-et-garonne
    • (83) Var
    • (84) Vaucluse
    • (85) Vendée
    • (86) Vienne
    • (87) Haute-vienne
    • (88) Vosges
    • (89) Yonne
    • (90) Territoire de belfort
    • (91) Essonne
    • (92) Hauts-de-seine
    • (93) Seine-Saint-Denis
    • (94) Val-de-marne
    • (95) Val-d'oise
  • France D.O.M
    • (971) Guadeloupe
    • (972) Martinique
    • (973) Guyane
    • (974) La réunion
    • (975) Saint-Pierre-et-Miquelon
    • (976) Mayotte
  • France T.O.M
    • (984) Terres Australes et Antarctiques
    • (986) Wallis et Futuna
    • (987) Polynésie Française
    • (988) Nouvelle-Calédonie
  • Belgique
  • Italie
  • Suisse
  • Espagne
  • Allemagne
  • Tunisie
  • Canada
  • Jordany

Categories

  • Axilone Books
  • Astrosurf-Magazine

Blogs

There are no results to display.

There are no results to display.

Calendars

  • Astronomical Calendar
  • Meetings and events
  • RAGP Rencontres Astronomiques et Gastronomiques du Périgord's Évènements
  • Astronomes amateurs en Occitanie's Évènements
  • Jumelles et Binoculaires le ciel en vision 3d's Évènements
  • Astronomie Région Centre's Évènements

Found 148 results

  1. Filtre Ha & OIII

    Bonjour à tout le monde, J'ai un C11 équipé d'un Hyperstar (focale=560mm) ainsi qu'une caméra Zwo Asi 1600 mc pro (couleur). Profitant d'une (trop) rare éclaircie dans mon ciel belge hier (3ème nuit potable depuis début 2019), j'ai voulu imager avec un filtre Duo Narrowband Ha & OIII acheté récemment. Il s'agit du Optolong L-eNhance 1.25" Ayant peu de temps, je n'ai pas fait de DOF, je ne peux donc pas utiliser Siril ou Pixinsight. J'ai ainsi utilisé DSS pour prétraiter 30 poses de 63 sec sur la Tête de cheval (voir photo jointe où la saturation est à 20%). Cela ne casse pas une patte à un canard ;-) Au vu notamment de ce que je peux obtenir avec un simple filtre anti-pollution lumineuse LPS-D1 Quels sont les paramètres à modifier dans DSS ? Ou alors, j'utilise le fichier autosave.tif et je traite avec Pixinsight ? J'ai besoin de vos lumières. Merci de vos conseils et cieux clairs. PS: au mois d'août, j'ai fait un test avec un filtre Ha Baader f/2. Les images obtenues étaient très bien mais le mixage Ha RVB me posait de gros soucis, bien que j'aie suivi plein de tutos. C'est la raison pour laquelle je me suis dit que filtre Duo Narrowband pourrait m'aider ... Dominique,
  2. Petite ambiance avec étoile filante en one shot depuis Ténérife 13s Sony A7S 6400 iso. Objectif Nikon 24 mm 2.8 qui s'avère être un cul de bouteille sur le A7S. Je suis en train d'acheter une optique un peu plus digne de ce boitier. et il me reste à le dé filtrer. La première image montre M31 et une filante. La deuxième montre l'ile de Gomera depuis Ténerife.
  3. M13 (ED80/Asi224mc)

    Bonsoir, Un autre essai CP rapide en toute modestie. L'amas globulaire d'Hercule alias M13. Avec la 80ED cette fois ci. Et la 224mc pour des poses courtes. Seulement 20min. Film SER avec expo à 850ms et 2s J'ai tout passé à la moulinette Siril et Astrosurface. Les nuages ont sifflé la fin de partie bien trop rapidement à mon goût. Et vu comment la lunette a plongé bas sur l'horizon Nord Ouest pour le choper, je n'ai pas mis toutes les chances de mon côté Pas grave, ça entraîne pour d'autres cibles à venir.
  4. Salut , Tous les ans je fais un petit tour pour voir cette nébuleuse si hypnotique... Cette année j'ai pu tester la QHYIII-290MM avec un echantillonnage serré (0,20''/photosite). Comme l'avais souligné @T450, c'est échantillonnage serré (de quoi écarter les détails entre eux) associé avec des poses courtes (mais pas trop ,il faut de l'info visible pour les trier ensuite! tu as raison @Lucien) qui permettront la résolution de l'objet. Ensuite il faut de la matière , de l’épaisseur, c'est à dire de la dynamique et du niveau dans cette dynamique, pour faire du traitement poussé. Pas d'autoguidage, c'est nuisible pour le fond et la cible. De toute façon autoguider à 0,20'' j'ai pas le matos pour. une petite brute , cropper: une brute de pomme ,bon seeing: une mauvaise : Donc j'ai utilisé la 290MM, exposition 350ms, gain 450, j'ai gardé environ 3h ( 31000x350ms). Et j'ai une session avec la 224mc pour la couleur, exposition 500ms gain 450 , gardé 3h30 (25000x500ms) Les anneaux (la zone verte)(ici 6 mais en vrai il y a 11) .Chaque «anneau» est en réalité le bord d'une sphere, voilà pourquoi ils apparaîssent brillants le long du bord extérieur. Appareils de captures: TN 300MM F4 ,barlow 2.5x. EQ6 (Atlas) QHYIII290MM ASI224MC Logiciels: Pipp Siril (tri , empilement,balance photometrique,deconvo) Photoshop (calque dynamique , filtre passe haut) Astrosurface (deconvolution) Stephane
  5. Hello, Ô miracle hier soir, ciel dégagé, mais pas de lune à se mettre sous le capteur... Donc changement de programme, du CP en poses courtes. Avec le Newton 150-750, Asi224mc, filtre Ircut. On ne s'énerve pas, on prend son temps pour la mise en station, essai d'alignement sur une seule étoile, au hasard ...Vega. Tiens ça marche à peu près, déplacement vers M57 tout près...bingo elle est visible. 1e étape franchie, celle là d'habitude est très compliquée pour moi et souvent me fait regretter de ne pas pouvoir faire de planétaire à ce moment là. 2e étape: voir qq chose à l'écran avec la 224: Gain 400, expo 800ms (merci aux pionniers de la discipline de défricher le terrain avant pour nous): Bon on voit la Lyre youpiiiiii Série de SER de 10 min chacun (600s), le tout pendant 1H. Tout n'est pas traité, loin de là, il me reste Siril à faire tourner. Un truc vite fait sur un des SER de 600s, via As3 puis Astrosurface: Y a des zigouigouis Un passage sur Vega: Je posterai le résultat final ici même, quand il sera prêt ça me plait pas mal finalement. ça manque d'action par rapport à une session sur la lune, avec mosaïque , barlow, etc....mais c'est plaisant. A bientôt
  6. Salut à tous! J'ai voulu mettre le paquet en temps sur cette galaxie! J'ai tenue 8 nuits dessus ! pire qu'un orpailleur cherchant la grosse pépite...Mais non. Du coup j'ai gardé que 2 nuits ,le reste était trop etalé. C'est dejà pas mal! je suis assez content de ce traitement , la premiere version à souffert d'exces de deconvolu et lissage et deconvolu et etc... Là, juste une nuit de 4000 (6000 pris) de 1s et une autre nuit de 14000(30000) de 500ms. Apres reflexion ( cela fait effet @Lucien) , je pense que 1s au foyer du 300mmF4 c'est largement bon. Enfin à tester ...mais il faut du temps pour tester et là ... En tout cas une chose est sure, le fait d'additionner plusieurs nuits améliore grandement arrière-plan! La version NB, du 12 et 24 aout 2019: et la version couleur, (asi224mc 7000x2s) Je suis assez content car j'ai pu quasiment separer la petite double en haut de la galaxie. Stephane
  7. Bonsoir à tous Depuis quelques années, et grâce aux progrès des capteurs d'image, une nouvelle forme d'astrophotographie amateur s'est développée ; je veux bien sûr parler de la photo du ciel profond en poses courtes, ou "lucky imaging". L'idée générale est en réalité plutôt simple : on réduit le temps de pose unitaire afin de "figer" la turbulence, ce qui diminue fortement son impact. La déformation induite étant fluctuante, on peut ensuite sélectionner les poses afin de ne conserver que les images les mieux résolues Dans la pratique, cela se rapproche assez de l'imagerie planétaire telle qu'on la pratique depuis 15 ans... à ceci près que la faible brillance de certains objets imagés apporte son lot de contraintes supplémentaires. Ceci étant, il reste beaucoup à défricher dans le domaine, et j'ai voulu essayer de proposer un début de réponse à ces quelques questions : - Quels sont les bénéfices réels de la pose courte vis à vis de la pose longue, quantitativement parlant ? - Comment optimiser au mieux les paramètres de prise de vue afin de pouvoir en tirer le maximum ? Bien évidemment, certaines équipes pros se sont déjà penchées sur le problème, et il suffit de taper les mots "lucky imaging pdf" dans google pour se rendre compte que les publications scientifiques ne manquent pas sur le sujet ; cependant, le monde amateur étant très différent j'ai voulu y aller de mes petits tests de mon côté, afin de voir si je retrouvais des résultat similaires. Nous n'avons pas les mêmes instruments ni les mêmes conditions d'observation, donc il y a certainement quelque chose à en tirer. D'autre part, la majorité des publications "pro" que j'ai pu trouver se concentrent sur une application du procédé poussé à l'extrème ; on sélectionne un nombre d'images très faible sur un total énorme et on réduit le temps de pose de manière drastique. Bien évidemment, c'est dans ces conditions que l'amélioration de piqué sera la plus importante, mais le rapport signal/bruit de l'image est en contrepartie fortement mis à mal. Or, ce qui compte afin d'obtenir un résultat final intéressant dans notre domaine, c'est plutôt de trouver le meilleur compromis entre le piqué et le rapport signal/bruit ; habituellement, on réalise plutôt des poses modérément courtes ( de l'ordre de la seconde ) afin de ne pas trop dégrader le RSB final mais obtenir toutefois une amélioration du piqué substantielle. Donc pas tout à fait le même champ de recherches Les expériences ont été effectuées en mars dernier ( oui ça date... ) et j'en tire un bilan mitigé car quelques biais se sont glissés dans ma méthode. Je voulais refaire un traitement complet des images afin de me débarrasser d'une partie de ces biais, néanmoins... je suis tellement en retard sur mes traitements que je préfère vous livrer mon analyse telle qu'elle et plutôt retenter entièrement l'expérience une autre fois si cela s'avère nécessaire. Donc, après cette longue introduction, voici le protocole expérimental Protocole de test Pour estimer le piqué de nos images, on va utiliser une grandeur facilement mesurable sur nos images : la FWHM ( en français, largeur à mi-hauteur ) d'une étoile que l'on exprimera en nombre de pixels. La plupart des logiciels astro ont des outils permettant d'extraire de manière précise et rapide cette donnée des images, ce qui rend le procédé tout à fait faisable. Une autre donnée, le rapport de Strehl, aurait peut être été préférable afin de rendre compte du seeing de manière plus précise, mais à ma connaissance je n'ai pas de logiciel qui permette de faire cette mesure rapidement sur des séries de plusieurs milliers d'images... Pour comparer entre poses longues et poses courtes avec le minimum de biais observationnels, j'ai eu l'idée suivante : -Réaliser une prise de vue en continu à une cadence la plus élevée possible -Puis empiler les images par paquets consécutifs sans les aligner, afin de former une image longue pose virtuelle Par exemple, si j'empile 100 images de 1/100s, à condition que la latence entre les poses soit négligeable et que les images soient consécutives, j'obtiendrai une image dont le piqué serait identique à une pose de 1s prise au même moment. Bien sûr le bruit de lecture de la caméra sera compté 100 fois dans le premier cas et pas dans le second, ce qui va fortement impacter le RSB, mais cela n'a ( normalement ) aucune incidence pour la mesure qui m'intéresse ici, la FWHM d'une étoile. L'avantage de procéder ainsi est énorme, puisque c'est la même série d'images qui peut être utilisée pour mesurer le piqué sur les poses courtes et les poses longues. On évacue ainsi tout le problème que pose le caractère aléatoire de la turbulence, puisqu'on réalise les différentes mesures au même moment et avec le même matériel De plus, on peut multiplier à l'infini les différents temps de pose "virtuels" que l'on souhaite tester. Autre biais à évacuer, les erreurs de suivi... cela entache les images "longue pose" sans pour autant que ce ne soit dû à l'atmosphère. Pour pallier à ça, j'ai tout simplement débranché la monture totalement et fait l'ensemble des vidéos sur l'étoile polaire. Cette dernière bouge suffisamment peu pour que le déplacement soit négligeable jusqu'à des poses "virtuelles" de 250ms environ ; mais même au delà, son déplacement est connu et peut être considéré comme rectiligne et uniforme sur une durée pas trop longue. Comme mon film ne dure qu'une minute, j'ai simplement compensé ce déplacement ( prévisible ) sur les brutes. C'est d'ailleurs là ou arrive le premier biais dans ma méthode... mais j'y reviendrai La caméra utilisée est la QHY290, elle permet de tenir une cadence d'image de 500fps avec un temps de pose de 1/500s et un nombre de frames droppées que je considère comme négligeable ( j'ai du en avoir quatre ou cinq sur les 32767 acquises ) Cette caméra possède des photosites de 2.9 microns. Le télescope est un Newton 250/1300 artisanal, et sera utilisé au foyer ; je voulais utiliser une barlow pour augmenter l'échantillonnage afin d'observer une différence la plus significative possible mais je me suis rendu compte, suite à un changement récent de miroir secondaire, que l'adaptation n'était plus possible... cela donne donc un échantillonnage final de 0.45"/pixel. Cependant, la nuit était plutôt turbulente, ce qui était plutôt une bonne chose ( pour une fois ) ; ainsi l'image de l'étoile était étalée sur plus de pixels. Même à 48° de hauteur, la dispersion atmosphérique est déjà sensible, aussi ai-je utilisé un filtre bleu pour la réduire en partie. Néanmoins, on verra en dessous que cela n'a pas été suffisant... J'ai préféré un filtre bleu au vert ou rouge parce que la turbulence est plus forte dans cette longueur d'onde. Malheureusement, c'est également le cas de la dispersion atmosphérique... Avant tout traitement, j'ai multiplié la taille des images par deux afin de réduire au maximum la perte de piqué dû à l'alignement. Aussi, les chiffres avancés ci-dessous correspondent à un échantillonnage résultant de 0.225"/pixel. J'ai acquis plusieurs films de 128 secondes chacun ( plus de 60.000 images ) et au traitement, je me suis aperçu qu'IRIS ne gérait pas de listes de plus de 32768 fichiers, donc je me suis contenté de traiter la moitié d'un film, soit 64 secondes réelles. Au départ je voulais faire un croisement des données en traitant chaque film indépendamment, mais ayant passé plusieurs heures sur le premier film, je me suis dit que je ne traiterais pas les autres, parce que la flemme Pour le traitement, voici les étapes, dans l'ordre : -Retrait du dark -Empilement d'images par paquets de différentes tailles ( allant de 1 image pour une pose de 1/500s à 1024 pour une pose de 2s ( environ ) ) en utilisant la commande COPYADD d'IRIS Puis, pour chaque série de paquets obtenus correspondant chacun à un temps de pose différent : -Alignement des images sur l'étoile -Mesure de la FWHM finale sur l'image empilée. Pour faire cette mesure, j'ai préféré Siril à IRIS car celui-ci permet une mesure ne demandant pas à l'utilisateur de tracer un carré autour de l'étoile ; j'ai remarqué que la valeur variait selon que la sélection était faite serrée ou large autour de l'étoile, ce qui n'est pas bon pour la cohérence des données Siril en revanche donne une valeur sans avoir besoin de zone de sélection, ce qui évite ce problème ; même si la méthode de mesure n'est pas exacte, au moins elle est faite de la même manière sur toutes les images. Les données sont ensuite inscrites dans un tableau ( deux colonnes, une pour la fwhm X et l'autre pour la fwhm Y ) La mesure de la FWHM donnée par SIRIL a ici un autre avantage : la FWHM X et Y ne correspond pas nécessairement à une mesure sur les axes X et Y de l'image, mais sur la plus petite et la plus grande dimension de l'ellipse que forme l'étoile. On a donc une véritable mesure de l'allongement de l'étoile, utile pour mettre en évidence la dispersion atmosphérique, ou tout autre effet ayant induit un allongement. J'ai donc tiré un premier graphique de tout ça, mais je ne me suis pas arrêté là J'ai ensuite utilisé les mêmes données afin de mesurer l'impact d'une sélection d'images sur cette même FWHM. Afin de ne pas me surcharger de travail rébarbatif, j'ai sélectionné les temps de poses virtuels de 1/500s, 1/64s, 1/8s et 1s, puis j'ai utilisé Siril afin de sélectionner un pourcentage de meilleures images unitaires, ceci encore une fois basé sur une mesure de la FWHM. J'obtiens donc un deuxième tableau et un deuxième graphique, et vous pouvez aller admirer tout ça sur le pdf que voici : l l V V -> -> graphes fwhm.pdf <- <- Bon et puis pour vous épargner le clic, je vous les met en jpeg aussi : Analyse des résultats : Je commence par le premier graphique Première constatation : l'amélioration de piqué en réduisant le temps de pose unitaire est clairement montrée. Victoire Bon ensuite on peut aller un peu plus loin... Déjà on entend souvent dire que réduire le temps de pose en deça d'une certaine limite ne sert plus à rien ( je pense aux planéteux... ) En passant les images à 500fps au ralenti, j'avais moi aussi l'impression que travailler à cette cadence ne donnerait rien de plus tant une image était semblable à la suivante. Et pourtant, même si l'amélioration n'est pas aussi significative que pour des fréquences plus faibles, on observe bien une amélioration. Ceci étant, c'est peut être à mettre en relation avec la turbulence de ce jour là, qui était particulièrement présente. Ensuite, on observe un allongement significatif de l'étoile. C'est dû, je pense, à la dispersion atmosphérique. on observe un allongement moyen de 1.5 pixel, ce qui correspond à environ 0.3" d'arc, ce qui est dans l'ordre de grandeur de ce qui serait attendu pour cette élévation et cette bande passante. Cependant, l'allongement augmente en taille à partir de poses d'environ 500ms, et ça ce n'est pas normal. Enfin je ne crois pas. En admettant que les données soient représentatives, il se pourrait qu'un autre facteur extérieur soit venu jouer les trouble-fête : le vent ! En effet, il y avait du vent ce soir là. J'étais pourtant dans un coin relativement abrité, mais il se peut que cela n'ait pas suffi... après c'est évidemment un problème auquel les imageurs en ciel profond "pose longue" sont confrontés, et donc c'est également un des avantages de la technique des poses courtes, mais quand même, j'aurais aimé faire une comparaison plus juste De fait, en voyant la courbe, on pourrait être tenté de dire que des poses de 1s ou 2s sont déjà fortement bénéfiques, car si on prolonge, on voit bien que la fwhm n'a pas encore atteint son maximum. Mais il se peut que l'on voie l'effet du vent davantage que l'effet de la turbulence, donc je ne ferai pas de conclusion hâtive et referai une expérience plus poussée, en montant les temps de poses unitaires vers des valeurs plus hautes. Dans l'idéal, j'aimerais tester jusqu'à la minute de pose. Mais dans tous les cas, on observe bien une baisse de la FWHM très significative. Qui plus est, dans le cadre de mon setup et avec les conditions météo de ce jour là, cette baisse semble la plus importante quand on arrive sur des temps de pose "intermédiaires" entre 1s et 1/10s que sur des temps de pose "faibles", entre 1/10s et 1/500s Maintenant deuxième graphique ! Premièrement je suis étonné par la lisibilité des données, notamment sur les temps de pose très courts. La courbe est limpide comme jamais je n'aurais imaginé Les courbes correspondant aux temps de pose de 1/8s et surtout 1s sont moins "belles" mais je met ça sur le compte du nombre d'images qui n'est pas assez élevé pour avoir une statistique significative ( rappel, j'ai toujours 64s de temps de pose total utilisé pour l'analyse ) La première chose à observer pour moi, c'est que la courbe monte de plus en plus vite. Autrement dit, si on décide de diviser son nombre d'images utiles par 2 plusieurs fois, la première division apportera un bénéfice plus important que la deuxième division, et elle même apportera plus que la troisième division, etc, etc. J'aurais bien voulu aller encore plus loin dans la sélection en ne prenant par exemple qu'une image sur mille pour la séquence à 1/500s, mais Siril ne permet de sélectionner qu'un pourcentage entier de la séquence, pas de 0.1% possible donc On observe également bien là encore que c'est sur les temps de poses "intermédiaires" que le bénéfice semble le plus important. Dernière chose... je vais peut être un peu loin dans l'analyse, mais il semble que sélectionner des images en poses très courtes soit plus bénéfique que de sélectionner des images plus longues. En effet, pour les poses de 1/500s, on passe d'une FWHM de 10.32 à 6.59 pixels si on passe d'une sélection de 100% à 2% des images, ce qui correspond à une réduction de la FWHM de 37% environ. Par contre, pour les poses de 1/8s, la réduction n'est plus que de 12.95 pixels à 9.11 pixels, ce qui correspond à une baisse de 30% Alors maintenant, mettons un peu en parallèle les deux courbes et voyons un peu ce que ça donne Déjà, grâce à du lucky imaging, on peut faire chuter la FWHM d'une étoile de 16.8 pixels au pire à environ 6.3 pixels au mieux ; le piqué final est plus de 2.5 fois meilleur Ces valeurs correspondent à peu de choses près à ce que j'ai pu observer chez les mesures faites par les pros, si je considère des sélections et temps de poses équivalents. Il se pourrait qu'on puisse gagner encore plus, car : - Mon échantillonnage était un peu limite et a peut-être été facteur limitant de l'amélioration observée - Je ne suis pas allé dans les valeurs extrèmes, que ce soit en terme de sélection d'image mais surtout en temps 'exposition minimal et maximal. Peut être que l'étoile prise avec des poses de 1 minute aurait une dimension de 20 pixels ou plus... ou peut être qu'on aurait été seulement à 15 et que c'est le vent qui a amplifié la chose. Ensuite, la grande question, qu'on se pose souvent en imageant... vaut-il mieux réduire le temps de pose ou le nombre d'images utilisées ? Si je prends l'exemple d'un objet réalisé en poses de 1/4s. Passer à des poses de 1/8s engendrera une diminution de FWHM d'environ 6%, alors que passer d'une sélection de toutes les images à seulement la moitié apportera une diminution de 12%. Par contre, passer de 10% des images à 5% des images n'apportera qu'un gain de 3%... Donc finalement, la méthode utilisée empiriquement par les quelques membres du "club des pose-courtistes" semble être la bonne à savoir, un savant mélange de temps de pose bien diminué avec une sélection d'images pas trop drastique. Après ça dépend un peu aussi de ce que l'on veut faire, car sélectionner une moitié d'images prises avec un temps de pose donné ne revient pas exactement à prendre des images avec un temps deux fois plus court... j'y reviendrai certainement plus tard. Voilà, c'est fini ! félicitations à ceux qui ont tout lu, je pense que je dois avoir la palme du post le plus long aboutissant sur des conclusions que l'on connaissait déjà mais bon, vu que je l'ai fait, je le met là, et après, faites-en ce que vous voulez hein Par contre, je prépare une partie 2 avec un autre petit test, là je crois qu'on pourrait avoir des surprises, mais je n'en dis pas plus... A bientôt ! Romain
  8. Bonsoir! Le seeing est vraiment difficile en ce moment, je m'attendais à ce que cela s'arrange, mais Il etait encore tres difficile de faire du planetaire, Uranus et Neptune attendront! Le 20 au soir, je me suis rabattu sur les objets celestes à disposition, histoire de tenter les poses courtes, que je ne maitrise pas: D'abord M2 pour l'echauffement: 2000 poses traitement Siril, et un peiti coup de pouce de registax. Avec la 290m directment sur le correcteur de coma-reducteur skywatcher. Ensuite, M27, avec le meme montage, mais la 224c. Meme traitement, mais sans registax et un passage dans photoshop. Version NB avec la 290m Garce aux conseils de Shaihulud et Alaing, j'ai fait un assemblage avec la version NB en couche luminance J'ai encore beaucoup de trame sur l'image bleue.. Pas facile les poses courtes! Il y a toujours un truc qui ne colle pas.. Bon, au moins, je ne suis pas rentré bredouille (ou broucouille, comme on dit dans le Bouchonnois...) Bon ciels!
  9. ngc7662

    ngc 7662 en 0.5 et 1.2s au lx8" barlow 2 et asi 1600 650 brute gardee sur 1100 et 2e photo meme chose en plan un peut plus large et 1500 brute gardees sur 2500
  10. Bonjour à tous ! Voici une première image de notre mission AstroQueyras en semaine 32 (début août). Nous étions 4 imageurs Robert CAZILHAC/Mathieu SENEGAS/Romain CHAUVET et Florent DARTINET Nous avions accés à 2 télescopes leT500mm FD8 RC20 Astrosib et le fameux T620mm FD15 de la grande coupole. 2 cameras ZWO ASI 1600mmc et une QHY 290 ! Notre première cible fut le parachute d'Andromède , J014709+463037 de son vrai nom, une lentille gravitationnelle quadruple récemment découverte. Le Quasar est distant de 11 millards d'AL . J'ai inclus dans le montage une image de Saturne faite pendant notre mission à titre de comparaison en taille. La caméra d'acquisition est celle Romain Chauvet avec de très petits photosites aussi nous avons mis un réducteur x 0.7. Le seeing de la première nuit était assez bon et nous étions à 3000m :-) Tous les autres détails dans le montage !
  11. Hello hello Cela faisait un moment que je devais essayer de shooter en mosaïque. Et bien, vu que le seeing était horrible pour imager NGC7479 je suis aller leur faire coucou. A+ David Full : http://www.astrosurf.com/gallery/image/6657-the-double-cluster-ngc869-884/?imageSize=large
  12. Hello hello Cela faisait un moment que je devais essayer de shooter la belle Et bien, vu que le seeing était horrible pour imager NGC7479 je suis aller lui faire coucou. Bon oki, c'est un snipe pour le fun car il y a pas franchement de traitement à faire. Clic clic et hop A+ David Full : http://www.astrosurf.com/gallery/image/6630-carolines-rose-cluster/?imageSize=large
  13. Bonjour , Voici mon live stacking de M27 : Matériel :Célestron SC 150mm sur CG5 GoTo ,RF 6.3 ,caméra ZWO ASI 385 MC Logiciel capture et traitement à la volée : SharpCap Pro Il ne faut pas s'attendre à une image parfaite , c'est du live stack. Par contre j'ai des images brutes empilées que je pourrai traiter ultérieurement. Pour ceux que cela intéresse voici la démarche pour avoir un contrôle automatique de la caméra. Tout d'abord il faut caractériser le capteur avec Sharp Cap : Ensuite avant d'effectuer la capture ,il faut effectuer une mesure de la qualité de son ciel. A partir de cette mesure , Sharp Cap va définir les paramètres (tps de pose , gain ,réglage brightness ) à appliquer pour avoir le meilleur résultat possible. On clique sur "apply" et la caméra est réglée. Laurent
  14. Bonjour tout le monde NGC 6781 une Nébuleuse Planétaire de Magnitude 12 , dans l'Aigle c'est une autre paire de manches que M27 ... Toujours avec le Réducteur Meade 3.3, C11 + Focuser + Red.3.3 + ASI224MC F=1200 F/D4.6 e=0.65"/pix 2h10 de poses cumulées , Il ya 3100 images de 2.4s , Gain 480 , Dark de 35 mn pour essayer de minimiser l’électroluminescence Traitement Astrosurface , Photoshop. Pas mal de difficultés au traitement, faudra bien un jour que je suive une méthode plus tôt que de bricoler dans tous les sens Bernard_Bayle
  15. Un peu de méli-mélo de différents essais en poses courtes. Toujours le même instrument et la même camera. Lunette APO LZOS 152/1200 et ZWO ASI 224MC. Toujours le même traitement méthode planétaire: AS!3 et R6 avec en final un petit rehaussement du contraste et un cadrage final. M57 à 2400mm de focale - 350 poses de 1s - Environ 0.3" d'arc par pixel - Avec une barlow Meade télécentrique 2X coulant 50mm. Elle a reçu un choc sur le coulant par un vendeur précédent Autrichien. Il y aurait une très légère décollimation (voir étoile brillante et léger arc en ciel). Je pense faire un démontage après avoir redressé le coulant pour pouvoir dévisser la bague de retenue. Les gens malhonnêtes inondent la planète TERRE.... En prime, une belle étoile double d'éclat inégal dans le champ qui ferai entre 2.5 et 3" d'arc de séparation, au milieu à droite. Ce n'est pas la double de référence de la qualité de résolution de M57 (MERCI @Superfulgur/ Image suivante). Elle est ici au dessus de M57. On l’aperçoit au-dessus de M57, un peu à droite, très légèrement au-dessus de la double à proximité qui fait dans les 5 secondes d'arc. Elle est très diffuse et très faible sur le cliché. Je vais tenter une image un de ces jours à 0.185" d'arc/p. M57 à 2400mm de focale - 350 poses de 1s - Environ 0.3" d'arc par pixel Image transmisse par @Superfulgur pour la double de 2" d'arc de référence de la résolution de M57 Puis M57 et M56 - 600 poses de 1s - au foyer 1200mm soit 0.6" d'arc par pixel. Ici M57: Plus fine que la version colorée.....puis une retouche de @Lucien dans l'image suivante, puis ajouts d'images avec les magnitudes d'étoiles proches. Image prise sur le net avec les magnitudes des étoiles les plus brillantes. Version améliorée par @Lucien de mon image ci-dessus. L'image montre des étoiles proche la magnitude 17 (ici 16.9) acquises en 10mn de pose cumulée, magnitude limite théorique d'un télescope de 1 mètre en visuel. Le négatif de l'image améliorée par @lucien Image prise sur le net avec les magnitudes.des étoiles les plus faibles. M56: Beau petit amas globulaire avec une belle double inégale de 6 à 7 secondes d'arc de séparation. Messier 56 en négatif: Conclusion: N'ayant pas un ciel d'une noirceur exceptionnelle à 40 kms de Paris, je vais devoir monter en gain et/ou monter en temps de pose, pour obtenir au moins la couleur, comme je l'ai eu sur la version précédente de M57 de mon dernier billet, même si la couleur n'est pas ma priorité. Je recherche de la résolution.. Il va falloir que la mise en station soit impeccable pour garder la finesse d'image. Bon ciel à vous, et merci d'avoir pris le temps de la lecture. Claude Schuhmacher
  16. M57 - Nébuleuse de l'anneau à 600 poses - Pauses courtes 1s- Gain 550. Pas assez de temps de pose pour avoir la couleur. On fera avec le NB comme au temps du TP 2415.
  17. Bonjour tout le monde . Hier soir le seeing était mauvais sur les Planètes, alors je me suis tourné ver le CP . Je voulais tester le Réducteur Meade 3.3 sur le C11 avec l'ASI224MC en mode poses rapides bien sur . C11 + Focuser + Red.3.3 + ASI224MC F=1200 F/D4.6 e=0.65"/pix 1H30 de poses cumulées , Il ya 2240 images de 2.4s , Gain 480 , Dark de 10 mn Traitement AS3, Astrosurface , Photoshop Bernard_Bayle
  18. M56 Lunette LZOS 152/1200 au foyer avec camera ASI 224MC. 600 poses 1s à 0.645"/p. On va dire qu'il en manque 10X de poses plus pour la couleur manquante. Le piqué semble être là, avec une belle étoile double d'éclat différent près de l'amas globulaire, à droite, vers le haut. Une rapide mesure me donne 7" d'arc de séparation.
  19. M57 pris avec un bon suivi de monture (toujours Orion Atlas en attendant le retour de ma Celestron CGE pro) avec la lunette LZOS 150/1200 et une barlow télécentrique Meade 2", soit au total 2400mm de focale et camera ASI 224MC. Ce qui change par rapport à ma première image (voir blog): Temps de pose 1s au lieu de 2s focale 2400 au lieu de 1200mm Gain 550 au lieu de 600. 344 images stackées au lieu de 100. La nébuleuse planétaire est décentrée car je me fixais sur l'étoile double au centre, un peu à droite de l'image qui, pour moi, serait un repère de résolution de la nébuleuse (écart 2" d'arc). Il est clair que le diamètre de l'objectif est trop faible pour les conditions de prise de vue. Seul regret: Ne pas avoir mis le gain à 600 (maxi). La couleur est passée à la trappe aussi. j'ai du merder quelque part.... Je mets la précédente (croppée pour l'orientation):
  20. Helloooooo hello 😉 J'ai eu 2 nuits avec un sky "Open" donc, j'ai remonté le "Shai-hulud Tooth" 😍 qui était au repos depuis fin Mai. Je suis aller voir la galaxie (NGC7331) que j'ai déjà snipé mais avec mon ancien process 😉 ancien shoot : https://www.astrobin.com/full/175354/N/?real=&mod= A+ David Full 200% : http://www.astrosurf.com/gallery/image/6571-deer-lick-group-ngc7331-200/?imageSize=large&fbclid=IwAR2UvumqMSA5S1La1Lb2Ytpm5DWNulHhh3sMaTiGRjFFQZf6eI-a5DvSM5c Full : http://www.astrosurf.com/gallery/image/6572-deer-lick-group-ngc7331/?imageSize=large&fbclid=IwAR3YRSszTl6uuUawW_omCEreg7bB3F0FHDh3Id1jS_EtKIMDYMuw6C16PrA
  21. Astrophoto du pauvre !

    Bonjour, Désolé pour le titre, mais je n' en trouve pas un qui exprime vraiment ce que je veux expliquer ! Ma question est simple et compliquée à la fois ( je ne suis pas sûr de la comprendre moi-même ) : y a-t-il sur ce site une section où l' on parle plus particulièrement d' images du ciel profond obtenues en très peu de temps. Pour moi, très peu de temps, ça veut dire autour de cinq à quinze minutes maxi ( prise et traitement compris ). Je ne cherche pas à réanimer un débat qui a eu lieu sur un autre forum à propos de " est-ce que c'est de l' astrophotographie ou pas ? ", je cherche juste une rubrique dans laquelle je pourrais trouver des exemples concrets de telles réalisations ( avec description du matériel et des conditions de prise de vues ). Je ne veux pas rentrer dans le cadre de l' astrophotographie à longues poses. Je ne veux pas non plus rentrer dans le cadre de l' astrophotographie en mode rapide ( genre 6000 x 1 s ). Je veux simplement discuter de ce que l' on pourrait obtenir avec cette méthode qui ne porte pas vraiment de nom, mais que je nommerais pour l' instant à défaut d' autre chose visuel assisté, et qui consiste à stacker ( caméra et logiciel aidant ) et à regarder en direct sur un écran une image au fur et à mesure qu' elle se précise. Et à la traiter rapidement ensuite. Pour moi, cette façon de faire m' a un peu redonné ces derniers temps goût à l' astro car j' étais un peu déçu par le visuel tout en n'ayant ni l' envie ni les moyens de me mettre sérieusement à l' astrophotographie. Je constate aussi que beaucoup de ceux qui faisaient comme moi finissent par en arriver à faire des stackings de plus en plus longs ( genre 60 x 1 mn ) et donc que ça ne rentre pas non plus dans le cadre de ce que je recherche. Je pense qu' il y a pas mal de personnes que cela pourrait intéresser . D' abord parce que tout le monde n' a pas forcément le temps ou les moyens matériels de faire de la vraie astrophotographie. Ensuite, parce que tout le monde n' a pas forcément non plus les moyens d' investir dans un instrument comme le Stellina par exemple. Je me répète, la seule contrainte à respecter serait cette contrainte de temps ( et peu importe les défauts de l' image selon les canons de l' astrophotographie ). Un exemple de ce dont je veux parler. Cette image de M57 ( avec ses défauts ) a été obtenue avec un stacking de 320 s ( 40 x 8s ). Le matériel : C8 / réducteur 6,3 / extension bricolée / Risingcam 224 . Stacking avec Sharpcap et traitement rapide avec Siril et Gimp. Pour le tout, autour de 10 mn. C'est de ce genre de pratique dont je voudrais pouvoir discuter et partager. J' ai fait ce que j' ai pu pour essayer d' être clair !
  22. Bonjour tout le monde . Hier soir, ayant observé un médiocre seeing sur Jupiter je me suis tourné par dépit ... vers le ciel profond qui ne me branche pas plus que ça , mais le ciel breton était bien beau et ici faut vite profiter Donc, le C11 avec un réducteur R.05 en 31.7 , bon ça déforme pas mal, mais à F/D5 ça fait bien des photons qui passent.. C11 +Réducteur R.0.5? asi224mc et filtre uv/ir cut Sharpcap , vitesse 1s , gain=425 il y a plusieurs vidéo totalisant environ 2h de poses. Partisan du moindre effort , PIPP pour assembler les vidéos et retrait de la vidéo Dark . Traitement AS3, puis passage dans Phot.Shop pas de bricolage, seulement "Niveaux Automatiques" et courbes . C'est pas du grand art, mais ça occupe...sainement :-)) Bernard_Bayle
  23. Bonjour, Voici M27 prise vendredi soir dans le nord de l'Oise. Celestron 8 XLT 203 mm et réducteur de focale x0,5 soit F/D=5. Camera ZWO ASI 224 MC, 437 poses de 2 secondes et 31 dark traitées avec sequator et Photoshop. Stéphane
  24. Je me suis mis à l'affût ce matin dans mon jardin sous un beau ciel bleu zébré du passage régulier d'aéronefs volant vers le Sud. "C'est bien le diable si je ne vais pas choper une conjonction avion/Lune " me dis-je et qui reste un tableau toujours saisissant avec Séléné bien jolie aujourd'hui.... Cette attente silencieuse laisse l'esprit vagabonder , ce qui est chez moi une seconde nature j'en conviens ! Un peu de science d'abord : Et maintenant; chronologiquement , comment la Terre est reliée au ciel , via la Lune pour le rêveur solitaire .... A vous d'imaginer cette promenade avec ses "événements" , ses rendez-vous manqués, et des rencontres heureuses Raté ! Retour au ciel .... La Belle bleue entre les branches du saule pour finir...
  25. Bonjour, C'est derniers jours j'ai eu la chance de pouvoir utiliser un C8 prêter mon club astro (Repères). Mardi soir profitant enfin d'une éclaircie je me suis lancé dans des poses courtes avec l'ASI 224 MC et un réducteur de focale pour un F/D finale de 4,5. Ma première cible était M17, 588 pose de 2 secondes traitées avec PIPP, Sequator, Siril et Photoshop. Puis j'ai testé M16 et ses fameux piliers, en visuel je voyais juste l'amas d'étoile perdu dans la pollution lumineuse de plus la Lune à l'Est devenait de plus en plus gênante. Malgré cela je lance tout de même des poses de 2 secondes donnant au final 20 minutes. Après empilement avec Sequator (impossible avec Siril qui plante systématiquement l'empilement) j'ai une image avec un énorme gradient. On discerne tout de même les fameux piliers, s'en suit un traitement avec Siril et Photoshop pour faire disparaître le gradient et ressortir au mieux les piliers. Je sais que le ciel est trop noir mais si j'éclaircie trop j'ai une trame bien moche qui apparaît. Stéphane