Sign in to follow this  
Thierry Legault

Gros plans lunaires au C14, 6 août

Recommended Posts

Une dernière pour la route, et surtout pour énerver Thierry.

Quand est ce que vous revenez au Pic avec Christian ?

Vous n'aviez même pas eu des conditions dignes de vous la dernière fois, tout reste à faire

Désolé de polluer, c'est pour la bonne cause

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Encore une très belle série Thierry ;o)

Ma préférée pour mois sans nul doute, la vallée des Alpes, je pense qu’hormis celle du Pic c’est la plus réussie qu’il m’ai été donnée de voir, j’aime aussi beaucoup Stofler.

Je pense effectivement comme tu le dis que les conditions n’étaient pas idéales, et c’est tout à ton honneur de sortir de telles images avec ces conditions. Ce qui me frappe le plus (davantage que la définitions, qui est excellente) c’est (comme l’a si bien dit Jean-Luc) l’aspect, le rendu naturel, sans artefact (ce que je ne sais pas faire de mon coté).

Comme l’indique les réactions, donner une estimation des conditions et de la turbulence est bien difficile. Des conditions tous juste potables pour certains peuvent en effet paraître extraordinaires pour d’autres (notamment ceux qui ne bénéficient pas d’un site propice).
Je postais souvent avec mes images, il y a quelques années une petite animation (en gif) prise sur une étoile focalisée, ce qui permettait d’avoir une estimation quantitative assez précise (bien qu’elle ne soit pas qualitative, c’est à dire qu’elle ne rende pas compte du type de turbulence ) en la comparant à l’échelle de Pickering. Ce qui m’avais permis de constater que mon site ne montait jamais au dessus de 6 (ou 7 peut être dans les meilleures soirées). Ces petits films étaient capturé lors de la phase de collimation (que j’effectue toujours à la caméra, car sur mon site je n’ai jamais pu collimater directement à l’oculaire au dernier stade, pour cause de figure d’Airy beaucoup trop remuante …)
Ce serait sans doute beaucoup plus instructif et précis (comme estimation des conditions et de la turbulence) si l’on prenais l’habitude de joindre à chaque post ce genre de petit fichier.

J’ai retraité mes images du 6 août (super que l’on ai capturé en même temps ;o) car c’est toujours très instructif de comparer ses propres images avec ce qui se fait de mieux sur la liste.
J’avais eu des conditions pas extraordinaires (turbulence comprise entre 5 et 6) avec un tube pas en température lors de la phase de collimation ( j’aurais du la refaire ensuite … ) donc une collimation pas top (que j’ai d’ailleurs corrigé lors de ma soirée suivante). Tout cela a généré des artefacts (notamment ces fameux rebonds .. des petits cratères empattés ou déformés ).
Voir le post
http://www.astrosurf.com/ubb/Forum3/HTML/045106.html

C’est ce qui me permet d’affirmer que tu a eu bien raison d’évoquer des conditions disons pas idéales. Je pense que tu aurais fait un carton et atteint un niveau de détails inédit avec un C14 avec un meilleur niveau de turbulence.

Juste Pour Jean-Luc : la meilleure image de la vallée du Pic http://img15.hostingpics.net/pics/623231lunevallee201009290609.jpg

Traitée à l’ancienne (sélection manuelle et traitement Iris)
et encore je n’ai pas retrouvé celle que j’avais retraité avec AS2 qui était meilleure sur certains détails (et un peu moins bonne sur d’autres ...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci Elie pour ta réponse. Comme je te tiens en haute estime "astrophotographique" car j'apprécie beaucoup tes images j'imagine que Thierry aurait répondu quelque d'approchant.

Reste plus qu'à attendre de bonnes conditions pour voir cette fameuse différence et comment se comporte les nouvelles caméras avec, disons, au moins 7 sur cette fameuse échelle de Pickering.

En fait, je suis curieux, au sens des "Lumieres" de justement voir ces différences car je suis interloqué par la qualité de vos images par mauvaises conditions. Jusqu'où peut-on descendre en pouvoir de résolution avec de telles caméras mais sans turbulence? Est ce que gain sera très important? Par mauvaises conditions en Argentine le résultat était minable. Là par mauvaises images Thierry sort de l'exceptionnel. D'où ma question sur la marge. Et évidemment une belle voir totale maîtrise du télescope comme Thierry vient encore de nous en faire la démonstration.

Pour ma part, cela n'enlève pas ma remarque concernant les précautions oratoires pour nous prévenir que cela ne va pas être terrible alors que nous sommes deux au moins (à l'avoir écrit mais pas forcément noté) que cette Vallée des Alpes de Thierry est exceptionnelle. Thierry n'a plus rien à prouver dans l'histoire de l'astrophotographie amateur mondiale et j'ai hâte qu'il ne soit pas plus de "bon ton" non pas dans les salons parisiens mais sur les forums :-) de prendre de telles précautions qui confinent alors à une gentille provocation. J'ai bien dis gentille car on est entre gens bien élevés ! Et j'imagine volontiers du coup quelques découragements...

Thierry est au dessus de ça je pense et Îl à, Îl le sait, toute mon admiration. Ses images sont effet merveilleusement détaillées et magnifiquement traitées.

Ces derniers temps je notais juste qu'à chaque fois qu'un message commençait par... Oui je sais ça va pas être terrible car ceci cela je remarquais que le message allait être couvert de louanges !

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Toutes les nuits ont été identiques en médiocrité"

Vraiment un magicien ce TL :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jldauvergne :
quote:
Les image de Thierry sont super esthétiques, par leur niveau de détail, mais aussi et surtout le traitement implacable et l'absence d'artéfacts que l'on voit souvent sur des images lunaires prises avec des C14.

Tout à fait ! Il suffit de comparer avec les deux images que tu as mis en lien ou avec l'image d'Élie Rousset deux messages plus haut : voilà trois images avec un niveau de détail épatant, mais... un look artificiel (je ne sais pas trop comment décrire ça, comme si elles étaient dédoublées, en tout cas ce n'est pas comme ça que je vois la Lune à l'oculaire). Je suis sûrement très maniaque, mais je trouve dommage que plein d'images lunaires n'aient pas un traitement plus discret. Celles de Thierry Legault ont aussi un niveau de détail épatant, et en plus elles sont parfaitement naturelles : on contemple la Lune, pas une image informatique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Y a des types qui sauvent des vies tous les jours, d'autres qui perdent la leur en défendant de nobles causes, et il y en a aussi dépourvus de tout qui donnent le peu qu'ils leur reste, et enfin ceux qui font des photos dans des conditions épouvantables.
Les héros sont décidément partout.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tu as raison Bruno. Elles datent déjà presque d'un autre temps. Autre génération de caméra, et traitement sans AS2. Mais aussi je pense que l'état de propreté du miroir joue. Sur nos images je pense que l'on souffre un peu d'un effet de diffusion. Là les pétales de protection du primaire ont été réparés et le miroir ré-aluminé, il doit y avoir moyen de faire parler la foudre
Je ne suis pas d'accord sur le dédoublement. Il n'y en a pas. Je pense que c'est juste l'effet de diffusion dans les noirs qui te donne cet impression.

[Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 22-09-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ah, je n'avais pas pensé à ça (l'effet de diffusion). N'empêche, n'est-ce pas le traitement qui amplifie cet effet ? (Car à l'oculaire on ne voit pas ça.)

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Ah, je n'avais pas pensé à ça (l'effet de diffusion). N'empêche, n'est-ce pas le traitement qui amplifie cet effet ? (Car à l'oculaire on ne voit pas ça.)

Non au contraire on pourrait le gommer artificiellement. Peut être que la quantité de turbu joue aussi. C'est un peu la récré de faire de la Lune là haut, les moments les plus favorable souvent on est sur des cibles plus sérieuses. Je n'ai jamais eu de conditions stratosphériques comme j'ai eu parfois sur Jupiter ou Saturne. Peut être qu'un jour on ira plus loin que ça en qualité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bon, alors pour commencer merci à ceux qui apprécient les images

Leonard, il y a une Barlow qui doit monter dans les F/D 25, un filtre vert, et une Basler avec IMX174.

Ah Jean-Luc ça c'est de la résolution, ça me redonne envie de remonter là-haut avec la Basler et AS2

Elie je suis content qu'on se comprenne entre personnes qui utilisent le même instrument sur les mêmes cibles En regardant les animations de Peach, je note cette nuit-là dans les 3 à 4, pas plus. Peut-être est-ce monté à 5 sur les acquisitions que j'ai traitées, mais les vidéos sont quand même encore bien torturées.

Je suis piètre observateur visuel mais s'il y a bien un truc que je sais regarder c'est une tache d'Airy. Je suis certainement l'un de ceux qui a passé le plus de temps de sa vie à regarder des étoiles danser en attendant une accalmie, peut-être même que je tiens le record du forum (là au moins, on ne pourra pas dire que je fais de la fausse modestie ). Et si je dis que la collimation était pénible, c'est que ça ne m'a pas amusé du tout. Même chose pour la mise au point, ça fait plus de 20 ans que j'ai une méthode bien rôdée avec mesure de position type comparateur, à courte focale ça se fait tout seul en quelques instants alors que là je vérifiais la mise au point toutes les 10-15 minutes et j'avais bien du mal à voir une différence quand je décalais le point de quelques dixièmes d'un côté ou de l'autre.

Quand on a commencé la CCD, on a pu toucher une résolution inatteignable en argentique. Puis quand les webcams sont apparues, la première image que j'ai faite était le mur droit qui surpassait largement le même champ fait en CCD dans des conditions bien plus stables. Et c'était avant les caméras rapides et AS2. A chaque fois, s'est posée la question : commence-t-on à frôler les limites ? Pourra-t-on vraiment aller plus loin ? Et oui, on a pu. J'ai déjà vu une turbulence à 8 ou 9 dans le C14 (peut-être même 10 par moments), de manière très rare évidemment, mais j'espère bien que ça se renouvellera pour montrer qu'il y a encore du chemin à parcourir. Et le moteur pour persévérer et essayer d'aller plus loin, c'est de ne pas être (trop) satisfait des résultats passés

[Ce message a été modifié par Thierry Legault (Édité le 22-09-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bruno,

D’accord sur mes images, qui ont été postées justement pour démontrer que même avec des conditions pas terribles, un problème de colim (bon il était quand même pas complètement décollimaté mon tube), un méchant reflet sur le capteur, qui m’a bien embêté et que j’ai eu beaucoup de mal à faire disparaître au traitement, on peut avec des caméras rapides avoir un bonne ... voir même une très bonne résolution, et que donc lorsque Thierry parlait de turbulence non négligeable pour ces images du 6 août (ce qui était le cœur de nombreuses réactions sur son post) on pouvait le croire sur parole. Pour moi, nul doute que si les conditions avaient été meilleures, les photos de Thierry auraient été autrement plus spectaculaires ;o)

Mais par contre je ne suis pas du tout d’accord sur ton commentaire concernant les images du Pic.
C’est sur que d’emblée cela ne ressemble pas à ce que l’on peut observer à l’oculaire, (faut pas oublier que c’est un 1 mètre !!!) mais si tu réduit à la même taille que les images prises habituellement avec des C14, tu t’apercevra (du moins c'est ce que je pense) qu'elles ont un aspect très réaliste, et nature.
Si au contraire tu agrandi les images (200 ou 300% par exemple sur l’image de Rimae Hyginus même en JPG) et bien cela reste encore très naturel, des tas de petits cratères pratiquement imperceptibles sur l’image initiale semblent apparaître et on à l’impression de se rapprocher pour un alunissage. Fait la même opération sur toute autre image capturée avec un C14 ( et là il faut agrandir d’avantage c’est vrai) tu n’auras pas du tout la même vision (même à 500% l’image du Pic reste regardable)

Thierry, effectivement ton expérience de la collimation est plus que reconnue ;o) c’est d’ailleurs après avoir fait un tour sur ton site, que je le suis lancé pour la première fois dans ce réglage si redouté lorsque l’on ne l’a jamais pratiqué (et en plus c’était même pas en extérieur mais à la fenêtre de mon salon ) Inutile de te dire que j’ai tout déréglé (car elle était pas si mauvaise que ça d’origine)
J’ai mis un sacré bout de temps pour réaligner tout ça et encore je me suis arrêté à l’étape 2 ... Je m’étais même juré de ne plus retoucher ces satanées vis ;o))))
Mais depuis c’est devenu une habitude (contrôle puis réglages si besoin car mon tube est très stable à ce niveau) mais je suis loin d’avoir ton expérience dans ce domaine (et en plus depuis 2 ans je n’ai plus beaucoup pratiqué). Sur mon site je n’ai jamais pu pousser au niveau 3 en visuel, je n’y arrive qu’en utilisant la caméra, et encore selon le niveau de turbu, je suis pas toujours certain de mes réglages à cette étape (
C’est comme pour la mise au point, je n’ai pas non plus la même sensibilité ni la même technicité, je travail simplement en visuel sur le film en procédant par itérations successives, de plus selon les conditions je ne suis pas toujours sur d’avoir la meilleure MAP, aussi je retouche souvent (tous les deux ou trois films).
Si un jour j’ai l’occasion de faire un saut sur le continent (à l’occasion d’une de vos sorties astro dans les alpes ou dans le midi) J’aimerais bien voir comment tu procèdes pour tous ces réglages cela doit être super intéressant et instructif ;o)

[Ce message a été modifié par Elie Rousset 2 (Édité le 23-09-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
" En regardant les animations de Peach, je note cette nuit-là dans les 3 à 4, pas plus."

C'est bien ce que je disais, un magicien :-)


"Si un jour j’ai l’occasion de faire un saut sur le continent (à l’occasion d’une de vos sorties astro dans les alpes ou dans le midi) J’aimerais bien voir comment tu procèdes pour tous ces réglages cela doit être super intéressant et instructif ;o)"

S'il te montre il devra te tuer après :-))))

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce que j'aime bien avec Astrosurf, c'est son côté Muppet Show, avec ses clampins qui essayent d'amuser la galerie sur la scène et ses deux inséparables qui commentent sur leur balcon

Elie, faudra que je fasse un tour en Corse un jour, honte à moi je n'y ai jamais mis les pieds

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Ce que j'aime bien avec Astrosurf, c'est son côté Muppet Show, avec ses clampins qui essayent d'amuser la galerie sur la scène et ses deux inséparables qui commentent sur leur balcon"

Moi ce qui m'amuse dans cet épisode du Muppet Show c'est le gars qui fait croire qu'il fait des images extraordinaires avec un seeing pourri...

Il n'y a que ceux qui n'ont jamais fait d'imagerie planétaire qui peuvent te croire :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et dans le rôle de la grenouille certes talentueuse, mais pédante, cassante, et prétentieuse, il y avait kermitt...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Elie Rousset ; je ne parlais pas de la résolution, mais d'une sorte d'impression en regardant les images. Sur les deux du Pic, par exemple, le niveau de résolution est énorme, mais en même temps j'ai l'impression de regarder à travers un voile, l'image est bizarre. Jldauvergne parlait de diffusion, je trouve l'explication convaincante, après tout j'imagine qu'en très haute résolution le moindre défaut sera amplifié. En tout cas je n'ai jamais eu cette impression à l'oculaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est superbe Thierry, la vallée est incroyable. Et c'est très très bien traité.

Je pense qu'il y aura un nouveau saut qualitatif avec des caméras global shutter à faible bruit (<1e-) qui permettront de raccourcir le temps de pose en dessous de la ms, ce qui est de ce que j'ai vu un temps de cohérence courant en nocturne. L'IMX224 ouvre la voie, mais bientôt ses grands frères global shutter et monochrome arriveront.
Nous pourrons nous caler à 10% de l'histogramme avec des temps de pose très court. On arrive un peu au taquet du rendement quantique, le dernier axe de progression est le bruit de lecture.
L'IMX174 est à 6e-, un capteur à 1e- permettra de poser six fois plus court (je mets le bruit photonique de coté).

Share this post


Link to post
Share on other sites
merci Fred, oui il faut aller vers un raccourcissement du temps de pose, après quand on travaille à la ms l'idéal serait d'avoir un débit de 1000 ips, mais là l'UBS3 ne suffira plus et même nos bons SSD non plus

[Ce message a été modifié par Thierry Legault (Édité le 23-09-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonsoir à tous,

Merci Chonum pour tes explications.

Est-ce que les images prises à seulement 10% de l'histo sont correctes, très correctes, etc. parce que le bruit électronique devient archi faible (>1e-), un peu comme les capteurs Sony en photo numérique de "tous" les jours qui supportent en effet des sous-ex incroyables avec une image récupérable proprement ou est-ce qu'individuellement elles sont seulement potables et le deuxième miracle intervient, la compilation pour réduire drastiquement ce bruit mais le premier miracle a déjà eu lieu : la prise de vue très rapide - même sur la lune -, pour figer au maximum la turbulence, c'est à dire le cas le plus fréquent ?

Donc les caméras actuelles sont déjà prêtes pour le grand soir sans turbulence ou sans trop de turbulence...
Les nouvelles générations sont pour les soirs malheureusement classiques, surtout avec 14" (ou au dessus) ou bien pour pouvoir, le grand soir, modifier le rapport F/D et bénéficier d'un échantillonnage plus petit encore et utiliser cette possibilité technique d'exposition à seulement 10% ?. Dis autrement, est-ce que le pouvoir séparateur de nos instrument en visuel n'aura plus rien à voir avec ces nouvelles cameras + le grand soir ? Que celui indiqué sur les docs n'est que théorique, en visuel qui plus est ? Il me semblait que vous calculiez l'échantillonnage par rapport à ce pouvoir séparateur ? Est-ce que je me trompe ?

Gérard, à l'époque argentique, me disait sa frustration de ne pouvoir photographier ce qu'il voyait dans son C8 ou son TSC. J'ai eu l'occasion de tirer son Clavius où l'on devine la rainure D et effectivement on est loin de ce que l'on pouvait voir par très bonnes conditions. En numérique et avec son très bon C8 EDGE,(sa technique ça c'est moi qui rajoute) il me dit enfin commencer à photographier ce qu'il voit. En tous cas, il n'y a plus un monde d'écart. Comme je vois dans mon Dobson 14" par seulement conditions correctes (5/10 échelle P) ce qu'à photographié Christian Viladrich et un peu moins que la Vallée des Alpes de Thierry, je suis intimement convaincu que par très bonnes conditions et en montant le grossissement à 800x je peux voir facilement cette photo.

Mon présupposé allait dans le sens que l'on va juste photographier enfin ce que l'on voit par très bons soirs et que donc les conditions idéales n'allaient améliorer qu'un peu les images déjà impressionnantes car on est proche de ce que l'on voit. Que par un miracle - qui me fascine ! - en grand partie technique, des images incroyables peuvent être ramenées par turbulence moyenne voire médiocre en 2015 (en moyenne évidemment car Thierry attend patiemment le trou de turbulence) alors que le même Thierry donc avec la même brillante maîtrise technique ne le pouvait pas il y plus de trois ans. La technique aide même les meilleurs !... mais également les moins bons... Amstrong sans dopage aurait gagné aussi le tour de France à mon avis. Et en tant qu'observateur attentif depuis trente ans des images qui circulent, je note que cette avancée technique profite à de nombreux astrophotographes car la qualité moyenne à fait un bon an avant ces derniers temps. C'est comme en photo classique que je connais bien, la technique permet un nivellement vers le haut et un rapprochement très sérieux des différences. Troublant, déstabilisant, désarmant mais incontestable ! Je le constate dans mon métier... Heureusement reste le regard, plus compliqué à exprimer en astrophoto car nous avons tous le même point de vue.

Donc j'ai bien noté vos réponses et si je retranscris bien vos propos, il y a aura bien une amélioration clairement visible des images par faible turbulence (+ maîtrise technique cela va s'en dire) Ma question allait donc dans le sens : peut-on photographier plus qu'on ne voit avec ces nouvelles caméras + logiciels + grand soir + maîtrise technique hors pair grâce à un échantillonnage adhoc ?
(Je n'ai donc pas fini de me régaler ! et comme je partage la même passion que vous je saurai être patient... et il n'y a pas de malice dans cette remarque : je suis un contemplatif née. Mon école photographique se trouve notamment du côté d'Ansel Adams. Vous aurez compris que je précise car les forums, par écrit, s'exonèrent du non-verbal, si important en communication pour se rapprocher du message que l'on a vraiment voulu faire passer, si possible sans froisser personne. D'ou l'importance de la reformulation en CNV, presque impossible malheureusement dans cette formule... et c'est parfois trop tard. C'est la limite de l'exercice. Je l'accepte).

Et enfin je partage l'avis d'Elie sur le fait que quand les images sont propres et, semble-t-il à partir d'un certain niveau de détails, on peut en effet les agrandir au delà de 100% et elles conservent du détail et du modelé. Quand on se recule un poil de son écran, on pourrait presque croire qu'elles sont à 100%. Les meilleurs capteurs d'aujourd'hui permettent cela et les images du Pic également. Sauf si le rapport F/D est différent de ceux que vous utilisez avec vos instrument plus modestes, je ne vois cependant pas pourquoi il en est autrement au 1M fondamentalement ? Pourquoi il semble se passer autre chose avec les images du Pic ou au 1 m en général (Pic, Géa, Cardoen) ?

Merci de m'avoir lu, Arnaud FRICH.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Bonjour,

Le plus simple serait d'avoir des bouts des vidéos ayant permis de faire ces images (en jouant le jeu... pas les pires. Il serait peut-être nécessaire de les compresser un poil - ce qui peut se faire sans difficulté - pour que ça ne soit pas trop lourd à uploader/télécharger ; ça ne changerait rien à ce qu'on pourrait y voir si c'est bien fait).

Le débat serait alors tranché immédiatement puisque chacun pourrait se faire son idée en fonction de ce qu'il a l'habitude de rencontrer.

Mais je crains qu'il ne faille jamais y compter...
Ce genre de demande, déjà faite ici où là auprès des "meilleurs", n'a jamais abouti (il y a toujours de bonnes raisons de ne pas pouvoir le faire, pourtant désormais des espaces de stockage gratuit sont disponibles un peu partout).

Voilà, pour une fois cela serait vraiment instructif (et j'irai même jusqu'à dire super intéressant/chouette/beau,etc... bref, mettre un mot au choix), en tout cas plus qu'une appréciation qui, de toute façon, ne fera jamais rien d'autre que de refléter l'expérience et l'appréciation de l'auteur (et/ou son habitude de côtoyer de bons/excellents seeing).

Maintenant... et bien c'est super si certains peuvent faire des miracles quand c'est mauvais/médiocre, grâce aux progrès technologiques ! Il n'y a qu'à lire ici ou là ce qui est écrit en accompagnement des meilleurs images qui paraissent ici depuis un bon moment.

Perso, quand c'est pourri (ce que moi j'appelle pourri) je ne peux rien tirer de quoi que ce soit (mais bon... je n'ai pas l'expérience des "meilleurs" et je m'y prends probablement très mal).

Probablement un message qui ne servira à rien... vu que depuis quelques mois (mais bientôt années), les miracles de la technologie sont légions.

(Attention, qu'on soit bien clair, je crois aux avancées technologiques... mais jusqu'à un certain point. Je crois surtout au bon matériel, servi par une personne compétente, sous un ciel - relativement - stable).
La technologie permet alors effectivement d'obtenir, maintenant, de (biens) meilleurs résultats qu'il y a 10 ans (et plus).

Mais pour les miracles, par contre, la meilleure technique reste quand même le cierge à l'église ou la prière du matin/soir, au choix !


Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Bruno ;o)
C’est sans doute un truc difficile à trancher car on est au niveau de l’appréciation ou de la sensation (un peu comme les discussion sur les couleurs ou en général on est jamais tous d’accord) pour mois ces images sont très naturelles, au niveau traitement (sous Iris à l’époque) je n’ai pas eu besoin de forcer les ondelettes, des les premiers empilements les détails ressortaient comme par magie . . . à tel point qu’avec Jean-Luc et Philippe on est resté baba lorsque l’on a vu la première image s’afficher sur l’écran. J’ai aussi un long passé d’observateur planétaire en visuel (une dizaine d’années avant de me lancer dans l’imagerie en 2000).
Comme quoi on ne voit pas forcément tous la même chose et on a pas tous le même ressenti, en regardant la même photo . . . est c’est pas plus mal ;o)

Salut Fred ;o) elle marche bien ta BASLER 1920 ;o) maintenant il faut que je monte un peu plus souvent pour en tirer un meilleur parti ;o) (bon Thierry . . . lui il l’a maîtrisé de suite . . . mais c’est Thierry ;o)

Salut Thierry ;o)
« faudra que je fasse un tour en Corse un jour, honte à moi je n'y ai jamais mis les pieds » En voilà une super nouvelle ;o) préviens moi quelque temps avant, que je puisse me libérer pour te faire découvrir quelque coins sympas de l’île . Selon la saison on peut même envisager un séjour sur le plateau du Coscione (on a l’autorisation avec le club de monter y camper quelques nuits par an). On t’attend de pied ferme sur l’île ;o)))

Concernant la discussion sur le niveau de turbulence . . . il faut je pense s’avoir modérer ses avis. Sur mon site du Pigno, pourtant réputé, je ne suis jamais monté à plus de 7 (échelle de pickering), en général s’il n’y a pas de vent c’est entre 5 et 6. C’est vrai que pratiquant en nomade, je ne monte pas aussi souvent que je le voudrais (et même depuis plus un an . . . beaucoup moins souvent), Aussi il est fort possible que le site réserve des soirées plus favorables . . . et que je passe au travers.
Je n’ai jamais (que se soit sur le MEADE 250, le Cassegrain de 305 ou le C14) pu visualiser une figure d’Airy, me permettant de finaliser ma colim au dernier niveau. C’est pour ça que j’ai essayé (j’ai peu être été un des premiers en 2001) la collimation avec la caméra (ce qui est plus pratique car on visualise en direct à l’écran l’action de la clé Allen ).
Selon les conditions, j’ai même parfois du mal à être certain de mes réglages au dernier niveau.
Cela ne m’a pas empêché de réaliser quelques images sympas, même si je suis loin du niveau et du professionnalisme des pointures de la liste. Chaque nouvelle image me donne autant de plaisir que la première réalisée en 2000 avec le C8 posé sur la table visant la Lune à travers la fenêtre ouverte de ma cuisine ;o)
Il ne faut pas oublier non plus le coté qualitatif de la turbulence. Qui n’a pas été étonné du résultat obtenu sur un film disons visuellement pas terrible ? A tel point que parfois on a des surprises en traitant un vieux film (oubliés dans un tiroir) que l’on avait laissé là tellement on était sur de la médiocrité du résultat.
L’inverse est également possible (et je dirais même plus fréquent) à peine rentré on est pressé de traiter tellement cela paraît prometteur . . . Et finalement c’est une grande désillusion, la stabilité apparente des films est parfois trompeuse, c’est souvent la qualité individuelles des images qui prime, et encore je ne parle même pas de la déformations (plus ou moins rattrapables avec les logiciels de traitements). Il n’y a pas deux soirées comparables. En général l’estimation est faite en début de soirée, lors de la phase de collimation, ensuite lorsque l’on filme, cela passe toujours trop vite et on est tellement hypnotisé devant l’écran que l’on ne va pas prendre le temps de viser une étoile pour contrôler si cela a évolué.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this