Sign in to follow this  
Lucien

Couleurs des planètes : à la mire

Recommended Posts

Bonjour,

Oui.
On va l'avouer sans même la torture; j'ai négligé la couleur des planètes pendant dix ans ou plus !

C'est d'autant plus étonnant que j'ai souvent pris grand soin de ces couleurs mais pour la photographie non astronomique.

D'ailleurs les matériels correspondants sont rangés dans des endroits bien séparés.
Et dans le quotidien, il y aurait comme deux cerveaux qui fonctionnent différemment suivant l'application.

Pourtant ce n'est guère compliqué. Et même étonnamment facile avec un capteur couleurs que de les équilibrer ces couleurs.

Il faut disposer d'une mire photographique avec des gris étalonnées.
Ici je prends une SCUADRA TrueColors avec les valeurs 'Lab' données au verso : L = 71 a=-1.5 et b = 0 sur la mienne.
Bon, on s'en fiche si vous voulez !

Voir :
www.scuadra.fr

mais il y en a bien d'autres.


On la photographie en plein soleil vers 13 ou 14 heures, avec un capteur couleurs et filtre anti-infrarouge.
Ici ZWO ASI224MC et filtre ASTRONOMIK antiIR.

On règle le gain du canal Rouge et du canal Bleu dans Firecapture afin d'obtenir un gris neutre; les intensités des trois canaux doivent être très proches; GAMMA off ou 50.
Pour ce faire, on procède à plusieurs prises de vues et on analyse ensuite le résultat.

NB: le canal Vert n'est pas réglable en Gain, donc on règle les deux autres.

Une fois ce travail fait, on colle une étiquette sur la caméra ;
par exemple WRed = 60 et WBlue = 85.
On peut utiliser IRIS ou Photoshop...en bricolant un peu afin de faire les mesures pour chaque canal.
.
.
.

.
.
.
Le fait de travailler en Raw ne change rien au résultat.
C'est fait en cinq minutes tout au plus et c'est définitif pour les prises de vues dans le visible.

Bon on ne corrige pas l’atmosphère mais ce n'est pas à la prise de vue de le faire à mon sens.
Et puis faut-il le faire ? On voit ce que l'on voit.

Les couleurs obtenues sont valables si on n'accentue pas trop. Sinon elles vont dériver.
Néanmoins on peut contenir la dérive par diverses astuces mais on en reparlera.
De toute façon, il ne faudrait pas traiter trop dur.

Pour la prise de vue de la mire, on peut également utiliser le petit objectif fourni avec la caméra. Cependant il ne comporte pas de filtre antiIR.
Il faut donc en mettre un devant.
On voit la différence sans et avec filtre anti-infrarouge.
.
.
.

.
.
.
Il ne faut espérer compenser l'absence de filtre par un réglage de la balance des blancs. Ceci reste vrai même en cas de défiltrage partiel.
Ou alors il ne faut pas être exigeant !
.
.
.

.
.

Ici, on fait une vérification rapide sur l'herbe afin de tester s'il y a des dominantes. Au moment du test la lumière était rapidement changeante.
.
.

.
.

Concernant le soleil, il faudrait qu'il soit assez haut dans le ciel et dans un environnement de prise de vue peu coloré et loin de la verdure.
Dans ces conditions on peut espérer une température de couleur de l'ordre de 5600 à 6000°K.
Si l'on garde toujours le même réglage de WRed et WBleu, on pourra facilement comparer l'évolution des couleurs d'une planète lorsqu'elle grimpe sur l'horizon.

Bon certains vont dire qu'il n'aiment pas les couleurs ainsi obtenues.
C'est vrai que l'on peut toujours changer les couleurs du monde à défaut de changer celui-ci.
Concernant les capteur monochromes, on en reparlera aussi. Mais ce n'est guère plus compliqué.

Et puis si l'on veut se laisser aller, autant le faire en noir et blanc.
Ici c'était en 2011 avec le petit 180 mm.
.
.


.
.

Avec la météo actuelle, il y a de quoi se faire du mal à regarder les anciennes images. Mais pas leurs couleurs !

Pour finir, une fois que la caméra est calibrée avec son filtre antiIR,
on peut s'en servir pour régler un écran si l'on ne dispose pas de sonde.
Du moins on peut approcher ce réglage.

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Bonsoir,
oui tous les photographes pro nature, mode, architecture utilisent une "charte de gris neutre(à 18%)" depuis .....des lustres.

En astro, en faisant de même avec cette charte "au soleil", on obtient forcement une bonne balance en passant par PS, Camera raw, ....
On obtient aussi les coef RVB pour Iris par exemple

Merci, bon article

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
Polo,
tu avais fait une très belle rotation de Jupiter ce soir là !

Christian,
Rien de nouveau ici et c'est vraiment basique.

Merci astrotech.

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites

eh oui lucien ! dommage que je n'avais pas l'asi120mm et j'ai fait des progrès en traitement depuis et merci à neb en passant qui m'a beaucoup aidé
! depuis j'attends toujours un 22 novembre 2011 .......
polo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neb,

Les mires couleurs j'en possède une. Mais je ne m'en sers pas vraiment.
Pour les exploiter il faudrait disposer d'un colorimètre afin de créer un profil couleur pour une imprimante ou un scanner par exemple.


Polo,

ben oui. On l'attend ce jour de faible turbulence.
C'est là que le choix d'un site est primordial, quand choix il y a.

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hello Lucien,
Oui, mais... tu sais bien qu'il y a plusieurs facteurs qui feront qu'en pratique, cet étalonnage ne permettra pas d'avoir des couleurs correctement rendues, dans la mesure où une minuscule variation de seulement 1 à 3 % de l'une ou l'autre des couleurs suffit à faire une différence notable à l'oeil.
Rien que le fait de pratiquer l'étalonnage au Soleil va donner des résultats différents en fonction de la hauteur de ce dernier (saison) mais aussi de la transparence du ciel. Bon admettons qu'on s'accorde sur un test au mois de juin, mais après, entre un ciel de traîne lavé et un ciel d'anticyclone poussiéreux, on doit bien avoir une variation de 5 points de bleu (à la louche hein). Variation qui va biaiser le résultat. Et encore là c'est que l'amont du truc.
Donc si l'objectif est de déterminer les bons paramètres Wred et Wblue dans FC, c'est bien compliqué pour peu ou prou retrouver le même résultat qu'un oeil exercé aura eu juste en regardant la planète sur son écran...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut à tous,

Si on veut faire les choses très précisément, c'est possible.
Se fixer une température de couleurs pour le blanc. Par exemple 6500 K comme pour les écrans. C'est sûr qu'il y a là matière à discussion ;-)
Éclairer la mire avec une source étalonnée à 6500 k (ça se trouve).
Et le tour est joué :-)
Ce serait intéressant de creuser cette approche pour voir où elle mène.


Share this post


Link to post
Share on other sites
Hello

quote:
une minuscule variation de seulement 1 à 3 % de l'une ou l'autre des couleurs suffit à faire une différence notable à l'oeil.

A l'oeil, les écarts de rendu entre divers cadors paraissent souvent faramineux !
Et la pipette confirme bien des écarts bien plus grands que quelques % !

quote:
Ce serait intéressant de creuser cette approche pour voir où elle mène.

Oui, mais cette approche ne passionne vraiment pas les foules !

[Ce message a été modifié par Nebulium (Édité le 17-04-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Christophe,

Tu tentes de gommer les effets variables de l'atmosphère sur les couleurs par ton expérience à l'oculaire.
Mais l’expérience et surtout les yeux, c'est difficile à acquérir.


Christian, tu m'as un peu devancé.
En effet l'idée ici est de régler sa caméra une fois pour toutes sur une source et ensuite de ne plus en bouger.

A la limite que la source étalon soit discutable, importe assez peu à condition de l'utiliser sans en changer constamment.

Ceci permettrait en quelque sorte, de photographier en Raw du point de vue de la couleur.

D'accord qu'utiliser le soleil va introduire des écarts suivant le cas.
Cependant ils seront nettement moindres que les variations énormes' que l'on constate sur les images des 'planéteux' que nous sommes.
C'est ce que Neb tu indiquais.

Cette façon de faire permettrait d'analyser l'influence de l'atmosphère elle-même si on le souhaitait.

Bon, il y a la question ; faut-il montrer les couleurs plutôt comme elles sont ou plutôt comme les autres s'attendent à ce qu'elles soient.
A chacun sa réponse.
Une lune basse sur l'horizon et à la couleur orangée, on ne va pas la bricoler pour qu'elle apparaisse comme au zénith. (Facile ça !)


Christian,
Je dispose dans le tiroir d'une lampe d'éclairage lumière du jour acquise pour faire des expériences sur les spectres lumineux.
Et comme tu le proposes, on va tenter plus tard de voir un peu ce que l'on peut en faire.


Neb,
C'est vrai que les couleurs ça intéresse peu de monde ici et ça se comprend un peu aussi.

Tout dépend pourquoi on fait principalement des images astronomiques.
J'avoue que les images d'objets ordinaires m'intéressement de moins en moins.
A quoi sert-il d'en accumuler dans des disques durs durant des années ?
Celui qui découvre ces techniques ça se comprend.
De temps en temps décortiquer la technique peut être instructif même si l'on reprenait ensuite les éternelles 'mauvaises' habitudes.

Pour notre bestiaire; au hasard vraiment !
.
.
.

.
.

Finalement, l'ami Jean-Pierre avait raison.

******************************************************
L'imagerie des planètes est un art et pas une science.
On peut reproduire cent fois les mêmes erreurs sans se faire virer.
******************************************************
(Mais c'est pour rigoler.)

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un petit complément pour ceux qui suivent encore ce sujet 'sombre'.

Si l'on souhaite éclairer en intérieur en lumière du jour 'photographique',
il existe des lampes à cet effet.
Il faut veiller à la température de couleur.
Souvent en préconisé du 5500 °K.
Car 6000 et 6500 c'est un poil trop de bleu.

Regarder l'indice IRC sur 3 chiffres : exemple 955.

Le 1er chiffre indique la capacité à distinguer les écarts de couleurs, de 0 à 9.
Le second est la température de couleur : 55 = 5500°K.
http://www.truelight.fr/lampes-true-light/ampoules-spirales-fluocompactes-e27/20w-ampoule-fluocompacte-spirale-e27.html

Je n'ai pas testé cette lampe avec la mire et la caméra ZWO ASI224MC mais dès que je le fais j'en communique le résultat.
Comme ça si ça marche on aura une source étalon 'lumière blanche' dans le bureau.

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
A quoi sert-il d'en accumuler dans des disques durs durant des années ?

Je pense qu'accumuler pendant des décennies des diapos dans des boîtes étiquetées rangées dans des cartons étiquetés et empilés était plus pratique !
Le plus compliqué est de ressortir le projo, sa table et l'écran si on veut savourer mieux qu'à la visionneuse !
Et la stabilité dans le temps du K25 est remarquable

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neb,

Là tu touches un point argentique très sensible !
Point de disques durs.

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pffff !

Attends que je te ressorte mon FocaSport à télémètre couplé qui marchait au Plus X et au K10 (la ruine, plus de 3000 balles les 36 poses !)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Lucien,

y'a t-y au moins une jupiter à moi dans la planche postée, hein ?
J'avoue ne pas me casser la tête là dessus, surtout avec une cam couleur.
C'est simple, si la balance des blancs est bonne, pas de white, si elle n'est pas super, un white et pis c'est tout. Je ne me casse pas la tête dans le sens où nos images sont vues sur des tas d'ordis réglés différemment sans compter les autres appareils devenus assez courant dans les visites : téléphones portables, tablettes, etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Salut Lucien et les autres,

Ah l'égoût et les couleurs !!!
Déjà, les écrans calibrés, c'est un peu comme la collimation.
Je pense même qu'il y a plus d'écrans mal calibrés que de scopes mal collimatés.
Donc pour juger de la couleur d'une image, la moindre des choses serait déjà d'avoir un écran calibré.
Après, on peut causer
Bonne soirée à tous,
Amitiés,
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonsoir lucien
tu vois on imageait en même temps !extrait du film n/b
filtre rouge:

polo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Neb,

J'ai de la Tri-X au réfrigérateur !

Valère,

Oui, je comprends bien pour les couleurs.
Bon, je me dis que si quelqu'un me demandait de lui expliquer comment procéder avec un peu de rigueur, que lui dire ?


Bonsoir Alain,

Une bonne procédure de réglage des couleurs ne tient pas compte du calibrage des écrans.
On peut prélever à la pipette les valeurs des intensités si besoin et ne pas se fier à son œil. On n'est pas dans la photo de mariage ici.
Saperlipopette ! Si l'on souhaitait automatiser nos traitements d'images est-ce vraiment impossible ?
Bonne semaine à toi Alain.

Lucien


Share this post


Link to post
Share on other sites
quote:
Une bonne procédure de réglage des couleurs ne tient pas compte du calibrage des écrans

Chus d'accord avec toi Lucien, mais si tu regardes une image bien calibrée sur un écran pourri, ça va pas le faire non plus !
Bon courage pour la semaine à venir.
Amitiés
AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
Alain,
il faut tout de même régler son écran, c'est la base. On est d'accord.


Bonsoir Polo,

J'ai cru que ça allait s'animer en cliquant sur le bouton !

Lucien

Share this post


Link to post
Share on other sites

hi hi ! c'est une capture d'écran ! j'ai le film ! je sais pas le mettre
polo

Share this post


Link to post
Share on other sites

[Ce message a été modifié par polo0258 (Édité le 17-04-2016).]

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this