thierry91

Mauvaises nouvelles du Webb space telescope

Recommended Posts

:ph34r::ph34r:

Voyons voyons.... qu'est-ce qui peut bien voyager de Los Angelès à la Guyane ? Comme c'est bizarre... Vous avez dit bizarre ?

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Très intéressant, comme plutôt je ne vois aucune date?

Aussi pourquoi "repart?"

Le télescope était à Redondo Beach pas loin de L.A. et dans le même conté?

Pour question de sécureté, ce n'a pas l'air  d'être publié.

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://spaceflightnow.com/2021/09/30/webb-on-the-way-to-french-guiana/


Traduction automatique corrigée :


Un navire transportant le télescope spatial James Webb, ayant couté la modique somme de 10 milliards de dollars, a quitté un port du sud de la Californie le week-end dernier pour entamer un voyage de près de deux semaines vers Kourou, en Guyane française, où il commencera les derniers préparatifs pour un lancement le 18 décembre sur une fusée Ariane 5.


"Le travail sur le télescope spatial James Webb est achevé", a déclaré Paul Hertz, chef de la division d'astrophysique de la NASA, lors d'une présentation au comité consultatif d'astronomie et d'astrophysique plus tôt cette semaine. « Nous avons arrêté de travailler dessus. Il est en route vers la rampe de lancement pour un lancement le 18 décembre.


Eric Smith, scientifique du programme de la NASA pour le télescope Webb, a confirmé mercredi que l'observatoire avait quitté les États-Unis après avoir terminé les derniers tests dans une installation de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie.


"Nous sommes en transit vers Kourou, après avoir quitté les États-Unis maintenant", a déclaré Smith lors de la réunion du comité consultatif.


La NASA garde secrets les détails de l'horaire spécifique du voyage pour des raisons de sécurité. Le navire transportant le télescope Webb traversera le canal de Panama pour passer de l'océan Pacifique à la mer des Caraïbes, puis terminera le voyage jusqu'à Kourou, en Guyane française. En passant par le détroit de Magellan il aurrait pu tester la solidité du bouzin voire même le laver à grande eau avant de le placer sur orbite.  


Smith a déclaré que les chefs de mission disposaient de 13 jours de marge pour que le Webb soit prêt pour le lancement à la date du 18 décembre. Le décollage est prévu en milieu de matinée, heure locale, en Guyane.


Outre le travail pratique sur le télescope lui-même, Smith a déclaré que la NASA et l'ESA surveilleront de près le lancement d'une fusée Ariane 5, le mois prochain, avec un satellite de communication commercial SES et un satellite militaire français. La date de lancement du Webb télescope, le 18 décembre, dépend du succès de cette mission.


L'expédition du télescope en Guyane  fait suite à une série de tests à Northrop Grumman pour s'assurer qu'il peut résister aux rigueurs du lancement. Les tests ont soumis l'observatoire aux vibrations et à l'énergie sonore qu'il subira à l'intérieur du carénage de charge utile de son lanceur.


Ensuite, les ingénieurs ont effectué des tests finaux pour déployer les miroirs et le pare-soleil de l'observatoire, vérifiant que les mécanismes de déploiement sont prêts à fonctionner. C'était la dernière fois que les composants du Webb se déploieraient en configuration de vol avant le décollage.


Une fois ces tests terminés, les équipages de Northrop Grumman ont replié l'observatoire et l'ont placé dans un conteneur maritime climatisé pour le voyage.


Le successeur du télescope spatial Hubble, est un projet conjoint entre la NASA, l'Agence spatiale européenne et l'Agence spatiale canadienne. Le coût total de l'observatoire avoisine les 10 milliards de dollars, faisant de ce telescope, la mission scientifique la plus coûteuse et la plus complexe jamais lancée.


Les travaux de conception avaient commencé dans les années 1990 et la NASA avait attribué un contrat à Northrop Grumman en 2002 pour superviser la construction de l'observatoire. Avec l'expédition du Webb à Kourou, le projet est dans la dernière ligne droite avant son lancement.


L'une des contributions de l'ESA est la fusée Ariane 5 qui le lancera vers son poste d'exploitation à près d'1,5 million de kilomètres de la Terre.


Après le lancement, l'observatoire entamera une séquence de déploiements décisifs pour étendre son panneau solaire, son antenne à gain élevé et ses segments de miroir. Webb dispose également d'un pare-soleil à cinq couches pour protéger ses miroirs, ses détecteurs et ses instruments scientifiques, gardant le télescope à une température inférieure à moins 223 degrés Celsius.


Fabriquée en Kapton revêtu d'aluminium, chaque couche du pare-soleil est aussi fine qu'un cheveu humain. Le parasol se déploiera, couvrant la taille d'un court de tennis une fois que le télescope sera dans l'espace. 


Les capteurs infrarouges de l'observatoire scruteront les régions les plus anciennes et les plus éloignées de l'univers pour étudier certaines des premières étoiles et galaxies qui se sont formées après le Big Bang, il y a plus de 13,5 milliards d'années.
Les astronomes  l'utiliseront également pour examiner comment les galaxies se forment et évoluent, pour étudier la naissance des étoiles et pour en savoir plus sur les atmosphères des planètes qui pourraient être hospitalières pour la vie en dehors de notre système solaire.


Une fois que le télescope arrivera au Centre spatial guyanais, le site de lancement d'Ariane 5, les équipes déballeront l'observatoire de son contener d'expédition et commenceront les tests  des systèmes pour s'assurer qu'il a résisté au voyage intercontinental depuis la Californie.


L'équipement de soutien au sol pour Webb est déjà arrivé au Centre spatial guyanais.


"Ils commencent à assembler les parois du filtre HEPA", a déclaré Smith. « Cela nous donnera un environnement plus propre dans les installations de traitement (car il est vrai que les Français ne sont pas connus pour une hygiène irréprochable) >:(. Les techniciens américains ^_^ sont donc sur le terrain à Kourou, depuis environ une semaine, (pour s'assurer de la propreté des lieux.) :/ »


Les contrôleurs du Space Telescope Science Institute de Baltimore prendront le commandement du Webb après sa séparation de la fusée Ariane 5 environ une demi-heure après le décollage. Smith a déclaré que l'équipe de contrôle à Baltimore procédera à un dernier exercice de préparation pour le lancement et de la mise en service, le mois prochain.


"Ce sera l'exercice de préparation au lancement n ° 6", a déclaré Smith. "Grâce à cela, tous les aspects des déploiements et de la mise en service de l'observatoire auront été exercés."


D'autres travaux prévus au Centre spatial guyanais incluent le montage du Webb sur son adaptateur de charge utile, la structure qui le fixera au sommet de la fusée Ariane 5. Ensuite, les techniciens chargeront des propulseurs à base d'hydrazine et de tétroxyde d'azote dans le vaisseau spatial.


Les propergols liquides alimenteront les propulseurs de manœuvre du télescope pour maintenir le cap vers sa destination à un million de kilomètres de la Terre et maintenir sa trajectoire autour du deuxième point de Lagrange, ou L2. En orbite autour de L2, l'équilibre de l'attraction gravitationnelle de la Terre et du soleil le maintiendra dans une région relativement stable, offrant à l'observatoire une vue imprenable sur l'espace lointain.


Les équipes au sol en Guyane française déplaceront ensuite le vaisseau spatial vers le bâtiment d'assemblage final de la fusée Ariane 5 pour le monter sur le lanceur. L'Ariane 5 entièrement assemblée sera plaçée sur la rampe de lancement un jour avant le décollage.


La mise en service après le lancement durera environ six mois, a déclaré Smith. Ce temps comprend tous les déploiements, la croisière vers le lieu d'observation au-delà de l'orbite de la lune et le refroidissement progressif des détecteurs infrarouges du télescope à des températures cryogéniques.


Les conditions très froides permettront aux instruments du télescope d'être suffisamment sensibles pour détecter la faible lumière de certains des objets les plus vieux de l'univers.
 

  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour l'article, mais je me permet d'avoir quelques doutes--comme il est écrit dans l'article "pour des raisons de sécurité ," on ne sait pas la location du JWT --Il est peut être déjà sur place? Le canal est facilement accessible pour . . .?

Share this post


Link to post
Share on other sites

:o:o:o

ENFER !!

Un porte-container s'est mis en travers du canal de Panama avant de tomber en panne !!!

Les experts parlent de deux mois d'attente avant que le trafic reprenne !!! :o

 

 

:ph34r:

  • Love 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est pas drôle! :P

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 3 heures, RL38 a dit :

C'est pas drôle!

 

Pareil !... pffff >:(

 

... Un bon canal suffira à notre bonheur..

  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce bazar est en retard depuis tellement d'années que, un, j'en ai plus rien à f....e, deux, j'en reviens pas qu'il soye susceptible de décoller dans seulement un mois !!!

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 57 minutes, Superfulgur a dit :

susceptible

 

Vu tout ce qu'il prend dans le miroir sur ce forum, j'espère qu'il ne l'est pas trop, sinon il va se froisser et nous faire du flou...

:ph34r:

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, jackbauer 2 a dit :

Un porte-container s'est mis en travers du canal de Panama avant de tomber en panne !!!

Les experts parlent de deux mois d'attente avant que le trafic reprenne !!! :o

 

 

Peut être que le JWT était déjà passé avant?

A moins que cela soit le porte container lui même?

Pas de ransom demendée encore?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Superfulgur a dit :

Ce bazar est en retard depuis tellement d'années que, un, j'en ai plus rien à f....e, deux, j'en reviens pas qu'il soye susceptible de décoller dans seulement un mois !!!

 

 

 

Pourtant, si tout va bien, c'est potentiellement des grandes découvertes qui nous attendent dans tous les domaines !!

Mais il est construit depuis tellement de temps, n'est-il pas déjà usé avant d'avoir servi ?

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 12 heures, Superfulgur a dit :

Ce bazar est en retard depuis tellement d'années que, un, j'en ai plus rien à f....e, deux, j'en reviens pas qu'il soye susceptible de décoller dans seulement un mois !!!

 

 

NON ce n'est pas un bazar--à ce prix.

En astronomie la patience est primordiale.  ;-)

 

J'espère que ce n'est pas un "hijack" ou "boat jack" ou encore "scopejack"

En Français serait ce un détournement pour ransom?

 

Jack, en aucun cas une injure, je ne suis pas sûr pourquoi le nom?

Edited by VNA1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Sounds like fake news... Non ?? 😌😌

Edited by Pepit0

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Pepit0 a dit :

Sounds like fake news... Non ?? 😌😌

 

Je l'espère bien, mais le JWT est vulnérable si il est arrêté, de plus le climat n'est pas des meilleurs--sans aucun doute dans un container climatisé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, VNA1 a dit :

Je l'espère bien, mais le JWT est vulnérable si il est arrêté, de plus le climat n'est pas des meilleurs--sans aucun doute dans un container climatisé.

 

C'est vrai que le climat au L2 est bien plus clément... :P

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais il faut déjà y arriver ! Sans jouer au sous-marin...

 

Et ensuite ouvrir ses parapluies, déplier son miroir, ses panneaux divers.

 

Encore de quoi s’angoisser !

 

Une belle prise de risque à dix milliards ! :/

Share this post


Link to post
Share on other sites

:o:o

Mais c'est pas poss....

La coque vient de heurter une vielle mine de la 2ème guerre mondiale... :(

 

 

image.jpg

  • Haha 4
  • Confused 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 21 heures, starjack a dit :

Une belle prise de risque à dix milliards ! :/

 

Après les derniers évènements rapportés par Jack, Kaptain pourrait s’écrier : "Dix milliards de mille sabords !!! >:("

  • Like 2
  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

simplifions l’équation stp @Alain MOREAU

10.000.000.000.000 -1000 = 9.000.000.009.000

donc  9 mille milliard 9000 sabord....

t'es chiant à en faire toujours trop :S

 

 

 

 

 

 

 

 

;P

 

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Gloups ! J'ai bon espoir d'une plaisanterie mais sait-on jamais, ce truc est une telle galère... :S

Le plus horrible : arrivé au lagrangien final, il tombe en panne ! :oO.o:(

Share this post


Link to post
Share on other sites

9_9

Bon, c'était pour rire !

Maintenant que la "bête" est arrivée à bon port, en relative discrétion, la NASA peut communiquer sur le transfert.

L'essentiel en traduction automatique :

 

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2021/how-to-ship-the-world-s-largest-space-telescope-1500-miles-across-the-ocean

 

Comment expédier le plus grand télescope spatial du monde à 1 500 milles à travers l’océan

 

Webb a été expédié de Californie le 26 septembre, passant finalement par le canal de Panama pour atteindre le port de Pariacabo - situé sur la rivière Kourou en  Guyane Française, sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud - le 12 octobre. Webb sera maintenant conduit à son site de lancement, le port spatial européen de Kourou, où il commencera deux mois de préparatifs opérationnels avant son lancement prévu le 18 décembre.
(...)
Une « valise » sur mesure
En tant que machine unique en son genre, Webb avait besoin d’une « valise » colossale et spécialement conçue connue sous le nom de STTARS,abréviation de Space Telescope Transporter for Air, Road and Sea. STTARS pèse environ 168 000 livres (76 000 kilogrammes). Il mesure 18 pieds (5,5 mètres) de haut, 15 pieds (4,6 mètres) de large et 110 pieds (33,5 mètres) de long, soit environ deux fois la longueur d’une semi-remorque.

Ce conteneur personnalisé a été équipé pour toutes les conditions extrêmes ou inattendues que Webb aurait pu rencontrer pendant le voyage. Lors de la conception, de la construction et des tests de STTARS, les ingénieurs ont soigneusement testé la meilleure façon de protéger le conteneur contre les fortes pluies et d’autres facteurs environnementaux.
(...)
l’équipe a choisi de transporter Webb par mer à Kourou en raison de la logistique de l’atterrissage à l’aéroport de Cayenne en Guyane. La route de 40 milles (65 kilomètres) entre l’aéroport et le site de lancement comprend sept ponts que STTARS aurait été trop lourd à traverser. De plus, le trajet du port de Pariacabo au site de lancement de Webb est relativement court. En comparaison, un trajet de l’aéroport de Cayenne au site de lancement, en tenant compte des vitesses lentes de STTARS et d’autres contraintes, aurait pris environ deux jours.
(...)
Comparé à la turbulence du transport aérien et aux forces subies lors de l’atterrissage, voyager par mer à bord du cargo MN Colibri était littéralement une navigation en douceur. MN Colibri a été conçu spécifiquement pour transporter d’énormes pièces de fusée ainsi que des charges utiles sensibles vers le port spatial européen, également connu sous le nom de Centre spatial guyanais. En moyenne, le navire naviguait à environ 15 nœuds, soit 17 milles à l’heure (27 kilomètres à l’heure). Sandra Irish, ingénieure en chef des structures pour Webb chez Goddard, était chargée de s’assurer qu’aucune contrainte ne « secouerait le bateau » au-delà d’un niveau accepté. En collaboration avec la compagnie maritime et l’équipage, elle et son équipe ont assuré un itinéraire de navire pour STTARS qui évitait les eaux agitées.
(...)
STTARS est essentiellement une salle blanche mobile. Lorsque Webb est en mouvement, STTARS maintient un faible niveau de contaminants à l’intérieur du conteneur – pas plus de 100 particules en suspension dans l’air d’une taille supérieure ou égale à 0,5 micron. Pour référence, un demi-micron ne représente qu’un centième de la largeur d’un cheveu humain !

L’équipe de contrôle de la contamination de Webb a utilisé plusieurs méthodes éprouvées pour nettoyer l’extérieur et l’intérieur du conteneur et le préparer à recevoir et à transporter Webb. Les membres ont soigneusement inspecté chaque vis, écrou et boulon à la recherche de contaminants résiduels à l’aide de la lumière ultraviolette. Ensuite, Webb a été installé dans STTARS alors que les deux étaient à l’intérieur de la salle blanche Northrop Grumman. Cela scellera la propreté jusqu’à ce que STTARS puisse être ouvert à l’intérieur de la salle blanche de réception sur le site de lancement.

STTARS a navigué vers la Guyane à l’intérieur de la soute du MN Colibri,à l’abri des intempéries et de la mer, ainsi que d’autres équipements et fournitures pour les préparatifs de lancement. Un système sophistiqué de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) conçu pour STTARS surveillait et contrôlait l’humidité et la température à l’intérieur du conteneur. Plusieurs remorques d’accompagnement, chargées de dizaines de bouteilles sous pression, fournissaient un approvisionnement continu en air pur, fabriqué et sec à l’intérieur du transporteur.

 

 

 

 

 

Edited by jackbauer 2
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now