jackbauer 2

Exoplanètes : dernières découvertes

Recommended Posts

https://www.eso.org/public/france/news/eso1905/

 

L’instrument GRAVITY innove dans le domaine de l’imagerie exoplanétaire


Grâce à l’interférométrie optique, un instrument de pointe installé sur le VLTI révèle les dégâts causés par une tempête à la surface d’une exoplanète

 

L’instrument GRAVITY qui équipe l’Interféromètre du Very Large Telescope (VLTI) de l’ESO a effectué la première observation directe d’une exoplanète au moyen de l’interférométrie optique. Cette technique a révélé l’existence d’une atmosphère exoplanétaire complexe composée de nuages de fer et de silicates emportés dans une tempête à l’échelle planétaire. Cette technique offre des possibilités uniques de caractériser nombre d’exoplanètes connues à ce jour.
Ce résultat a été annoncé ce jour par la collaboration GRAVITY [1] au travers de la publication d’une lettre au sein de la revue  Astronomy and Astrophysics. Y sont présentées les observations de l’exoplanète HR 8799e effectuées au moyen de l’interférométrie optique. Cette exoplanète fut découverte en 2010 en orbite autour de la jeune étoile HR8799 de la séquence principale, distante de quelque 129 années lumière de la Terre et nichée au coeur de la constellation de Pégase.
(...)
C’est la toute première fois que l’interférométrie optique est utilisée pour discerner les détails d’une exoplanète. Cette nouvelle technique a permis d’obtenir un spectre d’une qualité inégalée, dix fois plus détaillé que toutes les observations antérieures. Les mesures effectuées par l’équipe ont révélé la composition de l’atmosphère de HR 8799e – quelques surprises furent au rendez-vous.
“Notre analyse a montré que HR8799e est dotée d’une atmosphère composée d’une quantité de monoxyde de carbone nettement supérieure à celle de méthane – ce qui surprend, connaissant la chimie d’équilibre”, explique Sylvestre Lacour, chercheur CNRS à l’Observatoire de Paris – PSL et à l’Institut Max Planck dédié à la Physique Extraterrestre, par ailleurs leader de l’équipe. “Ce résultat surprenant peut s’expliquer par la présence, au sein de l’atmosphère, de puissants vents verticaux qui empêchent le monoxyde de carbone de s’associer à l’hydrogène afin de donner du méthane.”
L’équipe a découvert que l’atmosphère était également composée de nuages de poussière de fer et de silicates. Ce résultat, combiné à l’excès de monoxyde de carbone, laisse à penser que l’atmosphère de HR8799e subit actuellement une énorme tempête particulièrement violente.
“Nos observations évoquent une boule de gaz illuminée de l’intérieur, des rayons de lumière chaude tourbillonnant au travers de zones orageuses constituées de nuages sombres” ajoute Lacour. “Des mouvement convectifs enserrent les nuages de particules de silicates et de fer, qui se disloquent et s’infiltrent en surface, sous la forme de pluies. En résulte l’image de l’atmosphère dynamique d’une jeune exoplanète géante, subissant de complexes processus physico-chimiques.”

  • Like 5
  • Love 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Il y a 12 heures, jackbauer 2 a dit :

L’instrument GRAVITY innove dans le domaine de l’imagerie exoplanétaire

 

Pour l'instant, si j'ai bien compris, dans l'article, il n'est question que de détection et non pas d'imagerie !   Un jour peut-être ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.eso.org/public/archives/releases/sciencepapers/eso1905/eso1905a.pdf   (anglais)

 

HR 8799 e  spectral type :  L7  brown dwarf  

 

The spectrum, with a signal-to-noise ratio of ≈5 per spectral channel, is compatible with a late-type L brown dwarf

 

With a reduced χ ² of 2.4, the best fit indicates a spectral type close to L7 BD

 

to estimate the orbital parameters and find a semimajor axis of 16.4 (+2.1/−1.1) AU, an eccentricity of 0.15 (± 0.08), and an inclination of 25° (± 8)° .

 

temperature of 1150 ±50 K

surface gravity of 10 4.3 (±0.3) cm s²

 

radius of 1.17 (+0.13/−0.11)  RJup

mass of 10 (+7/−4)  MJup

 

exit:    wow !     L7 brown dwarf   à   HR 8799 e

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28/03/2019 à 11:56, BobMarsian a dit :

Pour l'instant, si j'ai bien compris, dans l'article, il n'est question que de détection et non pas d'imagerie !   Un jour peut-être ?

 

Il y a de la spectro, ce qui permet de connaître la composition chimique des atmosphères ! Même si ça ne permet pas de les voir, c'est quand même bien plus qu'une simple détection et un sacré progrès.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

https://www.scientificamerican.com/article/a-second-planet-may-orbit-earths-nearest-neighboring-star/

 

Une deuxième planète autour de notre plus proche voisine, Proxima du Centaure ?
Des astronomes, en utilisant les données de HARPS engrangées depuis des années ont peut-être détecté une candidate de 6 fois la masse de la Terre et gravitant en 1894 jours autour de la naine rouge. On est là à la limite des capacités de HARPS et il faudra la confirmer avec ESPRESSO ou même GAIA d'ici quelques années.
Avec 6 masses terrestres on serait en présence d'une "super-Terre", specimen qui n'existe pas dans notre système mais est omniprésentes parmi les 4.000 exoplanètes aujourd'hui répertoriées ; Proxima en serait d'autant plus intéressante à étudier : elle pourrait même, selon cette équipe, devenir la 1ère exoplanète photographiée directement en visible (pas en IF comme Beta Pictoris b par exemple)
Apparemment un papier va être publié. A suivre...

 

 

proxima c.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un communiqué de l'Université de Genève :

 

https://www.unige.ch/communication/communiques/2019/des-planetes-decouvertes-apres-20-ans-dobservation-continue/


extrait :
Des planètes découvertes après 20 ans d’observation continue


Une équipe d’astronomes dirigée par l’UNIGE a découvert cinq nouvelles planètes dont les périodes de révolution se situent entre 15 et 40 ans. Il aura fallu 20 ans d’observations régulières pour obtenir ce résultat.
Si plus de 4000 exoplanètes ont été découvertes depuis la première en 1995, l’immense majorité d’entre elles tournent autour de leur étoile avec des périodes de révolution relativement courtes. En effet, pour être certain de la présence d’une planète, il faut attendre qu’elle ait effectué une ou plusieurs révolutions autour de son étoile. Ceci peut prendre quelques jours pour les plus proches de leur étoile, mais des dizaines d’années pour les plus éloignées, comme Jupiter qui met onze ans pour faire le tour du Soleil. Seul un télescope dédié à la recherche des exoplanètes peut réaliser de telles mesures sur d’aussi longues périodes, ce qui est le cas du télescope EULER de l’Université de Genève (UNIGE), situé à l’Observatoire de la Silla au Chili. Ces planètes à longues périodes de révolution intéressent particulièrement les astronomes, car elles font partie d’une population mal connue mais incontournable pour expliquer la formation et l’évolution des planètes. Un article publié par la revue Astronomy & Astrophysics.

 

le papier :
https://arxiv.org/abs/1904.01573
The CORALIE survey for southern extrasolar planets

XVIII. Three new massive planets and two low mass brown dwarfs at separation larger than 5 AU

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 22 heures, jackbauer 2 a dit :

Une équipe d’astronomes dirigée par l’UNIGE a découvert cinq nouvelles planètes dont les périodes de révolution se situent entre 15 et 40 ans. Il aura fallu 20 ans d’observations régulières pour obtenir ce résultat.
Si plus de 4000 exoplanètes ont été découvertes depuis la première en 1995, l’immense majorité d’entre elles tournent autour de leur étoile avec des périodes de révolution relativement courtes. En effet, pour être certain de la présence d’une planète, il faut attendre qu’elle ait effectué une ou plusieurs révolutions autour de son étoile. Ceci peut prendre quelques jours pour les plus proches de leur étoile, mais des dizaines d’années pour les plus éloignées, comme Jupiter qui met onze ans pour faire le tour du Soleil. Seul un télescope dédié à la recherche des exoplanètes peut réaliser de telles mesures sur d’aussi longues périodes, ce qui est le cas du télescope EULER de l’Université de Genève (UNIGE), situé à l’Observatoire de la Silla au Chili. Ces planètes à longues périodes de révolution intéressent particulièrement les astronomes, car elles font partie d’une population mal connue mais incontournable pour expliquer la formation et l’évolution des planètes. Un article publié par la revue Astronomy & Astrophysics.

C'est pas pour dire...

Mais ça fait bientôt 20 ans que je martèle qu'il persiste des biais observationnels évidents et récurrents, entre autres pour les raisons exposées ci-dessus...

Mais nan : "on connait tout, la cause est entendue, notre système est atypique, on est les seuls avec nos géantes gazeuses loin de leur étoile, point-barre."

Ça fait juste 25 ans qu'on a détecté les premières exoplanètes, mais tant pis s'il en faudrait 40 ou 100 pour commencer à disposer d'un échantillon crédible : circulez, y a plus rien à voir !

La plupart d'entre nous mourra sans en avoir le coeur net, mais ça, ce n'est juste pas entendable... tant pis.

(mon coup de gueule du jour ; ceux qui suivent comprendront ;))

Edited by Alain MOREAU
orthographe
  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le ‎14‎/‎04‎/‎2019 à 21:37, jackbauer 2 a dit :

https://www.scientificamerican.com/article/a-second-planet-may-orbit-earths-nearest-neighboring-star/

 

Une deuxième planète autour de notre plus proche voisine, Proxima du Centaure ?
Des astronomes, en utilisant les données de HARPS engrangées depuis des années ont peut-être détecté une candidate de 6 fois la masse de la Terre et gravitant en 1894 jours autour de la naine rouge. On est là à la limite des capacités de HARPS et il faudra la confirmer avec ESPRESSO ou même GAIA d'ici quelques années.
Avec 6 masses terrestres on serait en présence d'une "super-Terre", specimen qui n'existe pas dans notre système mais est omniprésentes parmi les 4.000 exoplanètes aujourd'hui répertoriées ; Proxima en serait d'autant plus intéressante à étudier : elle pourrait même, selon cette équipe, devenir la 1ère exoplanète photographiée directement en visible (pas en IF comme Beta Pictoris b par exemple)
Apparemment un papier va être publier. A suivre...

 

Un article signé S.B sur le site de S&V (le début en accès libre) :

 

https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/un-defi-fou-bientot-une-exoplanete-photographiee-au-flash-49243


Un défi fou : bientôt une exoplanète photographiée au flash ?

 

 

J'ai trouvé la vidéo de la conférence en question ; Apparemment ils ne savaient pas qu'ils étaient filmés ? (visuels avec mention "sous embargo")

 

 

Capture.JPG

 

Capture2.JPG

Edited by jackbauer 2

Share this post


Link to post
Share on other sites


Evidence for a Circumplanetary Disk around Protoplanet PDS 70 b, The Astrophysical Journal (2019). DOI: 10.3847/2041-8213/ab212b

. https://doi.org/10.3847/2041-8213/ab212b
https://phys.org/news/2019-06-physicists-clue-planet-formation.html

 

Two accreting protoplanets around the young star PDS 70
https://arxiv.org/abs/1906.01486

 

Les européens, avec le VLT ont détecté une deuxième planète(PDS c) en formation autour de la jeune étoile PDS 70, ce qui fait de ce système planétaire multiple le deuxième qui ait été "photographié"
Et ce avec l'instrument MUSE, qui n'a pas été conçu à la base pour les exoplanètes
Une autre équipe annonce la découverte pour la première fois d'un disque circumplanétaire autour de la 1ère planète découverte (PDS 70b)
Ce qui tendrait à penser que Jupiter et ses plus gros satellites se sont formés de la même façon

 

 

1-physicistsdi.jpg

Capture.JPG

Capture2.JPG

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voila un communiqué de l'ESO très "excitant" !!!!!  :)

 

On se souvient qu'il y a quelques années, les européens avaient annoncé la découverte d'une planète autour d'Alpha Centauri B (Alpha Cen Bb)

Hélas l'instrument HARPS a fourni des données à la limite de ses possibilités, et la suite (et d'autres équipes) ont démontré que cette exoplanète n'existait probablement pas…

 

Mais il y a 3 ans, l'ESO, bénéficiant de fonds privés, a développé un instrument spécialement conçu pour détecter des planètes autour du système d'Alpha Centauri.

Si l'on en croit leur communiqué, si une ou des planètes au moins deux fois plus grandes que la Terre existent dans la "zone habitable" d'une des deux étoiles, l'instrument NEAR sera capable de les trouver et d'en faire une image !!

 

Traduction automatique + modifications :

 

https://www.eso.org/public/france/news/eso1911/?lang

 

Un nouvel instrument de recherche de planète installé sur le VLT, au Chili, commence un "run" d'observation de 100 heures des étoiles proches Alpha Centauri A et B, dans le but d'être le premier à imager directement une exoplanète dans la zone habitable


Breakthrough Watch, le programme astronomique mondial à la recherche de planètes semblables à la Terre autour d'étoiles proches, et l'Observatoire européen austral (ESO), la plus grande organisation astronomique intergouvernementale en Europe, ont annoncé aujourd'hui la «première lumière» sur un instrument "chasseur" de planète récemment installé sur le VLT dans le désert d'Atacama, Chili.
L'instrument, appelé NEAR (Near Earths in the AlphaCen Region), est conçu pour chasser les exoplanètes dans notre système d'étoiles voisin, Alpha Centauri, dans les «zones habitables» de ses deux étoiles semblables au Soleil, où l'eau pourrait éventuellement exister sous forme liquide. Développé au cours des trois dernières années, il a été construit en collaboration avec l’Université d’Uppsala en Suède, l’Université de Liège en Belgique, le California Institute of Technology aux États-Unis et le Kampf Telescope Optics à Munich en Allemagne.
Depuis le 23 mai, les astronomes de l’ESO au Very Large Telescope (VLT) de l’ESO effectuent une course d’observation de dix jours afin d’établir la présence ou non d’une ou plusieurs planètes dans le système stellaire. Les observations s'achèveront demain 11 juin. Les planètes dans le système (deux fois la taille de la Terre ou plus) seraient détectables avec l'instrumentation améliorée. La plage infrarouge proche de la température est importante car elle correspond à la chaleur émise par une planète candidate et permet donc aux astronomes de déterminer si la température de la planète autorise l’eau liquide.
Alpha Centauri est le système d'étoiles le plus proche de notre système solaire, situé à 4,37 années-lumière (environ 25 000 milliards de kilomètres). Il se compose de deux étoiles semblables au soleil, Alpha Centauri A et B, ainsi que de l’étoile naine rouge, Proxima Centauri. Les connaissances actuelles sur les systèmes planétaires d’Alpha Centauri sont rares. En 2016, une équipe utilisant des instruments de l'ESO a découvert une planète semblable à la Terre en orbite autour de Proxima Centauri. Mais Alpha Centauri A et B restent des contrées inconnues ; La stabilité de tels systèmes d'étoiles binaires pour des planètes semblables à la Terre n'est pas claire, et le moyen le plus prometteur de déterminer s'il en existe autour de ces étoiles proches est de tenter de les observer.
L'imagerie de telles planètes constitue toutefois un défi technique majeur, car la lumière des étoiles qui les réfléchit est généralement des milliards de fois plus faible que la lumière qui nous parvient directement de leurs étoiles hôtes. La résolution d'une petite planète proche de son étoile à une distance de plusieurs années-lumière a été comparée à la découverte d'un papillon de nuit entourant un réverbère à des dizaines de kilomètres. Pour résoudre ce problème, Breakthrough Watch et l'ESO ont lancé en 2016 une collaboration visant à construire un instrument spécial appelé coronographe infrarouge thermique, conçu pour bloquer la majeure partie de la lumière provenant de l'étoile et optimisé pour capturer la lumière infrarouge émise par la surface chaude de une planète en orbite, plutôt que la faible quantité de lumière stellaire qu’elle reflète. Tout comme des objets proches du Soleil (normalement masqués par son éblouissement) peuvent être vus au cours d’une éclipse totale, le coronographe crée une sorte d’éclipse artificielle de son étoile cible, bloquant ainsi sa lumière et permettant de détecter de nombreux objets plus faibles dans son voisinage. . Cela marque une avancée significative dans les capacités d'observation.
Le coronographe a été installé sur l’un des quatre télescopes à ouverture de 8 mètres du VLT, modernisant et modifiant un instrument existant appelé VISIR afin d’optimiser sa sensibilité aux longueurs d’onde infrarouges associées aux exoplanètes potentiellement habitables. Il pourra donc rechercher des signatures de chaleur similaires à celles de la Terre, qui absorbe l’énergie du Soleil et l’émet dans le domaine de la longueur d’onde infrarouge thermique. NEAR modifie l'instrument VISIR existant de trois manières, en combinant plusieurs réalisations d'ingénierie astronomiques de pointe. Premièrement, il adapte l'instrument à la coronographie, ce qui lui permet de réduire considérablement la lumière de l'étoile cible et de révéler ainsi les signatures de planètes terrestres potentielles. Deuxièmement, il utilise une technique appelée optique adaptative pour déformer de manière stratégique le miroir secondaire du télescope, compensant ainsi le flou généré par l’atmosphère terrestre. Troisièmement, il utilise de nouvelles stratégies de hachage qui réduisent également le bruit, tout en permettant potentiellement à l’instrument de basculer rapidement entre les étoiles cibles - aussi vite que toutes les 100 millisecondes - en optimisant le temps disponible au télescope.
Pete Worden, directeur exécutif de Breakthrough Initiatives, a déclaré: «Nous sommes ravis de collaborer avec l’ESO pour la conception, la construction, l’installation et l’utilisation actuelle de ce nouvel instrument innovant. S'il existe des planètes semblables à la Terre autour de l'Alpha Centauri A et B, c'est une grande nouvelle pour tout le monde sur notre planète. "

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/near-bientot-la-premiere-photo-d-une-exo-terre-49845

 

Un article signé S.B sur le site de S&V reprend l'info que j'ai posté post précédent

extrait :
"...Near a été conçu spécifiquement pour détecter une planète de type terrestre située, comme la Terre autour du Soleil, dans la zone dite « habitable », c'est-à-dire là où sa température permet l'existence d'eau à l'état liquide : c'est vers 10 micromètres de longueur d'onde qu'une planète de 15 à 20 °C de température moyenne rayonne le plus !.."

C'est en contradiction avec le communiqué de presse de l'ESO qui parle de planètes ayant 2 fois la taille de la Terre : une "mini-Neptune", donc probablement gazeuse...
Il faut ajouter aussi que les deux étoiles (Alpha Cen A et B) s'éloignent actuellement l'une de l'autre ; L'instrument ESPRESSO en service depuis plus d' an (à quand les premiers résultats ?) a la précision suffisante, lui, pour détecter en vitesse radiale des planètes ayant la même masse que la Terre. Patience...

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a 20 minutes, jackbauer 2 a dit :

C'est en contradiction avec le communiqué de presse de l'ESO qui parle de planètes ayant 2 fois la taille de la Terre : une "mini-Neptune", donc probablement gazeuse...

 

C'est pour ça que l'instrument s'appelle "Near Earths in the Alpha Centauri Region" 

;)

Plus sérieusement, si, Near et Tiki sont conçus pour détecter des planètes telluriques, et si, ils sont capables en principe de détecter des planètes de taille terrestre si elles ont un albedo suffisant.

 

 

 

Edited by Superfulgur

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le ‎10‎/‎06‎/‎2019 à 21:43, jackbauer 2 a dit :

Les observations s'achèveront demain 11 juin. Les planètes dans le système (deux fois la taille de la Terre ou plus) seraient détectables avec l'instrumentation améliorée

(citation du communiqué de l'ESO)

 

Les astronomes estiment actuellement à 1.6 rayons terrestres la limite planète tellurique/planète gazeuse

Bon après les résultats et les prévisions...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Le 10/06/2019 à 21:43, jackbauer 2 a dit :
il y a 28 minutes, jackbauer 2 a dit :

Les astronomes estiment actuellement à 1.6 rayons terrestres la limite planète tellurique/planète gazeuse

Bon après les résultats et les prévisions…

 

 

Lis des trucs sérieux, plutôt que des communiqués de presse approximatifs où qu'on apprend que 4.37 années-lumière, ça fait 25 000 milliards de kilomètres…

 

www.kiss.caltech.edu/workshops/imaging/presentations/Marois.pdf
 

 

 

Edited by Superfulgur
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon effectivement pour le communiqué original en anglais, on parle de " 25 trillion miles", ce qui n'est pas du tout la même chose...
Par contre le lien que tu donnes concerne le projet américain ; Si on revient à notre VLT+NEAR faut lire des docus sérieux :


https://www.eso.org/sci/publications/messenger/archive/no.169-sep17/messenger-no169-16-20.pdf


page 19 :
 Therefore, we expect a final sensitivity of the 100-hr NEAR campaign of 70 μJy, which is sufficient to detect a 1.9-Earth-radii planet with an Earth-like emission spectrum or a 1.3-Earth-radii desert planet emitting like a 325 K black body.

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, jackbauer 2 a dit :

which is sufficient to detect a 1.9-Earth-radii planet with an Earth-like emission spectrum or a 1.3-Earth-radii desert planet emitting like a 325 K black body.

 

Des mini Neptune, hein ?

B|

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bin oui : 1,9 rayon terrestre c'est (très) probablement une planète gazeuse !!!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

1992-2019,  les 4000 premières,  cap franchi le 13 juin  :

 

 

Edited by BobMarsian
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

The Gemini Planet Imager Exoplanet Survey (GPIES) :
Bilan et première étude statistique du Gemini Planet Imager (Gemini South, Chili) portant sur 300 des 531 étoiles observées entre nov. 2014 et avril 2019 (GPIES terminé :().
Parmi les 300 imagées, seulement 6 planètes et 3 naines brunes détectées autour !
Autrement et entre autres, l'étude estime qu'environ 9 % des étoiles massives (M > 1,5 masse solaire : 123 étoiles) possèdent des géantes gazeuses des masses comprises entre 5 et 13 celles de Jupiter orbitant au-delà de 10 UA et seulement 0,8 % d'entre elles accompagnées de naines brunes (13-80 masses joviennes) situées entre 10 et 100 UA.
Aussi, ces mêmes étoiles massives ont quasiment 100 % (99,92) de chance d'avoir une planète (masse 2-13 celle de Jupiter) circulant entre 3 et 100 UA ...

 

"The Gemini Planet Imager Exoplanet Survey: Giant Planet and Brown Dwarf Demographics From 10-100 AU"

Eric L. Nielsen (Stanford University) et al.
- https://arxiv.org/abs/1904.05358  (10 avril 2019)
- https://iopscience.iop.org/article/10.3847/1538-3881/ab16e9 (The Astronomical Journal, 12 juin 2019)

 

"The Formative Years: Giant Planets vs. Brown Dwarfs"
http://www.gemini.edu/node/21206  (11 juin 2019)

 

"Jupiter-like exoplanets found in sweet spot in most planetary systems"  (12 juin 2019)
https://news.berkeley.edu/2019/06/12/jupiter-like-exoplanets-found-in-sweet-spot-in-most-planetary-systems/

 

skyimage750.jpg

Crédit : Paul Kalas, UC Berkeley - Dmitry Savransky, Cornell - Robert De Rosa, Stanford

 

51 Eridani b : seule planète découverte (déc. 2014) durant le GPIES :/

51_eri_b_410.jpg

Crédit : Jason Wang, Caltech & Robert De Rosa, Stanford University

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 11 minutes, BobMarsian a dit :

Parmi les 300 imagées, seulement 6 planètes et 3 naines brunes détectées autour !

 

Il me semble (à vérifier) que ça dit aussi qu'il y a un "déficit" de "Jupiter" autour des étoiles de type solaire, ce qui continuerait à pointer la singularité de notre système.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour compléter le post de Symaski :

 

Connaissiez-vous l'étoile de Teegarden ? Non ? Il s'agit pourtant de la 24ème étoile la plus proche du Soleil. C'est une naine rouge, découverte seulement en 2003 grâce à un programme de recherche menée par un certain... Bonnard Teegarden !
Elle se situe à 12,5 a.l ; son rayon est 10% celui du Soleil et sa masse à peine 9 %
Son âge est estimé à 8 milliards d'années


Les deux planètes ont été découvertes avec le spectrographe CARMENES installé sur le 3.5 m de Calar Alto en Espagne (mesures collectées depuis 3 années)
la 1ère planète (b) a une masse minimum de 1.05 fois celle de la Terre (période 4.91 jours)
la 2ème planète (c) a une masse minimum de 1.11 fois celle de la Terre (période 11.4 jours)
Pas de transits observés devant leur étoile, donc la densité ne peut pas être calculée ; Mais elles sont probablement rocheuses ; De plus elles gravitent dans la "zone habitable"
C'est une nouvelle remarquable découverte, comme le système de Trappist-1 car ces planètes seront des cibles de choix pour les futurs ELT et TMT

 

Le papier des découvreurs :
https://www.aanda.org/articles/aa/pdf/forth/aa35460-19.pdf


The CARMENES search for exoplanets around M dwarfs
 Two temperate Earth-mass planet candidates around Teegarden’s Star

 

Ces deux nouvelles venues viennent s'ajouter au tableau des planètes "potentiellement habitables " :

 

 

h1.jpg

h2.JPG

  • Like 6
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

pardon  jamais vu   Teegarden’s Star

 

https://arxiv.org/pdf/1906.07196.pdf

However, even if RVs turn out to be much more sensitive to stellar variability and 
one period is connected to stellar rotation, then at least the other signal should 
be a planet. Period ratios of 2:1 can be caused by the harmonics of stellar rotation 
(but also eccentric and resonant planets). However, the period ratio is Pc/Pb = 2.32,
which is close to but noticeably different from 2:1. Such a discrepancy is hard to explain
even with differential rotation, while departures from exact 2:1 ratios are often observed
in exoplanet systems

2:1  Résonance orbitale à 2 planètes   confirme 

 

:)

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now