jackbauer 2

Exoplanètes : dernières découvertes

Recommended Posts

Communiqué de presse de l'ESO :

 

https://www.eso.org/public/france/news/eso1919/?lang


Première découverte d’une planète géante autour d’une naine blanche
Des observations de l’ESO suggèrent que cette exoplanète de type Neptune s’évapore

 

extraits :


Afin de mieux cerner les propriétés de cette étoile atypique baptisée WDJ0914+1914, l’équipe l’a analysée au moyen de l’instrument X-shooter installé sur le Very Large Telescope de l’ESO dans le désert chilien de l’Atacama. Ces observations de suivi ont confirmé la présence d’hydrogène, d’oxygène et de souffre dans l’environnement de la naine blanche. L’étude détaillée du spectre acquis par X-shooter a permis à l’équipe de localiser ces éléments, non pas dans l’atmosphère stellaire, mais au sein d’un disque de gaz tourbillonnant autour de la naine blanche.
“Quelques semaines de réflexion furent nécessaires pour aboutir à la seule conclusion plausible : la création de ce disque doit résulter de l’évaporation d’une planète géante”, avance Matthias Schreiber de l’Université de Valparaiso au Chili, auteur des simulations numériques de l’évolution passée et à venir de ce système.
(...)
Aux dires des chercheurs, l’exoplanète découverte au moyen de l’instrument X-shooter de l’ESO orbite la naine blanche à quelque 10 millions de kilomètres seulement, ce qui représente quinze rayons solaires, et correspond aux enveloppes internes profondes de la géante rouge. L’actuelle position occupée par cette planète suggère que cette dernière migra en direction de l’étoile après qu’elle se fut transformée en naine blanche. Cette nouvelle orbite pourrait résulter d’interactions gravitationnelles avec d’autres planètes du même système, ce qui laisse entrevoir la possibilité que d’autres planètes aient survécu aux phases évolutives de leur étoile hôte.

 

 

eso1919a.jpg

Edited by jackbauer 2
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Si je comprend c'est le futur de notre système solaire?

Heureusement que nous (humains) ne seront plus là pour assister à ce phénomène?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Traduction automatique d'une étude sur la composition des atmosphère d'un échantillon de grosses exoplanètes :

 

https://www.cam.ac.uk/research/news/water-common-yet-scarce-in-exoplanets


Eau commune - mais rare - dans les exoplanètes


L'étude la plus approfondie des compositions chimiques atmosphériques des exoplanètes à ce jour a révélé des tendances qui remettent en question les théories actuelles de la formation des planètes et ont des implications pour la recherche d'eau dans le système solaire et au-delà.Une équipe de chercheurs, dirigée par l'Université de Cambridge, a utilisé les données atmosphériques de 19 exoplanètes pour obtenir des mesures détaillées de leurs propriétés chimiques et thermiques. Les exoplanètes étudiées couvrent une large gamme de tailles - des `` mini-Neptunes '' de près de 10 masses terrestres aux `` super-Jupiters '' de plus de 600 masses terrestres - et de la température, de près de 20 ° C à plus de 2 000 ° C. Comme les planètes géantes de notre système solaire, leurs atmosphères sont riches en hydrogène, mais elles orbitent sur différents types d'étoiles.
Les chercheurs ont découvert que, bien que la vapeur d'eau soit courante dans l'atmosphère de nombreuses exoplanètes, les quantités étaient étonnamment plus faibles que prévu, tandis que les quantités d'autres éléments trouvés sur certaines planètes étaient conformes aux attentes. Les résultats , qui font partie d'un programme de recherche de cinq ans sur les compositions chimiques des atmosphères planétaires en dehors de notre système solaire, sont publiés dans The Astrophysical Journal Letters .
"Nous voyons les premiers signes de schémas chimiques dans les mondes extraterrestres, et nous voyons à quel point ils peuvent être divers en termes de compositions chimiques", a déclaré le chef de projet, le Dr Nikku Madhusudhan de l'Institut d'astronomie de Cambridge, qui Il y a cinq ans, la mesure des faibles quantités de vapeur d'eau dans les exoplanètes géantes a été mesurée.
Dans notre système solaire, la quantité de carbone par rapport à l'hydrogène dans l'atmosphère des planètes géantes est significativement plus élevée que celle du soleil. On pense que cette abondance `` super-solaire '' est apparue lorsque les planètes se sont formées, et de grandes quantités de glace, de roches et d'autres particules ont été amenées sur la planète dans un processus appelé accrétion.
Les abondances des autres éléments devraient être également élevées dans l'atmosphère des exoplanètes géantes - en particulier l'oxygène, qui est l'élément le plus abondant dans l'univers après l'hydrogène et l'hélium. Cela signifie que l'eau, un vecteur dominant d'oxygène, devrait également être surabondante dans de telles atmosphères.
Les chercheurs ont utilisé de nombreuses données spectroscopiques provenant de télescopes spatiaux et terrestres, notamment le télescope spatial Hubble, le télescope spatial Spitzer, le très grand télescope au Chili et le Gran Telescopio Canarias en Espagne. La gamme des observations disponibles, ainsi que les modèles de calcul détaillés, les méthodes statistiques et les propriétés atomiques du sodium et du potassium, ont permis aux chercheurs d'obtenir des estimations des abondances chimiques dans les atmosphères exoplanètes à travers l'échantillon.
L'équipe a signalé l'abondance de vapeur d'eau dans 14 des 19 planètes et l'abondance de sodium et de potassium dans six planètes chacune. Leurs résultats suggèrent un appauvrissement en oxygène par rapport à d'autres éléments et fournissent des indices chimiques sur la façon dont ces exoplanètes ont pu se former sans accumulation substantielle de glace.
"Il est incroyable de voir de telles faibles quantités d'eau dans l'atmosphère d'une large gamme de planètes en orbite autour d'une variété d'étoiles", a déclaré Madhusudhan.
"Mesurer l'abondance de ces produits chimiques dans les atmosphères exoplanétaires est quelque chose d'extraordinaire, étant donné que nous n'avons pas encore pu faire la même chose pour les planètes géantes de notre système solaire, y compris Jupiter, notre voisin géant gazeux le plus proche", a déclaré Luis Welbanks, auteur principal. de l'étude et doctorant à l'Institut d'Astronomie.

Divers efforts pour mesurer l'eau dans l'atmosphère de Jupiter, y compris la mission Juno actuelle de la NASA, se sont révélés difficiles. "Puisque Jupiter est si froid, toute vapeur d'eau dans son atmosphère serait condensée, ce qui la rendrait difficile à mesurer", a déclaré Welbanks. "Si l'abondance de l'eau à Jupiter s'avérait abondante comme prévu, cela impliquerait qu'elle se serait formée d'une manière différente des exoplanètes que nous avons examinées dans la présente étude."
"Nous sommes impatients d'augmenter la taille de notre échantillon de planète dans de futures études", a déclaré Madhusudhan. "Inévitablement, nous nous attendons à trouver des valeurs aberrantes aux tendances actuelles ainsi que des mesures d'autres produits chimiques."
Ces résultats montrent que différents éléments chimiques ne peuvent plus être supposés être également abondants dans les atmosphères planétaires, ce qui remet en question les hypothèses de plusieurs modèles théoriques.
"Étant donné que l'eau est un ingrédient clé de notre notion d'habitabilité sur Terre, il est important de savoir quelle quantité d'eau peut être trouvée dans les systèmes planétaires au-delà du nôtre", a déclaré Madhusudhan.

Référence:
L. Welbanks, N. Madhusudhan, N. Allard et al. " Tendances de masse-métallicité dans les exoplanètes en transit à partir des abondances atmosphériques de H 2 O, Na et K. " The Astrophysical Journal Letters (2019). DOI: 10,3847 / 2041-8213 / ab5a89

Edited by jackbauer
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dernières nouvelles du satellite CHEOPS, dont le lancement est prévu mardi prochain:

Le télescope spatial CHEOPS devrait s'envoler vers l'espace à bord d'une fusée Soyouz depuis le port spatial de Kourou, en Guyane française, le mardi 17 décembre. CHEOPS est un projet de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) et de la Suisse placé sous la houlette de l'Université de Berne, en collaboration avec l'Université de Genève.

https://www.techno-science.net/actualite/lancement-prevu-satellite-cheops-17-decembre-N19083.html

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est donc demain mardi matin, 09h54 (heure de Paris) depuis Kourou qu'une Soyouz va lancer 2 satellites et 3 cubsats. Parmi eux le satellite CHEOPS, construit par différents pays européens avec une maîtrise d'oeuvre de la Suisse.
Après COROT, KEPLER et TESS, le petit CHEOPS (280 kg) est un nouveau chasseur d'exoplanètes. Mais contrairement à ses précurseurs il ne fera pas de large survey pour détecter le plus grand nombre de planètes possible, mais observera à la demande des étoiles bien particulières, connues pour héberger des exoplanètes connues. L'objectif est de mieux déterminer leur diamètre et de voir si d'autres, détectées par vitesse radiale, ne transitent pas devant leur étoile.

 

 

1.jpg

2.jpg

3.JPG

4.JPG

5.JPG

6.JPG

7.JPG

8.JPG

9.jpg

10.jpg

  • Like 3
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 46 minutes, jackbauer a dit :

C'est donc demain mardi matin, 09h54

Heu . . . demain c'est grève générale :)

Par contre, ces photos sont magnifiques ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quelques passages traduits :

 

Le budget de la mission CHEOPS est également relativement modeste, dépassant à peine la barre des 110 millions de dollars (100 millions d'euros). L'ESA a financé environ la moitié des coûts de la mission, y compris l'achat du bus spatial et des services de lancement. Un consortium de 11 pays européens, dirigé par la Suisse et l'Espagne, a contribué au financement du reste des coûts de la mission.Le choix d'une orbite à basse altitude pour CHEOPS a permis d'économiser de l'argent, ont déclaré des responsables.
(...)

"Être sur une orbite terrestre basse a l'avantage d'être relativement bon marché", a déclaré Benz. «Il ne nécessite pas trop de communication sophistiquée, mais il présente des inconvénients. La Terre cache une partie du ciel. Vous volez à travers des ceintures de radiation, ce qui cause des problèmes dans votre électronique et dans vos détecteurs. »
CHEOPS volera sur une orbite qui épouse le terminateur ou la frontière entre les côtés jour et nuit de la Terre.
"L'idée est de toujours observer les étoiles qui sont situées sur le côté sombre de la Terre", a déclaré Benz.Le nouveau télescope d'exoplanètes de l'ESA observera environ 300 cibles au cours de sa mission principale de trois ans et demi, selon Ehrenreich.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

:)

ça y est ! Cette fois la Soyouz a décollé à l'heure prévue !

Il faut attendre encore deux heures pour savoir si CHEOPS a été placé correctement sur la bonne orbite

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Officialisation des noms attribués par l'IAU à 100 étoiles et 100 exoplanètes orbitant autour.

 

Présentation du projet :

http://www.nameexoworlds.iau.org/

 

Liste complète et explications des choix retenus :

https://0bf71ea7-eb0b-44fe-ba3a-7895e80dc750.filesusr.com/ugd/6358ac_74a96f6653ee451795be63e580ac2693.pdf

 

PS : Milles excuses pour le lien périmé du post précédent. Je vais tacher de le lui trouver un substitut.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Huitzilopochtli a dit :

PS : Milles excuses pour le lien périmé du post précédent. Je vais tacher de le lui trouver un substitut.

 

C'est ça que tu cherches ?

 

 

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.colorado.edu/today/2019/12/19/behold-super-puffs-planets-fluffy-cotton-candy


Traduction remaniée de la communication :


Exoplanètes de très faibles densités orbitant autour de Kepler 51. 


Comme leur nom le suggère ( Super- puffs), ces planètes sont littéralement aussi légères que de la barbe à papa. Ces globes duveteux sont les exoplanètes aux plus faibles densités jamais découvertes. Jessica Libby-Roberts, étudiante diplômée au Département des sciences astrophysiques et planétaires (APS) de l'Université du Colorado veut en savoir plus à leur sujet. 
" Elles sont très bizarres", a déclaré Libby-Roberts, qui a mené un travail pour étudier de plus près ces exoplanètes. 


Dans une étude qui paraîtra dans "The Astronomical Journal" , elle et ses collègues ont entrepris de découvrir les composants qui constituent l'atmosphère ces exoplanètes et de fournir de nouveaux indices sur la façon dont ces planètes de faible densité ont pu se former. 


"C'est un exemple extrême de ce qui est si passionnant avec les exoplanètes en général", a déclaré Zachory Berta-Thompson, professeur adjoint APS et co-auteur de la nouvelle recherche. " Cela nous donne l'occasion d'étudier des mondes très différents du nôtre, mais place également les planètes de notre propre système solaire dans un contexte bien plus large."
Berta-Thompson a expliqué que les planètes super- puffs sont relativement rares dans la galaxie, moins de 15 ont été cataloguées jusqu'à présent. 


Le trio de Kepler 51, qui a été décrit pour la première fois en 2014, amène les catégories planétaires à de nouveaux niveaux. Leur découverte était " tout à fait contraire à ce que nous enseignons dans les classes de premier cycle", déclare Berta-Thompson.


Pour regarder de plus près, lui et Libby-Roberts ont utilisé le télescope spatial Hubble pour zoomer sur le système d'étoiles Kepler 51. Il est âgé de 500 millions d'années et est situé à environ 2400 années-lumière de la Terre. 


Première question que pose l'équipe : Ces planètes existent-elles réellement ?


Les chercheurs ont développé de nouvelles estimations pour les masses et densités du trio. Les trois planètes avaient une densité inférieure à 0,1 gramme par centimètre cube, presque identique aux friandises roses sucrées que vous pouvez acheter dans n'importe quelle foire, expose Libby-Roberts.

 
" Nous savions qu'elles étaient de faible densité ", a-t-elle dit. "Mais quand vous imaginez une boule de barbe à papa de la taille de Jupiter, c'est vraiment une très faible densité."


Les chercheurs ont également voulu aller plus loin, en utilisant Hubble pour scruter les atmosphères de ces planètes. C'est alors qu'ils ont eu des difficultés : les atmosphères des super- puffs n'étaient pas du tout transparentes. Au lieu de cela, elles semblaient entourées d'une couche opaque à haute altitude. 


"Cela nous a poussés à trouver ce qui pourrait se passer ici", commente Libby-Roberts. "Nous nous attendions à trouver de l'eau, mais nous n'avons pu observer les signatures d'aucune molécule."


A l'aide de simulations informatiques et autres outils, le groupe a émis l'hypothèse que les planètes Kepler 51 sont principalement constituées d'hydrogène et d'hélium,  gaz légers qui donnent à ces mondes leurs gonflements. Cependant, l'hydrogène et l'hélium semblent également être recouverts d'une épaisse brume constituée de méthane. 


En ce sens, les exoplanètes pourraient ressembler à Titan, la lune de Saturne, qui est entourée d'un smog similaire en molécules carbonées. 


"Si vous bombardez le méthane avec une lumière ultraviolette, cela formera un brouillard", ajoute Libby-Roberts. "C'est Titan en beaucoup plus gros."


Les chercheurs ont également fait une autre observation, qui indiquait que ces planètes duveteuses n'étaient peut-être pas si étranges que cela. 


Deux des planètes de Kepler 51 semblaient expulser du gaz à un rythme rapide. Le plus intérieur des trois mondes, par exemple, rejette chaque seconde des dizaines de milliards de tonnes de matière dans l'espace. L'équipe a calculé que si cette tendance se poursuivait, les planètes pourraient se diminuer considérablement au cours des prochains milliards d'années, perdant leur gonflement extrême.


En fin de compte, elles pourraient ressembler davantage à une classe commune d'exoplanètes appelée "mini-Neptunes".
"Les chercheurs ont vraiment du mal à découvrir pourquoi ce système est si différent de tout autre système", explique Libby-Roberts. " Nous essayons de montrer qu'en fait, ce système ressemblera à certains autres."


Berta-Thompson convient : " Une bonne partie de leur étrangeté vient du fait que nous les voyons à un moment de leur développement où nous avons rarement eu la chance d'observer ce type d'exoplanètes."

 

Article d'origine (en anglais) :

https://arxiv.org/pdf/1910.12988.pdf
 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'après le peu que je sache sur le sujet, les grosses planètes ont tendance à migrer vers le centre de leur système. De plus, on sait qu'il existe de nombreux points qui ne fonctionnent pas bien dans nos modèles de formation des systèmes stellaires. Aujourd'hui, à force d'observer de plus en plus d'autres mondes, on s'apperçoit de leurs différences avec le notre.
Je me prends à rêver que la Terre fut bien plus grosse autrefois, et que son énorme atmosphère, en s'évaporant, a révélé son coeur qui est devenu notre, envoyant ainsi une quantité "astronomique" de matière vers l'extérieur du système, où se trouvent les comètes.. Là où se trouve la frontière de nos connaissances, débutent de belles pistes pour l'imaginaire.. C'est bien d'être ignorant parfois ;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Theta Coxa a dit :

Je me prends à rêver que la Terre fut bien plus grosse autrefois, et que son énorme atmosphère, en s'évaporant, a révélé son coeur qui est devenu notre

 

C'est une idée génialissime, que je n'ai jamais vue abordée par personne, scientifiquement, elle ne tient pas la route, mais ça donne des idées vertigineuses de récits de science-fiction. Merci.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Theta Coxa a dit :

Je me prends à rêver que la Terre fut bien plus grosse autrefois, et que son énorme atmosphère, en s'évaporant, a révélé son coeur qui est devenu notre, envoyant ainsi une quantité "astronomique" de matière vers l'extérieur du système, où se trouvent les comètes..

 

Je vois pas bien ce que tu entends par plus grosse. Certes, par le passé,  son atmosphère était sans doute plus dense mais on sait que la fuite de l'atmosphère (qui se calcule en fonction de la gravitation et de la température) n'a pas entrainé une quantité astronomique de matière vers l'extérieur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois comprendre que Coxa fait référence à ce qui a été théorisé pour certaines exoplanètes type géantes gazeuses. Ces planètes ce seraient formées assez loin de leurs étoiles puis en migrant jusqu'à les frôler, seraient dépouillée de leurs épaisses atmosphères par l'action des vents stellaires pour ne plus laisser que leurs noyaux solides, comme des planètes telluriques ?...

 

Mais peut-être aussi ne s'appuie t-il que sur son imagination ?    

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sais quelques petits trucs sur la physique et l'astronomie, assez pour me permettre d'imaginer des trucs plausibles. Mais vu que j'suis loin d'être vraiment renseigné, j'ai aussi la liberté de rêver ;)
Aussi, cette petite rêverie n'était qu'une pensée passagère, réaliste mais pas forcément vraie, comme @iblack l'a précisé. Merci à toi d'ailleurs, d'avoir éclairci un point de détail sur les nombreux qui entrent en compte dans les modèles.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/06/2019 à 19:17, jackbauer 2 a dit :

https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/near-bientot-la-premiere-photo-d-une-exo-terre-49845

 

Un article signé S.B sur le site de S&V reprend l'info que j'ai posté post précédent

extrait :
"...Near a été conçu spécifiquement pour détecter une planète de type terrestre située, comme la Terre autour du Soleil, dans la zone dite « habitable », c'est-à-dire là où sa température permet l'existence d'eau à l'état liquide : c'est vers 10 micromètres de longueur d'onde qu'une planète de 15 à 20 °C de température moyenne rayonne le plus !.."

C'est en contradiction avec le communiqué de presse de l'ESO qui parle de planètes ayant 2 fois la taille de la Terre : une "mini-Neptune", donc probablement gazeuse...
Il faut ajouter aussi que les deux étoiles (Alpha Cen A et B) s'éloignent actuellement l'une de l'autre ; L'instrument ESPRESSO en service depuis plus d' an (à quand les premiers résultats ?) a la précision suffisante, lui, pour détecter en vitesse radiale des planètes ayant la même masse que la Terre. Patience...

 


Le dernier n° de The Messenger, la revue de l'ESO, comporte un article sur les résultats de l'instrument NEAR installé sur un 8m du VLT (pages 5 à 9)

les 100 heures d'observations ont été réalisées au cours de 20 nuits, du 23 mai au 11 juin 2019. Malgré les problèmes de météo, l'instrument a obtenu la sensibilité escomptée.
Résutats : pas de planètes de taille égale ou supérieure à celle de Neptune dans la ZH d'Alpha Cen A et B. Ce qui peut être interprété comme une bonne nouvelle : cela autorise l'existence de planètes de taille terrestre dans cette zone !!
Réponse bientôt avec ESPRESSO ????

 

https://www.eso.org/public/archives/messengers/pdfsm/messenger_0178.pdf


extrait :


No planet candidate of the size of Neptune or larger was found in the data so far. While we were obviously hoping for a detection, the result can also be seen as good news for the existence of rocky planets, which may therefore still exist in the habitable zone of a Centauri in a stable orbit. There is also a roughly 35% chance that an existing planet would have been hidden by the star as the result of an unfavourable projected orbital position during our single-epoch observation. 

Edited by jackbauer
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Actuellement à Honolulu (Hawaii) se déroule le 235è meeting de l'AAS (American astronomical society), une grande messe de 10.000 astronomes qui se réunissent 2 fois par an. Comme à chaque édition des découvertes et des résultats sont annoncés à grand renfort de communiqués ; La mission du satellite TESS qui observe depuis plus d'un an a droit à un coup de projecteur.


Tout d'abord avec TOI-700, un système de 3 planètes gravitant autour d'une naine rouge à env. 100 a.l
L'une des planètes se situe dans le fameuse "zone habitable" ; son rayon est de 1.19 fois celui de la Terre


https://arxiv.org/abs/2001.00952
The First Habitable Zone Earth-sized Planet from TESS. I: Validation of the TOI-700 System

 

Ensuite avec TOI 1338b, la 1ère planète circumbinaire découverte par TESS
Le système binaire (à env. 1.300 a.l) est composée d'une étoile de 1.1 rayon solaire autour de laquelle gravite, en une quinzaine de jours,  une naine rouge d'un tiers de rayon solaire
La planète gravite autour du couple stellaire en 95 jours ; Son rayon fait env. 7 fois celui de la Terre :


https://www.nasa.gov/feature/goddard/2020/nasa-s-tess-mission-uncovers-its-1st-world-with-two-stars

 

 

TOI-700.JPG

TOI-700 b.jpg

TOI 1338b.JPG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce soir sur France 3, à 23h55, un documentaire :

 

"Exoplanètes, les chasseurs de mondes" (2019)

 

arf... RECTIF : c'est la semaine prochaine, lundi 20 janvier ! :$

Edited by jackbauer
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now