Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Recommended Posts

 

 

Curiosity vient de franchir une nouvelle étape: son 2000ème jour martien, ou "sol".

Pour célébrer cet évènement la Nasa a mis en ligne une mosaïque d'images prise par le rover le 11 janvier 2018 (sol 1931).

 

https://mars.nasa.gov/news/8323/mars-curiosity-celebrates-sol-2000/


Le sommet du Mont Sharp dresse en haut et à gauche de l'image. Au centre se présente la prochaine grande cible scientifique du rover : Une zone que les scientifiques ont étudiée depuis l'orbite et qui contient des minéraux argileux. La formation de minéraux argileux nécessite de l'eau. Les scientifiques ont déjà déterminé que les couches inférieures du mont Sharp se sont formées dans les lacs qui couvraient autrefois le plancher du cratère Gale. La zone à venir pourrait offrir un aperçu supplémentaire de la présence de l'eau, depuis combien de temps elle peut avoir persisté, et si l'environnement ancien peut avoir été adapté à la vie.
À condition que le rover et ses labos aient la possibilité d'analyser des échantillons tirés des roches grâce à la nouvelle méthode de forage. Ce qui reste à démontrer..

 

IMAGE CLIQUABLE 19 MB :

 

FI_1931_PANO.thumb.jpg.80e90cfdfafa90f84e898cbe88369fd6.jpg

 

 

Le 26 mars 2018 (sol 2003) Curiosity va continuer à se diriger vers l'endroit où la plus forte signature orbitale de l'hématite est observée dans les données orbitales. Cette journée se terminera par un parcours

de ~ 50 m vers une zone où l'on observe certaines des signatures spectrales les plus fortes sur la crête .

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Le trajet prévu hier 26 mars2018 (sol 2003) ne s'est pas réalisé en raison d'une alerte de courant élevé sur la roue centrale droite. L'équipe a pu évaluer toutes les données au matin du 27 mars (sol 2004) et il a été décidé qu'il n'y avait aucun risque réel pour le rover. Il s'agit plutôt de malchance parce que la combinaison d'une petite roche et de l'orientation du rover a fait travailler cette roue un peu plus durement que la normale, et ceci a déclenché l'alerte de sécurité et l'arrêt de Curiosity.

Le plan d'aujourd'hui 27 mars était de réaliser le parcours prévue la veille en commençant par reculer un peu à partir de la zone où le trajet du week-end a échoué, puis de se diriger vers la zone sur la crête où apparaît la signature orbitale la plus claire de l'hématite. Ce qui semble bien enfin avoir été réalisé !

Mise à jour espérée demain 28 mars.

 

 

PANOS DE Thomas APPÉRÉ - CHEMCAM RMI - 17 MARS 2018 (SOL 1994) :

 

5abab8045d55e_FI1994RMITHAPP.thumb.jpg.f1b6d02d773eabae100552427ae3e3e5.jpg

 

 

5abab8435fff6_FI1994RMI2THAPP.thumb.jpg.92bedcd3b98e1664e55b6b30c4ecf6bd.jpg

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Après l'échec du 26 mars (sol 2003) et l'analyse du problème (voir message précédent), dès le lendemain 27 mars (sol 2004) Curiosity a repris la route et après avoir parcouru près de 55 mètres, il s'est retrouvé au beau milieu de la plus forte détection spectrale d'hématite identifiée tout au long de son trajet effectué depuis août 2012.

 

Cette signature spectrale forte est vue à la fois depuis l'orbite, où elle a été identifiée à l'origine dans les données du spectromètre d'imagerie CRISM de MRO, et à partir du sol dans les données multispectrales Mastcam du rover. Alors que Curiosity a certainement visité certaines régions qui ont l'empreinte spectrale de l'hématite dans les sols précédents, c'est de loin le meilleur exemple vu au cours de la mission. L'équipe scientifique essaie toujours de comprendre comment ce minéral s'est formé et pourquoi il se trouve sur cette crête. L'emplacement atteint ici au sol 2004 sera probablement la clé pour découvrir l'histoire géologique de la crête "Vera Rubin", en combinaison avec d'autres données acquises dans le cratère Gale.

 

Noter que depuis le 22 mars (sol 1996) Curiosity se déplace en descente et a perdu 10 mètres d'altitude..

Le 27 mars était une journée chargée pour Curiosity, car selon l'équipe scientifique il avait "un espace de travail fabuleux à examiner". Deux cibles scientifiques de contact ("Stranraer" et "Murchison") ont été choisies pour aider à examiner la variabilité de la chimie liée aux différentes cibles identifiées dans les données Mastcam couleur. Par exemple, la cible  "Murchison" semble être plus rouge que certaines des autres roches comme la cible "Stranraer". Une expérience unique avec Mastcam a été conçue pour caractériser les propriétés de diffusion de la lumière de l'unité de roches en pratiquant 7 observations différentes au cours de la journée. Mastcam observera comment le même point sur la surface change ses propriétés de réflectivité avec l'illumination changeante, dans le but de fournir des aperçus de la nature de l'hématite elle-même.

 

 

POSITION AU 27 MARS 2018 (SOL 2004) :

 

5abc008b37940_FILocation_Sol2004-full.thumb.jpg.a357b0c60a0af6d0a0530b4fbb748288.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 27 MARS 2018 (SOL 2004) :

 

5abc00ea086d5_FI2004HAZCAV.jpg.9b35740394a47baa772d699c7e751f37.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 27 MARS 2018 (SOL 2004) :

 

5abc0123d2d23_FI2004HAZCAR.jpg.f5290d1a89cadc9bbc19ef121cd3df61.jpg

 

 

NAVCAM - 27 MARS 2018 (SOL 2004) :

 

La cible "Stranraer"

5abc02ad1a138_FI2004NAVCX.jpg.e8a2c9ef501939336e38c033ad0ed355.jpg

 

 

 

5abc0153556eb_FI2004NAVC.jpg.0c5de51120c2800296605c9dab60ce1a.jpg

 

5abc0182afbb1_FI2004NAVC2.jpg.80d119b47b89420039d75578d5a58ded.jpg

 

 

5abc01a341f0c_FI2004NAVC3.jpg.4c8610ce3ceca0d86bf7189ffe8fa882.jpg

 

 

5abc02270108e_FI2004NAVC4.jpg.6edf2ceeb695d10ddc89d863766df394.jpg

 

 

MASTCAM - 27 MARS 2018 (SOL 2004) :

 

La cible "Stranraer"

5abc03689f7d9_FI2004MASTCX.jpg.dda14d01882bc7118ffb729308a279a4.jpg

 

 

5abc03b257746_FI2004MASTC3.jpg.5ad5cf6e76a5034d73f4ac5d3d4c917a.jpg

 

 

5abc04696a61f_FI2004MASTC2.jpg.f8b4c201e7672bffd9902adea378be6d.jpg

 

 

 

Edited by vaufrègesI3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Au soir du 28 mars 2018 (sol 2005), Curiosity a effectué trois révolutions autour du Soleil !

 

La mission initiale de Curiosity était conçue pour durer environ deux années terrestre, soit un peu plus d'une seule année martienne (environ 686 jours terrestres et 668 sols martiens)). Mais le rover a eu besoin de beaucoup plus de temps que prévu pour rejoindre son objectif prioritaire, les argiles au pied du Mont Sharp. Il a existé de multiples raisons pour cela, et objectivement le problème de la dégradation prématurée des roues n'y est pas pour grand chose. Tout au long du parcours, globalement, les scientifiques n'ont pas perdu leur temps. Il semble aussi qu'ils aient "anticipé" les prolongations de mission en ne prenant la direction de l'objectif qu'en juin 2013 (après un long détour à "Yellowknife Bay "au pied du delta alluvial de "Peace Vallis"). Puis en prenant le temps qu'ils estimaient nécessaire pour étudier la géologie du terrain et la chimie des roches pendant tout le parcours qui a consisté à longer les "dunes de Bagnold" jusqu'à "Parhump Hill" pour atteindre le point de passage prévu vers le Mont Sharp..


Au 29 mars 2018 (sol 2006) Curiosity était toujours au même endroit pour tenter d'identifier les sources et la nature des fortes signatures d'oxyde de fer observées depuis l'orbite. Comme indiqué dans mon message précédent, les recherches ont commencé au sol 2004 avec l'imagerie de la surface à proximité pour étudier comment les signatures d'oxyde de fer observées varient en fonction de l'éclairage du soleil. Ce type d'expérience est connu sous le nom de "photométrie", et les spectroscopistes peuvent en apprendre beaucoup sur les propriétés de surface en fonction de ces types de mesures. Il était prévu ensuite d'acquérir des images multispectrales Mastcam du paysage face au rover où le rover doit se rendre par la suite pour déterminer comment les signatures minérales varient sur le paysage. Après l'imagerie, l'instrument ChemCam devait prendre le relais pour étudier la chimie des cibles rocheuses locales en face du rover. La première cible (appelée "Burntisland") est un morceau de roche rouge qui a été perturbé par l'une des roues de Curiosity et dont la couleur suggère la présence des oxydes de fer à étudier. La deuxième cible (appelée "Burghead") est un morceau de roche-mère plus violet devant le rover qui a également été déplacé par une roue. Cette mesure aidera à déterminer toute la gamme des variations de composition minérale observées dans l'espace de travail.
 

Le 30 mars 2018 (sol 2007) Curiosity a effectué un virage à 90° pour prendre la direction su Sud-Est en parcourant 32 mètres.
 

Les activités au cours de ces derniers jours et celles prévues pour les jours suivants sont d'une importance cruciale en raison des fortes signatures observées depuis l'orbite. Les données acquises aiderons à comprendre la source et la nature de l'hématite présente sur la crête "Vera Rubin".

 

 

POSITION AU 30 MARS 2018 (SOL 2007) :

 

5abea0fcddfec_FILocation_Sol2007B-full.thumb.jpg.9c2ab4d7c834cf4b4d61d59592e68edd.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 30 MARS 2018 (SOL 2007) :

 

5abea155a87b0_FI2007HAZCAV.jpg.1842aa5081895519ad26d48621d7a992.jpg

 

 

NAVCAM - 30 MARS 2018 (SOL 2007) :

 

5abea25c6b7bc_FI2007NAVC.jpg.75edc969c3fd77f0d0da00c0d98f1f07.jpg

 

5abea2a72ec56_FI2007NAVC2.jpg.c44089ed23e1f5110fb167cb0f0f881b.jpg

 

5abea2ee645ba_FI2007NAVC3.jpg.fc591f8d720e2eb64e92a701305ba644.jpg

 

5abea310bf37e_FI2007NAVC4.jpg.c835462fd834a33aa9d16046543a3b7b.jpg

 

 

MAHLI - 28 MARS 2018 (SOL 2005) : 

 

Après brossage.. Noter la couleur violine 

5abea44b40629_FI2005MAHLI2.jpg.eb002e9cb4365cb53b28dcb725278395.jpg

 

 

5abea535021c9_FI2005MAHLI.jpg.8c7488556b518204f97271abf76f9646.jpg

 

 

MASTCAM - 28 MARS 2018 (SOL 2005) :

 

Noter les roches qui ont été déplacées par les roues su rover et ciblées ensuite par le laser ChemCam pour l'analyser de leur chimie

5abea642650e4_FI2005MASTC.jpg.32aa6b5e1d7c30cc97595e96c4275a84.jpg

 

 

5abea67e97df2_FI2005MASTC4.jpg.fd481dcd99d125f1a32e16e239ddbaa9.jpg

 

 

5abea6a98d6c1_FI2005MASTC5.jpg.d424d8e1666aa8042ef32ddcbaff3663.jpg

 

 

5abea6db61ae4_FI2005MASTC6.jpg.e677db32701c3262b207b5a62c288f92.jpg

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Le 31 mars 2018 (sol 2008) Curiosity a commenvé ses activités avec les observations ChemCam de trois cibles pour rechercher des changements dans la chimie du substrat rocheux rougesitué dans son espace de travail. Il était prévu ensuite d'acquérir la documentation Mastcam de ces cibles.

Dans l'après-midi ont été planifiées des opérations scientifiques "au contact" (brossage DRT, MAHLI et APXS) sur deux de ces cibles. Ces observations aideront à comparer les observations orbitales aux caractéristiques de surface analysée in-situ, en particulier lorsque le rover se déplaçe dans une zone à haute signature en hématite selon les données spectroscopiques orbitales.

 

Le 1er avril 2018 (sol 2009) Curiosity devait acquérir des observations multispectrales Mastcam de la cible brossée et observer la stratigraphie exposée dans la paroi d'un petit cratère. Après avoir terminé les activités scientifiques à cet endroit, Curiosity s'est dirigé vers le Sud-Est avec un parcours d'environ 46 mètres vers un 13ème point d'arrêt scientifique sur la crête "Vera Rubin" (parcours réussi). Il s'agit toujours d'étudier les variations de la couleur, la tecture et des structures sédimentaires.

 

Au début du 2 avril (sol 2010) sont planifiées des activités de surveillance environnementale. Plus tard dans l'après-midi, Curiosity va solliciter la caméra ChemCam RMI "longue distance" pour caractériser les crêtes et la stratigraphie exposée plus haut sur la pente du Mt Sharp. Il est également prévu d'acquérir plusieurs images Navcam et Mastcam supplémentaires pour surveiller l'opacité atmosphérique, les nuages et les propriétés de diffusion.
 

 

POSITION AU 1ER AVRIL 2018 (SOL 2009) :

 

5ac29229db929_FILocation_Sol2009-full.thumb.jpg.230a28f797cea318642d3adad6ea3ee1.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 1ER AVRIL 2018 (SOL 2009) :

 

5ac29265d9a97_FI2009HAZCAV.jpg.ba4a7be245d16b7ef6abc98ef7226d9a.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 1ER AVRIL 2018 (SOL 2009) :

 

5ac2928659d02_FI2009HAZCAR.jpg.36a817d2d9a77086f59ab500209aed45.jpg

 

 

NAVCAM - 1ER AVRIL 2018 (SOL 2009) :

 

Espace de travail de Curiosity

5ac293b2c77c7_FI2009NAVC.jpg.c52a294bdb912df5ef9bee1a73c667e1.jpg

 

 

Vue vers le Sud-Ouest-à gauche un escarpement que Curiosity a commencé à gravir

5ac2944be2642_FI2009NAVC4.jpg.090202654f05c819aad82fc1ac53c663.jpg

 

L'escarpement est mieux visible ici

5ac295b4b16c1_FI2009NAVC6.jpg.cb953046ed3c09e8f15f3eed3f1c0923.jpg

 

Le bras robotique au boulot (avec l'APXS)

5ac294eeb9061_FI2009NAVC5.jpg.3c001984e9bec9ba8df8ebcfe2429b38.jpg

 

 

PANO NAVCAM DE Damia BOUIC - 1ER AVRIL 2018 (SOL 2009) :

 

5ac29563f2131_FI2009panoDB.thumb.jpg.cefa7751974b6b708813225731a91e1a.jpg

 

 

MAHLI - 1ER AVRIL 2018 (SOL 2009) :
 

Roche de couleur violine caractéristique de la zone actuellement explorée 

5ac296a919053_FI2009MAHLI.jpg.221f031a1583781aef4cea93b57e6058.jpg

Après brossage

5ac29786dac0b_FI2009MAHLI2.jpg.8b48d96adeb1fcd54507d2ad643450a3.jpg



 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur sa positon du 1er avril (sol 2009) au pied d'un escarpement - voir message précédent - Curiosity s'est retrouvé dans un endroit un peu trop instable pour passer le processus d'évaluation du risque de glissade (SRAP). Cela signifie qu'il y a une petite chance qu'il se déplace si le bras robotique est étendu, ce qui n'est pas idéal pour la sécurité des instruments scientifiques de contact. Concernant les activités du 3 avril (Sol 2011), il a donc été décidé de ne pas utiliser le bras.. Il est prévu une nouvelle étape le 4 avril (sol 2012)..

 

Superbes images couleur du cratère Gale, traitées par Sean Doran.

La position de Curiosity y est facilement repérable..

 

5ac36f9c08601_FIGALESEAN.thumb.jpg.9d6e64dc3975d1ba6c03a493f27586fd.jpg

 

 

5ac36fca95fc1_FIGALE2SEAN.jpg.6503d37d2aba27a084ed56fafa4042e8.jpg

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 1
  • Love 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

toujours aussi passionnant , merci encore pour ce thread !

Share this post


Link to post
Share on other sites

superbes images daniel ! :)

tu peux nous mettre une petite flèche pour la position du rover !:)

merci ! :)

polo

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, polo0258 a dit :

tu peux nous mettre une petite flèche pour la position du rover !:)

 

Les images plus haut sont cliquables pour agrandir au format original;

- Repérer le delta alluvial

- Puis le cordon de la crête Vera Rubin  

 

 

5ac4b79b196c5_FIGALESEAN3.jpg.cf00fea554b0ef5e0d118ec7fec0bdf6.jpg

 

 

5ac4b7c51d9e5_FIGALE2SEAN.jpg.4cd45eacffb45b5934429879f8050485.jpg

 

 

  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui merci je l'aurais mis plus à gauche sinon !

A la vue de ce  magnifique plan, une petite question :

On s'aperçoit que finalement la zone d'atterrissage est très proche des dunes de Bagnold. Est-ce qu'il y avait un risque que Curiosity puisse y avoir été déposé  dedans ou la procédure envisagée permettait de repositionner le Rover avant de le descendre au bout de la grue ? ( Je suis pas sur  d'être très clair 🙄) 

une deuxième question : est-ce qu'on a une idée de la fin de vie de Curiosity d'un point de vue technique d'une part (rtg ...) et budgétaire d'autre part ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Gilles44 a dit :

On s'aperçoit que finalement la zone d'atterrissage est très proche des dunes de Bagnold. Est-ce qu'il y avait un risque que Curiosity puisse y avoir été déposé  dedans ou la procédure envisagée permettait de repositionner le Rover avant de le descendre au bout de la grue ?

 

L'équipe de Curiosity a construit des modèles informatiques extrêmement sophistiqués de comportement de leur engin spatial et de l'atmosphère martienne. Ces simulations donnent lieu à un "nuage" de points qui dessinent une zone d'atterrissage vraisemblable en forme d'ellipse. Cette ellipse d'atterrissage avait 20 km de long sur 7 km de large (le cratère Gale mesure 154 kilomètres de diamètre) et elle débordait un peu sur les dunes.

 

Ellipse_curiosity_gale_PIA15687.jpg.4b61d7e923fee70a6212cfeff59bd843.jpg

 

 

Il est difficile de comprendre ces chiffres sans certaines comparaisons.

Lorsque Spirit et Opportunity ont atterri, il existait une compréhension bien inférieure de la dynamique de l'atmosphère de Mars par rapport à ce que la décennie suivante de l'exploration de Mars a permis d'acquérir. Les navigateurs du JPL pouvaient positionner l'entrée de Spirit et Opportunity dans l'atmosphère de Mars avec une grande précision. Mais une fois que le vaisseau avait pénétré dans l'atmosphère, l'incertitude dans sa densité et dans ses vitesses et directions de vent produisait une grande incertitude dans la rapidité avec laquelle l'atmosphère ralentirait la descente des rovers.

Cette incertitude, associée au fait que la descente assistée par parachute était entièrement balistique signifiait que la région dans laquelle Spirit et Opportunity pourraient atterrir était une très longue ellipse, très étirée, d'environ 15 kilomètres de large mais d'une longueur impressionnante de 160 kilomètres.

 

Le rétrécissement de l'ellipse de débarquement de Curiosity a placé son centre assez près du Mont Sharp. Les gestionnaires de Curiosity estimaient que cela réduirait d'environ quatre mois le temps de parcours du rover vers l'objectif. L'entrée, la descente et l'atterrissage pour cette missioncomprenait une combinaison de technologies héritées des missions passées de la NASA sur Mars, ainsi que de nouvelles technologies

La phase d'entrée, de descente et d'atterrissage (EDL) commence lorsque l'engin atteint l'atmosphère martienne, à environ 131 km au-dessus de la surface d'atterrissage du cratère Gale, et la nouvelle architecture d'entrée, de descente et d'atterrissage a permis plus de précision.La première partie de la descente se déroule à une vitesse hypersonique. Alors que ses prédécesseurs ont durant cette phase un comportement passif, MSL a adapté en permanence son angle d'attaque à l'aide de petits moteurs-fusées. Cela lui a permis de prolonger la phase de descente : La trajectoire de la sonde a décrit des S en jouant sur l'inclinaison latérale. Le gain de temps obtenu a permis à MSL de diminuer plus tôt sa vitesse. D'autre part les moteurs-fusées ont corrigé les écarts par rapport à la trajectoire conduisant au site visé en jouant également sur l'angle d'attaque.

En définitive la probabilité que l'engin atterrisse à l'intérieur de son ellipse était proche de 99 %. (3-sigma), et bien sûr atterrir au centre de cette ellipse était beaucoup plus probable que près de ses bords ! C'est bien ce qui s'est passé..

C'est pourquoi, même si la probabilité d'un atterrissage dans les dunes était non nulle, le risque était évalué très faible et assumé.

 

 

 

Il y a 3 heures, Gilles44 a dit :

une deuxième question : est-ce qu'on a une idée de la fin de vie de Curiosity d'un point de vue technique d'une part (rtg ...) et budgétaire d'autre part ? 

 

 

Au plan budgétaire, Curiosity en est actuellement à sa troisième extension de mission. Cette dernière, d'une durée de deux ans, a commencé le 1er octobre 2016. Sauf surprise, il ne devrait pas y avoir de problèmes pour la reconduire de deux années supplémentaires en octobre 2018.

 

Sur un tel engin et du point de vue technique, il peut se passer beaucoup de choses. Une des principales interrogations concerne la production d'énergie..

 

Le générateur MMRTG de Curiosity est d'une puissance initiale d'environ 2000 W thermiques convertis (nominalement) en 120 W électriques par des thermocouples. Le 28 juin 2015 j'indiquais que le générateur produisait" probablement aux environs de 100 W".
À cette époque, dans son blog, Emily Lakdawalla indiquait que la puissance de sortie du générateur était bien sûr en déclin et qu'il délivrera à peine à 50 W d'ici la fin de 2025, vers le sol 4700 ou plus. À ce stade, le rover ne sera même plus en mesure de se "réveiller" !!.

 

Dans les spécifications du MMRTG, il était prévu qu'il fournisse 120 W en début de mission, et 100 W au bout de.. 14 ans ! Ce qui correspond à peu près à la perte d'énergie due à la désintégration très très lente du combustible, le plutonium 238. Alors pourquoi 50 W en 2025.. au lieu de plus de 100 W selon les spécifications ?

 

Le générateur nucléaire qui est à bord utilise la chaleur des désintégrations radioactives du plutonium 238 pour produire de l'électricité. Problème : le report de deux ans du tir, prévu en 2009, a déjà diminué les capacités initialement prévues car le plutonium n'a pas été remplacé, il a donc perdu deux ans de désintégrations... pour rien.

Contrairement aux précédents rovers d'exploration de Mars, Curiosity utilise un MMRTG ("Multi-Mission Radioisotope Thermoelectric Generator") pour produire son électricité. Il dispose également d'une batterie lithium-ion rechargée par le MMRTG pour soutenir les grandes charges transitoires. Le rover peut fonctionner pendant la nuit, mais en fait il utilise de plus grandes quantités d'énergie pendant la journée et recharge prioritairement la batterie pendant la nuit. Faire déplacer le rover de nuit en même temps que la recharge s’avérerait trop gourmand en énergie..

Dès 2011, et même si la Nasa reste toujours extrêmement discrète sur ce problème, le JPL avait enregistré une dégradation prématurée du rendement des thermocouples du MMRTG (qui permettent de convertir la chaleur dégagée par le plutonium en électricité). En 2012, Ed Weiler, administrateur à la Nasa, estimait probable que la dégradation du rendement énergétique du RTG ait un - je cite : "petit effet opérationnel en fin de mission" et quand le rover sera le plus sollicité, estimant que le rover serait alors un peu moins itinérant. "En fin de mission"..

Noter que la capacité énergétique du plutonium 238 ne diminue que de 0,787 % par an.. Par exemple, 23 ans après cette capacité n'aura diminué que de 16,6%, soit 83,4% de sa production initiale. On a donc bien un problème de rendement des thermocouples

Tous les thermocouples utilisés pour convertir l'énergie thermique en énergie électrique se dégradent.. Rien de surprenant.. Sauf que les nouveaux modèles de thermocouples du MMRTG de Curiosity, à base de nouveaux matériaux thermoélectriques en "tellurure de plomb/tellurures d'antimoine, de germanium et d'argent" (PbTe/TAGS en anglais), au lieu des anciens composants "silicium-germanium".. semblent se dégrader bien plus vite que prévu.

Pour le moment la Nasa ne fournit aucun élément d'information sur la puissance réelle actuellement fournie par le MMRTG, mais affaire à suivre.

Sachant que d'ici 2025, il peut se produire bien d'autres problèmes, qu'ils soient mécaniques (pas spécialement aux roues), électriques ou électroniques..  

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci chef  pour toutes ces explications ! 

Si je comprends bien on  devrait pouvoir suivre l'aventure encore pendant 2/3 ans mini si techniquement ça veut sourire.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Gilles44 a dit :

Si je comprends bien on  devrait pouvoir suivre l'aventure encore pendant 2/3 ans mini si techniquement ça veut sourire.

 

Si l'information fournie par E. Lakdawalla est bonne (elle est très proche de l'équipe de Curiosity et on peut noter que son info n'a pas été démentie par la Nasa), au moins 3 ans je suppose..

D'ici quelques semaines Curiosity atteindra son objectif (la vallée argileuse). Il va y vadrouiller au moins une année (beaucoup plus selon les résultats et à condition que les opérations de forage soient efficientes)..

Ensuite il montera plus haut vers des terrains escarpés recelant des sulfates, rien de très folichon, sinon les images.. Plus haut il rencontrera des terrains constituées des dépôts éoliens qui ont formé le Mont Sharp. Ces terrains ne sont pas totalement dénués d'intérêt scientifique.., mais bon..  La logique (scientifique) voudrait alors qu'il redescende explorer les terrains sédimentaires à la base du Mont, bien plus intéressants à tous point de vue. 

Je lis souvent que Curiosity va "escalader le Mont Sharp", comme si c'était son objectif ultime..  J'espère que la Nasa ne va pas se laisser tenter par cet aspect purement "sportif" et continuer à prendre en compte l'intérêt de l'exploration, plus bas, là où les terrains ont longuement sédimentés sous l'eau..

Si Curiosity en est toujours capable.   

Edited by vaufrègesI3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Quelques observations supplémentaires d'imagerie "longue distance" sur les remparts Nord du cratère et de ChemCam sur des cibles proches ont été planifiées avant que Curiosity ne parte du site atteint au 1er avril (sol 2009) pour se diriger vers un nouvel emplacement. Il est probable que les activités prévues au 3 avril 2018 (sol 2011) - et non réalisées en raison de l'instabilité du rover -  pour caractériser les différences entre deux unités géologiques de la crête "Vera Rubin" seront reportées à l'emplacement suivant, car les mêmes expositions semblent être présentes dans cette direction.

 

Le changement de cap se confirme : Le 4 avril (sol 2012) Curiosity a parcouru environ 20 mètres vers le Sud-Ouest en s'élevant de 3 mètres.

Depuis son atterrissage à "Bradbury Landing" en août 2012, Curiosity a parcouru 18,65 kilomètres.

 

Les activités scientifiques de Curiosity à cet endroit comprendront les observations de ChemCam, Mastcam, MAHLI et APXS sur deux cibles. L'outil de suppression des poussières sera utilisé sur l'une des deux cibles qui sera analysée par l'APXS avec intégration pendant toute une nuit. Des mesures supplémentaires concerneront les acquisitions environnementales de la station météo REMS (Rover Environmental Monitoring Station), la caractérisation des particules avec RAD (Radiation Assessment Detector), la détection de l'hydrogène du sol avec DAN (Dynamic of Albedo Neutrons), et enfin la mesure de poussière atmosphérique par imagerie MastCam.

La routine quoi..

 

Toutes ces investigations sont destinées à faire progresser notre connaissance de Mars : Histoire climatique, tectonique, géophysique interne, histoire de l'eau, conséquences du volcanisme, de l'impactisme, explications à la dissymétrie Nord/Sud, datation des ères géologiques, existence passée ou non d'une chimie prébiotique, voire émergence de la vie sous forme uni ou multicellulaire... liste non exhaustive.

 

Ce sont des questions toujours à l'ordre du jour car, malheureusement, la nature n'offre pas vraiment à l'observateur des faits bien propres, rangés, étiquetés, absolus.. Comme le soulignait Popper, la science c'est "un filet jeté sur le réel" : Au final elle n'en draine qu'une petite part. Et l'ensemble des vérités possibles est souvent plus large que celui des vérités démontrables, chaque découverte pose mille questions nouvelles. Tant pis ! La science n’est pas la possession de la vérité, mais sa recherche : Ce qu’il y a de rationnel dans la connaissance réside uniquement dans son caractère dynamique, c’est-à-dire dans sa volonté permanente de se remettre en question.. et de croître !

 

Et justement, j'avais précisé plus haut que la plupart des scientifiques de l'équipe assistaient à la 49ème "Lunar and Planetary Science Conference" (LPSC) à Houston, au Texas. Conférence qui s'est tenue du 19 au 23 mars 2018, et qui permet de faire un point de la recherche planétaire menée partout dans le monde, et d'établir des liens pour établir une collaboration entre scientifiques.

 

Deux scientifiques, Sharon Wilson et Alex Morgan, ont donné les conclusions de leur étude visant à comprendre le début de l'histoire géologique et climatique de Mars à travers les caractéristiques fluviales observées depuis l'orbite par MRO. Je cite le compte rendu :

 

"Des vues largement répandues de l'histoire géologique et climatique de Mars dans la communauté indiquent que la majeure partie de l'activité fluviale sur la surface martienne était concentrée dans le Noachien (plus de 3,7 milliards d'années), avec une activité fluviale très limitée dans les époques hespérosienne et amazonienne.Dans ces dernières périodes, les chances pour la stabilité de l'eau liquide à la surface sont devenues rares et éloignées pendant que Mars a fait une transition vers le désert hyperaride et hypothermique que nous observons aujourd'hui. Cependant, cette session a démontré l'inventaire croissant des formes de terrain fluviales qui se sont formées pendant et après le Noachien, indiquant ainsi des épisodes ultérieurs d'activité aqueuse. Ces caractéristiques ont été récemment identifiées dans les données d'image à plus haute résolution renvoyées par le Mars Reconnaissance Orbiter, et une vague de cartographie a suivi..

 

"Nous considérons généralement Mars comme une planète où la plupart des processus géologiques ont cessé après le Noachien; cependant, ce nouveau travail montre que dans de nombreux endroits de la planète, une telle affirmation dissimule une histoire géologique plus compliquée. Mars a peut-être été plus active sur le plan hydrologique que nous le pensions, et de tels processus ont pu fonctionner beaucoup plus tard que ne l'indique notre compréhension actuelle de l'évolution du climat martien."

 

FIN DE CITATION

 

Source :  http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2018/20180402-lpsc2018-early-mars-surface-processes.html

 

C'est cohérent avec ce qui a été observé dans le cratère Gale où les lacs successifs semblent avoir persistés jusqu'à - 3,4 milliards d'années, c'est à dire au delà du Noachien, au début de l'Hespérien.

 

 

POSITION AU 4 AVRIL 2018 (SOL 2012) :

 

5ac7637aa6c60_FILocation_Sol2012-full.thumb.jpg.dbc557320d819b6d1a4bfdbe7882c5c5.jpg

 

 

CONTEXTE - IMAGES DE Sean DORAN renseignées par mes soins :

 

5ac772461280f_FI1819S5.thumb.jpg.0e60ce8bdbfffd6a256eceba8ed8886d.jpg

 

 

5ac77289aeea6_FI1673S2.jpg.2536bc39bed6045dd825ebfb2bcf6d95.jpg

 

 

 

HAZCAM AVANT - 4 AVRIL 2018 (SOL 2012) :

 

5ac763bcec4a0_FI2012HAZCAV.jpg.eabff58da61d5dbee92b43ddfa6b5a84.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 4 AVRIL 2018 (SOL 2012) :

 

5ac763e19123c_FI2012HAZCAR.jpg.d3603e71ef57661160cd608f21c7e1c7.jpg

 

 

NAVCAM - 4 AVRIL 2018 (SOL 2012) :

 

Vers l'arrière.. retour du sable de dunes

5ac772f33efc1_FI2012NAVC.jpg.de0af1a220fd41fa52dfc09ac208e5c7.jpg

 

5ac7736eeea19_FI2012NAVC4.jpg.7b18ab123b3377b70f852a636191c4ae.jpg

 

 

PANO DE Jan van DRIEL - 4 AVRIL 2018 (SOL 2012) :

 

5ac773d79053e_FI2012_PanoJvD_B.thumb.jpg.980246c2bbaad285e7b79b306d2f2976.jpg

 

 

MAHLI - 5 AVRIL 2018 (SOL 2013) :

 

Tirs lasers dans le sable

5ac7747600011_FI2013MH4.jpg.9b54a8e156e155841fe8d9bdac47e50a.jpg

 

 

5ac774ac1e094_FI2013MH3.jpg.25f0c9e94099373ee99ac615f3da4910.jpg

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
j'avais écris "millions" à la place de milliards
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Pendant une grande partie de l'année dernière et le long de la crête de Vera Rubin, Curiosity a exploré des roches à grains finset étudié les variations de couleur rouge et grise. Récemment, quelque chose d'autre a attiré l'attention: Des roches et des cailloux foncés exposés par endroits. Plus tôt dans la mission des dépôts similaires ont été vu, cela fait donc un bon bout de temps. Ces roches intéressantes ont conduit l'équipe scientifique à décider de passer le week-end sur une parcelle de ces dépôts de blocs sombres. Ces gisements permettront d'en apprendre davantage sur leur relation avec l'histoire de sédimentation et d'érosion préservés sur "Vera Rubin Ridge".
 

Le 6 avril 2018 (sol 2014) Curiosity a roulé 13 mètres jusqu'à un de ces gisement de roches sombres plus au Sud. La variété des types de roches dans l'espace de travail devrait rendre difficile le choix des favoris.

On peut y noter la présence d'une roche pointue de forme pyramidale à trois côté. Ce type de roche est appelé "dreikanter" (de l'allemand signifiant "trois côtés") résulte d'une érosion éolienne.

Le(s) côté(s) plus lisse(s) de la pyramide sont érodés par les vents dominants (voir ci-dessous à gauche de l'image MastCam couleur et plus bas l'image HazCam avant).

 

5aca7f00951fc_FI2014NAVC5DREIK.jpg.bc36ed422845fa6742372ca89fac6f22.jpg

 

 

À noter que le même type de roche avait été trouvé par le rover au sol 43 de la mission, dans le courant du mois de septembre 2012, pendant son trajet entre le site d'atterrissage, nommé "Bradury landing", et le site "Glenelg". Cette avait été baptisée "Jake Matijevic", du nom d'un ingénieur de la Nasa récemment décédé. Elle mesurait 25 cm de haut et 40 cm de large.

 

5aca7f4d6ce8d_FI2014JackMatijevik.jpg.6f5bdff3cf0fb9158aa45cd9bb1677d6.jpg

 

 

Il s'agissat de la première roche analysée par le spectromètre APXS et par le laser ChemCam. L'équipe de Curiosity avait choisi cette roche comme une cible appropriée pour une première utilisation de quelques uns des instruments du rover, notamment l'imageur MAHLI pour les gros plans.

Elle semblait au départ être une simple morceau de basalte mais elle présentait une composition insolite pour une roche martienne. Les études analytiques effectuées sur la roche par Curiosity en octobre 2012 suggèrent qu'il s'agissait d'une roche ignée, mais relativement enrichie en éléments compatibles avec le feldspath, tels que le sodium, l'aluminium et le potassium, et de plus faibles concentrations en magnésium, fer et nickel en comparaison avec d'autres roches trouvées auparavant sur Mars. Les roches ignées résultent de la solidification du magma, roche fondue sous l'action de la chaleur et de la pression dans les couches profondes de l'écorce terrestre ou dans la couche supérieure du manteau. Ici elle est très probablement issue du volcanisme.


 

POSITION AU 6 AVRIL 2018 (SOL 2014) - tracé du parcours issu de la carte de Phil Stooke, à confirmer :


5aca7eafe87e9_FILocation_Sol2012-full.thumb.jpg.6f56e4f9c1d7600a65e55dcee626fe34.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 6 AVRIL 2018 (SOL 2014) :


5aca7fceda422_FI2014hazcav6avr.jpg.7d25955b21e603f59b97d687b83f5240.jpg

 


HAZCAM ARRIÉRE - 6 AVRIL 2018 (SOL 2014) :


5aca8018cadd0_FI2014HAZCAR.jpg.26a27a6bd09cfcbbc183b1422fa08f0d.jpg


 

NAVCAM - 6 AVRIL 2018 (SOL 2014) :


5aca80699d2c3_FI2014NAVC.jpg.c09c2bd69bd64b2134a08aacca72e0f7.jpg


Le "dreikanter" bien visible à droite de l'image 

5aca80aecc70c_FI2014NAVC6AVRIL.jpg.2aeb60f757c4e3e3209be0623ca17f03.jpg

 

 

PANO NAVCAM DE Damia BOUIC - 6 AVRIL 2018 (SOL 2014) :


5aca81f2b7c57_FI2014DBpano.thumb.jpg.c8e0c100130c50763bb89c1ed3d55061.jpg

 

 

MASTCAM - 6 AVRIL 2018 (SOL 2014) :


5aca827c4f32c_FI2014MASTC6.jpg.7f977d2bd34e32918fdd6549c1db3c4d.jpg


Les roches sombres

5aca830a0199d_FI2014MASTC3.jpg.b08935d4dd17861506c5c596265ece9a.jpg

 

 

PANO MASTCAM DE Robert CHARBONNEAU - 6 AVRIL 2018 (SOL 2014) :

 

5aca839a233ad_FI2014RobCharb.thumb.jpg.364dce3b3ed38b5e65aea9b03b51641f.jpg

 

 

Edited by vaufrègesI3
Ajout de la distance parcourue
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour toutes ces photos et explications mais je trouve que ça manque de végétation--quelqu'un devrait aller planter des choux--oh non des patates!  ; - )

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, bentley a dit :

mais je trouve que ça manque de végétation

 

Pas de soucis, comme tu le sais Elon Muskle s'en occupe.. :  Quelques milliers de bombes H larguées au dessus des pôles.. et le tour est joué !!  :/ :S

Trop fort !!.. O.o

 

Sauf qu'il est à craindre qu'il n'arrive jamais à ça :

 

Vallée de l'Ubaye : À gauche le Chapeau de gendarme, à droite le Pain de sucre 

Pain-de-sucre2.jpg.3fe2cae04dab19de1b09c35d6dab85b2.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, vaufrègesI3 a dit :

Sauf qu'il est à craindre qu'il n'arrive jamais à ça :

Pain-de-sucre2.jpg.3fe2cae04dab19de1b09c35d6dab85b2.jpg

 

Bon sang ! C'est vraiment Mars ? Musk est un génie !

 

 

 

 

 

Je suis déjà loin...

Edited by Tournesol

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

La zone atteinte le 6 avril 2018 (sol 2014) contient une grande variété de roches et a permis la sélection de 4 cibles très différentes pour analyses avec MAHLI, APXS et ChemCam.

MAHLI pour l'imagerie et l'APXS pour l'analyse chimique cibleront les deux gros blocs gris près du rover, "Staffa" (à gauche) et "Tyndrum", la pyramide, (à droite). MAHLI et ChemCam imageront respectivement les cibles "Askival", la roche blanche brillante au-dessus de "Tyndrum", et "Hopeman", une roche grumeleuse qui semble être un conglomérat. Mastcam couvrira une grande partie de l'espace de travail avec des images pour obtenir des vues plus détaillées de toutes les lithologies présentes, avec des observations multispectrales sur Hopeman, Askival et Tyndrum.

Les roches cibles sont désignées sur l'image ci-dessous (agrandir l'image) : 

 

5acdfcb8e002f_FI2014PANOTHAPP.thumb.jpg.8c04e52a59c03e211730872db97e6bc4.jpg

 

 

Le 9 avril 2018 (sol 2017) un petit parcours de contournement de 5 mètres a mené du côté droit du même espace de travail pour permettre d'accéder à quelques-unes des roches qui n'étaient pas accessibles depuis la position précédente.

 

Le rover a enchainé avec des intégrations APXS et des images MAHLI des cibles "Hopeman" et "Askival", puis des images MAHLI supplémentaires de "Tyndrum" et d'une nouvelle cible nommée "Ledmore". Il est aussi prévu d'utiliser la capacité de MAHLI à mettre en lumière (UV) la situation et l'image de la cible "Askival" après le coucher du soleil. ChemCam réalisera des tirs laser LIBS sur 2 autres cibles, puis réalisera un "profil de profondeur" sur "Askival". Un profil de profondeur est le point précis sur lequel le laser ChemCam est tiré 150 fois pour évaluer les changements de composition pouvant apparaître avec la profondeur obtenue ainsi dans la roche.

 

Dernier point au niveau environnemental : Il est prévu de tenter d'observer des dust-devils autour du midi solaire local. Alors que dans l'hémisphère sud le début de printemps approche, il a été déjà été constaté une augmentation notable de dust-devils au cours des dernières semaines. Les dust-devils, ou "diables de poussières" apparaissent au printemps et en été aux heures les plus "chaudes" (ou plutôt les moins froides).

 

 

POSITION AU 9 AVRIL 2018 (SOL 2017) :

 

5acdfdae1e8d5_FILocation_Sol2017-full.thumb.jpg.888804ab1d5f3c5a494999521c0d6093.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 9 AVRIL 2018 (SOL 2017) :

 

Le contournement est illustré par les traces de roues

5acdfdd363508_FI2017HAZCAV.jpg.72c2c3e120f91bd79e85cee68055bce5.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 9 AVRIL 2018 (SOL 2017) :

 

5acdfe00d3f57_FI2017HAZCAR.jpg.5c85c97fff8e6fd0c302836587676917.jpg

 

 

NAVCAM - 9 AVRIL 2018 (SOL 2017) :

 

Les roches cibles

5acdfe4d8ab4e_FI2017NAVC.jpg.75886244193b128eeafb07f2515caa2c.jpg

5acdfe906aab2_FI2017NAVC5.jpg.51cd596d8aa4485d5795e4ec6d8f8c74.jpg

 


PANO DE Damia BOUIC - 9 AVRIL 2018 (SOL 2017) :

5acdfee47a798_FI2017_panoDB.thumb.jpg.51ecd49d5b51372e0bee00954be80291.jpg


MAHLI / MASTCAM – Images du 8/9et 10 AVRIL 2018 – (SOLS 2016-2017 et 2018) :

 

La cible "Askival" :
 

5acdff756abe9_FI2016MASTC8AVR.jpg.cf2b3aba730f959e9ab8eda1434b7f5f.jpg

 

Gros plan - probablement du gypse

5acdff9f25350_FI2018MAHLI.jpg.0dea88fecc1e109b29ebc655ec321813.jpg

 

 

Le conglomérat nommé "Hopeman"

 

5ace00c3cf058_FI2016MASTC.jpg.0a373ff734f2daefa3e923fdd7c2eb30.jpg

 

 

La pyramide nommée "Tyndrum" :

 

5ace03bf5ecd1_FI2018MAHLIT.jpg.ccd6a240866bfe57d616a5e3b32cd094.jpg

 

 

 

 

  • Like 2
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

On dirait des roches très différentes de tout ce qu'on a vu jusqu'ici ?...

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Kaptain a dit :

On dirait des roches très différentes de tout ce qu'on a vu jusqu'ici ?...

 

Non, pas vraiment, ce qui est surprenant c'est de trouver une telle variété dans une zone aussi restreinte..

 

"Askival" est constituée de gypse comme rencontré assez souvent sur la route du rover, entre autres à "Garden City"- image ci-dessous - en Mars 2015 :

 

5ace5dbb4320a_FIGARDENCITY.thumb.jpg.4529317ca741386e696fae2e387e3d54.jpg

 

 

"Hopeman" est un conglomérat de type brêche, cad avec des morceaux anguleux cimentés.. ce qui n'a rien d'exceptionnel non plus. Curiosity a rencontré plusieurs types de conglomérats, le plus intéressant étant celui trouvé au sol 27 en septembre 2012 sur l'affleurement de type "poudingue" - image ci-dessous - nommé "Link". La forme arrondie de certaines pierres dans ce conglomérat indiquait un transport à grande distance et dans un cours d'eau depuis le rempart Nord où un canal nommé "Peace Vallis" prend sa source depuis un delta  alluvial. L'abondance des canaux dans le delta entre le rempart et le conglomérat suggère que les écoulements se sont poursuivis sur une longue période :

 

5ace61ffcdc63_FICONGLOMERATLINKSOL272012sept.jpg.2b67b737d547f1f3fa0df504eb878557.jpg

 

5ace624242d7b_FICONGLOLINK2.jpg.2d90a2f3f2f49218efc54893a2eda50d.jpg

 

 

Quant à la pyramide nommée "Tyndrum", comme je l'indiquais dans ma mise à jour précédente elle ressemble étrangement à celle nommée "Jake Matijevic" - image ci-dessous - trouvée près du site d'atterrissage.

Il s'agit d'un dreikanter, une roche sculptée par l'érosion éolienne dont la composante essentielle est très probablement du basalte : 

 

5ace66783d07e_FIMatijevik2.jpg.f4175a5d0f76ad7edce7894b27bb9a33.jpg

 

 

La quatrième cible nommée "Staffa" semble être de l'hématite comme celle qui abonde sur la crête Vera Rubin et sur laquelle le forage a été tenté, sans succès..

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Le 11 avril 2018 (sol 2019), toujours perché sur la crête "Vera Rubin", Curiosity continue à explorer un assemblage de roches et de galets très divers afin d'essayer de comprendre comment ce gisement a pu se constituer, et ce que la variété de roches peut nous dire des processus géologiques dans le cratère Gale.

 

L'équipe a été en mesure de planifier 3 autres cibles scientifiques de contact, et d'acquérir une suite complète d'images MAHLI et de données APXS sur chacune d'entre elles. Les cibles comprennent une roche grise lisse nommée "Minginish", une roche bien cimentée et finement laminée appelée "Sanquhar", et une roche bien stratifiée appelée "Rousay". Le groupe thématique de géologie a également planifié plusieurs observations ChemCam LIBS (Laser Induced Breakdown Spectroscopy) - soit "Spectroscopie de décomposition induite par laser" - pour évaluer la composition de différents types de roches, et trois mosaïques MastCam pour documenter un affleurement proche, plus une vue dirigée au dessus de la vallée argileuse vers l'unité géologique contenant des sulfates. Le groupe thématique sur l'environnement a planifié des observations standard des instruments DAN et REMS, et une surveillance NavCam pour trouver et caractériser les "diables de poussière".

 

IMAGE MAHLI DE "Minginish" - 11 avril (sol 2019) :

5ad31af3361b8_FI2019MHMinginish.jpg.6ecc010c3c6a13748b6dc13005c078bf.jpg

 

 

IMAGE MastCam de "Rousay" (au centre de l'image) - 11 avril (sol 2019) :

 

5ad3233e4e7d2_FI2019MASTCSTRAT.jpg.c210f22c3817dd60f625f19843a538dd.jpg

 

 

IMAGEs MastCam et MAHLI DE "Sanquhar" - 11 avril (sol 2019) :

 

MastCam

5ad31cfe000b7_FI2019MASTCLAMINE.jpg.91412a55b1dced98254892678570a8ec.jpg

 

MAHLI

5ad31d7dc42e8_FI2019MH2.jpg.d351817b631b02dd5d5545c06258fa1e.jpg

 

 

5ad31dc09adf2_FI2019MH11AVR.jpg.77f0e90b8e4e28e629ba056983869762.jpg

 

 

 

Le 12 avril 2018 (sol 2020) la MastCam droite a été utilisée pour réaliser une mosaïque de l'espace de travail du bras robotique et de la zone environnante, des cibles ChemCam LIBS et une mosaïque du terrain intermédiaire vers de prochaines destinations au Sud. ChemCam mesurera la chimie élémentaire de 4 cibles rocheuses proches nommées "Ledmore", "Minginish", "Askival" et "Tyndrum". "Minginish" a déjà été examinée par MAHLI et l'APXS. Ensuite, la MastCam droite prendra des images "d'Askival" et "Ledmore", ainsi qu'une qu'une grande mosaïque pour couvrir complètement la zone devant le rover, zone nommée "Bressay", et une mosaïque de la région vers le Sud. Toutes les données permettront à l'équipe scientifique de réfléchir à la diversité des roches situées dans la zone de "Bressay".
 

Le départ de "Bressay" s'est déroulé plus tard, ce même jour 12 avril 2018 (sol 2020), pour un parcours de près de 11 mètres au Nord-Ouest qui fait revenir le rover sur les traces de son parcours du 6 avril 2018 (sol 2014). La cible visée est une roche de conglomérat nommée "Waternish".

 

Tôt le 13 avril 2018 (sol 2021), MastCam analysera la quantité de poussière dans l'atmosphère en mesurant son opacité, et Navcam recherchera des nuages. Plus tard, NavCam va rechercher des "diables de poussière" et Mastcam mesurera à nouveau la quantité de poussière atmosphérique. Ensuite, ChemCam va acquérir des données d'étalonnage et utilisera le logiciel AEGIS (Autonomous Exploration for Gathering Increased Science) soit "exploration autonome pour un recueil scientifique accru"), qui guide l'instrument ChemCam pour un choix automatique des échantillons de roches martiennes à analyser.

Auparavant le choix des cibles nécessitait de multiples échanges entre Curiosity et la Terre ce qui prenait donc beaucoup de temps. Installé depuis la Terre en octobre 2015 et testé durant des mois, le logiciel AEGIS se charge désormais de la sélection. Dans 93 % des cas, les échantillons choisis se sont révélés pertinents. Sans lui, ce pourcentage n’aurait été que de 24 % !

 

Le parcours du sol 2020 a placé Curiosity en bonne position pour démarrer les activités scientifiqes "au contact" sur le conglomérat "Waternish".

Les activités du 14 avril (sol 2022) incluent le brossage de deux spots, le spectro APXS et beaucoup d'imagerie MAHLI. Auparavant le laser ChemCam visera "Waternish" et la roche voisine nommée "Arrochar". Après le brossage, MAHLI va acquérir des suites complètes d'images de l'un des spots brossés et "d'Arrochar", ainsi qu'une mosaïque d'images en se plaçant à 5 cm au-dessus des spots APXS, et à 25 cm des images de contexte. Ensuite, l'APXS ira travailler sur "Waternish", suivi d'un placement sur "Arrochar" pour une longue intégration de nuit.


Le 15 avril 2018 (sol 2023), Mastcam prendra un ensemble multispectral complet d'images de Waternish et une mosaïque de "Waternish" et "Arrochar". ChemCam observera deux autres points sur "Waternish", et la Mastcam droite prendra une image de la cible ChemCam sélectionnée par AEGIS sur le sol 2021. Ensuite, le rover s'intéressera à une proche ondulation de sable pour planifier son observation a vec une imagerie rapprochée .

 

IMAGES NAVCAM ET NAVCAM - 12 Avril 2018 (sol 2020) :

 

NAVCAM

5ad31f0c38bb3_FI2020NAVCWaternishetArrochar..jpg.4f01eb7c131d4415f15f4a60cefd26a7.jpg

 

MASTCAM - "Waternish" (à droite de l'image)

5ad3204792237_FI2020MASTC2.jpg.a2255ecf9e23f161e9b80cf90e5fe5a4.jpg

 

MASTCAM

5ad3207f89f92_FI2020MASTC.jpg.700e59bccfc6e186bb6ad6a0d09830cb.jpg

 

 

 

 Le 16 avril (sol 2024), ChemCam recueillera des données d'étalonnage, MastCam mesurera l'opacité de la poussière dans l'atmosphère et NavCam recherchera les "diables de poussière".

 

Par ailleurs et même si les derniers sites n'étaient pas vraiment en situations favorables pour un forage, on peut noter que cette éventualité n'est plus évoquée pour le moment.


 

POSITION AU 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :


5ad321925b58f_FILocation_Sol2020-full.thumb.jpg.df717aaac555d073a0b48fbf7ee85d44.jpg


 

HAZCAM AVANT - 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :

 

5ad321d8d6505_FI2020HAZCAV12AVR.jpg.98a50fa9df17e1b12330fc1df364287f.jpg

 


HAZCAM ARRIÈRE - 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :

5ad32200bfa66_FI2020HAZCAR.jpg.0e0899c1aa7546841c0603e62cfa8fcc.jpg

 


PANO NAVCAM – JAN Van DRIEL - 12 AVRIL 2018 (SOL 2020) :

5ad3225a9a65d_FI2020_PanoJvD_NL_B.thumb.jpg.5075615816065bcfa2be89cff84eb09d.jpg


 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now