Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Recommended Posts

il y a 15 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Comprenne qui pourra.

 

En effet... 

Ça veut dire quoi ? C'était le boxon et d'un coup ils se disent, ah mince on est cons finalement on ne l'a pas fait ? :S

Euh.... ça parait difficile à croire... D'un autre côté, si j'ai bien tout suivi ce que tu expliques ici Daniel, le fait est tout de même que les manoeuvres dilatoires perpétuelles, il n'y avait pas trop d'éléments rationnels pour les expliquer, sinon toujours autre chose, tel petit détail comme objectif ponctuel, etc., et de petits détails en petits nouveaux objectifs, l'objectif majeur finissait par se perdre...

Mais il y a peut-être quelque chose que je n'ai pas suivi.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Il y a 10 heures, vaufrègesI3 a dit :

Il est intéressant de noter qu’elle a signalé quelques remarques critiques de participants dirigées vers la mission de Curiosity pour ne pas avoir encore atteint les minéraux argileux, objectif majeur de la mission, au bout de six ans.

 

Est ce que c'est pas dû à un réflexe très humain : "un tien vaut mieux que deux tu l'auras", autrement dit, "il vaut mieux gratouiller un peu partout sous les roues de Curiosity pendant qu'il fonctionne que de viser un truc lointain qu'on est pas sûr d'attendre ?"

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, vaufrègesI3 a dit :

Ken Farley, responsable scientifique de la mission (lui-même géochimiste), est intervenu et a lancé un peu le défi aux scientifiques en disant que la véritable limitation de ce que Mars 2020 accomplira sera la discipline de l'équipe scientifique pour se rendre sur les sites intéressants… Comprenne qui pourra

  J'avais déjà posé la question il y a longtemps : y a t-il un patron sur cette mission ? Sans réponse...

Faut pas s'étonner que la mission s'achève sans atteindre l'objectif !!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Motta a dit :

D'un autre côté, si j'ai bien tout suivi ce que tu expliques ici Daniel, le fait est tout de même que les manoeuvres dilatoires perpétuelles, il n'y avait pas trop d'éléments rationnels pour les expliquer, sinon toujours autre chose, tel petit détail comme objectif ponctuel, etc., et de petits détails en petits nouveaux objectifs, l'objectif majeur finissait par se perdre...

 

Il y a 1 heure, Superfulgur a dit :

Est ce que c'est pas dû à un réflexe très humain : "un tien vaut mieux que deux tu l'auras", autrement dit, "il vaut mieux gratouiller un peu partout sous les roues de Curiosity pendant qu'il fonctionne que de viser un truc lointain qu'on est pas sûr d'attendre ?"

 

il y a 1 minute, jackbauer 2 a dit :

j'avais déjà posé la question il y a longtemps : y a t-il un patron sur cette mission ? Sans réponse...

Faut pas s'étonner que la mission s'achève sans atteindre l'objectif !!

 

À ma connaissance, la mission n'est pas encore "achevée" Jack -_-.. Et puis il me semble que je t'avais répondu ceci :

 

La stratégie d’exploration adoptée par l’équipe de Curiosity depuis son départ de "Bradbury Landing" est souvent assez difficile à cerner. En regard des objectifs il semblait logique d'envisager que la vallée argileuse puisse bénéficier d'une certaine priorité et puisse être explorée dans les meilleurs délais. L’estimation initiale pour atteindre cette vallée (2 années terrestres) a largement sous-estimé les difficultés, particulièrement celles induites par un terrain rendant la progression difficile.

Mais pour expliquer la lenteur de la progression, Francis Rocard évoque surtout une lutte interne dans l’équipe scientifique entre ceux qui souhaiteraient que Curiosity ne lambine pas trop pour atteindre l’objectif assez rapidement, et ceux qui souhaitent analyser systématiquement et précisément les aspects chimiques et minéralogiques de tous les terrains parcourus en y passant tout le temps nécessaire ! Manifestement ce sont ces derniers qui ont le plus souvent gain de cause...

En conséquence, alors même que depuis des mois certains scientifiques de l’équipe se déclarent "impatients d’atteindre la vallée argileuse" (l’objectif majeur de cette mission que Curiosity avait pourtant approché à moins de 300 mètres en janvier 2018), le rover tourne en rond sur la crête depuis maintenant près d’une année terrestre, sans que l'intérêt de cette longue exploration soit totalement avéré (surtout après l'échec de quatre forages) !!!

 

Super, la vallée argileuse n'est pas un "truc lointain", mais parfaitement à la portée du rover. Pour preuve, Curiosity "fait des ronds" depuis plus  d'un an sur "Vera Rubin", et cette crête borde la vallée. Même si les forages avortés sur la crête peuvent expliquer en partie tout ce temps passé, l'insistance à vouloir l'explorer "chirurgicalement" est un peu surprenante. Là où est actuellement stationné Curiosity, la vallée argileuse est distante d'environ 300 mètres. Après le fiasco du forage à "Inverness", il était prévu que Curiosity exécute une dernière tentative de forage du côté de "Lac Orcadie", 60 mètres plus à l'Ouest. Il devait prendre ensuite la direction de la vallée argileuse. Sauf que le 15 septembre, le jour même où le rover devait se diriger vers son dernier site de forage, les problèmes de mémoire flash sont intervenus sur l'ordinateur B. 

 

Motta, l'exploration des pentes du Mont Sharp par Curiosity sollicite des équipes de scientifiques, de maintenance, de pilotage, et tout un personnel voué aux communications, aux relations publiques, sans oublier l'encadrement de la mission au JPL et à la Nasa.  

La mission initiale de Curiosity était conçue pour durer environ deux années terrestres, soit un peu plus d'une seule année martienne (environ 686 jours terrestres et 668 sols martiens)). Mais le rover a eu besoin de beaucoup plus de temps que prévu pour rejoindre son objectif prioritaire, les argiles au pied du Mont Sharp. Il a existé de multiples raisons pour cela, et le problème de la dégradation prématurée des roues n'y est pas pour grand chose. Tout au long du parcours, globalement, les scientifiques n'ont pas perdu leur temps. Il semble aussi qu'ils aient "anticipé" les prolongations de mission en ne prenant la direction de l'objectif qu'en juin 2013 après un long détour à "Yellowknife Bay "au pied du delta alluvial de "Peace Vallis". Puis en prenant le temps qu'ils estimaient nécessaire pour étudier de façon chirurgicale la géologie du terrain et la chimie des roches pendant tout le parcours.  

Le long détour à "Yellowknife Bay " a été très fructueux, on y a déniché les premières molécules organiques et démontré l'habitabilité de Mars à l'époque où le/les lac(s) du cratère existai(en)t . Autrement dit, en juin 2013, les trois quarts des objectifs étaient atteints..

 

Il est donc tout à fait envisageable que déjà, à cette époque, l'équipe scientifique et l'encadrement Nasa/JPL ne considéraient plus l'exploration de la vallée argileuse comme "vitale" pour la mission.. Par exemple, tout le temps passé sur la crête "Vera Rubin" démontre clairement le peu d'empressement des responsables à aller explorer cet objectif (contrairement à ce qu'ils prétendent)..

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 2 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Super, la vallée argileuse n'est pas un "truc lointain", mais parfaitement à la portée du rover

 

Ah. OK. Ou alors ils se disent que le communiqué de presse triomphal "Dans la vallée argileuse, la sonde Curiosity a trouvé de l'argile", ça le ferait pas ?

    

 

Je comprendrais qu'ils préférassent annoncer : "Sur Mars, la sonde américaine Curiosity a découvert des caches pleines de mica ! "

   

 

 

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 2 heures, Superfulgur a dit :

Ah. OK. Ou alors ils se disent que le communiqué de presse triomphal "Dans la vallée argileuse, la sonde Curiosity a trouvé de l'argile", ça le ferait pas ?

    Je comprendrais qu'ils préférassent annoncer : "Sur Mars, la sonde américaine Curiosity a découvert des caches pleines de mica ! "

 

 

S'pèce de monstre froid désenchanté !.. Pffffff...

 

Un communiqué pour annoncer avoir "trouvé des argiles".. non.. "ça le ferait" pas du tout -_-, d'autant qu'il serait bon que tu sachiâsses que de l'argile.. Curiosity en a trouvé dès son premier forage, et ensuite tout au long de la montée dans la "formation Murray".

 

Le 17 septembre, alors que tout le monde ignorait le problème de mémoire survenu sur Curiosity deux jours avant, inspiré par une admirable et subliminale prémonition -_-,  j'écrivais :  "Personne ne sait ce que l’exploration de la vallée argileuse (un des objectifs prioritaire et majeur de la mission) peut réellement apporter, mais elle est là, potentiellement comme une belle promesse. Imaginons (loin de la science-fiction) que Curiosity se mette "en rideau" maintenant. "

 

On en est là, mais l'espoir demeure.. 

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, vaufrègesI3 a dit :

mais elle est là, potentiellement comme une belle promesse

 

Tu connais ma philosophie, c'est le moment le meilleur…

 

 

  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

… comme disait Clémenceau..

 

Heu… c'est sexiste ça, fais gaffe !!!!!!!!…. 

 

D'autant qu'Il ajoutait : "Après, souvent, ça se gâte.."  :| :/

 

 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/10/2018 à 14:33, vaufrègesI3 a dit :

Personne ne sait ce que l’exploration de la vallée argileuse (un des objectifs prioritaire et majeur de la mission) peut réellement apporter, mais elle est là, potentiellement comme une belle promesse.

 

Bien....

Amitiés 

Edited by hamilton

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Les scientifiques se rapprochent de la résolution du mystère du méthane martien.

 

Le pouvoir de réchauffement du soleil pourrait aider à expliquer pourquoi le niveau de gaz dans l'atmosphère change avec les saisons.

 

Source : https://www.nature.com/articles/d41586-018-07177-4  

 

EXTRAITS :

 

De nouveaux calculs pourraient aider à expliquer pourquoi Curiosity détecte des pics de méthane dans l'atmosphère martienne pendant l'été septentrional de la planète. Le rover, qui a atterri près de l'équateur de Mars dans le cratère Gale en 2012 a d'abord découvert de mystérieux pics de méthane atmosphérique au cours du printemps septentrional.

/../

La découverte de méthane dans l'atmosphère de Mars est intrigante, car les réactions chimiques devraient détruire le gaz après environ 300 ans. Sa présence aujourd'hui suggère que quelque chose sur la planète envoie encore du gaz dans l'atmosphère. La source pourrait être des processus géologiques, tels que des réactions entre certains types de roches et de l'eau, ou, ce qui est plus intriguant, des microbes enfouis ou d'autres formes de vie. La majeure partie du méthane dans l'atmosphère terrestre provient d'organismes vivants.

/../

Le réchauffement du sol pourrait permettre au gaz de s'échapper dans l'air, selon leurs calculs. Les saisons sur Mars sont complexes, en particulier à l'emplacement de Curiosity, si proche de l'équateur de la planète. Mais les niveaux de méthane les plus élevés apparaissent juste après la période la plus chaude de l'année, ce qui suggère que la chaleur diffusée à la baisse permet à une plus grande quantité de gaz d'être libérée.

La quantité de gaz estimée par les scientifiques dans l'atmosphère correspond bien aux mesures que Curiosity a effectuées au cratère Gale, a déclaré John Moores lors de la réunion de la division des sciences planétaires de la Société astronomique américaine à Knoxville, dans le Tennessee. La source ultime du méthane reste un mystère. Mais les travaux pourraient aider à expliquer le flux et reflux saisonnier du gaz, a-t-il déclaré.

/../

Plus de découvertes pourraient être à venir sous peu. Un engin spatial euro-russe, l'ExoMars Trace Gas Orbiter (TGO), recherche du méthane et d'autres gaz dans l'atmosphère de Mars depuis avril.

Lors de la réunion, le scientifique du projet Håkan Svedhem de l'Agence spatiale européenne à Noordwijk, aux Pays-Bas, a laissé entendre au public que les premiers résultats de la sonde seraient publiés prochainement. TGO mesure le méthane sur toute la planète et à différentes altitudes, allant bien au-delà de ce que Curiosity peut mesurer sur le terrain. L'orbiteur pourrait aider à régler certaines des questions de méthane sur Mars une fois pour toutes.

 

"Il y aura des résultats surprenants", a déclaré Mumma, qui fait partie de l'équipe TGO. Il a refusé de donner des détails.

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tres interessant! C'est sur que l'origine du methane martien est LA grande question, la plus passionante. Les deux moyens d'y arriver, comme le detaillait Francis Rocard dans une interview, sont bien sur le metabolisme du vivant, ou des réactions chimiques de serpentinisation qui exigent la presence d'une source souterraine de chaleur: qui dit source souterraine de chaleur sur Mars dit presence d'eau liquide, et aussi d'hydrogene, et donc tout ce qu'il faut pour voir se developper, au moins a un moment donné, des Archées.. Donc dans les deux cas, la presence de methane est un signe de vie probable..   Maintenant, quels sont les "resultats surprenants" des dernieres analyses? Il n'y aurait finalement pas de methane sur Mars? Je ne le pense pas..

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Rien de neuf côté diagnostic..

Mais on a maintenant pas mal d'images HazCam et NavCam datées du 24 octobre (sol 2210).

 

Noter que le 24 octobre 2018, Curiosity a égalé la durée opérationnelle sur Mars.. de Spirit. 

 

 

HAZCAM AVANT - 24 OCTOBRE 2018 (SOL 2210) :

 

La tourelle au bout du bras robotique  avec l'APXS tourné vers le sol. Le rover est tourné vers le Nord et on aperçoit les remparts Nord assez nettement, signe que l'opacité atmosphérique a diminué.

5bd312b08d68c_2210HAZCAV2.jpg.7965d1a2c0758ff4007742c808f59910.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 24 OCTOBRE 2018 (SOL 2210) : 

 

À l'arrière au Sud, la vallée argileuse et le Mont Sharp  

5bd317eaa201e_2210HAZCAR.jpg.0b98f93dc983a7800eb5b3e9a32c8692.jpg

 

 

NAVCAM - 24 OCTOBRE 2018 (SOL 2210) :

 

Le pont du rover avec, entre autres, la paire de trappes d'entrée du Labo SAM et celle du Labo CheMin.

La poussière y est omniprésente, et le vent l'a manifestement balayé contre les reliefs du pont. 

5bd315053f75a_2210NAVCpont.jpg.ee078b4e69c013431958a2a4570daeec.jpg

 

 

 

5bd3174eba51d_2210NAVC224OCT.jpg.fd540fcf1d26036e10b3ebaae82ce527.jpg

 

 

L'ombre du mât sur le sol. En bas à gauche, la tourelle et le foret pointé vers le haut.  

5bd31b6dd98fb_2210NAVC7.jpg.1ff9907d255d1830f1d3873eb089da80.jpg

 

 

 

PANO NAVCAM 4,9 mb - 24 OCTOBRE 2018 (SOL 2210) - Damia BOUIC :

 

Superbe…

 

5bd31e72f0643_2210PANONAVCDB.thumb.jpg.54e671386867fb9325cfad49425baa7f.jpg

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

DES PERSPECTIVES DE REPRISE ?

 

La dernière mise à jour du 26 octobre 2018 n’apporte pas d’éléments nouveaux concernant le diagnostic de la mémoire flash de l’ordinateur B.  Les opérations se déroulent actuellement sur l’ordinateur A, lui-même handicapé par une mémoire amoindrie suite à une anomalie qui a obligé à isoler un secteur de cette mémoire en 2013.   

En attendant mieux les activités de Curiosity se concentrent sur l’étude de l’environnement avec un plan sur trois sols du 28 octobre 2018 (sol 2213) au 30 octobre (sol 2215). Il devait démarrer aujourd’hui avec l’analyse de l’opacité atmosphérique grâce aux caméras MastCam et NavCam, ainsi que l’observation de "dust devils" afin de surveiller la teneur en poussière de l'atmosphère.  Sont prévues aussi des observations passives standard de REMS et DAN tout au long de ce plan.

Il est indiqué que ces activités incluent aussi une "restauration de l’imagerie post-entraînement et pré-anomalie", afin de rechercher les modifications et de fournir un maillage de terrain avant la reprise des activités du bras robotique.. et de mobilité du rover.

 

Si on s’en tient au discours de la géologue Lauren Edgar, un certain optimisme semble régner pour le proche avenir – je la cite : "Mais tandis que le groupe thématique environnemental a les yeux rivés sur le ciel, j'ai les miens au sol, y compris la vue au-dessus de Navcam, regardant au sud à l'arrière du rover, et le nouveau terrain que nous sommes sur le point d'atteindre. Au plaisir de reprendre bientôt les opérations scientifiques complètes !"

 

Voici l’image qu’elle commente, ciblée vers la vallée argileuse et les contreforts du Mont Sharp :

 

NAVCAM – 24 OCTOBRE 2018 (SOL 2210) :

 

5bd60e59f3e95_2210NAVCX24OCT.jpg.43ac6be02811a457b64b2bdda9adc610.jpg

 

 

GIF animé de la zone correspondante à la tentative de forage infructueuse à "Inverness". Il inclue deux images du 14 septembre 2018 (sol 2171) et l'autre du 26 octobre 2018 (sol 2211). On observe que les déblais de forage ont été enlevés par le vent - Paul Hammond :

 

 

index.php?act=attach&type=post&id=43612

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Curiosity s'est un peu dérouillé les j.... roues !!

 

Petit récapitulatif des évènements récents :

 

Le 13 septembre 2018 (sol 2170) Curiosity avait tenté un nouveau forage à "Inverness". Celui-ci n’avait entamé la roche que de 4 mm. Le rover était arrivé sur ce site quatre jours auparavant, le 9 septembre (sol 2166).

 

Deux jours après ce forage avorté, le 15 septembre 2018 (sol 2172), l’anomalie de mémoire de l’ordinateur B interdisait un déplacement prévu de 60 mètres plus à l’Ouest, ce même jour, sur un site nommé "Lac Orcadie". Il s’agissait d’effectuer un dernier forage sur la crête "Vera Rubin" avant de prendre (enfin) la direction de la vallée argileuse toute proche.

L’anomalie se présente comme un problème purement informatique pouvant être réglé par une reconfiguration de la mémoire flash ou/et de logiciel, ou au pire par basculement sur l’ordinateur A. Le problème, c’est que le 27 février 2013 (sol 200), soit 7 mois après son atterrissage, l’ordinateur principal A avait déjà connu une défaillance matérielle partielle de sa mémoire flash et un bug logiciel. L’équipe avait alors basculé le rover sur l’ordi de sauvegarde B (celui actuellement utilisé). Depuis, les ingénieurs ont limité l’utilisation de la mémoire de l'ordinateur A à un niveau inférieur, et corrigé le bug logiciel. Il joue maintenant à son tour le rôle d’ordinateur de secours. Si Curiosity devait finalement continuer son aventure en s'appuyant sur l’ordinateur A, cela se traduirait probablement par une baisse notable des activités. C'est pourquoi l’équipe a bien l’intention, si possible, de reporter à nouveau les opérations de Curiosity sur l'ordi B afin d'utiliser sa plus grande capacité de mémoire.

 

Le 3 octobre 2018 les ingénieurs du JPL basculaient le rover sur l’ordinateur A, et Steven Lee du JPL, chef de projet adjoint de Curiosity déclarait. "Nous travaillons du côté A à compter d’aujourd’hui, mais cela pourrait nous prendre du temps pour bien comprendre la cause fondamentale du problème et trouver des solutions de contournement pour la mémoire du côté B. Il est certainement possible d'exécuter la mission sur l'ordinateur du côté A si nous en avons vraiment besoin. Mais notre plan est de revenir au côté B dès que nous pourrons résoudre le problème afin d'utiliser sa plus grande taille de mémoire."

 

Le 18 octobre 2018 le JPL annonçait un « retour aux activités scientifiques », essentiellement des activités relatives à l’observation de l’environnement, des opérations routinières effectuées presque chaque jour par le rover depuis son arrivée sur Mars.

Mais toujours rien de nouveau côté diagnostic de la mémoire de l’ordinateur B.

 

Aujourd’hui 2 novembre 2018 (sol 2218), Curiosity s’est déplacé d’environ 5 mètres vers le Nord, un parcours "test" permettant de vérifier si les systèmes du rover sont opérationnels après ce très long arrêt d’un mois et demi. Tout semble OK, mais il va falloir attendre la mise à jour pour le vérifier à coup sûr.

 

À l’avenir, Curiosity espère s’éloigner bientôt de ce site pour se diriger vers la zone appelée "Lac Orcadie" à 65 mètres au Sud-Ouest, où il est prévu de tenter un dernier forage sur la crête dans l’une de ces zones grises lumineuses intéressantes identifiées depuis l'orbite. Et cette fois c'est OFFICIEL, Curiosity se dirigera vers la zone argileuse.. Enfin peut-être :|-_-….

 

 

POSITION AU 2 NOVEMBRE 2018 (SOL 2218) - 3,9 mb – grâce à Phil Stooke :

 

 

5bdcb9b5cf71e_2166Curiosity_Location9sept.thumb.jpg.7390cccde5cb9dde7386f1013638bcb0.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 2 NOVEMBRE 2018 (SOL 2218) :

 

5bdcb9f32ec5f_2218HAZCAV2.jpg.8fe2687b4d1453027fa008ea36d6ac00.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 2 NOVEMBRE 2018 (SOL 2218) :

 

5bdcba1be16f3_2218HAZCAR.jpg.e8423439de838c851031626af80297f7.jpg

 

 

NAVCAM - 2 NOVEMBRE 2018 (SOL 2218) :

 

5bdcbb1b0df42_2218NAVC2.jpg.a9b4b35a64ffb14de6b3df068fb7af12.jpg

 

 

Vers le Nord

5bdcbb7fef593_2218NAVC7.jpg.b2c15fbf7e5e8c7486852deb5841c3b3.jpg

 

 

Vers le Sud-Ouest

5bdcbbdf1953a_2218NAVC3.jpg.a2dc4a627e23613cc1db552de403580e.jpg

 

Au Sud avec au loin les contreforts du Mont Sharp

5bdcbc247f35f_2218NAVC10.jpg.34ee5b1f1697a5a79ecef1afeabb79c7.jpg

 

 

MASTCAM - 25 OCTOBRE 2018 (SOL 2211) :

 

Une cible intéressante près du forage manqué "Inverness" :

 

5bdcc1bb2258a_2211MASTC25OCTOBRE.jpg.429a924247a4110b3c7e0cce0d3161a9.jpg

 

 

 

MAHLI - 1er NOVEMBRE 2018 (SOL 2217) :

 

Cette cible de l'espace de travail autour "d'Inverness" a été nommée "Grange". "Grange" semble être une zone de sulfate de calcium brillant (généralement observé dans les veines qui traversent le substrat rocheux tout au long de la mission), mais avec de petites inclusions sombres qui pourraient avoir une composition intéressante.

 

5bdcc2ce42d75_2217MAHLI21NOV.jpg.5b03b7bf669b61324fbd17c6fdf393e9.jpg

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 5
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

NOUVEAU FORAGE EN VUE

 

 

Comme prévu, le 5 novembre 2018 (sol 2221) Curiosity s est dirigé vers la zone nommée « Lac Orcadie » pour une (dernière ?) tentative de forage sur la crête "Vera Rubin" dans une roche-mère grise, avant de virer au Sud afin d’explorer la vallée argileuse, avant dernière étape de son parcours programmé. Il a parcouru environ 60 mètres.

 

Au 6 novembre 2018 (sol 2222) le plan consistait à placer le rover au bon endroit pour le forage. Un court trajet d’environ 10 mètres a été réalisé pour que le rover se positionne face à une cible à portée du bras robotique.

 

C’est un retour vers une région bien connue, atteinte le 12 février 2018 (sol 1962), et site de deux tentatives de forage ("lac Orcadie" et "lac Orcadie 2" voir pages 104 à 106 de ce fil), forages qui se sont soldées par deux échecs, le foret n’ayant pas pénétré suffisamment dans le substrat rocheux pour récupérer un échantillon. Des échecs durement ressentis car ils inauguraient la reprise des forages et de collecte d’échantillons, interrompus depuis octobre 2016, selon de nouvelles méthodes très longuement testées sur Terre. Pour résumer, l'avance de forage (le moteur qui déplace le foret dans la roche) ne fonctionne plus, les ingénieurs ont donc prévu d’utiliser pour la première fois le seul mouvement du bras pour enfoncer le foret dans la roche en maintenant l'extension de l'ensemble de forage. Une méthode que l'équipe a baptisée "FED" (Feed-Extended Drilling).  À l’époque ces deux forages avaient été tenté en rotation seule, sans percussion. En cause, des courts-circuits électriques intermittents survenus dans le mécanisme de percussion, un problème repéré avant même le lancement de MSL (j’en avais fait état au début de ce fil).

Mais cette fois-ci, pour la cible "Highfield", il est bien prévu d’utiliser la percussion !

 

La zone d'affleurements de roches grises  "Lac Orcadie" - MastCam de février 2018 :

 

5be3497ce9f85_LacORCADIE.jpg.3131253cb6a3a95c224b42c436b7dcd0.jpg

 

 

Les images du site recueillies lors de ces deux forages avortés ont permis d’identifier trois autres cibles de forage potentielles. Des critères tels que les éraflures laissées dans le substrat rocheux par les brosses métalliques de l'outil de dépoussiérage (DRT) seront utilisées pour voir si ces cibles sont plus tendres, et donc plus faciles à forer, que les cibles précédentes.

Le plan d’aujourd’hui 7 novembre 2018 (sol 2223) s’est axé sur la caractérisation de la cible "Highfield", voir l’image Navcam ci-dessous :

 

NAVCAM - 6 NOVEMBRE 2018 (SOL 2222) :

 

ZONE CIBLE "Highfield" (cercle blanc) 

5be34a4cc7faf_2222NAVCCIBLEHighfield.jpg.3a9bdb7f399af94dd7b6d38b9eb25941.jpg

 

 

L’APXS effectuera une courte intégration sur la cible de forage, suivie de deux images MAHLI. Ensuite l'outil DRT brossera la cible, et succèderont à cette opération l’imagerie Mastcam et une série complète d’images MAHLI. Un test de "précharge" de la perceuse suivra, ce qui signifie que le foret sera mis en appui sur la cible pour s’assurer que la roche peut supporter la pression sans bouger. S'il laisse des marques à la surface, cela pourrait donner une indication de la dureté. Enfin, pendant la nuit il est prévu d’acquérir une intégration APXS plus longue sur "Highfield".

 

Par ailleurs, Curiosity fonctionne toujours sur l'ordinateur A, et l'équipe d'ingénieurs du JPL continue de diagnostiquer l'anomalie de mémoire sur l'ordinateur B.

 

 

POSITION AU 6 NOVEMBRE 2018 (SOL 2222) - 3,9 mb :

 

Position probable, la carte du JPL n’ayant pas été mise à jour depuis le 9 septembre (sol 2166)

5be34b89830f5_Curiosity_Location_Sol2222-full.thumb.jpg.8e7bf66c836f2e4fb63b1a3138c91158.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 7 NOVEMBRE 2018 (SOL 2223) :

 

L'APXS est sur la cible

5be34d18ac498_2223HAZCAV7NOV.jpg.e95308985d66f958ef23bfbf5cf8df86.jpg

 

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 7 NOVEMBRE 2018 (SOL 2223) :

 

Encore pas mal de poussière atmosphérique

5be34fc2b7a1d_2223HAZCAR.jpg.ca3ec861e73ae631d04201afc447bee6.jpg

 

 

NAVCAM - 6 NOVEMBRE 2018 (SOL 2222) :

 

5be3508ce06c0_2222NAVC2.jpg.6c5e0cfe34602b6ed800b37e4b1c86cb.jpg

 

 

MASTCAM - 6 NOVEMBRE 2018 (SOL 2222) :

 

LA CIBLE "Highfield"

5be3525e8bb6c_2222MASTCX.jpg.23dd235d6c6888683f0882755577f707.jpg

 

 

MAHLI - 7 NOVEMBRE 2018 (SOL 2223) :

 

Gros plan sur la cible

5be353eb83248_2223MAHLI7NOV.jpg.509f665d96910d9f2b44aae9d2464fec.jpg

 

 

Encore plus près

5be3541395c7e_2223MAHLI2.jpg.73f5784b8ba423345af11ae290b917ef.jpg

 

 

 

PANO MASTCAM – "Lac Orcadie" - 5 NOVEMBRE 2018 (SOL 2221) – Robert Charbonneau :

 

5be3548a1501e_2221PANOMASTCRCHARB.thumb.jpg.f5cc4dedde57b60876d94a5cf06bbfd7.jpg

 

 

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

FORAGE RÉUSSI !!

 

Le 8 novembre 2018 (sol 2224) l’équipe du rover a reçu confirmation de la réussite du forage de la cible "Highfield". Il s’agit du dix-huitième forage (réussi) depuis l’arrivée de Curiosity sur Mars le 5 août 2012 !

Le plan d’activités de fin de semaine comprendra une imagerie supplémentaire, des tirs laser ChemCam LIBS sur le trou de forage, et bien sûr la dépose d’échantillons au labo de minéralogie CheMin pour une analyse approfondie.

 

Il est prévu aussi un programme scientifique complet d’étude de l'environnement. La tempête de poussière globale s'est dissipée, mais l’équipe souhaite savoir si l'atmosphère après la tempête est différente de celle de la même saison des années précédentes, lorsque aucune grosse tempête ne s'est produite. De plus, en ce milieu de l'été austral il se produit habituellement beaucoup de "dust devils" ce qui génère de la poussière dans l'atmosphère. Ainsi, en plus de la surveillance météorologique régulière (REMS), du rayonnement (RAD) et du sous-sol (DAN), ont été ajoutés des mesures d'opacité atmosphérique et un relevé à 360 ° pour observer les "dust devils". En fin de semaine, parallèlement à l'analyse de l'échantillon de forage, les activités d’étude de l’atmosphère seront nombreuses. Celles-ci incluent la caractérisation de la quantité et de la distribution granulométrique des aérosols de poussière et de glace d'eau à différents moments de la journée, dans et au-dessus du cratère, et au moyen d'un "relevé du ciel" pour en évaluer l'opacité avec MastCam et ChemCam, et observer les nuages avec NavCam.

 

Au cours des prochains sols les résidus de forage au sol seront surveillés pour vérifier à quelle vitesse le vent martien les éloigne et dans quelle direction. Il est prévu également des images sous le rover avec la caméra MARDI (MARs Descent Imager), une caméra couleur montée sous le châssis du rover et chargée initialement de cartographier le site d'atterrissage durant la descente vers le sol martien. La MastCam imagera les grains et les ondulations de sable à proximité afin d’observer l’action du vent en cette période de l'année à l’emplacement actuel.

 

 

HAZCAM AVANT – 8 NOVEMBRE 2018 (SOL 2224) :

 

5be5873757fd4_2224HAZCAV8NOV.jpg.7dc49f0b538610f98a37a7459e812d10.jpg

 

 

NAVCAM - 8 NOVEMBRE 2018 (SOL 2224) :

 

5be58757545e9_2224NAVCX.jpg.bce6d1741b8402470b31786e96c19e9f.jpg

 

 

CHEMCAM RMI – 9 NOVEMBRE (SOL 2225) :

 

5be58770b5c29_2225CHEMCRMI9NOV.jpg.76d11c16aa4e961ad1832a91508b9d88.jpg

 

 

 

PANO NAVCAM – Phil STOOKE - 1,2 mb - Illustration du nouveau site par rapport aux deux forages précédents au lac Orcadie, sols 1977 et 1982. L'image est composée d'images composites des sols 1962 (avant forages) et 2222 :

 

5be587a1e6a7a_LACORCADIEFORAGESpstooke.png.0b1da910dc241971468b03f5352ee9e0.png

 

 

 

  • Like 3
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

VIDÉO DU FORAGE À "Highfield" - 8 NOVEMBRE 2018 (SOL 2224) - Paul Hammond :

 

La vidéo (ensemble de 41 images HazCam) dure 7secondes. En réalité le forage a duré environ 31 minutes. 

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

IMAGES COULEURS du forage à "Highfield" grâce aux caméras MastCam 

 

MASTCAM - 8 NOVEMBRE 2018 (SOL 2224) :

 

5be6dd757ac75_2224MASTCX2.jpg.911ab326b1a772e17a1578b401f59c90.jpg

 

 

5be6de870aab8_2224MASTCX.jpg.f07f92fbcd8c9e846a275f34dc057042.jpg

 

 

MASTCAM - 9 NOVEMBRE 2018 (SOL 2225) - GNOMON :

 

Les poussières retombent encore actuellement après la tempête, je ne me souviens pas d'en avoir vu autant sur le pont du rover !

5be6e1006e484_2225MASTCGNOMON.jpg.0a97f2f67d82d4e0f7e9da0d0dd58ad5.jpg

 

GIF du gnomon au 9 AOÛT 2012 (SOL 3) - pour mémoire:

5be6e210efcbc_Gnomon_9AOUT2012sol3.gif.4076c865e7e4975f6eb856e171de566e.gif

 

 Les trappes d'entrées du Labo SAM sont sérieusement empoussiérées aussi ! :5be6e654c5735_2225MASTCSAM.jpg.9037c9cd8ea7e1b6cdc3134654f72305.jpg

 

 

 

BILAN DES SEPT FORAGES SUR LA CRÊTE VERA RUBIN (de février à novembre 2018) :

 

DEUX RÉUSSITES :  "Stoer" le 9 août 2018 (sol 2136) et "Highfield" le 8 novembre 2018 (sol 2224)

 

Noter que le forage réussi à "Duluth" le 20 mai 2018 (sol 2057) n’était pas situé sur la crête mais sur la "formation Murray".

 

CINQ ÉCHECS (roches trop dures, profondeurs atteintes insuffisantes) :

- "Lac Orcadie 1 et 2" le 27 février 2018 (sol 1977) et le 4 mars 2018 (sol 1982)

- "Voyageurs" le 16 juillet 2018 (sol 2112)

- "Ailsa Craig" le 26 juillet 2018 (sol 2122)

- "Inverness" le13 septembre 2018 (sol 2170)

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 48 minutes, vaufrègesI3 a dit :

je ne me souviens pas d'en avoir vu autant sur le pont du rover !

 

Ceci expliquerait cela pour le malheureux Opportunity ?...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, Kaptain a dit :

Ceci expliquerait cela pour le malheureux Opportunity ?...

 

 

C'est fort possible, sachant que suite à la tempête globale les retombées de poussière ne sont pas réparties uniformément sur la surface de Mars.. Si j'ai bien compris, le cratère Endeavour fait partie des "zones de levage", c'est à dire une des zones de la surface de Mars où la tempête a beaucoup "pompé" les poussières qui ont obscurci l'atmosphère. On a assez peu de recul et d'expérience sur ces tempêtes, mais il semble que ces mêmes régions subissent une bonne part des retombées de poussières. D'abord les plus grosses particules, et ensuite progressivement les plus fines depuis la haute atmosphère (jusqu'à 60 km d'altitude). 

Sauf que c'est totalement impossible à vérifier. Les images de MRO sont formidables, mais de là à estimer l'épaisseur de poussières sur les panneaux solaires d'Oppy...

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Livraisons d'échantillons de forage et labos en action !!

 

Même si le JPL n’a pas jugé utile de signaler que la livraison d’échantillon au labo de minéralogie CheMin avait été effectuée avec succès (probablement le 9 novembre (sol 2225), on est heureux d’apprendre que - je cite : "les données minéralogiques seront bientôt obtenues de CheMin !".

 

En déterminant la minéralogie des roches et des sols le labo CheMin évalue l'implication de l'eau dans leur formation, leur dépôt ou leur altération. En outre, les données CheMin sont utiles dans la recherche de biosignatures de minéraux, de sources d’énergie vitales ou d’indicateurs d’environnements habitables passés. En attendant l’équipe scientifique poursuit la caractérisation de l’espace de travail autour "d’Highfield" en utilisant les tirs laser ChemCam LIBS pour examiner la chimie du trou de forage et le substrat de roches grises et de veines claires tachetées.

Le plan scientifique du week-end comprenait également une série d'images MastCam de détection pour caractériser le mouvement des grains de sable entraînés par le vent.

 

MASTCAM - 11 NOVEMBRE 2018 (SOL 2227) :

 

5beb41e49622a_2227MASTC211NOV.jpg.8a372e18baae4fc67ff278f3e39f250c.jpg

 

 

Outre les observations géologiques, le groupe thématique sur les sciences de l'environnement a inclus des activités d’observations du ciel avec ChemCam et MastCam, de la poussière et des nuages avec NavCam, ainsi que des mesures MastCam d’opacité atmosphérique (tau) dans le plan du week-end.

 

Il est aussi prévu une livraison d’échantillon sur l'instrument SAM, un mini labo destiné à l’étude de la composition chimique (moléculaire, élémentaire et isotopique) des roches. Une très petite quantité de matériaux finement tamisés est acheminée dans l'une des 74 coupelles d'échantillonnage qui peut ensuite être insérée dans un four et traitée thermiquement (entre 850 et 900 °C)  pour la libération de substances volatiles. Pour préparer SAM, le 13 novembre (sol 2229) il est prévu d’effectuer une activité de pré-conditionnement ("stérilisation" des coupelles par chauffage) afin de préparer l’instrument pour recevoir et analyser un échantillon, un plan très énergivore qui occupe l'essentiel de la puissance du sol 2229.

 

Le laser ChemCam LIBS sollicitant très peu d’énergie, il sera utilisé auparavant pour analyser quatre cibles, dont le fond du trou de forage "Highfield", une autre le long des résidus de forage à la surface, une troisième dans une veine voisine et une quatrième sur une cible de substrat rocheux, opérations suivies d’une imagerie MastCam de chaque cible pour confirmer où les tirs laser ont eu lieu précisément. Deux autres cibles seront observées avec MastCam pour la détection des changements en surface. Détections effectuées fréquemment lorsque le rover est stationné au même endroit pendant plusieurs sols. Pour détecter les changements, deux paires d’images sont prises sur chaque sol, chacune à peu près au même moment de la journée. Elles permettent d’aider à quantifier la façon dont le vent martien modifie le paysage autour de Curiosity.

 

CHEMCAM RMI - 11 NOVEMBRE 2018 (SOL 2227) :

 

On devine les tirs laser sur la paroi du trou de forage 

5beb40eec50e8_2227CHEMCRMI11NOV.jpg.b0a5135f3fcb83cf7ee051d347b04d7d.jpg

 

 

Enfin, toujours avec MastCam sont programmées quelques images multispectrales - ces images sont prises en utilisant plusieurs filtres de caméra. Les experts de l'équipe scientifique utilisent ces images pour aider à interpréter la composition du substrat rocheux local et des zones environnantes. Pour conclure le bloc scientifique du sol 2229, il est prévu de prendre des images NavCam pour rechercher des diables de poussière. Plus tard dans la soirée, sera effectuée l’activité de pré-conditionnement SAM.

 

Curiosity se réveillera le 14 novembre (sol 2230) pour un autre journée d’activités scientifiques chargée ! Cette fois-ci ChemCam subira une activité d'étalonnage (*), suivie d'une autre suite NavCam d’observation de "dust devils" et de nouvelles images MastCam de détections de changement. Ensuite Mastcam sera utilisée pour effectuer des observations atmosphériques supplémentaires. Plus tard en fin d’après-midi est programmée une dernière paire d’images MastCam de détection de changement, et une mesure d’opacité atmosphérique au coucher du soleil.

 

(*) ChemCam LIBS utilise la technique d’analyse spectroscopique dans l’Ultra-Violet et le visible associée à l’ablation laser (Laser Induced Breakdown Spectroscopy) : un laser de puissance tire sur une cible, ce qui entraîne la fusion du matériau et l’apparition d’un plasma que l’on observe à distance.

Pour interpréter les spectres d’émission obtenus, dix cibles d’étalonnage sont fixées sur le pont du rover. La cible comprend neuf cercles de matériaux que les scientifiques s'attendent à voir sur Mars, et un carré en titane avec un bord peint. Selon la numérotation dans cette image, les cercles de la rangée supérieure représentent quatre échantillons de verre susceptibles de représenter des compositions de roche ignée de Mars, plus une tige de graphite sur le côté droit. La rangée du bas montre quatre échantillons de céramique représentant les compositions de roche sédimentaire de Mars et une plaque de titane pour l’étalonnage en longueur d’onde et les tests de diagnostic au laser.

 

5beb40319b9d5_ChemCamciblestalommages.jpg.097e0382a60ca04c430f88e04a990805.jpg

 

 

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

LIVRAISON D’ÉCHANTILLON AU LABO SAM

 

Le 14 novembre 2018 (sol 2030) il était prévu de livrer un échantillon du forage "Highfield" à l’instrument SAM (Sample Analysis at Mars).

 

Depuis fin 2016 le système de préparation et de livraison des échantillons nommé "CHIMRA" (Collection and Handling for Interior Martian Rock Analysis) n’est plus utilisable.

Désormais, et depuis 2018, c’est la technique nommée "FEST" (Feed-Extended Sample Transfer) qui est mise en œuvre.

Le bras robotique positionne le foret à la verticale de l’orifice d’admission du labo SAM libéré par l’ouverture d’une trappe. Puis sa mise en rotation inverse permet le cheminement vers le bas d’une partie de l’échantillon de poudre de roche situé à l'intérieur du guide du foret et dans la chambre

d'échantillonnage située juste au-dessus. La durée de rotation inverse du foret détermine la quantité d’échantillon qui tombe dans l’orifice d’admission du labo.

 

Cette image représente le parcours de la poudre de roche pendant le forage. Pour la livraison aux labos le tracé rouge s’inverse.

 

5bef42b73c6a8_Livraisonchantillon.jpg.1aab62db46f1d5d89dffa04c2c5cadb2.jpg

 

 

Tout comme le labo CheMin, SAM chauffera cette poudre de roche à des températures très élevées et analysera les composés chimiques/organiques de la roche forée à "Highfield". C’est la clé pour comprendre la composition de la crête "Vera Rubin" et son histoire.

 

On devrait bientôt savoir (demain ?) si toute la procédure s’est déroulée correctement.

 

 

MASTCAM – 14 NOVEMBRE 2018 (SOL 2230) :

 

Coucher de soleil sur le Mont Sharp

 

5bef4376686ef_Coucherdesoleil14NOV.png.55139448c178ffcdcfeea36e68ad15f6.png

 

 

 

 

  • Like 5
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

AU BOULOT LES LABOS !

 

C’est la saison des vents sur Mars et les activités de Curiosity de ce week-end consistent à prendre des tonnes d’images MastCam à différentes heures de la journée pour comprendre la façon dont le vent déplace le sable et la poussière. Une campagne similaire menée aux "dunes de Bagnold" a permis d’affiner les modèles de vent à l’échelle régionale et de fournir des informations importantes sur la physique qui dirige la façon dont le sable se déplace sous l’atmosphère martienne actuelle.

 

Pas de confirmation sur la réussite ou non de la livraison d’échantillon au labo SAM pourtant annoncée le 14 novembre (sol 2230) !..

Je ne crois pas qu'il faille s'en inquiéter.. Les mise à jour rédigées à tour de rôle par les scientifiques de la mission et postées par le JPL  s’attardent parfois longuement sur certaines activités, mais "oublient" assez souvent de rapporter certains points pourtant essentiels dans la chronologie des opérations.

 

Ce week-end, il est prévu d’effectuer une deuxième nuit d'analyse CheMin sur l'échantillon de forage "Highfield".

 

On suppose donc, on subodore, je dirais même qu'on suppute :/ que, ces derniers jours, la livraison d’échantillon au labo SAM se soit bien déroulée et qu’une première analyse ait pu être réalisée (en tout cas ce serait logique que la deuxième analyse de CheMin succède à la première analyse de SAM).

Bref, rédiger la chronique fidèle  de cette mission est malheureusement parfois un peu compliqué -_-..

 

MASTCAM – 15 NOVEMBRE 2018 (SOL 2231) :

 

Probable météorite ferreuse nommée "Little Today" , quelques autres possiblement autour

 

5bf09a3136266_2231MASTCX15NOV.jpg.4596d9046a3e07e4ddb18cbf504ef309.jpg

 

 

 

GIF de Paul Hammond - Deux images ChemCam RMI - 16 NOVEMBRE 2018 (sol 2232) :

 

Les points d’impact des tirs laser sur "Little Today" apparaissent en surbrillance claire 

 

index.php?act=attach&type=post&id=43723

 

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Les opérations de livraisons et d'analyses des labos se poursuivent, parallèlement les caméras de Curiosity poursuivent l'étude de l'environnement (mouvements des résidus autour du trou de forage, détection de l'évolution des ondulations de sable..). L'instrument  ChemCam RMI cible encore les résidus de forage et les affleurements rocheux environnants.. 

Très peu d'images disponibles.

 

MASTCAM - 17 NOVEMBRE 2018 (SOL 2233) - Thomas Appéré :

 

5bf886d0d20a5_2233couchersoleIl17NOV.jpg.fc9f8ac797376b1c1bb3e89ad874df45.jpg

 

 

 

Pour mémoire, récapitulatif des dates et sites des missions martiennes (en cours ou à venir) :

 

- InSight - "Elysium Planitia" ce lundi 26 novembre 2018

 

- Mars 2020 - "Jezero" en février 2021

 

- ExoMars - "Oxia Planum" en mars 2021

 

 

(Pour l'orbiteur et le rover chinois, en attente confirmation)

 

 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now