Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Messages recommandés

 

UN NOUVEAU FORAGE ANNONCÉ SUR LA CRÊTE !!!

Disons.. "peut-être"..

 

InSight a atterri à 600 km au Nord du cratère de Gale, mais Curiosity était trop bas pour pouvoir saisir son arrivée sous parachute.

 

Les opérations du rover seront désormais affectées par le fait que les deux engins spatiaux doivent partager les ressources limitées de relais ce communication des orbiteurs de Mars, ainsi que les capacités des scientifiques sur Terre. Par exemple, l'équipe REMS de Curiosity soutient l'atterrissage d'InSight (InSight possède des capteurs de vent et de température de l'air développés par le même groupe qui a élaboré la station météo REMS au Centre d'astrobiologie en Espagne) et n’était pas disponible pour travailler pour Curiosity ce jour-là. Heureusement, cela ne signifie pas que REMS est resté inactif ; cela signifie simplement qu'il est nécessaire de préparer les observations de REMS à l'avance. Ainsi, aujourd’hui, en plus de la planification des 24 au 26 novembre 2018 (sols 2240-2242) de Curiosity, l’équipe scientifique a également préparé toutes les activités REMS qui auront lieu au début de la semaine prochaine.

Au cours des sols 2240-2242, Curiosity devait conclure les observations de l’échantillon de forage "Highfield "par une troisième et dernière analyse minéralogique du labo CheMin. Mastcam a continué de surveiller le mouvement des grains de sable et ChemCam a observé quelques nouvelles cibles rocheuses, notamment "Little Colonsay" (une météorite potentielle), "Lunga" (un rocher sombre de morphologie inhabituelle) et "Noss" (une autre météorite candidate).

 

CHEMCAM RMI - 26 NOVEMBRE 2018 (SOL 2242) : 

 

La météorite potentielle "Little Colonsay

 

5c01a7d4568dc_2242CHEMCRMI26NOV.jpg.3643d570b1a853c618e7cadeb739bfa9.jpg

 

 

Le rocher sombre de forme curieuse "Lunga" (avec les marques de titrs laser)

 

5c01a7fe8858f_2242CHEMCRMI.jpg.d2d468ffce064f50cfd2fb87095a3139.jpg

 

MASTCAM - 26 NOVEMBRE 2018 (SOL 2242) :

 

5c01a85a57c10_2242MASTC26NOV.jpg.5a3978218af8c27c8ad76c13cc2ab53f.jpg

 

 

 

Le 27 novembre 2018 (sol 2243) Curiosity a connu un léger "hoquet" au cours d’un test de distribution d’échantillons au sol dans l’espace de travail. Le bras robotique du rover a déclenché une limite de sécurité telle que l'activité ne s'est pas vraiment terminée.

Mais l’activité du bras a pu redémarrer afin d’analyser la composition chimique et l’apparence des résidus de forage avec le spectro APXS, et les caméras ChemCam, MAHLI et Mastcam, puis comparer ces résultats avec ceux des analyses réalisées par les instruments CheMin et SAM.

En plus de récupérer l'activité du bras, ont pu être planifiées un certain nombre d'observations scientifiques pour mieux caractériser le substrat rocheux dans l’espace de travail du rover, poursuivre la recherche de météorites et surveiller les changements dans le mouvement du vent et des sédiments. ChemCam devait analyser la composition de deux cibles typiques du substrat rocheux gris, ainsi que celle d'un fragment de météorite potentiel identifié à partir d'images multispectrales Mastcam. ChemCam revisitera également la cible de météorite "Little Todday" (voir message du 17 novembre), afin de rechercher une variation de composition.

Il a été également procécé à l’imagerie Mastcam de deux zones ("Dunecht" et "Lothian") dans la zone géologique nommée "Jura" d’aspect rouge plus typique de la crête "Vera Rubin" (à la différence de la région grise de "Jura" sur lequel le rover est actuellement stationné).

 

Ceci aidera à prendre la décision quant à la prochaine route à suivre et l'endroit où sera, peut-être, tenté un prochain forage… CONTRAIREMENT À CE QUI AVAIT ÉTÉ FORMELLEMENT ANNONCÉ : promis juré, "Highfield " sera le dernier forage sur la crête avant de prendre la direction de la vallée argileuse avaient'ils promis !! 

J'attend leurs excuses !! o.O-_-

 

Espérons que cette crête ne devienne pas le "tombeau" de Curiosity !.. Ce qui est inquiétant c'est que plus aucune info n'est donnée sur l'avancée de l'analyse du problème de mémoire de l'ordinateur B, et qu'il ne semble plus question d'y revenir. Autrement dit, s'il survenait un nouveau problème sur l'ordinateur A actuellement utilisé (handicapé depuis qu'une  partie de sa mémoire a été neutralisée), Curiosity n'aurait plus de "cerveau", fin de l'histoire !

 

À priori ils savent ce qu'ils font (avec une certaine désinvolture en rapport de leurs annonces habituellement démenties ensuite), mais leur logique stratégique est toujours aussi difficile à appréhender.

 

Ce nouveau forage aurait pour but d’essayer de comprendre pourquoi la crête "Vera Rubin" est plus résistante que la "formation Murray" traversée auparavant dans la montée vers le Mont Sharp. Cela représente-t-il un changement dans l'environnement dans lequel les sédiments ont été déposés, ou des changements post-sédimentation de la roche ?

 

Les 28 et 29 novembre 2018 (sols 2245-2246) l’activité principale a consisté à examiner la pile de vidage d’échantillon "Highfield" avec tous les instruments disponibles, APXS pour la chimie,  Navcam, Mastcam et MAHLI pour l’imagerie. En outre était prévues une observation multispectrale Mastcam et une observation passive ChemCam RMI (sans laser).. Concernant "Little Colonsay" l'équipe de planification pense qu'il pourrait s'agir d'une météorite, car elle est très brillante. Mais les apparences peuvent être trompeuses, et la preuve ne viendra que de la chimie. Malheureusement, cette petite cible (voir l'image plus haut ci-dessus) a été manquée lors de la tentative précédente et avec les informations qui en découlent, Curiosity va donc réessayer.

 

 

MASTCAM - 24 NOVEMBRE 2018 (SOL 2240) :

 

Echantillons déposés au sol pour analyse et imagerie

 

5c01abd6e62b4_2240MASTC24NOV.jpg.37c456fc57ffe7dad46fb10dcc379930.jpg

 

 

Les résidus de forage du 8 novembre à "Highfield" balayés par le vent

 

5c01acee480ec_2240MASTC.jpg.5aff509248834d91f96180cce94a7461.jpg

 

 

MASTCAM - 27 NOVEMBRE 2018 (SOL 2243) :

 

Affleurement de roches grises typique de cette zone

 

5c01ad0c0f353_2243MASTC27NOV.jpg.7fd8fb196e6551d2cd80bf2e35492bbf.jpg

 

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
Orthogr.
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

 

LA PILE DE VIDAGE de la chambre d'échantillonnage en 3 IMAGES

 

 

MASTCAM - 29 NOVEMBRE 2018 (SOL 2245) :

 

À gauche de l'image la cible de calibrage de la caméra MAHLI (avec le fameux "Penny Lincoln" de 1909.

 

5c0300df33fa7_2245MASTC29NOV.jpg.283a3924076c90d284cdd9e2423ed620.jpg

 

 

5c03010c2b811_2245MASTC2.jpg.170dbb72ceb3e849e5ff5961b5f86f3d.jpg

 

 

MAHLI - 29 NOVEMBRE 2018 (SOL 2245) :

 

5c03015b8a392_2245MAHLI230NOV.jpg.80ef028e04e995f6c200886db7516ae9.jpg

 

 

 

MAHLI - 30 NOVEMBRE 2018 (SOL 2246) :

 

Le lendemain le vent a déjà fait son oeuvre

 

5c03019a8b062_2246MAHLI30NOV.jpg.dae81050ae12c6ba4988abe8d6f50e6e.jpg

 

 

 

MASTCAM - 29NOVEMBRE 2018 (SOL 2245) :

 

La potentielle météorite "Little Colonsay" et "Lunga" une roche de forme curieuse (voir message précédent). 

On peut constater que "Little Colonsay" a enfin pu être ciblée par le laser ChemCam.

 

5c0301c9cc5ae_2245MASTC3.jpg.37710f2e818e5432279438bde05cb4ac.jpg

 

 

  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

                                                                                                    MA-GNI-FI-QUE !..

 

 

PANO MASTCAM - 1 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2247) - 6,1 mb - paraisosdelsiste : 

 

 

5c0598952bbc1_2247PANOMASTCAMparaisosdelsiste.thumb.png.b5b67ee501bd19aba0147d92d5f86453.png

 

  • J'aime 4
  • J'adore 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

NOUVEAU DÉPART !!

 

Le plan du 3 décembre incluait deux dernières observations du laser ChemCam : une mesure chimique de la pile de résidus de forage "Highfield", ainsi que celle d’une veine claire appelée "Niddrie". Cela aidera à mieux comprendre l'échantillon foré lui-même, ainsi que le contexte géologique et géochimique du site de forage

L’équipe a effectué une étude approfondie de la région, et selon les scientifiques de l’équipe le jeu de données collecté par Curiosity sur le site de "Highfield" est déjà très instructif.

 

Le 5 décembre 2018 (sol 2250), Curiosity a terminé les observations sur, et autour du trou de forage "Highfield", et se dirige vers une zone géologique de "Jura" qui comporte des expositions d’affleurements de roches rouges. Il s'agira de trouver un endroit favorable pour le prochain site de forage potentiel dans une zone nommée "Lothian". Après un trajet d’environ 12 mètres Curiosity recueillera le plus d’informations possibles en réalisant une grande mosaïque Mastcam. Les autres activités sont l’imagerie Navcam et une analyse "AEGIS" (Autonomous Exploration for Gathering Increased Science), un logiciel qui permet au rover de sélectionner de façon autonome et de manière pertinente les échantillons à analyser avec le laser ChemCam.

.

 

POSITION AU 5 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2250) - 4 mb :

 

5c0854c1cf4c8_2250Curiosity_Location5DEC.thumb.jpg.bd58c81cb4fabb314a95f427f0c79384.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 5 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2250) :

 

Curiosity est tourné vers les remparts Nord 

5c0854dc4443e_2250HAZCAV5DEC.jpg.ea5b596e3d0bd87a864b7fd6e1cdc470.jpg

 

 

NAVCAM - 5 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2250) :

 

5c08554c9dd52_2250NAVCRR.jpg.8c528233b895cfdbd5dcf29c5cd2cdba.jpg

 

 

Vers l'Est

5c085583e5013_2250NAVCEST.jpg.d18f5ce2c89ec98dd74cbc768907dc05.jpg

 

Vers le Nord

5c0855c7c1076_2250NAVC.jpg.58e6680ed5df4620d7ecd91870908575.jpg

 

 

Vers le Sud Est, la vallée argileuse et le Mont Sharp

5c08561b3384a_2250NAVCSSE.jpg.3b012a5156f5c1bcf7aa2cf44844d71b.jpg

 

 

À l'arrière, au Sud Ouest, la vallée argileuse et la chaine des mesas  

5c08569b6593d_2250NAVCO.jpg.3609eceec08d121acdb155247f6941cf.jpg

 

 

 

Le soleil projette l'ombre du bras robotique de Curiosity au sol..

Vivement que les panneaux solaires d'Opportunity, son vieux frère, profitent enfin de ces rayons !!!..

5c08570d1ceea_2250NAVC3.jpg.d0675bce2f026e100dc5dd8c2cda5d77.jpg

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
Erreur date
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

PANOS MASTCAM - 2 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2247) - Thomas APPÉRÉ - 2,8 mb :

 

5c08d9586e54e_2247PANOMASTC2DEC.thumb.jpg.cfce5a5da68ddbf021ee13fd415e6f8e.jpg

 

 

VERSION RECADRÉE - 4,7 mb

5c08d9aa6cf71_2247PANOMASTCTHAPP2DEC.thumb.jpg.f205cef542be45db90986d6f678baeec.jpg

 

 

 

 

 

  • J'aime 2
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

RECHERCHE D'UN SITE DE FORAGE

 

Depuis le site de forage "Highfield", qui est encore très proche, les affleurements rocheux de ce nouveau site (nommé "Lothian") semblaient prometteurs, mais les images de l'espace de travail de ce matin montraient que les roches rouges de "Jura" sont trop fracturées pour pouvoir forer en toute sécurité. Il peut donc être difficile d’y trouver une surface adaptée. La texture de ces roches est en fait assez typique des roches rouges habituelles de "Jura".. des roches généralement très dures. 

 

Mosaïque MastCam - 5 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2250) - 5,2 mb - Paul Hammond :

 

5c0996e203bfb_2251MASTCESPTRAVPH.thumb.png.0f2af5e3b89992d12342ceae3bd2abf4.png

 

 

Toutefois les équipes scientifiques et techniques ont identifié un autre affleurement rocheux candidat intéressant à quelques mètres à peine, et il est prévu de diriger le rover vers cette zone dans le plan d'activités du 7 décembre (sol 2252) afin de l’examiner de plus près.

 

Dans la matinée du 7 décembre sont prévues de nombreuses observations de télédétection ChemCam et Mastcam sur trois cibles ainsi que des images stéréoscopiques Mastcam… de cibles de forage potentielles supplémentaires sur deux nouvelles zones (adieu vallée argileuse :/). Le lendemain 8 décembre (sol 2253), est programmée une observation du ciel en utilisant ChemCam en mode "passif" (sans laser), ainsi que des mesures environnementales supplémentaires comprenant des mesures de tau et des recherches de dust-devils.

 

 

LE VENT SOUFFLE DÉSORMAIS ASSEZ FORT dans le cratère Gale .. LA PREUVE EN DEUX IMAGES :

 

Image du "penny Lincoln" quelques semaines auparavant, alors que la tempête de poussière commençait tout juste à s'atténuer

 

MAHLI – 4 SEPTEMBRE 2018 (SOL 2161) :

 

5c0997a96ae05_2161MAHLI4SEPT.jpg.c86ae8644edebdb185e6095474b8bf53.jpg

 

Trois mois plus tard.. le penny est propre "comme un sou neuf" !

 

MAHLI – 2 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2248) :

 

5c0997d1bef86_2248MAHLI2DEC.jpg.7bb0ac66ba2303147d2271370525f78e.jpg

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Visiblement la tempête a bien dépoussiéré le rover :)

 

Sinon, panorama complet du site au Sol 2252. La visibilité est meilleure, on distingue de nouveau de nombreux détails sur les montagnes de la bordure du cratère Gale. Notez aussi qu'on distingue très bien les champs dunaires qui ont été traversé par Curiosity bien avant.

 

Sol2252_pano_b.jpg

  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Salut Damia !!! Yessss !!!...

C'est avec grand plaisir que je te vois poster à nouveau chez toi, ici !.. Je ne me suis jamais privé d'aller chercher ton travail sur umsf ou sur ton site.

Comment se passer de tes talents sur ce fil… impossible  !! :)

 

En attendant qu'Oppy "ressuscite", l'aventure continue pour Curiosity. Même s'il a sérieusement tendance à perdre la mémoire et que le JPL opère désormais (on ne sait pourquoi) un total "silence radio" sur ce problème.. Par ailleurs les perspectives réelles d'exploration de la vallée argileuse (l'objectif initial et prioritaire de la mission) sont de plus en plus obscures compte tenu que, sur ce point, les annonces officielles du genre - "ça y est, on y va, ce coup ci c'est sûr !"  - n'ont jamais été suivies d'effet.. En résumé, Curiosity tourne en rond depuis plus d'un an sur une crête qui borde la vallée argileuse, sans que l'on sache précisément par quoi est justifié ce changement de stratégie majeur..

 

L'espace de travail atteint le 5 décembre 2018 (sol 2250) et nommé "Lothian" ne convenait pas pour un nouveau forage, les affleurements rocheux apparaissant beaucoup trop facturés. Le 7 décembre (sol 2252) Curiosity s'est donc déplacé de quelques mètres pour explorer un nouveau site de forage potentiel.. Mais ce nouveau site ressemble étrangement au précédent, affaire à suivre donc.

 

 

HAZCAM AVANT - 9 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2254) :

 

5c0d82e1acd36_2254HAZCAV9DEC.jpg.7b2aae2884ce7d72519da58d6879ac0d.jpg

 

 

NAVCAM - 9 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2254) :

 

5c0d83be42b16_2254NAVC.jpg.0c16c173a0975e646cdb3c3e598a6b4a.jpg

 

 

 

MAHLI - 9 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2254) :

 

Des roches bien rouges, très fracturées, et d'aspect pas véritablement tendre pour un forage

 

5c0d84550d303_2254MAHLI9DC.jpg.e3096b9bbe8d115f1530cf31b93358b2.jpg

 

 

5c0d849a35c71_2254MAHLI2.jpg.3c730eb2354afb8bbf1dae16ba55847d.jpg

 

 

5c0d84ca5727a_2254MAHLI3.jpg.9b15d29b1ef0d1ea4cf79932f4589e25.jpg

 

 

5c0d855a7b6df_2254MAhli2.jpg.d9537ed03f0a2372b42a81a48ff75acb.jpg

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici un panorama tout frais. Et pour cause, il a été pris aujourd'hui, entre 6h et 6h45 du matin heure légale française :)

 

Et un joli panorama, où l'on voit le Mont Sharp et tout le complexe montagneux qui est situé avant. Oui : montagneux car la hauteur des édifices géologiques excède le kilomètre. Si le fond du cratère Gale servait de référence (niveau de la mer si vous voulez), les ramparts s'élèvent alors à 3000 m, et le Mont Sharp à 6000m. Oui, tant que ça ! On est dans des dimensions qui oscillent entre Pyrénées et volcans d'Amérique du Sud.

Sol2255_pano_b.jpg

  • J'aime 4
  • J'adore 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Curiosity toujours à la recherche d’un nouveau site de forage

 

Comme on pouvait le pressentir au vu des images du dernier site visité depuis le 7 décembre  (sol 2252) , site nommé "Lothian E"  (Est ?) où il  était espéré trouver une exposition de roche rouge de Jura pouvant être forée, il a été constaté que le substrat rocheux à cet endroit est apparu aussi fracturé que sur le site précédent..

Parmi les options, il a été envisagé de tenter de forer une très petite partie de l’affleurement de "Lothian E", ou de faire un bref parcours vers un autre site candidat possible à proximité, ou d’abandonner ce site et de se diriger vers – je cite , "notre itinéraire stratégique à long terme" (????).

 

Donc parlons de la "stratégie".

Le plan ci-dessous (1,6 mb)a été actualisé en juillet 2017 et le sol 1750 identifie l'emplacement du rover le 9 juillet 2017. L’itinéraire de Curiosity prévoyait de poursuivre jusqu’au sommet de la crête "Vera Rubin", de simplement la traverser, puis de se diriger DIRECTEMENT vers les unités géologiques où des minéraux argileux et sulfatés ont été détectés depuis l’orbite.

 

5c0ee2e2c36f2_Trajetprvisionnel.thumb.jpg.62b8f30db4d711ba6fe7cb70df0351b1.jpg

 

 

Sauf qu'au lieu d'effectuer une courte traversée de la crête, Curiosity l’a parcourue inlassablement pendant toute l'année 2018, d’Est en Ouest et du Nord au Sud, en effectuant six tentatives de forage dont deux seulement ont réussies.

Dans ce cadre, difficile de savoir ce que signifie un "itinéraire stratégique à long terme" du fait que cette stratégie élaborée initialement n’est plus du tout suivie depuis plus d’un an !!?!.. 

 

Le 10 décembre 2018, Curiosity s’est dirigé Est-Sud-Est vers un nouveau site potentiel de forage en parcourant environ 15 mètres (voir plus haut le pano de Damia)… Mais encore une fois, la roche paraît très fracturée et un forage y paraît difficilement réalisable.  

 

 

POSITION AU 10 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2255) - 4 mb :

(actualisée grâce aux précieuses indications de Phil Stooke)

 

5c0ee42c091e3_2255Curiosity_Location.thumb.jpg.8a0caefd5a47cbf33e3b845b432fedd6.jpg

 

 

 

HAZCAM AVANT - 10 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2255) :

 

Encore des roches très fracturées tout autour du rover

 

5c0ee4d98c904_2255HAZCAV10DEC.jpg.5158713b3df4b21dafbdd38104727bfa.jpg

 

 

NAVCAM - 10 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2255) :

 

5c0ee4fca7dbd_2255NAVC1.jpg.605d9fcb09cfa2b604bdff849a58381e.jpg

 

 

5c0ee5176fdb2_2255NAVC1B.jpg.81b4d1e8f442b8b0048535c879ead895.jpg

 

 

5c0ee59e32ee4_2255NAVC.jpg.0df68a144ba279a327378d374fcbeac5.jpg

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Curieuse « stratégie » en effet avec cette obstination actuellement à vouloir réaliser un troisième forage sur la crête à hématite. Qu’en attentent-ils de si important qui les détourne de l’objectif initial de la mission (la vallée argileuse) facilement accessible depuis plus d’un an ? On aimerait bien le savoir.

 

Attendent-ils que Curiosity, déjà mal en point cotés roues, foreuse et ordinateurs, nous lâche complètement ??? Cela semble un peu risqué comme « stratégie à long terme » pour une mission qui, sauf erreur de ma part, n’était initialement pas prévue pour durer aussi longtemps.

 

Le JPL a ses raisons que ma raison ignore.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a un mois et demi j'écrivais ceci, que je n'avais pas publié à l'époque pour ne pas décourager les bonnes volontés - celle de Daniel en particulier - mais c'est encore plus d'actualité, alors je vous en fait part malgré tout :

 

Le 22/10/2018 à 00:54, Motta a dit :

... les manoeuvres dilatoires perpétuelles, il n'y avait pas trop d'éléments rationnels pour les expliquer, sinon toujours autre chose, tel petit détail comme objectif ponctuel, etc., et de petits détails en petits nouveaux objectifs, l'objectif majeur finissait par se perdre...

 

Ce que tu décris là Motta, c'est le lot quotidien de l'explorateur, s'il n'est mû par la force supérieure de sa détermination !

 

Pour rapprocher cela d'une expérience toute autre qui est la mienne - celle de l'exploration spéléo en terra incognita (là où ni homme ni robot n'a jamais mis les pieds/roues/laser) - les choses sérieuses s'organisent toujours en deux temps pour avancer dans l'inconnu total :

  • La phase de prospection et de reconnaissance - le boulot ici de MRO (comme son nom l'indique ;)) - qui vise essentiellement à déterminer le potentiel de découverte d'une zone élargie, sa richesse et son intérêt particulier, en épluchant toutes les données dont on dispose déjà ou qu'on peut acquérir avec des moyens distants et/ou restreints, sans prendre de risque (cartographie aérienne, satellitaire visuelle ou radar, etc) à ce stade préliminaire. Il s'agit d'un "survol" global, durant lequel on se contente d'observations générales forcément limitées, dont on pousse cependant l'analyse au maximum, au terme duquel on se livre à une évaluation du ratio intérêt/difficultés-risques d'une exploration poussée sur le terrain, selon les indices découverts et le potentiel escompté, les moyens qu'on peut espérer mobiliser, les obstacles estimables, etc. C'est à son terme qu'on décide de cibler des objectifs précis. Pour les attaquer rationnellement, on va alors les classer par potentiel d'intérêt décroissant, mais si possible aussi : chronologiquement, par danger croissant de mise en échec définitif (par casse, accident, épuisement des ressources, etc.) pour éviter de s'attaquer d'emblée au plus difficile au risque de faire échouer prématurément toute l'exploration, avant même qu'elle ait pu obtenir ses premiers résultats. En pratique, sur les cibles les plus ambitieuses, les deux approches : "on assure au max" vs "on tente le coup" peuvent souvent entrer en conflit (et leurs tenants, donc, aussi : ces missions étant toujours montées par des humains ;)) car bien sûr la plupart des objectifs les plus intéressants sont aussi les plus risqués, inaccessibles, audacieux ; tout ce qui était "facile" ayant naturellement déjà été moissonné. On se retrouve ainsi à devoir arbitrer entre prise de risque et potentiel de découverte... Il faut s'y faire ou bien jeter l'éponge : on se bat avec ça dès lors qu'on monte une expé d'exploration pure, et cela, bien avant même d'être à pied d'oeuvre sur le terrain ! :)
  • La phase d'exploration proprement dite, débute par la mobilisation des moyens matériels et les ressources humaines adaptés aux difficultés qu'on a pu anticiper et objectifs définis au préalable (moyens robotiques et humains dans le cas de Curiosity). C'est dans cette phase qu'une planification opérationnelle, fondée sur les résultats de la prospection, est mise en place obligatoirement ; à la fois pour ne pas gaspiller de précieuses ressources - forcément très limitées en situation - en rationalisant leur utilisation, mais aussi pour maîtriser autant que faire se peut les aléas et les risques de l'exploration. Il est indispensable pour obtenir des résultats décisifs de ne pas se disperser, ni a fortiori se laisser perdre en route par rapport aux objectifs initiaux. Sauf - et c'est le seul cas où il faut faire exception - si par chance extraordinaire on tombe d'emblée sur ce qu'on était venu chercher, ou sur une découverte d'une importance si capitale qu'elle justifie instantanément l'abandon du profil de mission qu'on s'était fixé au préalable... C'est donc cette fois l'évaluation quotidienne et cumulative des résultats en cours - comparativement aux ambitions ayant motivé la mission - qui doit permettre de la piloter sur le terrain et trancher sur ses priorités du moment une fois ré-évaluées à l'aune des dernières découvertes réalisées et en fonction des imprévus rencontrés... C'est le rôle dévolu au chef de mission, assisté si nécessaire des spécialistes adéquats, de procéder aux arbitrages nécessaires et de trancher lorsqu'il y a conflit. Son autorité doit pour cela être largement reconnue et acceptée par tous ; il doit donc être expérimenté et compétent - tant dans les aspects techniques de la mission que dans sa capacité à gérer intelligemment le facteur humain. Pas simple. On peut parfois y frôler le "nervous break-down" ; nombre d'expés ont échoué sur ce point, alors que parfois composées des meilleurs éléments pris individuellement, mais incapables de collaborer intelligemment faute d'une redéfinition claire et largement partagée des objectifs, sous la pression du stress, des enjeux, des divergences d'opinions au sein d'une équipe.

Curiosity n'en est pas, que je sache, à des découvertes si majeures qu'il faille remettre en question tout son profil de mission ?

Je n'ai point encore repéré sur les images martiennes de dent de mégalodon ou autre rostre de bélemnite extraterrestres...

Ou alors le secret en est fichtrement bien gardé ! :)

 

C'est donc le manque de clarté  (ou de communication ?) sur ce processus de ré-évaluation nécessaire en cours de mission, qui laisse planer un doute persistant sur la pertinence des choix stratégiques de l'équipe aux manettes du rover et même sur le fait que ce soient les vrais explorateurs - scientifiques et techniciens - qui soient véritablement aux manettes...

On finit par s'interroger sur l'existence d'une vision globale et cohérente à la tête réelle de cette mission, dotée de l'autorité reconnue nécessaire à son bon pilotage ; ou par supputer qu'on nous cache la véritable raison de ce piétinement interminable... (pour ne pas dire minable).

 

Le résultat pour ma part - et je serais curieux de connaître votre sentiment à ce sujet - est que mon intérêt s'émousse graduellement depuis pas mal de temps déjà, non à cause de sa lenteur car je suis un homme extrêmement patient, mais essentiellement parce qu'aucune des réflexions de fond qui doivent nécessairement présider aux choix stratégiques, précisément, de cette équipe, ne filtre.

Quel que soit l'énorme boulot fourni par Daniel pour alimenter ce fil (et si je le suis encore, c'est surtout grâce à son énorme passion communicative ;)) il ne peut inventer des infos dont il ne dispose pas.

Or lorsqu'on constate depuis un an que "ça ne bouge plus", il est légitime de se demander : "pourquoi ?".

 

Tant qu'on n'a pas la réponse à cette question de fond, la litanie sans fin des opérations routinières d'observations puis d'analyses - dont on ne connaît en amont ni les motifs, ni en aval les résultats - perd singulièrement de son intérêt : les gens qui suivent ce fil, par définition, sont curieux de nature, sans quoi ils ne le suivraient pas, donc les frustrer durablement sur ce sujet ne peut que finir à la longue par les démotiver à s'y intéresser. S'il n'y avait régulièrement ces images extraordinaires tout de même d'un autre monde, et la passion communicative et extraordinairement tenace de Daniel, son humour et ses contrepèteries parfois énigmatiques, j'aurai depuis longtemps décroché ! :D

 

Mes deux sous ;)

 

 

  • J'aime 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, Alain MOREAU a dit :

Mes deux sous

 

@ Alain,

 

Tes dessous ne sont très pas affriolants question enthousiasme. :$

 

Tout comme toi, Daniel et beaucoup d'autres certainement, je suis un peu lasser de ces sempiternelles tergiversations.

Vous qui avez soif d'infos, d'explications, quelques unes nous sont données par Emily, notamment pour ce qui est des dernières difficultés informatiques du rover...

 

http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2018/curiosity-update-sols-2163-2156.html

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a 58 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Vous qui avez soif d'infos, d'explications, quelques unes nous sont données par Emily, notamment pour ce qui est des dernières difficultés informatiques du rover.

 

Emily écrit ceci :

"Avec un troisième site de forage réussi à Highfield sur le sol 2224..." 

Fin de citation

 

En fait, sur la crête, seulement deux forages ont été réussis :

 

BILAN DES SEPT FORAGES SUR LA CRÊTE VERA RUBIN (de février à novembre 2018) :

 

DEUX RÉUSSITES :  "Stoer" le 9 août 2018 (sol 2136) et "Highfield" le 8 novembre 2018 (sol 2224)

 

Le forage réussi à "Duluth" le 20 mai 2018 (sol 2057) n’était pas situé sur la crête mais sur la "formation Murray" au delà de la crête, au Nord .

 

CINQ ÉCHECS (roches trop dures, profondeurs atteintes insuffisantes) :

- "Lac Orcadie 1 et 2" le 27 février 2018 (sol 1977) et le 4 mars 2018 (sol 1982)

- "Voyageurs" le 16 juillet 2018 (sol 2112)

- "Ailsa Craig" le 26 juillet 2018 (sol 2122)

- "Inverness" le13 septembre 2018 (sol 2170)

 

  • Confus 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui mais vois-tu 8'zi : tout comme la meilleure équipe, le meilleur matériel finit par s'user et par tomber en panne : c'est strictement inéluctable.

Même si cette obsolescence non programmée arrive à un moment imprévisible, généralement beaucoup plus tard que lorsqu'elle l'est...

Ce qui est parfaitement prévisible en revanche, c'est que plus le temps passe, plus le matos souffre et plus la motivation humaine s'essouffle.

Donc si je disais plus haut en substance qu'il serait fort imprudent de s'attaquer d'emblée au plus difficile, il arrive un moment où à l'inverse il devient urgent de s'y attaquer : avant que les moyens techniques et les forces vives ne déclinent au point d'être condamné à y renoncer...

L'instant de la bascule est difficile à déterminer précisément, mais en général avec l'expérience on parvient assez bien à savoir quand il faut se confronter au gros morceau d'une expé : avant en tout cas que les lâchages graduels du matériel ne deviennent vraiment handicapants, et avant, tout autant, que l'usure psychologique et physique des humains ne commence à peser lourdement dans la balance en influant négativement sur la cohésion de l'équipe et sa bonne dynamique décisionnelle.

Je pense que dans le cas qui nous occupe ici, le point de cette bascule a été largement dépassé, et que par son obstination à continuer de tergiverser, cette équipe montre qu'elle n'est plus en mesure d'assurer sa mission première avec lucidité et détermination : elle est usée et probablement ne parvient plus à gérer les conflits auxquels je faisais allusion plus haut, et qui sont un piège redoutable conduisant invariablement à l'échec lorsqu'on n'a pas un sursaut salvateur avant qu'il ne soit trop tard.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un truc que je pige pas : ils sont pas loin d'une zone hyper intéressante, pourquoi ne pas y aller, quitte à revenir en arrière sur la crête au besoin ?... O.o

Modifié par Kaptain
Orthographe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il y a 16 heures, Alain MOREAU a dit :

Il est indispensable pour obtenir des résultats décisifs de ne pas se disperser, ni a fortiori se laisser perdre en route par rapport aux objectifs initiaux. Sauf - et c'est le seul cas où il faut faire exception - si par chance extraordinaire on tombe d'emblée sur ce qu'on était venu chercher, ou sur une découverte d'une importance si capitale qu'elle justifie instantanément l'abandon du profil de mission qu'on s'était fixé au préalable..

 

C’est très proche de ce qui s’est produit pour Curiosity.

Après son atterrissage et la phase de vérification des systèmes de bord, Curiosity devait initialement mettre le cap Ouest Sud-Ouest vers l’objectif en longeant les dunes noires au sud, impossibles à traverser. Le trajet du rover avait été planifié en détails bien longtemps en avance, mais sur Mars les choses ne se déroulent jamais exactement comme prévu.

 

Lorsque les premières images du site d’atterrissage sont parvenues aux scientifiques, les géologues n’ont pas tardé à s’intéresser à un secteur particulier, qui semblait constitué de trois unités géologiques distinctes : Un delta alluvial nommé "Peace Vallis" qui s’étend depuis les remparts Nord du cratère Gale à travers un espace de 15 km de large et d’une superficie de 730 km2. Intrigués, ils décidèrent d’abandonner le plan initial et de diriger Curiosity dans une direction opposée à celle qu’il était censé prendre. Situé à environ 400 mètres du site d’atterrissage, le secteur fut baptisé "Glenelg". Même si la décision de s’écarter du chemin tracé allait faire naître des tensions au sein de l’équipe en charge du rover, ce crochet inattendu a permis d’effectuer des découvertes spectaculaires. Alors que le détour par "Glenelg", puis plus loin à "Yellowknife Bay", ne devait être que temporaire, Curiosity restera sur place pendant 11 mois, dont huit consacrés à des analyses scientifiques. Il faudra attendre le 15 juillet 2013 (au sol 333) pour voir Curiosity quitter les lieux en direction de son objectif premier : les argiles au pied du Mont Sharp.

 

Mais le long détour à "Yellowknife Bay" a été très fructueux, on y a déniché les premières molécules organiques et démontré l'habitabilité de Mars à l'époque où le/les lac(s) du cratère existai(en)t . Autrement dit, en juin 2013, les trois quarts des objectifs étaient atteints. À l’époque où la vie apparaissait sur Terre, le cratère Gale sur Mars était donc habitable.

Il est donc tout à fait envisageable que déjà, à cette époque, l'équipe scientifique et l'encadrement Nasa/JPL ne considéraient plus l'exploration de la vallée argileuse comme "vitale" pour la mission..

 

 

Il y a 16 heures, Alain MOREAU a dit :

C'est donc le manque de clarté  (ou de communication ?) sur ce processus de ré-évaluation nécessaire en cours de mission, qui laisse planer un doute persistant sur la pertinence des choix stratégiques de l'équipe aux manettes du rover et même sur le fait que ce soient les vrais explorateurs - scientifiques et techniciens - qui soient véritablement aux manettes…

 

C’est même un peu plus grave que ça.. et définitivement agaçant..

 

Tout au long de la progression vers l’objectif, la com’ Nasa/JPL n’a eu de cesse de réaffirmer – je cite "l’impatience de l’équipe à atteindre la vallée argileuse" !!.. Même lorsque Curiosity lui a carrément tourné le dos en avril 2018 pour repartir sens inverse au Nord vers la "Formation Murray"  afin de réaliser un forage à "Duluth"...  De même à plusieurs reprises ont été annoncées – je cite "un dernier forage" avant de prendre la direction de l’objectif ultime de la mission.. Annonces systématiquement démenties ensuite par les faits ..

Les communicants de la mission ont fini par prendre consciences de l’ironie de la situation.. Au point que désormais ils ne nomment plus clairement "la vallée argileuse" comme future destination, mais disent se diriger vers – je cite : "notre itinéraire stratégique à long terme" xD-_-..

 

Ainsi, ces termes nébuleux n’engagent à rien de bien précis. Même si, comme Emily Lakdawalla généralement plutôt bien renseignée, j’imagine que – je la cite : " .. il sera enfin temps pour Curiosity de laisser la crête "Vera Rubin" derrière et de passer au prochain type de roche majeur, les argiles de la cuvette topographique située au sud de la crête ». … Si le rover n’est pas complètement "dézingué" avant.

L’histoire de cette mission retiendra qu’ils auront pris ce risque, consciemment, ce qui peut légitimement interroger sur la pertinence de la stratégie.

 

 

 

Il y a 16 heures, Alain MOREAU a dit :

Le résultat pour ma part - et je serais curieux de connaître votre sentiment à ce sujet - est que mon intérêt s'émousse graduellement depuis pas mal de temps déjà, non à cause de sa lenteur car je suis un homme extrêmement patient, mais essentiellement parce qu'aucune des réflexions de fond qui doivent nécessairement présider aux choix stratégiques, précisément, de cette équipe, ne filtre.

 

 

Personnellement je m’accroche.. Mais je ne suis pas le bon exemple. Je me suis trop impliqué dans le reporting de cette mission, je suis donc obligé de "boire le calice jusqu’à la lie" ¬¬

Modifié par vaufrègesI3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

UN POSSIBLE SITE DE FORAGE 

 

Le site atteint le 10 décembre 2018 (sol 2255) n’étant pas satisfaisant pour un forage, un nouveau déplacement a été planifié le lendemain 11 décembre (sol 2256) pour un parcours de près de 20 mètres au Sud-Est.

Mais l’équipe du rover a appris que Curiosity n’avait pas achevé le trajet prévu et s’était arrêté après 10 mètres parcourus, soit approximativement à mi-parcours (probablement suite à une banale alerte de sécurité). Après discussion l’équipe a décidé de tirer le meilleur parti de l'endroit où Curiosity avait abouti et n’a planifié qu’un court déplacement d’environ 5 mètres le 12 décembre (sol 2257) vers une cible voisine nommée  "Rock Hall".

Des observations multispectrales ciblées du laser ChemCam et de Mastcam ont ensuite été planifiées pour caractériser "Rock Hall" et confirmer qu'il s'agit bien d'une roche rouge caractéristique de la zone géologique "Jura", c’est-à-dire de toute la partie Sud de la crête qui borde la vallée argileuse.

 

Vu que les forages sur ce type de roche ont systématiquement échoués en raison de leur dureté, un "test de précharge" du foret sera effectué auparavant (le forêt est placé en appui sur la roche puis on observe ensuite la trace laissée par cet appui). Au besoin, un tir laser ChemCam permettra de préciser le résultat du test de précharge. Par ailleurs la quantité de cailloux à la surface de "Rock Hall" empêchera probablement d'utiliser l'outil de dépoussiérage , mais cela ne signifie pas qu'il ne peut pas être foré. Affaire à suivre..

 

 

POSITION AU 12 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2257) - 5 mb :

 

5c12354688dba_2257Curiosity_Location.thumb.jpg.89846301ed72852baf5f8f4324003ef7.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 12 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2257) :

 

5c123752f1c01_2257HAZCAV12DEC.jpg.cf19a5ca0ebcbf887d05cbcbd625a290.jpg

 

 

NAVCAM - 12 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2257) :

 

5c1237936a409_2257NAVC.jpg.2f11b7eabf527337469961f19ebc1108.jpg

 

Au NORD vers les remparts

5c1237c319231_2257NAVC2.jpg.793459b184f5ab58511c623945e621ab.jpg

 

5c1238087a8d9_2257NAVC3.jpg.4ffc5a0820738276254b353243c6753f.jpg

 

Au NORD OUEST

5c12384477d4c_2257NAVC4.jpg.0ddeb9c3499fabe1706eea8ca0e1066d.jpg

 

Au SUD  OUEST (la partie OUEST de la vallée argileuse au premier plan)

5c12388c4195c_2257NAVC5.jpg.2938a37fe2c6c717796c50d4fb04c910.jpg

 

 

5c123932c5271_2257NAVC6.jpg.57f6d0185f4b07799aa508992b8a66be.jpg

 

 

MASTCAM - 12 DÉCEMBRE 2018 (SOL 2257) :

 

5c12395e4a13f_2257MASTC.jpg.633e68616fbe104853381bf56ec83872.jpg

 

 

5c123983c0f0b_2257MASTC2.jpg.e023fd6bcc0ea3c32e01b4767113a223.jpg

 

 

5c1239bac885c_2257MASTC4.jpg.6a1c119d5af2dc8d0802bda73d6ed3d0.jpg

 

 

 

 

  • J'aime 1
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 15 heures, vaufrègesI3 a dit :

 

Le 12/12/2018 à 06:42, Alain MOREAU a dit :

Il est indispensable pour obtenir des résultats décisifs de ne pas se disperser, ni a fortiori se laisser perdre en route par rapport aux objectifs initiaux. Sauf - et c'est le seul cas où il faut faire exception - si par chance extraordinaire on tombe d'emblée sur ce qu'on était venu chercher, ou sur une découverte d'une importance si capitale qu'elle justifie instantanément l'abandon du profil de mission qu'on s'était fixé au préalable..

 

C’est très proche de ce qui s’est produit pour Curiosity.

Après son atterrissage et la phase de vérification des systèmes de bord, Curiosity devait initialement mettre le cap Ouest Sud-Ouest vers l’objectif en longeant les dunes noires au sud, impossibles à traverser. Le trajet du rover avait été planifié en détails bien longtemps en avance, mais sur Mars les choses ne se déroulent jamais exactement comme prévu

 

Bonjour

 

Le comportement du rover est devenu tout simplement incomprehensible depuis 1 an: de deux choses l'une a mon avis:

- Il y a un probleme d'ego, ou de mésentente et donc un probleme de management des responsables de missions: Soyons clairs, je n'y crois pas, je trouve cela trop improbable. Ce sont des scientifiques, et qui plus est non exposés médiatiquement: pas de gloire ou de celebrité personnelle particuliere. C'est tout bonnement improbable.

 

-Ou alors, il y a eu effectivement des decouvertes majeures qui font que le detour par la vallée argileuse ne les interesse plus: cela expliquerait tout.  Maintenant, y-a-t-il eu une decouverte justifiant de laisser tomber la vallée argileuse? Que sommes nous susceptibles de trouver dans cette vallée? On sait qu'il y avait tous les ingrédients pour une vie microbienne primitive de type archées, c'est donc carrément des fossiles qu'il est, dans le cas le plus prometteur, envisageable de trouver. Si on renonce à cette exploration, ou s'y on tourne autour du pot comme si cela n'intéressait plus personne, que penser des annonces du 21 novembre 2012?   https://www.presse-citron.net/curiosity-a-fait-une-decouverte-historique-sur-mars/ (un lien parmi beaucoup de sites s'

étant fait l'echo) 

 

"John Grotzinger, le responsable scientifique de la mission, a d’ores et déjà annoncé : « Cette donnée sera pour les livres d’histoire. » 

 

Que penser du démenti rapide de la Nasa désavouant le résponsable de Mission?    https://www.melty.fr/curiosity-pas-de-decouverte-majeure-sur-mars-selon-la-nasa-a142893.html

 

N'ont-ils pas déja trouvé des fossiles? Ou des preuves flagrantes de vie antérieure?  Je sais, c'est gros, mais si vous avez une autre explication, j'appliquerai bien sûr le principe du rasoir d'Ockham....

 

En tout cas, une chose est certaine, ils se comportent comme si cette vallée argileuse ne les interessait plus... et sans vouloir expliquer pourquoi!

 

Modifié par dfremond
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a une heure, dfremond a dit :

John Grotzinger, le responsable scientifique de la mission, a d’ores et déjà annoncé : « Cette donnée sera pour les livres d’histoire. » 

 

Que penser du démenti rapide de la Nasa désavouant le responsable de Mission? 

 

 

Ah oui, je me souviens très bien de cette histoire, on en avait parlé sur le fil précédent.. Grotzinger s'était un peu trop enflammé xD .

 

C'était en fin 2012 et les instruments de Curiosity, "SAM" en particulier, étaient toujours en phase de test, d'étalonnage. Un tout premier prélèvement d'échantillon avait été réalisé dans une zone comportant du sable fin, prélèvement avec la mini pelle destiné au NETTOYAGE des surfaces intérieures des instruments en contact avec les échantillons.. Ce sable a même été vibré à l'intérieur des chambres pour les débarrasser des résidus d'origine terrestre.

Les réactions avec d'autres produits chimiques chauffés dans le labo SAM ont donné lieu à la formation de composés méthaniques chlorés - des composés organiques monocarbonés détectés par l'instrument. Le chlore était d'origine martienne, mais que le carbone était probablement d'origine terrestre, transporté par Curiosity et détecté par le système de haute sensibilité de SAM.

C'est la présence de ce carbone (élément bien sûr nécessaire à la vie) qui avait "émoustillé" Grotzinger.. Il avait été recadré ensuite ici :

 

https://www.jpl.nasa.gov/news/news.php?release=2012-377

 

Extrait :

"Les rumeurs et les spéculations selon lesquelles il y a d'importants nouveaux résultats de la mission à ce stade précoce sont incorrectes. La conférence de presse sera une mise à jour sur la première utilisation de la gamme complète d'instruments d'analyse du rover pour étudier une dérive de sol sableux. Une catégorie de substances que Curiosity recherche concerne les composés organiques - des produits chimiques contenant du carbone qui peuvent être des ingrédients pour la vie. À ce stade de la mission, les instruments du rover n'ont détecté aucune preuve définitive de la matière organique martienne." 

 

 

 

Bon, l'année suivante on a trouvé ce qu'on cherchait, mais là c'était un peu/beaucoup prématuré..

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 22 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Bon, l'année suivante on a trouvé ce qu'on cherchait, mais là c'était un peu/beaucoup prématuré..

...et tres etonnant pour un scientifique responsable de mission marsienne....   Incompetence? Piston? Les USA ne sont tout de meme pas une république bananière! On va de surprise en etonnement, vous ne trouvez pas?  On voudrait nous embrouiller et nous faire perdre confiance dans ce qu'on nous raconte, qu'on ne s'y prendrait pas autrement! Et comment, alors , expliquer cette valse-hésitation de "curiosity", la désormais mal nommée, qui n'a aucune curiosité par rapport a la vallée argileuse?

 

"Les réactions avec d'autres produits chimiques chauffés dans le labo SAM ont donné lieu à la formation de composés méthaniques chlorés - des composés organiques monocarbonés détectés par l'instrument. Le chlore était d'origine martienne, mais que le carbone était probablement d'origine terrestre, transporté par Curiosity et détecté par le système de haute sensibilité de SAM."

 

Notez le "probablement d'origine terrestre"..   Aucune preuve de rien....  

 

Des résultats pour le moins equivoques initiaux, on aurait pu s'attendre a une frénésie de corroboration dans la vallée argileuse... ce n'en n'est qu'encore plus etonnant! d'autant qu'on sait qu'il y en a du carbone marsien, dans les molecules de méthane gazeux.

 

Personnellement, je ne peux adhérer a cela: trop incohérent, il y a autre chose pour expliquer ce à quoi on assiste.. Alors quoi? That is the question.

Modifié par dfremond

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 35 minutes, vaufrègesI3 a dit :

"Les rumeurs et les spéculations selon lesquelles il y a d'importants nouveaux résultats de la mission à ce stade précoce sont incorrectes"

J'ajoute que ce n'etait pas des rumeurs, c'est une déclaration du responsable scientifique de Mission:   La rumeur etant que justement ce serait des rumeurs....  Quel cafouillage....

Modifié par dfremond

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, vaufrègesI3 a dit :

Personnellement je m’accroche.. Mais je ne suis pas le bon exemple. Je me suis trop impliqué dans le reporting de cette mission, je suis donc obligé de "boire le calice jusqu’à la lie" ¬¬.

Merci Daniel, pour ta réponse comme toujours circonstanciée et argumentée

(un bien fameux calice tout de même : ne boudons pas ce cru :D)

Je demeure dubitatif toutefois sur les véritables raisons de cette reculade face à la vallée argileuse : les argiles sur Terre sont toujours extrêmement intéressantes à étudier, elles constituent des archives paléo-climatiques précieuses et permettent de nombreuses déductions sur l'histoire géologique, ainsi que celle de la flore et de la faune de la région où on les trouve... à minima.

Si - aussi improbable que cela puisse paraitre - on recherche réellement des traces de vie sur Mars dans un passé lointain, j'ai peine à croire qu'on ne s'y intéresse finalement plus du tout. Ça semble illogique.

D'autant que forer une argile est d'une facilité déconcertante, même sans percussion, comparé aux difficultés de s'attaquer aux roches riches en hématite des dernières cibles sur lesquelles on s'obstine avec cette foreuse si mal en point : quelque chose continue de m'échapper dans cette affaire.

Quant à la communication ridicule qui nous a été balancée régulièrement, elle n'est pas là non plus pour rendre crédibles ni intelligibles les affirmations de l'équipe sur ses choix "stratégiques"... ni pour la créditer d'une confiance solide : ça sent l'embrouille cette histoire ¬¬

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En exagerant à peine, tout se passe comme si Curiosity avait cherché la roche la plus dure, si dure qu'elle soit en mesure de faire sauter sa foreuse, qui, rappelons le, en cas d'utilisation de la percussion, risque d'entrainer un court-circuit et de mettre définitivement en rade le rover.   Chouète! On a trouvé la roche la plus dure, et on tourne autour depuis un an!!

 

Quant au responsable scientifique de mission aux déclarations aussi tapageuses et apparemment irresponsables et propagatrices de "rumeurs", ce n'est pas ce qu'on peut veritablement appeler un abruti...

http://www.gps.caltech.edu/people/john-p-grotzinger  

 

Modifié par dfremond

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, dfremond a dit :

ce n'est pas ce qu'on peut veritablement appeler un abruti…

 

Absolument pas, il est humain aussi et avant tout, il s'est simplement enflammé un peu à l'époque, rien d'extraordinaire..

C'est ce qui peut arriver quand on s'investit totalement sur un grand projet et qu'on commence à le voir aboutir, on plane.. quel que soit son propre niveau de responsabilité dans l'affaire.

 

Personnellement je ne fais aucun lien entre cette histoire (dérisoire) et les incohérences de la com' ou les errements stratégiques apparents de la mission .

J'écris "apparents" car il faut rester humble, on ne connaît pas TOUS les éléments et les enjeux qui ont commandés les décisions.

Disons que "vu de l'extérieur", il est totalement impossible d'en déterminer la logique. Et vu le manque d'infos et d'argumentations on est en droit de se demander s'il en existe  véritablement une.

En 2017 Francis Rocard espérait que l'exploration de la vallée argileuse commence au printemps 2018.. Lui aussi doit avoir un peu de mal à comprendre qu'elle ne soit pas encore engagée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant