Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Recommended Posts

Posted (edited)

 

PREMIÈRES IMAGES DEPUIS LE SOMMET DE LA CRÊTE "TEAL" :

 

Suite à un problème de transmission entre Mars et la terre, le 17 juin les premières images du rover depuis le sommet de la crête sont arrivées un peu tard et l’équipe manquait des données clés sur l'emplacement exact de Curiosity. La mise en œuvre des analyses MAHLI et APXS prévues dans la foulée sur les roches cibles n’a donc pu être réalisée.

 

Extrait de la mise à jour du 17 juin (sol 2439) :

 

"Nous nous sommes plutôt concentrés sur des observations "non ciblées", qui n'exigent pas de connaître l'emplacement exact de Curiosity. L’équipe a planifié des observations météorologiques régulières, une étude du ciel au crépuscule, un film sur les diables de poussière et un second sur les nuages. Nous avons également prévu une image Mastcam à 360 ° pour capturer les affleurements régionaux, ainsi que trois analyses ChemCam AEGIS, dans lesquelles l'instrument sélectionne automatiquement les cibles dans une région définie par l'équipe. Nous avons également demandé à Curiosity de retransmettre les données détaillées de localisation et d’image afin que nous puissions planifier notre contact scientifique demain."

FIN DE CITATION

 

Ce jour, 18 juin (sol 2440), les images sont désormais disponibles et permettront la planification des activités.

 

 

HAZCAM AVANT – 17 JUIN 2019 (SOL 2439) :

 

5d08cb44d2c75_2439HAZCAV.jpg.361dc12505fc0d6454851f9de0d14439.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 17 JUIN 2019 (SOL 2439) :

 

Une petite ascension réussie

 

5d08cb650c8d5_2439HAZCAR.jpg.11fab30b4d124c19638caccf13216309.jpg

 

 

NAVCAM - 17 JUIN 2019 (SOL 2439) :

 

Regard vers l'arrière avec les traces de roues qui permettent de vérifier le parcours

 

5d08cbfd5120d_2439NAVC4.jpg.b8351d1724c10992018edf5bcfb91b15.jpg

 

 

5d08cbdb6917e_2439NAVC5.jpg.12f86f7b26d8d0072921e977efd797d3.jpg

 

 

Vues de l'ensemble des roches stratifiées au sommet de la crête :

 

5d08cc99d3a26_2439NAVC3.jpg.23fea67e26c72c5360b92254aa6ca01c.jpg

 

 

5d08cccb4b1f8_2439NAVC6.jpg.af83f40c6e5d5e49c423397bddd08ffc.jpg

 

 

5d08cce3548fb_2439NAVC7.jpg.bce41716e89505853acecfb377634324.jpg

 

 

5d08cd065c395_2439NAVC8.jpg.13e90eec7c9d1d6644a7278ba3f086b5.jpg

 

 

PANO NAVCAM - 10,7 mb - 17 JUIN 2019 (SOL 2439) - Paul Hammond :

 

2439_PANO_NAVC_17_JUIN_PH.thumb.png.a6a1c07700d39efa6276da90829a4572.png

 

 

Même pano - 7,9 mb - version de Jan van Driel :

 

2439_PANO_NAVC_JVD.thumb.png.8a3c2de0eac0750cba3958e75cdca683.png

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
Ajout image
  • Like 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
Posted (edited)

Interessantes ces stratifications!!: l'epaisseur varie (presque) de façon continue, de plus en plus fine de droite à gauche! Ca fait penser a une sédimentation en milieux aqueux. Ce qu'on ne sait pas c'est dans quel sens la comprendre: plus ancien a droite? ou a gauche? Ca serait un indice de la rarefaction de l'eau d'année en année, avec des couches de plus en plus fines, et ça de façon rapide.

Edited by dfremond

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

S'agissant de roches à haute teneur en argile, il n'y a guère de doute sur le rôle majeur qu'a joué l'eau dans leur formation.. 

 

Quant à cette image MAHLI du 19 juin (sol 2441), la dernière de mon message précédent, elle a beaucoup intéressé l'équipe scientifique !

Car justement les principales activités du plan du 21 juin (sol 2443) consisteront, après brossage, en une observation MAHLI et APXS de cette cible nommée "Beauly" (ville écossaise bordée d'une rivière du même nom).

 

Extrait de la dernière mise à jour :

"L'observation MAHLI de "Beauly" a été réalisée par Curiosity" positionné avec une inclinaison d'un peu plus de 23˚ pour examiner l'affleurement sur "Teal Ridge". Tandis que l'équipe scientifique commence à examiner toutes les données qui ont été recueillies hier [20 juin] et aujourd'hui [21 juin], nous avons également élaboré un plan d'aujourd'hui qui poursuivra nos recherches sur cet affleurement sédimentaire spectaculaire. Nous prendrons également une observation MAHLI et APXS d'une deuxième cible nommée "Balnakettle".

 

"Spectaculaire" est bien l'adjectif approprié !!

 

PANO MASTCAM - 12,5 mb - 19 JUIN 2019 (SOL 2441) - Jan van Driel :

 

Absolument impératif : Agrandir l'image !

 

2441_PANO_NAVC_19_JUIN_JVD_.thumb.png.5c222c6681a5257d8389b4fcb183b6ee.png

 

 

HAZCAM AVANT - 20 JUIN 2019 (SOL 2442) :

 

Le spectromètre à rayons X sur la cible "Beauly

 

5d0d2f491199e_2442HAZCAV20JUIN.jpg.06521005f753c6b3b2a548437dbf4f9c.jpg

 

 

NAVCAM - 20 JUIN 2019 (SOL 2442) :

 

5d0d2f7c0bb7b_2442NAVC20JUIN.jpg.cb0909a221edd5f9d078c72055c21acf.jpg

 

 

MAHLI - 20 JUIN 2019 (SOL 2442) :

 

5d0d3073c1f2a_2442MAHLI20JUIN.jpg.73a35ec02c7938ef1e3619836b90853b.jpg

 

 

5d0d30d244546_2442MAHLI2.jpg.f758ec33e1c99edde6f62f3e3fde2a49.jpg

 

 

  • Like 4
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un autre lien qui reprend l'info du New-York Times

Excitation pour rien ou alors… ??

 

https://www.yahoo.com/entertainment/nasa-rover-may-just-discovered-163108798.html?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly93d3cuZ29vZ2xlLmZyLw&guce_referrer_sig=AQAAAHUaoPh6mR5gqdUNLbszpdVHPC-yix41alQCcBvaVUHrCJIhWv73tj8YRxIxx0glvWaMnBMgqLLlUFb6O3QUWxoH0Qu-6YI-FvTYkKz6NUTcmKYqHHQf-S15C4xx6853DzjB9nRrczWn3VLmuNsAkI0q06z6--O0htJO3b0a4BOo

 

NASA's exploration rover on Mars, Curiosity, just discovered some gas that could prove the existence of life on the Red Planet.
According to The New York Times, Curiosity discovered elevated amounts of methane gas in the air on Wednesday, which could be a sign of microbes living on the Martian planet.
The data made it back to NASA scientists on Thursday and caused so much excitement that experiments will be conducted all weekend for further results.
On Earth, methane is usually produced by living things, so scientists theorize that methane detected on Mars could lead to the discovery of alien life life.
For now, NASA has instructed Curiosity to put all its other duties on the back burner while it continues to examine the areas where the methane was registered.
Scientists expect the findings returned to Earth by Monday so they can start analyzing and making further determinations.

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

Merci Jack !

 

Je savais qu'ils avaient activé l'analyse de l'atmosphère le 19 juin (sol 2141) l'info semble sérieuse.. ce qui l'est moins c'est, dans l'article, le rapprochement systématique avec "une possibilité de vie", un élément qui reste bien sûr à démontrer. Ce qui est intéressant c'est le chiffre de 21 parties par milliard de méthane, soit trois fois le pic de 2013.

 

Article du 22 juin 2019 du New York Times :

https://www.nytimes.com/2019/06/22/science/nasa-mars-rover-life.html

 

Un rover de la NASA sur Mars détecte une bouffée de gaz qui laisse présager une possibilité de vie

Les scientifiques de la mission Curiosity ont capté le signal cette semaine et recherchent des lectures supplémentaires sur la planète rouge.

Mars, semble-t-il, vomit une grande quantité de gaz qui pourrait être un signe de microbes vivant sur la planète aujourd'hui.
Dans une mesure prise mercredi, le robot Curiosity de la NASA a découvert une quantité étonnamment élevée de méthane dans l’air martien, un gaz qui sur Terre est généralement produit par des êtres vivants. Les données sont arrivées sur Terre jeudi, et vendredi, les scientifiques travaillant pour la mission discutaient avec enthousiasme de la nouvelle, qui n’a pas encore été annoncée par la NASA.
«Compte tenu de ce résultat surprenant, nous avons réorganisé le week-end pour mener une expérience de suivi», a écrit Ashwin R. Vasavada, scientifique du projet pour la mission, dans un courrier électronique obtenu par le Times.
Les contrôleurs de la mission sur Terre ont envoyé de nouvelles instructions au rover vendredi afin de suivre les lectures, en annulant les travaux scientifiques précédemment planifiés. Les résultats de ces observations sont de retour sur le terrain lundi.

 

Les gens ont longtemps été fascinés par la possibilité d'extraterrestres sur Mars. Cependant, dans les années 1970, les atterrisseurs Viking de la NASA ont photographié un paysage désolé. Deux décennies plus tard, les scientifiques planétaires pensaient que Mars aurait pu être plus chaud, plus humide et plus habitable dans sa jeunesse il y a environ 4 milliards d'années. Maintenant, ils entretiennent l'idée que si la vie avait jamais existé sur Mars, ses descendants microbiens auraient pu migrer sous terre et persister.
Le méthane, s'il est présent dans l'air martien, est important, car la lumière du soleil et des réactions chimiques briseraient les molécules d'ici quelques siècles. Ainsi, le méthane détecté maintenant doit avoir été libéré récemment.
Sur Terre, les microbes appelés méthanogènes se développent dans des endroits dépourvus d'oxygène, tels que les roches souterraines et le tube digestif des animaux, et libèrent du méthane en tant que déchet. Cependant, les réactions géothermiques dépourvues de biologie peuvent également générer du méthane.
Il est également possible que le méthane soit ancien, emprisonné dans Mars pendant des millions d'années mais s'échappant par intermittence par des fissures.
Les scientifiques ont d'abord signalé des détections de méthane sur Mars il y a 15 ans à l'aide de mesures de Mars Express, un vaisseau spatial en orbite construit par l'Agence spatiale européenne et toujours opérationnel, ainsi que de télescopes sur Terre. Cependant, ces résultats étaient à la limite du pouvoir de détection de ces outils, et de nombreux chercheurs ont estimé que le méthane pourrait bien être un mirage de données erronées.

Lorsque Curiosity est arrivé sur Mars en 2012, il a recherché du méthane et n’a rien trouvé, ou du moins moins de 1 partie par milliard dans l’atmosphère. Puis, en 2013, il a détecté un pic soudain, pouvant atteindre 7 parties par milliard et durer au moins deux mois.


La mesure effectuée cette semaine a révélé 21 parties par milliard de méthane, soit trois fois le pic de 2013.
Même avant la découverte de cette semaine, le mystère du méthane s’approfondissait.
Les scientifiques de Curiosity ont mis au point une technique permettant au mobile de détecter des quantités encore plus infimes de méthane avec ses outils existants. Le gaz semble monter et descendre avec les saisons de la planète rouge. Une nouvelle analyse des anciennes valeurs de Mars Express a confirmé les conclusions de Curiosity pour 2013. Un jour après que Curiosity a signalé un pic de méthane, l’orbiteur, passant au-dessus de l’emplacement de Curiosity, a également mesuré un pic.
Mais le Trace Gas Orbiter, un vaisseau spatial européen plus récent lancé en 2016 avec des instruments plus sensibles, n'a détecté aucun méthane dans son premier lot d'observations scientifiques l'an dernier.
Marco Giuranna, scientifique à l’Institut national d’astrophysique d’Italie, qui dirige les mesures de méthane de l’orbiteur Mars Express, a déclaré que les scientifiques des missions Curiosity, Mars Express et Trace Gas Orbiter discutaient des dernières découvertes. Il a confirmé avoir été informé de la lecture de 21 parties par milliard, mais a ajouté que la conclusion était préliminaire.
Il a ajouté que Mars Express avait dépassé Gale Crater, la dépression de 96 km de large que Curiosity étudiait le jour même où Curiosity avait effectué ses mesures. M. Giuranna a ajouté que d'autres observations avaient été faites à des dates antérieures et ultérieures, notamment des observations conjointes avec l'Orbiter Trace Gas.
«Beaucoup de données à traiter», a déclaré le Dr Giuranna dans un courrier électronique. "J'aurai des résultats préliminaires la semaine prochaine."

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un autre article :

https://www.engadget.com/2019/06/22/curiosity-rover-detects-methane-gas/?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cDovL3d3dy51bm1hbm5lZHNwYWNlZmxpZ2h0LmNvbS9pbmRleC5waHA_c2hvd3RvcGljPTc1MzQmcGlkPTI0NTA1NiZzdD0yMjUm&guce_referrer_sig=AQAAANwJuF0elykWX5zLqCpNlwdJG6ijSESNjrLk-FBfU09yLhDK4S9UTDzn6SF_6H6DjtAGwpHdr7x-myHuDpr3p9ITidEhcnj1r5Ty-qUGwYQqF8sa06kzxmWTMqe0D59UulSnXiQYvk4Rfkqxo0MPFOQBemm90692X3KB3j67rSLr

 

extrait :

"...Si les scientifiques peuvent confirmer la présence de méthane, le plus grand défi consiste à trouver des moyens de l'étudier plus en détail. Le rover Mars 2020 et les autres véhicules à venir sont conçus pour rechercher les ingrédients de la vie, mais non pour vérifier la possibilité d'une vie existante. Il pourrait s'écouler beaucoup de temps avant qu'il y ait une déclaration définitive sur ce que représente le gaz…"

 

grrrrrr.... :S>:(

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La  durée de vie du méthane dans l'air atmosphérique terrestre est de l'ordre de 14-15ans !

Peut on envisager  sur mars que les éventuelles bouffées de méthane disparaitraient plus vite par dilution

et par dissociation de la molécule du aux UV du soleil plus dur  à cause de l’atmosphère plus ténue de mars ?o.O

Cordialement !

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

L'annonce de la Nasa :

 

https://www.nasa.gov/feature/jpl/curiosity-detects-unusually-high-methane-levels

 

 

Curiosity détecte des niveaux de méthane inhabituellement élevés


Le robot Curiosity Mars de la NASA a obtenu cette semaine un résultat surprenant: la plus grande quantité de méthane jamais mesurée au cours de la mission - environ 21 parties par milliard d’unités en volume (ppbv). Un ppbv signifie que si vous prenez un volume d'air sur Mars, un milliardième du volume d'air est constitué de méthane.
 La découverte provient du spectromètre laser accordable SAM (Sample Analysis at Mars) du mobile. C'est passionnant car la vie microbienne est une source importante de méthane sur Terre, mais le méthane peut également être créé par des interactions entre les roches et l'eau.


Curiosity ne dispose pas d'instruments capables de dire de manière définitive quelle est la source du méthane, ou même s'il provient d'une source locale située dans le cratère Gale ou ailleurs sur la planète.

"Avec nos mesures actuelles, nous n'avons aucun moyen de savoir si la source de méthane provient de la biologie ou de la géologie, ou même ancienne ou moderne", a déclaré Paul Mahaffy, chercheur principal du SAM, du Goddard Spaceflight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland.

L’équipe Curiosity a détecté du méthane à plusieurs reprises au cours de la mission. Des documents précédents ont montré comment les niveaux de fond du gaz semblent monter et descendre de façon saisonnière. Ils ont également noté des pics soudains de méthane, mais l'équipe scientifique ne sait que très peu de choses sur la durée de ces panaches transitoires et ne sait pas pourquoi ils diffèrent des modèles saisonniers.

L’équipe SAM a organisé une expérience différente ce week-end pour rassembler plus d’informations sur ce qui pourrait être un panache transitoire. Tout ce qu’ils trouvent - même s’il s’agit d’une absence de méthane - ajoutera un contexte à la mesure récente.

Les scientifiques de Curiosity ont besoin de temps pour analyser ces indices et effectuer de nombreuses autres observations de méthane. Ils ont également besoin de temps pour collaborer avec d'autres équipes scientifiques, y compris celles avec Trace Gas Orbiter de l'Agence spatiale européenne, qui est sur son orbite scientifique depuis un peu plus d'un an sans détecter de méthane. La combinaison d'observations de la surface et de l'orbite pourrait aider les scientifiques à localiser les sources de gaz sur la planète et à comprendre combien de temps il dure dans l'atmosphère martienne. Cela pourrait expliquer pourquoi les observations de méthane de Trace Gas Orbiter et de Curiosity ont été si différentes.

 

 

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 19 heures, STARBIRD a dit :

La  durée de vie du méthane dans l'air atmosphérique terrestre est de l'ordre de 14-15ans !

Peut on envisager  sur mars que les éventuelles bouffées de méthane disparaitraient plus vite par dilution

et par dissociation de la molécule du aux UV du soleil plus dur  à cause de l’atmosphère plus ténue de mars ?

 

 

Le méthane est un gaz instable dans les atmosphères planétaires comme celle de la Terre ou de Mars. Sur Terre, il est totalement éliminé en une dizaine d'années par photochimie. Les deux principaux puits du méthane (c'est à dire les mécanismes responsables de sa disparition) sont l'oxydation chimique par les radicaux OH (qui sont de véritables détergents atmosphériques) et la photodissociation directe sous l'effet des rayonnements ultraviolets. 

Le premier mécanisme, très rapide (il agit en une ou deux années), explique la durée de vie très faible du méthane dans l'atmosphère terrestre (la destruction du méthane par les ultraviolets est un phénomène plus lent, qui prend environ 100 ans).

 

"D’après nos connaissances sur la photochimie du méthane et la manière dont il est dissocié dans l’atmosphère, sa durée de vie sur Mars ne doit pas excéder trois cents ans », explique François Forget. "Donc le fait d’en trouver révèle qu’il existe une source récente"

Sur Terre, le méthane est produit à 90 % par des processus biologiques, le reste étant émis par le volcanisme, à raison de 582 millions de tonnes par an.

 

On peut trouver ici (voir ellipse rouge) un chapitre (page 32 du doc.) sur les premières détections relativement significatives de méthane par Curiosity, ainsi que le contexte général de ces découvertes :

 

5d1134e21a1ef_Capturedcran(3).png.cc03dd976369a5d9e9938b9b14272dc3.png

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 55 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Cette disparition quasi instantanée expliquerait aisément l'absence de détection par TGO...

 

Ce serait pas un peu quand même un camouflet pour l'ESA, que son satellite sensément hyper sensible soye incapable de détecter le méthane, quand TGO a, en gros, été expressément conçu pour ça ?

Je crois me rappeler que les détections de Curiosity étaient considérées naguère comme sujettes à caution, quand celles de TGO étaient censées régler le problème radicalement ?

???

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas forcément ; c'est le problème irritant des phénomènes transitoires : tout sensible qu'il soit, si TGO ne scanne pas la bonne zone au bon moment, il passe à côté de la détection...

Au pire cela contraint la vitesse de dilution du méthane dans les conditions locales pour qu'une émission de surface devienne indétectable depuis l'orbite. Et cette absence de détection par TGO plaide pour une émission ponctuelle dans le temps et dans l'espace.

Un pet de Shai-Hulud ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Alain MOREAU a dit :

Et cette absence de détection par TGO plaide pour une émission ponctuelle dans le temps et dans l'espace.

 

Ce Point est acquis depuis longtemps par les précédentes observations spectroscopiques, que ce soit avec les télescopes terrestres ou par sondes orbitales. Les résultats négatifs de TGO viennent seulement confirmer ce fait.


Mais plus radicalement, la présence effective de méthane dans l'atmosphère martienne restait contestée par une partie de la communauté scientifique.


Le Dr Michael Mumma, scientifique principal au Goddard Space Flight Center, avait dès 2008 identifier Nili Fossae comme étant une des principales régions émétrices de panaches de méthane et, peu avant le lancement de Curiosity avait argumenté pour que cette région devienne la destination du rover.


Je pense que, désormais, on peut considérer comme établi que ces panaches de méthane sont une réalité. Par contre, leur mystère porte non seulement sur leur nature (biologique ou géochimique) mais aussi sur le mécanisme qui les fait disparaître avec une telle rapidité. Au risque de me répéter, cette problématique était déjà posée en ces termes depuis une dizaine d'années, mais les critiques sur la validité de ces observations  ont quelques peu parasitées le débat...   

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Au risque de me répéter, cette problématique était déjà posée en ces termes depuis une dizaine d'années, mais les critiques sur la validité de ces observations  ont quelques peu parasitées le débat... 

 

Oui, et ces critiques n'étaient pas émises par des rigolos, autant qu'il m'en souvienne.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Superfulgur a dit :

Oui, et ces critiques n'étaient pas émises par des rigolos, autant qu'il m'en souvienne.

 

Les meilleurs peuvent se tromper à l'occasion. ;)

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/planete-mars-vie-mars-curiosity-encore-detecte-methane-56460/

 

Pour F. Rocard il peut s' agir de clathrates  (hydrates) :

"...Mais comme Francis Rocard l'expliquait dans la vidéo du Cnes ci-dessus, la prudence s'impose car d'autres explications de ces suintements saisonniers de méthane sont tout aussi crédibles. Ils pourraient notamment provenir de clathrates fossiles, de la glace riche en méthane bien connue au fond des océans sur Terre, présents juste sous la surface de Mars. À l'occasion du printemps et surtout de l'été martien, l'élévation de la température vaporiserait de la glace dans des fissures en surface permettant à ce méthane de se libérer..."

 

C'est l'été là-bas en ce moment ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Je suis ce blog depuis des mois et j'ai une question qui me turlubine depuis le début. Je ne suis pas un grand scientifique et donc je n'ose pas trop à intervenir dans ce blog, mais la réponse de Jackbauer2 rejoint une partie de ma question, donc je me lance...

 

Y'a t'il eu un projet d'aller prélevé des échantillons de la glace du pôle de Mars, celle-ci doit datée de l'époque ou l'eau etait encore sur Mars, non?

 

On retrouve parfois des bactéries figées pendant des centaines de milliers d'année sur les pôles de notre bonne terre, ne srait il pas applicable également sur Mars? et pourquoi?

 

Sans prétention de ma part de vouloir remettre en cause la mission, oullà non non:$ 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
Il y a 2 heures, Thierry H a dit :

Y'a t'il eu un projet d'aller prélevé des échantillons de la glace du pôle de Mars, celle-ci doit datée de l'époque ou l'eau etait encore sur Mars, non?

 

On retrouve parfois des bactéries figées pendant des centaines de milliers d'année sur les pôles de notre bonne terre, ne srait il pas applicable également sur Mars? et pourquoi?

 

Bonsoir Thierry,


Pour l'instant, aucun projet de carottage des glaces polaires de Mars n'a encore été envisagé (programmé).


Les estimations des chercheurs à partir des observations des sondes orbitales donneraient 10 à 12 millions d'années à la calotte australe quand l'âge de la calotte boréale ne serait que d'environ 5 à 6 millions d'années. Ces valeurs ne sont qu'un ordre de grandeur qui s'appliquent aux calottes actuelles. Il est très vraisemblable qu'il en ait existé une succession auparavant, qui ont fondu, puis que d'autres leurs aient succédé. A l'image de ce qui s'est produit sur Terre avec les périodes chaudes et glacières.


Pour en revenir donc à celles que nous observons de nos jours, les quelques millions d'années que les chercheurs leurs donnent sont sans commune mesure avec l'époque où l'eau liquide coulait abondamment à la surface de Mars (Il y a plus de trois milliards d'années). Si de l'eau liquide a quand même pu exister plus récemment à la surface, ce fût, localement, en très petites quantités, et de façon extrêmement brève.

 

Par contre l'eau a toujours existé à l'état de vapeur dans l'atmosphère de Mars, même si actuellement  on n'en trouve que très très très peu. 

 
Quant à d'éventuelles très anciennes bactéries, elles n'ont pu pour les raisons que j'expose ci-dessus, fontes des calottes, être conservées dans les glaces actuelles.


Si elles devaient avoir survécu, il faudrait je pense aller les chercher à grande profondeur dans le sous-sol martien. A l'état fossile, ont pourrait probablement ne pas avoir à beaucoup creuser. Mais ces options sont encore très hypothétiques...  

Edited by Huitzilopochtli
orthographe
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, jackbauer 2 a dit :

Ils pourraient notamment provenir de clathrates fossiles, de la glace riche en méthane bien connue au fond des océans sur Terre, présents juste sous la surface de Mars. À l'occasion du printemps et surtout de l'été martien, l'élévation de la température vaporiserait de la glace dans des fissures en surface permettant à ce méthane de se libérer...

 

 C'est personnellement une des hypothèses qui a mes faveurs, avec aussi celle du méthane produit par serpentinisation...

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now