Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Recommended Posts

Il y a 7 heures, vaufrègesI3 a dit :

Je pense que je suis d'une génération qui, généralement, n'est encore blasée de rien. 

 

Bienvenue au club :). Sinon excuse-moi si tu as déjà donné la réponse mais quel phénomène a donc créé ces buttes, ces "mesas" ? Erosion éolienne avec des roches plus dures au sommet ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com
Il y a 3 heures, Kaptain a dit :

quel phénomène a donc créé ces buttes, ces "mesas" ? Erosion éolienne avec des roches plus dures au sommet ?

 

La majorité du paysage martien observé aujourd'hui sur Mars résulte de l'érosion éolienne sur des millions/milliards d'années, y compris le Mont Sharp et le cratère Gale.. 

Tout comme sur Terre dans les zones arides, les sommets des relativement petites mesas (ou buttes) que Curiosity étudie actuellement sont constitués de matériaux plus résistants, ce qui confirme le rôle éminent de ce type d'érosion. 

C'est justement ce qui a motivé le dernier déplacement du 18 décembre dont je dois rendre compte..

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Bonjour @ckhoude :)..

 

Je vais me permettre de te tutoyer comme il est d'usage ici.. Merci pour ton message, il est du genre hyper motivant pour moi et pour tous ceux ici qui participent à relater les missions d'exploration du système solaire..

Concernant "tous les autres projets spatiaux programmés pour les 12 ou 15 ans à venir", dont les missions martiennes, pour ma part et même si je suis un peu plus jeune que toi, je ne peux pas être certain de continuer à demeurer encore actif aussi longtemps.. Comme toi je vais m'accrocher-_- , on verra bien. De toute façon d'autres prendront le relais et c'est très bien ainsi.

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Kaptain a dit :

quel phénomène a donc créé ces buttes, ces "mesas" ?

Et moi qui la trouvait pas :) Ben . . . forcément ;)

  • Haha 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne résiste pas à poster l'APOD du jour, "fin d'après-midi sur Mars", somptueuse...

 

N2616c.thumb.jpg.e3e71797ccbca3f34be8fea025259580.jpg

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Belle image du couchant en effet, merci Kaptain :)

C'est pris avec quoi ;)xD:D

Bonne journée,

AG

Edited by ALAING

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Kaptain a dit :

Je ne résiste pas à poster l'APOD du jour, "fin d'après-midi sur Mars", somptueuse…

 

Merci Kaptain !

Ce pano de Marco Di Lorenzo a été réalisé à partir des images NavCam du sol 2616 (16 décembre) dont j'ai posté l'essentiel (en noir&blanc) page précédente. Comme il est précisé sous l'image de l'APOD, les cadres NavCam monochromes ont donc été colorisés pour se rapprocher des couleurs de la fin de l'après-midi martien.

 

 

 

Pendant la majeure partie de son périple en montée Curiosity a roulé sur une épaisse (plus de 300 m) séquence de "mudstone" de couleur claire déposé dans un environnement lacustre. Les "mudstones" (terme d'origine anglaise) sont des roches sédimentaires à grains très fins composées à l'origine d'argile ou/et de boue. Les variations minéralogiques dans ces "mudstones" peuvent être dues à des différences dans les processus de sédimentation et de formation de roche, et la façon dont les roches ont été plus tard altérées.  

 

Sur "Western Butte" et plusieurs autres buttes voisines, on observe une couche de roche de couleur plus foncée et résistante, recouvrant leurs sommets. Le parcours prévu au 18 décembre (sol 2618) a pour but d’atteindre un de ces blocs sombres qui a dévalé la pente depuis le sommet et de manoeuvrer pour le placer dans l’espace de travail afin que Curiosity puisse utiliser à la fois des instruments montés en bout de son bras robotique et sur son mât pour l’étudier. Les géologues de l'équipe se déclarent "enthousiastes" à l'idée d'étudier ce matériau d'apparence différente pour voir en quoi sa composition et sa texture diffèrent des mudstones de couleur claire analysés depuis plusieurs années. L’idée est de vérifier ce que cela peut nous dire sur l'histoire géologique de cette région.

 

Citation de Lucy Thompson, géologue planétaire à l'Université du Nouveau-Brunswick :

"Pour nous assurer que nous continuons à documenter les textures et la chimie des roches sous nos roues, nous avons choisi deux cibles rocheuses sur le substrat rocheux de couleur claire typique pour l'étude avec ChemCam et Mastcam. De plus, la Mastcam va examiner une zone creusée inhabituelle dans l'espace de travail et une zone avec des textures intéressantes, près de la fin prévue du parcours. Nous allons également acquérir des mosaïques de Mascam à plus grande distance de "Greenheugh Pediment" (que nous espérons commencer à étudier l'année prochaine) et une zone derrière le rover pour examiner les relations entre les différentes unités que nous avons déjà rencontrées. Les activités standard REMS, DAN passif et actif et RAD ont également été prévues".

 

Quelques problèmes de communication (liaisons descendantes) ont retardé la mise en oeuvre des 11 jours de planification prévus fin décembre.

 

Citation de Michelle Minitti, géologue planétaire à Framework (j'ai ajouté quelques précisions pour une meilleure compréhension) :

"Nous attendions avec impatience les images de la fin de notre parcours de 20 mètres - du 18 décembre (sol 2618) - plus haut sur «Western Butte», car dans l'espace de travail – devant le rover - nous nous attendions à avoir à la fois le substrat rocheux qui couvre cette partie de la butte et un bloc sombre intrigant, peut-être tombé d'une couche située plus haut sur la butte. Cependant, les deux passes de communication – liaisons descendantes Mars -> Terre - qui devaient fournir les données dont nous avions besoin pour planifier les observations dans l'espace de travail n'ont fourni qu'une fraction des données attendues. Le manque d'images signifiait que nous ne pouvions pas programmer les instruments ChemCam, MAHLI ou APXS, ni planifier un déplacement. Ainsi, en cette fin 2019 nous nous sommes installés et avons fait de notre mieux pour combler les 11 sols – sols 2620 à 2630 (20 au 30 décembre) -couverts par ce plan malgré nos difficultés de liaison descendante.

 

Lorsque nous planifions un grand nombre de sols à la fois, nous ne pouvons pas remplir chaque sol avec de nombreuses activités, car il est très compliqué de construire et de vérifier un tel plan, et cela augmente les chances que quelque chose se passe mal qui aura ensuite un impact sur tous les plans d’activité prévus par la suite. Pour construire un plan aussi long mais à moindre risque, nous utilisons des sols qui incluent uniquement l'acquisition de données REMS (Rover Environmental Monitoring Station), la station météo. Pour ce plan, les Sols 2622 à 2625 et 2627 à 2630 (22,25,27 et 30 décembre) seront des sols REMS uniquement. REMS continuera également sur les autres sols, nous donnant un record ininterrompu de la météo martienne jusqu'à la fin de l'année.

 

Les sols 2620, 2621 et 2626 (20,21 et 26 décembre) marquent les quelques sols du plan lorsque le rover sera un peu plus actif. Sur le sol 2620 (20 décembre), nous avons intégré des activités qui pouvaient être planifiées avec le peu de données de ciblage que nous avions. Mastcam est planifiée pour une observation multispectrale du bloc sombre dans l'espace de travail appelé "Blackwaterfoot" , deux images de la cible "Ayrshire" à des fins de détection des changements, et une grande mosaïque du "Greenheugh Pediment", dont nous avons ici une vue particulièrement agréable du haut de la butte. ChemCam est planifiée pour deux observations dans l'espace de travail en utilisant sa capacité de sélection autonome de cible. Aucune donnée de ciblage n'est requise pour regarder le ciel, alors Mastcam et Navcam s'associeront pour observer la charge de poussière atmosphérique, les "diables de poussière" et les nuages. Ces activités se termineront au moment où la planification commencera vendredi 20 décembre en donnant à l'équipe des opérations une dernière chance de résoudre tout problème et de maintenir Curiosity sur la bonne voie pour une fin productive de ce mois de décembre.

 

Du Sol 2620 au 2621 (20 et 21 décembre), APXS – le spectro à rayons X - mesurera l'argon atmosphérique, puis CheMin – le labo de minéralogie - tentera de nettoyer certaines cellules précédemment utilisées qui contiennent de la poudre d'échantillon obstinément collée. Sur le sol 2626 (26 décembre), DAN – le détecteur de neutrons - cinglera le sol sous le rover avec des mesures passives et actives, ChemCam effectuera plusieurs activités d'étalonnage, Mastcam imagera "Ayrshire" à nouveau pour rechercher des changements depuis le sol 2620, puis Mastcam et Navcam réaliserons une autre série d'observations de charge de poussière atmosphérique, diables de poussière et nuages. Du Sol 2626 au 2627 (26 au 27 décembre), SAM mesurera le niveau de méthane atmosphérique.

 

Tard dans la journée de planification d'aujourd'hui 19 décembre, une nouvelle passe de communication nous a enfin livré une vue complète de notre nouvel emplacement atteint le 18 décembre (sol 2618). L'espace de travail est aussi prometteur que nous l'avions espéré ! L'étudier sera une excellente façon de commencer l'année 2020".

 

 

POSITION AU 18 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2618) :

 

5,6 mb - Déterminée par moi même en l'absence de mise à jour de la Nasa et de Phil Stooke

5dfcc62ee05bc_2618Curiosity_Location2.thumb.jpg.09137a74880d68b98536f7bf836ae0d5.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 18 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2618) :

 

La roche sombre nommée "Blackwaterfoot" est bien là

5dfcc72a4ee34_2618HAZCAVX.jpg.6692c557ae057eae257d1fcb9d5036bd.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 18 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2618) :

 

5dfcc78e55bd1_2618HAZCAR.jpg.1cc47b10396e4703b00848551246af1f.jpg

 

 

NAVCAM - 18 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2618) :

 

5dfcc9a62854e_2618NAVC.jpg.76f37b8ec276cd76edd3eddfb1a0dd71.jpg

 

Une partie de l'espace de travail du rover avec le bloc sombre "Blackwaterfoot"

5dfcc9d69b992_2618NAVC5ESPTRAV.jpg.e63d54d3b13f8f579f12bb56c25c0d5c.jpg

 

Pas mal de petits blocs sombres dans la pente, très probablement détachées et tombées depuis le sommet)

5dfcca16ac49e_2618NAVC8.jpg.11e24cd18eb43406ef37bcc0c41d7c96.jpg

 

 

 

PANO NAVCAM -  18 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2618) - Jan van Driel :

 

6,4 mb

5dfccb3497c1c_2618PANONAVCJVD.thumb.png.e3413a49cc432e8d3ea529dee62c65c9.png

 

 

 

MASTCAM -  18 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2618) :

 

 "Blackwaterfoot".. comme un bloc multicouches en pâte bien molle -_-

5dfccccf26215_2618MASTC2.jpg.be2368e9f0128c5b466e7b7f09cdcba7.jpg

 

 

5dfcccfdd8e89_2618MASTC4.jpg.1a7a4db0c417b3d7e61d5194478bc39b.jpg

 

 

5dfccce1f1664_2618MASTC.jpg.76007ec8f1942c8bc85804f435241d13.jpg

 

 

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Curiosity est situé désormais sur sa dernière position 2019.et à minima pendant les 10 jours de vacance de fin d'année de ces messieurs/dames du JPL et de la Nasa. 

 

PANO MASTCAM - 18 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2618) - Robert Charbonneau :

 

11,9 mb -Vue vers le Sud-Ouest > Au premier plan une petite butte voisine de "Western Butte" puis le "Fronton de Greenheugh" tout proche à l'arrière, le relief massif qui apparait au second plan dessine la crête "Gediz Vallis" de 70 m de haut et 2,5 km de long, située au milieu du delta alluvial 

2618_PANO_MASTCROB_CHARG.thumb.png.caf6e903440b841e3dbcff67d996246a.png

 

 

 

VUE GÉNÉRALE DE CONTEXTE  - IMAGES MRO & Travail de Sean Doran (renseignée par mes soins) :

 

5,3 mb

5dfe4e146329e_VRR3SDORAN.thumb.jpg.df1b3cba4ecc1c19198678cd8670bc9d.jpg

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Toutes les images MastCam Right composant l'énorme panorama acquis avec les images des sols 2597-à 2602 (26 novembre au 1er décembre) ont été transmises à la Terre.

Il s'agit du panorama le plus grand et à la plus haute résolution réalisé depuis la surface de Mars.

Ce panorama de 83745 px x 22544 px est composé de 1135 photos individuelles prises par la MastCam (focale de 100 mm).
Voici le résultat obtenu par Thomas Appéré (sur Gigapan pour apprécier tous les détails) :


http://gigapan.com/gigapans/219144

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 20/12/2019 à 14:56, vaufrègesI3 a dit :

comme un bloc multicouches en pâte bien molle -_-

On dirait des déjections de dinosaures martiens non ?

AG

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, ALAING a dit :
  Le 20/12/2019 à 14:56, vaufrègesI3 a dit :

comme un bloc multicouches en pâte bien molle 

Cette roche à la pâte de couleur gris bleu me fait penser à de la marne. Elle vient de ce dépôt qui a résisté à l'érosion et qui constitue le fronton de Greenheugh. Il est étonnamment mince, 1 m tout au plus, mais il s'est montré plus résistant que le substrat de la zone argileuse qu'il surmonte. En se rapprochant du couloir alluvial, se pourrait-il qu'il contienne des carbonates ? Des biosignatures ? Il faut y aller, vite !

Merci pour le pano, on s'y croirait.

Edited by Adlucem

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 16 heures, ALAING a dit :

On dirait des déjections de dinosaures martiens non ?

 

Reste plus qu'à trouver un os du bestiau quelque part dans le coin -_- ..

 

 

Il y a 15 heures, Adlucem a dit :

Cette roche à la pâte de couleur gris bleu me fait penser à de la marne. Elle vient de ce dépôt qui a résisté à l'érosion et qui constitue le fronton de Greenheugh. Il est étonnamment mince, 1 m tout au plus, mais il s'est montré plus résistant que le substrat de la zone argileuse qu'il surmonte. En se rapprochant du couloir alluvial, se pourrait-il qu'il contienne des carbonates ? Des biosignatures ? Il faut y aller, vite !

 

 

Le bloc rocheux  nommé "Blackwaterfoot" faisait partie de l'ensemble coiffant le sommet de "Western Butte" et semble aussi sombre que la roche du "fronton de Greenheugh".

Il faudra attendre les résultats d'analyses chimiques prévus dès le reprise en janvier avec les instruments APXS et ChemCam.. mais il y de bonnes raisons de penser que ce bloc est constitué essentiellement de silice d'origine éolienne, possiblement à dominante basaltique, ce qui expliquerait sa couleur sombre. Du même genre que la couche de grès (nommée "Formation Stimson") sur laquelle le rover a roulé lors de son trajet sur le "plateau Naukluft" de mars à juin 2016. Cette formation avait été considérée comme le résultat de la sédimentation et de la "cimentation" de sable d'origine éolien, sans aucun apport d'eau liquide.

La roche résultante, très dure et rugueuse, avait donné quelques inquiétudes concernant la dégradation des roues..  

Cette "Formation Stimson" résistante à l'érosion recouvre en partie la "Formation Murray" plus tendre et composée de mudstone d'origine lacustre, formation parcourue par Curiosity depuis "Parhump Hill" jusqu'à la crête "Vera Rubin" .

 

Comme je l'indiquais plus haut, sur la base de la cartographie stratigraphique réalisée par l’équipe de Curiosity et d’observations de la surface du fronton, il est possible que le "fronton de "Greenheugh" puisse avoir été recouvert de dunes. Dans ce cadre, et après érosion partielle de ces dunes, ils ont proposé que le dépôt actuel restant en surface soit l’équivalent de la "Formation Stimson". 

 

Curiosity a pas mal grimpé et s'est désormais approché de la zone située au-dessus de l'Unité d'argile, une région riche en dépôts de sulfates. Ce qui indique qu’elle était en train de se dessécher ou de devenir plus acide alors que les pentes inférieures étaient encore riches en eau. Il existe donc de bonnes raisons pour envisager que les chances de détecter des biosignatures dans la zone de "Western Butte" soient assez minces.

 

 

PANO MASTACM - 20 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2620) - Rober Charbonneau : 

 

7,8 mb -  Le sommet de "Western Butte"

2620_PANO_MASTC_W_BUT_TH_APP.thumb.png.5980d22b89ae141dc31c908ff4e35caa.png

 

 

 

2,2 mb - Bordure du plateau constituant le "Fronton de Greenheugh"

5e04d54c4cf3b_2620PANONAVCROBCHARB.png.ce4c0e32e8425659de95f7631d70e49e.png

 

 

  • Like 4
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

La dernière image est balèze, je trouve : une ch'tite coulée toute neuve, avec la perspective sur le fronton derrière, magique ! :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

« ...il y de bonnes raisons de penser que ce bloc est constitué essentiellement de silice d'origine éolienne. »

 

De mon point de vue, j’ai de bonnes raisons de penser (géologiquement et géomorphologiquement) que ces dépôts ne sont pas éoliens.

 

Le "Fronton de Greenheugh" est la limite de ce qui semble être un dépôt de type deltaïque (bien visible sur les vues satellites). Ces dépôts se prolongent plus en amont par des vallées issues du Mont Sharp. Cela suggère des écoulements liquides à l'origine de ces dépôts. Personnellement j’aurais donc tendance à y voir des dépôts de type fluviatile  (ou des écoulements boueux) plutôt qu'éolien.

 

La butte (« Western butte ») actuellement étudiées par Curiosity, semble être une butte témoin, épargnée par l’érosion (sans doute éolienne), butte coiffée par un reste de ces dépôts de type deltaïque (dont le bloc rocheux «Blackwaterfoot »).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, Géo le curieux a dit :

Le "Fronton de Greenheugh" est la limite de ce qui semble être un dépôt de type deltaïque (bien visible sur les vues satellites). Ces dépôts se prolongent plus en amont par des vallées issues du Mont Sharp. Cela suggère des écoulements liquides à l'origine de ces dépôts. Personnellement j’aurais donc tendance à y voir des dépôts de type fluviatile  (ou des écoulements boueux) plutôt qu'éolien.

 

 

Dans le passé la géomorphologie a fait faire pas mal d'erreurs d'appréciation, par exemple pour la destination des sondes sur Mars (pour Spirit entre autres). Mais il est clair que la question de la nature exacte du dépôt en aval du delta restera en débat tant que Curiosity n'aura pas étudié le Fronton in-situ (dans un an au mieux).

 

J'ai indiqué plus haut ce qui résulte de la  "Lunar and Planetary Science Conference 2019" et de la contribution présentée par des membres de l'équipe scientifique de Curiosity, entre autres  P. Grotzinger, A. R. Vasavada, K. M. Stack, R. Arvidson4.. J'en recite un autre extrait :

"Les plaines environnantes, baptisées "fronton de Greenheugh", couvrent près de 3 km2 et déclinent progressivement en pente de 25% à 12% sur une distance d’environ 1400 m. Bien qu'apparemment en forme d'éventail, la surface ne présente pas la convexité de surface caractéristique des deltas alluviaux terrestres. Au lieu de cela, cette surface relativement légèrement inclinée présente une pente presque plane. La surface du fronton est rugueuse, préservant les petits cratères d'impact et présentant des crêtes bien organisées, espacées de manière uniforme (~ 10 m)."

 

Dans tous les cas il s'agit d'une roche dure et qui résiste à l'érosion. Voir l'image de contexte (mon message de Samedi) où les cratères d'impacts apparaissent très nombreux sur la surface du Fronton, et seulement sur celui-ci. Sur une telle surface difficile d'imaginer des dépôts de type fluviatile ou des écoulements boueux, mais tout ça demande vérification.

J'ajoute que, selon cette étude, le Fronton et le delta pourraient s'être formés à des époques différentes.  

Mars et sa géologie, c'est compliqué. 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'absence de bombement de ce présumé delta ne me semble pas une preuve qu'il ne s'agit pas de dépôts résultant de l'étalement d'un fluide chargé en sédiments. Sur Terre, les lahars (écoulements très chargé en sédiments associés aux volcans et la brutale fonte de neige), s'étalent sans bombement bien marqué. Il en est de même des dépôts résultant de crues soudaines (les "débâcles glaciaires") dues à la libération de l'eau de fonte des glaciers en Islande (l’étalement dans les plaines de ces dépôts ne présente pas de bombement comme pour les deltas fluviatiles classiques).

 

On est sur Mars et sa géologie est effectivement assez différente de notre géologie terrestre. Sur Mars il y fait normalement plus froid que sur Terre (éloignement du Soleil). C'est le cas actuellement. Par le passé Mars a pu connaître des alternances de périodes chaudes et froides. L'eau, dans les périodes froides est devenue glace et s‘est recouverte et mélangée à des sédiments d’origine volcanique. Une géologie, et géomorphologie, liée donc à des périodes glaciaires alternant avec des plus chaudes entraînant des débâcles, ou écoulement temporaires. C’est la cas autour du dôme de Tharsis ou en bordure Nord-est du cratère d’Hélas où l’on a des débâcles liées au volcanisme voisin avec, en amont des exsurgences, des écoulements souterrains entraînant de formidables dolines.

 

Dans le cratère Gale, après une longue période chaude avec la formation de lacs, ont sans doute alterné des périodes froides avec quelques épisodes plus chauds entraînant la fonte de glaces contenues dans les sédiments du mont Sharp. C’est comme cela que j’interprète ce « delta » alluviale.


Par ailleurs, ces dépôts de couleur sombre ne peuvent pas être constitués essentiellement de silice (de couleur claire). Ces sédiments (apportés par le vent sous forme de sable avant d‘être repris par des écoulements) sont sans doute d’origine basaltique et les basaltes sont pauvres en silice. Il s'agit peut-être d'une erreur de traduction, il vaudrait mieux parler de silicate (dont sont constitués les basaltes), plutôt que de silice.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Géo le curieux a dit :

Par ailleurs, ces dépôts de couleur sombre ne peuvent pas être constitués essentiellement de silice (de couleur claire). Ces sédiments (apportés par le vent sous forme de sable avant d‘être repris par des écoulements) sont sans doute d’origine basaltique et les basaltes sont pauvres en silice. Il s'agit peut-être d'une erreur de traduction, il vaudrait mieux parler de silicate (dont sont constitués les basaltes), plutôt que de silice.

 

Sur le terme de "silicates" à utiliser pour le basalte, tu as raison, mais tu m'accorderas quand même que, comme son nom l'indique, les silicates utilisent différentes formes de silices (dioxyde de silicium (SiO2) . 

Depuis l'orbite les données du spectromètre de MRO pointé sur les dunes du cratère Gale semblent indiquer la signature de l'olivine, ce qui confirme l'origine volcanique et basaltique de ce sable puisque l'olivine est le premier minéral à cristalliser lorsqu'un magma refroidit. Les olivines sont des silicates de fer et de magnésium. 

 

Extraits de la contribution de l'équipe de Curiosity au LPSC 2019 :

 

"Des études antérieures utilisant des données orbitales ont interprété la crête "Gediz Vallis" comme un dépôt en éventail, mais diffèrent quant à savoir si le fronton a précédé ou postdaté la crête GV, et si ces caractéristiques se sont formées lors de la construction d'Aeolis Mons, ou pendant une phase d'érosion finale. Il est proposé que la surface du fronton ait pu être recouverte de dunes et ait fait partie d'une vaste unité de buttes et de monticules cartographiée dans la partie nord du cratère Gale. Sur la base d'une cartographie stratigraphique réalisée par l'équipe de Curiosity et d'observations de la surface du fronton, il a été proposé que le dépôt de surface soit l'équivalent en amont de la "formation Stimson", une unité qui est interprétée comme enregistrant un passage à une période de transport de dunes éoliennes et de dépôt après un épisode antérieur d'exposition et d'érosion des dépôts lacustres de la "formation Murray"." 

/../

"Les expositions vues dans les images HIRISE ne révèlent pas définitivement si la surface du fronton s'est formée autour de la crête GV ou a précédé son dépôt. La future trajectoire de Curiosity fournira l'accès nécessaire pour résoudre les processus de transport des sédiments, les relations stratigraphiques et donc le timing relatif des événements géologiques significatifs exposés dans ce paysage".

FIN DE CITATION

 

On demeure donc encore au stade des hypothèses, mais on va dire que si les matériaux constitutifs du "fronton de Greenheugh"  se révèlent réellement en corrélation avec ceux de la "formation Stimson", cela ne militera pas du tout en faveur de sédiments résultant d'épanchements fluviatiles.

 

 

PANO MASTCAM - 20 DÉCEMBRE 2019 (SOL 2620) - Robert Charbonneau :

 

 

10,1 mb

2620_PANO_MASTC2_ROB_CHARB_.thumb.png.3cad19dfaf351af453035f2807bd0318.png

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'assimilais le "fronton" à des dépôts  en éventail issus de "Gediz vallis". Cela ne semble pas être le cas selon les études et hypothèses des géologues de la Nasa.

 

Merci Vaufrèges pour ces utiles informations.

Edited by Géo le curieux

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Géo le curieux a dit :

J'assimilais le "fronton" à des dépôts  en éventail issus de "Gediz vallis".

Idem, en plus j'ai pris du basalte pour de la marne...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Attendez les gars, faut vérifier tout ça, toutes ces hypothèses demeurent quand même assez tortueuses et incertaines..

Mars nous réserve sans doute encore des surprises..

 

L'autre interrogation c'est de savoir si Curiosity restera encore opérationnel au terme de tout le temps nécessaire pour aller voir ça sur place..

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 26/12/2019 à 17:03, Alain MOREAU a dit :

La dernière image est balèze, je trouve : une ch'tite coulée toute neuve, avec la perspective sur le fronton derrière, magique ! :)

 

... du style boue bluffante ! 9_9

 

 

En fait, pas franchement une nouveauté (23 mai 2016), notre ami Vauffy a du l'évoquer assez brièvement vers la page 72 ... Une analyse détaillée de cette formation fluide eut été pertinente, non ? :/

A moins que notre robot atomique à roulettes eut manqué ... de curiosité ! :S

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, BobMarsian a dit :

Une analyse détaillée de cette formation fluide eut été pertinente, non ?

 

Je comprend que cette image puisse faire penser à une coulée boueuse.. mais la réalité est moins "sexy".. 

Les caractéristiques particulières de "fluidité" et de cohésion du sable martien, la moindre gravité, la couleur très claire de la couche superficielle (dégradée par les U.V. et les molécules d'O2 au fil de millions d'années) qui contraste avec celle de la subsurface, autant d'éléments qui concourent à donner l'illusion que ce sable est entrainé par une coulée liquide. 

En fait il s'agit ici d'une coulée sèche.. phénomène qu'on a pu en observer tout au long de la chevauchée de Curiosity, parfois provoqué par les roues du rover lui même.. 

 

Sinon, tout comme pour toi dans le fil de Cassini, la disparition de la plupart des images est une forme de désastre.. C'est tout le résultat d'un gros boulot qui s'effondre.

  • Like 1
  • Sad 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, vaufrègesI3 a dit :

Sinon, tout comme pour toi dans le fil de Cassini, la disparition de la plupart des images est une forme de désastre.. C'est tout le résultat d'un gros boulot qui s'effondre.

:(

Share this post


Link to post
Share on other sites
MSL Sol 1349 - MastCam

Pffff !!! Vous êtes vraiment naïfs les gars, depuis Apollo : jamais aucun robot n'a été envoyé sur Mars ! :D

Cette image n'est qu'un photo-montage scandaleux et obscène : juste un gros-plan d'esquimau au chocolat abandonné sur une plage quelconque au soleil... B|

Il y a 1 heure, vaufrègesI3 a dit :

Sinon, tout comme pour toi dans le fil de Cassini, la disparition de la plupart des images est une forme de désastre.. C'est tout le résultat d'un gros boulot qui s'effondre.

Oui hélas... c'est une des caractéristiques désastreuses des forums : aucune pérennité des images :| 

Un des paradoxes fascinants d'un monde qui voue pourtant un tel culte à l'image...

(et une caractéristique du net en général : tout se périme, s'évapore, devient difficilement traçable à une vitesse folle : les références, les sources, les liens... prêchi-prêcha, pschitt ! tout disparaît à grande vitesse dans les limbes du grand Tout, du grand Rien ! On ne peut jamais rien y construire de pérenne)

Ainsi, des fils passionnants, superbement illustrés et commentés, parfois au prix d'énormément de travail et de talent comme les vôtres Bob et Daniel, deviennent en seulement 2-3 ans totalement imbitables ! >:(

Conséquence de la valse des hébergeurs "gratuits" (comment, cependant, un service pourrait-il être totalement et durablement gratuit ?)

Parce qu'en fait, nous ne nous servons pas de ces outils en connaissance de cause - emportés que nous sommes par notre passion.

Ils ne sont pas totalement à notre service, mais aussi - voire surtout - au service d'un commerce auquel nous ne prêtons pas forcément attention, mais qui nous dicte ses règles.

Et tôt ou tard elles nous rattrapent, les règles impitoyables du commerce, sans état d'âme, sans égard ni respect pour la valeur immatérielle des choses, de l'humain.

Plus souvent tôt que tard d'ailleurs.

À notre grand damn.

Et c'est une perte immense, à la mesure de l'investissement personnel produit bénévolement, et à celle du contenu qui s'évanouit ainsi irrémédiablement.

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now