Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Recommended Posts

 

L’équipe scientifique réfléchit à un second forage sur le site "Mary Anning"  !

 

L’intérêt particulier suscité par ce dernier forage se confirme donc. Et tout comme à "Glen Etive" en août 2019 (site de forage que je citais en exemple de "haut niveau d’intérêt"), un deuxième forage est envisagé !

 

Au cours de ce week-end, Curiosity se concentrera sur la séquence d'activités standards liées au forage sur la cible "Mary Anning".

Le 15 août (sol 2853), l'APXS fera une longue observation nocturne des résidus de forage pour un aperçu détaillé de la composition chimique de cette roche. Le lendemain 16 août (sol 2854), le labo CheMin effectuera à son tour une longue nuit de mesures pour déterminer plus précisément la minéralogie de "Mary Anning". ChemCam effectuera également une observation "passive" (*) de la pile d'échantillons déversée au sol, toute cette documentation pouvant aider à comprendre l'histoire de ces roches et de leur formation.

 

Les images (comme celles présentées ci-dessous) révèlent que le vent érode régulièrement la fine matière qui entourait à l'origine le trou de forage, ce qui prouve que nous sommes à nouveau entrés dans la saison des vents ici, dans le cratère Gale.

 

Comparez l'image ChemCam du 14 août (sol 2852) ci-dessous... 

 

5f38f6acbb23e_2852CHEMC14AOT.png.ebc4eef19b698ff5854abc3523380685.png

 

 

... à la même vue précédente le 1er août (sol 2839) :

 

5f38f6e6d0a4b_2839CHEMC1aot.png.0082471cf4a31fedf650c54f272cc674.png

 

 

Citation de Mariah Baker, géologue planétaire :

"Une évaluation rapide de l'activité du vent est particulièrement précieuse lorsque nous essayons d'étudier des matériaux fins susceptibles d'être emportés par le vent, à la fois parce que le mouvement induit par le vent peut avoir un impact sur nos mesures, mais aussi parce que nous ne voulons pas qu'un matériau soit soufflé sur nos instruments lorsque nous les plaçons à proximité de la surface. Comme une composante majeure du plan d'activités du 14 août  consistait à créer et à analyser un tas de matériaux fins forés, l'équipe a dû examiner attentivement les conditions de vent et ajuster le plan en conséquence".

 

Citation de Vivian Sun, géologue planétaire :

"Les observations atmosphériques abondent tout au long du plan d'activités du 15 au 17 août, avec une collection complète de mesures par Mastcam et Navcam de la poussière atmosphérique au-dessus de nous et à travers le cratère, mesures ChemCam du ciel en mode "passif" (*) (à partir desquelles nous pouvons récupérer les quantités de gaz à l'état de traces et des quantités et propriétés de la poussière et de la glace d'eau), imagerie Navcam à la recherche de tourbillons de poussière tout autour de nous, et films au "zénith" et "suprahorizon" du petit matin à la recherche de nuages, ainsi que des mesures REMS (**) et DAN (***) de fond".

 

 

 

(*) L'instrument ChemCam (CHEMistry CAMera) a les capacités pour être utilisé dans les modes "passif" (sans laser) ou "actif" (avec laser).

Dans le type d'investigation en mode passif, le télescope de l'instrument transmet aux spectromètres la lumière du soleil réfléchie par un point cible. Ce mode utilise aussi les spectromètres LIBS (Laser-Induced Breakdown Spectrometer) de ChemCam qui offrent la possibilité de spectres pris avec la réflectance de la lumière du soleil.

 

(**) REMS (Rover Environmental Monitoring Station) est une station météorologique attachée au mât (à 1,5 m du sol) qui mesure la pression atmosphérique, l’humidité, les radiations ultraviolettes, la vitesse du vent, la température du sol et de l’air.

 

(***) DAN (Dynamic of Albedo Neutrons) est un détecteur actif et passif de neutrons qui doit mesurer l’hydrogène présent dans la couche superficielle du sol martien (moins de 1 mètre de profondeur) le long de la trajectoire suivie par le rover. Ces données doivent permettre de déduire l'abondance de l'eau sous forme libre ou dans des minéraux hydratés.

  • Like 2
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

si je suis excusé, alors ça va :)

 

je me disais quand même qu'elle me disait vaguement quelque chose (et datée de 2015) .... ils stockent chez APOD! :)

 

ça fait toujours l'occasion de la revoir :)

 

a+

stéphane

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

La décision d'effectuer une deuxième forage ici est en attente d'une décision (qui ne saurait tarder).. 

 

 

ILLUSTRATION DE L'ACTION DU VENT sur les résidus de forage :

 

MASTCAM - 31 JUILLET 2020 (SOL 2838) :

Le jour du forage, les résidus sont encore bien présents autour du trou

 

5f3ba18134faf_2838MASTC2.jpg.c805175c2ab2014565382162faac4740.jpg

 

5f3ba2238af13_2838MASTC31JUILL.jpg.3f821c580bc565d4a6c74a800ff8553c.jpg

 

 

MAHLI - 16 AOÛT 2020 (SOL 2854) : 

Deux semaines après, le vent a balayé les résidus jusqu'aux fissures les plus proches !

 

5f3ba4e090478_2854MAHLI16AOUT.jpg.8f5b11d8911458d6a8b16bf8ecd041f7.jpg

 

 

 

5f3ba340af5a6_2854MAHLI2.jpg.072e1d277af30dea6204c18205e9deb6.jpg

 

 

 

MASTCAM - 21 JUILLET 2020 (SOL 2829) :

Cette zone encadrée en rouge a été ciblée pour une imagerie plus détaillée des strates avec la caméra "longue distance" de ChemCam 

 

5f3ba7be31bc5_2829NAVCX21JUILL.jpg.e1936d076a14e6239eac5abd0f2d6e9d.jpg

 

 

En voici le résultat (agrandir l'image)

 

CHEMCAM RMI - 15 AOÛT 2020 (SOL 2853) :

 

5f3ba748166f8_2853CHEMCRMI15AOUT.thumb.jpg.48ece3e390164ddce5f42bcec26c0fbf.jpg

 

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

 

Deuxième forage prévu sur le site "Mary Anning" !!

 

Au vu des résultats d’analyses (dont le décorticage et l’examen peut demander plusieurs mois) Il y a quelques semaines l’équipe du rover avait envisagé de rebrousser chemin pour aller forer une troisième fois sur le site de "Glen Etive" où le rover avait déjà opéré deux forages le 4 août 2019 (sol 2486) et le 15 septembre 2019 (sol 2527) !

 

5f3ff791e4b7c_2527MASTCglenetive1et24aoutet15sept2019.jpg.51a3d7bdfdb1740d46ea19c36bc87596.jpg

 

 

 

Après réflexion l’équipe a décidé de chercher un site équivalent dans le trajet de contournement vers l’Est, et ils l’ont trouvé à "Mary Anning", le site actuel, où le premier forage semble avoir donné des premiers résultats prometteurs. D’où la décision d’opérer un deuxième forage  "Mary Anning 2" tout près du premier sur la même dalle rocheuse.

 

NAVCAM - 20 AOÛT 2020 (SOL 2858) : 

 

Test de charge avec appui du foret sur la dalle

image.png.7c29be4c78e19652f45de12f629addda.png

 

 

Je cite Michelle Minitti, géologue planétaire :

"Il y a quelques semaines à peine, nous avons acquis un échantillon de la cible de forage "Mary Anning". Au cours de ces semaines, CheMin, SAM, ChemCam, APXS et MAHLI ont tous étudié en profondeur l'échantillon et le trou de forage qui en a résulté, et l'ont trouvé suffisamment convaincant pour que nous soyons prêts à creuser à nouveau dans le substratum rocheux de notre espace de travail. MAHLI va commencer à s'amuser en photographiant la deuxième cible Mary Anning avant que la brosse DRT ne l'effleure. Après le brossage par la DRT, MAHLI prendra de nouveau des images de la cible pour donner à APXS un aperçu de l'endroit nouvellement nettoyé qu'il analysera. Ensuite, les ingénieurs du rover pousseront le foret dans la cible pour voir comment la roche réagit avant le forage. MAHLI prendra une nouvelle fois des images de la cible pour voir quelle impression, le cas échéant, le foret a laissé dans la roche. L'APXS a la possibilité d'acquérir des données dans la zone nettoyée par le DRT pendant la nuit le 19 août (sol 2858). CheMin se préparera également pour le prochain échantillon de Mary Anning en effectuant une analyse de la cellule vide qui attend de recevoir l'échantillon.

Avec toute cette activité des bras juste devant le rover, ChemCam a sélectionné une cible à droite du rover appelée "Roue de Falkirk". La "Roue de Falkirk" semble être une autre collection de nodules sombres comme la cible "Ayton" analysée par ChemCam, MAHLI et APXS dans les plans précédents".

 

Un brin de nostalgie -  retour 15 ans en arrière en août 2005 - je cite toujours :

 

"En ce jour de l'histoire de l'exploration de Mars, il y a 15 ans, Spirit s'approchait du sommet de la colline  « Husband Hill », haute de 100 mètres, dans le "cratère Gusev", qu'il a conquis à la fin de ce mois".

 

Image de deux "dust devils" prise en août 2005 par Spirit depuis le sommet "d'Husband Hill" (collines "Colombias")

image.png.f62e0efb5dd4f2edfc5edf9424ea46e7.png

 

 

"Pendant ce temps, Opportunity analysait des cibles portant le nom de diverses baies et fruits pendant sa longue route vers le cratère "Erebus" dans la plaine de Meridiani".

Affleurement "Olympia" sur la marge nord-ouest d’Erebus en août 2005. La vue s’étend sur environ 120 degrés d’un côté à l’autre, généralement en regardant vers le sud. L’affleurement expose une vaste étendue de roches sédimentaires riches en sulfate. Les roches se sont formées principalement à partir de sédiments soufflés par le vent, mais certaines se sont également formées dans des conditions environnementales allant de l’humidité à l’eau de surface peu profonde :

 

Opportunity_Rover-Olympia_Panorama.jpg.0bd2c0098a607054036309441b007107.jpg

 

 

"À ce moment-là, Curiosity n'était guère plus qu'une lueur dans les yeux de nombreux ingénieurs et un tas de dessins techniques. Tu as fait un long chemin, bébé !"

Edited by vaufrègesI3
  • Like 5
  • Love 2
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Curiosity est toujours présent sur le site de forage "Mary Anning" pour en étudier la chimie et les structures sédimentaires.

Le deuxième forage est confirmé et devrait suivre après que le dernier plan d’activités (du 22 au 25 août – sols 2860 à 2863) se soit achevé.   

 

Le premier sol de ce plan (22 août) a démarré avec MastCam chargée de vérifier le niveau de poussière sur le pont du rover, puis avec la détection de changement de certaines ondulations de sable proches, et enfin avec la réalisation d’une mosaïque Mastcam pour documenter le relief et les motifs du sol autour du rover.

Le deuxième sol (23 août) comprenait une observation "passive" du ciel par ChemCam pour évaluer les niveaux de vapeur d'eau et de poussière dans l'atmosphère, ainsi que plusieurs autres activités de surveillance de l'environnement pour caractériser l'opacité atmosphérique et rechercher les nuages.

Le troisième sol (24 aoùt) a démarré avec une observation multi-spectrale MastCam du site prévu pour le deuxième forage à "Mary Anning 2", quelques observations différentes de détection des changements des ondulations et des creux au sol près du rover, des observations ChemCam de cibles rocheuses, et des observations environnementales supplémentaires. Ensuite, MAHLI prendra des images de quelques nodules sombres sur la cible "Falkirk Wheel" et APXS étudiera sa chimie. Tôt le matin du quatrième sol (25 août), Curiosity effectuera une surveillance atmosphérique avec Mastcam et NavCam, puis la majeure partie de la journée sera consacrée aux observations météo avec les instruments REMS.

 

Mon humble avis, c'est que dans les mois et années à venir il est fort probable que nous entendions beaucoup parler des forages à "Glen Etive" et "Mary Anning". L'attente est quelque peu frustrante. C'est le temps de la science et, sauf rares exceptions, l'équipe est tenue à une totale confidentialité, en particulier sur d'éventuelles données biologiques, mais pas seulement. 

 

 

HAZCAM AVANT20 AOÛT 2020 (SOL 2858) :

 

Emplacement du deuxième forage

image.png.c250e858dc6d48be04b88657faf76bd4.png

 

 

MAHLI - 20 AOÛT 2020 (SOL 2858) - Phil Stooke : 

 

Partie brossée sur la cible "Mary Anning 2".

Au centre la trace d'appui du foret pour un test de charge destiné à vérifier la stabilité de la roche

5f4615d3d25d1_2858MAHLIPHSTOOKE.jpg.07e89f26fa8ba3bc74b4c6bc1f6c91c9.jpg

 

 

MASTCAM - 20 AOÛT 2020 (SOL 2858) :

 

La brosse "DRT" (Dust Removal Tool - outil de dépoussiérage) d'un diamètre efficace de 4,5 cm. Elle permet d'enlever la couche superficielle de poussière qui recouvre la zone à examiner.

5f46174dd8140_2858MASTCDRT20AOUT.jpg.757d374fe91aeb7a6bc5da1ba2d3710c.jpg

 

 

 

PANO NAVCAM - 24 AOÛT 2020 (SOL 2862) - Jan van Driel :

 

 

5f461864bb721_2862PANONAVC24AOUTJVD.thumb.jpg.b64010ea0b7d7455ad01a8c425ce55cb.jpg

 

 

  • Like 7
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super, il fait même le ménage avant de faire son trou, génial :)

Bonne journée,

AG

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, ALAING a dit :

Super, il fait même le ménage avant de faire son trou, génial :)

 

C'est totalement nécessaire vu que ces poussières venues d'ailleurs entraineraient un biais dans l'analyse chimique de la roche native, en particulier avec les analyses spectros de surface.

Pour ces opérations de "nettoyage" les opérateurs utilisent parfois aussi des tirs lasers, très efficaces. 

  • Like 8
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est terriblement frustrant cette politique du secret et de confidentialité concernant les résultats des analyses de ces forages. Il faut attendre des mois, voire des années pour apprendre quelque chose !!!

 

La Nasa est habituellement plutôt ouverte et met généralement rapidement « en ligne » ses résultats bruts à la disposition de la communauté scientifique et des amateurs ou simples curieux. Mais pas dans ce cas.

 

On a l'impression d'être face à un sujet tabou, passionnel plus que scientifique (l'origine de la vie) qu'il faut prendre avec des pincettes et de grandes précautions. C’est un peu comme à l’époque de Darwin qui a dû passer la plus grande partie de sa vie à compléter ses connaissances, passer des diplômes pour être pris au sérieux, vérifier et étayer méthodiquement toutes ses hypothèses avant d'oser publier "L'origine des espèces".

 

Un sujet chaud, chaud, show !

 

Merci Vaufrèges de continuer à nous tenir au courant et d‘entretenir le suspens.

  • Like 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je constate que nous avons mélangé  deux fils....!

Donc comme le dit Vaufrèges dans l'autre  fil " c'est  du lourd et du très  lourd"

Donc il me semble normal que la Nasa prenne  du temps pour vérifier tout les détails avant de déclarer les résultats, car si elle se plante elle risque de perdre sa réputation et tous les budgets à venir

En ce qui concerne le tabou sur l'origine  de la vie, ça doit aussi avoir une influence et surtout comme le dit Alain Moreau s'il s'agit  d'un  micro organise indubitablement extra-terrestre ca va être  compliqué pour tous les religieux de la planète  comment Dieu a  fait ce nouveau miracle , quoi que les créationnistes qui sont actuellement proche du pouvoir US ont des solutions ,Darwin ils ignorent...!Mais  dune façon générale même quand ce n'est pas un problème lié  au vivant, toute nouvelle idée gêne  des gens dont ça perturbe peu ou prou  les habitudes et le fond de commerce

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, je sais, c'est du lourd, trop lourd à mon avis, ça devient même parfois lourdingue. Dieu peut tout, c'est bien connu, et créer aussi la vie sur Mars n'est pas un problème pour lui.

 

Je comprends les réticences de la Nasa, surtout aux États-unis d'Amérique où le président jure sur la Bible et leur croyance en leur God ( "Oh my God !" comme ils disent presque toujours quand ils sont surpris).

 

Patience donc. Mais cela m'étonnerait que les analyses faites par Curiosity puissent prouver de manière irréfutable qu'il a bien existé jadis une forme de vie sur Mars. S'il faut attendre ce genre de preuve, on est pas prêt de voir la Nasa publier ses résultats d'analyse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Ben tant pis il n'y  a que moi qui suis optimiste...! Le seul problème  c'est  que je vais continuer à  polluer ce fil très  sérieux avec mes élucubrations, mais je pense tout de même  que cette rétention d'information est liée  à  une raison valable et sur nous aurons bientôt un heureux  dénouement à ce suspens  insoutenable ...! Mais ne vous affolez pas ça ne va pas m'empêcher  de dormirxD

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Il y a 13 heures, Géo le curieux a dit :

C'est terriblement frustrant cette politique du secret et de confidentialité concernant les résultats des analyses de ces forages. Il faut attendre des mois, voire des années pour apprendre quelque chose !!!

 

Et oui, cette mission depuis 2012 c'est le blackout quasi total !.. Rien ne filtre en dehors des publications, hormis les images et les communiqués laconiques et convenus de la Nasa avec le laïus habituel, style "on a un milieu favorable à la XXX.." -_- etc...

 

 

il y a une heure, Alain MOREAU a dit :

Ne vous emballez pas trop vite, tout de même ;)

 

Je confirme.. Pas trouvé d'os encore :D.

Pour les deux sites de forage qui ont permis la découverte de molécules organiques complexes ("Cumberland" et "Mojave"), j'avais "flairé" quelque chose sans pouvoir préciser quoi. Surtout à "Cumberland" en fait. Donc, je parle d'expérience ce qui n'engage que moi.. et je tiens les paris ^_^ !.

 

 

Il y a 1 heure, Géo le curieux a dit :

Patience donc. Mais cela m'étonnerait que les analyses faites par Curiosity puissent prouver de manière irréfutable qu'il a bien existé jadis une forme de vie sur Mars.

 

On est tous d'accord sur ce point (ou on devrait l'être B|). Il ne sera jamais questions ici d'autres choses que "d'indices".

 

L’équipe de Curiosity c’est de plus de 400 chercheurs et ingénieurs tenus par des règles strictes de communication. Il est interdit à l'équipe scientifique de Curiosity de partager et de discuter des données scientifiques de la mission avec qui que ce soit jusqu'à ce que les données soient accessibles au public lors de publications et/ou leur exposé lors des réunions scientifiques programmées telles que "l'American Geophysical Union" ou la Conférence "Lunar and Planetary Sciences” (LPSC).

Au  point qu’en avril 2014 Ciel&Espace avait titré : "CURIOSITY EST-IL PARANOÏAQUE ?xD

 

 

Jusqu’ici on craignait que les molécules organiques issues d’une chimie prébiotique ou de la vie il y a 3,5 milliards d’années, aient été systématiquement détruites par l’environnement martien hostile, et entre autres aussi à cause de la présence de perchlorate sur la toute la surface de Mars.

Les perchlorates martiens se forment naturellement, comme les perchlorates terrestres, grâce au rayonnement solaire ultraviolet puissant qui atteint la surface et facilite l’oxydation des éléments chlorés contenus dans le sol en l’absence d’eau. L’oxydant doit provenir de l’oxygène de l’atmosphère (sur Mars, quelques molécules d’oxygène libre et l’oxygène des molécules de gaz carbonique qui est abondant, ceci sur des temps géologiques).

Chauffés, les perchlorates sont extrêmement corrosifs, et on a pu constater qu’ils ont très probablement corrompu les analyses des Viking et de l’atterrisseur Phoenix en 2008. C’est d’ailleurs Phoenix qui, le premier, a déterminé l’existence de cet oxydant.

 

Lors de l'analyse classique dite "Evolved Gas Analysis" (EGA) le labo SAM fait chauffer l’échantillon jusqu’à 900°C. Cela libère ou "évolue" les composés volatils de l'échantillon dont la composition est cataloguée, en particulier pour  vérifier les traces de molécules organiques.

Sauf que chauffés ainsi les perchlorates modifient les structures des composés organiques, de sorte que les identités des matières organiques martiennes dans la roche restent incertaines. Par exemple lorsque les premières molécules organiques complexes ont été découvertes par Curiosity en mai 2013 (sol 279) à "Cumberland",  l’action de chauffer l’échantillon, et donc les perchlorates, a détruit les molécules organiques originelles en les transformant en chlorohydrocarbones, rendant impossible leur identification.

 

Je cite Claire Newman, scientifique de l’atmosphère, dans le dernier compte rendu de la mission :

"L’objectif principal à l’heure actuelle est de forer et d’échantillonner du matériau pour l’expérience de "chimie humide" de SAM. Il s’agit de transformer des matières organiques moins volatiles en formes qui peuvent être détectées à l’aide du spectromètre de masse du chromatographe en phase gazeuse de SAM.

 Il s’est avéré que nous n’étions pas parfaitement positionnés pour forer à la cible "Mary Anning 2", donc dans le prochain plan d’activités nous avons inclus un court trajet pour nous mettre au bon endroit".

FIN DE CITATION

 

Il s’agit donc ici d’utiliser l’autre technique d’analyse dite de "chimie humide" À BASSE TEMPÉRATURE. Une technique qu’il n’était possible de solliciter qu’à 9 reprises car il n’existe originellement que seulement  9 coupelles fermées par un opercule transperçable et remplies de solvants chimiques (il n'en reste plus que 6). Ces solvants sont des produits chimiques spéciaux appelés "agents de dérivatisation" conçus à l’origine pour rendre certaines molécules plus faciles à détecter et surtout pour étudier des molécules fragiles, sensibles à la chaleur (en général les molécules organiques volumineuses telles que les molécules organiques complexes).

Un élément de plus qui démontre l’intérêt porté par l'équipe à ce site de forage.

 

 

MOSAÏQUE MASTCAM - 28 AOÛT 2020 (SOL 2865) - Paul Hammond :

 

J'ai précisé l'emplacement exact de la zone de forage "Mary Anning 2

5f4a75c458ca8_2865MASTC28AOUT.thumb.jpg.091cd490e0079eeeb7ec08f3dd327ebe.jpg

 

 

PANO NAVCAM (complété) - 28 AOÛT 2020 (SOL 2865) - Jan van Driel

 

Magnifique !

5f4a7737d3dc9_2865PANONAVCJVD.thumb.jpg.c61a7f9e3634b3fb99697341a8a85e7e.jpg

 

  • Like 3
  • Thanks 5

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Ça me fait fait me demander du coup.

Si tout le projet avait été initié et dirigé par l'ESA, et que des "preuves" irréfutables avaient déjà été trouvées, auraient-elles déjà été partagées ?

Autant les ricains ... bon le god il est un peu partout donc si c'est la raison  (ou une des raisons) de la rétention d'infos, je peux comprendre d'où ils viennent.
Quid de l'Europe cependant avec des vues multiples et variées sur le sujet pour chaque pays qui la compose ?

Edited by Pulsarx

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 12 heures, Pulsarx a dit :

Si tout le projet avait été initié et dirigé par l'ESA, et que des "preuves" irréfutables avaient déjà été trouvées, auraient-elles déjà été partagées ?

 

Tout d'abord, des "preuves irréfutables", que ce soit avec Curiosity ou avec le rover R.F. de l'ESA, à moins de trouver un os ça peut difficilement exister. 

Seul le retour d'échantillons "productifs" sur Terre pourrait éventuellement permettre de trancher.. peut-être pas à 100 % :|.

 

Ensuite on peut envisager que l'équipe de l'ESA ait globalement les mêmes contraintes drastiques de com' sur les données scientifiques "sensibles" de ce genre de mission et qu'elles soient respectées. C'est assez légitime.

 

Sachant que pour Curiosity ils ont poussé ces règles assez loin, c'est un peu l'omerta. 

C'est assez perturbant quand ces données, ou d'autres éléments comme sans doute la (trop ?) forte sensibilité de l'armée de géologues composant l'équipe à cet aspect de la mission, influencent manifestement la stratégie et les déplacements du rover. J'ai eu personnellement beaucoup de mal, et j'en ai encore, pour en comprendre la logique, surtout en regard des objectifs. D'autant que les écrits des scientifiques dans les "updates" paraissaient, et paraissent encore parfois plus que contradictoires avec les priorités accordées aux déplacements et activités du rover. 

Mais je m'accroche :/-_- !

  

  • Like 5
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/08/2020 à 17:53, vaufrègesI3 a dit :

Je confirme.. Pas trouvé d'os encore

 

Et oui... C'est là qu'est l'os.

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Superfulgur a dit :

Et oui... C'est là qu'est l'os.

 

Ou alors chercher l'écaille de moules.. mais c'est pas gagné..

 

  • Like 1
  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, vaufrègesI3 a dit :

Ou alors chercher l'écaille de moules..

Chez nous, on trouve quantité d'écailles de moules ;) fossilisées dans les blocs de calcaires du Rognacien, fin du Crétacé, avec lesquels les jetées des ports méditerranéens ont été bâties.

Pas d'écailles de moules sur Mars ? Enfin, ici, c'est pas ce qui manque !

Never mind the bollocks de calcaire (on s'en balec… dur de dur !) comme diraient les Sex pistols !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Adlucem a dit :

Chez nous, on trouve quantité d'écailles de moules ;) fossilisées dans les blocs de calcaires du Rognacien, fin du Crétacé

 

Non, ces fossiles sont plus récents, ils datent de la limite crustacé-tertiaire.

 

  • Haha 6

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'aurais pensé  que ça  se situait entre le trias et le trisomique  mais  là ce qu'il faut rechercher c'est  des coquilles  d'huitres  pour pouvoir  en tester le QI

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça dérive, ça dérive les continents. Et moi qui vous croyaient sérieux ! C'est plein d'os par ici pas moyen de dater...  :ph34r: :D

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Oui mais moi, je ne peux pas m'en  empêcher  et là  encore une super perche que tu me tends à  laquelle je ne résiste pas parce que j'ai  un vrai respect pour Wegener qui le premier a été  capable de voir et de faire savoir qu'il  y avait certainement un "truc"dans la façon  dont les continents  se raccordaient et il a fallu 40 ans pour que le sérail  donne sa  bénédiction 

Edited by barnabé
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Suite à la décision de mise en œuvre sur le site "Mary Anning" de la technique de prétraitement des échantillons par chimie humide à basse température (dérivatisation) pour faciliter l’extraction, la volatilisation, la préservation et l’identification de la matière organique présente dans le sol martien, voici deux déclarations édifiantes qui confirment sans ambigüité (et si besoin) l'intérêt particulier et exceptionnel de ce site :

 

- 1) 28 août 2020 - Scott Guzewich, scientifique de l'atmosphère - je cite :

 

"Étudier les roches riches en argile du cratère de Gale est l'une des raisons pour lesquelles il a été choisi comme site d'atterrissage pour notre rover. Curiosity a passé huit ans à rouler et à rechercher un échantillon de roche qui soit le meilleur choix pour utiliser une ressource précieuse et non renouvelable de l'instrument SAM : l'hydroxyde de tétraméthylammonium, ou TMAH en abrégé. SAM s'est envolé pour Mars avec deux de ses gobelets à échantillons contenant une quantité infime de ce composé spécial, ce qui permet à l'instrument SAM de détecter plus facilement les composés organiques (riches en carbone) des roches qui pourraient nous aider à comprendre si les ingrédients nécessaires à la vie étaient présents dans le cratère Gale alors qu'il était mieux appelé "lac Gale". "Ce week-end, nous allons effectuer un essai de l'expérience TMAH pour affiner les procédures et nous assurer que tout se passe bien lorsque nous déposerons un tout petit morceau de roche en poudre de notre prochain trou de forage (sur le même morceau de roche que le trou de forage de Mary Anning) dans l'une des deux coupelles d'échantillon contenant du TMAH. Si tout se passe bien, lorsque nous réaliserons l'expérience pour de vrai dans les sols à venir, nous aurons une vue fascinante sur la chimie du lac Gale."

 

 

- 2) 31 août 2020 - Susanne Schwenzer, géologue planétaire - je cite :

 

"Curiosity est dans la région des cibles "Mary Anning" depuis un certain temps déjà, et ce pour une très bonne raison : il est venu ici pour trouver les roches idéales pour une expérience SAM très spéciale. Tout d'abord, nous avons confirmé que nous avions le type de roche que nous souhaitions. L'apparence peut toujours tromper (et oui, ce n'est pas seulement pour les roches, nous le savons tous !) La chimie, cependant, ne ment pas, et ChemCam et APXS ont confirmé que nous avons sous la foreuse ce que nous sommes venus chercher. SAM a confirmé que toutes les procédures sont maintenant prêtes. Ainsi, le grand titre d'aujourd'hui est : Nous sommes prêts à forer la cible "Mary Anning 3" dans le cadre de ce plan et à réaliser l'expérience de chimie humide SAM dans le courant de la semaine"

/../

".. le grand moment où l'on se rongera les ongles sera lorsque nous apprendrons si l'expérience de chimie humide a réussi. Croisons les doigts pour SAM !"

FIN DE CITATION

 

 

Est-ce assez clair !!! :) 

 

Dans le texte cité ci-dessus, l'auteur indique : "Nous sommes prêts à forer la cible "Mary Anning 3" (??).. Comme souvent malheureusement, les scientifiques bâclent un peu les comptes-rendus et ont le don d'embrouiller quelque peu les lecteurs.

Sachant que la cible initiale se nommait  (logiquement) "Mary Anning 2" (voir l'image plus haut) et qu'elle était en attente de forage, même s'ils n'ont pas pris la peine de le préciser, on peut supposer (supputer/subodorer) qu'ils aient finalement choisi un autre emplacement nommé "Mary Anning 3" pour le deuxième forage.

 

Sur les dernières images il semble qu'il y ait eu un test de charge du foret à cet autre emplacement :

 

HAZCAM AVANT - 30 AOÛT 2020 (SOL 2867) :

 

Emplacement du forage  "MARY ANNING 3" ??

image.png.4151b55f03f16c67d9de27e18bf950c2.png

 

Affaire à suivre donc...

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 2
  • Love 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now