Fourmi103

Actualités de Curiosity - 2013

Recommended Posts

Il y a 6 heures, Penn a dit :

Honte à moi, je ne savais pas ce qu'étaient des éons,

Ben . . . moi non plus :)

Et j'en ai même appris d'autres en regardant la définition ;)

Merci à vous et bonne soirée,

AG

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 2 heures, JPMasviel a dit :

En fait, il n'y a pas forcément de cratère formé consécutivement à la chute d'une météorite métallique, comme le montre la découverte de plusieurs gros morceaux de la météorite de St Aubin sur un terrain bien plat:

 

Tout de même, on peut supposer que 500 kg qui tombent à quelques centaines de km/h sur le sol vont y faire un sacré trou...

Le champ labouré est plat aujourd'hui mais comment était-il il y a 55 000 ans ?

On voit sur les photos du lien de la saf qu'ils ont excavé à + - 2 m pour la récupérer... Et cette profondeur ne raconte pas nécessairement ce qui s'est passé à cet endroit lors de la chute et après, l'érosion, la sédimentation, voire l'enfoncement ou la remonté isostatique, qui sait ?

 

The impact event is dated to 55,000 ago, according to the first estimates made by the Centre de Recherche et d’Enseignement de Géosciences de l’Environnement (CEREGE) of Aix-Marseille and published by them in 2015. (bizarement traduit "55 000 ans d’après les toutes premières datations réalisées et publiées en 2015 par le CEREGE d’Aix-Marseille").

 

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

A ma connaissance, les rovers n'ont repéré que des sidérites (métalliques) qui ne représentent que 6 % des chutes ici bas.

Où sont donc passés les chondrites et autres qui constituent l'immense majorité de ce qui tombe sur Terre ?

Plus difficile à identifier sur Mars, pulvérisées à l'impact, érodées par le vent ???

Ou la position orbitale de Mars privilégie davantage les rencontres avec les sidérites ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, BobMarsian a dit :

Où sont donc passés les chondrites et autres qui constituent l'immense majorité de ce qui tombe sur Terre ?

Rongées par l’érosion éolienne ?

(à la sableuse, à sec, on voit bien la différence d’attaque entre l’acier vs la plus dure des roches : le premier résiste bien tant que l’échauffement au contact reste modéré, tandis que la seconde se creuse immédiatement dès que le jet s’attarde un instant au même endroit !)

Si c’est là la cause de leur disparition (et non l’absence de chutes) elles sont désormais incorporées aux fines - dont le pouvoir abrasif constitue à présent le principal agent érosif à l’oeuvre sur Mars capable d'expliquer simplement leur apparente absence.

Je ne pense pas en effet que la répartition statistique des compositions que tu évoques varie beaucoup de la Terre à Mars ?

Est-elle très différente dans la ceinture d’astéroïdes par exemple ?

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, Alain MOREAU a dit :

Est-elle très différente dans la ceinture d’astéroïdes par exemple ?

 

Non ! ;)

Philippe

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, JPMasviel a dit :

il n'y a pas forcément de cratère formé consécutivement à la chute d'une météorite métallique, comme le montre la découverte de plusieurs gros morceaux de la météorite de St Aubin sur un terrain bien plat

Certaines chutes semblent effectivement ne former que peu ou pas de cratères, selon leur masse, incidence, fragmentation, etc.

Cependant, sauf erreur de ma part, il y a 55,000 ans la région de St Aubin était sous une épaisse couche de neige et/ou de glace reposant sur un permafrost comparable à ce qu’on trouve actuellement au nord de la Sibérie...

Comme le souligne justement Adlucem, le contexte environnemental a changé depuis l’époque. Il a pu faire disparaître des traces fragiles ou éphémères.

L’exemple de la chute de St Aubin serait plus à rapprocher de celle - contemporaine - de Tcheliabinsk : https://www.notre-planete.info/actualites/3657-explosion-meteorite-Russie

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement, la comparaison entre deux planètes aussi différentes que la Terre et Mars il y a 55 000 ans a ses limites. A cette époque, la Terre était en pleine période glaciaire, avec d'importantes couches de glaces sur l'Europe du nord .

 

J'en profite pour signaler la conférence qu'a donnée Sylvain Bouley mardi dernier.

Il y présente notamment ses travaux cherchant à expliquer la dichotomie entre les hémisphères nord et sud de Mars:

 

  • Like 3
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Aucun doute sur l'origine météoritique des roches présentées plus haut.

 

MASTCAM - 10 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2967) : 

 

5fd69d6ed5e8d_2967MASTC.jpg.2897495b892f47a19898197ac4718c22.jpg

 

 

5fd69dab47f18_2967MASTC2.jpg.f0d12cd21e91b756d48d12e7fe4f257e.jpg

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 7

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Petite progression d’environ 15 mètres le 13 décembre 2020 (sol 2970).

Noter que le rover a parcouru un total de 23,780 km.

 

POSITION AU 13 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2970) :

 

5fd8c83d7a57c_2970LOCAT13DEC.thumb.jpg.7a3556bd4ddf598037502f1abed9ade0.jpg

 

 

Curiosity est maintenant "au contact" de la zone de débris de blocs rocheux bordant le champ de sable qui se prolonge encore vers l’Est. De l’autre côté du champ, en face et au Sud s’étendent les collines de l’unité de sulfate, l’une des zones prioritaires d’exploration de la mission.

 

HAZCAM AVANT - 13 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2970) :

 

5fd8c8e39113c_2970HAZCAV13DEC.jpg.a39b9dd206b44b7729186ebf7ae08196.jpg

 

 

NAVCAM - 13 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2970) :

 

Vers l'Est

5fd8ca5c1cdfc_2970NAVC4.jpg.f41f95acf9bbd308e8348c71000f7d51.jpg

 

Au Sud-Est - porte d'entrée vers l'unité de sulfate

5fd8cad4ebb78_2970NAVC6.jpg.997422d9b16b107c2d5501bb30dc0172.jpg

 

Au Sud les collines de sulfate

5fd8cab173130_2970NAVC5.jpg.9701384269a1381c504caf9c76bcf636.jpg

 

 

En effet, les sulfates, comme le gypse et les sels d'Epsom, se forment généralement avec la présence d'eau, et après son évaporation. Ils pourraient ainsi renseigner les astronomes sur le climat passé de Mars et surtout, sur les perspectives qui ont pu être offertes à la vie pour s’y développer (voir mon message du 10 novembre 2020 page 152).

Curiosity a bien progressé depuis qu’il "escaladé" la succession de bancs de roche résistante et il a roulé ensuite en transition dans ce qui, d'après l'imagerie orbitale, semble être un matériau plus lisse. Il se profile devant lui un matériau plus rugueux et bien plus accidenté qu’il lui est possible de contourner. Mais l'équipe scientifique est intéressée par la documentation de tout changement de chimie et de texture au fur et à mesure de l’approche de l'unité de sulfate plus haut sur le Mont Sharp. Il est donc possible que le rover s’aventure au milieu des blocs rocheux chaotiques (malgré le risque de dégrader un peu plus les roues) !

 

PANO NAVCAM - 13 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2970) - Thomas Appéré :

 

5fd8cc7dac919_2970PANONAVC13DECTHAPP.thumb.jpg.4a4e8e6c1d36603b5046ad69fb13b37c.jpg

 

 

De leur côté, les scientifiques du groupe environnemental sont occupés à planifier des observations de l'atmosphère pour évaluer comment évolue l'augmentation actuelle du niveau de poussière ainsi que des images Navcam d'observation de "dust devils".

Des mesures standard REMS, RAD, DAN passives et actives sont également prévues.

 

Une série de mesures QMS-TLS atmosphériques  de SAM est également incluse : Un peu d'air pénètre dans le laboratoire SAM (Sample Analysis at Mars) et plus précisément dans le spectromètre infrarouge TLS (Tunable Laser Spectrometer). TLS se spécialise dans les molécules carbonées, le dioxyde de carbone (CO2), le monoxyde de carbone (CO) et le méthane (CH4). L'autre instrument de SAM, QMS (un spectromètre de masse, Quadrupole Mass Spectrometer), s'intéresse à tout.

Même si l'atmosphère martienne est assez bien connue, les résultats de Curiosity apportent une estimation précise de ses cinq composants majeurs. Le plus abondant, le dioxyde de carbone, représente plus de 95 %, suivi loin derrière par l'argon, l'azote, l'oxygène et le monoxyde de carbone :

 

5fd8ccd2e030b_SAMcompositionatmosphere.jpg.fe2ebb18f11675b0d1172ad0251299db.jpg

 

Au niveau du méthane CH4, noter qu’en juin 2019 pour SAM le plus haut taux détecté se situe au niveau d'environ 21 parties par milliard en volume (ppbv).

  • Like 3
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 27 minutes, vaufrègesI3 a dit :

(malgré le risque de dégrader un peu plus les roues) !

 

Ils aiment prendre des risques... :o

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, Kaptain a dit :

Ils aiment prendre des risques... :o

 

Ivapété...

Comme ça ils pourront avoir une bonne excuse pour ne plus le financer :|..

Et à partir de février 2021 je me fais vacciner contre la COVID.. et les missions martiennes -_-.

 

  • Like 2
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Comme on pouvait le pressentir, malgré les risques pour les roues, les géologues n’ont pas pu résister : mercredi 15 décembre (sol 2972) Curiosity s’est "aventuré"  dans l’unité géologique de blocs rocheux chaotiques sur un court trajet de 7 à 8 mètres… Aïe Aïe ! :|

 

Je cite : "Nous ferons ensuite un court trajet sur cette unité de blocs où nous prévoyons d'effectuer plus d’activités scientifiques "de contact" dans le plan de mercredi, tandis que plus loin se trouve une grande couche de sable que nous étudierons après le Nouvel An."

 

On est en droit d'espérer qu'ils éviterons de prolonger les pérégrinations dans ce chaos, ce qui paraîtrait un tantinet "suicidaire".

 

POSITION AU 15 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2972) :

 

5fda83c82affc_2972LOCAT15DEC.thumb.jpg.02add78f0067a8ab9f1431706a149a5c.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 15 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2972) :

 

5fda856ddc32b_2972HAZCAV15DEC.jpg.fc5274f6e699d1137b37e22bbb754768.jpg

 

 

NAVCAM - 15 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2972) :

 

Il se pourrait que ça "coince" un peu..

5fda881cc943a_2972NAVC3.jpg.15322df7c37db35864c56e448f6a4b8f.jpg

 

 

Vers le Sud Est, la destination du rover avant de virer au Sud. Pas vraiment un "boulevard" :/

5fda8861e82a1_2972NAVC4.jpg.805ce8ee9dfac7f59e0fa843e62a28cd.jpg

 

 

PANO NAVCAM - 15 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2972) - Jan van Driel :

 

5fda89de22260_2972PANONAVCJVD.thumb.jpg.ebfcda21b44e91be2474ae8432e85ffe.jpg

 

 

PANO MASTCAM - 13 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2970) :

 

5fda8a69eda92_2970PANOMASTC13DECJVD.thumb.jpg.85f28bc4525394b419075194fe8d7429.jpg

 

  • Like 3
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Panorama sur les flancs du cratère Gale, distants de 59 km, depuis le site "Housedon Hill", mosaïque réalisée à partir de 216 images de la ChemCam prises entre le 9 septembre et le 23 octobre 2020 (Sols 2878 à 2921) - par Stéphane Le Mouélic (LPG/CNRS, Nantes) :

 

https://mars.nasa.gov/msl/mission-updates/8820/curiositys-spyglass-megamosaic-of-mount-sharp/

 

video.JPG

Edited by Bill46
  • Like 4
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Dans mon message précédent, j’espérais que le rover n’allait pas s’enfoncer davantage dans ce chaos de gros blocs, sachant qu'il est parfaitement possible de le contourner pour atteindre plus haut à terme l’objectif constitué par l’unité de sulfate et, plus avant, le champ de sable nommé "Sables de Forvie" que l’équipe désigne comme son "prochain objectif scientifique".

 

Mais la stratégie de l’équipe demeure toujours aussi déroutante. Nonobstant les risques et périls, il a été décidé de traverser cette nouvelle unité géologique caractérisée par une texture de surface particulièrement rocailleuse pour se rapprocher plus rapidement du champ de sable.

 

Le 20 décembre 2020 (sol 2977) Curiosity a parcouru 25 mètres en dirigeant vers le Sud, directement vers les "Sables de Forvie" .

 

POSITION AU 20 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2977) :

 

5fe1d07d56a16_2977LOCAT20DEC.thumb.jpg.c377df5a44ff511db368efdd07b5a309.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 20 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2977) :

 

Le champ de sable se profile

5fe1d0b8edb98_2977HAZCAV.jpg.0c05c1c288f4becb19adec215e9b5f49.jpg

 

 

Depuis l'orbite, cette géomorphologie distincte de l’unité rocailleuse s'accompagne également d'une signature spectrale unique, qui a suscité l'intérêt de l'équipe et a motivé un arrêt scientifique au sein de cette unité. Selon l’équipe les données acquises lors de cet arrêt seront "cruciales" pour déterminer pourquoi ces roches semblent si différentes de celles déjà rencontrées au cours de la traversée depuis l’atterrissage (tout en présentant une certaine diversité).

 

MAHLI - 20 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2977) – Thomas Appéré :

 

Des galets parmi ces cailloux

5fe1d1168f8a4_2972MAHLITHAPP.jpg.529cd071a4f3ef58f4b36f708bc0bba2.jpg

 

 

MASTCAM – 15 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2972) :

 

Noter l'omniprésence de nodules sur ces blocs

5fe1d1a636d15_2972MASTC2.jpg.281202d763bcb2ccfb239048cd8ae8d4.jpg

 

 

5fe1d1dfbcbaa_2972MASTCX.jpg.c7d774b835f1e831ed6af7b9e7ceb802.jpg

 

 

5fe1d28716b39_2972MASTCX2.jpg.5768d2006c9551cdb43b12a75e99fd3f.jpg

 

 

5fe1d2b13375b_2972MASTCX3.jpg.c6001dd5f196eab6cba2845cfb79dcc9.jpg

 

 

MOSAÏQUE MASTCAM – 18 DÉCEMBRE (SOL 2975) – Robert Charbonneau :

 

5fe1d3675926e_2975MOSAMASTC18DECRCHARB.thumb.jpg.1b46607fdcd416319f9fcca367d229bb.jpg

 

 

 

Selon Catherine O'Connell-Cooper, géologue planétaire, le dernier plan d’activités devait – je cite " permettre de déterminer la composition géochimique de quelques petites entités nodulaires résistantes (nommées "An Dun") dans cet espace de travail, entités montrées dans l'image ci-dessous" :

 

MAHLI – 17 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2974) :

 

Les concrétions nodulaires (qui démontrent l'action dynamique de l'eau) à gauche cette l'image

5fe1d426adf53_2974MAHLI17DEC.jpg.810b40f67e4c68c9dbae3b51cd6d8b9a.jpg

 

Plus près

5fe1d4614d127_2974MAHLIX.jpg.bb4d2509566e24951d481f0521c2c077.jpg

 

 

CHEMCAM RMI - 20 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2977) :

 

5fe1d5e26f2b3_2977CHEMCRMI.png.6cfd17a1e91816b654d4442ead518c59.png

 

Tirs laser près des concrétions

5fe1d69439fe2_2977CHEMCRMITIRS.jpg.97de38359d09da43363780f29592b9ca.jpg

 

 

Bien que les nodules ne soient pas aussi grands que le fort dont ils portent le nom ("Dun" signifie "fort" en gaélique), leur hauteur (7 mm) combinée à leur morphologie signifiait que nous devions faire preuve de prudence et nous assurer qu'ils ne représentaient pas un danger pour l'instrument APXS. En conséquence, MAHLI a pris quelques images utilisées pour affiner le placement du spectro sur les nodules. L'APXS effectuera une trame en trois points (3 placements distincts, séparés par 1 à 2 cm). Pour compléter l'enquête sur la composition, ChemCam ciblera An Dun le jour suivant. Cette commande, avec APXS précédant ChemCam, était importante aujourd'hui car il n'était pas possible d'utiliser la brosse DRT pour enlever la poussière autour de ces éléments saillants. Le laser LIBS actif de la ChemCam peut déplacer la poussière, donc APXS devait passer en premier afin que nous n'analysions pas par inadvertance une partie de la poussière accumulée autour de la cible principale !

 

Au sol 2977 nous nous enfoncerons davantage dans ce matériau friable. Ce court trajet (25 mètres) nous rapprochera de notre prochain objectif scientifique - une mini-campagne sur une grande couche de sable appelée "Sables de Forvie". Nous sommes impatients d'y arriver, à temps pour le retour à la planification au cours de la nouvelle année"

Fin de citation

 

PANO MASTCAM – 17 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2974) – Robert Charbonneau :

 

5fe1d7ae26ec6_2974PANOMASTC17DECRCHARB.thumb.jpg.a7a8199782d55bbd77d90f98a72a1e0e.jpg

 

 

PANO MASTCAM – 13 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2700) – Kevin Gill :

 

5fe1d80420c29_2970PANOMASTCKGILL.thumb.jpg.75909d10af5481d9ab27689751cb84c7.jpg

 

  • Like 5
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Pour compléter le tableau, il convient d'ajouter le pano depuis la dernière position

 

PANO NAVCAM - 20 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2977) - Jan van Driel :

 

 

5fe2606a548cd_2977PANONAVC20DECJVD.thumb.jpg.94e0a8c1807d7e3605233e1f97517b43.jpg

 

 

Et le contexte global :

 

L'échelle est en bas à gauche de l'image

5fe2614ccbb58_Capturedcran(28).png.a3aaec6631e4122c59177bbf491c9311.png

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 4
  • Thanks 5

Share this post


Link to post
Share on other sites

 oui, comme dit bertrand , un grand merci daniel pour cette aventure que tu nous partages ! :)

paul

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/12/2020 à 12:35, vaufrègesI3 a dit :

Au sol 2977 nous nous enfoncerons davantage dans ce matériau friable. Ce court trajet (25 mètres) nous rapprochera de notre prochain objectif scientifique - une mini-campagne sur une grande couche de sable appelée "Sables de Forvie". Nous sommes impatients d'y arriver, à temps pour le retour à la planification au cours de la nouvelle année"

 

Les dunes des "Sables de Forvie" (du nom d'une réserve naturelle écossaise dont une région présente des dunes de sables en mouvement) au Sol 2979 à 13 h15 de l'après-midi martien (23 décembre 2020 sur Terre) par la caméra NavCam, mosaïque de 9 images (Thomas Appéré)  :

 

Forvie.jpg

Edited by Bill46
  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 14 minutes, starjack a dit :

Et bien ils n'ont pas peur !

 

Un frêle esquif perdu dans un océan de vagues... ^_^

 

 

Forvie.jpg

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est vrai qu'elles sont très belles ces dunes !

 

Au fait, de quelle couleur ? Plutôt grisâtres ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Vous inquiétez pas.. Il n'ira pas plus loin -_- !

Comme prévu, le 23 décembre, Curiosity s'est encore avancé de quelques mètres jusqu'au bord du champ de sable.

 

HAZCAM AVANT - 23 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2979) :

 

5fe3710a71a01_2979HAZCAV.jpg.b114b18274d076e39b7a8c77dc3478b2.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 23 DÉCEMBRE 2020 (SOL 2979) :

 

5fe3712f8df7c_2979HAZCAR23DEC.jpg.bd9b3aeea91018ceb2beea476c3ffcb8.jpg

 

 

Dans ce fil j'avais échangé avec @Alain MOREAU sur la spécificité des dunes martiennes et des rides qui ornent leurs surfaces.

Alain faisait l'analogie des rides de sable martien avec celles - je le cite "des lits sablonneux de rivières ou sur le plancher de bras de mer soumis aux courants de marées de directions et vitesses variables".

C'était parfaitement judicieux.

 

L’image de ces dunes noires balayées de fines ridules par le vent nous inspire forcément quand on pense à "Dune", aux paysages de "Tatooine"..  , mais les dunes sont aussi d’excellents indicateurs de l’histoire et de la dynamique des planètes sur lesquelles elles se trouvent.

 

Les recherches dirigées par le géologue Mathieu Lapôtre (article du 1er juillet 2016 dans la revue "Science" sur les "Dunes de Bagnold" étudiées par Curiosity fin 2015) ont permis de confirmer l’existence d'un autre type de "litage", terme qui désigne les structures sédimentaires formées par l’air ou l’érosion, grâce à des observations du champ de "Dunes de Bagnold" menées par Curiosity.

 

Je cite Mathieu Lapôtre : ".. à certains endroits, nous avons pu observer pour la toute première fois deux types de rides de sable (hautes de quelques centimètres ou de quelques mètres) qui se superposaient au sommet des dunes. La coexistence de ces trois types de litages remet en cause ce que nous pensions savoir des structures de sable formées par le vent."

Cette forme inédite s’explique essentiellement par la faible densité de l’atmosphère martienne, qui permet à ces motifs ondulés de se développer de manière comparable aux reliefs nés de l’érosion dans les fleuves terrestres, ou comme les rides que l’on observe sur les fonds sablonneux de nos plages où les grains de sable ne sont pas portés par le vent, mais entraînés par le courant. Dans ce processus, la taille des rides est inversement proportionnelle à la densité du fluide qui entraîne le sable. Sur la planète rouge, le fluide.. c'est l’atmosphère martienne !

 

Ces structures ressemblent à des ondulations par glissements de fluides qui, sur Terre, comprennent des ondulations travaillées par une eau courante. Mais sur Mars elles sont plutôt formées par le vent en raison de la viscosité cinématique plus élevée de l'atmosphère à faible densité : Une gravité moindre et surtout une pression atmosphérique 170 fois plus faible que sur Terre. Cela indique non seulement que les litages martiens sont plus complexes qu’on ne le pensait, mais aussi qu’on peut les étudier pour en apprendre davantage sur l’histoire de l’évolution de la planète.

 

Sources :

Revue "Science" 1er juillet 2016 - article de Mathieu Lapotre - dunes de bagnold : http://science.sciencemag.org/content/353/6294/55

 

L'article de la Nasa : http://mars.jpl.nasa.gov/msl/news/whatsnew/index.cfm?FuseAction=ShowNews&NewsID=1917

 

Ciel et Espace : https://www.cieletespace.fr/actualites/ces-dunes-martiennes-qui-parlent-aux-chercheurs

 

  • Like 3
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 26 minutes, starjack a dit :

C'est vrai qu'elles sont très belles ces dunes !

 

Au fait, de quelle couleur ? Plutôt grisâtres ?

 

 

Plutôt noires on va dire..

Depuis l'orbite les données du spectromètre de MRO pointé sur l'ensemble de ces dunes semblent indiquer la signature de l'olivine, ce qui confirme l'origine volcanique et basaltique de ce sable.

L'olivine est le premier minéral à cristalliser lorsqu'un magma refroidit. C'est pourquoi elle est souvent présente dans les roches volcaniques noires, les basaltes. Sachant qu'elle est un des premiers minéraux modifiés par l'eau, les chercheurs essaient d'évaluer dans quelle mesure basses et hautes quantités d'olivine dans certains grès anciens pourraient être causées par le vent plutôt que par l'altération de l'eau.

 

DUNE "NAMIB" :

 

Mosaïque de 21 photos acquises par la caméra MastCam Droite (distance focale de 100 mm) au sol 1192 (13 décembre 2015)

Par Thomas Appéré

Namib.thumb.jpg.070a269dfaf6907a267fc49e88a39905.jpg

 

  • Like 4
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Le pano du jour : Curiosity à la plage !

 

PANO NAVCAM - 23 NOVEMBRE 2020 (SOL 2979) -Jan van Driel :

 

Splendide !!

5fe3bcdeea080_2979PANONAVC23NOVJVD.thumb.jpg.66f0850282546e66c61d05fc43122101.jpg

 

 

NAVCAM - 23 NOVEMBRE 2020 (SOL 2979)

 

5fe3bd9d78488_2979NAVC23DEC.jpg.38934730d37a6672d64f02c1209ad828.jpg

 

  • Like 7
  • Love 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super, merci ! Ça fait longtemps qu'on ne compte plus les posts d'actualité de Curiosity. De toute façon ils sont devenus innombrables au fil de ce travail vertigineux. Bonnes fêtes de fin d'année à toi @vaufrègesI3 et à tous ;)

  • Like 1
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now