BobMarsian

Cassini, le spectacle continue ...

Recommended Posts

il y a une heure, Tony a dit :

Il y aura surement encore pleins d'images et d'infos qui vont ressortir de ce dernier parcours. Mais d'avance je remercie les tauliers de ce topic pour m'avoir abreuvé d'info et d'amas de pixel à éclater les rétines ;)

 

Y'a pas de quoi, tout le plaisir était pour nous B| ( + Jack & co. ...) et de le partager aussi ...

Merci Tony ;) pour ton commentaire, ça fait plutôt chaud au coeur, car parfois j'avais l'imression de poster dans le vide ... interplanétaire !

Aussi, je ne suis pas un as du clavier, ni un cador du traitement d'images, ni un scientifique de haute volée, donc ça aurait pu être encore meilleur de ma part (et il n'y a pas que l'imagerie dans la mission Cassini).

D'un autre côté, heureusement que de temps en temps, des intervenants avisés ont pu élever le niveau des réponses & commentaires. Merci à eux ... ;)

Autrement, l'aventure Cassini est loin d'être terminée car il reste une quantité astronomique de données à analyser.

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Extrait et traduit de  :  http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2017/0915-cassini-the-dying-of-the-light.html

 

 

Cassini : La mort de la lumière

Cassini n'est plus. À 10h31 selon sa propre horloge, ses propulseurs ne pouvaient plus tenir son antenne radio pointée vers la Terre, et elle s'est détournée. Une minute plus tard, la sonde s'est vaporisée dans l'atmosphère de Saturne. Ses atomes font maintenant partie de Saturne - les plus légers dans l'atmosphère, les plus lourds (en particulier les granulés au dioxyde de plutonium revêtu d'iridium qui étaient, hier, au centre de sa source d'énergie nucléaire) sont probablement descendus beaucoup plus profondément avant de fondre.

/../
Au total, la mission a duré environ 30 secondes de plus que prévu. Il est étonnant de penser que, dans toute cette distance, dans une atmosphère qui n'avait jamais été explorée auparavant, les ingénieurs ont prédit la fin exactement. Je ne sais pas si ces 30 secondes supplémentaires étaient dans le niveau de bruit de leurs prédictions, ou si c'était une véritable s
urperformance du vaisseau spatial, ou de la capacité du réseau Deep Space Network à maintenir le verrouillage sur un vaisseau spatial hors pointage. Probablement un peu de tout. Tout le monde a été élogieux pour la performance "parfaite" de l'engin spatial jusqu'à la fin.

Il transmettait des données complètes. Selon le chef de projet Earl Maize, ils sont très sûrs que le dernier paquet de données provenait de l'instrument magnétomètre. J'ai parlé avec le chef d'équipe du magnétomètre Michelle Dougherty au sujet de ces derniers bits de données. Elle a dit que ce sera de trois à six mois avant de pouvoir signaler tout résultat, mais elle espère qu'ils trouveront enfin une séparation angulaire entre l'axe de rotation et le pôle magnétique.

/../

Je pourrais terminer l'article là, parce que ce sont toutes les nouvelles qu'il y a aujourd'hui. Bien sûr, aujourd'hui, c'est plus important que cela. C'est la fin d'une ère.

C'est un peu difficile de saisir l'ambiance ici. C'est une véritable mer d'émotions. Beaucoup d'entre eux sont heureux. L'émotion dominante que je ressens des équipes scientifiques et d'ingénierie est la fierté, ce qui fait que votre cœur gonfle et que votre colonne vertébrale se redresse. C'est un bon vaisseau spatial. Et l'équipe a vraiment réussi à l'exploiter.

/../
Bien sûr, il y a aussi de la tristesse. Pour beaucoup d'entre nous, il est difficile d'imaginer que nos vies manquent soudainement de ce vaisseau spatial. Tout le monde ici dans la salle de presse du JPL utilise Cassini pour mesurer sa carrière. Quelques-uns étaient ici des journalistes scientifiques professionnels qui couvraient l'espace en 1997 lorsque Cassini a été lancé. Pour la plupart d'entre nous, la mission de Cassini vers Saturne constitue la majorité de notre vie professionnelle. Pour moi en particulier, ma carrière professionnelle en journalisme scientifique est exactement la même que la durée de la mission Cassini autour de Saturne. J'ai commencé à écrire des articles de nouvelles pour le site Web The Planetary Society quand ils m'ont demandé de commencer à couvrir Cassini à l'approche de Saturne.

Plus tôt cette année, j'ai voyagé pour être au chevet d'un oncle qui était en train de mourir. C'était un événement triste, mais aussi intéressant d'être avec la famille, d'avoir ce regroupement familial et de réfléchir à la gentillesse de mon oncle et de raconter ses blagues stupides préférées. Quand il a finalement poussé son dernier soupir, tout le monde savait qu'il était temps, et sa vie était bien vécue. C'est ce que j'ai ressenti ces derniers jours. J'espèrais que Cassini pourrait fonctionner pour toujours, mais je sais que cela ne se peut pas et je ne lui aurais pas demandé de faire plus dans sa longue mission.

Au moment de la fin cependant, j'ai ressenti quelque chose de différent et d'inattendu : La colère. Je pensais à Dylan Thomas :


"N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit,
Le vieil âge devrait brûler et s’emporter à la chute du jour ;
Rager, s’enrager contre la mort de la lumière".



J'étais (et je suis) en colère que cette grande mission se soit terminée. Je suppose que ce n'est qu'une des étapes de la douleur. Et il est bon d'être entouré d'amis dans les médias et les équipes scientifiques qui subissent cette douleur ensemble.
Il est communément admis que les funérailles sont pour les vivants, pas pour les morts. S'il s'agit de funérailles pour Cassini, quelle consolation cela nous offre-t-il ? La fin d'une mission réussie exige des réponses à la question : Maintenant ? Qu'en est-il des gens qui ont travaillé sur la mission? Quels vides sont laissés derrière ? Qu'allons-nous faire ensuite ?
En vérité, l'équipe scientifique est également informée, soulagée de ne plus avoir le fardeau de planifier de nouvelles observations scientifiques ; ils peuvent se recentrer sur la pratique de la science avec les données.

Pour les équipes d'ingénierie et de navigation, la plupart d'entre elles ont déjà migré à temps partiel vers d'autres missions, et le JPL absorbera éventuellement presque toutes les autres activités. Une partie de l'équipe d'ingénierie restera au travail pendant plusieurs mois pour finaliser les rapports sur les opérations du vaisseau spatial.
Pour nous dans les médias, il n'y a certainement aucun manque d'activité dans le système solaire en ce moment. OSIRIS-REx va revenir survoler la terre dans seulement deux semaines. Curiosity et Opportunity sont encore en train de parcourir Mars. Et il y a beaucoup plus d'engins spatiaux assez négligés opérant à travers le système solaire (négligés, c'est-à-dire en termes d'attention publique). Il y a beaucoup de spatial à écrire.

Mais une lumière est partie. Nous ne sommes pas allés vers Uranus et Neptune depuis les années 1980. Notre horizon s'est maintenant contracté, à distance de l'orbite de Jupiter. (Je n'oublie pas New Horizons, mais son survol rapide d'un petit objet de la ceinture de Kuiper sera un bref et bon flash éclairant une région autrement plus sombre du système solaire). C'est une part de ma tristesse. Là-bas, Saturne, ses anneaux et ses lunes vont être des lieux impressionnants. Ainsi seront Uranus et Neptune, leurs anneaux et leurs lunes. Toutes les images de Cassini et des Voyagers avant cela ont été merveilleuses, et je suis triste à propos de la perte de notre fenêtre sur la vie d'un système planétaire géant.

Il y a une consolation. Cassini a renvoyé un demi-million d'images. Chaque fois que je plonge dans les archives de données, je trouve quelque chose de merveilleux et amusant à regarder. De nombreux scientifiques et journalistes ont passé cette semaine à partager les images préférées. Je refuse d'avoir des favoris, et je ne me suis pas contentée de ce passe-temps cette semaine. Au lieu de cela, je prévois d'aller plonger directement dans les données et de partager de jolies images dans les semaines et les mois à venir, et je vous garantis que vous continuerez à profiter de merveilleuses et extraordinaires vues de Cassini.

Pour cette raison, ce n'est pas fini.

 

 

FIN DE TRADUCTION  (j'espère fidèle)

 

Merci !  On compte sur toi Emily, et comme d'hab' on ne sera certainement pas déçu !! :) 

Edited by vaufrègesI3
Italiques
  • Like 1
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci BobMarsian, c'est une fabuleuse épopée qui nous restera à jamais.

 

 

Edited by jmpg86

Share this post


Link to post
Share on other sites

Super épopée, fantastique, quel dommage qd même. Je crains (peut etre à tord) qu'on tire pas grand chose de ce suicide en termes de résultats scientifiques.  Et pourquoi pas en rasant dans les anneaux pour voir de plus prés ?
Perso, j'aurais mis la sonde sur une orbite stable, cette histoire de microbes me fait un peu rire :-) la pile au plutonium aurait encore tenu des années. 
Mais la Nasa/Jpl a préféré retirer les gens du projet une bonne fois pour toute pour faire qq économies. Qu'est ce que ça coûtait de la mettre sur une orbite stable et de l'utiliser une fois par an ?
Quand sera la prochaine sonde sur Saturne ? En 2085 ? Bref, l'ISS coute trop cher, il faut réassigner ces fonds sur des missions comme celles la. La prochaine sur Saturne c'est pour qd ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/09/2017 à 10:16, Serendipity a dit :

On sait si des données ont été retransmises au cours de la chute ? On peut espérer des informations relatives à la composition de l'atmosphère, les pressions, etc ?

 

Il est probable que Cassini ait tenté de transmettre ses données scientifiques jusqu'au dernier moment où l'antenne était encore capable de pointer vers la Terre en dépit des forces aérodynamiques déstabilisantes engendrées par la rentrée atmosphérique.
On sait que les retransmissions au Deep Space Network ont pu être maintenues 30 à 40 secondes de plus que prévu jusquà 11:55:39 UTC en bande X et 11:55:46 UTC en bande S, soit 10:32:20 UTC heure locale au niveau de la sonde.
Peut-être suffisamment pour que l'instrument Ion and Neutral Mass Spectrometer (INMS) ait pu sonder l'atmosphère jusqu'à 1650 km d'altitude (au-dessus du plafond des nuages) estimée au moment du dernier contact.
L'INMS mesure in-situ la densité des différentes variétés moléculaires d'hydrogéne, d'hélium et d'ions.

Le magnétomètre était aussi peut-être opérant à ce stade avancé ?
Je sais aussi que l'INMS était utilisé au moment des cinq derniers passages au périastre (révolutions 288 à 292) aux altitudes minimales de 1691 km (14/08), 1604 km (20/08), 1570 km (27/08), 1565 km (02/09) et 1628 km (09/09).

 

Le truc qui m'étonne c'est que Cassini a perdu le contact vers 1650 km d'altitude alors que des passages au périastre se sont produits à des niveaux bien inférieurs sans conséquence destructrice !
Est-ce du à un angle de rentrée plus raide le 15/09 vs rasant lors des passages au périastre ?

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Cavadore a dit :

Et pourquoi pas en rasant dans les anneaux pour voir de plus prés ?

 

En fait, aux vitesses de la sonde, je dirais que si elle passe entre deux anneaux, on ne verrait rien, et que si elle passe dans un anneau... elle ne ressort pas ! :D

 

Il y a 5 heures, Cavadore a dit :

Perso, j'aurais mis la sonde sur une orbite stable, cette histoire de microbes me fait un peu rire :-) la pile au plutonium aurait encore tenu des années. 

 

La pile oui... pas la réserve de propergol nécessaire pour corriger la trajectoire de la sonde. La banlieue de Saturne, ce n'est pas la banlieue terrestre. Il y a pléthore de satellites naturels, et j'ai bien peur qu'une orbite stable veuille dire qu'il faille envoyer la sonde à une distance telle de Saturne qu'on y aurait perdu tout réel intérêt.

 

Quant à l'histoire des organismes potentiels sur Titan ou Encelade, autant prévenir que guérir.

 

Il y a 5 heures, Cavadore a dit :

Mais la Nasa/Jpl a préféré retirer les gens du projet une bonne fois pour toute pour faire qq économies. Qu'est ce que ça coûtait de la mettre sur une orbite stable et de l'utiliser une fois par an ?

 

Cf ma remarque plus haut. Je ne suis pas certain qu'il puisse y avoir une orbite stable dans un tel environnement. Ici, la notion de problème à N corps prend tout son sens. On aurait envoyé la sonde tourner à une distance éloignée, sans possibilité de la rapprocher même occasionnellement faute de propergol.

 

Ensuite, ce n'est pas qu'une question d'économies (pourtant nécessaires en ces périodes de vaches maigres pour la science), mais aussi d'affectation du personnel à d'autres missions. Pour faire mieux, il faut aller de l'avant, et pour aller de l'avant, il faut savoir passer à autre chose.

 

Il y a 5 heures, Cavadore a dit :

Quand sera la prochaine sonde sur Saturne ? En 2085 ?

 

Il n'y a pas que Saturne. Il y a des missions comme celle planifiée pour étudier Europe. Il y a les missions d'étude des exoplanètes, etc... il y a des choix à faire.

Edited by Serendipity

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Cavadore a dit :

Quand sera la prochaine sonde sur Saturne ? En 2085 ? Bref, l'ISS coute trop cher, il faut réassigner ces fonds sur des missions comme celles la. La prochaine sur Saturne c'est pour qd ?

 

Très bonne question !
Justement, on vient d'apprendre que dans le cadre de la sélection pour la mission New Frontiers 4, sur les 12 propositions envoyées (communiqué de la NASA du 5 mai), 5 concernent Saturne, Encelade & Titan.
De plus, ces 3 astres font partie de 2 thèmes sur les 6 retenus pour New Frontiers 4 :
  - Retour d'échantillons comètaires.
  - Retour d'échantillons lunaires du bassin Aitken (Pôle Sud).
  - Les mondes océaniques (Titan, Encelade).
  - Sonde atmosphérique (Saturne).
  - Etude des astéroïdes troyens.
  - Exploration in-situ de Vénus.
http://www.nasa.gov/feature/nasa-receives-proposals-for-future-solar-system-mission

 

Les 5 propositions vers Saturne  & co. :
  - Dragonfly (Titan Rotorcraft Lander), Johns Hopkins University - Applied Physics Laboratory.
  - Oceanus (Titan orbiter), NASA JPL-Caltech.
  - ELF (Enceladus Life Finder), Cornell University.
  - Enceladus Life Signatures and Habitability, NASA Ames Research Center.
  - SPRITE (Saturn Probe Interior and Atmosphere Explorer), NASA Goddard Space Flight Center.
https://www.nytimes.com/2017/09/15/science/saturn-cassini-return.html

 

Calendrier NF#4 :
  - Liste des finalistes annoncées fin 2017 (novembre ?) ---> études de conception (Phase A).
  - Sélection finale : été 2019.
  - Lancement vers 2025 ...

Donc, près d'un chance sur deux pour qu'une mission vers Saturne soit retenue au final avec une arrivée estimée au niveau de saturne vers 2030-2033 ...
Hélas, les anneaux attendrons encore un bon moment :$
    
SPRITE ---> https://ntrs.nasa.gov/archive/nasa/casi.ntrs.nasa.gov/20160009334.pdf
SPRITE ---> http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2017/EGU2017-10654.pdf
Oceanus ---> http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2017/EGU2017-10958.pdf
Oceanus ---> http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2017/EGU2017-17876.pdf

Dragonfly :

16saturn_dragonfly-superJumbo.jpg

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, BobMarsian a dit :

De plus, ces 3 astres font partie de 2 thèmes sur les 6 retenus pour New Frontiers 4 :
  - Retour d'échantillons comètaires.
  - Retour d'échantillons lunaires du bassin Aitken (Pôle Sud).
  - Les mondes océaniques (Titan, Encelade).
  - Sonde atmosphérique (Saturne).

 

Europe n'est pas considérée comme un monde océanique ? Encelade, je comprends, les geysers offrent un accès direct à l'intérieur du satellite. Mais Titan ? par rapport à Europe ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Serendipity a dit :

 

Europe n'est pas considérée comme un monde océanique ? Encelade, je comprends, les geysers offrent un accès direct à l'intérieur du satellite. Mais Titan ? par rapport à Europe ?

 

Bien sûr que si.. Mais on parle ici de la sélection pour New Frontiers 4 il me semble

"Europa Clipper" est déjà sur les rails, enfin.. à priori.. :

 

https://www.jpl.nasa.gov/missions/europa-clipper/

Edited by vaufrègesI3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 16/09/2017 à 23:47, vaufrègesI3 a dit :

Extrait et traduit de  :  http://www.planetary.org/blogs/emily-lakdawalla/2017/0915-cassini-the-dying-of-the-light.html

Cassini : La mort de la lumière
Cassini n'est plus. À 10h31 selon sa propre horloge, ses propulseurs ne pouvaient plus tenir son antenne radio pointée vers la Terre, et elle s'est détournée. Une minute plus tard, la sonde s'est vaporisée dans l'atmosphère de Saturne. Ses atomes font maintenant partie de Saturne - les plus légers dans l'atmosphère, les plus lourds (en particulier les granulés au dioxyde de plutonium revêtu d'iridium qui étaient, hier, au centre de sa source d'énergie nucléaire) sont probablement descendus beaucoup plus profondément avant de fondre.

/../

Je pourrais terminer l'article là, parce que ce sont toutes les nouvelles qu'il y a aujourd'hui. Bien sûr, aujourd'hui, c'est plus important que cela. C'est la fin d'une ère.
C'est un peu difficile de saisir l'ambiance ici. C'est une véritable mer d'émotions. Beaucoup d'entre eux sont heureux. L'émotion dominante que je ressens des équipes scientifiques et d'ingénierie est la fierté, ce qui fait que votre cœur gonfle et que votre colonne vertébrale se redresse. C'est un bon vaisseau spatial. Et l'équipe a vraiment réussi à l'exploiter.

/../
Bien sûr, il y a aussi de la tristesse. Pour beaucoup d'entre nous, il est difficile d'imaginer que nos vies manquent soudainement de ce vaisseau spatial. Tout le monde ici dans la salle de presse du JPL utilise Cassini pour mesurer sa carrière. Quelques-uns étaient ici des journalistes scientifiques professionnels qui couvraient l'espace en 1997 lorsque Cassini a été lancé. Pour la plupart d'entre nous, la mission de Cassini vers Saturne constitue la majorité de notre vie professionnelle. Pour moi en particulier, ma carrière professionnelle en journalisme scientifique est exactement la même que la durée de la mission Cassini autour de Saturne. J'ai commencé à écrire des articles de nouvelles pour le site Web The Planetary Society quand ils m'ont demandé de commencer à couvrir Cassini à l'approche de Saturne.

Plus tôt cette année, j'ai voyagé pour être au chevet d'un oncle qui était en train de mourir. C'était un événement triste, mais aussi intéressant d'être avec la famille, d'avoir ce regroupement familial et de réfléchir à la gentillesse de mon oncle et de raconter ses blagues stupides préférées. Quand il a finalement poussé son dernier soupir, tout le monde savait qu'il était temps, et sa vie était bien vécue. C'est ce que j'ai ressenti ces derniers jours. J'espèrais que Cassini pourrait fonctionner pour toujours, mais je sais que cela ne se peut pas et je ne lui aurais pas demandé de faire plus dans sa longue mission.
Au moment de la fin cependant, j'ai ressenti quelque chose de différent et d'inattendu : La colère. Je pensais à Dylan Thomas :

"N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit,
Le vieil âge devrait brûler et s’emporter à la chute du jour ;
Rager, s’enrager contre la mort de la lumière".

J'étais (et je suis) en colère que cette grande mission se soit terminée. Je suppose que ce n'est qu'une des étapes de la douleur. Et il est bon d'être entouré d'amis dans les médias et les équipes scientifiques qui subissent cette douleur ensemble.
Il est communément admis que les funérailles sont pour les vivants, pas pour les morts. S'il s'agit de funérailles pour Cassini, quelle consolation cela nous offre-t-il ? La fin d'une mission réussie exige des réponses à la question : Maintenant ? Qu'en est-il des gens qui ont travaillé sur la mission? Quels vides sont laissés derrière ? Qu'allons-nous faire ensuite ?
En vérité, l'équipe scientifique est également informée, soulagée de ne plus avoir le fardeau de planifier de nouvelles observations scientifiques ; ils peuvent se recentrer sur la pratique de la science avec les données.

/................................................/.

Il y a une consolation. Cassini a renvoyé un demi-million d'images. Chaque fois que je plonge dans les archives de données, je trouve quelque chose de merveilleux et amusant à regarder. De nombreux scientifiques et journalistes ont passé cette semaine à partager les images préférées. Je refuse d'avoir des favoris, et je ne me suis pas contentée de ce passe-temps cette semaine. Au lieu de cela, je prévois d'aller plonger directement dans les données et de partager de jolies images dans les semaines et les mois à venir, et je vous garantis que vous continuerez à profiter de merveilleuses et extraordinaires vues de Cassini.

Pour cette raison, ce n'est pas fini.

FIN DE TRADUCTION  (j'espère fidèle)

Merci !  On compte sur toi Emily, et comme d'hab' on ne sera certainement pas déçu !! :) 

 

Très beau texte d'Emily :),  magnifique de justesse et d'émotion !

 

Merci & bravo pour le boulot de traduction, Vauffy ;) , super !   Cela aurait été vraiment dommage de passer à côté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Perso, j'enrage surtout que l'ESA perde son temps et son argent avec une mission débilissime (Beppi-Colombo) quand tellement de choses sont à découvrir dans le système solaire.

 

Sinon, l'histoire de "pas contaminer les satellites de Saturne avec les microbes de Cassini", c'est clairement des c.....s... D'une part, Cassini serait tombée dans combien de temps ? Mille, cent mille ans ? Toujours vivants les tartigrades, après dix mille ans de vide et de radiations ? D'autre part quelle vie aurait elle pu "contaminer", celle de Titan, où elle aurait brûlé, et où, incidemment, Huygens s'est posée avec ses propres microbes ?

Celle de Encelade ? En surface ?

Conneries...

Du buzz Nasa à deux balles, mais qui fonctionne, la preuve, le succès de cette ânerie dans les médias.

la vraie raison, c'est de stopper la mission pour économiser du ponion, et l'étude de l'atmosphère de Saturne, à la marge...

S

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit retour en arrière visualisant les derniers soupirs de Cassini retransmis par l'antenne de 70 m de Camberra (DSS43).
Le contact en bande S a tenu 7 secondes de plus qu'en bande X, jusqu'à 11:55:46 UTC vs 11:55:39 UTC :

 

DJwuG1IWsAAy2fa.jpg

 

DJw2RwwXkAIMElu.jpg

 

DJw2RwmXcAAipgr.jpg

 

DJw2wGAW4AA6UcP.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

"ça fait plutôt chaud au coeur, car parfois j'avais l'impression de poster dans le vide ... interplanétaire !"

 

Non Bobmarsian, tu ne postais pas dans le vide, ou alors je suis le vide, comme sans doute beaucoup d‘autres restés anonymes. Merci de nous avoir aidé à découvrir et fait vivre cette formidable aventure spatiale presque au quotidien pendant des années. Merci et bravo !

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour tout, Bob, c'était un de mes feuilletons préférés...

À bientôt pour de nouvelles séries, j'espère !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 17 heures, Géo le curieux a dit :

"ça fait plutôt chaud au coeur, car parfois j'avais l'impression de poster dans le vide ... interplanétaire !"

 

Non Bobmarsian, tu ne postais pas dans le vide, ou alors je suis le vide, comme sans doute beaucoup d‘autres restés anonymes. Merci de nous avoir aidé à découvrir et fait vivre cette formidable aventure spatiale presque au quotidien pendant des années. Merci et bravo !

 

Ah ! J'oubliais que le vide est remplie d'une énergie colossale & cachée que j'ai eu du mal à quantifier !

Désolé ! ... Une autre fois et aussi merci à toi ;)

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

 C'est exactement comme le fils de Vaufrèges sur Mars, plein de gens le suivent mais ne commentent pas forcément pour autant. Merci encore Bob, pour cette magnifique aventure. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Superfulgur a dit :

BobMartian, dans ta liste, il me semble que tu as oublié Hera, non ?

 

S

 

Ben ! Hera, c'est un concept européen de sonde atmosphérique de Saturne, non ?

Donc, même si ses objectifs sont très proches de ceux de SPRITE, candidat pour NF#4 et qu'il existe bien une coopération NASA-ESA dans le domaine (comme avec Cassini-Huygens), je ne vois pas trop la NASA se contenter uniquement de la conception du satellite relai dans le cadre d'un programme US.

Hera semble être aussi un potentiel candidat à la mission Cosmic Vision M5 de l'ESA qui est très loin de démarrer vu que la M4 en est toujours à la présélection de ses 3 candidats depuis juin 2015 !

 

http://sci.esa.int/cosmic-vision/55973-three-candidates-for-esas-next-medium-class-science-mission/

http://sci.esa.int/cosmic-vision/59108-cosmic-vision-m4-candidate-missions-presentation-event/

http://sci.esa.int/cosmic-vision/46510-cosmic-vision/?fbodylongid=2152

https://hera.lam.fr/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Anonyme également, je suivais ce post et était émerveillé par ces images fantastiques de ce 'nouveau monde'.

Merci de nous avoir fait vivre ces moments palpitants !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui Bod merci pour ce suivi de longue haleine! Passionnant! que de vues magnifiques ou surprenantes ou curieuses!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 17/09/2017 à 00:44, jmpg86 a dit :

Merci BobMarsian, c'est une fabuleuse épopée qui nous restera à jamais.

 

 

 

Le 19/09/2017 à 13:55, Sacha a dit :

Merci pour tout, Bob, c'était un de mes feuilletons préférés...

À bientôt pour de nouvelles séries, j'espère !

 

Le 19/09/2017 à 16:10, Kaptain a dit :

 C'est exactement comme le fils de Vaufrèges sur Mars, plein de gens le suivent mais ne commentent pas forcément pour autant. Merci encore Bob, pour cette magnifique aventure. 

 

Le 19/09/2017 à 22:21, Bruno 17 a dit :

Anonyme également, je suivais ce post et était émerveillé par ces images fantastiques de ce 'nouveau monde'.

Merci de nous avoir fait vivre ces moments palpitants !

 

Le 20/09/2017 à 00:16, Chris277 a dit :

Oui Bob merci pour ce suivi de longue haleine! Passionnant! que de vues magnifiques ou surprenantes ou curieuses!

 

Merci aussi à vous pour vos commentaires élogieux, ... je suis touché :$

 

Il vous reste toujours à réfléchir sur la photo mystère postée le 8 mai (haut de la page 44), que je remets :


W00107395.jpg
"Ce qui barre obliquement l'image doit correspondre aux anneaux G (un petit bout est visible en haut à gauche) et E, très évanescent.
Par contre, aucune idée de ce qui se trame presque à l'horizontal et aussi à environ 45° du plan des autres anneaux ???" ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Photo mystère :

S'agit-il bien de l"anneau G et E cette oblique ligne floue devenant plus nette en haut à gauche? Ne pourrait-ce être le limbe de Saturne vu en contre jour derrière d’autres anneaux qui apparaissent presque horizontaux sur la photo, dont un bien net et lumineux ? (je suppose que les petits point blancs ne sont pas des étoiles d'arrière plan, mais une erreur dans certains pixels).

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Géo le curieux a dit :

Photo mystère :

S'agit-il bien de l"anneau G et E cette oblique ligne floue devenant plus nette en haut à gauche? Ne pourrait-ce être le limbe de Saturne vu en contre jour derrière d’autres anneaux qui apparaissent presque horizontaux sur la photo, dont un bien net et lumineux ?

 

Géo ;) , par expérience, je suis quasi certain qu'il s'agit bien des anneaux G & E vus par la tranche,comme visibles sur cette autre image : W00109910.jpg
... et il y en a bien d'autres exemples.
L'anneau G étant bien plus lumineux avec des bordures assez nettes contrairement au E, très "flou".
Autrement, impossible que les structures quasi horizontales correspondent à des anneaux étant donné qu'ils sont tous dans le même plan et devraient donc être parallèles aux G & E !
Dans l'hypothèse où ils représentent le limbe de Saturne, il faudrait que Cassini se trouve très en arrière des anneaux E & G et zoome à mort en direction de Saturne pour que sa courbure soit indétectable !

Or, c'est un image prise au grand angle vers 1,3 million de km, un peu au-delà de la distance de Titan à Saturne.
Le limbe de Titan, alors ? Seulement, aucun passage rapproché n'était prévu ce jour-là (5 mai 2017) !

Il reste encore l'hypothèse d'un artifact du à une réflection parasite sur une lentille de l'objectif grand angle (WAC) ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me joins à mon tour à ce concert de louanges pour remercier tous ceux qui ont fait vivre ce sujet depuis tant d'années, en particulier BobMarsian et Vaufrègesl3. Et un merci tout spécial pour cette belle traduction du message d'Emily à conserver précieusement dans la bibliothèque historique de l'astro. Je voulais dire aussi aux acteurs principaux que vous étiez lus par une foule d'anonymes qui ne vous exprimait pas nécessairement tous les jours sa gratitude, alors le moment est venu maintenant de vous dire simplement merci! :)  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Sauveur
      Hello!
       
      Lever a 4heurs pour le café histoire de pas faire de connerie et a 5h 5 debut de capture hauteur 20 degrés assez pour etre dessus la maison du voisin
       

       
       
       
      La premiere au 250 asi 662mc barlow 2x raf adc pierro
       
      Bon c'etait bien de la retrouver même si elle m'a fait un peu de misere a gigoté 
       
      map difficile 
       

       
       
      2024-05-23-0316_7-U-L-Saturne Taka 250641_list_100r_96T_2reg
       

       
       
      Passez une belle soirée et bon ciel
    • By QGineys
      Bonjour,
       
      De temps en temps, au levé du soleil, les conditions s'améliorent pendant un temps. c'est ce qu'il s'est passé pour cette image de Saturne. on distingue meme la division de cassini en plissant les yeux.
       
      Trois images dérotées, prisent dans des conditions ou la frontale n'est plus necessaire, seule Saturne et quelques etoiles tres brillantes sont encore visible. 
       
       

       
      Bon Dimanche
       
      Quentin
       
    • By QGineys
      Bonjour à tous!
       
      une petite Saturne de ce matin même, au levé du jour.
      bon c’est vraiment compliqué, la map est difficile à trouver, la stabilité est aléatoire, et comme d’hab chez moi, les moments de calme sont exempt de tous détail sympa…
       
      toujours au C11, barlow x2, et uranus-c

       
      belle soirée et bon week end à tous
       
      Quentin 
       
       
    • By QGineys
      Bonjour à tous
       
      Cela fait logtemps que je n'ai rien posté mais ce matin j'ai profité d'une nuit astro avec un copain pour faire des test avec mon nouvel adc pa.
       
      j'avais un adc zwo, et je n'ai jamais réussi à avoir un réglage propre avec celui-ci bien à l'horizontal. le réglage avait l'air propre avec un axe de correction 20 degrés en dessous de l'horizontalité. mais n'étant jamais en accord avec la théorie d'utilisation d'un adc, j'etais jamais sur de moi, et un test sur etoile n'était pas très concluant.
       
      Là maintenant avec le nouvel adc, c'est propre, en accord avec la théorie, et réglé en quelques secondees à peine!
       
      Ci joint la collimation avec filtre ir642, meme etoile avec adc au neutre, et meme etoile adc réglé (reglage perfectible)
       

       

       

       
      enfin j'en ai profité pour faire la première Satune de l'année à 17 degrés, pour le kiff.... mais meme avec cet adc, j'ai constaté qu'à cette hauteur, l'axe de correction est sous l'horizon aussi. à 30 degrés, je ne constate plus ça. votre avis la dessus?
      Pour Saturne elle meme, on va pas se mentir, à 17 degrés, on fait pas de miracle... cela dit, on voit la difference de teinte entre l'equateur et l'hemisphere nord, on voit les anneaux qui se ferment un peu plus, et l'hemispere sud qui est toujours legerement bleu/vert.
       
      deconvolution wiener, saturation, balance des blancs.
      30% d’une vidéo de 240s. Pas de derotation 



       
      Bon dimanche à tous

    • By Christophe Pellier
      Hellooo
      Après un long silence dû à des engagements associatifs exigeants (mais passionnants !) je trouve enfin le temps de commencer à publier quelques travaux que j'ai sous le coude  
      Ce fil est une étude des couleurs de Saturne par photométrie, c'est le même travail que j'ai déjà fait sur Jupiter, mais c'est la première fois que je m'attaque à la planète aux anneaux.
      La cible est plus compliquée que Jupiter, à cause des anneaux justement. Au départ je pensais trouver dans la littérature des équations permettant de retrancher la luminosité de ces derniers, mais je n'ai pas réussi à trouver comment faire. Cependant, comme je travaille sur des images résolues, contrairement aux susdits papiers, il m'est possible d'isoler le globe des anneaux extérieurs et d'en calculer la magnitude. Il reste une portion du système d'anneaux devant le globe. Ce n'est pas grave pour le projet qui est de calibrer la luminosité du disque, mais ça limite la comparaison aux références de magnitudes qui existent... 
      Le comportement photométrique de Saturne diffère également de celui de Jupiter, sans parler des anneaux, car il y a des variations saisonnières marquées qui font que l'éclat de la planète dans le rouge et l'infrarouge en particulier connait des évolutions très sensibles. Le globe est moins rouge aux équinoxes, plus aux solstices (quand on réintègre les anneaux, c'est l'inverse : le système complet est plus bleu aux solstices)
      Comme vous le savez, Saturne s'avance vers sa prochaine équinoxe, qui aura lieu en 2025 - passage à l'automne pour l'hémisphère nord. En conséquence, il y a des variations d'éclat et de couleurs assez marquées et rapides, en particulier de l'hémisphère sud qui sort de l'hiver.
      Les observations ont été faites en deux fois au mois de septembre de l'année dernière, juste après l'opposition, en utilisant deux étoiles dans le Capricorne et le Verseau. Le seeing était très bon pour la série UV-visible. 
      Je mets des séries de 2022 pour comparaison, mais je n'ai pas fait de calibration pour cette année-là.
      Voilà d'abord un graphique avec les valeurs de magnitude et d'albédo. Je suis très bien sur les références en UV, bleu et visible, mais je trouve une variation à la baisse sensible en R et IR. Il est possible que ce soit justement dû à l'approche de l'équinoxe, en tous cas les deux valeurs en bande R, obtenues sur 2 nuits différentes et avec 2 filtres différents, sont identiques donc ça sent quand même bon !
      La comparaison avec les références n'est possible cependant que parce que la luminosité des anneaux, de l'UV au bleu, est très proche du globe en 2023. Pour le méthane par exemple, il est évident que l'albédo de 12% est trop élevé pour le globe tout seul...
      Enfin, j'ai encore ajouté le B425 dans la boucle. La bande passante de ce filtre encadre la partie du spectre des planètes joviennes où les variations de contraste sont les plus fortes dans le système de bandes. Ca ne sera pas très notable pour Saturne a priori, par contre pour Jupiter ça sera un filtre clé !
       

       
      Voici les planches d'images en version psf, pour mieux se rendre compte.
      En couleurs : on voit bien la variation de l'hémisphère sud qui passe du bleu au vert  (spoiler : dans l'épisode 2 à venir, j'arrive à démontrer la variation avec des chiffres)
       

       
      Planche UV-visible :
       

       
      Planche IR : j'ai l'impression que la luminosité du globe a diminué en IR et CH4, mais je n'ai pas encore fait la comparaison, on verra ce que ça dit... suspense
       

       
      A venir l'épisode 2 où on parlera du profil photométrique de pôle à pôle. Dans le 3ème on parlera des anneaux  je mettrai les résultats ici même.
  • Upcoming Events