vaufrègesI3

Actualité d'Opportunity (suite)

Recommended Posts


Dans l'attente de la restauration de la mémoire flash, Oppy poursuit son chemin vers "Marathon Valley" maintenant distant de moins de 300 mètres.
Sur les sols 3909, 3911 et 3914 (22, 24 et 27 janvier 2015), le rover a parcouru 85 mètres.

Au sol 3914 (27 janvier 2015), la production d'énergie solaire était à 534 watts-heure et le rover totalisait 41,880 km.

Position au sol 3918 (31 janvier 2015) :


Pano au sol 3919 (1er février 2015) :


Le 2 février la Maison Blanche a dévoilé son budget fédéral proposé pour l'exercice 2016.
Pour ce qui concerne la NASA, il est proposé 18,5 milliards, ce qui serait un coup de pouce de 500 millions de dollars par rapport au budget adopté pour l'exercice 2015.

Pourtant ce budget ne comprend aucun financement pour Opportunity pour l'exercice 2016 (qui commence le 1er octobre 2015).

Dans la page 43 du rapport de prévision budgétaire il est mentionné ceci : "Après une vie longue et productive de la mission, Opportunity a commencé à montrer des signes de l'âge, y compris les problèmes récents avec sa mémoire flash. La NASA prévoit de mettre fin aux opérations d'Opportunity d'ici l'exercice 2016."

Il faut sans doute nuancer ceci en rappelant qu'il ne s'agit encore là que de propositions qui doivent encore être approuvées par le Congrès. Et se souvenir qu'Oppy était exactement dans la même situation pour le budget 2015, puis a finalement retrouvé un financement (grace au Congrès).
Par ailleurs David Radzanowski, directeur financier de la NASA., a déclaré : "Nous allons évaluer les opérations en cours d'Opportunity cet été en 2015, et potentiellement identifier des fonds pour la poursuite potentielle des opérations.".
Sous condition que le rover soit réellement toujours opérationnel en 2016, et que la valeur de l'activité scientifique fasse sens.

Des conditions qui ne sont pas nécessairement réunies pour Oppy compte tenu que la moitié de ses instruments sont HS et que, passé "Marathon Valley" et ses argiles, le seul véritable objectif crédible pour le rover est un cratère situé à 15 km de sa position actuelle : Le cratère "Lazu" au Sud d'Endeavour, une distance qui ne pourrait guère être parcourue en moins de deux années terrestres, ceci à condition que rien ne "casse" :



On peut donc nourrir quelques doutes...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com
le terrain autour de Lazu semble différent, une sorte de marche de matériaux plus jeunes (?), et c'est déjà moitié moins loin.

Share this post


Link to post
Share on other sites
je vais jeter un oeil au pdf mais est ce que ce ne pourrait pas être le même matériau que dans le reste de la zone mais "brassé" lors de l'impact qui parait "jeune" d'où la possibilité d'accéder à des strates plus profondes que celles explorées jusqu'à présent?

Share this post


Link to post
Share on other sites
le pdf parle du cratère et très peu des éjectas. le cratère est probablement plus jeune que la zone stratifiée ("Burns formation") qui avait été étudiée en tout début de mission et dont l'épaisseur à l'endroit et à l'époque de cet impact est estimée à 250 m. le cratère actuel fait 660 m de profondeur et on a potentiellement accès à l'histoire des altérations géologiques de la région depuis sa création (...), en particulier par l'eau dont l'existence passée est attestée par la présence de sulfates polyhydratés et d'argiles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

asp06 > "on a potentiellement accès à l'histoire des altérations géologiques de la région depuis sa création"

Oui, bien sûr, c'est intéressant.. Mais même si Oppy se révélait capable d'arriver jusque là bas, dans deux ans au mieux et dans quel état ? , que pourrait-il y faire exactement ?.. Il semblerait que Mars Odyssey soit aussi sur la sellette budgétaire, sachant qu'il faut 12,5 millions de dollars pour son extension 2016.. Maintenir Oppy en 2016 conduirait à devoir prolonger Mars Odyssey qui en assure la quasi totalité des communications (MRO pour Curiosity)..

Je suis très attaché à cette mission, tout le monde ici le sait, davantage même que celle de Curiosity.. J'espère encore un peu que le Congrès va pouvoir faire cracher les misérables 14 millions de dollars nécessaires à l'extension de cette mission (comparés aux 18,5 milliards du budget de la Nasa).. Mais si cette rallonge intervient, elle sera davantage motivée par une stratégie de relation publique pour la Nasa que par des objectifs scientifiques..

En juillet 2014 Super m'avait posé cette question : "Sinon, scientifiquement, on peut vraiment encore gratter quelque chose, avec Oppy ?"

Comme je suis feignasse je remet ici ma réponse de l'époque (il faudrait y ajouter les problèmes actuels avec la mémoire flash) :

Comme je l'ai écrit plus haut, sur un plan purement rationnel on est en droit de se poser la question, d'autant que la moitié des instruments du rover sont H.S et que le rover lui même connaît quelques difficultés...

Etat des lieux :

-Suite à la tempête de poussière de 2007 le spectromètre infrarouge d'émission thermique (Mini-TES) est H.S.. Il était destiné à étudier la composition minéralogiques des roches et des sols en mesurant le rayonnement naturel infrarouge émis par ces objets (fixé sur le mât, à côté de la caméra panoramique). De nombreux minéraux présentent des bandes d'absorption caractéristiques dans cette partie du spectre, ce qui permet leur identification

- Le spectromètre Mössbauer (destiné à mesurer la présence de minéraux riches en fer tels que les argiles) est inopérant depuis près de trois ans ayant progressivement épuisé sa source radioactive de cobalt (d'une demi-vie de 271 jours) permettant l'émission de rayons gamma. Le rayon émis en retour est porteur de nombreuses informations sur l'échantillon étudié.

- Depuis fin 2005 l'articulation de l'épaule du bras robotique connaît quelques difficultés sérieuses suite à la défaillance de sa motorisation ou/et de sa lubrification pour les mouvements latéraux, ce qui conduit souvent les opérateurs à déplacer le rover lui même latéralement plutôt que le bras... Ce qui est pour le moins délicat. De plus il n'est plus possible de replier le bras totalement pour le placer en position de "repos".

- Dès sa deuxième année de présence sur la surface de Mars, la roue avant droite du rover a commencé à poser des problèmes de surtensions assez mal expliqués (grippage ? lubrification défectueuse ?). Sachant que c'est cette même roue qui s'était bloquée pour Spirit. Depuis toutes ces années, la conduite en marche arrière semble la solution, mais jusqu'à quand ?

- Bref, le dernier instrument valide (hormis le Micro-Imager) c'est le spectromètre Alpha Particle Rayons X (APXS) envoyant des ions énergétiques dans le sol qui émet à son tour des rayons X dont l'énergie est caractéristique de la nature des atomes du sol. Ce détecteur peut ainsi déterminer la composition chimique élémentaire des roches et des sols en termes de silicium, d'oxygène, de fer, ce qui doit mener à la composition minéralogique des cristaux composant la roche, mais de façon beaucoup moins évidente qu'avec l'utilisation du Mini-TES.

- Demeure opérationnel également l'outil d'abrasion des roches (RAT) qui permet d'enlever la poussière et la surface des roches à étudier, sur un diamètre de 4,5 cm et une profondeur de 5 mm, grâce à une meule constituée d'éclats de diamants fixés sur une résine solide. Cet instrument permet d'étudier les roches en évitant les biais liés à la poussière ou à une altération de surface. Il est disposé au bout du bras robotisé.

- Bien que gênée par la poussière qui s'est collée sur l'objectif, la caméra MI (Microscopic Imager) placée sur le bras robotisé, permet encore d'obtenir des gros plans avec une bonne résolution.

Pour tout géologue de terrain et n'importe où, l'usage d'une loupe pour étudier les textures est un outil essentiel. On peut beaucoup apprendre des textures et de l'orientation des couches ou des lits, des relations transversales. On retrouve cette méthode appliquée sur Mars à l'aide des données visibles sur les gros plans de roche fournis par le M.I. : Formes des particules de roche, taille des grains, distribution, le tri des matériaux.. Par exemple, ces informations peuvent aider à comprendre la façon dont les matériaux ont été transporté et formé.

Donc le rover avec le spectro APXS, le MI et le RAT, Oppy n'est pas complètement démuni pour faire de la science. Mais il est limité..

Avant l'envoi des MER sur Mars, les spécialistes étaient à peu près d'accord sur les grandes lignes de l'histoire géologique martienne, mais il n'existait pas de consensus sur le reste : Quelle quantité d'eau était présente à la surface et durant combien de temps, et où cette eau s'est elle échappée ?... L'objectif des rovers était donc d'apporter des données sur cette problématique de l'eau sur Mars.

Sauf que les sites ont été choisi essentiellement sur la base des données géomorphologiques enregistrées par les images des orbiteurs. Le cratère Gusev laissait entrevoir un important réseau fluvial photographié en orbite quelques années plus tôt. Ceci laissant à penser que de l'eau ait pu jadis se déverser dans le cratère où les géologues espèraient découvrir des dépôts sédimentaires.

Les débuts de l'exploration du cratère Gusev par Spirit ont été décevants car aucune preuve évidente de l'action de l'eau n'a été découverte mais une fois les collines Columbia atteintes plusieurs sites ont prouvé que l'eau avait contribué à façonner certaines formations géologiques. Mais ce rôle semble lié à une activité volcanique plutôt qu'à des dépôts marins ou lacustres. Spirit n'a observé dans Gusev que quelques dépôts de sel et des traces de soufre. La forte présence d’olivine, minéral basaltique rapidement altéré par l’eau, semble attester que la zone n’a pas été inondée durablement. Si Gusev a réellement contenu un jour des sédiments aquatiques, alors ils ont été recouverts par des roches volcaniques.

Par ailleurs, il faut se souvenir qu'Opportunity et Spirit ont été construit, lancé, et ont atterri avant que toute argile ait été détecté depuis l'orbite de Mars. Donc, ils n'ont malheureusement pas été conçu pour l'objectif spécifique d'étudier les argiles.

Opportunity s'est posé dans "Meridiani Planum", une région équatoriale où l'on avait détecté d'importantes quantités d'hématite grise, un minerai qui se forme parfois en présence d'eau liquide.
Tout au long de la longue traversée d'Opportunity dans la plaine de Meridiani, le rover a découvert des socles rocheux composés de magnésium , de fer et de calcium, et surtout de sulfates qui indiquent un environnement humide présent il y a plusieurs milliards d'années. Le sulfate de calcium très concentré à Homestake a été produit dans des conditions plus neutres que les conditions sévèrement acides indiqués par les autres dépôts de sulfate observés par Opportunity .
Contrairement aux sulfates (qu'Opportunity a rencontré partout dans la plaine de Méridiani) la formation des argiles découvert à Cape York marque un endroit où l'eau a persisté très longtemps et en quantité. L'autre différence, entre les argiles et les sulfates, c'est que l'eau qui permet la formation des argiles est non acide (là aussi contrairement aux sulfates)
.
On sait que les argiles ont une tendance forte à se lier à d'autres molécules. Ces molécules peuvent inclure des matériaux organiques, et il a été suggéré que les argiles ont peut-être facilité l'origine de la vie sur Terre en offrant des lieux permettant la concentration des molécules organiques, c'est une des raisons pour lesquelles ils sont une si grande priorité pour Curiosity qui sera en mesure d'identifier les molécules organiques d'origine biologique... si elles existent.

Dans mon dernier message plus haut, j'indiquais l'objectif prochain d'Oppy : Une zone très prometteuse repérée depuis l'orbite comme recelant trois types d'argiles (zone baptisée "Smectite Valley")[rebaptisée "Marathon Valley"].. Elle est distante de plus de 2 km.. Nul ne sait combien de temps sera nécessaire à Oppy pour l'atteindre.. Un an ? Plus ?..

Malgré la perte de certains instruments majeurs, le rover peut-il encore nous apprendre des choses en continuant son exploration ?.. Oui, sans aucun doute.. mais sauf extraordinaire (découverte d'un os ou d'une formation de stromatolithes fossiles) il faut reconnaître que cet apport demeurera désormais très probablement assez limité.

Share this post


Link to post
Share on other sites
" Une zone très prometteuse repérée depuis l'orbite comme recelant trois types d'argiles (zone baptisée "Smectite Valley")[rebaptisée "Marathon Valley"]." elle n'est vraiment plus loin à présent, dans les 200 m à vol d'oiseau martien.

tu oublies de compter les caméras de navigation parmi les instruments utilisables

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, les caméras.. J'humanise tellement ce rover que j'en oublie que ses "yeux" sont aussi des "instruments" .. En quelque sorte les yeux du "géologue de terrain" que j'évoque dans ce laïus, qui réalise un travail très complémentaire de celui des spectros des sondes en orbite..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci pour cette magnifique synthèse en tous cas ! 11 ans que nous suivons les aventures de cette bestiole... Moi aussi, j'ai des lombaires qui commencent à manquer de lubrification...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah ! Tout l'monde souffre du dos aujourd'hui..

Perso, y'a 40 ans, je rigolais quand on me disait que les rugbymans faisaient de "vilains vieux"..
Je rigole moins aujourd'hui .. Punaise..


Share this post


Link to post
Share on other sites

En dépit d'être quelque peu handicapé par divers problèmes, le rover a réussi à rouler 380,03 mètres en janvier 2015, et au 31 janvier (sol 3918) il cumulait 41,947 km.. très proche d'atteindre la distance marathonienne : 42,195 kilomètres.

La grande entaille sur la gauche est le prolongement vers l'ouest de la vallée où les minéraux argileux attendent d'être découvert :



NASA / JPL-Caltech / Cornell / ASU

En tant que mémoire volatile, la mémoire RAM ne conserve les données que pendant que le rover est en marche. Cela signifie que les données disparaîssent quand Oppy "s'endort" chaque soir, de sorte que le rover doit transmettre images et données scientifiques le même jour qu'il les acquiert. Ce qui limite le temps consacré aux activités scientifiques..

"Nous sommes contraint chaque jour par le volume total de données", a déclaré Ashley Stroupe, un des planificateurs du rover au JPL. "Nous ne pouvons pas cumuler plus de données que ce que la RAM peut contenir et nous ne pouvons pas transmettre plus que ce que la liaison descendante nous permet. Mais cette solution de contournement [de la mémoire flash] nous aide à atteindre l'objectif qui est de nous rendre à "Marathon Valley" et d'obtenir assez de de temp pour y mener une campagne scientifique avant que nous puissions arriver là où nous devons être pour l'hiver prochain. C'est une grosse affaire."

Le nouveau logiciel sera probablement installé dans le courant de Février 2015, et le reformatage de la mémoire flash suivra peu de temps après. Pour l'instant, rien ne presse.

Dans l'attente le rover se rapproche du cratère "Spirit of St Louis" situé à l'entrée de "Marathon Valley". "Ce cratère semble vraiment bizarre" considère Ray Arvidson, scientifique de la mission. "C'est comme un bol circulaire avec un rebord surélevé et un plateau plat à l'intérieur.."


Les "trucs excitants" au-delà de "Spirit of St. Louis" se situent à "Marathon Valley". Depuis l'orbite existe un signal fort de signatures de phyllosilicates dans les matériaux sur le fond de la vallée. C'est ce qui a attiré les scientifiques dans ce secteur des remparts du cratère Endeavour.

"Elles ressemblent aux signatures qui nous ont attiré à "Matijevic Hill" [à "Cape Yok" où Oppy a découvert des argiles], mais elles sont plus grandes et plus fortes", a déclaré Steve Squyres. "Ces signatures sur le plancher d'une vallée, un endroit qui est topographiquement et sans doute aussi stratigraphiquement bas, fournissent un indice sérieux que cela va être extrêmement intéressant, car "inférieur" signifie généralement "plus âgé" dans une pile stratigraphique de roches. Nous pensons que "Marathon Valley" pourrait être une fenêtre à travers ces dépôts d'éjectas vers quelque chose de plus en dessous, et c'est une hypothèse que nous pourrons tester quand nous y arriverons."

"Le point de vue de Marathon Valley est vraiment spectaculaire", selon Ray Arvidson. "Ce n'est pas une vallée profonde, mais c'est certainement une grande vallée. Et la plupart de celle-ci est située sur le côté intérieur qui est incliné en direction du cratère et nous pouvons juste voir le côté très occidental de celui-ci. Une fois que nous arriverons au cratère "Spirit of St. Louis" et à "Marathon Valley", il s'agira d'une nouvelle mission. Nous nous réinventons à nouveau ".

http://www.planetary.org/explore/space-topics/space-missions/mer-updates/2015/01-mer-update-opportunity-completes-11th-year-on-mars.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au 5 février 2015 (sol 3923) Oppy n'est plus qu'à 100 m du cratère "Spirit Of St Louis" et de l'entrée de "Marathon Valley"..

Avant de se diriger vers le cratère le rover s'est rapproché de la crête qui surplombe "Marathon Valley" pour pouvoir l'examiner dans son ensemble. Ceci afin de permettre de planifier une exploration qui devrait l'occuper plusieurs mois..
Auparavant il lui faudra procéder au téléchargement d'un nouveau logiciel de bord, et un peu plus tard l'équipe du rover tentera de "masquer" le secteur défaillant de la mémoire flash pour pouvoir enfin réutiliser ce système qui conserve les données après mise hors tension. Sans celà il sera difficile pour Oppy d'avoir une activité scientifique soutenue..

Phil Stooke :

Pano du 5 février 2015 :


Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci Daniel pour ta remarquable persévérance à nous tenir régulièrement informé depuis si longtemps des aventures du petit robot martien
Si seulement nous pouvions être aussi endurants dans de pareilles conditions !
On finit par se demander, de lui ou de nous, qui rendra l'âme le premier
C'est toujours un plaisir de lire périodiquement tes synthèses

Share this post


Link to post
Share on other sites

Coucou les gars..
Je rentre à peine d'une belle virée (au soleil), bien loin de l'ordi ...
Merci Alain et Brizhell d'avoir la bienveillance de suivre encore avec moi les derniers(?) soubresauts de ce bon vieux rover, si lointain et si proche à la fois.
Il est un peu "cabossé", mais toujours "vivant".. J'adore le voir rouler comme ces dernières semaines..
Parfois, dans mes rêves, je marche à côté de lui..
Parfois aussi, c'est à côté d'une jolie blonde..

Et dans les deux cas.. c'est bien un fantasme ..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il semble extrêmement plat,quasi au même niveau que le sol environnant avec de fines crêtes comme remparts.
Jamais rien vu de tel pour ma part.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Détails du cratère "Spirit of St Louis" et de l'entrée de "Marathon Valley" par HiRISE :



NASA/JPL-Caltech

"Spirit of St Louis" au sol 3923 (5 février) :



NASA/JPL-Caltech

[Ce message a été modifié par vaufrègesI3 (Édité le 16-02-2015).]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aaah oui, originale et curieuse, cette zone !
Ca promet des choses à découvrir ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oppy continue sa progression tout en approchant au plus près la crête surplombant Marathon Valley" :


Position au sol 3932 (14 février) :


Vue plus contrastée pour les reliefs :


Quelques images..


Toujours plus près...  tout proche de basculer ! (15 février) :


Filons clairs.. minéraux ? (15 février) :


Du coup Oppy jette un œil distrait (15 février) :


Un regard vers Endeavour et ses dunes noires (16 février) :


… puis enfin vers "Marathon Valley" (16 février) :


Pano d'Olivier de Goursac (14 février) :



Image cliquable :
http://www.unmannedspaceflight.com/index.php?act=attach&type=post&id=35047

Même auteur, 11 février :


Share this post


Link to post
Share on other sites
on sent bien que marathon valley va être le lieu où le long voyage du rover va trouver sa fin.
espérons que les argiles qui s'y trouvent vont encore nous raconter un autre pan de l’histoire de la planète.

Share this post


Link to post
Share on other sites

asp06 > "on sent bien que marathon valley va être le lieu où le long voyage du rover va trouver sa fin."

Une part de l'avenir d'Oppy peut se jouer avec la réussite ou non de l'opération de "masquage" du secteur défaillant de sa mémoire flash..
En cas d'échec, Oppy demeurera pas mal handicapé pour stocker et transmettre les données, ce qui est forcément limitant..
Et ça pourrait donner des arguments supplémentaires à ses "fossoyeurs"..

Et tel le grand Alfred (de Musset), Oppy susurrera :

"Ma force à lutter s'use et se prodigue.
Jusqu'à mon repos, tout est un combat ;
Et, comme un coursier brisé de fatigue,
Mon courage éteint chancelle et s'abat."


Il me manque déjà ..

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now