vaufrègesI3

Actualité d'Opportunity (suite)

Messages recommandés

Le 07/09/2017 à 15:29, vaufrègesI3 a dit :

Oppy, depuis 13 ans et 8 mois, on marche tous à ses côtés ou presque. Nous voyons ce qu'il "voit"... Quand il s'arrête, nous nous arrêtons et on s'assoit près de lui, attentif aux reliefs, aux perpectives du paysage, aux changements de texture du sol et des roches, aux moindres détails significatifs. On lui tient compagnie dans la froidure, on se réveille avec lui baigné par la lumière froide du soleil martien au début d'une nouvelle journée de découverte, d'exploration et de science... Pour mon compte, il y a bien longtemps que ce n'est plus tout à fait une machine, mais un vieux compagnon, un explorateur qui permet à l'humanité de véritablement s'incarner sur une autre planète que la sienne, c'est à dire de satisfaire par procuration ce "désir d'ailleurs"

 

C'est effectivement ce que j'ai ressenti progressivement en suivant ta chronique. Ce n'étais plus les caméras qui dévoilaient les paysages mais je découvrais avec mes propres yeux ce monde étonnant. Ses difficultés invalidantes allant s'aggravant , il vieillit  avec moi et nous pourrions échanger sur nos vieilles douleurs respectives assis sur un banc en contemplant le mont Sharp...

 Comme les copains, je te remercie pour ce boulot colossal.

Je suis toujours là.....

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu t'assoyes à côté de Opportunity pour contempler le mont Sharp, c'est que vous avez de sacrés problèmes de vue...

::D

 

S

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

 

Oui... bon.. tu vas pas chipoter Super.. À 3000 km près c'était bon B|..

Ensuite, Fayolle, c'est un très très proche.. alors pas touche !!.. :P

Et puis ça arrive ce genre de chose : Dans mes comptes rendus sur les deux fils des rovers martiens, il m'est arrivé moultes fois d'inverser le nom des deux cratères (Gale et Endeavour) et de rectifier ensuite, parfois tardivement   ^_^..

 

Sinon, rien de bien nouveau pour Oppy : Pour son huitième hiver martien.. Il joue la marmotte... ou plutôt "la grenouille sur son nénuphar" (voir plus haut mon message du 5 septembre 2017). Il n'a pas bougé de l'emplacement atteint le 29 août 2017 (sol 4834) et s'est consacré principalement à l'imagerie de son environnement.. et à la recharge de ses batteries, en profitant au mieux  de l'inclinaison favorable de ses panneaux solaires . À cette saison le niveau d'énergie demeure la principale préoccupation de l'équipe du rover.  D'autant que cette année que la poussière atmosphérique reste omniprésente et que les panneaux solaires auraient besoin d'un grand coup de balai. Courage Oppy !!!..

 

Bon sang...

J'ai réellement une affection particulière pour ce  vieux compagnon.. et je sais que ce sentiment est partagé par beaucoup, beaucoup d'autres dans le monde, bien sûr d'abord parmi les passionnés du spatial, mais pas seulement. Si la Nasa décidait un jour de "l'euthanasier", par exemple en abandonnant sa gestion.. ça gueulerait pas mal dans le milieu et au delà.

Bientôt 14 années d'aventure avec 45 km de ballades et d'exploration martiennes !...  Une épopée !!!  

 

Quelques images récentes :

 

HAZCAM AVANT DU 22 septembre 2017 (sol 4857) :

 

Rien de changé

 

59d3e6cfad768_FH4857HAZCAV22SEPT.thumb.jpg.784f826ccbe0eb3469e1c92d59cc0430.jpg

 

 

 

Pano de Robert Charbonneau - 24 septembre (sol 4859) :

 

Les caméras PANCAM se sont tournées vers le haut et les crêtes de "Cape Tribulation" (à droite et au centre de l'image) et de "Cape Byron" (à gauche de l'image)

 

59d3e73676893_FH4859RC.thumb.jpg.9fc6daa6e98c5d35d1c8eb79f3001503.jpg

 

 

 

MICRO IMAGER -  22 septembre 2017 (sol 4857) :

 

Perso, je vois - minimum - un os ¬¬ 

 

59d3e786a5b36_FH4857MI2209.thumb.jpg.478a04ab7e3ec59afbe9122c3974b03c.jpg

 

 

59d3e7b0cc932_FH4857MI.thumb.jpg.89926ce44d8eccea3043bb6af3de7882.jpg

 

 

 

 

Rappel du contexte avec le trajet prévisionnel (en bleu) :

 

Oppy se situe à droite du chiffre 13 sur le tracé bleu

 

59d3e7e5c40c7_FHPARCOURSOPPY4.png.1b222ea17c8e3f2f93b27b09478a7f5f.png

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 20 heures, Superfulgur a dit :

Si tu t'assoyes à côté de Opportunity pour contempler le mont Sharp, c'est que vous avez de sacrés problèmes de vue...

::D

 

S

Bon , voila que je mélange les horizons des deux promeneurs...:S Mais le rève n'a pas de limitexD

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Opportunity a donc passé le mois de septembre et ce début octobre 2017 à l'intérieur de "Perseverance Valley", sur un point d'observation nommé "station 2", en prenant des dizaines d'images avec sa caméra panoramique stéréo (Pancam) et la caméra de navigation (Navcam). Les images seront finalement combinées avec toutes les autres images que le rover prendra pendant son parcours de la vallée afin de créer un modèle d'élévation numérique utilisé par les scientifiques pour déterminer ce qui a formé exactement cette caractéristique géologique unique.

 

Opportunity produit assez d'énergie pour survivre et travailler (un peu), mais il a dû utiliser beaucoup de cette énergie pour se réchauffer. Deux batteries lithium-ion rechargeables fournissent une précieuse énergie au rover lorsque le Soleil ne brille pas.

Le solstice d'hiver dans l'hémisphère Sud de Mars, où le cratère Endeavour et le rover sont situés, ne se déroulera que le 19 ou 20 novembre. Mars a quatre saisons, tout comme la Terre, mais les saisons sur Mars sont environ deux fois plus longues.

Au cours des dernières semaines les températures de la planète rouge ont chuté en dessous de -90 degrés Celsius. Il a fait tellement froid que les ingénieurs de l'équipe se sont réunis en septembre pour proposer le plan de déploiement d'un réchauffeur de secours pour la batterie jamais utilisé jusqu'ici.

 

Oppy est actuellement dans son huitième hiver et sa sa dixième prolongation de mission !

Sa mission actuelle est d'étudier la morphologie de cette vallée. Cela se traduit par une longue campagne d'imagerie. Ainsi, l'objectif d'Opportunity est de prendre des dizaines d'images à chaque arrêt – ou "station" – tout au long de son cheminement dans "Perseverance". À la fin du voyage, la collecte de données d'images sera utilisée pour produire un modèle d'élévation numérique tridimensionnel. Ensuite, en utilisant ce modèle avec d'autres données, les scientifiques rassembleront des indices et détermineront une fois pour toutes ce qui a créé ce trait distinctif dans le bord occidental d'Endeavour, il y a des milliards d'années. Était-ce un écoulement de débris boueux? Le vent ou la glace l'ont-ils sculpté ? Ou est-ce que l'eau liquide a coulé jusqu'au bord du cratère ? "Nous gardons un esprit ouvert", "Nous n'avons aucun calendrier particulier auquel nous devons adhérer, alors nous pouvons presque prendre le temps que nous voulons. Nous voulons faire le travail correctement ".

 

Il semble que la majorité des scientifiques conviennent que, quelle que soit la façon selon laquelle "Perseverance Valley" s'est formée, cela s'est probablement passé il y a 3 ou 4 milliards d'années pendant la période noachienne sur Mars. La plupart des scientifiques semblent également pencher vers l'action de l'eau pour expliquer la manière dont "Perseverance Valley" a été sculptée dans les remparts du cratère Endeavour.

 

Cet hiver étant ce qu'il est, Opportunity est contraint de rester sur des pentes exposées au soleil, probablement pour les trois à quatre prochains mois, afin de maintenir le niveau d'énergie nécessaire.

Le dernier déplacement du rover s'est déroulé le 29 août 2017 (sol 4834) et il n'a plus bougé jusqu'à ce jour. En cause, la combinaison du manque de mémoire flash non volatile, et le passage tardif de l'orbiteur "Mars Odyssey" [après le coucher du soleil] pour transmettre les données à la Terre, deux éléments qui rendent les choses plus difficiles.

En plus du froid qui affecte l'endurance de ses batteries, le rover a perdu l'utilisation de sa mémoire flash il y a près de deux ans et fonctionne en mode RAM. Étant donné que la RAM est une mémoire volatile, les données disparaissent lorsque le rover s'arrête, de sorte que le robot doit charger tout le travail de chaque sol ou de la journée martienne à l'un des orbiteurs martiens avant de s'endormir chaque nuit.

Le défi est que l'orbiteur "Mars Odyssey", le principal lien de communication du rover vers la Terre, circule à la fin de la journée martienne, après le coucher du soleil. Cela signifie que le rover doit fonctionner et rester éveillé assez tard jusqu'à ce que l'orbiteur apparaisse, alors même que le soleil est malheureusement absent.

 

Dans mon message du 5 septembre 2017 plus haut j'écrivais ceci – je me cite : "Pour pallier à cette situation assez critique, l'équipe a demandé plus de possibilités de communications avec MRO. Les passages de MRO se produisent plus tôt dans l'après-midi, à 14 heures au lieu de 18 heures avec "Mars Odyssey".
"Mars Odyssey" demeure la principale liaison descendante de la mission, mais au moment où il passe c'est souvent bien au-delà du coucher du Soleil ce qui induit une planification difficile. Les activités d'Opportunity en fin de journée signifient des températures plus froides et de mauvaises conditions d'ensoleillement, ce qui a une incidence sur la capacité du rover à obtenir des images de bonne qualité.
La liaison descendante via MRO permettrait la mise en veille d'Opportunity quatre heures plus tôt, et donc d'économiser de l'énergie. L'équipe espère obtenir MRO au moins tous les deux jours."

 

FIN DE CITATION

 

La mission semble avoir obtenu satisfaction ! En tout cas elle a acquis plus de passages de Mars Reconnaissance Orbiter pour Oppy. Et grace à cette initiative, le réchauffeur de batterie a pu être mis en service.

 

Selon John Callas : "L'ajout de MRO est en train de commencer à nous aider. Auparavant, nous avions quatre sols de recharge sur sept, et cette semaine dernière, nous n'avions que deux sols de recharge sur sept », a t-il noté à fin septembre.

Le réchauffeur de survie d'Opportunity se déclenche à -19 degrés Celsius et réchauffe la batterie. Il s'est automatiquement allumé au cours de la dernière semaine de septembre. Comme sur Terre, plus la batterie est froide, plus sa capacité est faible.

Les batteries au lithium-ion du rover sont évaluées jusqu'à environ -30 degrés C. Elles peuvent fonctionner régulièrement à -20° C, sachant que le réchauffeur démarre désormais à -19°C. Mais même si ce pack de deux batteries a été très performant, il se dégrade peu à peu car, comme toutes les batteries, il vieillit. Les batteries ont donc une capacité plus faible aujourd'hui que, par exemple, pendant l'hiver critique en 2012 à "Greeley Haven" sur la colline "Cape York" lorsque Oppy avait été contraint de s'immobiliser tout au long de la saison.

 

Image de la zone de "Greeley Haven" où Oppy a stationné plus de 4 mois pendant l'hiver martien 2012 – 817 images PanCam prises entre le 21 décembre 2011 (sol 2811) et le 8 mai 2012 (sol 2947). Le site est proche de l'extrémité Nord de "Cape York" situé au bord Ouest du cratère Endeavour :

 

59dccc9789eec_FHGreeleyHaven.jpg.6ff38d198f5ca09c4b23a28da25fb9f4.jpg

 

CONTEXTE :
59dcccce90819_FHGreeley.jpg.a0a6ed37686d73ce93c52fb6068e5d7c.jpg


 

Même si les panneaux solaires sont poussiéreux, ils le sont moins que l'hiver dernier, et le ciel de cet hiver est aussi poussiéreux que n'importe lequel des cieux d'hiver qu'Oppy a pu connaître. Les batteries génèrent en moyenne 280 watts-heure par sol, c'est à dire moins d'énergie que l'hiver dernier ou l'hiver précédent. Une situation comparable à l'hiver 4 (2009) et l'hiver 5 (2011). Dans ce cadre, l'équipe du rover cherche à aider Oppy à traverser ces temps froids et difficiles : Pour la première fois, les ingénieurs examinent la possibilité d'allumer le réchauffeur à partir du moment où la température de la batterie descend en dessous de 0 degrés C pour l'amener jusqu'à environ +4 °C. Étant donné que les batteries ont fonctionné régulièrement à des températures proches de -15°C, ce réchauffeur permettrait de garder la batterie beaucoup plus chaude. Le réchauffeur ne fonctionnera pas la nuit lorsque le rover est en veille, mais pendant la journée il devrait permettre à la batterie d'être suffisamment chaude et ainsi d'avoir assez de capacité d'énergie pour effectuer davantage d'observations scientifiques. Mais même en prenant toutes ces mesures, les effets de l'hiver martien continueront à remettre en question les activités, voire la sécurité de l'explorateur vétéran, probablement au moins jusqu'en janvier 2018.

 

Concernant les projets à très court terme, une option envisagée est d'envoyer le rover vers l'arrière sur une zone située près de la première "station" (sol 4782) où les scientifiques ont repéré un socle intéressant concernant deux unités rocheuses de couleurs différentes et qui semblent séparées par une zone de fracture. Quand deux unités géologiques différentes coexistent juste à côté l'une de l'autre, il y a souvent des informations dans ce contact qui indiquent quelles sont ces roches et quelle est la relation entre elles. Les membres de l'équipe ont également discuté de l'envoi d'Opportunity plus loin vers l'Est, en aval de la vallée d'environ 12 mètres. La décision devait être prise le 3 octobre.

 

 

Source principale : http://www.planetary.org/explore/space-topics/space-missions/mer-updates/2017/09-mer-update-opportunity-braves-winter.html

 

 

Puisque notre bon vieil Oppy est relativement inactif, "petit" retour en arrière > octobre 2006 (pu...n... 11 ans !) juste pour le plaisir  :).

Cette image de la caméra HiRise de "Mars Reconnaissance Orbiter" montre "Victoria crater", un cratère d'impact d'environ 800 mètres de diamètre.

Opportunity est arrivé au bord du cratère "Victoria", après un trajet de plus de 9 kilomètres depuis son site d'atterrissage. Le rover peut être vu dans cette image, à peu près à la position "dix heures" (flèche rouge) tout près du bord du cratère et de la falaise nommée "Cape Verde" sous laquelle il a dévalé ensuite dans le cratère. On pensait alors qu'il ne pourrait jamais en ressortir ! :S:)

 

Ne pas oublier de "cliquer"..

 

59dcce5750c7d_FHVICTORIAPIA08813.thumb.jpg.7b053df3adbbde54fc841b13976e01e0.jpg

 

 

Détail :

 

FH VICTORIA.jpg

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Dans mon message précédent j'écrivais :

« Concernant les projets à très court terme, une option envisagée est d'envoyer le rover vers l'arrière sur une zone située près de la première station (sol 4782) où les scientifiques ont repéré un socle intéressant concernant deux unités rocheuses de couleurs différentes et qui semblent séparées par une zone de fracture. »

Fin de citation

 

Le 9 octobre 2017 (sol 4874), conformément à ce projet, Oppy a exécuté une marche arrière sur près de 20 mètres, revenant ainsi très exactement sur les traces de son parcours effectué le 26 août 2017 (sol 4831). Cette marche arrière n'est probablement pas terminée.

 

POSITION AU 9 OCTOBRE 2017 - (sol 4874) :

 

499826FHMERBSol48741.jpg

 

 

HAZCAM AVANT - 9 octobre 2017 (sol 4874) :

 

La manœuvre apparaît ici clairement  

802773FH4874HAZCAV9OCT.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 9 octobre 2017 (sol 4874) :

 

Derrière le rover les traces du parcours du 26 août 2017 (sol 4831)

173318FH4874HAZCAR9OCT.jpg

 

 

NAVCAM - 11 octobre 2017 (sol 4876) :

 

Toujours ces mêmes roches atypiques

59de36bee9267_FH4876NAVC1110.jpg.0127e7b48c8af2ca38d413ef805e6c9d.jpg

 

 

59de370551cd0_FH4876NAVC.jpg.979f0e15593dcb2c0c256023c43cf66d.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Opportunity poursuit son exploration hivernale de "Perseverance Valley" sur le bord ouest du cratère Endeavour en demeurant toujours avare de mouvements. En effet les conditions hivernales froides et faiblement ensoleillées continuent de freiner l'activité, même si les niveaux d'énergie se sont légèrement améliorés. Le plus grand nombre de passages de relais communication de Mars Reconnaissance Orbiter y contribuent (voir messages précédents des 5 septembre et 10 octobre 2017). Opportunity a donc pu éviter d'avoir à consacrer de trop nombreux sols exclusivement à la recharge des batteries. Les niveaux d'énergie sont désormais largement supérieurs à 300 watts-heure.

 

Au sol 4874 (9 octobre 2017) Opportunity avait roulé sur environ 18 mètres en remontant la pente sur ses propres traces pour visiter une zone géologiquement intéressante. L'emplacement atteint en fin de parcours a fourni une orientation solaire favorable, ce qui participe à l'amélioration de la production d'énergie. Oppy y a passé sept sols consécutifs - sols 4876 à 4882 (soit du 11 octobre au 17 octobre 2017) - à recueillir des panoramas Pancam de la zone géologique ciblée appelée "La Bajada", totalisant plus de 40 paires d'images stéréos couleur. De plus, au sol 4876 (11 octobre 2017), Opportunity a pu supporter une mesure d'argon atmosphérique en soirée avec le spectromètre à rayons X à particules alpha (APXS). Très majoritairement composée de dioxyde de carbone (96 %), l'atmosphère de Mars est aussi enrichie en argon (environ 1,9 %), un gaz rare en comparaison des autres atmosphères des planètes du Système solaire.

 

Le 20 octobre 2017 (sol 4885) Oppy a repris le chemin inverse en redescendant à nouveau de 3 mètres, roulant ainsi pour la troisième fois sur ses traces !   

 

À compter du Sol 4882 (17 octobre 2017), la production d'énergie solaire était de 358 watts-heure, ce qui devrait permettre à Oppy un petit regain d'activités..

 

 

POSITION AU 20 OCTOBRE 2017 (sol 4885) :

 

59ee3ab9dc216_FHMERB_Sol4885_1.jpg.de3b3137d9ab94ee0c2e739c6a61449b.jpg

 

 

HAZCAM AVANT :

 

20 OCTOBRE (sol 4885) avant le déplacement 

 

59ee3b531ce4e_FH4886HAZCAV21OCT.jpg.aeb1979811567ee31fb0f676de0209ff.jpg

 

 

22 OCTOBRE (sol 4887) après le déplacement

 

59ee3bfb38d8e_FH4887HAZCAV22OCT.jpg.48d76b28c0aab8ffa198d080d63bd346.jpg

 

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 22 OCTOBRE (sol 4887) :

 

59ee3ea9550bf_FH4887HAZCAR.jpg.98b7ccd6e526bbfe2d8094d7b2cc21e8.jpg

 

 

 

NAVCAM - 22 OCTOBRE 2017 (sol 4887) :

 

Depuis la position atteinte le 20 octobre (sol 4885) on aperçoit la fin des traces au plus bas qui correspond à la position du 26 AOÛT (sol 4831), les traces en remontée sur la droite traduisent l'étape du 29 août (sol 4834) jusqu'au virage. Enfin, depuis ce virage, les traces de roues en remontée qui rejoignent les traces de la descente sont celles de l'étape du 9 octobre (sol 4874).    

59ee3fe1a97b2_FH4887NAVC22OCT.jpg.65d421fffe8f736bfc909f1bafd2e072.jpg

 

 

PANCAM :

 

19 OCTOBRE (sol 4884)

 

59ee440776df7_FH4884PANC19OCT.jpg.68c58f651c89de90aa4714aaa3f1c42f.jpg

 

20 OCTOBRE (sol 4885)

 

59ee44346f302_FH4885PANC2010.jpg.72c60a34b5feaf9c3139fc92b26daa7b.jpg

 

 

MOSAÏQUE NAVCAM - 14 OCTOBRE (sol 4879) :

 

59ee449727e50_FH4879pdp8E.thumb.jpg.b2a2944756894b1259617406b1126495.jpg

 

 

 

MOSAÏQUE NAVCAM fausses couleurs -  13&15 OCTOBRE  (sols 4878&4880) - James Sorenson :  

 

59ee451a26562_FH4878-4880JS.thumb.jpg.0e4df789bc2ed19d2ad040321f4845cc.jpg

 

 

 

MOSAÏQUE NAVCAM fausses couleurs -  19 OCTOBRE  (sol 4884) - James Sorenson :  

 

59ee455a2dfad_FH4884JS.thumb.jpg.3bb52ff6fe1aca13d75c6bd9e1a15eff.jpg

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Le 25 octobre 2017 (sol 4890), Opportunity s'est déplacé de trois mètres en remontant à nouveau la pente.

Pas encore d'infos précises sur ce qui motive tous ces petits déplacements, mais il s'agit très probablement d'examiner la zone désignée “La Bajada”. Voir la carte de Phil Stooke ci-dessous – la position de cette zone demeure incertaine.

Il faut noter que depuis le 31 août (sol 4836) le JPL n'a plus effectué de mise à jour de la carte du parcours du rover. Fort heureusement, ce parcours est tracé assez régulièrement par Phil Stooke sur le fil consacré d'UMSF. Pour localiser les déplacement avec précision, Phil se sert essentiellement des images réalisées par les caméras HazCam avant et arrière du rover et des images de la région prises par la caméra HiRISE de la sonde MRO. Grace à la précision des images HiRISE, le moindre relief du sol martien lui sert de repère. Mais c'est loin d'être évident, son travail est précieux, et pas seulement pour moi bien sûr.

 

Compte tenu que les deux derniers déplacements du rover se sont concentrés sur une zone restreinte, il est devenu nécessaire d'en reporter le détail sur une carte du secteur agrandie.


 

Position au 25 octobre 2017 (sol 4890) – Phil Stooke :


59f79ae5efa2e_FHlocation_sol_4890b.jpg.04c7082c1ee9fefc8309ab79fd2eec60.jpg

 

 

 

Plan général :


59f79b1f26768_FHMERB_Sol4890_1.jpg.a6b16843075270702c961ed8e9bb159b.jpg


 


 

HAZCAM AVANT - 27 octobre 2017 (sol 4892) :

 

Avec un soleil rasant, noter l'ombre portée du rover loin devant à droite..

Sa silhouette apparaît en intégralité.. magique !.. on a l'impression que le rover s'est dédoublé !!:o^_^

 

59f79b5e10e25_FH4892HAZCAV.jpg.b52b98d4dedc3f5dfa6de81d7066bfe5.jpg


 


 

NAVCAM - 25 octobre 2017 (sol 4890) :

 

Vues sur les panneaux solaires

 

59f79c5c11095_FH4890NAVC.jpg.6179a87bba2ad54361feebb479e1b967.jpg

 

 

59f79c978d571_FH4890NAVC2.jpg.6d528a8f28b94a883093593f43ce9e04.jpg

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

les panneaux empoussiérés font peur ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, asp06 a dit :

les panneaux empoussiérés font peur ...

 

En effet, c'est clair sur ces images..

 

Cependant, comme je le rapportais plus haut (message du 10 octobre), l'équipe du rover considère que - je cite : "Même si les panneaux solaires sont poussiéreux, ils le sont moins que l'hiver dernier, et le ciel de cet hiver est aussi poussiéreux que n'importe lequel des cieux d'hiver qu'Oppy a pu connaître".

Ils notent quand même que les coups de vent, qui aident souvent à débarrasser les panneaux d'une bonne part de cette poussière, se manifestent plus rarement. En tout cas actuellement.

 

Une image des panneaux  datant de décembre 2011. C'était très loin d'être nickel :

 

OPPORT_DEC_2011.thumb.jpg.86c73530b404e592ac5f968a76bfe5f3.jpg 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Opportunity est à l'intérieur de cette vallée qui pénètre dans le bord ouest du cratère Endeavour pour comprendre ce qu'elle était il y a plus de 3 milliards d'années. La première hypothèse est que "Perseverance Valley" a été sculptée par l'eau. Mais les scientifiques planchent aussi sur des théories impliquant le vent, la glace ou un écoulement de débris boueux voire une combinaison de ces éléments.

 

Le 7 novembre 2017 (sol 4907) Oppy s'est déplacé vers la pente sur environ 9 mètres en se positionnant sur un affleurement rocheux voisin de celui nommé "La Bajada" :


 

POSITION AU 7 NOVEMBRE 2017 (sol 4907) :


5a0da6bd8a9cd_FHMERB_Sol4907_1.jpg.44961f6b0bfa5aab404f6bb187611801.jpg

 

 

Détails des déplacements – Phil Stooke :


5a0da704c0304_FHlocation_sol_4907.jpg.2c574fecebf4d465aff0604ce272140d.jpg


 

HAZCAM AVANT – 12 NOVEMBRE (sol 4912) :


5a0da73d86061_FH4907HAZCAV12NOV.jpg.7635b0acfa13d8536566d2ad2639a716.jpg

 

 

HAZCAM ARRIÈRE - 12 NOVEMBRE (sol 4912) :


5a0da772ac024_FH4907HAZCAR.jpg.488a18bf78b7ef3a1c6fc3b83af71731.jpg


 

NAVCAM - 12 NOVEMBRE (sol 4912) - Vue  vers le Sud, au premier plan une des ravines de "Perseverance Valley"  :


5a0da80351005_FH4912NAVC12NOV.jpg.efb0f0382215c1ae9ede92cdfc389dde.jpg

 

 

PANCAM - 8 NOVEMBRE 2017 (sol 4908) - Regard vers le bas de la vallée : 

 

5a0db06570908_FH4908PANC3.jpg.098d639028539de30d886f5f3feeb240.jpg

 

 

Le rover a passé une grande partie d'Octobre 2017 à étudier la vallée à partir d'une zone appelée "La Bajada". Selon R .Arvidson  "L'idée était de remonter à cet endroit et d'obtenir des plans rapprochés avec le Microscopic Imager (MI), de prendre beaucoup d'images couleurs Pancam et d'en vérifier la chimie avec l'APXS"  . D'un point de vue scientifique, l'objectif était surtout de "documenter l'érosion" afin de déterminer sa nature. Ce qu'Opportunity a trouvé milite fortement pour une abrasion éolienne des roches, à savoir que la surface des roches de "La Bajada" semble s'être érodée en étant bombardée de particules libres transportées par le vent.

"La Bajada" est la partie claire d'affleurements rocheux à droite de l'image : 

5a0daa3d013de_FH4890-4859eperonlumibajada.jpg.020bf753519d838aaf2426c7fb3d95d5.jpg

 

Gros plan sur les roches de "La Bajada"

5a0dab220ddb9_FH4890-4884Bajada.jpg.1654c49d5704cc8cb593cb17901799c0.jpg

 

 

 

Lors de son premier arrêt juste à l'intérieur de "Perseverance Valley", Opportunity a jeté un coup d'œil à un petit rocher ou galet que l'équipe a appelé "Parral". Ce qui a incité les scientifiques à examiner ce rocher ce sont les "queues de vent" clairement visibles au milieu de ce cadre..

 

5a0dab99e0b52_FH4890-4810Parral.jpg.08a9509c42dfabb64d4e971626a19ae5.jpg

 

 

 

Mais plus bas les affleurements situés à "La Bajada" montrent des "queues de vent" à l'échelle du centimètre et jusqu'à des dizaines de centimètres dans les affleurements. La roche ici dans cette zone du bord Ouest d'Endeavour et à l'intérieur de "Perseverance Valley" est une brèche d'impact. Elle est composé d'un tas de morceaux de roches, et certains de ces morceaux sont plus durs que les autres matériaux, et donc quand un petit morceau dur se dresse il est plus difficile de l'éroder. Si le flux érosif est dans une direction particulière, on obtient une petite crête qui pointe dans la direction d'écoulement.

Les scientifiques sont "plutôt convaincus" qu'ils voient dans les images Pancam des petites "queues de vent" pointant vers le haut de la colline. Si ces vents circulent vers le haut, tout ce qui a été gravé doit être quelque chose qui pointe dans la direction des vents dominants actifs sur des temps géologiques .

L'équipe scientifique est "à peu près convaincue" que ces caractéristiques révèlent que le rainurage à échelle précise et le récurage que nous observons dans la vallée a été provoqué par le vent venu beaucoup plus tard, provoquant une érosion qui s'est en quelque sorte "sur-imprimée" à l'érosion originelle de la vallée. Il ne faut donc pas interpréter ces rainures comme une érosion résultante d'écoulements d'eau.


5a0dace984498_FH4890-4883PANCRAIN2.jpg.070cbde22d38e9ece0ff481aa8434c75.jpg

 

5a0dad5687c81_FH4890-4883PANCRAINUR.jpg.f8de34b8951fe728ee8e9d73da846139.jpg


 

Bien que les" queues de vent" ne diront probablement rien du rôle de l'eau dans la formation de la vallée, ces données au sol permettront aux scientifiques de mieux comprendre quelle partie de la vallée a été façonnée par le vent : D'un côté la vallée est façonnée par l'eau ou modifiée un peu par le vent, et à l'autre extrémité, la vallée a été entièrement formée par le vent.

Au cours de la troisième semaine d'octobre, Opportunity a tenté de remonter légèrement la partie Nord de l'affleurement lumineux de "La Bajada" sur le Sol 4883 (18 octobre 2017) pour atteindre des cibles. Il était prévu de placer le rover dans un endroit permettant de positionner le Micro Imager sur certaines de ces "queues de vent" et y placer l' APXS. Pour Opportunity il s'agissait de reculer de 1,5 mètre mais le rover s'est déplacé d'à peine 10 centimètres puis a "décroché" avec la roue arrière droite du rover relevée et détachée du sol plaçant le véhicule dans une situation compliquée.

C'est ce que les opérateurs du rover appellent un "wheelie"», à savoir qu'une roue moyenne ou arrière s'élève en l'air. Un" rocker "reliant les roues du milieu et arrières de chaque côté, et pivotant du bogie arrière.


 

5a0dadb4a1feb_FH4890Rocker-bogie-mer.jpg.9d35ac4e3a4f356bb0e9bcedbd27e2ac.jpg

 

 

Au cours d'un "Wheeling", l'une des deux roues a une traction lui permettant de se déplacer plus vite que l'autre roue. La bascule pivote alors, soulevant cette autre roue du sol. "Un "wheelie" n'est pas inévitable, mais est au moins un résultat plausible de certaines des manœuvres que nous tentons", a déclaré Steeve Squyres. Les hypothèses causales étant les suspects habituels: Le terrain rocailleux et l'angle de la pente.

A priori ce n'est pas un gros problème: Oppy a déjà eu des "wheelies", sans se situer dans une position dangereuse. Sauf que c'est l'hiver, et le rover était incliné vers l'Est, alors qu'il importe que les panneaux solaires soient inclinés au Nord, vers le soleil.

 

Sur le Sol 4885 (20 octobre 2017), Opportunity a travaillé avec les commandes des ingénieurs des opérations pour "aplatir" sa suspension. Fondamentalement, le robot a tourné la roue au sol loin du point de pivotement, créant ainsi un couple qui ramène la roue arrière droite au sol. Cela prend généralement une rotation d'une demi-roue à une rotation complète. Le rover a ensuite fait 3,27 mètres de descente, ce qui a porté son total parcouru à 45,039 kilomètres et a achevé la "récupération" de sa roue au contact du sol.

Pendant ce temps, les scientifiques du MER sont restés concentrés sur les caractéristiques des "queues de vent à "La Bajada" et ont demandé à Opportunity de se rapprocher suffisamment pour effectuer un examen approfondi.

"Nous sommes dans "Perseverance Valley", une entité qui, selon nous, a été sculptée à grande échelle par l'eau qui coule sous une forme ou une autre, peut-être un courant, nous ne le savons pas", a déclaré S. Squyres. "Mais quand nous regardons à l'échelle fine, quand nous la regardons de très près, nous voyons ce rainurage parallèle omniprésent qui va dans la direction de la descente. Est-ce le résultat d' un écoulement d' eau venant de l'Est, ou d'autre chose?" »

Pour répondre à cette question, l'équipe avait besoin d'Opportunity pour accéder à ces fonctionnalités minuscules. "Nous les avons vues abondamment dans les images Pancam, mais elles sont si petites - millimétriques - et sont très difficiles à représenter avec Pancam" a déclaré S. Squyres. "Cette [recherche à "La Bajada]" est fondamentale pour comprendre la nature de l'érosion qui a eu lieu à "Perseverance Valley"". C'est pourquoi Opportunity a consacré du temps et de l'énergie à cette pente glissante.

«Si vous croyez que l'affouillement à échelle précise est le résultat d'un écoulement d'eau en descente, vous pouvez en tirer des conclusions très différentes de celles que vous tireriez si vous croyez que c'est dû au vent soufflant vers le haut», a souligné Steeve Squyres.

 

Depuis son emplacement à environ 3 mètres en descente sur l'affleurement lumineux à "La Bajada" au sol 4890 (25 octobre 2017) Oppy a remonté la pente sur 4,18 mètres avant de s'arrêter en position parfaite sur un affleurement comportant des caractéristiques de "queues de vent" à la portée du bras... Sauf qu'un autre "wheelie" s'est manifesté ! Et  cette fois c'est la roue arrière gauche qui est resté en l'air. Hors de question de manoeuvrer le bras dans cette situation ! :


5a0dae47cf7c3_FH4890Wheelie225OCT.jpg.ce27caa70e31efdb200465dd6192739e.jpg

 


 

Donc, les opérateurs ont passé toute la journée du vendredi 27 octobre à essayer de trouver un moyen de supprimer le "wheelie" sans déplacer le véhicule. "Nous essayons de ramener les six roues sur le terrain et nous avons toujours cette cible encore à portée de main", a déclaré S. Squyres. "Et nous sommes sur un terrain très escarpé et supprimer le "wheelie" sans bouger le véhicule n'est pas une chose facile à faire" .

Le plan, comme toujours avec les roues motrices, était d'aplatir la suspension. Mais le rover ne bougerait pas ou ne ferait pas grand-chose, entre autres parce que la puissance est limitée. Et les scientifiques ne voulaient pas que le rover bouge, car il était idéalement placé pour commencer une recherche sur une cible proche. Les manœuvres très précises sont toujours assez difficiles, même un petit caillou peut faire une grande différence.

Cette tâche était prévue pour le dernier week-end d'octobre. C'était un plan simple: Supprimer le "wheelie" sur la roue arrière droite sur le sol, 4893 (28 octobre 2017), se reposer et recharger. Le rover a effectué un petit mouvement qui a suffi pour "relâcher" la roue arrière droite sur le sol. Cela a permis au rover d'utiliser le bras robotique sur le sol 4895 (31 octobre 2017) pour collecter une mosaïque avec l'imageur microscopique (MI) d'une cible de surface qui a été suivie avec le placement de l'APXS.
 

Sur Terre, les scientifiques travaillent sur les hypothèses de travail et les choses évoluent. Dans les hypothèses précédentes il avait été question d'un lac ou d'un bassin versant possible au bord ouest d'Endeavour.

"Jamais existé", a déclaré R. Arvidson. "Il n'y avait pas un grand lac à l'ouest. Il n'y a pas eu de source d'eau descendant le rempart ouest. Nous avons maintenant terminé tous les calculs et démontré que vous ne pouvez rien avoir à l'Ouest qui produirait un lac local".

Quelle que soit l'eau, elle devait être locale. Elle devait venir de là, juste au sommet du rempart. "Je pense que ce qui est clair maintenant, d'après toutes les analyses que nous avons faites, c'est que toute l'eau qui était impliquée dans la formation de P"erseverance Valley" était locale, et c'est un point à retenir."

Alors que les scientifiques ont trouvé des preuves montrant clairement que le vent modifiait les roches, la question demeure: Qu'est-ce qui produit la forme générale de la vallée et des "canaux" peu profonds qui s'étendent dans "Perseverance" ?

"L'évidence de notre promenade au sommet de "Perseverance" et d'avoir ce creux ou soi-disant "évacuateur de crues" dans la zone supérieure menant directement à la vallée. Elle est assez suggestive que l'eau ait été impliquée. Il est clair que le modèle anastomosant est compatible avec l'implication de l'eau. Mais le canal actuel, si vous voulez l'appeler ainsi, ou le creux, est si subtil que nous ne voyons pas grand-chose là-bas. Certainement pas assez pour dire d'une façon ou d'une autre ce qui s'est passé à cet endroit précis".

"Il peut s'agir d'un ensemble complexe de processus qui ont donné naissance à "Perseverance" et à son état actuel, impliquant peut-être une action fluviale avec d'autres forces. Il est aussi envisageable que "Perseverance" ait pu être créée par un événement ponctuel et singulier. » a déclaré M. Golombek.

 

Mais quel que soit le cas de figure, les scientifiques suggèrent que l'eau était impliquée et probablement partie intégrante de la sculpture de la vallée. Pour en avoir la preuve, Oppy devra cheminer plus loin, vers le fond de la vallée dans des dépôts ou près du plancher d'Endeavour.

"Ces dépôts potentiels nous diraient si l'eau est impliquée ou non", a déclaré M.Golombek. "Si nous pouvons trouver, interroger et regarder ces dépôts - il existe des "empreintes digitales » laissées par divers événements - nous devrions être en mesure de décider s'il s'agissait d'un flux de débris ou d'un écoulement d'eau claire"

Ce qui a été noté, c'est que "Perseverance" est vraiment, vraiment ancienne, datant de la fin de la période du Noachian il y a plus de 3 milliards d'années. Toutes sortes de choses auraient pu arriver ici au cours des millénaires. La première est que toute la région de Meridiani a subi une érosion hydrique assez importante à la fin de la période noachienne, ce qui est assez bien documenté dans les analyses topographiques. La seconde est que dans l'image HiRISE de la vallée elle-même, le canal anastomosé descend dans cette vallée puis disparaît au contact de la "Formation de Grasberg"(*). Au sommet de "Grasberg" (*)se trouve "Burns"(*) "et la chaîne ne se montre jamais là non plus", a souligné Matthew Golombek, scientifique de la mission.

Cela suggère que l'érosion ou l'événement qui a sculpté la vallée s'est produit avant que les strates de "Grasberg" (*)et de "Burns"(*) ne soient déposées, ce que les scientifiques suggèrent pendant la période hespérienne. Et cela est cohérent avec la vallée datant du Noachian tardif.

 

L'énigme est : Comment se fait-il que nous le voyons encore ?


 

Source principale : http://www.planetary.org/explore/space-topics/space-missions/mer-updates/2017/10-mer-update-opportunity-etched-rocks-perseverance.html


 

(*) Précisions sur les unités géologiques nommées "Formation de Burns" et "Formation de Grasberg" – "Contexte des environnements aqueux anciens sur Mars à partir de la cartographie géologique in situ au cratère Endeavour" - voir ici :   http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/2014JE004699/full

 

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
Correction distance parcourue au sol 4907
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant