vaufrègesI3

Actualité d'Opportunity (suite)

Messages recommandés

 

il y a 16 minutes, Huitzilopochtli a dit :

J'aurai aimé l'y retrouver, ça aurait fait diversion par rapport à Bepi

 

Il faisait partie des "meubles" ici.. Il nous manque (même avec sa mauvaise foi légendaire xD)

 

Par exemple, tu peux le retrouver dans ces fils savoureux -_- (du temps où je m'intéressais encore à la cosmo)  :

 

http://www.astrosurf.com/topic/19820-conf-de-l-iap/

 

http://www.astrosurf.com/topic/19911-cedric-villani-ne-croit-pas-à-la-matière-noire-et-à-lénergie-noire/

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible arrive ...
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Bon : forcément, l'attente est insoutenable, donc on digresse ou on dégraisse, au choix.

Le colombo de poulet c'est ça :

10026118.jpg

Tandis que le Columbo de poulet, c'est ça :

119533-peter-falk-as-columbo.jpg?w=980

  • Haha 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 20 minutes, Alain MOREAU a dit :

T'inquiète pas 8tzi : on va te l'animer ton fil sur Bepi !

 

J'ai toujours su que je pourrais compter sur ton aimable participation. 

  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, JMBeraud a dit :

Surprenant quand même. Ceci dit il y a aussi qu'on ne pensait peut-être pas que la mission pouvait durer aussi longtemps, donc pas la priorité comme on l'a dit...

 

Ces missions étaient programmées pour... 3 mois si je me souviens bien ! Que cette petite machine ait tenu si longtemps est un authentique miracle...

  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Kaptain a dit :

Ces missions étaient programmées pour... 3 mois si je me souviens bien ! Que cette petite machine ait tenu si longtemps est un authentique miracle...

 

Les 3 mois correspondent à la durée d'une mission scientifique nominale voire minimale.

Le fait qu'elles durent beaucoup longtemps ne tient en rien du miracle étant donné que la matériel est conçu pour durer très très longtemps ...

Un miracle qui se reproduirait à chaque fois pour les Viking, Voyager, MGS, Mars Odyssey, Cassini,  MRO, Mars Express, Dawn, Messenger, Rosetta, New Horizons, etc ... n'aurait rien de ... miraculeux :ph34r:

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 26 minutes, BobMarsian a dit :

Le fait qu'elles durent beaucoup longtemps ne tient en rien du miracle étant donné que la matériel est conçu pour durer très très longtemps ...

Un miracle qui se reproduirait à chaque fois pour les Viking, Voyager, MGS, Mars Odyssey, Cassini,  MRO, Mars Express, Dawn, Messenger, Rosetta, New Horizons, etc ... n'aurait rien de ... miraculeux :ph34r:

 

A priori rien ne s'use dans une sonde qui voyage dans le vide spatial, à part les réserves d'hydrazine ou autre carburant

Il en va tout autrement d'un petit rover se déplaçant sur un terrain semé d'embuches (voir les roues de Curiosity)

Ta voiture continuerait de rouler sans entretien pendant des années ?

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a 25 minutes, jackbauer 2 a dit :

A priori rien ne s'use dans une sonde qui voyage dans le vide spatial, à part les réserves d'hydrazine ou autre carburant

  

Le vent solaire, surtout pendant les éruptions, et les rayons cosmiques, ne sont pas tout à fait anodins et peuvent impacter les sondes spatiales. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a 29 minutes, jackbauer 2 a dit :

A priori rien ne s'use dans une sonde qui voyage dans le vide spatial, à part les réserves d'hydrazine ou autre carburant

  

Le vent solaire, surtout pendant les éruptions, et les rayons cosmiques, ne sont pas tout à fait anodins et peuvent impacter les sondes spatiales. 

 

Il n'en reste pas moins vrai que les environnements planétaires sont très souvent bien plus contraignants que les "croisières" spatiales.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)

.

 

 

Modifié par Motta

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, BobMarsian a dit :

Le fait qu'elles durent beaucoup longtemps ne tient en rien du miracle étant donné que la matériel est conçu pour durer très très longtemps ...

Un miracle qui se reproduirait à chaque fois pour les Viking, Voyager, MGS, Mars Odyssey, Cassini,  MRO, Mars Express, Dawn, Messenger, Rosetta, New Horizons, etc ... n'aurait rien de ... miraculeux :ph34r:

A priori rien ne s'use dans une sonde qui voyage dans le vide spatial, à part les réserves d'hydrazine ou autre carburant

Il en va tout autrement d'un petit rover se déplaçant sur un terrain semé d'embuches (voir les roues de Curiosity)

Ta voiture continuerait de rouler sans entretien pendant des années ?

Ceci dit il y a quand même ces putains de roues à réaction qui ont coûté la vie à KEPLER...

bouhhhh KEPLER !!! :(:(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La longévité des MER, c'est une question récurrente..  6 ans pour Spirit et au moins 14 ans et demi pour Oppy !

 

Si la durée nominale de mission était fixée à seulement trois mois et le parcours à un petit kilomètre, c'était d'abord parce qu'on imaginait que la poussière allait assez rapidement recouvrir les panneaux solaires. Personne n'avait anticipé l'effet bénéfique régulier des tourbillons de vent martien (les "dust-devils") qui ont pu éviter l'obstruction complète des panneaux par la poussière tout au long de ces années..

 

Alors pourquoi n'a t'il pas été prévu de système pour nettoyer les panneaux ?.. Je n'ai pas eu connaissance de projet particulier sur ce point.. . 

Compte tenu de l'environnement martien, auquel s'ajoutent des contraintes draconiennes de masse, d'énergie et d'intégration, il n'est probablement pas du tout évident qu'un système de dépoussiérage soit si simple à mettre en oeuvre. Il faut peut-être aller chercher aussi une part d'explication au niveau des contraintes budgétaires. Même si les MER étaient loin d'être chichement dotés (850 millions de dollars), comme d'hab', on a certainement dû batailler quelque peu pour ne pas dépasser le budget..

 

Ce qui est clair, c'est que les concepteurs du rover avaient parfaitement conscience du problème : Pour preuve, la surface des panneaux solaires a bien été maximisée dans l'optique de pallier le plus longtemps possible aux dépôts de poussières que l'on jugeait inéluctables.. . Et les batteries, l'électronique et les divers mécanismes du rover n'inspiraient pas une confiance absolue. Il faut se souvenir que lors de la mission "Mars Pathfinder" en 1997, la raison exacte de la rupture de tout contact avec le lander et le rover "Sojourner" n'a pu être connue. On a supposé une défaillance de la batterie du lander (à cause du froid), mais on n'a acquit aucune certitude..

Cet aspect a été bien pris en compte pour les MER. Pour lutter contre les températures extrêmes sur mars et protéger leurs systèmes, il faut savoir que Spirit et Opportunity embarquent des RHU (Radio-isotope Heater Units) et ceci en effet pour lutter contre le froid. Leur désintégration fournit une chaleur qui a sans aucun doute permis aux rovers de traverser plusieurs hivers malgré un très faible ensoleillement. Pour ces hivernages, c'était loin d'être gagné, on partait dans l'inconnu..

 

Ce sont les circuits électriques, l'électronique et les batteries qui doivent absolument être maintenus à une température suffisamment élevée et constante pour garantir leur bon fonctionnement. En particulier les batteries doivent être conservées au-dessus de moins 20°C lorsqu'elles sont alimentées, et au-dessus de 0°C lorsqu'elles sont rechargées. Tous ces éléments sensibles ont donc été placés dans une boîte isolée, le "WEB"  (Warm Electronics Box) avec huit cellules chauffantes RHU contenant chacune 2,7 grammes de dioxyde de plutonium (pastilles de la taille et de la forme d’une gomme d'un crayon standart) dont la désintégration fournit de la chaleur. Chaque unité de chauffage à radio-isotopes produit environ un watt de chaleur.

 

Dans le cadre actuel du "deep sleep" les modèles suggèrent que le rover atteint une température relativement stable, avec un chauffage minimal à partir de ses 8 RHU. La température minimale admissible interne du rover dans le WEB (pour préserver les batteries et l’électronique) est de -40°C, voire temporairement et à l'extrême limite -50°C. Ce n'est pas précisé, mais il est bien évident que la durée d'exposition à ces températures limites doit entrer en jeu, entre autres pour les batteries.. On en est quand même ici à quatre mois !.. Compte tenu de la période (début d’été), et du rôle de "couverture thermique" constitué par l’atmosphère poussiéreuse en haute altitude, la température la plus basse atteinte par le rover devait se situer (dixit John Callas) à -36°C pendant la tempête. Sauf qu'actuellement cette couverture de poussière au dessus de la planète se dilue, et donc les températures nocturnes chutent et doivent maintenant se situer aux limites.. ou au delà.

 

Vivement les "diables de poussière" :/-_-..

 

 

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 36 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Compte tenu de la période (début d’été), et du rôle de "couverture thermique" constitué par l’atmosphère poussiéreuse en haute altitude, la température la plus basse atteinte par le rover devait se situer (dixit John Callas) à -36°C pendant la tempête. Sauf qu'actuellement cette couverture de poussière au dessus de la planète se dilue, et donc les températures nocturnes chutent et doivent maintenant se situer aux limites.. ou au delà.

 

Ta logique n'est pas forcément imparable.

 

S'il est incontestable que la poussière se dissipant, les T° nocturnes vont être plus rigoureuses, à contrario , le fait que nous soyons au début de l'été sur Endeavour tendra à limiter cette baisse pour encore deux à trois mois. C'est du moins un point soulevé par Michael Staab  (ingénieur système au JPL, un des quatre directeurs de vol de la mission) que tu avais omis d'inclure dans ton florilège. 

 

Je ne tiens pas à me montrer particulièrement optimiste. J'essaie simplement de prendre en compte les infos dont nous disposons.  

Modifié par Huitzilopochtli
Ajout commentaire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
il y a 21 minutes, Huitzilopochtli a dit :

S'il est incontestable que la poussière se dissipant, les T° nocturnes vont être plus rigoureuses, à contrario , le fait que nous soyons au début de l'été sur Endeavour tendra à limiter cette baisse. C'est du moins un point soulevé par Michael Staab  

 

Sauf que la température la plus basse atteinte par le rover (dans le WEB) devait se situer (dixit John Callas) à -36°C pendant la tempête.. à 4°C de la limite admissible.

La marge de sécurité était donc déjà très faible.. 

Si donc on admet que, même de façon "limitée", les températures nocturnes vont désormais bel et bien baisser, on va dire que le point soulevé par Staab ressemble plutôt à de "l'optimisme actif" :/..  

 

C'est imparable -_-..

Modifié par vaufrègesI3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 21 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Si donc on admet que, même de façon "limitée", les températures nocturnes vont désormais bel et bien baisser, on va dire que le point soulevé par Staab ressemble plutôt à de "l'optimisme actif"

 

Et quand Staab, à l'encontre de l'avis de ses petits camarades, explique qu'a partir des images HiRise, il est permis de considérer que le rover est très poussiéreux, que que cela nuit forcément à sa production d'énergie ce qui l'empêcherait certainement de se réveiller, il fait preuve d'un optimisme actif  ? 

 

Ou peut-être est-il totalement incohérent ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Il y a 8 heures, Huitzilopochtli a dit :

Et quand Staab, à l'encontre de l'avis de ses petits camarades, explique qu'a partir des images HiRise, il est permis de considérer que le rover est très poussiéreux, que que cela nuit forcément à sa production d'énergie ce qui l'empêcherait certainement de se réveiller, il fait preuve d'un optimisme actif  ? 

 

Selon ce que je lis depuis plusieurs semaines et même si on demeure dans le domaine de la spéculation, c'est qu'il est hautement probable que les panneaux soient actuellement recouverts de poussière. Ce qui semble admis par l'ensemble de l'équipe du rover.    

C'est bien ce que rapporte Ray Arvidson :  "Nous en avons discuté lors des réunions de notre équipe et nous avons l’impression que la charge de poussière sur les panneaux solaires pourrait être un peu trop importante pour qu’il soit possible d’attendre quoi que ce soit dans les 45 jours".

 

Là où Michael Staab se "distingue", c'est qu'il considère lui que cette présence de poussière sur les panneaux est avérée objectivement par les images HiRISE.

Ce à quoi Steve Squyres (entre autres) s'oppose) : "il est très difficile de juger à quel point le rover est poussiéreux à partir d'une poignée de pixels." 

 

Dans ce cadre il apparaît clairement que, pour Squyres, c'est une question de principe sur ce qui est scientifiquement démontré ou pas, et certainement pas qu'il considère que les panneaux soient "cleans".

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, vaufrègesI3 a dit :

Dans ce cadre il apparaît clairement que, pour Squyres, c'est une question de principe sur ce qui est scientifiquement démontré ou pas, et certainement pas qu'il considère que les panneaux soient "cleans".

 

Relis-moi et tu constateras que je n'écris pas le contraire.

 

Il y a 9 heures, Huitzilopochtli a dit :

Et quand Staab, à l'encontre de l'avis de ses petits camarades, explique qu'a partir des images HiRise, il est permis de considérer que le rover est très poussiéreux, que que cela nuit forcément à sa production d'énergie ce qui l'empêcherait certainement de se réveiller, il fait preuve d'un optimisme actif  ? 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

i

il y a 6 minutes, Huitzilopochtli a dit :

Relis-moi et tu constateras que je n'écris pas le contraire.

 

Sans doute , mais il me semble important de préciser que Staab n'a pas un avis différent de ses petits camarades sur l'empoussièrement des panneaux solaires, mais qu'il fonde aussi cet avis sur des aspects que, lui seul apparemment, estime "objectifs". Une question de forme plus que de fond..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors, Opportunity est toujours enseveli dans son lit de poussières :|?

Comme tous les 40j, sinus méridiani était observable de nos latitudes ces jours-ci, mais je l'ai trouvé toujours bien pâle comparée à la période prè-tempête (contrairement d'ailleurs à la région voisine de sinus sabaeus qui a retrouvé un bon contraste)... soit que beaucoup de poussières (plus claire que cette zone sombre) s'est déposé dans la région (et sur oppy :(!), soit qu'il en reste encore pas mal en suspension...

Toujours pas très favorable pour le petit rover, j'imagine!

Nicolas

Modifié par biver
typo...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, biver a dit :

Alors, Opportunity est toujours enseveli dans lit de poussières :|?

 

Le dernier bulletin météo martien indique qu'au 7 octobre la tempête de poussières est bel et bien terminée au niveau des cratères Gale et Endeavour

 

Selon aussi le dernier update du 9 octobre concernant Opportunity, la tempête de poussière globale sur Mars a effectivement pris fin avec une opacité atmosphérique (tau) sur le site du rover estimée aux environs de 1,0 à 1,1, sans doute moins aujourd'hui. Même s'il faut prendre des pincettes avec ces estimations, elles paraissent quand même se rapprocher des valeurs typiques déjà enregistrées à Endeavour en cette période de l'année. Elles devraient déjà permettre à un rover opérationnel (cad en bonne santé et aux panneaux pas trop poussiéreux) de recharger les batteries et de communiquer avec la Terre.

 

On tente de se rassurer en estimant, à juste titre, très probable qu'une épaisse couche de poussière recouvre les panneaux solaires du rover. 

Une période venteuse habituelle sur Mars pourrait commencer actuellement, mais plus surement entre novembre et janvier. Elle permettrait de nettoyer les panneaux solaires d'Opportunity comme cela s'est produit à de multiples reprises depuis près de 15 ans.

 

Mais l'autre inconnue, et non des moindres, demeure l'état réel de l'électronique et des batteries après quatre mois passés dans des conditions assez limites :|..

 

 

PS > En théorie il ne reste plus que 10 jours "d'écoute active" (démarrée le 11 septembre)

 

 

 

Modifié par vaufrègesI3
  • J'aime 3
  • Merci 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Toujours aucun contact avec Oppy (depuis le 10 juin:|..

 

Illustration du contexte..

Les images originales sont issues de la caméra HiRISE de MRO, puis traitées par Sean Doran. Le cratère Endeavour est à droite de l'image, j'ai annoté la position du rover avec une astérisque jaune.. Cliquer pour agrandir l'image.

 

5bc9d25f206b0_OPPYCONTEXTE3SD.thumb.jpg.eb97bc9c8e2ab4ec97f69c2c89f6a1b5.jpg

 

 

  • J'aime 2
  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant