vaufrègesI3

Actualité d'Opportunity (suite)

Recommended Posts

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Une sacrée belle aventure qui se termine.

Un grand merci à tous ceux qui ont fait vivre ce post et nous ont offert toutes ces images et ces panoramas extraordinaires :)

Bon dimanche à vous,

AG

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'espère que mes amis de Magnitude 78 ne m'en voudront pas de publier ces photos :)

Ils en ont fait dès le début de cette aventure une superbe maquette fonctionnelle ;)

Oppy n'est pas tout a fait mort ;)

 

DSC_3714.jpg.2d24ec54f310dfef103eb2fb2f0af1c5.jpg

 

DSC_3738.jpg.7fa205fa91906102a1775a706474156a.jpg

 

DSC_3744.jpg.8d3707787b584d65adb55bb2cf6b6c2b.jpg

 

Bonne soirée à vous,

AG

  • Like 6
  • Love 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un immense merci à toi, Daniel, qui a dépiauté patiemment tous les communiqués et produit au fil des ans une synthèse compréhensible par tous, un véritable blog sur le site.

Et merci à toi aussi, Damia, pour tes magnifiques images, vous vous êtes vraiment bien complété tous les deux.

Une vraie et formidable aventure humaine.

  • Like 5
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Serge :) Tu t'en souviens, c'était à Triel ;) Il y a bien longtemps déjà :)

Amitiés,

AG

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une belle aventure s'achève pour ce petit robot ! snif ! :( et merci à vous pour cette belle histoire...

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Comparaisons entre les distances parcourues par divers véhicules à roues à la surface de la Lune et de Mars. Opportunity détient le record de distance itinérante hors-sol après avoir parcouru 45,16 kilomètres sur Mars.

 

5c6c0ed824d2e_OPPYRecorddistparcMAJ13FEVR2019.thumb.jpg.7ce8c5034605d3e48ae1d3777ba3510d.jpg

 

 

La mission Mars Exploration Rovers comprenait deux rovers identiques alimentés à l'énergie solaire, d'une taille de voiturette de golf : Spirit et Opportunity. Spirit a atterri à Gusev Crater le 4 janvier 2004. Opportunity a atterri sur le côté opposé de Mars à Meridiani Planum le 24 janvier 2004.

 

5c6c186460c3b_SPIRITETOPPY.png.df9ef151189f3f3ab420f76363ceb66c.png

 

 

 

MER_ByTheNumbers_infographic_Feb2019.jpg.2984297efe4eab1d8189ff20c7cfd1f3.jpg

 

MER-design.jpg.1323f51a07c8da5db8094e235cc343aa.jpg

 

 

Spirit et Opportunity ont été un terrain d’entraînement fertile pour des centaines d’ingénieurs et de spécialistes en sciences planétaires. Un certain nombre d'entre eux ont par la suite dirigé d'autres missions spatiales. Bon nombre de ceux qui ont exploité  Opportunity partagent leur expertise à temps partiel avec d'autres missions explorant notre système solaire. Vous pouvez lire beaucoup de leurs histoires préférées et des images de membres de l'équipe ici  :     https://www.jpl.nasa.gov/opportunity-memories/

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 7
  • Thanks 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au delà de cette magnifique performance marathonienne , on a l'impression que Curiosity n'arrivera jamais à battre ce record, non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

il y a une heure, Superfulgur a dit :

Au delà de cette magnifique performance marathonienne , on a l'impression que Curiosity n'arrivera jamais à battre ce record, non ?

 

 

En effet, difficile d'envisager que Curiosity fasse plus que doubler son parcours actuel..

 

Selon Emily, Ashwin R. Vasavada le chef de l'équipe scientifique a évoqué un plan de mission jusqu'en.. 2025 !.. C'est très optimiste ! De toute façon l'activité du rover se réduira inéluctablement.. surtout les déplacements.

 

Curiosity a maintenant plus de six ans et le rendement des thermo-couples du générateur RTG se détériore et ne fournit plus qu’environ 80 W de puissance (au lieu de 110 W en 2012 à l’atterrissage) ce qui diminue déjà le champ opérationnel du rover. Cette puissance va encore diminuer d’environ de 1 W tous les 80 sols.

Sachant que Curiosity perd donc entre 4 et 5 W de puissance par an, en 2025 la puissance du générateur RTG ne sera plus que de 50 à 60 W.

À 50 W il sera immobilisé et totalement inopérant : Le rover "tire" ~ 50 W lorsqu'il "dort", ~ 150 W lorsqu'il est réveillé et ~ 500 W lorsqu'il roule !

 

 

 

Edited by vaufrègesI3
  • Like 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, très belle mission qui m'avait fort excitée au départ (2004), aux vues des très intrigantes "myrtilles" (hématite) qui saupoudraient un peu partout le paysage de Meridiani Planum. Ensuite, les explorations des cratères Endurance & Victoria restaient tout aussi passionnantes et variées, mais par la suite, une certaine monotonie s'est installée, je trouve, sur le parcours des crêtes d'Endeavour et j'ai donc un peu décroché, ce que l'ami Vauffy, dans sa persévérance infinie, n'a heureusement pas fait, pour nous conter avec forts détails & moulte images (comme à son habitude), les dernières années du vénérable robot martien, merci à lui ! ... Aux deux, en fait ---> Oppy & Vauffy  ... :) & :) ...

 

5c6c490e939ee_10_Opportunity_MeridianiPlanum_ElCapitan_blueberry.jpg.3b7c20828badcfd273adae0905b2488b.jpg

 

Tout cette mémorable aventure mériterait sans doute un beau bouquin (500 pages au moins) en forme de bilan qui détaillerait ce périple extraordinaire avec les meilleures images, analyses & autres résultats scientifiques ... Histoire de ne pas oublier, ... j'en rêve 9_9 !

Edited by BobMarsian
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, BobMarsian a dit :

Tout cette mémorable aventure mériterait sans doute un beau bouquin (500 pages au moins) en forme de bilan qui détaillerait ce périple extraordinaire avec les meilleures images, analyses & autres résultats scientifiques ... Histoire de ne pas oublier, ... j'en rêve 9_9 !

 

500 pages… disons que la matière existe, les images, tout le laïus sur le contexte très particulier de l'époque, la génèse et la conception du truc (Oppy et Spirit ont d'abord été envisagés en Lander !), les objectifs, les instruments, les détails des préparatifs, du lancement et du voyage de la sonde, de l'entrée atmosphérique et de l'atterrissage, du site, et enfin le périple du rover et tous les évènements et les découvertes qui ont jalonné cette épopée. Déjà c'est un gros boulot, mais surtout je doute fort qu'un éditeur accepterait d'imprimer un tel pavé, car on peut douter qu'il puisse trouver public assez large

Je pense qu'un bouquin moins ambitieux avec un texte très synthétique et surtout les plus belles images de l'aventure des deux petits rovers serait plus attractif et mieux accueilli par le plus grand nombre.. 

  • Like 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Sans compter la petite maquette sur papier kraft quelque peu "pulvérisée" quand il a fallu déménager ta chambre d'étudiant à la fac de Luminy :(-_-..

 

Vers Cape Tribulation - 4 mars 2017 (sol 4661) :

 

5c7054f4b675f_4661JamesSorenson.thumb.jpg.97d699e0c96b57750de3489fd0eeeb1c.jpg

 

Edited by vaufrègesI3
erreur date
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

A.J.S. Rayl • 26 avril 2019

Mars Exploration Rovers : LE RAPPORT FINAL

(A.J.S. Rayl est une auteure, journaliste d'investigation et rédactrice qui collabore aux publications de la Planetary Society depuis 2002)

 

http://www.planetary.org/connect/our-experts/profiles/a-j-s-rayl.html

 

Quelques extraits :

 

MER était sociale avant les médias sociaux. C'était la première mission à ouvrir la porte et à donner à tous ceux qui avaient un ordinateur et un accès Internet un «ticket» pour suivre les excursions dans les cratères de Gusev et Meridiani Planum, pour voir les données brutes provenant des rovers en même temps que l'équipe . Cette porte ouverte a permis de rassembler des personnes de tous les horizons, d'élargir les horizons de chacun et d'offrir une nouvelle perspective sur Mars et sur notre monde, qui grandira au fur et à mesure de l'avancement de la mission.

Ceux qui ont pris ce billet pour voyager, ils le savaient. MER est sûrement devenu la meilleure émission de téléréalité de tous les temps, avec des résultats scientifiques changeants, des avancées en matière d'ingénierie et d'enregistrement de mobiles, toutes ces images captivantes et des aventures mémorables de plus de 7,5 téraoctets.

 

Mais une mission miracle ? Voici la chose : Il y avait deux rovers très complexes. Il y avait des collègues humains. Il y avait Mars. Et il y avait le siège de la NASA. Tous ces éléments devaient fonctionner et interagir de manière parfaitement homogène pour que toutes les épreuves et les tribulations soient gagnées et pour que la mission continue de progresser, jour après jour, sol après sol, année après année.

Ce qui est vraiment remarquable, c’est qu’un groupe de scientifiques, d’ingénieurs et de deux géologues sur le terrain, qui se sont souvent montrés intelligents, ont réussi à tout faire pendant 15 ans à la surface de Mars, pour un coût total estimé à 1,1 milliard de dollars : 820 millions de dollars pour le démarrage et la mission principale, le reste pendant près de quinze ans - avec un retour sur investissement déjà incalculable.

 

/../

 

À un moment donné, après que Spirit et Opportunity eurent achevé leurs missions principales, je réalisai que ces rovers, avec cette équipe, avaient le potentiel de mettre des distances considérables du terrain martien dans leurs rétroviseurs. Ils passaient devant les points d'excursions et entreprenaient des expéditions.

Je pense que Squyres a été le premier à utiliser cette expression, mais je me suis vite rendu compte que je couvrais en fait les premières expéditions terrestres de l'humanité menées par l'humanité.

Dans l'intervalle, alors même que les scientifiques et les ingénieurs qui commandaient Spirit et Opportunity parcouraient Mars, la demande d'une mission humaine sur la Planète Rouge devenait de plus en plus forte. Mais avec ces rovers, les membres de l'équipe MER étaient déjà là, initiant une nouvelle façon d'explorer, « une nouvelle façon de se projeter dans un environnement extraterrestre», telle que Matijevic l'avait définie pour moi il y a de nombreuses années.

En d'autres termes, Mars était déjà "occupée".  

 

Tout au long de la mission, les membres de l’équipe MER ont été les pionniers de cette nouvelle méthode d’exploration et nous avons finalement rattrapé la science-fiction. Peut-être que les scientifiques de la mission  ne tenaient pas la terre martienne entre leurs mains, mais avec l'aide des manipulations des rovers, ils réalisaient sur Mars ce que les géologues sur le terrain faisaient partout où ils exploraient, se promenant, prenant des photos et vérifiant les rochers, terrain et caractéristiques de leur site.

 

"Nous avons été le premier groupe de personnes à "marchersur Mars", a résumé Larry Crumpler, membre de l'équipe scientifique du MER Athena, chargé de recherche en volcanologie et sciences spatiales au musée d'histoire et de sciences naturelles du Nouveau-Mexique.

"Les gens essaient souvent de créer une grande différence entre l'exploration robotique et l'exploration humaine, mais nous, les hommes, explorons Mars avec des robots équipés d'outils", a expliqué Golombek, responsable de l'équipe de sélection du site d'atterrissage chez JPL. "Il y a une conscience sur Mars", a-t-il déclaré. "C'est une conscience humaine , et cela existe depuis longtemps".

 

/../

 

Aller travailler sur Mars est immédiatement devenu une routine. Chaque matin, des ingénieurs et des scientifiques prenaient leur café ou leur thé du matin et ouvraient les fichiers d’images et de données téléchargés du jour au lendemain par les rovers. Ensuite, ils examinaient généralement les données, se téléportaient mentalement sur le site du rover et se préparaient pour le travail à venir.

 

Les MERtiens se sont consacrés à leur travail et à leurs robots. Pendant sept ans, ils travaillaient à deux endroits à la fois et la vie de la mission dépendait d’eux. Ils étaient conscients de cela chaque minute de chaque jour.

 

L'ethos résonnait si profondément que les membres de l'équipe vivaient autour des rovers et de Mars. Ils ont programmé des événements de la vie, même la naissance d'enfants, autour des saisons martiennes et ont sacrifié de nombreuses vacances sur la Terre . Chaque jour, ils allaient travailler sur Mars et en étaient heureux. Mars est devenue leur nouvelle maison, le cratère Gusev et / ou Meridiani Planum leur résidence secondaire.

 

/../

 

MER était de son temps. Dans sa forme la plus simple, il s’agissait de deux endroits sur Mars, de deux rovers et d’un groupe de personnes disposées à explorer la planète rouge. Ils nous ont emmenés dans le cratère de Gusev et les plaines de Meridiani et, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, nous avons vraiment pu nous promener sur Mars et visiter ces endroits de près.

Ce sont les endroits où nous avons grandi en explorant une planète extraterrestre à travers les yeux de deux robots intrépides. Ce sont les endroits où nous avons perdu notre innocence martienne.

 

/../

 

Ensuite, bien sûr, il existe une énorme abondance de données scientifiques au cœur de ces archives de missions : un volume total à ce jour de 4,97 téraoctets (To) d'Oppy; et 2,68 To de Spirit. "Les recherches issues de l’exploration de données scientifiques de Spirit et Opportunity pourraient facilement prolonger des décennies dans le futur", a déclaré Arvidson.

 

/../

 

Dans les mois à venir, Arvidson et les équipes PDS Geosciences et Science et cartographie de l'imagerie à l'USGS achèveront la conservation de toutes les données et images scientifiques de MER. Puis, à un moment donné, probablement en septembre 2019, la NASA fermera officiellement les livres, révélera cette dernière lumière, et la première expédition terrestre sur Mars de l’histoire de l’humanité entrera officiellement dans l’histoire.

 

FIN DE CITATION

 

(A.J.S. Rayl est une auteure, journaliste d'investigation et rédactrice qui collabore aux publications de la Planetary Society depuis 2002)

 

 

 

 

5cc48600db01e_RapportfinalHiRISE-Oppy-58208_1775.thumb.png.e54853813019156e2e46b47c3ff37e86.png

NASA / JPL-Caltech / Université de l'Arizona / A. McEwen

Dernier arrêt

La caméra HiRISE (High Resolution Imaging Science Experiment) embarquée à bord de l’orbiteur de reconnaissance Mars (MRO) a pris cette image le 27 décembre 2018. OpportunitY se situe à mi-chemin dans la vallée de Perseverance, à l’endroit où IL se trouvait quand le pire épisode de poussière entouraIt la planète ( Le 10 juin 2018).

 

 

 

5cc48b2c8846f_RapportfinalApplause-for-MER-OppyBriefing1-16.jpg.70a790ad997db3f93604ed53e8d90586.jpg

NASA / JPL-Caltech

Applaudissements pour les rovers d'exploration de Mars et l'équipe

L'équipe MER, Opportunity et Spirit ont été applaudies à la fin de la mission le 13 février 2019 au JPL. De gauche à droite: Administrateur associé de la NASA pour les sciences Thomas Zurbuchen, Lori Glaze, directeur par intérim des sciences planétaires de la NASA, Chef de projet MER, John Callas, Directeur du JPL, Michael Watkins, Chercheur principal du projet MER 2020, Steve Squyres, Ingénieur système de projet Mars 2020, Jennifer Trosper, Responsable de projet du projet MER, Matt Golombek Scientifique adjointe du projet, Abigail Fraeman. MER était «un changement de paradigme», a déclaré Trosper, qui était l'ingénieur système du projet pour la mission à ses débuts. "C'était la première fois que nous prenions tout avec nous."

 

 

 

 

5cc48cdd293c4_Rapporfinalt-Oppy-selfie.jpg.703fe2b9ca7754146a0554d45a03f0c8.jpg

NASA / JPL-Caltech / D. Ellison / J. Sorenson, D. Davis

Autoportrait de Oppy

Il n’y aura jamais un autre rover comme Opportunity et probablement encore longtemps avant qu’un autre rover enregistre 5000 sols d’exploration de Mars. Ainsi, plusieurs membres de l'équipe de mission MER ont travaillé ensemble pour aider le rover à célébrer son 5 000e jour sur Mars, le 16 février 2018. À l'aide de l'imageur microscopique (MI), il a réalisé la plupart de son premier autoportrait complet, et ensuite ajouté une semaine plus tard pour inclure sa (ses) roue (s) droite (s). Le producteur de visualisations JPL, Doug Ellison, responsable des liaisons montantes pour la charge utile de la caméra, MER Engineering, a supervisé le traitement de la version officielle en noir et blanc de la NASA à gauche. James Sorenson a traité la version à droite et Don Davis l'a colorisée à l'aide d'une palette réaliste de Mars.

 

 

 

5cc48bffc161e_RapportfinalHiRISE-Oppy-anaglyph-3D-Dec-2019.png.672ed0926c569a153b25493a4cb7ba4e.png

NASA / JPL-Caltech / Université de l'Arizona / A. McEwen

Oppy en stéréo

Sortez vos lunettes et admirez cet anaglyphe d'Opportunity dans Perseverance Valley. Avec la permission d'Alfred McEwen, chercheur principal de HiRISE, directeur du laboratoire de recherche d'images planétaires de l'Université de l'Arizona.

  • Like 2
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bravo et merci à tous pour tous ces documents en ligne qui nous font revivre cette longue aventure de découverte de la planète Mars.

 

J'ai parcouru l'intéressant travail de présentation de Gilles Lévesque pour son livre en préparation "Les panoramiques martiens". J'ai noté au passage à propos de Curiosity une phrase qu'il conviendrait de corriger avant publication (Chap. "Vers le Mont Sharp" - Sol 339 à 573) :

 

"Et ceci, afin de donner une plus grande chance au robot pour traverser les champs de dune qui se trouvent à la base du mont « Sharp », et pour faire l’ascension des pentes vers le sommet."

 

"...faire l'ascension des pentes vers le sommet" ???. Curiosity n'a jamais eu comme objectif, ni les capacités, d'escalader le Mont Sharp jusqu'à son sommet. On aimerait bien, on en rêve (beaux panoramiques martiens depuis là haut), mais non, c'est hélas impossible!

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Comment Spirit et Opportunity ont changé notre vision de Mars

 

https://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2019/a-new-understanding.html

 

 

L'équipe scientifique de Mars Exploration Rover s'est réunie à Pasadena, en Californie, pour notre dernière réunion, le 11 juin 2019, et je me suis demandé si j'avais commandé suffisamment de nourriture thaïlandaise. J'étais chercheur adjoint du projet Mars Rover Opportunity pendant trois ans, mais j'ai passé 15 ans au service de la mission en tant que diplômé, étudiant de premier cycle et même lycéen. Cette nuit-là, j'étais responsable de l'organisation d'une soirée réunissant ingénieurs et scientifiques pour célébrer la fin de la mission de surface. Pour nous tous, les rovers faisaient partie de notre vie quotidienne depuis des années, voire des décennies, et ce groupe n'était qu'un petit sous-ensemble des milliers de personnes qui avaient contribué à faire de la mission une réalité. Il était important que nous marquions la réalisation de manière appropriée.

La NASA a lancé les rovers identiques Spirit et Opportunity en juillet 2003. À l'époque, notre stratégie pour étudier Mars était résumée par le mantra "suivez l'eau" car l'eau liquide est un ingrédient essentiel à la vie. Aujourd’hui, il peut sembler qu’il y ait une nouvelle tous les quelques mois rapportant que de l’eau a été découverte sur Mars, mais la situation était différente il ya deux décennies. Nous avions su que Mars avait de la glace d’eau gelée dans ses pôles et de la vapeur d’eau dans son atmosphère, mais nous ne pouvions que supposer qu’il y avait déjà eu de l’eau liquide sur la planète. Les engins spatiaux en orbite martienne avaient imaginé des canaux qui semblaient avoir été creusés par l’eau et avaient repéré des traces de minéraux qui auraient pu se former dans l’eau, mais nous devions vraiment descendre en surface pour vérifier ces hypothèses.

 

 

 

5084.thumb.jpg.b2abd6ea546b144cedb3a2fa8a7f752c.jpg

NASA / JPL / Cornell / ASU

Panorama "héritage" d'Opportunity

Le dernier site d'Opportunity dans la région était "Perseverance Valley", un canal de 200 mètres de long qui débouchait dans le bord du cratère d’Endeavour. À l’instar des géologues sur Terre, l’équipe d'Opportunity a recherché des endroits tels que les bords du cratère - des canaux y étant découpés - afin d’exposer une couche de substrat rocheux qui éclaire l’histoire de Mars à cet endroit. Les couleurs exagérées de ce panorama soulignent la diversité des roches et des sols rencontrés par Opportunity à Endeavour. Les cadres noir et blanc dans le coin inférieur gauche sont des parties où Opportunity prévoyait toujours de créer une image en couleur lorsque la tempête de poussière, qui mettait fin à une mission, a frappé.

 

 

Les géologues rêvaient de se promener sur Mars depuis que les images rapportées par les landers vikings dans les années 1970 montraient des roches alléchantes qui étaient tout simplement hors de portée des landers. Le Jet Propulsion Laboratory a construit tous les rovers martiens de la NASA. En 1997, le rover Pathfinder Sojourner avait démontré qu'il était possible de conduire sur Mars et Spirit et Opportunity étaient les premiers rovers mobiles dotés d'une charge utile complète. Les instruments de Spirit et Opportunity ont été conçus pour recueillir des indices sur la formation des roches et des sols martiens et déterminer si leurs éléments et leurs minéraux avaient déjà été altérés par de l’eau liquide. Les rovers ont été conçus pour parcourir au moins 600 mètres sur 90 jours martiens (sols). Chacun se demandait si la mission fonctionnerait, si elle réussirait.

Bien sûr, la plupart d’entre nous connaissent la fin de l’histoire. Au moment où l'administrateur associé à la NASA, Thomas Zurbuchen, a déclaré la mission achevée le 13 février 2019, Spirit avait parcouru plus de 7,73 km sur 2 208 sols, tandis qu'Opportunity parcourait plus de 45,16 kilomètres sur 5 111 sols. Les données que les 2 rovers ont obtenues de leurs aventures ont changé notre vision de Mars. Spirit et Opportunity ont non seulement suivi et trouvé des preuves d’eau liquide, mais ont également découvert que Mars était humide à plusieurs reprises dans le passé et dans de nombreux environnements différents, à la fois sur et sous sa surface.

 

 

blueberries-hematite-Fram-Crater-pia19113.jpg.bb2ec23564f8b57c0aa280c9ebfed080.jpg

NASA / JPL-Caltech / Cornell / USGS

Myrtilles près de Fram Crater, Mars

Les petites sphérules sur la surface martienne de cette image en gros plan se trouvent près du cratère Fram, visité par Opportunity en avril 2004. La zone montrée a une largeur 3 centimètres. La vue provient de l'imageur microscopique du bras robotique d'Opportunity, avec des informations de couleur ajoutées par la caméra panoramique du rover.

 

 

De l'eau sur Mars

Bien qu’il ait atterri en deuxième position, Opportunity a été le premier des rovers à trouver des traces d’eau liquide passée, en la localisant dans les affleurements sédimentaires et les hématites, des sphérules nommées «bleuets» dans le cratère Eagle. Quelques années plus tard, Spirit le suivit de près en détectant les minéraux présents dans l'eau, notamment la goethite et le carbonate, dans les collines de Columbia. À la fin de la mission, les rovers avaient traversé 5 contextes géologiques différents. Quatre de ces 5 ont préservé la preuve d'au moins une douzaine de moments uniques où l'eau liquide avait interagi avec la surface et le sous-sol martiens.

 

 

infographix-2019-11-18-spirit-opportunity-terrain.thumb.png.683b13610c3c49eb7b8657f868f51988.png

Abigail Fraeman, Emily Lakdawalla, and Loren A. Roberts for The Planetary Society

Environnements géologiques rencontrés par Spirit et Opportunity sur Mars

CI-DESSUS Spirit et Opportunity ont exploré 5 environnements géologiques majeurs. LES CHAMPS DE LAVE DE GUSEV CRATER, où Spirit a atterri, n’ont montré aucune trace d’eau. Les collines Columbia, beaucoup plus anciennes que les plaines de Gusev, contenaient des roches altérées par les eaux souterraines. HOME PLATE, un volcan éteint, avait des sources chaudes et des fumerolles. MERIDIANI PLANUM contenait des roches sédimentaires déposées dans l'eau puis altérées par les eaux souterraines. Les remparts d’ENDEAVOUR CRATER comportent des fractures qui ont servi de conduits pour les eaux souterraines à plusieurs reprises.

 

 

Dans les plaines de Meridiani Planum, Opportunity a dominé d'anciennes plages acides où de l'eau très salée avait été exposée à l'atmosphère, s'évaporant pour laisser ses sels. Une fois séchés, les sels ont été érodés, transportés et déposés dans des dunes de sable qui ont été ensuite cimentées dans la roche lorsque les eaux souterraines ont remonté sous elles, dissolvant et redéposant des sels dans les espaces de pores entre le sable, collant les grains ensemble. L’environnement acide et salé n’aurait pas été particulièrement agréable à vivre, mais plus tard dans la mission d’Opportunity, il a été constaté que les eaux souterraines au pH neutre avaient traversé de nombreuses époques à travers des fractures dans les anciennes roches qui constituaient le bord du cratère Endeavour.

De l'autre côté de la planète, Spirit a découvert différents types d'environnements aqueux. À la base de Home Plate dans les collines Columbia, Spirit fréquentait des endroits où d'anciennes fumerolles avaient laissé d'épais dépôts de silice et de sels de sulfate à quelques centimètres sous la surface, et des sources chaudes éteintes avaient laissé des nodules en forme de doigt en silice presque pure. Sur Terre, des structures similaires sont toujours associées à la biologie. Les découvertes de Spirit étaient tellement excitantes pour les astrobiologistes que le site Home Plate figurait parmi les 3 meilleurs finalistes d’un site d’atterrissage pour une future mission de retour d’échantillons.

 

 

spirit-sol66-pan-crotty-lakdawalla.thumb.jpg.88c67c5d6f872720b8bfee1ad9984ef1.jpg

NASA / JPL-Caltech / Cornell / ASU / Daniel Crotty / Emily Lakdawalla

Traces de roues dans le cratère Gusev

Spirit a atterri sur un champ de roches volcaniques dans le cratère Gusev. Les scientifiques avaient espéré y trouver des traces d’un ancien lac, mais les matériaux volcaniques recouvraient ces traces. Cependant, les mesures chimiques et texturales prises par Spirit ici fournissaient encore des informations importantes sur l'évolution volcanique de Mars. Beaucoup de roches dans cette image ont des formes pointues et déchiquetées. Les formes pourraient résulter de leur rupture par impact ou de l'érosion causée par les vents martiens sur des milliards d'années.

 

 

Les yeux dans le ciel, les mains dans la terre

Spirit et Opportunity ont démontré de façon concluante la valeur des missions terrestres en synergie avec les orbiteurs scientifiques. Par exemple, en 2009, l'instrument CRISM (Spectrometer Imaging Reconnaissance Imaging Spectrometer for Mars) sur Mars Reconnaissance orbiter a découvert que des minéraux argileux étaient présents à plusieurs endroits le long des remparts du cratère Endeavour. Sur Terre, les minéraux argileux se forment le plus souvent lorsque les minéraux volcaniques sont altérés par de l’eau liquide. L’équipe scientifique du mobile a dirigé Opportunity vers les spots précis détectés par CRISM. Le voyage a pris plus de 3 ans et demi, mais il a porté ses fruits en science. À un endroit, le rover a découvert des argiles qui se sont formées lorsque de l'eau traversait une fracture. Dans une autre région, Opportunity a découvert différentes argiles, également dans des fractures, probablement formées par une très petite quantité d’eau stagnante. Désormais, les géologues peuvent revenir à l'ensemble de données CRISM et trouver des points partout sur Mars où des environnements similaires existaient probablement.

 

 

esperance-PIA17074.jpg.9dcc0edb3c2449f9b2bdeabcb4e14a2c.jpg

NASA / JPL-Caltech / Cornell / ASU

Espérance

La matière de couleur claire au centre de cette image de couleur accentuée est une veine appelée "Espérance". Les données chimiques recueillies dans le cadre du projet Opportunity ont montré qu'une grande quantité d'eau souterraine presque neutre s'y écoulait par le passé, laissant derrière elle des minéraux argileux riches en aluminium. De tous les sites que nous avons visités, c'est celui qui a le plus de chances d'avoir soutenu la vie martienne ancienne.

 

 

Spirit et Opportunity nous ont également confirmé qu'il y a des choses qu'on ne peut pas voir de l'orbite et qu'il n'y a pas de substitut aux roues sur le sol. Par exemple, Spirit a été envoyé au cratère Gusev parce que nous pensions qu'il s'agissait d'un ancien lac en raison de sa forme en images orbitales, mais le rover s'est posé sur de jeunes coulées de lave qui ont enterré toute trace géologique d'un ancien lac. L'équipe scientifique a qualifié les plaines du cratère Gusev de "prison basaltique" par un mélange de frustration et d'affection. Ce n'est que lorsque Spirit s'est échappé de la prison en montant dans les collines Columbia qu'il a trouvé des minéraux qui se forment dans les milieux aquatiques. Les découvertes de Spirit à Home Plate n'auraient jamais pu être prédites à partir des données orbitales, mais elles étaient tout aussi fascinantes qu'un lac ancien l'aurait été dans la recherche de la vie. Les preuves étaient juste en dessous de la surface ou trop petites pour être vues par les caméras même les plus haute résolution. Partout où nous atterrissons, nous sommes presque certains d'apprendre quelque chose de nouveau et potentiellement de changer de paradigme.

 

 

5de838e602fa9_Solsilice935A_P2762_1_L247F_full.thumb.jpg.3181a6378affd90e2cab7a2c62d3f75c.jpg

ASA / JPL-Caltech / Cornell / ASU

Sols de silice près de Home Plate, Spirit Sol 935

Lorsque l'un des moteurs des roues avant de Spirit tombe en panne, le rover doit avancer en reculant et traîner sa roue coincée, créant une tranchée peu profonde. Près de Home Plate, la tranchées a exposé de la silice presque pure, un signe probable de fumerolles et de sources chaudes qui auraient pu être un habitat pour la vie.

 

L'héritage de Spirit et Opportunity

Les découvertes des Mars Exploration Rover ont permis à la communauté scientifique de Mars de développer notre stratégie d'exploration de Mars au-delà de «suivre l'eau» jusqu'à la question plus complexe de savoir si ces environnements aqueux étaient jamais habitables. Très vaguement défini, un environnement habitable est un environnement qui a les 2 autres exigences essentielles en plus de l’eau liquide nécessaire à la vie telle que nous le connaissons : une source de carbone et une source d’énergie. Le rover Curiosity de la mission Mars Science Laboratory, qui a atterri sur Mars en 2012 transportait une charge utile plus grande et plus complexe que les Mars Exploration Rover. Curiosity est capable de trouver des preuves de ces 3 exigences. En fait, il a réussi : sur son site d'atterrissage du cratère Gale, Curiosity a découvert d'anciens gisements fluviatiles et lacustres préservant des composés contenant du carbone, ainsi que des preuves de la chimie de l'eau pouvant alimenter le métabolisme microbien. Aujourd'hui, nous savons non seulement que Mars était autrefois humide, mais également habitable.

 

Près de deux décennies après Spirit and Opportunity et une décennie après l'atterrissage de Curiosity, le rover Mars 2020 de la NASA et le rover ExoMars de l'ESA sont maintenant sur le point de répondre à la question la plus difficile dans notre quête de la vie sur Mars lors de son atterrissage en février 2021 : existait-elle ? La conception de ces missions et la sélection de leurs sites d’atterrissage reposent sur ce que nous avons appris de Spirit et Opportunity.

 

Spirit et Opportunity ont amené l'humanité dans une grande aventure et ont placé la barre très haut dans ce que nous pouvons accomplir avec l'exploration spatiale robotique. Bien que les rovers laissent de grandes traces de roues, ils ont également ouvert la porte à des rêves de voyages encore plus ambitieux. Nous avons démontré le pouvoir de la mobilité sur le terrain. Nous nous tournons maintenant vers le ciel d’autres mondes pour nous déplacer plus rapidement et plus loin. Un hélicoptère accompagnera le rover Mars 2020 et la NASA a récemment annoncé l'envoi d'un drone appelé Dragonfly au-dessus des dunes de sable et des lacs de Titan dans les années 2030.

Spirit et Opportunity ne nous ont montré qu'un petit aperçu de la richesse du passé de Mars. Je crois que nous commençons à peine à comprendre toute la complexité de l'histoire martienne et à reconstituer ce que les roches vieilles de 3 à 4 milliards d'années de Mars peuvent nous dire sur la façon dont les planètes à l'intérieur et à l'extérieur de notre système solaire peuvent évoluer en mondes habitables. Comme l'a dit le chercheur principal de la mission, Steve Squyres, à la fin de la dernière réunion de l'équipe scientifique, " Le plus gros est encore à venir, et je pense que c'est peut-être, dans une large mesure, le plus grand héritage que nous laisse ce projet ".

 

 

MERScienceTeam.thumb.jpg.d495c60cd178800d0ac206ed7b2af08c.jpg

Institut Keck des sciences de l'espace / Michele Judd

Mars Exploration Rover- réunion de l’ équipe Scientifique, Caltech, 2015

Sous-ensemble des équipes scientifiques et techniques de Mars Exploration Rover à Caltech pour une réunion d’équipe en 2015. Au cours des quelque 30 années de la mission, des milliers de personnes ont participé à la mission

 

Abigail Fraeman

Chercheur adjoint de Mars Exploration Rover pour le JPL

  • Like 1
  • Love 1
  • Thanks 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now