jackbauer 2

Sonde JUNO : destination Jupiter

Recommended Posts

Il y a 14 heures, jackbauer 2 a dit :

Un superbe assemblage d'images brut de Juno signé Kevin M. Gill :

 

Une autre du même auteur (le gars est bien placé, il bosse au JPL B|) que j'ai redressée (le Nord en haut *) :

 

JunoCam_210607_Perijove-34_Ganymede_KevinM.Gill_2-ASF.jpg.61e7ecefc9579b8e6c13fd3994f7d834.jpg

Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Kevin M. Gill

+ version HD (4096 x 3365 pix., 38,5 Mo) en PNG sur son site flickr :

https://www.flickr.com/photos/kevinmgill/51237058399/

* voir la carte de l'UAI / USGS / NASA :

Ganymede_map_IAU-USGS-NASA.jpg.d40910dfd2db720604b8e952a273c6cc.jpg

HD ---> https://planetarynames.wr.usgs.gov/images/ganymede_15m_18ppi.pdf

https://planetarynames.wr.usgs.gov/Page/GANYMEDE/target

Edited by BobMarsian
  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il semble que les gros cratères ne possèdent pas de pic central comme c'est le cas avec une surface rocheuse mais au contraire une sorte d'effondrement central. Je n'ai pas souvenance d'avoir vu cela sur les satellites glacés de Saturne. Sans doute une spécificité de la structure externe de la glace/eau liquide de Ganymède.

 

Sinon parmi les structures géologiques les plus connues, on voit raisonnablement bien la catena d'Enki, cet alignement d'une douzaine de cratères probablement dus à l'impact des fragments d'une comète préalablement brisée lors de son passage plus près de Jupiter (au niveau d'une des taches blanchâtres vaguement circulaires en haut à droite). L'e cliché de Galileo était de meilleure qualité, mais la carte globale est ici incomparablement meilleure que tout ce qui s'était fait avant (= au siècle dernier).

Edited by dg2
  • Like 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 09/06/2021 à 20:29, BobMarsian a dit :

En même temps (7 juin) que Juno survolait Ganymède, une étude paraissait en préprint indiquant qu'Hubble avait détecté (pour la 1ère fois) une atmosphère d'eau concentrée au point subsolaire provenant de la sublimation de la glace d'eau présente en surface.

La dissociation de la molécule H20 induit en dehors de ce point, une atmosphère d'O2 quasi pure accompagnée aussi une faible quantité d'oxygène moléculaire.

 

"Evidence for a sublimated water atmosphere on Ganymede from Hubble Space Telescope observations"
Lorenz Roth (KTH Royal Institute of Technology, Stockholm) et al.
https://arxiv.org/abs/2106.03570 (07/06/2021) ---> Nature Astronomy

 

De la même veine et toujours avec Hubble, en imagerie spectroscopique (instrument STIS), ... avant qu'il perde la mémoire :S :

 

"The Geographic Distribution of Dense-phase O2 on Ganymede"
Samantha K. Trumbo,  Michael E. Brown & Danica Adams (tous du Caltech)
https://arxiv.org/abs/2106.10565 (19/06/2021) ---> The Planetary Science Journal

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

9_9

Un petit avant-goût du survol du 29 septembre prochain à seulement 320 km !

  • Like 2
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le vaisseau spatial Juno se prépare à un survol rapproché de la petite lune de Jupiter, Europa


https://www.newscientist.com/article/2337136-juno-spacecraft-prepares-for-close-encounter-with-icy-moon-europa/


La sonde de la NASA plongera à environ 350 kilomètres au-dessus de la surface d'Europe le 29 septembre, renvoyant des images et des données détaillées sur ses champs magnétiques et sa croûte de glace.


SEI_123930785.jpg?width=778


Le vaisseau spatial Juno est sur le point de fournir aux scientifiques des observations au plus proche de la lune de Jupiter Europa, depuis plus de 22 ans.


La dernière fois qu'un vaisseau spatial s'est approché autant d'Europe, c'était en janvier 2000, lorsque l'orbiteur Galileo est passé à une distance de 351 kilomètres.


« Nous avons déjà terminé tous les préparatifs. Nous sommes vraiment excités. Tous les instruments sont braqués sur la cible », explique Scott Bolton , chercheur principal de la mission Juno.


« Notre survol sera unique. Pour la partie d'Europe que nous allons pouvoir étudier, Galileo n'avait pas pu fournir de données à haute résolution , donc ce sera la première fois que nous pourrons voir à très haute résolution toute cette région », dit-il.


Les instruments scientifiques de Juno capteront des données pendant ce passage rapide, explique Bolton. Sa caméra principale, JunoCam, produira  des images grand champ, tandis que la caméra de navigation, dite unité de référence stellaire, sera chargée de prendre une seule photo à très haute résolution d'une petite partie de l'hémisphère nocturne d'Europe, éclairée uniquement par la lumière diffuse réfléchie par les hauts nuages de Jupiter.


Les chercheurs espèrent également que le survol permettra d'obtenir des informations sur la banquise d'Europe à l'aide du radiomètre à micro-ondes équipant Juno. Bolton compare l'instrument à un appareil radar, "sauf qu'il est passif, donc nous ne regarderons que les émissions s'échappant d'Europe, au lieu d'émettre un signal et d'analyser son retour", explique t-il. Les données du radiomètre pourraient donner aux scientifiques des indices sur l'épaisseur de la glace et peut être révéler s'il y a des régions fracturées ou des zones de liquide dans la croûte gelée.


L'équipe recherchera aussi des signes de panaches de vapeur d'eau que des études précédentes avaient détecté, mais Bolton souligne que ces panaches "devront être actifs à ce moment précis pour que nous puissions les voir".


Animation du survol :

 

 

  • Like 2
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J-10 pour le survol d'Europa

 

En attendant, une superbe image signée Kevin M. Gill (2021)

 

 

  • Love 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

La semaine a débuté avec le show spectaculaire de la mission DART. Mais demain promet beaucoup : il sera 11h36 en France quand la sonde JUNO passera à seulement 358 km de la surface d'Europe (il faut remonter à janvier 2000 et la sonde Galileo qui avait survolé Europe à 351 km pour quelque chose de comparable)

 

Une partie du communiqué de la NASA (traduction automatique) pour un aperçu de ce qu'on peut espérer, malgré le fait que la sonde n'a pas été conçue pour prendre de bonnes photos :

 

https://www.nasa.gov/feature/jpl/nasa-s-juno-will-perform-close-flyby-of-jupiter-s-icy-moon-europa


La collecte de données commencera une heure avant l’approche la plus proche, lorsque le vaisseau spatial se trouve à 51 820 miles (83 397 kilomètres) d’Europe.

« La vitesse relative entre le vaisseau spatial et la lune sera de 14,7 miles par seconde (23,6 kilomètres par seconde), donc nous passerons assez vite », a déclaré John Bordi, responsable adjoint de la mission Juno au JPL. « Toutes les étapes doivent se dérouler comme sur des roulettes pour réussir à acquérir nos données planifiées, car peu de temps après le survol, le vaisseau spatial doit être réorienté pour notre prochaine approche rapprochée de Jupiter, qui ne se produit que 7 heures et demie plus tard. »
La suite complète d’instruments et de capteurs du vaisseau spatial sera activée pour la rencontre Europa. Le Jupiter Energetic-Particle Detector Instrument (JEDI) de Juno et son antenne radio à gain moyen (bande X) collecteront des données sur l’ionosphère d’Europe. Ses expériences WAVES, Jovian Auroral Distributions Experiment (JADE) et Magnetometer (MAG) mesureront le plasma dans le sillage de la lune alors que Juno explores Europa’s interaction avec la magnétosphère de Jupiter.

MAG et Waves rechercheront également d’éventuels panaches d’eau au-dessus de la surface d’Europe. « Nous avons le bon équipement pour faire le travail, mais pour capturer un panache, il faudra beaucoup de chance », a déclaré Bolton. « Nous devons être au bon endroit au bon moment, mais si nous sommes si chanceux, c’est un coup de circuit, c’est sûr. »

 

À l’intérieur et à l’extérieur

Le radiomètre à micro-ondes (MWR) de Juno examinera la croûte de glace d’eau d’Europe, obtenant des données sur sa composition et sa température. C’est la première fois que de telles données seront collectées pour étudier la coquille glacée de la lune.

 

En outre, la mission prévoit de prendre quatre images en lumière visible de la lune avec JunoCam (une caméra d’engagement public) pendant le survol. L’équipe scientifique de Juno les comparera aux images des missions précédentes, à la recherche de changements dans les caractéristiques de surface d’Europe qui auraient pu se produire au cours des deux dernières décennies. Ces images en lumière visible auront une résolution attendue supérieure à 0,6 miles (1 kilomètre) par pixel.


Bien que Juno sera dans l’ombre d’Europe lorsqu’elle sera la plus proche de la lune, l’atmosphère de Jupiter réfléchira suffisamment de lumière solaire pour que les imageurs de lumière visible de Juno puissent collecter des données. Conçue pour prendre des images de champs d’étoiles et rechercher des étoiles brillantes avec des positions connues pour aider Juno à se repérer, la caméra stellaire de la mission (appelée Unité de référence stellaire) prendra une image haute résolution en noir et blanc de la surface d’Europe. Pendant ce temps, le Jovian Infrared Auroral Mapper (JIRAM) tentera de collecter des images infrarouges de sa surface.

  • Like 1
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, jackbauer 2 a dit :

Les photos arrivent !!!

 

J'ai l'impression de redécouvrir Europe ! Traitement des couleurs ?

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, George Black a dit :

Traitement des couleurs ?

 

Björn Jonsson (UMSF) nous propose son traitement de la première image du survol PJ 45 d'Europe effectué hier par JUNO (téléchargement costaud) :


index.php?act=attach&type=post&id=51902

 

Une vue composite d'Europe par Thomas Appéré (UMSF)

 

Europa - Juno, Perijove 45

 

 

Europa_surface_Junocam.jpg


Détails de la surface d'Europe, image prises par la JunoCam et traitée par Kevin Mc Gill © NASA, JPL-CALTECH, SWRI, MSSS, KEVIN M. GILL

 

Europe_Junocam_Thomas%20Thomopoulos.jpg


Fissures, cratères et reliefs de la surface, image de la JunoCam traitée par Thomas Thomopoulos © NASA, JPL-CALTECH, SWRI, MSSS, THOMAS THOMOPOULOS

 

Article sur Futura :


https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/europe-voici-premieres-images-lune-potentiellement-habitable-europe-survolee-sonde-juno-101054/


 

  • Like 3
  • Love 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

Montage somptueux (en particulier la vue en haut à gauche)

15,8 Mo (5000x5000)

Credit : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Thomas Thomopoulos © CC BY

Submitted By : tthomopoulos

Mission Phase : PERIJOVE 45

Enhanced RGB

 

 

Compositionvok_(1).jpg

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Curieux, ce "marronnasse"... Je gardais un souvenir de glace bleue... o.O

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

encore  une fois toutes mes excuses," j'ai mis mon pieds dans ma bouche."

Edited by VNA1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 28/09/2022 à 19:49, jackbauer 2 a dit :

En outre, la mission prévoit de prendre quatre images en lumière visible de la lune avec JunoCam (une caméra d’engagement public) pendant le survol. L’équipe scientifique de Juno les comparera aux images des missions précédentes, à la recherche de changements dans les caractéristiques de surface d’Europe qui auraient pu se produire au cours des deux dernières décennies.

 

En rapport avec ce travail et sa complexité, sur les possibles changements à la surface d'Europe que devront mener les scientifiques, il m'a semblé intéressant de relayer les remarques de Björn Jonsson sur un facteur pouvant interférer, ou rendre la chose délicate, dans les constatations à venir.


Je le cite :


"Le contraste relatif et la luminosité de diverses caractéristiques sur Europa sont connus pour varier beaucoup en fonction de la géométrie de visualisation, même lorsque la géométrie d'éclairage ne change pas beaucoup. Voici un exemple particulièrement intéressant que j'ai posté quelque part il y a des années, une comparaison de clignotement projetée sur carte des images Galileo G1 et E14" :


index.php?act=attach&type=post&id=51948


"L'image avec un contraste global plus faible a été obtenue pendant l'orbite G1 de Galileo et l'autre pendant l'orbite E14 de Galileo. Ces deux images ont été obtenues lorsque la géométrie d'éclairage était très similaire mais que la géométrie de visualisation ne l'était pas. La géométrie de visualisation peut être vue ci-dessous" :


index.php?act=attach&type=post&id=51949


Les observations pendant le perijove 45 ne se limitaient pas à scuter Europe mais concernaient (accessoirement o.O) à jeter un nouveau coup d'oeil à la colossale planète qui la dirige. Par les yeux de Brian Swift (UMSF) après celui de la JunoCam, naturellement :


index.php?act=attach&type=post&id=51927


 

Edited by Huitzilopochtli
  • Like 5
  • Thanks 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.nasa.gov/feature/jpl/nasa-s-juno-gets-highest-resolution-close-up-of-jupiter-s-moon-europa


La photo la plus résolue que la mission Juno de la NASA ait jamais prise d’une partie spécifique de la lune de Jupiter, Europe, révèle une vue détaillée d’une région déroutante de la croûte glacée fortement fracturée de la lune.

 

L’image couvre environ 93 miles (150 kilomètres) par 125 miles (200 kilomètres) de la surface d’Europe, révélant une région sillonnée d’un réseau de fines rainures et de doubles crêtes (paires de longues lignes parallèles indiquant des caractéristiques élevées dans la glace). Près du coin supérieur droit de l’image, ainsi qu’à droite et en dessous du centre, se trouvent des taches sombres éventuellement liées à quelque chose d’en bas qui éclate sur la surface. Au-dessous du centre et à droite se trouve une caractéristique de surface qui rappelle une note de quart de musique, mesurant 42 miles (67 kilomètres) nord-sud par 23 miles (37 kilomètres) est-ouest. Les points blancs de l’image sont des signatures de particules de haute énergie pénétrantes provenant de l’environnement de rayonnement sévère autour de la lune.

L’unité de référence stellaire (SRU) de Juno – une caméra stellaire utilisée pour orienter le vaisseau spatial – a obtenu l’image en noir et blanc lors du survol d’Europe par le vaisseau spatial le 29 septembre 2022, à une distance d’environ 256 miles (412 kilomètres). Avec une résolution allant de 840 à 1 115 pieds (256 à 340 mètres) par pixel, l’image a été capturée alors que JUNO  passait à environ 15 miles par seconde (24 kilomètres par seconde) sur une partie de la surface qui était la nuit, faiblement éclairée par « Jupiter shine » - la lumière du soleil se reflétant sur les sommets des nuages de Jupiter.

Conçu pour les conditions de faible luminosité, le SRU s’est également avéré un outil scientifique précieux, découvrant des éclairs peu profonds dans l’atmosphère de Jupiter, imaginant le système d’anneaux énigmatiques de Jupiter et offrant maintenant un aperçu de certaines des formations géologiques les plus fascinantes d’Europe.
« Cette image débloque un niveau de détail incroyable dans une région qui n’avait jamais été photographiée auparavant à une telle résolution et dans des conditions d’éclairage aussi révélatrices », a déclaré Heidi Becker, co-chercheuse principale du SRU. « L’utilisation par l’équipe d’une caméra de suivi des étoiles pour la science est un excellent exemple des capacités révolutionnaires de Juno. Ces caractéristiques sont si intrigantes. Comprendre comment ils se sont formés – et comment ils se connectent à l’histoire d’Europe – nous renseigne sur les processus internes et externes qui façonnent la croûte glacée. »

Ce ne seront pas seulement les scientifiques de Juno SRU qui seront occupés à analyser les données dans les semaines à venir. Au cours de la 45e orbite de Juno autour de Jupiter, tous les instruments scientifiques du vaisseau spatial collectaient des données à la fois pendant le survol d’Europe, puis à nouveau lorsque Juno a survolé les pôles de Jupiter 7 heures et demie plus tard.

« Junon a commencé complètement concentré sur Jupiter. L’équipe est vraiment ravie qu’au cours de notre mission prolongée, nous ayons élargi notre enquête pour inclure trois des quatre satellites galiléens et les anneaux de Jupiter », a déclaré Scott Bolton, chercheur principal chez Juno du Southwest Research Institute à San Antonio. Avec ce survol d’Europe, JUNO a maintenant vu des gros plans de deux des lunes les plus intéressantes de Jupiter, et leurs croûtes de coquilles de glace sont très différentes les unes des autres. En 2023, Io, le corps le plus volcanique du système solaire, rejoindra le club. JUNO a navigué sur la lune de Jupiter Ganymède – la plus grande lune du système solaire – en juin 2021.

Europe est la sixième plus grande lune du système solaire avec environ 90% du diamètre équatorial de la lune de la Terre. Les scientifiques sont convaincus qu’un océan salé se trouve sous une coquille de glace de plusieurs kilomètres d’épaisseur, suscitant des questions sur l’habitabilité potentielle de l’océan. Au début des années 2030, le vaisseau spatial Europa Clipper de la NASA arrivera et s’efforcera de répondre à ces questions sur l’habitabilité d’Europa. Les données du survol de Juno donnent un aperçu de ce que cette mission révélera.

 

 

pia-25332-europa-sru-1041.jpg

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now