Marc S

bord rabattu : avis des opticiens

Recommended Posts

C'est vrai que le contraste diminue lorsque l'obstruction augmente.

Mais cela n'impacte pas la résolution qui n'est liée qu'à la taille (diamètre) de la pupille.

Du coup le contraste est perdu ? Oui en visuel car le couple oeil+cerveau ne reconstruit pas très bien ce genre d'information.

Mais en imagerie c'est une autre histoire ! On s'ébahi devant des images prises avec des astrographes dont l'archétype est le takahashi Epsilon ! On oublie vite qu'il est obstrué à presque 50% ... oui la moitié du diamètre. Et pourtant les images sont des tueries parce que s'il y a bien un truc facile à faire en numérique c'est bien de retrouver du contraste. De la plus simple manipulation d'histogramme (pour redresser une pente quoi) à accumuler des milliers d'images et appliquer des ondelettes pour aller fouiller dans les teintes grises et retrouver des pentes raides là où il n'y avait que des vaguelettes.

 

En imagerie tu devra accumuler plus d'images et traiter plus fort avec un instrument obstrué voila tout !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Notre cerveau réagit beaucoup sur cette ligne rouge pour les détails les moins contrastés sur les objets planétaires brillants.

On la trace à partir de la MTF 10% à résolution nulle (à gauche) jusqu'à l'intersection de la demi-résolution optique en abscisse et la courbe MTF de l'objectif en traçant la verticale.

Ci-dessous l'effet en visuel de "perte de résolution" sur différentes obstructions centrales

cores.PNG

L'effet visuel simulé :

jupiter.PNG

 

Pour la photo : c'est plutôt l'extrémité droite de la courbe (relative frequency > 0.6)qui limite la résolution : limite de diffraction MTF 9%. Numériquement on pourra dilater le contraste.

Tout simplement parce que l'oeil n'est pas parfait ... et que quand on prend la photo : pas de passage dans un système optique équivalement à l'oeil.

Note il y a 3 autres courbes mais pas tout à la fois, je poste pour illustrer ce que Marc connaît bien.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela illustre parfaitement mon propos vis à vis de l'obstruction.

En visuel c'est une catastrophe ; Jupiter dans un astrographe (type Epsilon, 48% d'obstruction) c'est vraiment pas terrible, il est préférable de prendre un petit newton de 115/900, voire un ETX 90 !

C'est ce qui rend les lunettes aussi attrayante d'ailleurs car le contraste y est maximal ... même si la résolution réelle y est médiocre (mais parfaite pour leur diamètre généralement inférieur).

Par contre la photo aide beaucoup pour passer de l'image obstrué à droite à celle quasi parfaite à gauche !

Il suffit de voir ce que l'on obtient partant d'une brute (registration+compositage) puis après le passage des ondelettes. La différence est édifiante même si on a RIEN gagné en résolution (tout se fait à la capture). Seul le contraste des zones (de différentes tailles parfois) est amélioré. Comme si finalement on remontait la courbe de MFT vers la courbe idéale à 45° qui signe un instrument ... non obstrué !

 

Tout cela pour dire que même avec un 500mm diaphragmé à 350~400mm cela te donnera de très belles images. Maintenant il faut voir ce que représente, en terme de surface et donc de perte de contraste global, l'utilisation du miroir en pleine taille malgré ses défauts de bords. Cela reste une erreur de l'ordre de L/4, c'est déjà très bien. Dans ces diamètres de toute façon c'est bien plus le ciel qui va dicter sa loi. Déjà qu'avec un 300mm les "bonnes nuits" se comptent sur les doigts chaque année, avec une telle galette tu aura peut être deux ou trois nuits parfaites ... par an (si c'est plus faudra penser à partager ton site d'observation).

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour être plus complet les courbes ftm en intégrant un L/3 et obstruction seront bien différentes.

Rien à voir avec celles plus haut.

Pour 350mm avec diaphragme le L/5 va dégrader relativement encore en se rappellant qu'un diamètre avec L/4 équivaut en gros au même obstrué à 31% parfait.

Ce sera moyen à bon sans plus selon les conditions de seeing, transparence du ciel, etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites

OK,  patry

 

C'est dans quel ordre:

si j'ai un bon site.... je partage

si je partage...... j'ai un bon site ? 

 

:):)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il restera un bilan à faire.

Le bon site c'est 100nuits par an, transparence et stabilté d'atmosphère.

Ici en rp c'est images 6-7/10 dans une 150mm plus de 50 nuits.

Avec 350-500 ce sera en rapport 4-5/10 et encore vu le design newton pour illustrer (avec une précision optique similaire, L/6 pour la lunette.

Bref moyen à mauvais si installé ici. Cependant quelques rares coups possibles dans l'année, préférentiellement l'hiver en dessous de 0°C.

Mon opinion avec tests en appui.

Si vous avez possibilité de refuser ce mirroir faites-le, vaut mieux un réel L/5 sur le 500 avec une rugosité rms faible.

Le bord rabattu/relevé est très destructeur de contraste image même à L/2-3. Vous aurez sur les planètes comm une vision derrière un nuage de brouillard qui écrème beaucoup la perception.

Du vécu sur des tubes concernés. Rien à voir avec une notion de diamètre qui doit compenser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

stanislas> A mon avis c'est beaucoup moins que cela !

Sur un bon site que j'avais avant mon déménagement (immeuble, entouré d'espaces verts, dernier étage, pas de vis à vis à moins de 150m), j'avais une à deux dizaine de bonnes nuits par an au C8. Avec le C11, nettement moins de dix, et sur mon nouveau site, je dois avoir moins de 5 bonnes nuits par an (celles où on regrette de ne pas disposer d'un instrument plus gros).

Par contre avec la 80ED, il faut vraiment que les étoiles "dansent" au zénith pour que cela se voit à l'oculaire. Du coup les bonnes nuits c'est presque ... "à chaque fois qu'il fait bleu".

C'est assez déprimant (du coup je sors l'instrument moins d'une fois par mois, vu en plus la configuration planétaire, ... et arboricole chez moi).

Avec William, il y a quelques années, on avait pas franchement pu départager mon C11 de son C14 sur mon site ... normal si on considère 3 ou 4 nuits prises au pif dans un intervalle de 15 jours ! Comme quoi imager en ville c'est très très bien !

 

Sinon, l'avantage d'un "gros" instrument c'est justement de disposer de beaucoup de flux, quitte à sous-échantillonner pas mal, on s'en fout. Le sous-ech. des uns, sera le sur-ech. des copains moins bien lotis et si au bout on a une belle image pourquoi pas ? Ainsi tu gagne en exposition, gagner sur le "lucky" de "lucky imaging" et tu peux accumuler encore plus d'images pour le filtrage ! De toute façon, avoir un 500mm à L/6, et L/30 rms c'est simplement pas possible à garantir financièrement j'imagine.

 

Marc S>

Fait des images d'abord, tu nous invitera après en fonction de ce que l'on verra.

De toute façon il n'y a pas 10000 solutions. Essaie avec et sans diaphragme (500mm, 450mm et 400mm) sur une même cible un même soir. Un bout de contre-plaqué, une scie-sauteuse, une vis au centre et un peu de fil pour bien être centré et le tour est joué.

C'est même pas dit que sur une nuit moyenne tu "vois" la différence.

 

Marc (P)

Share this post


Link to post
Share on other sites

pour la turbulence locale il ne suffit pas de s'élever à quelques mètres au dessus du sol mais il faut aussi s'éloigner des surfaces bétonnées et de toutes les sources de chaleur en général. chez les amateurs je n'en ai pas vu souvent qui réussissaient à faire les deux.

 

pour le 500, s'il est déjà opérationnel, une image exposée quelques secondes (pour moyenner l’éclairement) du miroir éclairé par une étoile en intercalant hors foyer un écran (comme un foucault loin en intra ou extra focal, ou comme un ronchi qui n'aurait qu'une seule barre utilisée d'un seul coté :) ) qui se silhouette sur le miroir devrait également montrer si le bord rabattu est prononcé ou pas et en donner l'étendue assez précisément. ça peut se faire à l'oeil aussi, ce n'est pas forcément plus simple pour évaluer le défaut.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, patry a dit :

Sinon, l'avantage d'un "gros" instrument c'est justement de disposer de beaucoup de flux, quitte à sous-échantillonner pas mal,

 

Salut,

 

en visuel planétaire aussi, le "gros" c'est primordial.

La vision ne fonctionne de façon optimale que si l'éclairement rétinien est assez puissant.

En raisonnant à grossissement constant, réduire le diamètre détériore les performances de l'oeil.

 

Donc, Marc, si tu peux garder tout le diamètre, ce sera tout bénef en visuel planétaire aussi.

Quant au ciel profond, n'en parlons même pas !

 

Fred.

 

 

Edited by fred-burgeot
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

patry> c'est ce que je compte faire : imager à 500, 450, 400 mm puis comparer. Je vais vous indiquer les résultats 

            Ici, je laisse le correcteur de champ.

 

 

asp06> OK pour le test visuel. Je vais enlever le correcteur de champ... Sinon il y a l'oculaire de test Ronchi chez pierre-astro

 

fred> suivants les manips précédentes je vais juger du défaut du BR. Au mieux je reste en plein diamètre.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

le correcteur de champ ne gène pas. pas besoin d'un oculaire de ronchi, tu as déjà un bulletin de contrôle ;) . là je propose de poser un écran (une carte de crédit par  exemple ) sur la sortie du porte oculaire mais pas au foyer mais en dehors (i.e. non focalisé) , et de regarder le miroir éclairé par une étoile un peu brillante :  le bord de l'écran se silhouette sur le miroir et s'il y a un bord rabattu un peu fort la ligne droite fait un crochet à son endroit.

 

edit : avec un ronchi ça ressemble à ça (si l'image passe) , avec un écran simple, c'est clair d'un coté et sombre de l'autre avec une démarcation à peu près rectiligne sauf près du bord s'il est rabattu.

 

image004.jpg 

Edited by asp06
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut tout écrire, cependant c'est avec le style de défaut fourni qu'il faut écrire.

C'est une autre histoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois que la remarque au-dessus s'adresse à moi ?

J'ai bien écrit "si tu peux garder tout le diamètre", car dans le cas d'un bord rabattu vraiment pénalisant ce sera mieux de le masquer en effet. Il y a déjà eu plusieurs réponses pour aider Marc à évaluer l'impact de son bord rabattu sur l'image.

 

Autant on peut concevoir de masquer le fin bord (ce qui réduit le flux de façon complètement insensible), autant un masquage de plus d'un décimètre (comme évoqué) me paraît excessif. Dans ce cas ce qu'on gagne sur le front d'onde, on a des chances de le perdre largement au niveau physiologique.

 

Fred.

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour trancher, il faut tester, un petit test de rodier (image du défocus intra/extra) fait tranquillement sur la polaire avec la même taille et au moins 250 pixels sur la caméra ça aidera à déterminer le meilleur cache.

Si il faut de l'aide pour faire fonctionner : poste les images en fits, je crois me souvenir c'est le mieux.

J'ai retrouvé mes tests

http://atom.lylver.org/AstroSurf/ES-80ED-CF/rodier/

Avant colim. laser celui-là... , plein d'inclinaison : pas terrible de faire une collimation au pif avec un oculaire de 8,5mm sur un f6.

Les cercles ressemblent plus à mes patates trigonométriques quand je dessinais au tableau.

perl-dumbell-203-1200-20161031-22h.jpg

 

Edited by lyl
détails

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'était qu'une remarque d'ordre général.

Ce bord tel que montré au bulletin est destructeur de contraste, il vaut mieux le cacher, au moins ceci.

La courbe ftm pour le diametre avec obstruction et L/3 n'a pas grand chose de commun avec celles montrées dans ce forum.

Au moins diaphragmer pour avoir le fameux L/4 compte tenu du bulletin fourni, peut-être 400.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 ouch, sans les 9 premiers termes ça devient daubesque oui. 
Mais Asp06 t'a déjà dit quoi faire. 
 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lyl, tu me fais penser que  j'ai déjà réalisé ce test du winroddier.  (en 2012)

C'était avec mon ancienne caméra Platinum.....

J'ai fouillé dans mes archives et je retrouve une copie d'écran d'un résultat.

Cela donne l'image jointe mais il manque la fênetre (principale)du PTV et RMS.

Dans un autre (vieux) fichier je retrouve PTV= L/4 et RMS= L/24

 

Je pensais à l'époque remplacer le test roddier par un foucault au foyer et imager avec webcam.

J'ai toujours le matos (couteau+webcam dans un tirroire).

test Roddier.bmp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les images correspondantes IN et OUT à 3mm du foyer.

Qualité douteuse avec la Platinum.... et obstruction non circulaire au centre.

C'est mieux avec la QSI....

 

IN-3mm.jpg

OUT-3mm.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que tu n'as pas assez de pixels pour le meilleur test à faire. J'ai du recommencer sur conseil dans le fil que j'avais lancé à l'époque, ensuite me suis arrêtée vers 200x200pixels mais c'est mieux à plus.

Pour moi c'était plus facile : jour d'octobre très calme au Semnoz, très bonne condition, j'ai passé les deux tubes et le dob 203.

Sur un 500, il faut que tu sois stabilisé thermiquement et de bonne conditions : je vois plein de ronds sur la deuxième image qui me fond penser à des tâches ou de la buée sur la cam.

D'ailleurs en passant, ça m'aide de faire ça sur les cams pour savoir si je nettoie ou pas (j'ai la flemme de faire des flats pour une apo 80 :p)

 

Et tu peux empiler une série : ça gêne pas !

Edited by lyl
empilement rodier

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, je vais refaire cela plus sérieusement.

Avec la QSI, obstruction plus circulaire, plus de cable plat de la platinum qui coupe l'image, etc....

Share this post


Link to post
Share on other sites

oui à 90° pour voir si l'astig est mécanique ou optique.
C'est qui le nom de l'artisan qui a fait le miroir ? C'est bon à savoir si on quelqu'un demande conseil sur un fournisseur. 

Attention au Roddier, je n'ai jamais réussi à faire une mesure fiable avec malgré plusieurs tentatives. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah, ok. Non je n'ai pas tourné le miroir.

 

Mais comme tu le dis, je me souviens  avoir eu du mal à obtenir  quelque chose de correct et reproductible....

 

C'est pour cela que j'ai fait le test chez Amos...

 

L'artisan : Fullum au Canada

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By fljb67
       
      Bonjour,
       
      Optique : téléobjectif Sigma de 400 mm de focale ouvert à 5.6 ( = ouverture maximale ).
       
       
      Je croyais - à tort donc - que le phénomène d'aigrettes était réservé aux télescopes muni d'une "araignée".
       
      Ci dessous, un crop d'Arcturus  ( pose unique, sans DOF ) :
       

       
       
      Donc, question : à quoi est dû le phénomène révélé sur cette prise de vue ?
       
      ... sachant que l'ouverture à 5.6 est la valeur maximale  et donc que le diaphragme mécanique ne peut pas intervenir à ce niveau.
       
       
       
      PS : J'ai une hypothèse genre lentille(s) déformées de part leur montage trop "serré".
       
      ¨¨
    • By tom
      Meilleurs voeux à tous les astronomes !

      20 années d'astronomie derrière moi et voilà venu le moment de lancer un nouveau projet pour s'amuser pendant les 20 prochaines années.
      J'ouvre ce post en toute modestie pour partager mes expériences et  quelques réponses sur les questions que l'on peut se poser sur ce genre de sujet sans fin à savoir : et si je refaisais mon set up ?!
      Je partage ici parce que j'ai appris énormément de choses sur ce forum en tant d'années et que ça me paraît être un juste retour des choses d'y participer à mon tour.
       
      Pour gagner un peu de temps dans ce feuilleton, ce projet a été lancé il y a déjà 3 ou 4 mois... et promet de se poursuivre pour encore au moins la même chose. Il se finira le jour de la première lumière. C'est à dire après les réglages, la/les collimations, les corrections de tilt, la mise au point électronique...etc. Je m'engage officiellement à ce que toute image non optimisée ne soit pas considérée comme première "vraie" lumière... ça promet de durer un moment.. donc. Installez vous bien et c'est parti.
       
      EPISODE 1 - Cahier des charges
      Pour entrer directement dans le vif du sujet, le setup que j'utilisais jusqu'alors avec grand plaisir était le suivant :
      Lunette : Televue 85 + réducteur televue : focale de 480mm ccd : atik 16HR - échantillonnage de 2,7'' (donc sous-échantillonné) monture : Taka EM200 temma2jr + guidage diviseur optique (marque ZWO) et Atik Titan Logiciels : prism V10 (acquisition et prétraitement) L'ensemble était relié au pc en ethernet via un silex 4000U2 avec une stabilité logicielle de l'ensemble exceptionnelle depuis 4 ou 5 ans et de bons résultats en imagerie (cf. images ci-dessous)  
      Alors pourquoi en changer si ce setup fonctionne bien ???
      je le connais par coeur et l'astronomie c'est beaucoup moins amusant quand tout fonctionne du premier coup. je sous-échantillonne depuis des années c'est un set-up pour faire du grand-champs, avec un capteur principal qui fonctionne très bien, mais qui n'est pas adapté au grand champs (petite taille, gros pixels), donc il me faut plus de focale. l'évolution des capteurs me donne envie d'essayer les CMOS en pose rapide et pourquoi pas de combiner ces poses avec des poses longues en ccd. et puis le diamètre évidemment : j'en veux plus.  
      Il a donc bien fallut se lancer et écrire un cahier des charges pour commencer à réfléchir un peu plus précisément. Voici donc mes contraintes :
      La contrainte principale et absolue est que je veux rester sur un setup mobile pour voir du pays et des amis . Cette contrainte conditionne énormément de choses à commencer par l'encombrement et le poids d'autant plus que je fais de l'imagerie et non du visuel. Deuxième chose : je conserve l'atik16HR... fidèle, efficace, très peu bruitée. Elle peut être diablement efficace en longue pose sur des nébuleuses planétaires en ciel profond et elle n'a pas dit son dernier mot.
       
      Le cahier des charges de départ du projet est donc :
      - Tube léger : maximum 12kg (hors train optique mais y compris les anneaux) - Diamètre : le maximum tout en respectant la contrainte numéro 1 - Modulable : pose rapide / Nébuleuses planétaires / Galaxies - Evolutif : correcteur/réducteur/barlow...etc - Assez rapide pour l'imagerie (F/D<5) mais avec une collimation stable… très très stable - Backfocus mini : 60-65mm pour pouvoir placer un diviseur en cas de besoin - Mise en température rapide et stabilité thermique du tube  
      La suite au prochain épisode.



    • By Jean-Baptiste_Paris
      Salut à tous, 
       
      J'ai enfin eu la chance le we dernier de réaliser la première lumière de la 16200 !  
       

       
       
      Montée sur la TSA 102 avec le montage suivant : réducteur - bague CA-35 - bague M54 - DO - RAF - CCD
       
       
      Le tirage est un peu supérieur à celui optimal du réducteur (90,5mm au lieu de 83,5mm) mais le réducteur est assez tolérant... OU m'a conseillé de tester avec la bague allonge 19 et sans, pour voir ce qui est optimal. Je n'ai pas eu encore l'occasion de faire le test sans la bague allonge. 
       
       
      Le guidage s'est fait au DO avec la AtikGP. Pas des conditions exceptionnelles niveau ciel, mais suivi correct malgré tout. 
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
      Voici l'image que j'obtiens (en empilant 18 poses de 900s en bin1, Ha 3,5nm - pas de DOF - juste un STF sous Pix pour visualiser) : 
      Clic sur l'image pour la full (jpeg). 
       

       
      Je constate que l'aspect des étoiles n'est pas parfait sur les bords : 
       

       
      Du coup, j'ai passé l'image dans CCDInspector, mais j'aurais besoin de votre aide pour analyser ces images : 
       
      Sur une série de 18 brutes non calibrées : 
       

       

       
      Sur l'image empilée : 
       

       

       
      Je vous avoue que j'ai un peu de mal à me faire une idée... c'est pas moche, mais pas optimal non plus ! 
       
      Pour moi ce n'est pas du tilt car les étoiles ne sont pas déformées dans la même direction... donc c'est sans doute lié à la distance entre le réducteur et le capteur (?). 
       
      Est-ce que ça vous semble acceptable ou est-ce qu'il est possible d'améliorer les choses ?
       
      En sachant qu'à moins de changer de DO, je ne vais pas avoir beaucoup de latitude sur le tirage mécanique derrière le réducteur. 
      Tout est vissé, donc normalement il doit y avoir très peu de tilt. 
       
      La bague CA-35 fait 30mm, peut-être qu'une bague plus courte sur mesure chez Skyméca me permettrait de diminuer un peu le tirage... 
       
      Merci beaucoup pour vos lumières !!!  
       
      jb
    • By MEDION42
      Bonjour, 
       
      Je voudrais savoir si certains d'entre vous ont pu comparer la Synguider 2 par rapport à la première version. La Synguider 2 est elle plus performante ?
       
      Personnellement, j'ai testé la version 1 avec un bilan mitigé. 
       
      Je l'utilise d'un balcon orienté au sud. Je n'ai donc pas la possibilité de mettre en station avec l'étoile polaire. ma lunette est une TEC 140 sur une monture CGEM. J'utilise la Synguider 1 sur une lunette guide de 80/400.
       
      J'ai pu obtenir des autoguidages corrects mais ces derniers temps je n'y arrive plus sans que je comprenne pourquoi.
       
      Merci d'avance pour votre retour d'expérience.
       
      Bon ciel. 
       
      Patrick  
    • By Dav78
      Salut,
       
      J'ai depuis quelques semaines une lunette TS Optics Imaging Star 71 que j'ai commandée chez Pierro.
      La lulu est nickel, et les résultats me conviennent.
      J'ai cependant un petit souci de tilt que je n'arrive pas à régler, et c'est là que j'ai besoin de votre aide ou de vos conseils 
       
      Le PO est en 2,5 pouces, il y a un correcteur intégré, et le FF est bien corrigé.
      Il y a un système de correction de tilt au bout du PO, avec la bague rotative à 360. Il me semble que cette ensemble est fixé au PO par une connexion de type M63.
       
      Il y a donc 3 séries de vis pour régler le tilt, avec pour chaque série, deux tirantes et une poussante, enfin je crois.
      Je vous ai mis une petite photo, ainsi qu'un schéma du système de réglage de tilt et du capteur de l'APN (A7S). Le point de vue est depuis la lunette vers le capteur, comme sur la photo.
      Je vous ai également mis une image correspondant à deux photos : une orientée à 0°, et l'autre à 90 (à peu près).
      Sur cette image, que j'ai réorientée (flip vertical) pour matcher avec le schéma et le capteur, on voit bien qu'en bas à gauche les étoiles sont un peu allongées, et celles en haut à droite sont hors focus, ce qui semble en gros correspondre à l'axe de tilt à corriger.
      Le pbm c'est que je n'arrive pas à tout bien corriger, ce qui semble être lié à la position des vis de réglages : quand je dévisse les deux séries en bas à gauche, ça corrige bien les étoiles allongées, mais ça empire la perte de focus en haut à droite.
      Il faudrait qu'une série de vis soit localisée pile poil en bas à gauche. 
      J'ai bien pensé à mettre des spacers en M63 entre le PO et le système de réglage de tilt pour essayer de bien positionner les vis, mais je n'en trouve pas...
       
      J'espère que j'ai été clair dans mon explication.
       
      Des idées les copains ?
      Merci!
       
      La photo du système et le schéma avec photo en fond.
       


       
      La photo à 100% pour voir où sont les défauts.

       
       
  • Images