Sign in to follow this  
BobSaintClar

De la 3D, madame, et de la vraie ! Tâtez-moi ça !

Recommended Posts

Alors voilà : si je ne devais passer qu'un message, à propos de l'usage optimal de ces jumelles, ce serait d'en dire "à n'utiliser absolument qu'avec un trépied !"

Franchement, c'est de loin mon meilleur deuxième conseil - en fait, c'est plus un diktat qu'un conseil - tant cela conditionne le résultat.

Et mon premier conseil, me direz-vous ? Et bien ce serait : "ne les achetez pas..." :/ Parce qu'au final, même quand on respecte scrupuleusement le mode d'emploi, le résultat ne me convainc pas vraiment (en tout cas, pas à ce prix).

Reste le troisième conseil (oui, c'est dans le désordre), celui présenté comme essentiel par le constructeur : "à ne sortir du sac que sous un bon ciel". Et c'est vrai, c'est nettement mieux, enfin, moins pire.

 

Ce week-end, lors de la seconde nuit de la star-party, j'ai pu bénéficier d'un très bon ciel pendant une bonne heure de temps, alors qu'il faisait déjà nuit noire mais que la lune n'était pas encore levée.

J'ai pu tester tranquillement et efficacement les jumelles Spacewalker 3D 8x42 et, en parallèle, mes 20x80 Vixen équipées d'une paire de filtres Fujinon nebula, à l'origine conçus pour la série des FMT (notamment les 25x1150).

 

Parlons des Spacewalker :

 

- Le trépied est obligatoire : toute utilisation à main levée empêche le regard de percevoir efficacement l'effet 3D. En sus, ce dernier passe d'un objet à un autre (nébuleuse, étoile, groupe d'étoiles) sans logique aucune, ce qui n'a rien d'esthétique et s'avère très perturbant. Et puis, plus l'on regarde longtemps, ce que le trépied permet, plus l'effet est saisissant.

- Si la voie lactée n'est pas flamboyante, laissez tomber. Bien sûr, les défauts observés sous un ciel médiocre (champs modeste, carrés collés perceptibles de part leur moindre transmission, effet de dédoublement des étoiles en bordure de l'effet 3D, piqué perfectible, courbure de champs induisant une dégradation marquée quand on s'éloigne du centre) seront toujours présents sous un bon ciel, mais ils deviendront secondaires : le relief artificiel créé par le système optique de Mr Lederman attire le regard comme un aimant attire la ferraille. On ne voit plus que ça : les objets visés se détachent (idéalement en totalité, au pire en partie) de l'arrière-plan, et ce d'autant mieux que ledit arrière-plan fourmille d'étoiles. Le grossissement fixe limite les cibles "efficaces" à celles de bonne taille : les Pléïades, le double amas de Persée, Andromède, le baudrier d'Orion (les trois rois, surtout), les nodosités de la voie lactée (en particulier l'écu de sobiesky) sont surprenants, mis en valeur. Enfin, ce foutu effet 3D ressemble à quelque chose !

 

Alors, le Bob : satisfait ? Ben non, toujours pas...

 

Déjà, comme dit précédemment, les défauts demeurent : dès que le regard cesse d'être contemplatif et devient un peu inquisiteur, la faible qualité optique des jumelles réapparaît comme par (dés)enchantement.

Ensuite, dès que la lune s'est levée et que le fond de ciel est remonté, adieu le spectacle : si le ciel n'est pas parfait, ça ne marche pas.

Enfin, le rapport qualité/prix est critiquable : à 300 euros la paire de jumelles, on peut s'attendre à quelque chose de meilleur. J'entends bien qu'on achète aussi l'effet 3D et que ce dernier doit se payer, mais dans ce cas, à mon humble avis, le positionnement du produit est inapproprié : j'ai le sentiment qu'en y mettant le prix, il y aurait moyen de faire des jumelles vraiment surprenantes, bluffantes même, sans compromis douteux sur le résultat. Les mêmes, avec des carrés collés plus transparents, avec la possibilité de tourner l'oculaire qui les porte (pour inverser le relief perçu : Andromède DEVANT les étoiles de notre galaxie, ça surprend), avec plus de champs apparent (disons 65°, à minima) et mieux corrigé, je pourrais envisager de les acquérir pour le double voire le triple du prix : je préfère bien investir 600 ou 900 euros qu'en gâcher 300 ! Après tout, Canon a sorti des 10x42 L IS de compétition pour 1000 euros (leur prix ici), et je pense que leur système de stabilisation est un peu plus cher à produire que les trois lamelles collés dans l'oculaire des Spacewalker !

 

Voilà pourquoi, à ce jour (enfin cette nuit), je reste sur ma faim avec ces jumelles. Si l'on fait tout comme il faut (trépied, bon ciel), ça marche, mais le compte n'y est pas.

Voilà ! Qui n'en veut ? Je les revends 30% moins chères :D

Edited by BobSaintClar
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com

Juste une question au vu de ton retour d'expérience et de la difficulté a s'en servir...

En vends t-il beaucoup? Il doit avoir pas mal de déçu dans ses clients?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah aucune idée...

Il y a aussi une paire d'oculaires 21mm offrant le même effet. Ca a plus de sens, pour moi : on peut inverser le relief, le champs apparent est de 65°, la qualité optique semble correcte, on les utilise forcément avec un trépied, bref : ils corrigent la plupart des défauts recensés. Je pourrais les envisager pour mes binos, plus tard.

Share this post


Link to post
Share on other sites

T'es pas rancunier :)

Ne vaudrait il pas mieux investir dans des Ethos ou autres produits?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est clairement pas la priorité. Surtout qu'aux alentours de 20mm de focale, de surcroît en 50.8, y'a de la concurrence !

En fait, je crois que ma première paire d'oculaires sera composée de Nikon NAV 17HW. Je suis un inconditionnel de cette optique... mais purée, il m'en faut 2, ça va faire mal au portefeuille.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais avec une paire de jumelle comme tu vas avoir... Ce serait dommage de mettre des oculaires de merde...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  



  • Similar Content

    • By tom
      Meilleurs voeux à tous les astronomes !

      20 années d'astronomie derrière moi et voilà venu le moment de lancer un nouveau projet pour s'amuser pendant les 20 prochaines années.
      J'ouvre ce post en toute modestie pour partager mes expériences et  quelques réponses sur les questions que l'on peut se poser sur ce genre de sujet sans fin à savoir : et si je refaisais mon set up ?!
      Je partage ici parce que j'ai appris énormément de choses sur ce forum en tant d'années et que ça me paraît être un juste retour des choses d'y participer à mon tour.
       
      Pour gagner un peu de temps dans ce feuilleton, ce projet a été lancé il y a déjà 3 ou 4 mois... et promet de se poursuivre pour encore au moins la même chose. Il se finira le jour de la première lumière. C'est à dire après les réglages, la/les collimations, les corrections de tilt, la mise au point électronique...etc. Je m'engage officiellement à ce que toute image non optimisée ne soit pas considérée comme première "vraie" lumière... ça promet de durer un moment.. donc. Installez vous bien et c'est parti.
       
      EPISODE 1 - Cahier des charges
      Pour entrer directement dans le vif du sujet, le setup que j'utilisais jusqu'alors avec grand plaisir était le suivant :
      Lunette : Televue 85 + réducteur televue : focale de 480mm ccd : atik 16HR - échantillonnage de 2,7'' (donc sous-échantillonné) monture : Taka EM200 temma2jr + guidage diviseur optique (marque ZWO) et Atik Titan Logiciels : prism V10 (acquisition et prétraitement) L'ensemble était relié au pc en ethernet via un silex 4000U2 avec une stabilité logicielle de l'ensemble exceptionnelle depuis 4 ou 5 ans et de bons résultats en imagerie (cf. images ci-dessous)  
      Alors pourquoi en changer si ce setup fonctionne bien ???
      je le connais par coeur et l'astronomie c'est beaucoup moins amusant quand tout fonctionne du premier coup. je sous-échantillonne depuis des années c'est un set-up pour faire du grand-champs, avec un capteur principal qui fonctionne très bien, mais qui n'est pas adapté au grand champs (petite taille, gros pixels), donc il me faut plus de focale. l'évolution des capteurs me donne envie d'essayer les CMOS en pose rapide et pourquoi pas de combiner ces poses avec des poses longues en ccd. et puis le diamètre évidemment : j'en veux plus.  
      Il a donc bien fallut se lancer et écrire un cahier des charges pour commencer à réfléchir un peu plus précisément. Voici donc mes contraintes :
      La contrainte principale et absolue est que je veux rester sur un setup mobile pour voir du pays et des amis . Cette contrainte conditionne énormément de choses à commencer par l'encombrement et le poids d'autant plus que je fais de l'imagerie et non du visuel. Deuxième chose : je conserve l'atik16HR... fidèle, efficace, très peu bruitée. Elle peut être diablement efficace en longue pose sur des nébuleuses planétaires en ciel profond et elle n'a pas dit son dernier mot.
       
      Le cahier des charges de départ du projet est donc :
      - Tube léger : maximum 12kg (hors train optique mais y compris les anneaux) - Diamètre : le maximum tout en respectant la contrainte numéro 1 - Modulable : pose rapide / Nébuleuses planétaires / Galaxies - Evolutif : correcteur/réducteur/barlow...etc - Assez rapide pour l'imagerie (F/D<5) mais avec une collimation stable… très très stable - Backfocus mini : 60-65mm pour pouvoir placer un diviseur en cas de besoin - Mise en température rapide et stabilité thermique du tube  
      La suite au prochain épisode.



    • By zirkel 2
      Bonjour,
       
      Une question que je me pose : le verre "Crown" le plus connu est le BK-7 de chez Schott....et des équivalents comme chez CDGM.
      Pour les verres fluorophosphates ED S-FPL 51-53-55 de chez Ohara et équivalents chez Hoya
      Du verre ED est donc nécessairement "Flint" ???
      il me semble que l'on inverse "juste" la position du Crown et du Flint… comme l'image ci-dessous :
       

    • By SLO
      Bonjour

      Dans la nuit de jeudi à vendredi j'ai profité d'un ciel dégagé pour tester mon Mak 127 mm  avec un réducteur de focale  0,5 x portant son f/d à 6.
      Un premier test l'été dernier c'était avéré désastreux avec une coma monstrueuse. 
          
      Finalement  cela venait du système du doublet optique  monté à l'envers dans son support et après calcul précis du back focus  le résultat est bien meilleur.
       
      J'ai choisi comme cibles trois amas globulaire: M53, M3 et M13 avec l'ASI 224 MC en poses courtes.
      299 pose de 1 secondes pour M3 et 295 poses de 2 secondes pour M53 et M13 plus trentaine de dark.
      Traitements avec Siril et Photoshop.



    • By astrocg
      d'après vous quelle est la combinaison permettant le maximum de légèreté (masse au mètre la plus faible) d'un tube de lunette tout en conservant une rigidité suffisante?
      par exemple pour une optique semi-rapide type 102/660
      j'ai pensé pvc,contreplaqué de 2 ou 3mm, ajouré, carbone, ...
      faites part de vos essais et expériences
    • By jldauvergne
      Hello
      j'ai depuis longtemps un PST. Il est de première génération, mais comme tous il s'est oxydé. Il a donc été réparé et j'ai maintenant un ERF dans la partie porte oculaire. 
      Avant même que des personnes fassent des modifications de PST cette idée de modification me trottait dans la tête, et faute de temps et d'idée de comment bien faire, j'ai laissé tombé jusqu'ici.
       
      J'ai parcouru les chapitres dédié dans le livre coordonné par @christian viladrich, quel mine, bravo pour le boulot c'est hyper pointu ! Je le recommande à tous. 
      Bref j'ai pas mal potassé, mais j'ai pas mal de questions que je liste ci dessous pour être sur de ne pas investir dans de la plomberie et de l'optique pour rien.

      Mon projet serait de le monter sur une lunette de 72 mm (Astrotech 72/430 ED). Je ne suis pas un grand fondu de l'observation du Soleil, je suis plutôt sur Jupiter en ce moment, donc mon objectif c'est plutôt récréatif pour pointer le Soleil une fois de temps en temps. 

      Du coup je n'ai pas pour but de casser la tirelire. J'ai envisagé une solution qui pourrait me coûter dans les 400€ tout compris.
       
      Sinon pour le couplage de l'étalon à la barlow j'ai repéré cette bague toute faite qui a l'air super chez teleskop austria : 

      https://teleskop-austria.at/PST-50_PST-50-ADAPTER-Adaptiert-den-PST-Keil-in-einen-2-Zoll
       
      J'ai bien compris qu'il faut rester sur du f/10. La barlow APM 2x pourrait bien convenir et elle est abordable. Elle fonctionnerait autour de 1,8x dans ces conditions je pense pour  me mettre en gros à f/10

       
       
      Pour minimiser les coûts, je fais éviter d'acheter le BF10 de Coronado. 
      [edit] j'ai demandé un devis à Omega Optical ils sont à 445$, gloups[/edit]
      J'ai demandé un devis autre à Lot Quantum, ils sont à 252€ ttc pour un 12,5 mm, ça c'est pas mal du tout ! Je pense que je vais commander ça (sauf si quelqu'un a une solution moins chère)


      Il y a quelques années je leur ai commandé un 25 mm pour un peu plus de 300€ pour le coronographe de Buthiers. Pas de soucis sur le produit. Je pense que c'est un bon plan. 
       
      Question 1
      Au niveau ERF je ne sais pas trop quoi faire. Est ce que je garde l'ERF qui est côté porte oculaire, ou bien sur 72 mm il faut obligatoirement le mettre à l'avant de la lunette ? 
       
      Question 2
      Pour filtrer à l'avant plutôt que de casser la tirelire dans un ERF je serais plutôt parti sur un filtre dark Red B-W (il passe à partir de 630 nm) couplé à un UV/IR cut Hoya. Ca revient à 120€ en gros et la bande passante est assez comparable à celle des ERF dédiés. 

      Est ce que c'est une alternative déjà testée ?

       
       
      Question 3
      J'ai encore un doute de savoir si je garde le bloc arrière du PST ou pas (je ne trouve pas le système de mise au point si mauvais, il est souvent critiqué). Je me dit qu'il peut m'aider à bien positionner l'étalon par rapport au foyer de la lunette. 
      Si je ne le conserve pas, comment déterminer la distance entre l'étalon et l'oculaire ? Il faut juste que je me base sur la focale de 20 cm des lentilles ?
       
      Question 4
      Je n'ai pas bien compris le rôle du filtre ITF dont il est question dans le bouquin sur . Est ce qu'il est nécessaire dans une modif comme la mienne ? J'ai l'impression qu'il est redondant avec l'ERF d'ouverture ?
      Je peux le cas échéant toujours 
       
      Question 5
      Dans le livre Astronomie solaire, pour savoir quelle est la taille du sweet spot il est pris pour hypothèse une tolérance de 0.25A. Ca me donnerait dans mon montage un rayon de sweet spot d'environ 10' donc un peu plus petit que le Soleil. 
      Est ce que ça veut dire que je serai vraiment en dehors de H alpha au delà de 10' ou bien j'aurai juste une perte de contraste. J'avoue que j'aime quand même bien sur le PST de voir H alpha sur toute la surface. 
       
      Question 6
      J'ai lu dans un autre fil sur un PST CaK que le pas de vis arrière de l'étalon est au standard Celestron. Est ce que c'est aussi le cas sur le PST H alpha (c'est bien pratique si c'est le cas !). 
      Je n'ai pas dévissé cette partie encore. En fait après maintenance chez Coronado, tous mes filetages ont été collés, c'est coton a récupéré, mais j'ai réussi à tous les avoir, celui-ci je n'ai pas essayé encore. 

      J'ai déjà fait un peu long, j'aurais d'autres questions mais je vais m'arrêter là

      A bientôt
      JLuc Dauvergne 
       
       
       
       
       
       
  • Images