BobSaintClar

Choisir ses jumelles géantes sans (trop) se tromper

Messages recommandés

Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Astronomie solaire : la bible est arrivée !
400 pages, plus de 800 illustrations !
Les commandes sont ouvertes sur www.astronomiesolaire.com



  • Contenu similaire

    • Par tom
      Meilleurs voeux à tous les astronomes !

      20 années d'astronomie derrière moi et voilà venu le moment de lancer un nouveau projet pour s'amuser pendant les 20 prochaines années.
      J'ouvre ce post en toute modestie pour partager mes expériences et  quelques réponses sur les questions que l'on peut se poser sur ce genre de sujet sans fin à savoir : et si je refaisais mon set up ?!
      Je partage ici parce que j'ai appris énormément de choses sur ce forum en tant d'années et que ça me paraît être un juste retour des choses d'y participer à mon tour.
       
      Pour gagner un peu de temps dans ce feuilleton, ce projet a été lancé il y a déjà 3 ou 4 mois... et promet de se poursuivre pour encore au moins la même chose. Il se finira le jour de la première lumière. C'est à dire après les réglages, la/les collimations, les corrections de tilt, la mise au point électronique...etc. Je m'engage officiellement à ce que toute image non optimisée ne soit pas considérée comme première "vraie" lumière... ça promet de durer un moment.. donc. Installez vous bien et c'est parti.
       
      EPISODE 1 - Cahier des charges
      Pour entrer directement dans le vif du sujet, le setup que j'utilisais jusqu'alors avec grand plaisir était le suivant :
      Lunette : Televue 85 + réducteur televue : focale de 480mm ccd : atik 16HR - échantillonnage de 2,7'' (donc sous-échantillonné) monture : Taka EM200 temma2jr + guidage diviseur optique (marque ZWO) et Atik Titan Logiciels : prism V10 (acquisition et prétraitement) L'ensemble était relié au pc en ethernet via un silex 4000U2 avec une stabilité logicielle de l'ensemble exceptionnelle depuis 4 ou 5 ans et de bons résultats en imagerie (cf. images ci-dessous)  
      Alors pourquoi en changer si ce setup fonctionne bien ???
      je le connais par coeur et l'astronomie c'est beaucoup moins amusant quand tout fonctionne du premier coup. je sous-échantillonne depuis des années c'est un set-up pour faire du grand-champs, avec un capteur principal qui fonctionne très bien, mais qui n'est pas adapté au grand champs (petite taille, gros pixels), donc il me faut plus de focale. l'évolution des capteurs me donne envie d'essayer les CMOS en pose rapide et pourquoi pas de combiner ces poses avec des poses longues en ccd. et puis le diamètre évidemment : j'en veux plus.  
      Il a donc bien fallut se lancer et écrire un cahier des charges pour commencer à réfléchir un peu plus précisément. Voici donc mes contraintes :
      La contrainte principale et absolue est que je veux rester sur un setup mobile pour voir du pays et des amis . Cette contrainte conditionne énormément de choses à commencer par l'encombrement et le poids d'autant plus que je fais de l'imagerie et non du visuel. Deuxième chose : je conserve l'atik16HR... fidèle, efficace, très peu bruitée. Elle peut être diablement efficace en longue pose sur des nébuleuses planétaires en ciel profond et elle n'a pas dit son dernier mot.
       
      Le cahier des charges de départ du projet est donc :
      - Tube léger : maximum 12kg (hors train optique mais y compris les anneaux) - Diamètre : le maximum tout en respectant la contrainte numéro 1 - Modulable : pose rapide / Nébuleuses planétaires / Galaxies - Evolutif : correcteur/réducteur/barlow...etc - Assez rapide pour l'imagerie (F/D<5) mais avec une collimation stable… très très stable - Backfocus mini : 60-65mm pour pouvoir placer un diviseur en cas de besoin - Mise en température rapide et stabilité thermique du tube  
      La suite au prochain épisode.



    • Par payrault
      Bonjour,
      Une petite question concernant le nettoyage d'une lame de C8 Edge qui porte quelques traces de poussières et d'autres substances non identifiées qui pourtant semblent légèrement grasses.
      Peut-on nettoyer une telle lame (à l'extérieur) et si oui, comment? Quelles précautions, il ne faut pas qu'elle bouge?
      Peut-on employer les produits liquides (spray) de nettoyage de lunettes ou préférer Purosol?
      Quel textile pour essuyer?  On parle beaucoup des microfibres mais on ne connait pas leurs composants qui pourraient rayer! Non?
      Depuis des dizaines d'années j'utilise pour mes optiques photo des mouchoirs en fil. Est-ce possible dans ce cas?
      Merci de vos précisions lorsque vous aurez un peu de temps...
      Cordialement,
      P. Ayrault
    • Par econseil
      Bonjour,
       
      Comme chaque année, le club d'astronomie de Mont-Bernenchon présente ses réalisations photographiques au cours d'une exposition, salle des Libellules à Mont-Bernenchon (62).
      Au programme : Exposition de photographies, de matériel astronomique et observation du Soleil en toute sécurité si la météo le permet.
      Venez discuter avec les membres du club. Il se feront un plaisir de vous exposer leurs techniques d'acquisition et de traitement d'images.
       
      Ouvert à tous. Entrée gratuite.



    • Par FroggySeven
      ça commence à prendre forme mon histoire de jumelles... ou pas
       
      La comparaison avec mes Monarch 7     8x42    8°   est vraiment intéressante je trouve
      Sur un paysage dégagé, on n'a pas d'effet "waouh"... on oublie juste plus facilement qu'on regarde dans des jumelles.
      Ce qui est frappant, c'est qu'on embrasse à peu près la même portion de paysage (logique ~8° dans les deux cas),
      mais qu'on voit plus de détails (logique, x12 versus x8),
      étonnamment sans être tellement plus gêné par les tremblements
      (car on fait moins attention aux bords du champ ???).
       
      Sur une falaise, on est pas loin de l'effet "waouh". On ne la "scrute" pas, elle s'est rapprochée.
      L'homogénéité parfaite de l'image jusque dans les coins joue beaucoup pour obtenir cette impression
      (alors que c'est 50% de vraiment net seulement avec les Nikon, et 20% avec celle du coffret stelvision).
      C'est plutôt de bonne augure pour les étoiles (même si la pupille d'un peu plus de 4mm est juste pour ça).
       
      Seulement voilà... c'est quand même vachement frustrant d'avoir une vision inversée
      (et très accessoirement un tout petit peu moins de contraste).
      Je m'attendais à un effet "waouh", mais en fait c'est surtout une sensation de légèreté...
      qui jure avec le manque d'intuition de la vision inversée.
      La solution, c'est soit de repartir sur un couple objectif/Ethos complètement différent (si c'est possible),
      soit d'intercaler un répétiteur d'image (mais il faut qu'il ait une pupille de sortie de presque 5 cm !),
      soit d'utiliser un inverseur en entrée (amici trop cher ? porro ? deux miroirs secondaires ?).
      J'ai peur que les redresseurs terrestres dits 2" fassent beaucoup moins que 2" à l'intérieur...
       
       
       
      PS : pour la réalisation, j'ai fixé sur l'objectif une bague T2 qui se visse sur le support d'oculaire
      (qu'il a fallu un peu usiner aussi à causes des vis : je n'ai pas osé mettre des têtes coniques sur la fine bague T2).
      On a juste la marge qui va bien pour la mise  au point à l'infini.

    • Par FrancoisGAP
      Je vous laisse le lien vers l'article que je viens d'écrire sur ce sujet. 
       
      http://planetediy.fr/index.php/2019/03/10/masque-de-primaire-pour-aigrettes-disgracieuses/
       
       

  • Images