Jean-Noel

Première lumière Ardennaise du T520 Optique Walbaum et comparaison avec le DF510mm

Recommended Posts

Je vous propose de trouver une série de quatre C.R. correspondant aux premières lumières Ardennaises réalisées avec un Dobson de 520mm F/D6, dont l’optique est celle de l’ancien observatoire de Michel Walbaum décédé en 1983. Gérard Colas (Geco71), ex propriétaire de cet instrument, a écrit un compte rendu d'observation astronomique sur la 1ère lumière de ce télescope effectuée le 4 mai 2014 : ici. Je le remercie de m'avoir cédé ce télescope dont l'optique a enfin pu s'exprimer pour la première fois, dans mon jardin et avec succès, ce mercredi 20 septembre. C'est en fait l'achat sentimental de l'optique dont les images de Saturne, d'une beauté indescriptible, m’ont à jamais subjugué en 1973. Ce CROA se propose d’apporter quelques éléments factuels :

 

  • De comparaison entre ce Dobson de 520mm d'ouverture, très imparfait mais réalisé autour d’une optique d’exception et mon Dobson Factory de 510mm Optique Mirro-Sphère à  L/18Ptv. ;
  • D’évaluation des images observées sur un site affecté par une forte pollution lumineuse et une agitation atmosphérique notable.

 

Ces quelques observations pourront peut-être intéresser les observateurs de Belgique et des régions du Haut de France. Je vous souhaite bonne lecture…

J'invite toute les personnes ayant observées au T520 à Reims à me contacter.

 

 

 

 

 

 

 

 

1)    Première lumière sous ciel dégagé du T520 et comparaison avec le DF510mm

 

 

Mercredi 20 au Jeudi 21/09/2017

Aubrives, vallée de la Meuse dans les Ardennes (50° 6'14.57"N - 4°45'9.05"E).

 

Dobson 520mm, miroir D=515mm F=3090mm, optique Michel Walbaum (Hilux 96%).

Dobson Factory 510mm, miroir D=506mm F=2645mm, optique Mirro-Sphère (Hilux 96%).

 

image.png.67004a836032bad634eb8f0f4abbda0e.png

T520

 

image.png.54cb8497c2441e241d7a71e5ca3bd944.png

DF510 (ici sans bafflage monté)

 

 

Début 22h30 : Transparence exécrable, diffusion lumineuse intense des luminaires, de la centrale de Chooz et des villages avoisinants. La voie lactée n’est pas visible à l’œil nu et le ciel est rougeoyant ou blanchâtre (Mvlon~4 avant minuit et 4.76 dans Pégase après extinction des luminaires à Aubrives). Turbulence sensible au T520  mais non gênante pour l’observation du ciel profond. Valeur SQM mesuré à 19,69 à 1h00’. Le taux d’humidité de 100% m’oblige à utiliser un sèche-cheveux toutes les 10 minutes…

 

 

Véga = α Lyre :

α = 18h 36m 56 ;  δ = +38° 47′ 01 ; Type A0Va1; Dist = 25,3 AL ; Mv=0.  

L’étoile la plus brillante du ciel d’été est vue au T520x103 (Zeiss UWF30 85°) comme un splendide diamant percutant, fin est accompagné de très fines aigrettes sur un fond de ciel noir. C’est splendide pour une première observation. Une discrète diffusion est perceptible aux abords immédiats de l’étoile. Au bout de 1 minute, la diffusion devient visible puis notable et l’étoile perd graduellement en « punch » en raison d’un dépôt de buée sur le miroir secondaire. Bienvenue en Ardennes.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

M13 = NGC 6205 : (Hercule) α = 16h 41m 41s; δ = +36° 27′ 37″ ; AG ; Mv=5.8 ; diam. 20’.

L’amas, au couchant et déjà situé dans la brume et la pollution lumineuse du village de Hièrges, est bien résolu mais peu lumineux et un peu empâté au T520x386. La vision me rappelle très légèrement les lointains souvenirs des images observées chez Michel Walbaum dans les années 1975 à Reims. M13 est trop bas pour pouvoir évaluer la qualité de l’image comparativement avec la vision magistrale de M13, observée le 14 Août à l’Observatoire Centre Ardenne, au Sud Dobson 407x204 (optique Mirro-Sphère).  

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

M57 : (Lyre) α = 18h 53m 35s ; δ = +33° 02′  ; NP ; Mv=9.7 ; dim. 1,4’x 1,0’.

La forme annulaire est bien visible au Nagler 20 + TV2.5 (T520x386), mais l’image manque de luminosité. Deux étoiles de 13 et 14.7 sont néanmoins perceptibles aux abords de la nébuleuse. La magnitude limite semble être équivalente à celle observée avec le LB301 (optique JML) sur le site d’observation de la Croix-Scaille (Mvlon 6.4)..

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Double-double = ε1 et ε² Lyra = Σ2382-83 : (Lyre) α = 18h 42m,7 ; δ = 39° 37′ ; ED A3V+F0V (ε1) A6Vn+A7Vn (ε2) ; Mv= 4,66 [ε1] 4,59 [ε2] ; Sép. 208,2’’ thêta=172°.  

Σ2382 = ε1 : Mv= 5,0 et 6,1 ; Rho=2,33" - Thêta=345°.  

Σ2383 = ε1 : Mv= 5,1 et 5,4 ; Rho=2,39" - Théta=75°.  

Très facile au T520x386, les composantes blanches montrent une image tendant vers l’aspect planétaire mais restent fines sur un fond de ciel contrasté.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Delta Cygne = Σ2579 : (Cygne) α = 19h 44m 58,5s ; δ = +45° 07′ 51″; ED B9.5IV+F1V ; Mv= 3,0 et 6,5; Sép. 2,74" thêta=216.6°.

La composante principale blanche et tend vers un aspect planétaire grossier. Elle est accompagnée d’un compagnon bleuté et fortement bouillonnent au T520x772 (Zeiss Abbe 4mm). Il m’est quasiment impossible d’effectuer un suivi correct car le télescope colle assez fortement sur les deux axes et le couple quitte le champs a la moindre tentative de recentrage, c’est très énervant ! L’image est nettement meilleure au T520x515 (Zeiss Abbe 6mm). Elle montre les deux composantes bien séparées mais présente une image globalement un peu moins belle que celle observée, dans de superbes conditions, au T406x450 de l’observatoire de Dourbes (Sud Belgique) muni de mon Zeiss Abbe 4mm. 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

NGC6960 : (Cygne) α = 20h 45.7' ; δ = +30° 43' ; ND ; dim. 70’x 6’ ; Mv~7.0.

La petite dentelle, presque centrée sur l’étoile repère 52 cygne de Mv=4.3, dessine deux ailes, un peu sombre mais très contrastées, dans lesquelles s’entrecroise un système complexe de  filaments tenus dans un champ très riche en étoiles au T520x103 (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII). Une fois l’étoile jalon sortie du champ, la structure de la nébuleuse se prolonge très loin vers le nord. Le DF510x88 optique Mirro-sphère  (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) présentent une image moins contrastée et mois définis mais avec plus de champ. Le T520x100 (Nagler31 + Filtre UHC) montre une image plus lumineuse dans un champ riche en étoiles. Le DF510x82 (Nagler31 + Filtre UHC) montre globalement une image un peu plus lumineuse et la nébuleuse moins grossis semble légèrement mieux ressortir qu’au T520.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

NGC6992 : (Cygne) α = 20h 56.4' ; δ = +31° 43' ; ND ; dim. 60’x 8’ ; Mv~7.0.

Plus brillante que NGC 6960, le T520x103 (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) montre une vision superbe de la grande dentelle. On resterait vissé à l’oculaire pendant des heures avec des détails faramineux et extrêmement contrastés de la structure torsadée ! Je rappelle que la Mvlonz ne dépasse pas 4,7.  Le boomerang s’étire sur plus de 1° (NO-SE) sous la forme d’un long fuseau d’environ 10’ de largeur moyenne. Le DF510x88 optique Mirro-sphère  (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) révèle un peu moins de détails et de contraste dans les images. Le T520 est un ton au dessus. Le T520x100 (Nagler31 + filtre UHC) montre une image un peu moins contrasté que celle observée au Zeiss+filtre OIII. Le DF510x82 (Nagler31 + Filtre UHC) révèle une image plus lumineuse mais moins définie que celle observée au T520.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

NGC7000 : (Cygne) α = 20h 58.8' ; δ = +44° 20' ; ND ; dim. 120’x100’.

La nébuleuse North America est bien visible au DF510x88 optique (Zeiss UWF30 85° +Filtre OIII) depuis le sud de la Belgique. C’est possible, même sous mon ciel archi pollué qui m’autorise à faire des ombres chinoises sur le télescope ou de voir les couleurs des maisons avoisinantes lorsque les luminaires d’Aubrives sont éteints ! La région du  « Mexique » apparaît facilement. Plus au Nord et perdu aux milieux d’un champ très riche en étoiles, NGC7000 se noie dans une immense nébulosité, dont la luminosité bien visible décroît doucement au fur et à mesure que l’on se rapproche du « Canada ». Le T520 manque de champ et révèle une image moins intéressante. Le filtre UHC se révèle être moins efficace pour extraire la nébuleuse du golfe du Mexique.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

IC 5070-67 : (Cygne) α = 20h 50.8' ; δ = +44° 21' ; ND ; dim. 80’x70’.

Le Pélican, nettement plus faible que NGC7000, se dévoile mieux en faisant sortir du champ 56 et 57 Cygne. Le cou du Pélican est bien visible au DF510x88 (filtre OIII). Le reste de la nébuleuse reste trop diffus pour rendre la vision intéressante. Le Zeiss UWF 30+OIII permet de voir simultanément les yeux du pélican et la très lumineuse « cote est » de la nébuleuse « North-America ». L’image est cependant beaucoup moins spectaculaire que celle observée sur le site de la Croix-Scaille avec le LB301 JML équipé du Nagler 26mm + filtre OIII. Le T520 ne dispose pas du champ suffisant pour permettre une vision simultanée de la tête du Pélican et de la cote est de NGC7000.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

M15 : (Pégase) α = 21h 29m 58s ; δ = +12° 10′ ; AO ; Mv=6.2 ; diam. 12,3’.

Très brillant, cet amas globulaire présente une large périphérie au tour d’un noyau petit et éclatant. Au T520x386 (Nagler 20 + TV2.5x), la périphérie de l’amas apparaît saupoudré d’étoiles d’une finesse inouïe sur un fond de velours noir profond. Le centre de l’amas apparaît également brillant, contrasté et constellé d’étoiles éclatantes et très fines, la vision est spectaculaire ! Le regard du centre de la périphérie renforce le contraste entre le centre de l’amas et le noir profond entourant M15, c’est sublime et je n’arrive pas à détacher mon œil de l’oculaire ! Le T520x594 (Ethos13 + TV2.5x) dégrade la finesse et les étoiles sont agitées sous l’effet de la turbulence ; Ce grossissement est trop élevé pour ce soir et le suivi est difficile car le télescope colle toujours sur les 2 axes. L’amas redevient superbe en réduisant l’amplification à 475x (Ethos13 + Big Barlow). L’image est de nouveau sublime de finesse et contraste au  T520x386 (Nagler 20 + TV2.5x). Le DF510x509 (Nagler 20 + TV2.5x) fourni également une image magnifique de l’amas globulaire. L’image de l’amas globulaire est juste un peu moins percutante et contrastée que celle obtenue avec le T520. Les étoiles sont également très fines. C’est un véritable plaisir de pointer et de suivre les objets à fort grossissement avec les mouvements très doux du Dobson Factory. Cela mérite d’être souligné.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

NGC884/869 : (Persée) α=02h 22,4m ; δ=+57° 07′ & α=02h19m ; δ=+57° 09′ ; AO ; Mv = 4.4&4.3 ; diam. 30'&30’.

C’est Sublime ! Situé en pleine voie lactée, le champ du double amas du Persée se révèle être particulièrement spectaculaire et d’une finesse inouïe au DF510x85 (Nagler 31mm). NGC869, plus dense que NGC884 montre une petite couronne formée de brillantes perles blanc-bleutées, de 6 à 7ème magnitude, se détachant d’une large périphérie composés de plus d’une centaine d’étoile d’éclats inégaux. Le champ du Nagler 26 permet d’observer simultanément NGC884,  NGC869 et l’étoile rouge sombre située à l’orée de NGC884. Le T520x100 (Nagler 31mm) grossi un peu plus l’image, avec moins de champs mais un contraste et une percutions d’éclat encore renforcés. Le résultat est différent mais l’image est d’une indescriptible beauté dans les deux instruments. Le LB301JML, dont l’image du double amas était spectaculaire à la tour du millénaire (Mvlon 6.4) ne tient pas la comparaison à Aubrives.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

NGC7789 : (Cassiopée) α = 23h 57.0m ; δ = +56° 44′ ; AO ; Mv=6.7 ; diam. 16’.

Le DF510x85 (Nagler 31mm) révèle près de 200 étoiles très fines et serrées, dans le champ fourmillant d’étoiles de la voie lactée (complètement invisible à l’œil nu à Aubrive). Cet essaim composé d’étoiles de 10 à 12ème est très beau mais, il ne me laisse pas un souvenir comparables à l’image sublime observée à la tour du millénaire avec le LB301x60 (Nagler 26mm). L’écart de diamètre, entre 510mm et 301mm, ne rattrape pas le gain de magnitude du site de la Croix-Scaille (Mvlon 6.4) par rapport au ciel d’Aubrives (Mvlon 4.76). La formule empirique de Pogson confirme un écart résiduel de 0,5 magnitude en faveur du LB301 dans un bon site.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

M37 : (Cocher) α = 05h 52m 18s ; δ = +32° 33′  ; AO ; Mv=5.8 ; diam. 24'.

Le large amas de centaines d’étoiles est assez pauvre au DF510x85 ! La vision au T520x100 se révèle être tout aussi triste et la lumière s’éteint graduellement à l’oculaire comme celle d’un planétarium. Je lève les yeux vers le ciel et il n’y a plus d’étoile. Le laser vert révèle une Chappe de brouillard située à quelques mètres au dessus du toit de la maison. C’est fini, je rentre avec des images somptueuses plein les yeux.

 

 

 

Fin d’observation à 3h23’ avec un constat superbe, les instruments Dobson Factory 510mm et T520mm optique Michel Walbaum fonctionnent en ciel profond.

 

 

image.png.78600387dd0ea95585c46de29d836baa.png

 

 

 

 

 

 

 

Edited by Jean-Noel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Bonjour,

 

C'est un superbe CROA , détaillé et les comparaisons entre les divers diamètres très intéressantes .

J'ai eu un équatorial de 380mm home made que j’utilisais dans la banlieue Bordelaise  mais en limite de campagne , je vois bien mieux avec le C9,25 sous mon ciel exempt de PL . 

 

 

Edited by Eric L

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Eric,

 

Je lis souvent des CROA réalisés sous des cieux de rêve ou des conditions parfaites, j'en suis ici aux antipodes...

Cela ne m'étonne pas que tu aies de bien meilleures performances avec ton C9.25, sous ton ciel de montagne, qu'avec ton ancien T380 situé près de Bordeaux,  Il y a un monde d'écart. J'ai le même constat entre un ciel correct (situé à 20 km) et mon site pollué.

 

J'imagine ton ancien T380 dans ton abris à toit roulant actuel 9_9 (Ton EQ8 serait peut-être limite si tu envisages la photographie)

Merci d'avoir lu mes quatre CROA, ça fait plaisir :)

 

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites

Léquato de 380mm  a été vendu en pièces détachées en 1999 ou 2000 en même temps que pas mal de matériel astro . Un moment où je pensais arrêter l'astro ... Déménagement , reprise d'une entreprise , beaucoup moins de temps pour les  loisirs et en appartement  :(

 

Mais j'ai replongé en 2005 avec l'achat d'un SC12 que j'ai monté hier après midi sur l'EQ8 :)

 

 

je fais des recherches concernant ton Zeiss UWF30 85° mais je ne trouve rien ! 

Edited by Eric L

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Eric,

 

Super que tu es replongé, avec ton superbe ciel, la voie lactée était trop tentante. :D

 

Le Zeiss UWF30 85° ne se vend effectivement plus mais il serait peut-être possible de le trouver sur le marché de l'occasion. J'ai cependant trouvé quelques avis  ici sur "cloudynights" et une discussion ici sur "astronomie.de"

 

image.png.bce932dc951903ac42df442df1245ef0.pngimage.png.2831a59e1c48ddbe1c460d549a98b71a.png

 

image.png.5d44988e7c47dced0528ac109690baa5.png

 

Le voici installé sur mon LX200 de 305mm :

 

DSC_0163.thumb.JPG.8a55652694a6c3bd802cb7952ada9b24.JPG

 

Par son contraste et sa finesse d'image,  cet oculaire transcende mon Nagler 31mm sur les instruments dotés d'un rapport d'ouverture > 6 (T250/1630 Astam, et SCT Meade LX200 305mm EMC. Il présente une coma et une courbure de champ importantes sur les télescopes plus rapides (DF510/2645 et LB300 optique JML). Il fait jeu égal au Nagler 31 au T520/3090 (Plus de contraste, une finesse égale mais coma et courbure de champ déjà présentes). Le T250 F/D 6.3 et le Zeiss UWF30mm  m'ont donnés une image assez fantastique du couple M81/M82 sous ciel de campagne. A Aubrives et au T520, la finesse des étoiles du Rodenstock 35mm supplante ces deux oculaires sur le double amas du Persée et M45.

 

J'ai trouvé ces 2 annonces :

Je t'en souhaite une bonne lecture... :)

Le Leitz est excellent.

 

Jean-Noël

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By Cyp
      Salut à tous !
       
      Troisième observation de la semaine, c'était samedi soir. Cette fois, la cible était le couple de galaxies NGC 3226 & NGC 3227, toujours dans le Lion.
       
      Les conditions météo ont été plus capricieuses que les fois précédentes. Ciel clair en début de soirée, puis quelques passages nuageux, puis voile d'altitude, puis bouché. La transparence n'a donc cessé de se dégrader au cours de la soirée. Je n'ai pas pu mener mon observation comme je l'aurais souhaité ; elle a été fortement dégradée, puis écourtée. J'ai ainsi eu beaucoup de mal à mettre mes notes au clair. Je n'ai pas pu m'attarder sur certains détails entr'aperçus ni approfondir l'observation. Il me faudra sûrement y revenir pour m'assurer de mes dires et éventuellement y apporter des modifications.
       
      Par exemple, les galaxies paraissaient initialement bien pâlotes puis, durant quelques secondes, très bien visibles ; pour s'estomper à nouveau, voire totalement disparaître par moment. Plutôt frustrant, et compliqué pour qualifier la visibilité d'un détail... Autant dire que je ne suis ici sûr de rien.
       
      Et avec la Lune qui s'en vient, pas sûr de pouvoir vérifier ça rapidement.
       
      Page web : https://www.cypouz.com/croa/200328/ngc-3226-ngc-3227
       
      Objet : NGC 3226 et NGC 3227
      Type : Couple de Gx
      Constellation : Lion
       
      AD : 10h 23' 30,4" (NGC 3227)
      Déc. : +19° 51' 53" (NGC 3227)
       
      - Date, heure, durée : 28/03/2020, 22:43 TU, 45'
      - Lieu, altitude : Juliénas (69), 158 m
       
      - Vent très faible, 11 °C
      - T2 (mvlonUMi 5,84), P2, S2/77×
       
      - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10
       
      Observations :
          77x (champ de 38'), H = 60°;
          
          - NGC 3227 : Gx oblongue aux limites floues, vue VI1, orientée NNO aux dimensions estimées à 2,5' × 1'.
          
          Un noyau stellaire de mV estimée à 12, vu VI2, est entouré par une faible couronne diffuse oblongue de luminosité L2.
          La couronne semble parfois présenter un très léger gradient de luminosité vers le centre.
          
          - NGC 3226 : Gx circulaire aux limites floues, vue VI1, au diamètre estimé à 1' et positionnée dans le prolongement NNO de l'axe principal de NGC 3227. Les deux noyaux sont séparés d'une distance estimée à 2' tandis que leurs couronnes semblent en contact.
          
          Un noyau stellaire de mV estimée à 13, vu VI3, apparaît au centre d'une faible zone circulaire vue VI5d, elle-même auréolée par une faible couronne diffuse circulaire.
          La Gx semble parfois légèrement allongée, orientée ENE aux dimensions estimées à 1,2' × 1'. Son axe principal apparaît alors perpendiculaire à celui de NGC 3227.
       

    • By Cyp
      Salut à tous !
       
      Comme indiqué hier, après l'observation de NGC 2903, j'ai ressorti le télescope dès le lendemain pour m'attaquer au groupe de galaxies autour de NGC 3190 — groupe nommé Hickson 44, toujours dans le Lion. On passe alors de 25 millions d'années-lumière pour 2903 à environ 60 pour ce groupe.
       
      J'ai essayé de m'éloigner un poil plus de la lumière du lampadaire ; pas sûr que cela fasse une réelle différence. À noter une turbulence plus présente que la veille.
       
      Sur les quatre galaxies du champ, seules trois ont été vues.
       
      Page web : https://www.cypouz.com/croa/200325/ngc-3190-ngc-3193-ngc-3185
       
      Objet : NGC 3190, NGC 3193 et NGC 3185
      Type : Groupe de Gx
      Constellation : Lion
       
      AD : 10h 18' 05,6" (NGC 3190)
      Déc. : +21° 49' 56" (NGC 3190)
       
      - Date, heure, durée : 25/03/2020, 22:17 TU, 1:10
      - Lieu, altitude : Juliénas (69), 158 m
       
      - Vent nul, 2 °C
      - T2 (mvlonUMi 5,84), P2, S3/77×, S4/144×
       
      - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10
       
      Observations :
          77x (champ de 38'), H = 65°;
          
          - NGC 3190 : Gx effilée plutôt bien délimitée, vue VI1, orientée NO aux dimensions estimées à 2,5' × 0,5' au plus large.
          
          Un noyau légèrement allongé est prolongé par une fine barre très effilée. L'ensemble baigne dans une fine couronne diffuse, avec un petit bulbe au NE du noyau. La bordure SO présente un gradient plus marqué, comme longée par une bande d'absorption.
          
          - NGC 3193 : Gx circulaire aux limites floues, vue VI1, au diamètre estimé à 1'.
          
          Une zone centrale circulaire non-stellaire est entourée par une petite couronne circulaire diffuse. À 144×, un noyau stellaire apparaît au cœur d'une zone circulaire graduellement plus brillante vers le centre, auréolée par une couronne circulaire plus diffuse.
          
          Une étoile de mV 9,6 se trouve à 1,2' au N de la Gx.
          
          - NGC 3185 : Très faible Gx ovale plutôt bien délimitée, vue VI4, orientée NO aux dimensions estimées à 1,2' × 0,5'. Luminosité homogène L1.
          
      Remarques :
          L'étoile de mV 7,7 située à 8,3', PA 350°, du centre de NGC 3190 apparaît légèrement jaune.
          La Gx NGC 3187 située à 4,9' de NGC 3190, PA 300°, n'a pas été vue.
       

    • By Cyp
      Salut à tous !
       
      Après une bonne période de disette, j'ai enfin sorti mon télescope pour me remettre un peu au dessin. Pour la première soirée, l'objectif était de retrouver mes habitudes avec le matériel, ainsi qu'une certaine routine dans la description du champ observé. Il faut dire qu'on perd vite l'habitude de scruter les moindres détails de l'objet pointé lorsqu'on ne pratique que de simples sessions d'observations visuelles « touristiques ». Il faut rééduquer son œil et son cerveau, et ça va prendre un peu de temps...
       
      Mon site d'observation à domicile n'est pas véritablement idéal car j'ai un lampadaire à coté. La commune pratique certes l'extinction de l'éclairage nocturne, mais à partir de minuit seulement. Et même ainsi, le ciel n'est pas vraiment des plus noirs. Mais bon, avec une magnitude visuelle limite à l'œil nu de 5,84 dans la Petite Ourse, faut se dire qu'il y a bien pire.
       
      Autre problème, mes nouveaux transformateurs d'alimentation du télescope et de la résistance chauffante qui, en plus d'avoir un fil un peu trop court, présentent le « brillant » avantage d'être dotés d'une belle diode bleue chacun. M'en vais rapidement m'attaquer à elles
       
      Dernier petit détail matériel, le nouveau renvoi coudé géant ne passe pas sous la fourche à partir de 80° de déclinaison. Pas super grave en temps normal, mais problématique pour viser la Polaire afin d'opérer la mise en station... Ou alors, il me faudrait retirer le filtre clair qui est directement vissé au cul du télescope ; et placé là afin d'empêcher toute entrée de particule non-souhaitée. Bon, pour l'instant, je retire le renvoi-coudé pour la mise en station. À voir...
       
      La cible du soir – c'était mardi – est NGC 2903, dans le Lion. Ouais, pour une reprise, on va pas tout de suite chercher les petites tachouilles invisibles
       
      Bizarrement, placer les étoiles du champ sur le dessin est toujours aussi rébarbatif... Mais bon, ça fait plaisir de se retrouver à nouveau l'œil à l'oculaire et la planche à dessin sur les genoux ! Je ne boude donc pas mon plaisir. Ni celui, après coup, de comparer mon compte-rendu d'observation avec ceux des livres et d'autres observateurs tandis que le champ observé est encore très clair dans mon esprit.
       
      Le télescope a été ressorti le lendemain afin d'observer le groupe de galaxies autour de NGC 3190. CROA à suivre bientôt
       
      Page web : https://www.cypouz.com/croa/200324/ngc-2903
       
      Objet : NGC 2903
      Type : Gx
      Constellation : Lion
       
      AD : 09h 32' 09,7"
      Déc. : +21° 29' 55"
       
      - Date, heure, durée : 24/03/2020, 22:32 TU, 1:00
      - Lieu, altitude : Juliénas (69), 158 m
       
      - Vent nul, 2 °C
      - T2 (mvlonUMi 5,84), P2, S2/77×
       
      - Instrument : Lx90, 203/2000, F/10
       
      Observations :
          77× (champ de 38'), H = 55°; Brillante Gx allongée aux limites très diffuses.

          Un noyau stellaire vu VI1 de mV estimée à 12 est traversé par une barre très effilée vue VI3, orientée NNE de longueur estimée à 3'. L'ensemble baigne dans une couronne allongée vue VI1, diffuse et très difficile à délimiter, orientée presque N aux dimensions estimées à 5,5' × 2'. La barre centrale apparaît ainsi plus inclinée que la couronne.
       
          La couronne semble moins étalée coté O, avec un gradient plus marqué. Deux amorces de bras sont aperçus, au N et au S de la couronne. L'amorce N est vue VI5d. L'amorce S, plus large, est vue VI5.
       

    • By xavierc
       Dobson Strock 254/1200
       Seine et Marne à l'entrée de la ferme.
       
       2 dessins : 9077 à 9078.
       
       Après une sieste puis avoir patienté à la maison le temps que les nuages partent, je suis prêt à observer à 0h35.
       Je constate un souci de collimation, l'un des 2 réglages du primaire est en butée. Je n'arrive pas à localiser quelle barre est sortie de son logement pour expliquer cela.
       Ca me laisse un écart de 2mm sur la collimation. Je n'insiste pas trop ce soir, il faudra regarder ça au grand jour.
       
       Je dessine une galaxie du Petit Chien.
       
       Observation 9077 : NGC2350.
       150x. Cette galaxie petite semble condensée, et bien que visible qu'en vision décalée 75% à 100% du temps, elle n'est pas trop dure.
       
       
       Direction ensuite un amas ouvert de la même constellation.
       
       Observation 9078 : Do26.
       75x, 109x. Cet amas ouvert du catalogue Dolidze vaut le coup, déjà peuplé à 75x en étoiles brillantes à perceptibles.
       
       
       A 1h30 je suis fatigué, comment est-ce possible après cette sieste?
       Des chouettes chevèche percent de leurs cris le silence de la nuit.
       
       Je sieste une heure dans la voiture, mais au réveil un fort vent du sud-ouest a surgi, qui dépointe même le télescope.
       Par précaution, je couche ce dernier le long de la voiture, à l'abri du vent, pour éviter qu'il se renverse.
       La fatigue étant encore là, je redors 30 minutes, et là au réveil, en plus du vent le ciel s'est voilé! Nuit maudite!
       
       Je remballe à 4h45 après avoir testé que je n'ai aucun abri contre ce vent pour continuer des observations (à titre de connaissance, car ciel trop dégradé pour le reste de cette nuit).
    • By xavierc
      Dobson Strock 254/1200
       Seine et Marne site des ballots de foin.
       
       10 dessins : 9053 à 9062.
       Je réalise enfin un projet avorté plusieurs fois à cause des nuages, celui de passer le changement d'année sous les étoiles, de préférence sans Lune.
       
       Il y a bien quelques voiles quand j'arrive à 20h40 mais ils partent vite pendant l'installation.
       Le terrain est un peu boueux.
       La Lune en croissant à 30% est déjà basse à cette heure et son éclat ne va pas longtemps contrarier les observations.
       
       Comme hier je commence par une nébuleuse diffuse et un amas ouvert, mais dans le Cocher cette fois, laissant la Licorne gambader seule.
       
       Observation 9053 : NGC1931.
       La nébuleuse est visible dès 75x. A 109x, je sépare le triangle d'étoiles dedans. A 150x, ce trio stellaire est facile.
       La nébuleuse se montre faible à très faible, très diffuse.
       Elle réagit faiblement en Oxygène 3 et faiblement à très faiblement en HBêta, ce qui dénote sa nature de nébuleuse par réflexion.
       
       
       Observation 9054 : Dolidze 15.
       Do15 est repéré discret à 75x, puis mieux vu à 109x, de forme triangulaire évidente. Il est pauvre et faible.
       
       
       Je poursuis sur des galaxies de la Baleine.
       
       Observation 9055 : NGC584 et 586.
       Ce duo de galaxies est déjà bas et la Lune n'est pas très loin. A 109x, NGC584 se révèle condensée, faible, avec un noyau facile et ponctuel, tandis qu'il faut monter à 150x pour NGC586 qui est à la limite de visibilité (VI5), juste soupçonnée.
       
       
       La Lune jaunit vers l'horizon à 22h15.
       
       Observation 9056 : NGC596.
       Elle est trop basse, très faible et petite à 109x. Il est temps de changer de zone du ciel!
       
       
       J'entends les bruits de feux d'artifice à l'ouest pourtant ce n'est pas encore le Nouvel An.
       La Lune très atténuée se couche à 22h26.
       
       Je visite des galaxies de l'Eridan, constellation que j'avais délaissée depuis l'hiver dernier je crois.
       
       Observation 9057 : NGC1700.
       Grossie à 109x et 150x, elle est faible, petite, condensée.
       
       
       Il fait froid.
       
       Observation 9058 : NGC1653.
       Elle est très faible et peu contrastée à 109x.
       
       
       Observation 9059 : NGC1637.
       Vue dès 75x, elle reste très faible et très diffuse à 109x.
       
       
       Le sol est collant à 23h50.
       
       Je pars pour une pause bouffe et chauffage dans la voiture, c'est alors que la bascule d'année se produit, et les feux d'artifice lointains sont lancés au sud et à l'horizon ouest, audibles malgré l'éloignement.
       
       J'observe une nébuleuse diffuse d'Orion au son des feux d'artifice.
       
       Observation 9060 : NGC1788.
       Le premier objet de l'année 2020 est une nébuleuse faible aperçue à 75x puis grossie à 109x, et qui ne réagit absolument pas aux filtres interférentiels.
       
       
       En revenant avec un peu trop d'entrain d'une marche de réchauffage, je manque de bien mal commencer l'année : je bouscule l'arrière du télescope, qui bascule en réaction vers l'avant mais je rattrape de justessse le tube avant qu'il touche le sol!
       
       Ouf! Après recollimation, je poursuis sur d'autres nuées Orionesques.
       
       Observation 9061 : NGC1980.
       Cette nébuleuse est plus subtile mais bien plus étendue à 75x : on pourrait prendre ça pour des halos de diffusion autour des étoiles brillantes concernées, mais par comparaison avec les étoiles de même éclat aux alentours, il n'y a plus de doute, c'est bien une vraie nébuleuse que je vois, les halos sont plus étendus qu'ailleurs.
       
       
       Musique d'une fête à l'ouest, peut-être au village d'à côté.
       
       Observation 9062 : IC424.
       Je termine sur un autre type de difficulté nébulaire, cette nébuleuse est vue VI4 à 5 donc à la limite, à 75x et 109x, et les filtres O3 et HBêta ne me sont d'aucune utilité.
       
       
       Comme avant-hier du givre se dépose sur la bâche.
       A 1h40 j'ai froid aux pieds, en avant pour un petit footing, suivi d'une demi-heure de sieste dans la voiture.
       Je remballe à 2h15 pour dormir dans la voiture jusqu'à 7h30.
       Au réveil, le brouillard s'est installé, la fenêtre de beau temps est durablement partie.
       
       Malgré le sol mou, la voiture n'est pas embourbée.
       Hormis ma frayeur lors du bousculage de Strock, c'est un bon début d'année!
  • Images