Jean-Noel

3ème lumière : Quelques étoiles multiples au T520

Recommended Posts

3) Quelques étoiles multiples au T520

 

 

 

Samedi 23 au Dimanche 24/09/2017

Aubrives, vallée de la Meuse dans les Ardennes (50° 6'14.57"N - 4°45'9.05"E).

 

Dobson 520mm, miroir D=515mm F=3090mm Optique Michel Walbaum (Hilux 96%).

Dobson Factory 510mm, miroir D=506mm F=2645mm, optique Mirro-Sphère (Hilux 96%).

 

 

image.png.69230a78d023362dcac8bc4e5cace597.png

T520 F/D6 avec bafflage

 

 

 

Transparence exécrable et ciel crasseux, diffusion lumineuse intense des luminaires, de la centrale de Chooz et des villages avoisinants. La voie lactée n’est pas visible à l’œil nu et le ciel est rougeâtre ou blanchâtre (Mvlon 3,50 Pégase – Mvlonz 3.94 Cygne). Turbulence non mesurée -. Valeur SQM non mesurée.  Début à 9h13’.

 

 

Altaïr = α Aql : α = 18h 36m 56 ;  δ = +38° 47′ 01 ; Type A7IV-V ; Dist = 16 AL ; Mv=0,9.  Comme la veille, l’étoile la plus brillante de la constellation de l’aigle est vue au T520x103 (Zeiss UWF30 85°) comme un diamant blanc bleuté, accompagné de fines aigrettes sur un fond de ciel constellé de fines étoiles.

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

M13 = NGC 6205 : (Hercule) α = 16h 41m 41s; δ = +36° 27′ 37″ ; AG ; Mv=5.8 ; diam. 20’. L’amas globulaire  est déjà entièrement résolu à 103x (Zeiss UWF30mm) et donne une très jolie vision de M13 sur le fond de ciel noir constellé d’étoiles fines.  Contrairement à la veille, les choses se dégradent en poussant l’amplification à 386x. Les étoiles sont très turbulentes et l’image devient très molle. La transparence semble est mauvaise mais le centre est quand même bien résolu et le Y centrale est facilement perceptible. Cela n’est clairement pas la peine d’aller plus loin dans les observations des amas et nébuleuses. Voici donc quelques étoiles doubles…

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Σ1877AB = ε Bouvier = Izar : (Bouvier) α = 14h 42m,8 ; δ = +27° 17′ ; ED K0 et A0 ; Mv= 2,58 et 4.81 ; Rho=2.9" - Thêta=343°. 

Bas sur l’horizon, le couple brillant et inégale est bien résolu sous la forme de deux compagnons bouillonnants d’aspect planétaire au T520x386 (Nagler 20 + TV 2.5x). La principale est jaune orangée et la secondaire est notée bleue-verte. Les tavelures diffusent la lumière dans l’intégralité du champ de l’oculaire.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Σ1937AB = η Crb = WDS15232+3017 : (Couronne boréale) α = 15h 23m 55.5s ; δ = +30° 13′ 39.92s ; ED F8V et G0V ; Mv= 5,64 et 5.95 ; Rho=0.497" - Thêta=231°. 

Déjà bas sur l’horizon, le couple est visible comme une boule d’aspect planétaire au T520x386 (Nagler 20 + TV 2.5x). Les nombreuses tavelures empêchent toute séparation éventuelle.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Double-double = ε1 et ε² Lyra = Σ2382-83 : (Lyre) α = 18h 42m,7 ; δ = 39° 37′ ; ED A3V+F0V (ε1) A6Vn+A7Vn (ε2) ; Mv= 4,66 [ε1] 4,59 [ε2] ; Sép. 208,2’’ thêta=172°.  

  • Σ2382 = ε1 : Mv= 5,0 et 6,1 ; Rho=2,33" - Thêta=345°.  
  • Σ2383 = ε1 : Mv= 5,1 et 5,4 ; Rho=2,39" - Théta=75°.  

Les 2 couples hauts dans le ciel sont très bien séparés au Nagler 20 + TV2.5 (T520x386). Les trouées d’agitation atmosphérique révèlent un défaut de collimation des optiques.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

La Polaire = α UMi: (Petit ourse)  α = 1h 48m 8s ; δ = +89° 02 ; ED F8V et G0V ; Mv= 2,2+/-0.1 et 8.9 ; Rho=18,42" - Thêta=217°. 

Le pointage de la polaire révèle de nouveau la difficulté à pointer les objets à fort grossissement avec le T520, je rêve de disposer de FRP+Téflon blanc sur les deux axes de hauteur et d’azimut afin d’amélioré la douceur les mouvements. Le couple est positionné avec difficulté au centre de l’oculaire au T520x773 (Zeiss Abbe 4mm). La turbulence sensible laisse apparaitre la tâche de diffraction et même les anneaux de diffraction brisés par instants fugaces. J’effectue la collimation complète de l’instrument au laser Kendrick 2 pouces puis sur la Polaire à 773x. C’est galère à remettre la polaire au centre de l’oculaire. L’image de Σ93 semble à présent très propre et le petit compagnon de couleur mauve se détache bien du fond du ciel.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Σ262 = ι Cassiopée = WDS00093+7943 : (Cassiopée) α = 2h 29m 03.96s ; δ = +67° 24′ 08.7s ; Triple ; Mv= 4.63, 6.92 et 9.05 ;

  • Σ262AB : Mv= 4.63 et 6,92 ; Rho=2,6" - Thêta=286°. 
  • Σ262AC : Mv= 4.63 et 9.05 ; Rho=6.7" - Théta=117°.
  • Σ262BC : Mv= 6.92 et 9.05 ; Rho=8.5" - Théta=99°. 

La belle étoile triple colorée est bien séparée au T520x594 (Ethos13mm + TV 2.5x) la stabilité de la soirée permet d’observer les disques d’Airy de façon très ponctuelle avec, dans les trouées de turbulence, un semblant d’anneaux de diffraction bien centré autour des composantes. L’observation est un peu sportive car l’oculaire est situé à 3 mètres de hauteur dans un jardin en légère pente et cabossé et la constellation de Cassiopée approche du Zénith. Les couleurs réputées Rouge, Jaune et Verte ne me paraissent pas évidentes, mon œil voit les trois composantes plutôt blanche, jaune et mauve très clair. J’avoue ne pas avoir porté mon attention sur les couleurs mais plutôt sur l’allure de la figure de diffraction des composantes.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

Σ2 = HR20 = ADS102 =  WDS00093+7943 = SAO4048 : (Céphée) α = 00h 10m 22.34s ; δ = +79° 48′ 43.8s ; ED A4IV (blanches) ; Mv= 6,68 et 6.89 ; Rho=0.92" - Thêta=14.9°. 

Le repérage est difficile car les étoiles repères ne sont pas visibles et l’instrument colle toujours sur les deux axes. Le beau couple égal et de couleur blanc est très facilement séparé au T520x594 (Ethos13mm + TV 2.5x). C’est nickel.

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

72 peg = HR8943 = ADS16836 =  WDS23340+3120 = SAO73341 : (Pégase) α = 23h 33m 57.19s ; δ = +31° 19′ 31.0s ; ED K4IIIb (jaunes orangées) ; Mv= 5.67 et 6.11 ; Rho=0.576" - Thêta=105.5°. 

Le repérage s’effectué à partir de Alpheratz et Scheat dans Pégase. Le couple présente une différence de magnitude tenu et se résout à la limite en deux étoiles bouillonnantes jaunes orangées au T520x594 (Ethos13mm + TV 2.5x).

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 

 

STT65 = HR1188 = SAO76256 = CCDM J03503+2535AB = WDS 03503+2535 = ADS2799 : (Taureau) α = 3h 51m 23s; δ = +25° 37′ 48s ; ED ; type A2V ; Mv=5.23 et 6,52 ; Rho = 0,477" Thêta=201.7°. L’amas des Pleïades est situé au dessus des vapeurs des réfrigérants de la Centrale Nucléaire de Chooz,  c’est mal parti ! Electra et Maia constituent d’excellentes étoiles repères pour trouver STT65 (invisible sous mon ciel pollué). La turbulence sensible au T510x509 (Ethos 13 + TV 2.5x) ne me permet pas de séparer les deux compagnons avec certitude. L’étoile double bouillonne et il n’y a pas de trou de turbulence. La séance d’observation tourne court car le brouillard envahi mon site d’observation. Je n’ai même pas eu le temps de pointer quelques étoiles doubles au DF510 parfaitement aligné et situé à 5 mètres du T520.

 

 

 

 

Observation prématurément terminée à 1h00’ en raison de ce satané brouillard de la vallée de la Meuse. Le T520 F/D6 commence à résoudre des étoiles doubles serrées au fond d’une vallée humide et à 1.8km d’une centrale Nucléaire. L’optique est superbe...

 

 

 

 

image.thumb.png.3a8b70d132448755825557ba045039d9.png

DF510 avec bafflage

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Bonsoir Jean-Noel

Si ton excellent 520 était allégé et amélioré mécaniquement, il cracherait des flammes du feu de Dieu!

Quand à STT65, j'ai réussi à la séparer le 18/3/2017 avec mon tres bon 250, avec une turbulence quasi-nulle.

Il m'a fallu quand même aller jusqu'à 2X le diamètre!  (en mono) Oculaire Meade 5,5mm/82° et Barlow Célestron 2,3

Des que cela sera possible, je compte faire un essai sur cette étoile en bino.

Cette double est un véritable défi !!!

Bon ciel

Falko

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Falkostar,

 

Merci de ta réponse et félicitation pour la résolution de STT65. Cette double est juste au pouvoir séparateur d'un T250.

De part sa conception, le T520 sera très difficile à alléger. Son poids et sa taille me font penser à un T600.

Bon ciel également.

 

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites

De très beaux télescopes sous un mauvais ciel.

c'est dommage, mais au moins l'observateur est aguerri et semble utiliser ses instruments au mieux.

Sympa, tes commentaires sur les couleurs observées.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Piotr,

 

Tu as tout est résumé en une seul phase Piotr : De très beaux télescopes sous un mauvais ciel.... Il y a malheureusement beaucoup observateurs soumis à une pollution lumineuse notable et un ciel peu stable. J'ai vu ton adresse située à Pantin sur ton profil mais tu as judicieusement choisi la solution de la portabilité (je viens de voir  ton beau dessin de Eta carinae effectué depuis le Mexique aux J7X50). Les télescopes ne sont pas parfait non plus mais regarder le double amas dans un T520, même sous mon ciel,  est un pur bonheur que j'aimerais partager avec d'autres astronomes amateurs. J'imagine ce que cela serait sous un très bon ciel.

 

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites

Jean Noël, apparemment tes optiques sont bonnes, il y aurait sans doute moyen de refaire une structure à la hauteur de leur qualité, plutôt que de garder des structures intransportables ou indémontables, et au support et collimation défaillants.

Ces dernières années, on a vu sur les forums la course aux optiques les plus douces et les mieux polies mais je pense qu'on a trop souvent fait l'impasse sur la qualité mécanique de l'instrument, qui à mon avis est aussi importante que sa qualité optique.

Un mauvais support, une mauvaise géométrie et une mauvaise ergonomie ruinent les précieux lambdas de l'optique, même si visuellement l'instrument en jette. (A notre époque où le marketing supplante la qualité objective, on a tendance à plus regarder le look du télescope que ses performances hélas.)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Maïcé,

 

Oui, cela à été ma première pensée mais refaire une structure à la hauteur demande un outillage que je n’ai pas à ma disposition. Je n'ai malheureusement plus le budget nécessaire pour m’adresser à l’un de nos excellents artisans (une maison à terminer de payer) et vais donc devoir trouver une autre solution pour l'instant. Le barillet semble correcte mais la géométrie reste évidement très mauvaise. Je souscris entièrement à tes recommandations sur l'impact de la qualité mécanique sur les performances générale de l'instrument ; un ami ayant travaillé dans la rectification de précision pour voiture va venir me rendre visite la semaine prochaine et nous allons étudier ensemble ce qu’il convient de faire. Je n’ai pas encore testé le T520 sur les demi-tons planétaires (Jupiter), l’adéquation à résoudre des étoiles doubles à forte différence de magnitude (Sirius B), la diffusion de lumière/aigrettes autour d’objets tests comme Vénus et l’allure de la surface Sélène (métallique ou plâtre). Les premiers résultats sur Véga, Altaïr et les étoiles doubles serrées sont déjà prometteurs. La partie mécanique devra effectivement complètement être refaite ou reprise au regard de la tenue à la collimation, mouvements sur les deux axes et transportabilité dans une voiture. Je suis allé voir ton profil, je ne sais plus si tu es en France, à Nouméa ou à Papeeté. Je suis parrain d'une petite Tahitienne :)

 

Jean-Noël

Edited by Jean-Noel

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, malgré mon nom,  je suis française :Det j'ai été ardennaise (Sedan) quelques années avant de venir vivre en région parisienne (c'est dire si mon ciel est pollué) mais je file aussi souvent que possible sous un ciel encore préservé, sur le Larzac, ça me fait en général au mieux 2 ou 3 sessions d'observation par an, maintenant, si mes vacances tombent aux alentour de la nouvelle lune.

C'est vrai que, si construire un petit télescope qui tient la route avec des moyens de bricoleur est tout à fait réalisable, ça se complique sérieusement sur les grands diamètres, dimensions et précision des pièces (les erreurs au bout d'un bras de levier sont multipliées) et rigidité des liaisons qui n'ont plus rien à voir au regard des efforts sur la structure. Il ne faut pas croire qu'il suffit d'ajuster les dimensions d'un 200 pour faire un 500, sauf si on ne vise que les faibles grossissements, mais avec un bon 500 si les conditions atmosphériques le permettent, tu peux observer des NP à 600/800 fois de grossissement.

Je souhaite qu'avec ton ami, vous trouviez une solution pour rendre ce télescope parfaitement opérationnel et réellement transportable. Un 500 doit tenir dans ta voiture sans mettre ta femme dans le train !

  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une Ardennaise astronome... Mama mia ! Mais pourquoi as-tu quitté les Ardennes Maïcé, nous serions 4 astronomes dans le département :D. Je serais bien sûr heureux de t'accueillir si tu passes par ici. :)

 

Il me semble évident que les tubes "serrurier" de 2,7m engendrent un porte à faux important et les pièces de précisions sont difficilement réalisables sans un tour à commande numérique  - Je regarde les instruments réalisés par Diabolo avec admiration. Je retiens tes deux formulations extrêmement claires : "Télescope parfaitement opérationnel et réellement transportable" et "Un 500 doit tenir dans ta voiture sans mettre ta femme dans le train !". Ces deux objectifs seront les thèmes principalement discutés la semaine prochaine avec mes amis. Si tu as des idées de conception, n'hésites pas.... :) 

 

Jean-Noël

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Jean-Noel a dit :

Une Ardennaise astronome... Mama mia ! Mais pourquoi as-tu quitté les Ardennes Maïcé, nous serions 4 astronomes dans le département :D. Je serais bien sûr heureux de t'accueillir si tu passes par ici. :)

 

Je n'étais que d'adoption, c'est mon mari qui est ardennais et sa famille est toujours à Charleville. Tu te demandes pourquoi j'ai quitté Sedan? A l'époque, nous étions jeunes et avions soif d'une vie culturelle un peu plus dense.

Il y a 7 heures, Jean-Noel a dit :

Je retiens tes deux formulations extrêmement claires : "Télescope parfaitement opérationnel et réellement transportable" et "Un 500 doit tenir dans ta voiture sans mettre ta femme dans le train !". Ces deux objectifs seront les thèmes principalement discutés la semaine prochaine avec mes amis. Si tu as des idées de conception, n'hésites pas.... :) 

Je ne suis pas une spécialiste en mécanique, mais à fréquenter mon bricoleur de mari et aussi Diabolo et Thierry Ruiz, il me semble avoir retenu quelques principes.

D'abord je comprends ton souci financier, et il me semble qu'il vaut mieux un seul instrument optimisé que 2 qui ne donnent pas entière satisfaction. Je suis sûre que tu peux te séparer de l'un des deux sans trop de difficulté, les optiques ayant une bonne cote auprès des amateurs.
Dans les principes qui retiendraient mon attention, pour l'encombrement, je trouve que le flex rocker n'est pas adapté du tout à un grand diamètre, ça se voit sur le 520 ou le baflage autour de la boite à miroir est perdu dans l'immensité de la structure. de ce côté une structure plus traditionnelle est bien plus adaptée, d'autant qu'on peut très bien opter pour une telle structure très compacte et basse. Les grands tourillons c'est bien pour les mouvements, mais au détriment de dimensions impressionnantes. Il y a d'autres moyens de parvenir à des mouvements très doux et un bon équilibrage sans sacrifier à la compacité (roulements, freins...)

Les tubes gagneraient à être en carbone, mais il ne faut pas négliger les attaches qui vont tirer sur la boite à miroir et la cage secondaire et avec leur longueur engendrer des flexions. Quant au barillet, je trouve que c'est une pièce qui doit bénéficier du plus grand soin ; précision des cotes, des découpes, des articulations. Il doit y avoir moyen de réaliser ces pièces avec l' outillage d'un bricoleur bien équipé, sans aller chercher le tour ou la fraiseuse numérique.

Je ne t'ai sans doute pas apporté de solution, juste un avis de ce que j'ai vu de tes télescopes, d'autant que nous "n'avons que" un 274 et un 400, donc avec des contraintes bien moindres. Pour un 500 faut un-il une boite renforcée, caissonnée pour avoir la rigidité sans un surpoids excessif, il faudrait demander à des spécialistes. Pour moi, déjà en respectant cotes précises (y compris dans les perçages qui doivent être rigoureusement symétriques pour les tourillons), liaisons rigides (pas de jeu au serrage des éléments, pas de serrage sur bois qui s'écrase, pas de trou qui s’ovalise) et retour à des dimensions en rapport avec le miroir, tu gagneras déjà beaucoup.

Pour l'optimisation, il faut voir avec quelqu'un qui a des compétences que je n'ai pas... Je sais bien voir les défauts, mais beaucoup moins apporter les solutions :D Ca doit être mon côté féminin.9_9

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      5 dessins : 9323 à 9327.

      Je suis prêt dans le crépuscule nautique à 21h42, ayant fini plus tôt mas sieste post-dînatoire.

      Je regarde d'abord la comète Néowise dans le Bouvier.

      Observation 9323 : Comète Néowise C/2020 F3.
      85x, 138x. Elle est vue floue et faible au chercheur 9x50. Dans le Dobson 508, elle s'illumine assez brillante à assez faible et bleutée, graduellement plus brillante au centre.
      Je ne vois plus de queue au premier examen, attendez... Ca se précise.. Ah si, à 85x je la vois difficilement.


      Des éclairs lointains d'orages à l'ouest font craindre une issue funeste pour les observations de cette nuit. Profitons-en tant qu'il est temps et que le temps météo l'autorise.

      Cantonné à cette zone du ciel, je vise des galaxies du Bouvier.

      Observation 9324 : NGC5523.
      85x, 201x. Cette galaxie allongée à 85x reste faible, et je note des nodosités VI3 à 4 (25% à 50% du temps en vision indirecte) et l'excentrement de ses zones les plus brillantes.


      A l'oeil nu je vois en vision indirecte la nébuleuse obscure de la Pipe dans Ophiucus, mais moins bien qu'au Restefond quand même.

      Observation 9325 : NGC5548.
      85x et 201x. Elle se montre petite, faible, diffuse avec donc des limites floues.


      Les éclairs au nord-ouest rappellent la proximité d'orages.
      Chiens et chevreuils se confondent et se parlent au sud.

      Puis à 23h je fais un tour sur le terrain pour rendre visite à mon voisin de l'est Alexandre au télescope de 600 et pour voir les orages à l'ouest totalement dégagés de la haie.

      Je dessine ensuite un amas globulaire du Bouvier.

      Observation 9326 : NGC5466.
      85x, 138x, 201x. Il est évident et bien résolu dès 85x, éclaté en étoiles faibles à perceptibles à 138x.
      A 201x il devient trop sombre d'autant plus que les éclairs dans cette direction me flashent les yeux.


      L'Humidité se dépose sur les affaires, autre signe de l'arrivée de nuages.

      J'ai le temps d'immortaliser une nébuleuse planétaire du Sagittaire, alors que j'ai mal au dos, j'ai dû rester trop longtemps dans une mauvaise posture lors du dessin précédent.

      Observation 9327 : IC4673.
      85x, 201x. Le filtre Oxygène 3 permet de la repérer à 85x, et à un grossissement plus fort de 201x, elle a un diamètre apparent suffisant pour la différencier des étoiles malgré la forte turbulence de 5 sur 5. La nébuleuse est très faible.


      A minuit et demie, le ciel se couvre par le sud-ouest. Le risque de pluie nous fait tous rebâcher.
      Je veillerai un peu, il n'y aura pas de pluie mais les images satellite ne me laissent pas d'espoir de voir le ciel se redégager cette nuit.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      11 dessins : 9312 à 9322.

      Nous subissons des rafales de vent de facilement 50km/h toute la nuit.
      Pour en diminuer l'effet sur les observations, je replie la jupe du télescope 508 sur la cage du secondaire et ne mets pas le pare-lumière qui ferait voile.
      Le télescope résiste à la plupart des poussées venteuses, ne les traduisant en vibrations que par moments.
      Le fort vent limite la résolution, la turbulence restera à 5 sur 5 toute la nuit.

      Je commence par un amas globulaire de la Balance.

      Observation 9312 : NGC5897.
      85x, 138x. Il est bas, victime de la turbulence à double titre, ce qui ne m'empêche pas de voir ses étoiles faibles à perceptibles sur fond VI1.


      Jcb est un peu dépité par ce vent du sud-est et est parti se recoucher un peu.

      Je dessine un nuage obscur d'Ophiucus, ce type d'objet passe bien malgré la baisse de résolution.

      Observation 9313 : Barnard 70.
      85x. On voit bien qu'il y a une zone plus sombre, mais ses bords ne sont pas tranchés, très flous contrairement à B69 à côté.


      Jcb s'est relevé mais renonce à réobserver à cause du vent.

      Pour ma part, j'écume les champs galactiques d'Hercule.
      Mais que ce vent est pénible!

      Observation 9314 : NGC6348/50.
      85x, 138x. Un passage de voiles sur Hercule à minuit s'ajoute au vent, non je ne craquerai pas!
      NGC6350 est vue à 85x, et NGC6348 qu'à partir de 138x. La première est assez faible, la seconde faible, comme une étoile floue.


      Jcb est passé à minuit avant d'aller dormir pour le reste de la nuit.
      Les rafales me poussent sur l'escabeau, avec mon gros manteau hivernal je ressemble au bibendum de Michelin car le vent arrive à passer en dessous!

      Observation 9315 : NGC6363.
      85x, 138x. Aperçue à 85x, elle est considérablement faible et petite.


      Je poursuis sur des galaxies Arp dans Hercule.

      Observation 9316 : NGC6524.
      Facile à 85x, elle me montre à 201x son centre contrasté, ses limites floues, et en vision indirecte son allongement.


      A 1h le vent ne faiblit pas.

      Observation 9317 : Arp102 = UGC10814.
      Facile à 85x, elle est allongée, faible. A 201x je remarque quelques nodosités VI5 donc à la limite.


      Je pars sur le ciel d'automne vers une nébuleuse diffuse et une galaxie de Cassiopée.

      Observation 9318 : VdB1.
      138x, 85x. Van Den Bergh 1 est évidente et dissymétrique à 85x, considérablement faible, et même bleutée marine.
      Je vérifie que les étoiles alentours n'ont pas de nébulosités, donc ce n'est pas un effet de la buée. Vive l'absence de diffusion de ces optiques!


      Observation 9319 : IC10.
      138x, 85x. Michel Nicole a rédigé une fiche sur cette galaxie irrégulière du Groupe Local, ça a attisé ma curiosité, voyons voir...
      Elle demeure faible et diffuse, mais montre des nodosités VI3 à 5, pas mal. La disposition me rappelle un peu le Grand Nuage de Magellan en bien plus faible.


      A 3h j'ai mal à la jambe droite, je ne me suis pas assez reposé, trop perché sur l'escabeau.
      Le vent est de pire en pire.
      La fatigue s'y ajoute, je fléchis et me dois de céder à une heure de sieste dans l'auto.

      Revenu requinqué, je termine sur des galaxies du Dragon jusqu'à l'aube.

      Observation 9320 : NGC6621/22.
      Ce membre du catalogue Arp sous le numéro 81 me montre 2 galaxies faibles déjà séparées à 85x, et serrées à 201x. La turbulence de 5 sur 5 n'aide pas.


      Le vent faiblit à 4h30, mais la turbulence devient maximale à l'aube, les étoiles sont des pâtés, même pas comestibles, bah!

      Observation 9321 : NGC6690.
      85x, 201x. Elle se révèle considérablement faible à faible à 85x. Son centre peu marqué n'apparaît qu'en vision indirecte. Elle est allongée, aux limites imprécises, avec 2 zones plus brillantes en vision indirecte 25% du temps (VI4).


      Observation 9322 : NGC6512/16/21.
      85x, 201x. Ce trio du Dragon bien moins connu que les Pieds Nickelés est bien triple dès 85x. La turbulence immonde transforme les étoiles en pâté, ce qui n'empêche pas la reconnaissance des galaxies en tant que telles.


      A 5h22 Procyon se lève.
      A 5h30 l'aube efface les galaxies, j'arrête sous un encore fort vent.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      13 dessins : 9299 à 9311.

      Je suis prêt à 22h10 ce qui me permet d'enfin voir la comète 88P Howell très basse dans la Balance, et qui finit dans les branches des arbres à la fin du dessin, correspondant aussi à la limite basse de pointage du télescope 508.

      Observation 9299 : comète Howell 88P.
      85x, 201x. Enfin je la vois, faible, diffuse, très basse. En vision indirecte, son centre est plus brillant, mais pas ponctuel à 201x. Mon obstination a fini par payer!


      J'enchaîne un poil plus haut en hauteur et en magnitude avec des galaxies Arp du Bouvier.

      Observation 9300 : NGC5665 ou Arp49.
      85x, 201x, 276x. Vue facilement à 85x, assez faible à considérablement faible, elle se dévoile ovale, irrégulière, sa forme reste difficile à cerner.


      Observation 9301 : UGC9561 ou Arp173.
      85x, 201x, 276x. Soupçonnée à 85x, elle est confirmée à 201x, demeurant petite. Mais surprise, à 276x elle est dédoublée en vision indirecte, très faible.


      Observation 9302 : Arp328 ou Hickson72.
      85x, 276x. Voici un beau défi, je ne détecte rien à 85x. Par contre quelques galaxies du groupe m'apparaissent à 276x, uniquement en vision indirecte de VI1 à VI5, dont 2 quasiment collées.


      Puis je rends visite à quelques galaxies d'Hercule.

      Observation 9303 : NGC6504.
      85x, 201x, 402x. Facile, elle est effilée à 85x, assez brillante. Elle s'affine encore davantage à 201x.
      Du coup je fais péter les grossissements.
      J'ai bien fait, des nodosités sont visibles à 402x. C'est une belle galaxie.


      Fatigué à 0h55, je m'impose une heure de sieste dans la voiture
      Ensuite je pointe d'autres galaxies d'Hercule, mais la turbulence est devenue forte (5 sur 5 à 201x).

      Observation 9304 : NGC6486/7.
      201x. NGC6486 est prise pour une étoile faible au début, tandis que NGC6487 est plus évidente, considérablement faible, condensée, aux limites floues.


      Observation 9305 : NGC6485.
      201x. Elle est faible, peu contrastée.


      Je constate l'arrivée de l'humidité sur les affaires et dans l'air.
      J'ai désembué le miroir secondaire en remettant dessus sa chaussette tissu une première fois, puis j'ai sorti le sèche-cheveux à la seconde attaque de la buée.

      Jean-Christophe (Jcb) s'est relevé après une heure de sieste.

      Mes cibles suivantes sont les galaxies du Poisson Austral.
      La turbulence reste mauvaise 5 sur 5 à cette hauteur, pas de miracle, la mise au point fine est impossible.
      Vénus en scintille et les étoiles à 30° de hauteur aussi.

      Observation 9306 : NGC7214.
      201x. Elle est faible et diffuse.


      Observation 9307 : NGC7225.
      85x, 201x. Elle se montre facilement à 85x, faible, avec des limites floues, et pas qu'à cause de la turbulence.


      Maintenant, direction une galaxie du Verseau.

      Observation 9308 : NGC7252.
      85x, 201x. Elle se révèle considérablement faible, très contrastée, évidente et petite à 85x.


      Puis le Dobson est dirigé vers des galaxies à la frontière entre le Poisson Austral et la Baleine, la première n'est pas dans le cétacé.

      Observation 9309 : NGC7306.
      85x, 201x. Elle est vue à 85x plus discrète que la précédente. Elle est considérablement faible.


      A 5h la turbulence a diminué.

      Observation 9310 : NGC245.
      201x, 276x. Considérablement faible, elle se démarque des précédentes par plus de détails : en vision indirecte des nodosités qui se complètent ensuite par des portions de spire VI3 à 5.


      Observation 9311 : NGC271.
      201x. Elle est faible, diffuse, allongée, et rehaussée par son centre marqué. L'aube bleuit le fond de ciel.


      Un chevreuil se fait entendre.
      A 5h35 l'aube est trop présente.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      15 dessins : 9283 à 9297.

      Voici enfin une longue nuit d'observation!
      Je l'entame avec des galaxies du Bouvier dont des Arp.
      J'ai enlevé le pull et gardé que le manteau car il fait trop chaud en début de nuit, mais je vais me raviser au cours de la nuit.
      Je rappelle que les larges poches refermables du manteau me permettent de garder à portée de main les oculaires sans devoir descendre de l'escabeau.

      Observation 9283 : NGC5752-5 ou Arp297.
      201x, 85x. Ce quatuor de galaxies est composé de NGC5755 faible, NGC5754 vue VI2 en n'étant pas sûr initialement si c'était une galaxie ou une étoile, NGC5752 très faible, et NGC5753 considérablement faible et diffuse. J'ai repéré les 2 plus brillantes à 85x.


      Encore un crayon de cassé en 2 à 23h. Une fois ce stock épuisé, je choisirai une autre marque pour me re-équiper...

      Observation 9284 : NGC5732 et UGC9473.
      201x. la NGC est faible à très faible, et la UGC est mieux visible, faible.


      Observation 9285 : NGC5929/30 ou Arp90.
      85x, 201x, 276x. Elles sont séparées tout en restant serrées à 85x. NGC5929 est faible et accompagne la considérablement faible NGC5930.


      Observation 9286 : NGC5886/8.
      201x. NGC5888 est la plus facile, considérablement faible et allongée, tandis que NGC5886 très petite ressemble à une faible étoile floue.


      Observation 9287 : NGC5579 ou Arp69.
      201x. Elle est très faible, très diffuse. Je n'y vois rien d'autre.
      A 0h45 le Bouvier commence à être bas, la turbulence y est forte aussi du coup.


      Observation 9288 : NGC5589.
      201x. Elle m'apparaît faible et condensée.


      Une chouette hulotte nous fait un récital.

      A 1h des voiles dégradent cette zone du ciel.
      Céphée est plus préservée, j'y observe une nébuleuse planétaire puis 2 amas ouverts.

      Observation 9289 : PK103+0.1
      201x. Elle est confirmée avec le filtre Oxygène 3, elle y répond fort. Elle demeure petite à 201x. Je la vois VI2 sans filtre (75% du temps en vision décalée), et très faible à VI1 avec le filtre grâce au gain de contraste.


      L'Humidité est grandissante.
      Cette zone résiste assez bien aux voiles.

      Observation 9290 : NGC7226.
      201x, 85x. Je repère cet amas ouvert condensé à 85x et à 201x je l'éclate en étoiles faibles sur fond laiteux.


      A 2h40 Jcb et d'autres ont remballé à cause des cirrus,mais comme par hasard le ciel s'améliore.

      Observation 9291 : NGC7245.
      201x. Cet autre amas ouvert se révèle très riche à 201x.


      D'ailleurs à 3h15 les voiles semblent partis.
      Du coup je décortique un beau groupe Arp dans les Poissons.

      Observation 9292 : NGC375/87 ou Arp331.
      201x. Quelle belle chaîne de 8 galaxies! Je vois la plutôt brillante NGC383, la plutôt brillante à plutôt faible NGC379, les considérablement faibles NGC382, NGC384, NGC385, la considérablement faible à faible NGC380, la faible NGC386 et la très faible NGC387.


      A 3h40 Vénus se lève.
      La buée a recouvert la voiture.

      Je cherche et trouve d'autres galaxies des Poissons aux alentours du groupe Arp.

      Observation 9293 : NGC374.
      201x. Elle se montre faiblement, allongée en vision indirecte.


      La buée gêne désormais sur l'oculaire, épargnant les miroirs.

      Observation 9294 : NGC403.
      201x. Elle est faible, allongée avec la particularité d'avoir un bout incurvé.


      A 4h50 une chouette hulotte et une chevêche dialoguent.

      Observation 9295 : NGC399.
      201x. Comme la précédente, elle est faible. Un météore passe pile dessus pour maintenir ma vigilance. Ca surprend toujours!


      La Voie Lactée hivernale est visible faiblement dans le Cocher.
      Ca ronfle dans le coin.

      Observation 9296 : NGC398.
      201x. Ca devient routinier, elle aussi est faible, et petite.


      Je suis fatigué à 5h15.

      Je finis la nuit sur la comète 29P Schwassmann-Wachmann dans le Bélier, dans l'aube.

      Observation 9297 : comète Schwassmann-Wachmann 29P.
      201x. A la position prévue, elle m'apparaît VI1 à 2 et très très diffuse dans l'aube. Une de plus dans la besace!


      A 5h35 quelques jeunes photographes sont encore levés à l'ouest. Je passe les saluer avant de rejoindre Morphée.
    • By xavierc
      Dobson 508/1920
      Champ des tentes canadiennes au domaine de Pradines, camping de Lanuejols dans le Gard.
      4 dessins : 9279 à 9282.

      Cette nuit ou plutôt ce matin, le ciel s'est dégagé à 4h donc quasiment à l'aube. Le temps d'être opérationnel il était 4h30.
      J'observe rapidement des galaxies Arp de Pégase, puis d'autres galaxies de cette constellation jusqu'à l'aube.

      Observation 9279 : NGC7236/7/7C ou Arp169.
      85x, 201x, 276x. NGC7236 est considérablement faible, NGC7237 faible, et NGC7237C vue VI1. Les 2 plus brillantes sont déjà séparées serrées à 85x.
      Voilà 3 galaxies en interaction cataloguées sous le numéro 169 du catalogue Arp.


      Observation 9280 : NGC7328.
      85x, 201x, 276x. Elle est déjà vue à 85x. Elle est considérablement faible, avec un allongement évident. Des nodosités difficiles se devinent à 276x.


      Observation 9281 : NGC7348.
      85x, 201x. Elle est faible mais est facile à 85x. Je détecte qu'elle est allongée mais ce n'est pas facile à voir car elle s'efface dans l'aube.


      Une chouette se fait entendre.
      Je termine dans la même zone de ciel dans les Poissons sur Mars qui grossit au fur et à mesure des nuits.

      Observation 9282 : Mars.
      Diamètre 16,8". Méridien central 32°. 631x, sans puis avec filtre rouge W23A.
      Turbulence 4 sur 5. La turbulence étant trop gênante, le filtre rouge se montre encore salvateur. j'observe la même zone que la dernière fois et une autre vers le pôle Nord. Les contrastes demeurent faibles sur cette partie du globe. Je remarque un golfe dirigé vers la calotte polaire sud.


      L'aube civile est survenue quand je termine mon dessin, et les nuages sont revenus depuis la moitié du dessin, j'observais donc à travers par moments.
      Je suis quand même content d'avoir tenté le coup.

      Pour finir ce CROA, voici quelques photos touristiques de la veille pour finir de présenter les visites faites depuis 2 nuits bâchées.

      C'est la visite des magnifiques Gorges de la Jonte dans le Causse Noir.





      Village Le Truel dans les Gorges





      Cultures en terrasses


      Le Truel vu de la Maison des Vautours


      Peyreleau au bout des Gorges



      Tour de l'Horloge de Peyreleau






      Peyreleau est au croisement des Gorges de la Jonte et du Tarn


      Panorama désolé mais magnifique du Causse noir au sud des Gorges de la Jonte

  • Upcoming Events