biver

Première comète interstellaire de l'histoire?

Recommended Posts

9_9

Et devinez quel grand spécialiste est interrogé pour causer de 2I/Borisov ?

(voir post précédent)

Edited by jackbauer 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Publicité
En vous inscrivant sur Astrosurf,
ce type d'annonce ne sera plus affiché.
Photographier la Lune
Guide complet pour la photographier de la Lune.
Information et commande sur www.photographierlalune.com

Je n'ai pas encore eu le temps d'écouter :$ - dois-je me sentir visé?  (Mais je ne savais pas si et quand france inter en parlerait) - mais si vous avez des commentaires n'hésitez pas..

Sinon une nouvelle circulaire CBET 4679 rapporte de nouvelles mesures de CN et C2, avec un taux dégazage 2-3x plus faible pour CN et moins d'1/4 pour C2 par rapport au papier ArXiv de Kareta et al. (https://arxiv.org/abs/1910.02547)

Pour ces mesures (en absolu) il y a toutefois facilement des différences d'une équipe à l'autre si elles n'utilisent pas les mêmes paramètres...

En relatif cela donne C2/CN < 0.3  -- pour comparaison ce rapport varie entre 0.1 et 2 dans les comètes du système solaire avec une moyenne en général autour de 1 et la distinction entre comètes "pauvre en carbone" et "typiques" à la valeur C2/CN ~ 0.7

Pour comparaison:

C/1995 O1 (Hale-Bopp): C2/CN~1.0

46P/Wirtanen: C2/CN~1.0

2P/Encke: C2/CN~0.9

67P/C.G.: C2/CN~0.5

C/2001 Q4 (NEAT): C2/CN~0.23

21P/Giacobini-Zinner: C2/CN~0.2

73P-C et 73P-B/Schwassmann-Wachmann 3: C2/CN~0.17

(Note: ce rapport ne dépend pas particulièrement de l'origine de la comète)

 

Donc pour 2I/Borisov on est encore dans les valeurs observées dans le système solaire, mais plutôt vers la fourchette basse... Pas facile la spectro sur une comète de magnitude > 16 :( même avec un 4m!

L'aventure continue...

Nicolas

 

  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dernières mesures concernant deux objets candidats "paraboliques" :

 

A/2017 U7  (Pan-STARRS 1)
Epoch 2019 Apr. 27 - T 2019 Sept. 11
q  6.4173699    e  1.0006384    i  142.63545    H  8.3
From 387 observations 2017 Aug. 18 - 2019 Oct. 3,

 

A/2019 O3  (Palomar Mountain - ZTF)
Epoch 2019 Apr. 27 - T 2021 Mar. 6
q  8.8219906    e  1.0008198    i  89.81687    H  10.0
From 74 observations 2019 May 14 - Oct. 4,

 

... Sans oublier bien sûr notre "hyperbolique" (& unique) préférée :
   
2I/Borisov  =  C/2019 Q4  (Borisov)
Epoch 2019 Apr. 27 - T 2019 Dec. 8
q  2.0064094    e  3.3564327    i  44.05026
From 917 observations 2019 Aug. 30 - Oct. 9

 

Réf. :  MPC 115897-117228  (10 Oct. 2019)
https://minorplanetcenter.net/iau/ECS/MPCArchive/2019/MPC_20191010.pdf

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Juste pour distinguer les comètes inactives (ou astéroïdes) sur des orbites venant du Nuage de Oort, des objets interstellaire, une formule simple si je ne me trompe est:

v(infini)2/v02 = (e-1)/q

avec V0=29.785 km/s et q la distance au périhélie en UA

La plupart des comètes éjectées du système solaire ont un v(infini) < 1 km/s soit (e-1)/q < 0.001

A comparer avec 1I et 2I qui sont plutôt à (e-1)/q = 1

Ce qui veut dire aussi que pour une vitesse infinie donnée, l'écart à la parabole sera 10x plus élevé pour un périhélie 10x plus éloigné.

Donc A/2017 U7 et A/2019 O3 avec leur périhélies élevés mais e très proche de 1 ont moins de chance d'être interstellaires que des objets avec même excentricité passant plus près du soleil.

Sinon ils sont des bons candidats pour des comètes pauvres/appauvries en volatiles comme bien des comètes à plus courtes période et inactives à plus de 5 UA du Soleil.

 

Pour l'eau de 2I, cela fait pas énorme dans l'article de A. McKay (0.6x1027 molec./s => 18kg/s, alors que la poussière pourrait être 10x plus importante) - mais comparable à 67P/CG à la même distance du soleil.;)

 

Nicolas

 

 

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un nouvel article sur ArXiv:

https://arxiv.org/abs/1910.14004

"Characterization of the Nucleus, Morphology and Activity of Interstellar comet 2I/Borisov by Optical and Near-Infrared GROWTH, Apache Point, IRTF, ZTF, Keck and HST Observations"

 

Qui inclut notamment les "prediscovery" de 2I/Borisov en mars et mai 2019 à 6 et 5 UA du Soleil...;)

Sinon pour les calculs de perte de masse de poussières et taille du noyau, je suis un peu sceptique: ils trouvent 0.6 kg/s, alors qu'en ordre de grandeur le Afrho autour de 140cm en visible correspond à environ 140kg/s et que le taux de dégazage d'eau serait autour de 18 kg/s soit 30x plus (au lieu d'un rapport en général entre 2 et 0.1)... ce qui donnerait une comète très peu poussièreuse, alors que ça n'est pas trop son aspect qui cache bien le noyau aussi... :S ...erreurs de calcul?

 

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Et une image par l'observatoire Gemini (datant de la nuit du 11 au 12 novembre) :

 

 

observatoire-gemini-comete-borisov-image

 

 

 

Edited by Motta
  • Like 3
  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Enfin, une équipe de Yale a proposé un montage pour comparaison avec la taille de la Terre :

 

 

comete-borisov-terre-montage-1024x576.jp

 

 

  • Like 5
  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comprend pas trop ce "montage", l' échelle est respectée?

Si c'est le cas, la coma est énorme! j'imagine que le noyau a un diamètre standard pour une comète, soit autour de 10km....

 Yoann

Edited by Yoann DEGOT LONGHI

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 21 minutes, Yoann DEGOT LONGHI a dit :

Comprend pas trop

 

Davantage de précisions là :

 

https://www.numerama.com/sciences/575463-une-lecon-dhumilite-la-terre-est-vraiment-petite-comparee-a-la-comete-interstellaire-borisov.html

 

Où on lit notamment :

 

 Le noyau solide de Borisov ne fait pas plus d’1,6 kilomètre de largueur, mais la traînée de poussière laissée par la comète est impressionnante : elle mesure environ 161 000 kilomètres, soit bien plus que la taille de notre planète (dont le rayon fait 6 371 kilomètres). Lorsque cette image a été prise (1), Borisov se trouvait à un peu plus de deux fois la distance entre la Terre et le Soleil (estimée à 150 millions de kilomètres).

 

Et lire également :

 

https://news.yale.edu/2019/11/26/new-image-offers-close-view-interstellar-comet

 

 

 

(1) : il s'agit de celle du montage justement.

 

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 18 minutes, rené astro a dit :

Si c'est le cas , si elle percutait la terre !!! on est plus rien   !!!  :(

 

Calmez-vous les amis.....

 

A priori, si on est percuté par de la poussière, ça va, on s'en sort.........

 

Perso, ça m'arrive de temps en temps, lorsque j'attrape l'un des livres tout en haut de ma bibliothèque, ceux que j'ai mis là parce que je ne les ouvre presque jamais......... xD

 

  • Like 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Par contre, ça ferait plein de jolies étoiles filantes........

 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un travail d'un des chercheurs de l'équipe (du montage) notamment, qui prévoit que des planètes très éloignées de leur étoile éjectent fréquemment des objets et qu'avec l'accroissement de la surveillance du ciel les objet interstellaires que nous pourrons observer seront nombreux. 

Je laisse les spécialistes commenter, s'ils trouvent ce travail intéressant...

 

https://news.yale.edu/2019/09/26/get-ready-more-interstellar-objects-yale-astronomers-say

 

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 19 minutes, Motta a dit :

A priori, si on est percuté par de la poussière, ça va, on s'en sort.........

 Bien sûr , je disais ça en blaguant , il ne faut pas me prendre au sérieux , j'avais d'ailleurs mis xD

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
à l’instant, rené astro a dit :

Bien sûr , je disais ça en blaguant , il ne faut pas me prendre au sérieux , j'avais d'ailleurs mis xD

 

Mais j'avais compris, cf. ma réaction..... Je poursuivais sur ta lancée..... ^_^

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Yoann DEGOT LONGHI a dit :

Si c'est le cas, la coma est énorme!

Yoann, calcule la taille de la coma et de la queue des autres comètes que l'on/tu observe habituellement...!

Tu verras que la coma et la queue de Borisov sont ridiculement petites! ;)

C'est de la pur com' ces images, parceque c'est une comète interstellaire, mais si ce n'avait pas été le cas, 90% des astronomes amateurs n'en auraient probablement pas entendu parler...

Une coma et une queue de poussières c'est un nuage très dilué de poussières essentiellement micrométriques au travers du quel un grand nombre de sonde spatiales sont passées a des vitesses dépassant les 100000 km/h sans rien sentir (du moins a plus de quelques milliers de km, soit au-delà des pixels centraux de ces images...

:P

Et rappelez-vous de 17P/Holmes, lorsque certains comparaient l'enveloppe de poussière qu'elle avait éjecté en 2007 (visible à l'oeil nu) à la taille du Soleil, et d'avantage quand elle dépassait les 4 millions de km début 2008... et pourtant son noyau mesurait moins de 4km!

 

Nicolas

  • Like 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, biver a dit :

Yoann, calcule la taille de la coma et de la queue des autres comètes que l'on/tu observe habituellement...!

Tu verras que la coma et la queue de Borisov sont ridiculement petites! ;)

 

De mémoire, la comète Hyakutake est passé à environ 0.1 UA de la Terre, et la queue faisait plus de 70° selon certains observateurs.

Cela veut dire que cette queue mesurait elle aussi de l'ordre de 0.1 UA, soit 15 millions de km...

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, biver a dit :

Yoann, calcule la taille de la coma et de la queue des autres comètes que l'on/tu observe habituellement...!

Tu verras que la coma et la queue de Borisov sont ridiculement petites!

Effectivement, je suis allé voir les dimensions "standard" des comas et queue et ça donne le vertige.....

Ces astres n'en sont que plus fascinants :x

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, Kirth a dit :

la queue faisait plus de 70° selon certains observateurs.

je confirme: relativement faible mais visible sans instrument à l'abri de lumières directes en périphérie d'agglomération, il fallait bouger la tête pour la balayer du regard ;) .

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est précisément la taille immense des chevelures qui avait conduit nombre de savants à conjecturer que c'est objets devaient être extraordinairement massifs, d'où, je pense, le scénario anglais de formation des planètes suite à une collision entre une comète et le Soleil.

Edited by dg2
  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour la référence...

Je n'ai jamais vraiment cru à un gros noyau pour cette comète (c'est souvent du domaine des novices qui associent le caractère exceptionnel de l'objet (du fait de son orbite) à la volonté d'en faire un "gros" objet...)

Pour comparaison je prendrais les 2 comètes à longue période C/2012 S1 (ISON) et C/1999 S4 (LINEAR), qui étaient 3x à 1x plus active que 2I/Borisov à la même distance du Soleil, et qui se sont totalement volatilisées à l'approche du Soleil, ce qui permet d'avoir une estimation (par intégration de la masse perdue) de la taille de leur noyau:

en gros Rayon(ISON) ~ 0.4km et Rayon(C/1999 S4) ~ 0.38 km (à partir de l'intégration de la perte d'eau vue par SWAN/SOHO, et d'autres mesures).

Donc la mesure de Jewitt et al. donnant R=0.2 à 0.5km pour 2I me parait tout à fait réaliste...

(Je ne pense pas que la comparaison à des comètes à courte période comme 67P, qui aurait donné un rayon de 3-4km, serait réaliste, d'autant plus que l'activité n'a pas beaucoup augmenté à l'approche du périhélie comme dans le cas des vieilles comètes périodiques. Ni même comparer à Hale-Bopp (500x plus active donnerait alors un noyau de 1.6km de rayon pour 2I en proportion) ne me paraitrait très justifié)

 

Comme dit au-dessus au regard de sa petite coma et queue, 2I/Borisov est bien une petite comète - et semble de ce point de vue se comparer aux comètes venant de notre Nuage de Oort, qui passent rarement près d'une (de notre) étoile...

 

Nicolas

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By FranckiM06
      Bonjour à tous,
      Bon devant la quantité incroyable de superbes images que vous avez tous pris de cette comète, voici ma petite image prise hier au soir vers 23h00. Il y a que 5 brutes de 60s à 1600 iso avec mon Nikon D610 & la TSA 120 : 
       

    • By COM423
      Après les photos d'ambiance et plutôt en grand champ (ou sur pied fixe) quelques images plus détaillées de C/2020 F3 (Neowise) quand elle n'était encore visible que (trop !) peu de temps le matin.
      Ce qui marque au premier coup d'oeil, c'est la couleur orangée et bien sûr la zone centrale sombre (fausse ombre) dénuée de poussières dans l'axe central :

      (08 juillet 2020, 51 poses de 05s à 800 ASA au C5 à F/5 + EOS 600D)
      mais en poussant les contrastes, on voit apparaître la queue de sodium (rouge) :

       
      Confirmation le lendemain cette fois au téléobjectif de 300 mm :

      (09 juillet 2020 : 30 poses de 15s à 800 ASA au Zuiko 300 mm à F/4.5 + EOS600D)
      Entre la large queue de poussières (jaune) et la queue de plasma (rouge), on devine faiblement la queue de gaz (plasma), d'où le titre de ce post !
       
      Un essai la même nuit avec un Nikon P900 et son super-zoom optique (2000 mm) auquel tenait mon fiston et prise entièrement par lui :

      (15 poses de 4s en // sur le C5)
      Le résultat est sympa, dommage qu'il n'y ait pas de Raw sur cet APN ce serait encore mieux.
       
      La queue de sodium était bien détectable les 8 et 9 juillet au matin.
      Je ne l'ai plus le 11 juillet mais ce matin-là j'ai eu beaucoup de nuages et c'est peut-être juste pour çà que je ne la détecte déjà plus.
       
      Le 14 juillet, en revanche, dans des conditions correctes, je ne la vois plus non plus : ce fut donc vraisemblablement une queue assez éphémère.
      La comète n'en est pas moins belle :

      (la comète se lève sur la colline, 3 poses de 15s à 400 ASA au C5 à F/5 + EOS600D)
      Un compositage plus long révèle, en poussant les seuils, l'évasement très net de la queue de poussières :

      (14 juillet 2020, 52 poses de 05s à 800 ASA au C5 à F5 + EOS600D)
       
      Au téléobjectif, les images révèlent le développement de la queue de plasma qui prend de l'ampleur :
       

      (14 juillet 2020 : 7 poses de 30s à 800 ASA avec l'Olympus-Zuiko 300 mm à F/4.5 + EOS300D)
       
      confirmée avec le télé 135 mm à F/4 :

      (6 poses de 15s à 400 ASA au 300D)
      malheureusement par ciel déjà très éclairci, pas facile de voir les streamers de plasma bleu sur un fond de ciel bleuissant...
       
      Heureusement, il deviendra possible ensuite de la suivre plus longtemps et dans un ciel plus sombre, le soir
       
    • By COM423
      Salut à tous les astrams,
      Bon pour le scoop c'est bien sû raté, j'ai près de deux mois de retard mais ce n'était pas le but.
      Le temps passe très vite et 2 mois c'est le délai qu'il m'a fallu pour trouver le temps de traiter (et apprendre au passage à me servir de Siril) toutes les images des séances d'observation de la comète C/2020 F3 (Neowise) quand elle n'était encore véritablement visible que le matin seulement. Je n'ai pas encore traité les séances du soir, ce sera pour plus tard.
       
      Je partage donc ici les premiers résultats pour ceux qui sont intéressés.
       
      * Première observation pour moi le mercredi 08 juillet 2020 à l'aurore, j'espérais en fait, au départ, juste la voir au moins une fois car je n'avais un créneau que de quelques jours à peine pour l'observer depuis ma terrasse avant qu'elle ne me nargue continuellement ensuite, dans sa course de remontée vers  le ciel du soir, en  s'obstinant à se cacher sous mon horizon local (j'ai des obstacles au Nord et une colline à l'Ouest...).
      Alerté par les premiers retours d'observateurs, je commençais bien sûr à envisager de poursuivre les observations en nomade par la suite et un tel spectacle m'en a bien sûr immédiatement convaincu :
      Neowise003_2020F3_28mmVenus_300D_05s_montage.tif
      (compositage de 9 poses de 05s à 800 ASA avec un vieil EOS300D et (encore plus vieux) Zuiko Olympus 28 mm ouvert à 2.8 pour cette première photo).
       
      Comme tous ceux qui ont eu la chance de l'observer à ce moment-là, j'ai été surpris par 3 choses :
      1/ la couleur orangée très marquée de la tête,
      2/ la fausse ombre au milieu de la queue,
      3/ et le spectacle magique à l'oeil nu, avec une tête étincelante et un départ de queue parfaitement visible (sur 2° environ) même dans le ciel bleuissant de l'aurore.
       
      Elle est si brillante qu'un petit compositage de poses courtes, sur pied fixe, au Téléobjectif 300 mm F/4.5 se révèle déjà bien intéressant (encore 9 poses de 05s) :
      Neowise004_pp_800ASA_p18deg_C2020F3_Tele300mm_300D_05s_stacked_amelioree.tif
       
      * Seconde séance dès le lendemain, jeudi 09 juillet, c'est frustrant de disposer de si peu de temps d'observation :
      - quand le ciel est encore sombre, elle est trop basse sur l'horizon
      - et dès que sa hauteur devient intéressante, le ciel s'éclaircit déjà !
      Mais, le spectacle vaut la peine de se lever tôt tant elle est resplendissante juste avant le lever du Soleil :
      Neowise009_pp_200ASA_p17deg_C2020F3_300D_Obj50mm_05s_00001_amelio.tif
      (2 poses de 05s à 200 ASA au 300D+Zuiko 50 mm ouvert à 2.8)
       
      J'ai du coup guetté chaque nuit de la semaine et me suis même levé plusieurs fois en vain, juste au cas où...
       
      * Troisième observation le samedi 11 juillet, dans des conditions moyennes avec des passages nuageux au  moment le plus propice aux d'observations. J'espérais tenter de mieux voir la queue, du coup c'est raté. Juste pour le souvenir, voici une pose unique de 30s à 1600 ASA au 300D+Zuiko 200 mm à F4 :

      J'aurais tant aimé avoir plus de poses, maudits nuages !
       
      * Quatrième session matinale le mardi 14 juillet, la comète s'est décalée vers le nord et n'est déjà plus visible de ma terrase. J'improvise un site d'observation tout proche ,car la comète n'est observable que peu de temps et çà ne vaut pas le coup de partir trop loin du coup.
      Arrivée en avance sur site, puis je la cherche avec de plus en plus d'impatience à partir de 02h25 utc quand mon attention est attirée par une sorte de "cirrus vertical" au ras d'une petite colline plus à gauche de l'endroit attendu et je comprends alors que je me suis trompé dans les repérages faits de jour pour estimer l'endroit où elle se lèverait.
      La dernière fois que j'ai vu la queue d'une comète se lever, c'était 23 ans plus tôt avec Hale-Bopp.
      Oui aucun doute, C/2020 F3 est bien elle aussi un grande comète :
      Neowise019_r_pp_1600ASA_p14deg_EOS300D_lever_queue_Tele300mm_30s_stacked_amelio.tif
      (2 poses de 30s à 1600 ASA, 300D+Zuiko 300 mm)
      et quelques minutes plus tard, la tête apparaît :
      Neowise020_r_pp_800ASA_p14deg_lever_queue_Tele300mm_30s_stacked.tif
      (3 poses de 30s à 800 ASA, 300D+Zuiko 300 mm)
       
      La comète semble (déjà) un peu moins brillante que la semaine précédente, mais on la voit encore superbement alors que le ciel bleuit et c'est un spectacle hyptonisant :
      Neowise023_pp_400ASA_p14deg_C2020F3_voitures_50mm_montage.tif
      (8 poses de 5s à 400 ASA, 300D+Zuiko 50 mm)
       
      Neowise025_pp_C2020F3_oliviers_cadrage2_montage.tif
      (6 poses de 05s à 400 ASA, 300D+Zuiko 50 mm)
       
      Elle commence à faiblir mais va devenir observable plus longuement et par ciel plus sombre à condition d'avoir un horizon NW puis W bien dégagé, le spectacle ne fait donc que commencer.
       
      A suivre...
    • By Adlucem
      Incroyable !
      Un nouveau cratère de 50 m de profondeur vient d'être découvert en Sibérie !
       
       
      https://siberiantimes.com/other/others/news/giant-new-50-metre-deep-crater-opens-up-in-arctic-tundra/
       
       
      Non, ne soyez pas déçus, ce n'est pas un cratère météoritique !
       
      Ces phénomènes appelés "hydrolaccolithes" or "bulgunnyakhs" ont été observés à quatre reprises en Sibérie, seulement depuis 2014. Ils se forment dans les régions arctiques et subarctiques à partir d'un "pingo" (monticules avec un noyau de glace), puis, en raison du flux de chaleur de la Terre, ce "pingo" commence à dégeler et son noyau de glace à moitié fondu se remplit de gaz méthane provenant de la profondeur à travers une fissure dans le sol sous cet endroit. Le gaz naturel chauffé par un flux de chaleur provenant des entrailles de la terre à travers les fissures entre dans le noyau de glace fondante, le remplit et fait exploser le "pingo" en projetant des blocs de permafrost à des centaines de mètres !
       
      Mais ce processus n'est pas celui habituel, car normalement les "pingos" fondent et s'effondrent en formant une dépression puis un lac. Les experts russes disent que la formation "explosive" est quelque chose de "jamais observé" auparavant, qui est liée au "temps chaud de ces dernières années", comprenons qu'il y a certainement un rapport de cause à effet avec le réchauffement climatique.
       
      De nouvelles images de l'expédition sont présentées ici, montrant comment l'un des trous s'est rapidement rempli d'eau ces derniers mois.
       
       


      A new funnel was noticed by chance by a crew of Vesti Yamal TV as they were flying from an unrelated assignment. Pictures from July 2020 by Vesti Yamal
       
       The new funnel filmed from air by the team of Yamal-based TV station. Picture from July 2020 by Vesti Yamal
      The recently-formed new hole or funnel is the latest to be seen in northern Siberia since the phenomenon was first registered in 2014. 
      It was initially spotted by chance from the air by a Vesti Yamal TV crew en route from an unrelated assignment. 
      A group of scientists then made an expedition to examine the large cylindrical crater which has a depth of up to 50 metres.
      Such funnels are believed to be caused by the build up of methane gas in pockets of thawing permafrost under the surface.







      Pictures of B1, the very first funnel seen in summer 2014 on the Yamal peninsula, and a map of the first four funnels in both Yamal and Taymyr peninsula. Pictures: Vasily Bogoyavlensky
      Scientist Dr Evgeny Chuvilin, a leading researcher at Skolkovo Institute of Science and Technology, said: ‘What we saw today is striking in its size and grandeur. 
      'These are the colossal forces of nature that create such objects.’
      The 'crater' - these holes are called hydrolaccoliths or bulgunnyakhs by scientists - is given the number 17, and is seen as the most impressive of the large holes to suddenly appear in recent years as the permafrost thaws. 
      Professor Vasily Bogoyavlensky, of the Russian Oil and Gas Research Institute in Moscow, told Vesti Yamal: 'This object is unique. It carries a lot of additional scientific information, which I am not yet ready to disclose. 
      'This is a subject for scientific publications. We have to analyse all this, and build three-dimensional models.’
       
       

      Pictures of B1, the very first funnel seen in summer 2014 on the Yamal peninsula, and a map of the first four funnels in both Yamal and Taymyr peninsula. Pictures: Vasily Bogoyavlensky
       
       
       




       

       
       
       

       
       
       
       

       

       

       
       

       
       

       
       
      L'expédition a été organisée par le gouvernement Yamal, avec le soutien actif du Centre russe de développement de l'Arctique et de l'Académie russe des sciences représentée par le directeur adjoint de l'Institut de recherche sur le pétrole et le gaz, le professeur Vasily Bogoyavlensky.
       
      Lorsque le trou de Yamal est apparu pour la première fois, de nombreuses théories étranges ont été avancées pour expliquer le phénomène, notamment que la cause était un missile égaré ou une météorite.
       
      Une équipe de recherche du Trofimuk Petroleum-Gas Geology and Geophysics Institute a suggéré que les cratères pourraient être liés au Triangle des Bermudes dans la mesure où les explosions sous l'océan Atlantique causées par des émissions élevées d'hydrates de gaz expliqueraient en partie le mystère de la disparition des navires et des avions.
       
      Ironiquement, le nom Yamal signifie «le bout de la terre», la même description appliquée au triangle des Bermudes, au large de la côte de la Floride.
       
       
       
    • By titou84
      Bonjour
      retour de vacances et reprise des traitements d'une petite soirée à Maubuisson pour tenter Neowise le 29 juillet.
      Elle a beaucoup diminuné et la lune est très gênante. Malgré cela, je suis content de l'avoir eue.
       
      Setup léger 
      - trépied Gitzo antédiluvien
      - Astrotrac
      - Takahashi Sky90 et son réducteur indispensable
      - Sony A7 (version Bio, pas S, pas Astrodon mais qui marche pas mal)
       
      Prise de vue 6 poses de 30s à 3200iso, dark et offset avant que la belle ne fuie derrière les arbres. Prétraitement SIRIL et niveaus sous GIMP.
       
      Antoine

  • Upcoming Events