biver

Première comète interstellaire de l'histoire?

Recommended Posts

il y a 55 minutes, biver a dit :

Je n'ai jamais vraiment cru à un gros noyau pour cette comète

 

C'est du reste ce qui est posé dans ce fil depuis un certain temps que la taille est plutôt modeste...

 

Cf. par exemple déjà en septembre :

 

Le 29/09/2019 à 00:33, dg2 a dit :

Notre sympathique caillou, il fait quelle taille ? Je lui mets 1 km de rayon, à mon avis c'est plutôt plus que moins

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Advertising
By registering on Astrosurf,
this type of ad will no longer be displayed.
Planetary Astronomy
Observing, imaging and studying the planets
A comprehensive book about observing, imaging, and studying planets. It has been written by seven authors, all being skillful amateur observers in their respective domains.
More information on www.planetary-astronomy.com

Il y a 1 heure, biver a dit :

Je n'ai jamais vraiment cru à un gros noyau pour cette comète (c'est souvent du domaine des novices qui associent le caractère exceptionnel de l'objet (du fait de son orbite) à la volonté d'en faire un "gros" objet...)

Pour comparaison je prendrais les 2 comètes à longue période C/2012 S1 (ISON) et C/1999 S4 (LINEAR), qui étaient 3x à 1x plus active que 2I/Borisov à la même distance du Soleil, et qui se sont totalement volatilisées à l'approche du Soleil, ce qui permet d'avoir une estimation (par intégration de la masse perdue) de la taille de leur noyau:

en gros Rayon(ISON) ~ 0.4km et Rayon(C/1999 S4) ~ 0.38 km (à partir de l'intégration de la perte d'eau vue par SWAN/SOHO, et d'autres mesures).

Donc la mesure de Jewitt et al. donnant R=0.2 à 0.5km pour 2I me parait tout à fait réaliste...

(Je ne pense pas que la comparaison à des comètes à courte période comme 67P, qui aurait donné un rayon de 3-4km, serait réaliste, d'autant plus que l'activité n'a pas beaucoup augmenté à l'approche du périhélie comme dans le cas des vieilles comètes périodiques. Ni même comparer à Hale-Bopp (500x plus active donnerait alors un noyau de 1.6km de rayon pour 2I en proportion) ne me paraitrait très justifié)

 

Un léger bémol, désolé :$ : en proche IR (K-band 2-2,5 microns) où les observations sont moins perturbées par l'effet de la coma, l'estimation de la taille du moyau se rapproche de celle de Hale-Bopp soit rn = 1,5 km  (pour un albédo présumé à p = 0,07 mais non mesuré en IR) et ce d'après l'étude effectuée selon les observations faites au télescope Gemini South (8,1 m, Cerro Pachón - 2 715 m, Chili) ...
     
"FLAMINGOS-2 infrared photometry of 2I/Borisov"
Chien-Hsiu Lee (NSF's OIR Lab) et al.
https://arxiv.org/abs/1912.05628 (11 déc. 2019) ---> Research Notes de l'AAS (3 déc. 2019)

 

Comment expliquer cette différence notable avec l'estimation donnée dans le papier de Jewitt et al.  ?

 

2I-Borisov_Lee-et-al._2019-12_Fig.1.png.ab55b3ef1422d40a665b92aa50fc13e7.png

Crédit :  Lee et al., 2019

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cet article de Lee et al. (que je ne connais pas contrairement à l'équipe de Jewitt), suppose qu'en bande K (2.2 µm) il ne voit que le noyau nu et aucune poussière...! Les poussières sub-microniques contribuent moins à cette longueur d'onde, mais les plus grosses poussières (Jewitt dit que celles de 100µm dominent...) contribuent encore, mais comme elles ne sont pas chassées par la pression de radiation solaire et vont moins vite,... j'imagine qu'elles restent plus près du noyau et peuvent très bien contribuer encore à 90% du signal... de toute manière cette note n'évoque même pas la contribution des poussières au signal, et en tous cas ne montre pas de PSF comparée étoile / comète à 2.2 µm pour démontrer l'absence ou non de coma :|.

Donc je dirais que à 2.2µm ils démontrent que r < 1.5km, compatible...

Nicolas

  • Like 1
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

En attendant possiblement les mesures de WISE, et à des lambdas IR plus élevés / sub-millimétriques :  Spitzer et ALMA (hélas, Herschel n'est plus là !) ...

Edited by BobMarsian

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut aller au-delà de 3-4 µm pour passer du rayonnement solaire réfléchi au continuum thermique des poussières ou du noyau (qui dépend alors moins de l'albédo)... Un proposal ALMA exécuté il y a une semaine visait le continuum (des poussières!) entre 3 et 0.8mm de longueur d'onde... peut-être qu'ils ont une meilleure idée des contribution respectives poussières/noyau s'ils ont détecté quelquechose?

Nicolas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deux jours après celle de Jewitt et al., nouvelle étude de 2I/Borisov d'après les observations faites les 12 octobre, 16 novembre et 9 décembre, avec le télescope Hubble muni de sa caméra WFC3/UVIS (résolution 0,04" d'arc).
Autant dire qu'à ~ 2 UA (9 déc. ~ dist. min. avec la Terre), le noyau est encore loin d'être résolu d'autant plus qu'il reste largement obscurci par une coma particulièrement dense et donc non détecté. Cependant la limite supérieure de son diamètre a pu être estimé à 1-2 km. Dans tous les cas, sa période de rotation apparaît très lente (>> 10 h) ...

 

"Evolving Coma Morphology of Interstellar Comet 2I/Borisov with Deep HST Imaging"
Bryce T. Bolin  (Caltech)
https://arxiv.org/abs/1912.07386 (13 déc. 2019) ---> MNRAS Letters

2I-Borisov_Bolin_2019-12_Fig.3.png.ed9ac9fd14ae03f92074c80074bc9ee1.png

 

Par rapport à celle publiée par Jack, jeudi 12 (p.12), ces images montrent davantage de détails au niveau interne, un jet semble se dessiner ?

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste un histoire de traitement (retrait d'une coma moyenne lissée).

Mais je ne ferais pas trop de pub pour ce Bryce Bolin, qui se comporte un peu comme un rapace, en publiant l'exploitation des résultats des observations préparées par les autres: les observations HST on été proposées / préparées par Jewitt, Weaver, Agarwal et 3 autres (http://www.stsci.edu/cgi-bin/get-proposal-info?id=16009&observatory=HST) et Bolin n'en fait pas partie.

C'est le 2e article qu'il soumet qui analyse une partie de ces observations, avant la fin du programme (dernières obs. hier?)

(Ce que je dis m'a été justement dit par Hal Weaver lui-même)

... c'est trop facile de cueillir la récolte de ce que les autres ont planté... :( - même si la règle d'un DDT HST reste que les données sont publiques immédiatement...

Au passage j'avais envoyé un mail à B.Bolin a propos d'erreur de calcul de taux de production de poussières dans son premier article - il n'a jamais répondu, mais d'un autre côté je ne crois pas que son article ait été accepté/publié! (il prend le risque de se voir bloqué par un referee qui fait parti des Co-I :ph34r:)

 

Sinon un nouvel article soumis (https://ui.adsabs.harvard.edu/abs/2019arXiv191206161L/abstract) annonce la détection de C2 - toujours pas flagrante... le rapport C2/CN est 0.2 ce qui est dans le domaine des comètes "carbon depleted" de notre système solaire (un peu plus pauvre en C2 que 67P), mais pas complètement atypique non plus...

 

Nicolas

 

  • Like 4
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

MPEC 2019-X94 : OBSERVATIONS AND ORBITS OF COMETS AND A/ OBJECTS
https://minorplanetcenter.net/mpec/K19/K19X94.html  (8 déc. 2019)

 

===> 12 objets A et I dont 5 avec e > 1 :

 

    A/2017 U7  (Pan-STARRS 1)
Epoch 2020 May 31 - T 2019 Sept. 13
q  6.4195922    e  1.0030602    Incl.  142.61931    H  8.3
From 420 observations 2017 Aug. 18 - 2019 Nov. 27

 

    A/2019 O3  (Palomar Mountain - ZTF)
Epoch 2021 Mar. 7 - T 2021 Mar. 8
q  8.8184338    e  1.0023716    Incl.  89.81271    H  10.0
From 80 observations 2019 May 14 - Dec. 1

 

    A/2019 Q1  (Mt. Lemmon Survey)
Epoch 2020 July 10 - T 2020 July 19
q  4.9971398    e  1.0010108    Incl.  155.72175    H  12.5
From 112 observations 2019 Aug. 28 - Dec. 3

 

    A/2019 U5  (Pan-STARRS 1)
Epoch 2023 Apr. 6 - T 2023 Mar. 29
q  3.6230280    e  1.0019710    Incl.  113.52729    H  10.0
From 43 observations 2019 Oct. 11 - Nov. 24

 

   2I/Borisov  =  C/2019 Q4
Epoch 2019 Dec. 23 - T 2019 Dec. 8
q  2.0065621    e  3.3567959    Incl.  44.05262
From 2161 observations 2019 Mar. 17 - Dec. 7

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste une petite formule pour faire la grosse différence entre 2I et ces objets A/:

Vitesse à l'infini = 29.785*racine((e-1)/q) km/s

Donc près de 2 ordre de grandeur d'écart en général avec 2I - avant de tenir compte des perturbations planétaires.

Sinon ces objets A/ sont aussi intéressant à suivre, ce sont des objets qui viennent sans doute du nuage de Oort (d'autres sur des orbites un peu plus courtes) - voir le 1/a original - et qui sont soit des comètes inactives du fait de la distance au soleil, soit des objets de nature astéroïdale, ce qui demanderait des mesures spectraux pour voir de quel type ils se rapprochent...

Nicolas

  • Like 3
  • Thanks 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 8 minutes, jackbauer a dit :

Un nouveau papier sur arXiv ; Je laisse notre spécialiste commenter 9_9

 

 

Je suis là.

En gros, ils trouvent Q(C2) = 1.1×1024 mol s−1, Q(NH2) = 4.8×1024 mol s−1 and Q(CN) = (1.8±0.2)×1024 mol s−1, c'est assez clair, même si on peut ergoter sur le 1.8+-1024 mol s-1, que je trouve un peu sous évalué, mais bon, c'est juste un travail préliminaire, ça va.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 28 minutes, Superfulgur a dit :

En gros, ils trouvent Q(C2) = 1.1×1024 mol s−1, Q(NH2) = 4.8×1024 mol s−1 and Q(CN) = (1.8±0.2)×1024 mol s−1, c'est assez clair, même si on peut ergoter sur le 1.8+-1024 mol s-1, que je trouve un peu sous évalué, mais bon, c'est juste un travail

 

ergotons ergotons Mon Nouvel Ami, car ça en vaut la peine !  xD :P

  • Like 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sur le Blog du Doc', commentaire de deux papiers respectivement publiés dans The Astrophysical Journal Letters et Astronomy&Astrophysics. Le premier des deux articles, ayant déjà été discuté plus haut dans ce topic par le véritable et unique Spécialiste, traite des caractéristiques physique du noyau de 2I / Borisov,  quand le second spécule sur son étoile d'origine.

 

http://www.ca-se-passe-la-haut.fr/2020/02/analyses-de-donnees-sur-le-voyageur.html

  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cela met peut-être effectivement en évidence la fragilité d'un petit noyau, mais cela reste des petits sursauts pour des amateurs expérimentés: passer de m=17.5 0 à 17.0 (en gros) c'est pas un gros sursaut qui va secouer les foules :/

 

Sinon dans les semaines à venir quelques article(s) sur la composition de la comète vont sortir.

Nicolas

  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

A priori il se passe des chose sur 2I/Borisov, elle  se serait coupée en 2 morceaux:

 

ATEL #13611							     ATEL #13611

Title:	Interstellar Object 2I/Borisov Double
Author:	David Jewitt (UCLA), Max Mutchler (STSCI), Yoonyoung Kim (MPI),
		Hal Weaver (JHU-APL), Man-To Hui (U. Hawaii)
Queries:	jewitt@ucla.edu
Posted:	2 Apr 2020; 16:05 UT
Subjects:Optical, Comet

Continuing Hubble Space Telescope images of interstellar object 2I/Borisov
(GO Program 16087) show a distinct change in appearance.  Images from UT
2020 March 23 show a single inner brightness core, like that observed in
all previous HST images of 2I/Borisov (Jewitt et al. (2020) ApJLetters,
888:L23(8pp)).  In contrast, images from UT 2020 March 30 show a clearly
non-stellar core, consistent with two unresolved components separated by
0.1 arcsecond (180 km at the distance of the comet) and aligned with the
main axis of the larger dust coma.  The double appearance, indicating the
ejection of a nucleus fragment, is confirmed in HST data from UT 2020 March
28 (GO 16040). If the ejection occurred on March 23, then the estimated
sky-plane speed is 0.3 m/s.  This is typical of the separation speeds observed
in split (solar system) comets and comparable to the gravitational escape
speed of the sub-kilometer radius nucleus of 2I/Borisov.  Additional HST
observations are planned to monitor the development of this event. 

HST_Borisov_March_23.28.30.jpg

 

Marc

  • Like 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Suite des aventures:

 

ATEL 13618

Citation

Interstellar Comet 2I/Borisov is Single Again

ATel #13618; Qicheng Zhang (Caltech), Quanzhi Ye (U. Maryland), Ludmilla Kolokolova (U. Maryland)
on 6 Apr 2020; 00:31 UT
Distributed as an Instant Email Notice Comets
Credential Certification: Quanzhi Ye (qye@umd.edu)

Subjects: Optical, Comet

Tweet

We report the development of the apparent fragmentation event of interstellar object 2I/Borisov, initially reported in ATel #13611 and #13613. Hubble Space Telescope ACS/WFC images on 2020 April 3.2 UT (HST GO 16044, PI Zhang) showed only one remaining component, possibly corresponding to the sunward component shown in the March 30 images (HST GO 16089, PI Jewitt). The other component, located 0.1 arcsec north of the sunward component in the March 30 images, has disappeared. Instead, a diffuse, blob-like feature is visible in its place, extending from the remaining component towards P.A. 0 deg. Individual cropped frames and a composite stacked frame can be found here.

Preliminary photometric measurements of the comet from the GO 16044 data show a pause in fading between the two HST visits of 2020 March 2 and April 3 while heliocentric distance increased from 2.74 to 3.25 au and geocentric distance increased from 2.34 to 2.69 au, consistent with the outburst in activity reported by ATel #13549. The F606W ST magnitude measured inside a fixed 1,000 km radius aperture over the past four epochs is tabulated below.

Date (UT)Mag+/-

2020 Jan 6.919.040.05

2020 Jan 28.419.260.05

2020 Mar 2.919.850.05

2020 Apr 3.219.940.05

This research is based on observations made with the NASA/ESA Hubble Space Telescope obtained from the Space Telescope Science Institute, which is operated by the Association of Universities for Research in Astronomy, Inc., under NASA contract NAS 5-26555. These observations are associated with program HST GO 16044.

hst16044_20200403.png

 

Marc

Edited by Gribol
  • Like 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, symaski62 a dit :

M60B7LC  =  A/2020  ???

 

C'est quoi le rapport avec 2I/Borisov, je n'ai pas suivi ?

 

Marc

Edited by Gribol

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, symaski62 a dit :

comet   M60B7LC      15.8 mag

 

OK donc une nouvelle comète découverte, assez brillante, avec une excentricité pour l'instant plus grande que 1, presque 1 (e 1.0092260 le 08/04/2020), mais a priori sans rapport avec 2I/Borisov ?

 

Marc

Edited by Gribol

Share this post


Link to post
Share on other sites

La revue Nature publie les résultats des observations effectuées par différentes équipes avec Hubble et ALMA


https://www.nasa.gov/feature/interstellar-comet-borisov-reveals-its-chemistry-and-possible-origins


La comète interstellaire Borisov révèle sa chimie et ses origines possibles


Le 30 août 2019, lorsque l'astronome amateur Gennady Borisov a regardé le ciel avec son télescope fait maison, il a repéré un objet se déplaçant dans une direction inhabituelle. Maintenant appelé 2I / Borisov, ce point de lumière incontrôlé s'est avéré être la première comète confirmée à entrer dans notre système solaire depuis un endroit inconnu au-delà de l'influence de notre Soleil. Partout, les astronomes se sont précipités pour jeter un œil à certains des instruments les plus puissants du monde, dans l'espoir d'en apprendre le plus possible sur le mystérieux visiteur. 

Maintenant, grâce aux observations avec  le télescope spatial Hubble de la NASA  et le réseau de grands millimètres / submillimètres Atacama de  l'Observatoire national de radioastronomie  (ALMA), les astronomes ont compris que 2I / Borisov a une composition inhabituelle. Plus précisément, elle a une concentration plus élevée de monoxyde de carbone que n'importe quelle comète vue à une distance similaire; c'est-à-dire à environ 200 millions de miles (300 millions de kilomètres) du Soleil. 

Cela suggère aux scientifiques que la comète aurait pu se former autour d'une naine rouge - un type d'étoile plus petit et plus faible que le Soleil - bien que d'autres types d'étoiles soient possibles. Une autre idée est que 2I / Borisov pourrait être un fragment riche en monoxyde de carbone d'une petite planète.

 

(...)


Commentaire sous la photo :
Il s'agit d'une séquence temporelle compressant les observations du télescope spatial Hubble de la comète 2I / Borisov, couvrant une période de sept heures. En tant que deuxième objet interstellaire connu à entrer dans notre système solaire, la comète se déplace à une vitesse vertigineuse de 110 000 miles par heure (180 000 kilomètres par heure). Pour photographier la comète, Hubble doit le suivre, comme un photographe traçant un cheval de course. Par conséquent, les étoiles d'arrière-plan sont striées dans les cadres d'exposition. Un satellite artificiel traverse également le champ de vision. Hubble révèle une concentration centrale de poussière autour d'un noyau invisible. La comète 2I / Borisov n'est que le deuxième objet interstellaire de ce type connu à avoir traversé le système solaire

 

 

 

https://www.almaobservatory.org/en/press-release/alma-reveals-unusual-composition-of-interstellar-comet-2i-borisov/

 

ALMA dévoile la composition inhabituelle de la comète interstellaire 2I / Borisov

 

Un visiteur galactique est entré dans notre système solaire l'année dernière - la comète interstellaire 2I / Borisov. Lorsque les astronomes ont pointé le tableau Atacama Large Millimeter / submillimeter Array (ALMA) vers la comète les 15 et 16 décembre 2019, pour la première fois, ils ont observé directement les produits chimiques stockés à l'intérieur d'un objet à partir d'un système planétaire autre que le nôtre. Cette recherche est publiée en ligne le 20 avril 2020 dans la revue  Nature Astronomy . 

Les observations ALMA d'une équipe de scientifiques internationaux dirigée par Martin Cordiner et Stefanie Milam au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland, ont révélé que le gaz sortant de la comète contenait des quantités inhabituellement élevées de monoxyde de carbone (CO). La concentration de CO est supérieure à ce que quiconque a détecté dans une comète à moins de 2 unités astronomiques ( au)  du Soleil, c'est-à-dire à moins de 186 millions de miles ou 300 millions de kilomètres [1]. La concentration de CO de 2I / Borisov était estimée entre neuf et 26 fois plus élevée que celle de la comète moyenne du système solaire. 

Les astronomes souhaitent en savoir plus sur les comètes, car ces objets passent la plupart de leur temps à grande distance de toute étoile dans des environnements très froids. Contrairement aux planètes, leur composition intérieure n'a pas changé de manière significative depuis leur naissance. Par conséquent, ils pourraient en révéler beaucoup sur les processus qui se sont produits lors de leur naissance dans les disques protoplanétaires. "C'est la première fois que nous regardons à l'intérieur d'une comète de l'extérieur de notre système solaire", a déclaré l'astrochimiste Martin Cordiner, "et c'est radicalement différent de la plupart des autres comètes que nous avons vues auparavant."

ALMA a détecté deux molécules dans le gaz éjecté par la comète: le cyanure d'hydrogène (HCN) et le monoxyde de carbone (CO). Alors que l'équipe s'attendait à voir du HCN, qui est présent dans 2I / Borisov à des quantités similaires à celles trouvées dans les comètes du système solaire, ils ont été surpris de voir de grandes quantités de CO. " qui n'est présent qu'aux températures les plus basses de l'espace, en dessous de -420 degrés Fahrenheit (-250 degrés Celsius) », a déclaré la planéticienne Stefanie Milam.

«ALMA a contribué à transformer notre compréhension de la nature des matériaux cométaires dans notre propre système solaire - et maintenant avec cet objet unique provenant de nos voisins. Ce n'est qu'en raison de la sensibilité sans précédent d'ALMA aux longueurs d'onde submillimétriques que nous sommes en mesure de caractériser le gaz sortant de ces objets uniques », a déclaré Anthony Remijan de l'Observatoire national de radioastronomie de Charlottesville, Virginie et co-auteur de l'article. 

Le monoxyde de carbone est l'une des molécules les plus courantes dans l'espace et se trouve à l'intérieur de la plupart des comètes. Pourtant, il y a une énorme variation dans la concentration de CO dans les comètes et personne ne sait vraiment pourquoi. Une partie de cela pourrait être liée à l'endroit où dans le système solaire une comète s'est formée; certains ont à voir avec la fréquence à laquelle l'orbite d'une comète la rapproche du Soleil et la conduit à libérer ses glaces plus facilement évaporées. 

"Si les gaz que nous avons observés reflètent la composition du lieu de naissance de 2I / Borisov, cela montre qu'il peut s'être formé d'une manière différente de nos propres comètes du système solaire, dans une région externe extrêmement froide d'un système planétaire éloigné", a ajouté Cordiner. . Cette région peut être comparée à la région froide des corps glacés au-delà de Neptune, appelée la ceinture de Kuiper. 

L'équipe ne peut que spéculer sur le type d'étoile qui a hébergé le système planétaire de 2I / Borisov. "La plupart des disques protoplanétaires observés avec l'ALMA se trouvent autour de versions plus jeunes d'étoiles de faible masse comme le Soleil", a déclaré Cordiner. «Beaucoup de ces disques s'étendent bien au-delà de la région où nos propres comètes se seraient formées et contiennent de grandes quantités de gaz et de poussière extrêmement froids. Il est possible que 2I / Borisov provienne d'un de ces disques plus gros. »

En raison de sa vitesse élevée lorsqu'il traversait notre système solaire (33 km / s ou 21 miles / s), les astronomes soupçonnent que 2I / Borisov a été expulsé de son système hôte, probablement en interagissant avec une étoile qui passe ou une planète géante. Il a ensuite passé des millions ou des milliards d'années dans un voyage froid et solitaire à travers l'espace interstellaire avant d'être découvert le 30 août 2019 par l'astronome amateur Gennady Borisov. 

2I / Borisov n'est que le deuxième objet interstellaire à être détecté dans notre système solaire. Le premier - 1I / 'Oumuamua - a été découvert en octobre 2017, date à laquelle il était déjà en voie de disparition, ce qui rend difficile de révéler les détails concernant s'il s'agissait d'une comète, d'un astéroïde ou d'autre chose. La présence d'un coma de gaz et de poussière actif entourant 2I / Borisov en a fait la première comète interstellaire confirmée. 

Jusqu'à ce que d'autres comètes interstellaires soient observées, la composition inhabituelle de 2I / Borisov ne peut pas être facilement expliquée et soulève plus de questions qu'elle n'en répond. Sa composition est-elle typique des comètes interstellaires? Verrons-nous plus de comètes interstellaires dans les années à venir avec des compositions chimiques particulières? Que révéleront-ils sur la formation des planètes dans d'autres systèmes stellaires? 

"2I / Borisov nous a donné un premier aperçu de la chimie qui a façonné un autre système planétaire", a déclaré Milam. "Mais ce n'est que lorsque nous pourrons comparer l'objet à d'autres comètes interstellaires que nous apprendrons si 2I / Borisov est un cas spécial, ou si chaque objet interstellaire a des niveaux de CO inhabituellement élevés."

 

Papier en accès libre (Nature) :


https://www.nature.com/articles/s41550-020-1087-2

Edited by jackbauer
  • Like 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



  • Similar Content

    • By COM423
      Bonjour,
       
      La première comète de l'année 2021, C/2021 A1 (Leonard), était à peine de magnitude 19 lors de sa découverte mais elle  nous a offert aux chanceux de l'hémisphère Sud un bien beau spectacle un an plus tard.
       
      La première comète découverte en 2022 ne marquera sans doute pas les esprits puisqu'elle a été découverte le 02 janvier à la magnitude 18 quelques jours avant son périgée qui coïncide avec son éclat "maximal" : elle ne dépassera pas m1=17.5.
      Même si c'est avec des moyens professionnels (T60cm de l'observatoire Konkoly), son découvreur est un astronome amateur : Krisztián Sárneczky (un professeur hongrois).
      Il a remarqué la comète en inspectant à l'oeil des poses CCD de 104s.
       
      La nouvelle a été annoncée le 07 janvier par l'UAI, et j'ai eu la chance de pouvoir l'imager le soir même :

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,   239 poses de 15s à  -20°C  (gain 120), Nord à peu près en Bas
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Le 07 janvier 2022, de 20h30 à 21h54 UTC, temps d'intégration de 59min 45s
      Traitement Siril 1.0.0-rc2, Finition avec Gimp 2.10.28
      Zoom 100% (1,25"/pixel), Crop sur la comète
       
      Son éclat (mag 17.5 à 18) la mettait facilement à portée en numérique, mais son déplacement rapide (près de 15"/min) n'a pas facilité les choses... On ne voit d'ailleurs rien sur le compositage somme :

       
      Heureusement le compositage par moyenne avec rejet la révèle pleinement :

       
      C'est une comète intrinsèquement bien faible (magnitude absolue de 18,5) mais qui est passée très près de la Terre, à 0,31 ua.
      Je suis bien content d'avoir pu la capturer au bon moment, car elle sera déjà de magnitude 20 dès le mois de février...
       
      Bon dimanche à tous
    • By JPMasviel
      Dans le prochain Ciel et Espace (N° de février-mars 2022), il y a un article sur l'observation depuis le Sénégal de l'occultation de l'astéroïde ORUS, l'un des objectifs de la mission LUCY.
       
      Ca m'a donné l'idée de voir ce qui serait intéressant à faire depuis la France.
      Voici le site qui présente les occultations passées et futures:  http://lucy.swri.edu/occultations.html
      Pour la France en 2022 sont prévues deux occultations concernant les astéroïdes Polymele et Eurybates:
       
      La première est difficile, avec une étoile de magnitude 12,8 et une durée de seulement 0,9 s, mais c'est fin août, donc avec des chances de météo favorable.
      La seconde est plus simple, avec une étoile de magnitude 8,69 et une durée de 10 secondes, mais c'est fin octobre sur la moitié ouest de la France.
       

       
       
      Polymele Occultation 2022-08-26 (G* = 13.6)
      The interactive map below shows our current prediction for the stellar occultation by (15094) Polymele on 2022 August 26 UT. The prediction is based on a Gaia EDR3 position for the star, corrected for parallax and proper motion, and the v20211118185722 orbit estimate for Polymele, which has a 1-sigma cross-track uncertainty of 2.6 km.
      Geocentric mid-time of the event is 04:04:17 UT. Star position is RA 06:42:56.2, Dec +30:31:42 (J2000), and its magnitude is 12.80. Polymele is moving at 31 km/s with respect to the star and its diameter is estimated to be 29 km, so central chords are expected to last 0.9 seconds.
       
      Eurybates Occultation 2022-10-23 (G* = 6.9)
      The interactive map below shows our current prediction for the stellar occultation by (3548) Eurybates on 2022 October 23 UT. The prediction is based on a Gaia EDR3 position for the star, corrected for parallax and proper motion, and the v20220111165204 orbit estimate for Eurybates, which has a 1-sigma crosstrack uncertainty of 5.0 km and a 1-sigma downtrack uncertainty of 0.1 sec (these are placeholder values).
      Geocentric mid-time of the event is 02:07:24 UT. Star position is RA 06:59:12.9, Dec +29:16:24 (J2000), and its magnitude is 8.69. Eurybates is moving at 6.5 km/s with respect to the star and its diameter is estimated to be 66 km, so central chords are expected to last 10 seconds.
       
      Jean-Pierre
       
    • By Diziet Sma
      On ne devrait pas surtout pas lire un titre pareil sur un site d'astronomie.
      Il s'agit en fait du titre d'un film qui raconte la découverte d'une comète qui va impacter la Terre, mais surtout pas comme un énième cata-blockbuster US.
      L' objectif du film, servi par un gros casting ( Léo Caprio, Jennifer Lawrence, Meryl Streep... ) est en fait de mettre en parallèle l'inaction des gouvernants qu'ils soient confrontés à une menace directe et exterminatrice ( l'impact comètaire ) ou à un risque de dérèglement climatique certain, tout aussi génocidaire mais lointain ( en termes de mandats présidentiels, autocratiques ou de PDG de Gafam' bien entendu )
      Bref, il y est question des rapports de la science avec les élites et le quidam lambda, traités de façon mordante et très 2nd degré.
      Et ça marche !
      Parfait complément au docu de @Superfulgur qui m'a régalé l'autre soir.
       
      https://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/don-t-look-up-on-a-demande-a-des-specialistes-du-changement-climatique-ce-qu-ils-pensaient-du-film_4906451.html
    • By COM423
      Bonsoir,
       
      La comète 4P/Faye est passée au périhélie le 08 septembre dernier, elle est donc désormais sur le déclin et s'est fait dépasser par 67P/Churyumov-Gerasimenko sur le plan des beautés chevelues du moment, mais elle reste intéressante .
      La voici capturée dans la nuit du 30 au 31 décembre 2021, quand elle se baladait dans la Licorne, un champ bien dense qui m'a contraint à attendre la seconde partie de nuit pour éviter les périodes où le noyau tangentait les étoiles du champ, mais agrémenté d'une nébuleuse et d'un amas ouvert :

       
      Du coup, j'ai tenté un montage sous Gimp pour bénéficier à la fois du champ stellaire et de la comète :

      Newton SW 200/800 avec correcteur de coma, caméra ASI 294-MCpro + IR-cut,   28 poses de 03min à  -20°C  (gain 120), Nord à peu près en Haut
      Monture AZ-EQ6 - ASIAir - poses guidées avec dithering
      Le 31 décembre 2021, de 00h59 à 02h37 UTC, temps d'intégration de 01h 24min
      Traitement Siril 1.0.0-rc2, Finition avec Gimp 2.10.28
      Binning 2x2 du lendemain (2,5"/pixel)
       
      Image à cliquer pour la full, mais voici en crop l'essentiel :

       
      N'ayant pas pu la faire avant son passage au méridien (à cause des étoiles sur sa route), je n'ai pas autant d'images que je l'aurais souhaité, d'autant que la turbulence s'est dégradée en cours de nuit m'obligeant à rejeter quelques images et à appliquer un binning du lendemain.
       
      Bonne soirée et bon ciel, ici les averses arrivent, ce ne sera pas encore pour ce soir
    • By airbus340
      Bonsoir à tous ,
       
      La nuit du  1er au 2/01 a été clémente et m'a permis de tirer le portrait de 5 chevelues dont deux que je n'avais jamais faites 
      J'espère que vous apprécierez
      Sur celle de 108P , on distingue bien deux noyaux @COM423
       
      Ph





  • Upcoming Events